L'audiovisuel Français
10 views | +0 today
L'audiovisuel Français
Toute les informations sur des aspects médiatique, juridique, technologique, de la production audiovisuelle Française actuelle.
Curated by Zoé Finders
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Zoé Finders
Scoop.it!

[infographie] Le social media a une place centrale pour 40% des annonceurs

[infographie] Le social media a une place centrale pour 40% des annonceurs | L'audiovisuel Français | Scoop.it
50% des annonceurs interrogés considèrent que le social media est une «alternative anti-crise» dans leur stratégie de communication. 45% y investissent moins de 50 000€ par an et 29% plus de 150 000€.(...)
more...
No comment yet.
Rescooped by Zoé Finders from || Film Industry ||
Scoop.it!

InaGlobal - Deux ans de placement de produit à la télévision française : bilan du CSA

InaGlobal - Deux ans de placement de produit à la télévision française : bilan du CSA | L'audiovisuel Français | Scoop.it

    Après avoir autorisé et encadré les placements de produit dans les œuvres cinématographiques, les fictions audiovisuelles et les vidéo clips depuis le 5 mars 2010, le CSA fait son premier bilan de la pratique et envisage de l’ouvrir aux programmes de flux.      

 

    En guise d’ouverture, le CSA rappelle sa compétence à encadrer le placement de produit en France et cite la délibération n° 2010-4 du 16 février 2010 décrivant la pratique : « toute forme de communication commerciale audiovisuelle consistant à inclure un produit, un service ou une marque, ou à y faire référence, en l'insérant dans un programme, moyennant paiement ou autre contrepartie ». À cette définition large, l’autorité administrative ajoute des contraintes de format et de genre : il ne peut s’agir que d’œuvres cinématographiques, fictions audiovisuelle et vidéomusiques à l’exception de tous programmes destinés à un public d’enfants. De même, certains biens et services ne peuvent faire l’objet d’une mise en avant tels que les boissons alcoolisées, le tabac, les armes à feu, les médicaments et les préparations pour nourrissons.    Enfin, les programmes contenant du placement de produit se doivent de respecter certaines conditions de forme (respect de l’indépendance éditoriale du producteur, justification du contenu, absence de référence promotionnelle) et ont dans l’obligation d’informer les téléspectateurs du caractère sponsorisé de la vidéo par l’affichage d’un pictogramme particulier (un P).       

 

    Afin de faire évoluer la pratique et l’encourager, le CSA avec plusieurs syndicats de producteurs, sociétés d’auteurs et chaînes de télévisions se posent la question d’autoriser le placement de produit dans les programmes dits de « flux »[+]. En effet, près des deux tiers des annonceurs se déclarent intéressés par cette potentielle ouverture qui leur permettrait de se positionner sur des thématiques plus proches de leur produit tout en profitant d’une exposition plus large et régulière. Si cette demande est légitime, l’encadrement d’une telle évolution pourrait s’avérer bien plus complexe notamment du fait du recours au direct comme mode principal de diffusion. Par ailleurs, des émissions entières de publicité dissimulées pourraient très vite apparaitre et venir perturber le paysage audiovisuel français.  

 

Lire la suite : http://www.inaglobal.fr/television/article/deux-ans-de-placement-de-produit-la-television-francaise-bilan-du-csa


Via LaVirgule Tv
more...
No comment yet.
Rescooped by Zoé Finders from Production audiovisuelle
Scoop.it!

L'audiovisuel français s'exporte de plus en plus

L'audiovisuel français s'exporte de plus en plus | L'audiovisuel Français | Scoop.it
Les exportations de programmes audiovisuels hexagonaux ont progressé de 8 % entre 2011 et 2012, s'établissant à 165,9 millions d'euros grâce à l'ouverture des marchés asiatiques et américains.

Via Seine-et-Marne Publicité
more...
Seine-et-Marne Publicité's curator insight, September 12, 2013 4:59 AM

L'audiovisuel français s'exporte de plus en plus

Rescooped by Zoé Finders from Production audiovisuelle
Scoop.it!

YouTube, incontournable pour les acteurs majeurs de l'audiovisuel

YouTube, incontournable pour les acteurs majeurs de l'audiovisuel | L'audiovisuel Français | Scoop.it

L'annonce cette semaine de Canal+ et Endemol de se déployer sur YouTube met en lumière le succès de ce mode de diffusion qui permet de se diversifier, d'être rapidement rentable et d'accroître son audience.


Via Seine-et-Marne Publicité
more...
Seine-et-Marne Publicité's curator insight, November 19, 2013 3:53 AM

YouTube, incontournable pour les acteurs majeurs de l'audiovisuel

Rescooped by Zoé Finders from || Film Industry ||
Scoop.it!

Six nouvelles chaînes TNT : quel impact pour le téléspectateur et le marché publicitaire ?

Six nouvelles chaînes TNT : quel impact pour le téléspectateur et le marché publicitaire ? | L'audiovisuel Français | Scoop.it

L'univers de la TNT compte, depuis le 12 décembre 2012, six nouvelles chaînes diffusées en HD. Uniquement financées par la publicité, elles arrivent sur un marché de la télévision privée en recul, qui s'interroge sur les conséquences d'un tel élargissement.

La date du lancement des six nouvelles chaînes de la TNT n’a pas été choisie au hasard et le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) aurait d’ailleurs aimé pousser le symbole jusqu’au bout avec un démarrage à l’antenne le 12-12-2012 à 12h12. Les chaînes en ont décidé autrement.
L’élargissement de l’offre va permettre aux téléspectateurs de bénéficier de nouvelles thématiques sur la TNT gratuite : le sport, le documentaire, la diversité… Ces chaînes se lancent toutefois dans un contexte qui n’a plus grand-chose à voir avec celui de 2005.
Une étude de l'institut Médiamétrie révélée le 11 décembre 2012 lors de la conférence médias des Echos indique que la France est "divisée en deux", entre les 50,2 % des Français sont au courant de l’arrivée de six nouvelles chaînes gratuites et les 49,8 % qui l’ignorent. Parmi ceux qui en ont entendu parler, deux tiers se trompent sur le nombre des nouvelles chaînes. Leur taux de notoriété ne dépasse pas 30 % et, selon l’institut de mesure d’audience, les chaînes qui s’en sortent le mieux sont celles qui ont un nom proche de leur maison mère ou d’une marque média déjà connue.

QUELLE ÉLASTICITÉ POUR LE MARCHE PUBLICITAIRE?
C’est sans doute sur le plan publicitaire que l’élargissement du paysage de la TNT pose le plus de questions. Certains grands acteurs de la télévision ou de la radio privée (TF1, M6, RTL…) affirment que la décision du CSA de lancer six nouvelles chaînes est surtout de nature à fragiliser les acteurs existants et à fragmenter encore davantage les audiences, dans un marché de la publicité qui a déjà dû absorber l’élargissement de 2005 puis les conséquences de la crise économique. Les nouveaux entrants y voient l’opportunité de faire venir de nouveaux annonceurs, attirés par leurs concepts éditoriaux, de nouvelles cibles (notamment les hommes) et des prix qui n’auront rien à voir avec les tickets d’entrée des chaînes historiques. Les chaînes ont confié leur commercialisation à des régies bien établies dans le paysage audiovisuel : TF1 Publicité pour HD1 et Numéro 23, M6 Publicité pour 6Ter, Amaury Médias pour L’Equipe 21, NRJ Global pour Chérie 25 et NextRégie pour RMC Découverte.


Via LaVirgule Tv
more...
No comment yet.
Rescooped by Zoé Finders from (Media & Trend)
Scoop.it!

Réforme de l’audiovisuel : le débat est lancé

Réforme de l’audiovisuel : le débat est lancé | L'audiovisuel Français | Scoop.it
Le gouvernement organisait ce mercredi à Paris les Assises de l’audiovisuel. Nicolas de Tavernost, patron de M6, a appelé de ses vœux l’autorisation de la publicité pour le cinéma à la télévision. Rémy Pflimlim, président de France Télévisions, a réclamé « l’ouverture de quelques spots de publicité entre 20h et 21h ».

 

Tous les acteurs de l’audiovisuel sont venus faire leur marché, mercredi, lors des Assises de l’audiovisuel organisées par la ministre de la Culture à Paris. Alors qu’Aurélie Filippetti appelait à travailler sur les refondations possibles de la réglementation française en matière d’audiovisuel, chacun a prêché pour sa paroisse.

Nicolas de Tavernost, patron de M6, a appelé de ses vœux l’autorisation de la publicité pour le cinéma à la télévision. « Ces règles sont absurdes et elles ne coûtent rien ». Bertrand Meheut, à la tête de Canal+, a plaidé pour un allégement de la réglementation afin « de faire émerger des groupes audiovisuels puissants qui puissent être présents à l’international ».

Rémy Pflimlim, président de France Télévisions, a réclamé « l’ouverture de quelques spots de publicité entre 20h et 21h ». Le sénateur PS David Assouline lui a apporté son appui, préconisant d’élargir l’assiette de la redevance aux ordinateurs, tablettes et résidences secondaires. Certains débats ont en revanche été complètement éludés, comme celui sur la régulation de l’Internet par le Conseil supérieur de l’audiovisuel, dont le président Olivier Schrameck a pourtant rappelé « l’impérieuse nécessité ». Il a précisé que la régulation ne serait pas uniquement incitative.

« Droits ubiquitaires »

De tous les sujets abordés, celui sur les relations entre producteurs et chaînes de télévision a suscité le débat le plus passionné. « Aujourd’hui, l’équilibre est en défaveur des chaînes de télévision », a lancé le sénateur Jean-Pierre Plancade, auteur d’un rapport sur le sujet, s’attirant les foudres des producteurs. Le patron de TF1 Nonce Paolini s’est clairement prononcé pour la mort des producteurs indépendants, appelant à leur intégration au sein des groupes audiovisuels, comme aux Etats-Unis. « Est-ce que les oeuvres produites en interne par TF1 sont plus rentables et s’exportent mieux ? », lui a rétorqué Sylvie Coquart-Morel, représentante des scénaristes.

Dans une belle envolée lyrique, Bruno Patino, directeur général des programmes de France Télévisions, a réclamé des « droits ubiquitaires », c’est-à-dire exploitables sur tous les supports, y compris l’Internet. Alors que Nonce Paolini regrettait que « les jeunes aillent découvrir les contenus sur YouTube ou Amazon, laissant en rade nos fictions payées cher sur nos chaînes », le producteur Emmanuel Chain s’est enflammé : « Pourquoi les grands groupes audiovisuels ne s’uniraient-ils pas pour créer des plates-formes qui exposeraient leurs contenus sur le web, alors que Netflix arrive ? ».

Aucun calendrier précis

Autre sujet discuté mercredi : celui de la fameuse bande de fréquences TNT que l’Etat veut donner aux opérateurs télécoms. L’audiovisuel estime que, si c’est le cas, la généralisation de la haute définition sur la TNT, standard d’avenir de la télévision, ne sera pas possible. Les télécoms, eux, disent ces fréquences indispensables pour leurs téléphones. Le conseiller du CSA Emmanuel Gabla a tenté de réconcilier tout le monde, prônant la généralisation de nouvelles normes technologiques pour l’audiovisuel, qui permettraient de développer la HD et, ainsi, « d’arriver à satisfaire l’ensemble des demandes ». Seul problème : tout cela va prendre des années et personne n’est aujourd’hui capable de donner un calendrier précis.


Aurélie Filippetti promet une loi en 2014La ministre de la Culture a promis hier une « loi de régulation et de développement de l’audiovisuel » en 2014. Elle a notamment prôné une concertation pour déterminer le bon calendrier de cession des fréquences TNT aux opérateurs télécoms. Elle s’est déclarée contre le retour de la publicité après 20 heures sur France Télévisions, mais ouverte à une « adaptation » de la redevance télévisuelle « aux nouveaux usages ». Enfin, elle a souhaité que le CSA régule les services de vidéo en ligne, et confié une mission pour un meilleur financement des œuvres audiovisuelles à Laurent Vallet, directeur général de l’Ifcic. 

Via Virginie Colnel
more...
No comment yet.
Rescooped by Zoé Finders from Production audiovisuelle
Scoop.it!

La loi sur l'indépendance de l'audiovisuel public en bonne voie

La loi sur l'indépendance de l'audiovisuel public en bonne voie | L'audiovisuel Français | Scoop.it

Députés et sénateurs se sont mis d'accord, mardi 15 octobre en commission mixte paritaire, sur le texte de loi définitif.


Via Seine-et-Marne Publicité
more...
Seine-et-Marne Publicité's curator insight, October 17, 2013 1:42 AM

La loi sur l'indépendance de l'audiovisuel public en bonne voie

Rescooped by Zoé Finders from La Nouvelle Télévision
Scoop.it!

Lagardère Publicité propose de relayer automatiquement les spots TV sur l’ensemble de son offre digitale avec «Real Time TV» - Offremedia

Le pôle Digital de Lagardère Publicité met en place «Real Time TV», une offre de synchronisation de spot TV sur les supports digitaux de la régie.

Via Clément Morin
more...
No comment yet.
Rescooped by Zoé Finders from Production audiovisuelle
Scoop.it!

Audiovisuel :  les producteurs inquiets pour leur avenir

Audiovisuel :  les producteurs inquiets pour leur avenir | L'audiovisuel Français | Scoop.it
Le Sénat a récemment modifié les relations entre producteurs et télévisions. Les premiers redoutent de se trouver fragilisés.
France...

Via Seine-et-Marne Publicité
more...
Seine-et-Marne Publicité's curator insight, October 11, 2013 2:19 AM
Audiovisuel :  les producteurs inquiets pour leur avenir
Rescooped by Zoé Finders from Production audiovisuelle
Scoop.it!

Le boom des applications mobiles dédiées à l'édition et au partage de vidéos

Le boom des applications mobiles dédiées à l'édition et au partage de vidéos | L'audiovisuel Français | Scoop.it
Le boom des applications mobiles dédiées à l'édition et au partage de vidéos

Via Seine-et-Marne Publicité
more...
Seine-et-Marne Publicité's curator insight, November 19, 2013 3:49 AM

Le boom des applications mobiles dédiées à l'édition et au partage de vidéos

Seine-et-Marne Publicité's curator insight, November 19, 2013 3:54 AM

Le boom des applications mobiles dédiées à l'édition et au partage de vidéos

Rescooped by Zoé Finders from Edition - Musique - Cinéma - Jeu Vidéo
Scoop.it!

Le poids économique de l’audiovisuel, de la publicité, de la presse et du livre

Le poids économique de l’audiovisuel, de la publicité, de la presse et du livre | L'audiovisuel Français | Scoop.it
Le ministère de la Culture et de la Communication consacre un numéro de sa publication «Culture Chiffres» au «poids économique direct de la culture» au cours des années 1995-2011.

Via Béatrice D., OLi Digital
more...
Béatrice D.'s curator insight, October 30, 2013 5:18 AM

Entre 1995 et 2011, la part du secteur audiovisuel est passée de 22,3% à 27,8% dans la valeur ajoutée de la culture, tandis que celle du livre et de la presse a fortement reculé, passant de 26,1% à 12,8%.

Les ménages, qui consacraient 56% de leurs dépenses culturelles à l’achat de livres ou de journaux en 1995, n’en consacrent plus que 45% en 2011.