Protégez votre santé sans médicament
48 views | +0 today
Follow
Protégez votre santé sans médicament
La source principale de santé et de bien être est votre alimentation

http://www.jardiner-et-manger-bio.com/une-bonne-alimentation/

Curated by Guy Delforge
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Guy Delforge from Protégez votre santé sans médicament
Scoop.it!

Une bonne alimentation | Jardiner et manger bio

Une bonne alimentation | Jardiner et manger bio | Protégez votre santé sans médicament | Scoop.it
more...
Guy Delforge's curator insight, March 11, 2013 4:44 AM

*  L’alimentation spécifique pour une bonne hygiène vitale

*  Qu’une bonne élimination des déchets digestifs est importante

*  Comment choisir vos aliments

*  Quels légumes et quels fruits faut-il privilégier

*  Que faut-il penser des compléments alimentaires

*  les fonctions des protéines….

Et bien plus encore

Et si vous voulez en savoir plus sur ce vaste sujet qui concerne votre santé quotidienne ?

Alors j’ai une bonne nouvelle pour vous : l’e-book que vous allez recevoir  en cadeau contient également un extrait d’un Guide plus long, plus complet (83 pages), intitulé :

«Une bonne alimentation : source de santé et de bien être » dont je vous parlerai dans un prochain mail !

 1. Quels sont les aliments sains ?

Cette simple question appelle une réponse évidente : la Nature est forcément saine et tout ce qu'on lui rajoute de chimique pour "l'améliorer" ne peut que la déséquilibrer et est donc malsain.

Les aliments sont tous bons, même les viandes. C'est la façon de les nourrir qui les modifie et peut les rendre malsaines. L'élevage dans des espaces exigus empêche la moindre activité de ces animaux et les traumatise, en plus des nombreuses intoxications qu'ils subissent (aliments OGM, antibiotique, résidus agricoles toxiques...).

C'est donc dans les fruits et légumes, cultivés biologiquement, que vous trouverez tout ce dont votre organisme a besoin pour se maintenir en bonne santé :

-      Les nutriments vitaux nécessaires aux réactions biochimiques (oligo-éléments) comme le calcium, les métaux (cuivre, fer, magnésium, phosphore, sélénium, silicium, zinc), le soufre...

-      Pratiquement toutes les vitamines (A, C, E, D, B,.K..)

-      Les Fibres (aux multiples pouvoirs) et les antioxydants, irremplaçables...

Tous ces composés vitaux et indispensables à notre organisme sont assimilés sans aucun effet néfaste lorsqu'ils sont naturels, alors que ce n'est pas le cas, en général,  pour les compléments alimentaires (souvent non bio).

Par exemple, les compléments qui proposent en même temps le cuivre et le fer, freinent l'absorption du zinc, alors que cela ne se produit jamais lorsque cette association est faite naturellement. Un autre exemple : les hypervitaminoses A et E, qui peuvent être mortelles, n'existent qu'avec les vitamines de synthèse.

Si vous désirez améliorer votre santé, vous avez besoin avant tout de changer votre mode d'alimentation. Ne vous laissez pas influencer par les publicités omniprésentes et choisissez volontairement les aliments cultivés biologiquement, des légumes frais et préférez ceux de la saison, quant aux céréales, elles doivent être complètes pour les fibres et pour les oligo-éléments (qui en sont absents si elles sont traitées et blanchies). Choisissez les viandes "de la ferme" (nourriture naturelle, et élevage en plein air).

Mais surtout, variez vos repas, préférez les protéines végétales (elles contiennent beaucoup moins de toxines), les sucres à absorption lente tels que les légumineuses et ne mangez pas plus 50 grammes de protéines animales par jour (poulet, dinde, veau, poisson...)

La dinde est intéressante car elle contient beaucoup de sélénium. Ce métal (oligo-élément) est nécessaire à l'organisme pour éviter les maladies cardiovasculaires. Il participe aussi activement à la lutte contre certains cancers (prostate et poumon). Il a en fait un pouvoir antioxydant puissant qui permet d'éliminer les radicaux libres responsables d'un vieillissement précoce.

En parlant d'antioxydant, n'oublier pas les fruits, tous en contiennent beaucoup (ainsi que des vitamines), et particulièrement les baies rouges ou noires (groseilles, canneberges, baie d'acaï, etc.).

Mais attention, votre organisme doit être prêt à retirer le maximum de toutes ces richesses naturelles. Il faut donc le mettre dans de bonnes dispositions :

-      Arrêtez le tabac (qui épuise votre vitamine C)

-      Buvez peu de boissons alcoolisées (un verre de vin maximum par repas)

-      "Bougez-vous" (sport, marche, etc.)

N'oubliez pas que :

-      La maladie indique qu'il y a quelque chose qui ne va pas ou qu'il manque quelque chose. C'est l'avertissement qu'il est temps de modifier votre comportement temps de changer et de retrouver une bonne hygiène vitale.

Il faut éviter de devenir l'obstacle aux bienfaits que peut nous apporter la nature.

Portez-vous bien !

 

2. Comment être sûr de manger sainement ?

Il faut prendre conscience de notre comportement !

Si tous les jours nous buvons un ou deux apéritifs, que nous mangeons de la charcuterie, que nous grillons un paquet de cigarette (ou l'équivalent), que nous dormons peu et que nous ne respectons pas notre organisme; nous ne devrions pas nous étonner que notre corps sature et qu'il ne parvienne plus à assimiler ce qui est bon pour lui.

Vous pourrez démarrer une diète, manger moins, éviter tous les gras. Si vous continuez à "faire la fiesta" régulièrement et que vous reprenez vos anciennes habitudes, votre corps retrouvera son excès de poids et son enrobage de graisse.

En fait, le corps mémorise ce qu'on lui donne. Si vous êtes habitué à avaler beaucoup de mets gras, lorsque vous allez commencer une diète, votre corps va considérer qu'il est en manque. Dès que vous recommencerez à manger un peu plus il va en profiter pour faire tout de suite mettre du gras en réserve pour reprendre ses anciennes habitudes...

Ce n'est pas très efficace pour suivre qui devrait nous faire perdre du poids. Alors, comment faut-il s'y prendre ?

Il faut commencer par éliminer les toxines de votre organisme, pour soulager ses systèmes de régulation. Vous devez d'abord l'habituer à ne plus être en surcharge permanente.

Ne décidez pas de tout changer en même temps et tout de suite. Si vous changez votre régime alimentaire, arrêtez l'alcool et le tabac, tout cela en même temps, vous allez subir un tel stress que cela va anéantir tous vos efforts et va provoquer l'effet inverse de celui recherché.

Commencez par modifier votre alimentation en mangeant plus sainement. Commencer par manger les fruits et les légumes de la saison, de préférence bio. Consommer une ou deux pomme par jour. Manger moins de viande que vous remplacerez par des légumes frais, des "brûleurs de graisses" (notamment les fruits), et des céréales complètes pour avoir toutes les protéines nécessaires.

Consommez les aliments qui rassasient longtemps (ceux qui ne contiennent pas de "sucre rapide"), pour éviter que la sensation de faim revienne rapidement.

Commencer la journée par un petit-déjeuner copieux et au repas de midi de midi complet. Faites un repas du soir léger et suffisamment tôt pour ne pas avoir à vous coucher juste après. C'est sur, c'est sans doute l'inverse de ce que vous faites actuellement, mais vous devez d'abord réhabituer votre corps à un fonctionnement naturel !

Une fois par mois profitez d'une journée de repos (car il ne faut pas vous fatiguer) pour faire un jeûne. Cela permettra à votre corps de se reposer. N'oubliez pas pour autant de boire de l'eau, car l'organisme  a toujours besoin d'être hydraté. En plus l'eau permet d'éliminer plus rapidement les toxines rejetées pendant le jeûne.

Grâce à  ces nouvelles habitudes, vous allez réapprendre tranquillement à votre corps fonctionner normalement. Vous allez petit à petit effacer la mémoire de ses anciens comportements. Ainsi, vous parviendrez à diminuer tout naturellement vos excès et prendrez beaucoup de plaisir à manger sainement.

 

3. Pourquoi sommes-nous malades ?

 Vieillir n'est pas une maladie, et la maladie n'est pas une fatalité !

Tout au long de notre vie de nombreux obstacles se dressent sur notre chemin et nous cachent notre futur.

Sommes-nous alors responsables de nos maladies auto-immunes, de nos cancers foudroyants, de nos maladies neurologiques ?

En tout cas, une chose est incontestable, notre mode d'alimentation, le fait de prendre conscience de ce que l'on met dans notre assiette et une bonne hygiène vitale peuvent permettre de ralentir, voire d'éliminer de nombreuses maladies et notamment celles qui sont la conséquence directe de mauvaises habitudes (cancer du poumon, de l'estomac, du côlon...). Il est même possible d'éviter les maladies cardiovasculaires !

Ce qui est extraordinaire c'est qu'en procédant avec une pleine conscience de nos actes, on est absolument sûr d'améliorer nettement notre santé. Le résultat est garanti.

D'innombrables recherches l'attestent. Les résultats des tests sont incontournables. Des individus ont amélioré leur santé grâce à une nourriture saine sans risquer de supporter les effets secondaires des médicaments (effets néfastes, qui eux ne sont malheureusement plus à démontrer).

Nous ne pouvons qu'être gagnant en ayant une alimentation saine, c'est-à-dire biologique, composée de fruits et de légumes de saison, de céréales non raffinées et non blanchies, de peu de viande et de préférence blanche, d'eau de source ou minérale. Toutes ces choses que la nature nous fournit naturellement depuis des milliers d'années.

Qu'advient-il lorsque l'on "tombe" malade ?

On va devoir supporter les interventions chirurgicales ou les chimiothérapies, les hospitalisations et les examens avec leurs cortèges de contraintes et d'effets secondaires néfastes.

Tout ça pour des résultats qui ne correspondent pas à ce à quoi on s'attendait, voire carrément mauvais ou même sans espoir. Les chanceux pourront compter sur une rémission durant quelques temps, sans savoir si le résultat pourra être un jour définitivement bon.

Alors, il faut gérer ce stress au quotidien, tout en continuant de gagner sa vie en travaillant pour pourvoir à ses besoins.

Ne vous basez que sur ce qui est vraiment sûr ! Vivez et mangez sainement. N'allez pas anéantir cette possibilité fantastique d'avoir une bonne santé. Adoptez définitivement une meilleure hygiène vitale et profitez à fond de la Vie.

 

4. Le bon modèle pour une vie saine !

Pour établir le bon modèle d'une vie et une alimentation idéalement saine, il faut partir du bon pied. On doit s'appuyer sur une base solide pour pouvoir profiter au maximum de cette vie saine.

Le début de la journée paraît être la bonne référence de départ. Et pour bien commencer la journée, il faut avoir eu un sommeil réparateur. Un excellent équilibre est important pour conserver (ou retrouver) une bonne santé.

Mais quelles sont les "normes" d'un bon sommeil ? 7 à 8 heures de sommeil  non interrompu sont nécessaires pour un adulte. Bien sûr des réveils sont possibles pour aller uriner, mais sans que cela affecte la qualité du sommeil. Ainsi, on pourra affirmer que cet adulte a bien dormi.

Ensuite, il est nécessaire de faire le plein d'énergie, pour bien débuter la journée. Nous pourrons ainsi avoir une bonne humeur qui dure toute la journée. C'est le petit déjeuner qui nous apportera cette énergie de façon naturelle de façon à tenir jusqu'à midi sans "coup de pompe".

Avec un bon café ou mieux, un thé vert, on pourra prendre des céréales dans un grand bol (complètes, bien sûr), suivi de fruits (en salade, par exemple) et de fromage blanc ou d'un yaourt.

Ceux qui ont un travail très physique dès le matin peuvent ajouter du riz brun (complet) et un peu de viande blanche (dinde ou poulet).

Notez bien qu'il est fondamental d'apporter à notre corps toute l'énergie qui lui sera nécessaire pour réaliser toutes les activités de la journée.

Cependant, le repas du midi doit aussi être substantiel et apporter à l'organisme tous les autres éléments (autres que l'énergie) qui lui permettent de fonctionner dans de bonnes conditions.

Donc, il faut prévoir une bonne quantité de légumes (carottes, navets, choux...) ou de légumineuses (lentilles, haricots, etc.) accompagnés de poisson ou de viande blanche (dinde, poulet, veau...). Les légumes pourront de temps en temps être remplacés par du riz (complet) ou éventuellement des pattes.

Il est important de favoriser la viande blanche car elle contient beaucoup moins de graisse. En outre, si vous voulez combattre les maladies cardiovasculaires, vous devez savoir que la dinde contient un oligoélément essentiel, le sélénium

En outre, pensez pendant la journée à prendre un moment pour vous détendre. Vous devez être capable de vous accorder un moment de plaisir.

En fin de journée, mangez léger (pas de viande et des mets faciles à digérer) et suffisamment tôt pour ne pas vous coucher juste après le repas. Ayez une activité relaxante, ou plus exactement quelque chose qui vous plait, avant de vous coucher. Vous dormirez mieux.

 

5. Nos ancêtres mangeaient-ils mieux que nous ?

Il arrive fréquemment que l'on imagine nos aïeux en train de mordre avec plaisir dans une cuisse d'agneau tenue à pleine main.

C'est sans doute une fausse image. Car même si nos lointains ancêtres se nourrissaient de viande, ce n'était sans doute pas fréquent et il y a peu de chance que ce fut de la viande de mouton.

En effet, les premiers hommes étaient essentiellement végétariens et vivaient surtout de cueillette (fruits sauvages, feuilles tendres, baies, etc.).

À cette heureuse époque, la terre ne recelait pas de pesticide, ni de nitrate, ni rien d'autre qui puisse changer la teneur en oligo-éléments (vitamines, antioxydants, fibres,...) des aliments. A l'époque tous les aliments étaient naturels et sains.

Ces hommes se nourrissaient grâce à la chasse, mais la plupart du temps mangeaient des petits animaux, voire des insectes.

En Amérique du Sud, l'observation du ciel et des saisons a permis au peuple Inca de devenir agricole. En respectant les cycles de la nature, ils ont pu devenir d'excellents agriculteurs et mangeaient ainsi beaucoup de fruits et de légumes.

Actuellement, les scientifiques modernes étudient avec beaucoup d'intérêt ces civilisations reculées et plus particulièrement leurs habitudes alimentaires. Leurs études révèlent que les individus de l'époque Inca ne souffraient pas de maladies coronariennes ou d'une quelconque autre maladie des "temps modernes".

Que s’est-il donc passé ?

Au néolithique (il y a environ 6000 ans), des modifications profondes sont arrivées dans l'alimentation des humains. Ils ont découvert les céréales et petit à petit ont appris à les cultiver. Les céréales ont fini par prendre une place dominante dans leur alimentation. Puis l'élevage des bêtes leur a permis de diversifier leur alimentation en buvant du lait.

Mais, c'est tout récemment, au moment de la "révolution industrielle", et avec la naissance du consumérisme, que tout va basculer. En très peu de temps (une cinquantaine d'années, c'est très court par rapport à l'évolution de l'être humain) on a délaissé la consommation des produits frais pour des produits "industrialisés".

On "corrige" les aliments avec des additifs alimentaires (pesticides de culture, conservateurs, colorants, correcteurs de goût –le tristement célèbre glutamate-, émulsifiants et autres gélifiants).

On consomme de plus en plus de sucre (50 fois plus qu'au début du 20ème siècle !), auquel il faut ajouter les excès de graisse sous toutes ses formes et c'est une éclosion d'obésités, de maladies cardiovasculaires, de diabètes et autres maladies dites "du siècle".

Le retour en arrière est bien sûr impossible, et la seule solution viable est d'agir intelligemment et avec conscience. Nous avons le pouvoir mais surtout le devoir de modifier notre façon de nous alimenter. C'est d'une importance vitale pour notre santé, mais aussi par respect de notre future descendance.

 

6. Des vitamines biologiques plein l'assiette !

Presque tout le monde sait que la carotte renferme des bêta-carotènes qui permettent au corps de métaboliser  de la vitamine A. Mais à quoi sert-elle ?

La vitamine A est nécessaire pour avoir une belle peau, elle favorise la cicatrisation, la régulation de la sueur et le bronzage.

Un manque de vitamine A provoquerait donc une détérioration de la peau qui perdrait sa souplesse et deviendrait rêche.

Sachant cela, n'en profitez pas pour faire une surconsommation de carottes ! D'ailleurs, vous trouverez aussi de la vitamine A dans le jaune d'œuf, le beurre et le lait, et dans certaines graisses de poisson.

Cependant, le lait est relativement indigeste car il doit être bien insalivé et modifié ainsi par les enzymes salivaires pour que sa digestion se fasse correctement (c'est pour cela que les bébés et les jeunes enfants doivent le téter et non le boire au bol).

De toute façon, pour utiliser cette source de calcium, le lait peut être absorbé sous forme de fromage blanc ou de yaourt, car il y est déjà modifié par la présure ou les ferments. En outre, vous pouvez mettre du beurre, qui contient de la vitamine A et du calcium, sur vos tartines au lieu de margarine, qui est faite de graisses hydrogénées..

La vitamine D est synthétisée par la peau grâce aux rayons solaires et les personnes qui habitent des zones peu ensoleillées ont droit à des déprimes saisonnières fréquentes.

Souvent, ils ont besoin d'Un traitement de "luminothérapie" permet en général d'éliminer cette déprime. Ces gens manquent en fait de vitamine D, et subissent donc des troubles nerveux.

De plus, ce bilan peut s'alourdir, car des études récentes font ressortir que le manque de vitamine pourrait favoriser l'apparition d'un certain nombre de cancers.

Dans le cas d'hyperacidité gastrique, les médecins prescrivent aujourd'hui des molécules dites IPP (inhibiteur de la pompe à protons) qui en même temps qu'elles réduisent l'acidité de l'estomac, empêchent le corps de fixer la vitamine D.

Mais, à son tour, cette carence inhibe la fixation du calcium par les cellules. Les malades traités aux IPP se retrouvent prises dans un cercle et peuvent alors développer des maladies osseuses, voire cancéreuses.

Une fois de plus nous avons la preuve qu'il vaut mieux prévenir que guérir. En ayant une alimentation saine, nous pouvons éviter de tomber le cercle vicieux de la prise de médicaments qui entrainent d'autres désordres, qui à leur tour vous obligent à prendre d'autres médicaments, etc. La solution naturelle existe toujours. Manger et vivez sainement, naturellement !

 

7. La nature nous a-t-elle révélé tous ses secrets ?

Il est évident que non ! La nature ne nous a pas révélé tous ses secrets. Quasiment tous les jours nous découvrons une espèce animale ou végétale intéressante. Mais est-il possible de percer tous ses mystères ?

Même les puissants moyens technologiques actuels qui nous permettent d'observer aussi bien l'infiniment petit que l'infiniment grand, ne nous ont pas autorisé à découvrir tous ses secrets.

Nous pouvons quand même étudier avec intérêt ce que la nature étale devant nos yeux.

La nature est généreuse et puissante. Elle nous le prouve par la grande diversité biologique observable en tout point de la terre ou des océans.

Cette simple remarque est digne d'intérêt. Sans regarder plus loin cette grande diversité biologique nous propose une leçon très instructive.

Combien de personnes sont capables d'accepter les différences ? Les tabous, la discrimination, le racisme... Tout sépare les être humains, au lieu de les rapprocher comme le fait la nature dans sa grande diversité biologique.

La locution "diversité biologique" a donné par contraction le terme de "biodiversité".

"Bio" veut dire "vie", or presque tous nos aliments sont "morts". Les additifs  alimentaires (conservateurs, colorants, exhausteurs de goût...) et les transformations génétiques tuent la nourriture. Le fait de vouloir modifier les aliments pour n'importe quelle raison que ce soit (résistance aux insectes, pousse rapide, couleur plus vive...) dévitalise nos aliments.

L'étude de la nature nous montre que sa puissance et son énergie vitales viennent de la diversité, de la grande variété de ses espèces animales ou végétales.

Les légumes et les fruits de saison, frais et biologiques, sont vivants et donc riches en énergie, gorgés d'oligo-éléments (vitamines, fibres, antioxydants,  enzymes...).

Le seul vrai "secret" de la nature est la "vie" (bio). C'est son pouvoir de se régénérer, de se reproduire, de se diversifier. Chaque jour, elle nous donne une nouvelle espèce, végétale ou animale, à étudier. Elle crée sans cesse.

Le massacre des animaux sauvages comme les élevages industriels, la pollution et la déforestation, le massacre irraisonné des insectes, ne peuvent surement pas nous aider à retrouver l'équilibre harmonieux intrinsèque à la Nature.

Il existe pourtant des solutions qui respectent l'équilibre naturel. Par exemple, n'avait-on pas découvert que des coccinelles d'Asie permettaient d'éviter l'emploi de pesticides chimiques contre les pucerons ?

De nombreuses solutions naturelles existent déjà, il nous suffit de les découvrir et surtout de les utiliser. La biodiversité est un extraordinaire silo à solutions. Ce n'est pas l'aspect (couleur, forme...) qui fait un bon fruit ou un bon légume, c'est sa "vitalité", sa richesse en éléments biologiques.

 

8. Aurions-nous un troisième cerveau ?

 Outre les hémisphères droit et gauche qui sont en fait un seul et même cerveau. Des études datant de 1998 redéfinissent des fonctions de nos organes vitaux (qui avaient été en fait découvertes à la fin du 19ème siècle et avancent que l'intestin contiendrait autant de neurones que la moelle épinière, soit plus de cent millions, et secrèterait, comme le cerveau, des neurotransmetteurs (une vingtaine).

Certains spécialistes affirment donc que l'intestin est un véritable deuxième cerveau. N'est-il pas étrange que ce soit précisément le système digestif qui soit doté d'un système neuronal ?

Notamment quand on sait que les intestins jouent un rôle important dans le tri des aliments, qu'ils permettent leur décomposition, leur transformation et leur assimilation...

En outre, l'emplacement de l'intestin dans l'abdomen (ventre) ne laisse personne indifférent. La plupart des personnes savent que sur le plan énergétique le ventre correspond au centre des "émotions". Cela paraît être une bien curieuse coïncidence ?

D'ailleurs, notre ventre ne réagit-il pas de nombreuses émotions ?

Nous savons que ce que nous mangeons à des répercutions sur notre santé, aujourd'hui nous apprenons que nos émotions ont une action similaire. Les scientifiques ont pu vérifier que ces fameuses terminaisons nerveuses, ces "neurones" de l'intestin, communiquent de façon permanente avec le cerveau.

Il existe donc bien un lien biologique entre le corps et l'esprit, les émotions et la spiritualité (via le nerf vague, ou pneumogastrique). Un équilibre entre les deux systèmes (Système Nerveux Central et Système Nerveux Entérique) est donc possible, et souhaitable. Les personnes en bonne santé sont des personnes qui en général ont un bon état d'esprit.

Nous comprenons à présent pourquoi des spécialistes se sont ingéniés à nous enseigner la pensée positive ou la pensée créatrice. Une façon agréable de nourrir notre esprit pour le rendre plus fort, créateur d'événements positifs pour notre vie.

On voit alors qu'il est nécessaire de bien nourrir notre organisme, de lui apporter une bonne alimentation (saine, équilibrée et non toxique) pour nous permettre de conserver une Bonne Santé.

Les deux sont liés. Si vous nourrissez votre esprit de pensées négatives, que vous laissez les émotions négatives vous envahir (la peur, le ressentiment, haine...) vous ne tarderez pas à ressentir des douleurs au ventre ou à l'estomac, vous aurez du mal à respirer.

De même qu'avec l'alimentation, si vous nourrissez votre corps avec des aliments morts, intoxiqués par les pesticides ou les produits chimiques, votre moral va vite baisser, la dépression va vous envahir et votre santé va vite dépérir.

Le corps et l'esprit sont liés (effet psychosomatique agissant dans les deux sens). Ils ont tous les deux besoin de naturel et d'action.

 

9. Tout ce qu'il faut savoir pour être bien dans son assiette !

Manger une nourriture saine ne suffit pas pour bénéficier pleinement de tous les bienfaits qu'elle est censée nous apporter.

Si vous mettez des fruits et des légumes frais et sains dans un récipient sale, moisi et tout abimé, croyez-vous que vous pourrez retirer de ces fruits et légumes tout ce qu'ils peuvent vous donner.

Maintenant, faites le parallèle avec un individu qui mène une vie de "ouf" : il fait la bringue et ne dort pas assez; le lendemain il a besoin de remontant (café, boissons énergisantes et bien sur de l'alcool); ensuite il n'arrive plus à dormir et va se "nourrir" de médicament pour arriver à dormir; et ainsi de suite.

Maintenant, si cette personne voulant améliorer sa santé se décide à manger des fruits et des légumes, tous les jours. Va-t-elle tirer un bon profit de ces apports en énergie saine et naturelle ?

Cette comparaison est un peu "tirée par les cheveux, mais vous comprenez bien que si vous ne fournissez des efforts que dans un seul domaine, le résultat ne sera pas à la hauteur de vos attentes. Vous allez perdre d'un autre côté ce que vous aviez réussi à gagner.

Par exemple, si plein de bonnes intentions,  vous décidez de manger sainement (biologique, non toxique en fait, et équilibré) toute la semaine et qu'à côté de ça vous faites la fête tous les week-ends en buvant beaucoup (bières, apéritifs, vins, etc.) en faisant des orgies caloriques (charcuterie, gâteaux, etc.) vous ne verrez pas vos efforts récompensés.

Le corps garde en mémoire les restrictions de la semaine et va se servir des excès du week-end pour refaire le plein en graisses et en sucre. Tous les efforts de la semaine s'envolent en fumée...

Il est inévitable, si vous voulez obtenir des résultats, de vous orientez vers une bonne alimentation (non toxique, variée, équilibrée), vers de bonnes attitudes (positives, sans excès).

Il faut vous réhabituer à dormir suffisamment, à prendre du repos bien mérité, à boire de la bonne eau (de source ou filtrée), à vous équilibrer, mais aussi à diminuer l'alcool (seulement pour une bonne occasion et un vrai plaisir) et si possible arrêter le tabac.

 

10. L'eau est "Vitale" à notre santé !

Où est donc le bon temps où on allait puisait l'eau au puits ou bien on faisait le plein à la fontaine du village ! À cette époque, l'eau de certains cours d'eau n'était pas encore pollués par les usines et les déchets de toute sorte.

Parfois, après de fortes pluies, on évitait l'eau de la fontaine pendant quelques jours. En remplacement, on buvait la bonne eau du robinet, dont la qualité était alors garantie.

Les temps ont malheureusement changé et aujourd'hui, l'eau des fontaines est presque toujours non potable. Les fontaines coulent toujours, on peut toujours apprécier le bruissement de leur eau, mais on n'a plus le droit de la boire.

Dans les magasins d'alimentation (grandes surfaces ou épiceries) on peut toujours s'acheter des bouteilles d'eau minérale, mais le lien direct avec la nature est totalement rompu.

Et l'eau du robinet n'apporte plus aucune garantie de salubrité car, malgré les filtrations et les traitements qu'on lui inflige, on y retrouve des traces de métaux (aluminium, mercure...), de nombreux résidus de médicaments (dont les hormones des contraceptifs), des traces de radioactivité, et quantité d'autres traces de produits chimiques dangereux.

Parallèlement des études médicales ont démonté la toxicité de l'aluminium (maladie d'Alzheimer). On savait déjà que notre ADN était modifié en présence de radioactivité, mais on a appris récemment que la stérilité croissante des hommes proviendrait des hormones féminines retrouvées dans l'eau de table !

Quand on a sait que notre organisme contient environ 48 litres d'eau (65% de son poids), on peut vraiment être préoccupé par les conséquences sur notre organisme des eaux que nous buvons. Il est de notre devoir de protéger les eaux de source.

On retrouve partout ces nitrates qui sont si nocifs pour notre organisme. L'avenir des générations futures (dont nos enfants) dépend de notre détermination et de notre conduite pour corriger nos erreurs.

Nous pourrons ainsi obtenir une meilleure santé mais pourrons aussi vivre en harmonie avec la nature.

Rescooped by Guy Delforge from Toxique, soyons vigilant !
Scoop.it!

Des chercheurs montrent l'impact d'une mauvaise alimentation de la mère sur le nouveau-né

Des chercheurs montrent l'impact d'une mauvaise alimentation de la mère sur le nouveau-né | Protégez votre santé sans médicament | Scoop.it

Pouvons-nous déterminer le risque de maladie cardiaque et du diabète plus tard dans la vie? Une équipe britannique de chercheurs a lancé une étude pour étudier si la petite taille des vaisseaux sanguins permettrait d'identifier le risque de maladies cardiaques ou de diabète. Une bonne alimentation pendant la grossesse affecte positivement la santé du nouveau-né. La consommation d'aliments gras au cours de la grossesse, par exemple, a le potentiel d'affecter le nouveau-né à l'âge adulte.

(...)


Via Vie toxique
more...
No comment yet.
Rescooped by Guy Delforge from TransEuropeEscape
Scoop.it!

Alzheimer, cancers et infarctus: Peut-on vraiment prévenir ces maladies en mangeant mieux ? - e-sante.be

Alzheimer, cancers et infarctus: Peut-on vraiment prévenir ces maladies en mangeant mieux ? - e-sante.be | Protégez votre santé sans médicament | Scoop.it

Pour l'infarctus, il est maintenant bien établi qu'on bouche ses artères en mangeant trop de graisses d'origine animale. Mais savez-vous qu'une bonne alimentation peut également vous protéger contre cancers et maladie d'Alzheimer ?


Via senior mais pas trop, Christian Knoll
more...
No comment yet.
Scooped by Guy Delforge
Scoop.it!

Une bonne alimentation | Jardiner et manger bio

Une bonne alimentation | Jardiner et manger bio | Protégez votre santé sans médicament | Scoop.it
Guy Delforge's insight:

*  L’alimentation spécifique pour une bonne hygiène vitale

*  Qu’une bonne élimination des déchets digestifs est importante

*  Comment choisir vos aliments

*  Quels légumes et quels fruits faut-il privilégier

*  Que faut-il penser des compléments alimentaires

*  les fonctions des protéines….

Et bien plus encore

Et si vous voulez en savoir plus sur ce vaste sujet qui concerne votre santé quotidienne ?

Alors j’ai une bonne nouvelle pour vous : l’e-book que vous allez recevoir  en cadeau contient également un extrait d’un Guide plus long, plus complet (83 pages), intitulé :

«Une bonne alimentation : source de santé et de bien être » dont je vous parlerai dans un prochain mail !

 1. Quels sont les aliments sains ?

Cette simple question appelle une réponse évidente : la Nature est forcément saine et tout ce qu'on lui rajoute de chimique pour "l'améliorer" ne peut que la déséquilibrer et est donc malsain.

Les aliments sont tous bons, même les viandes. C'est la façon de les nourrir qui les modifie et peut les rendre malsaines. L'élevage dans des espaces exigus empêche la moindre activité de ces animaux et les traumatise, en plus des nombreuses intoxications qu'ils subissent (aliments OGM, antibiotique, résidus agricoles toxiques...).

C'est donc dans les fruits et légumes, cultivés biologiquement, que vous trouverez tout ce dont votre organisme a besoin pour se maintenir en bonne santé :

-      Les nutriments vitaux nécessaires aux réactions biochimiques (oligo-éléments) comme le calcium, les métaux (cuivre, fer, magnésium, phosphore, sélénium, silicium, zinc), le soufre...

-      Pratiquement toutes les vitamines (A, C, E, D, B,.K..)

-      Les Fibres (aux multiples pouvoirs) et les antioxydants, irremplaçables...

Tous ces composés vitaux et indispensables à notre organisme sont assimilés sans aucun effet néfaste lorsqu'ils sont naturels, alors que ce n'est pas le cas, en général,  pour les compléments alimentaires (souvent non bio).

Par exemple, les compléments qui proposent en même temps le cuivre et le fer, freinent l'absorption du zinc, alors que cela ne se produit jamais lorsque cette association est faite naturellement. Un autre exemple : les hypervitaminoses A et E, qui peuvent être mortelles, n'existent qu'avec les vitamines de synthèse.

Si vous désirez améliorer votre santé, vous avez besoin avant tout de changer votre mode d'alimentation. Ne vous laissez pas influencer par les publicités omniprésentes et choisissez volontairement les aliments cultivés biologiquement, des légumes frais et préférez ceux de la saison, quant aux céréales, elles doivent être complètes pour les fibres et pour les oligo-éléments (qui en sont absents si elles sont traitées et blanchies). Choisissez les viandes "de la ferme" (nourriture naturelle, et élevage en plein air).

Mais surtout, variez vos repas, préférez les protéines végétales (elles contiennent beaucoup moins de toxines), les sucres à absorption lente tels que les légumineuses et ne mangez pas plus 50 grammes de protéines animales par jour (poulet, dinde, veau, poisson...)

La dinde est intéressante car elle contient beaucoup de sélénium. Ce métal (oligo-élément) est nécessaire à l'organisme pour éviter les maladies cardiovasculaires. Il participe aussi activement à la lutte contre certains cancers (prostate et poumon). Il a en fait un pouvoir antioxydant puissant qui permet d'éliminer les radicaux libres responsables d'un vieillissement précoce.

En parlant d'antioxydant, n'oublier pas les fruits, tous en contiennent beaucoup (ainsi que des vitamines), et particulièrement les baies rouges ou noires (groseilles, canneberges, baie d'acaï, etc.).

Mais attention, votre organisme doit être prêt à retirer le maximum de toutes ces richesses naturelles. Il faut donc le mettre dans de bonnes dispositions :

-      Arrêtez le tabac (qui épuise votre vitamine C)

-      Buvez peu de boissons alcoolisées (un verre de vin maximum par repas)

-      "Bougez-vous" (sport, marche, etc.)

N'oubliez pas que :

-      La maladie indique qu'il y a quelque chose qui ne va pas ou qu'il manque quelque chose. C'est l'avertissement qu'il est temps de modifier votre comportement temps de changer et de retrouver une bonne hygiène vitale.

Il faut éviter de devenir l'obstacle aux bienfaits que peut nous apporter la nature.

Portez-vous bien !

 

2. Comment être sûr de manger sainement ?

Il faut prendre conscience de notre comportement !

Si tous les jours nous buvons un ou deux apéritifs, que nous mangeons de la charcuterie, que nous grillons un paquet de cigarette (ou l'équivalent), que nous dormons peu et que nous ne respectons pas notre organisme; nous ne devrions pas nous étonner que notre corps sature et qu'il ne parvienne plus à assimiler ce qui est bon pour lui.

Vous pourrez démarrer une diète, manger moins, éviter tous les gras. Si vous continuez à "faire la fiesta" régulièrement et que vous reprenez vos anciennes habitudes, votre corps retrouvera son excès de poids et son enrobage de graisse.

En fait, le corps mémorise ce qu'on lui donne. Si vous êtes habitué à avaler beaucoup de mets gras, lorsque vous allez commencer une diète, votre corps va considérer qu'il est en manque. Dès que vous recommencerez à manger un peu plus il va en profiter pour faire tout de suite mettre du gras en réserve pour reprendre ses anciennes habitudes...

Ce n'est pas très efficace pour suivre qui devrait nous faire perdre du poids. Alors, comment faut-il s'y prendre ?

Il faut commencer par éliminer les toxines de votre organisme, pour soulager ses systèmes de régulation. Vous devez d'abord l'habituer à ne plus être en surcharge permanente.

Ne décidez pas de tout changer en même temps et tout de suite. Si vous changez votre régime alimentaire, arrêtez l'alcool et le tabac, tout cela en même temps, vous allez subir un tel stress que cela va anéantir tous vos efforts et va provoquer l'effet inverse de celui recherché.

Commencez par modifier votre alimentation en mangeant plus sainement. Commencer par manger les fruits et les légumes de la saison, de préférence bio. Consommer une ou deux pomme par jour. Manger moins de viande que vous remplacerez par des légumes frais, des "brûleurs de graisses" (notamment les fruits), et des céréales complètes pour avoir toutes les protéines nécessaires.

Consommez les aliments qui rassasient longtemps (ceux qui ne contiennent pas de "sucre rapide"), pour éviter que la sensation de faim revienne rapidement.

Commencer la journée par un petit-déjeuner copieux et au repas de midi de midi complet. Faites un repas du soir léger et suffisamment tôt pour ne pas avoir à vous coucher juste après. C'est sur, c'est sans doute l'inverse de ce que vous faites actuellement, mais vous devez d'abord réhabituer votre corps à un fonctionnement naturel !

Une fois par mois profitez d'une journée de repos (car il ne faut pas vous fatiguer) pour faire un jeûne. Cela permettra à votre corps de se reposer. N'oubliez pas pour autant de boire de l'eau, car l'organisme  a toujours besoin d'être hydraté. En plus l'eau permet d'éliminer plus rapidement les toxines rejetées pendant le jeûne.

Grâce à  ces nouvelles habitudes, vous allez réapprendre tranquillement à votre corps fonctionner normalement. Vous allez petit à petit effacer la mémoire de ses anciens comportements. Ainsi, vous parviendrez à diminuer tout naturellement vos excès et prendrez beaucoup de plaisir à manger sainement.

 

3. Pourquoi sommes-nous malades ?

 Vieillir n'est pas une maladie, et la maladie n'est pas une fatalité !

Tout au long de notre vie de nombreux obstacles se dressent sur notre chemin et nous cachent notre futur.

Sommes-nous alors responsables de nos maladies auto-immunes, de nos cancers foudroyants, de nos maladies neurologiques ?

En tout cas, une chose est incontestable, notre mode d'alimentation, le fait de prendre conscience de ce que l'on met dans notre assiette et une bonne hygiène vitale peuvent permettre de ralentir, voire d'éliminer de nombreuses maladies et notamment celles qui sont la conséquence directe de mauvaises habitudes (cancer du poumon, de l'estomac, du côlon...). Il est même possible d'éviter les maladies cardiovasculaires !

Ce qui est extraordinaire c'est qu'en procédant avec une pleine conscience de nos actes, on est absolument sûr d'améliorer nettement notre santé. Le résultat est garanti.

D'innombrables recherches l'attestent. Les résultats des tests sont incontournables. Des individus ont amélioré leur santé grâce à une nourriture saine sans risquer de supporter les effets secondaires des médicaments (effets néfastes, qui eux ne sont malheureusement plus à démontrer).

Nous ne pouvons qu'être gagnant en ayant une alimentation saine, c'est-à-dire biologique, composée de fruits et de légumes de saison, de céréales non raffinées et non blanchies, de peu de viande et de préférence blanche, d'eau de source ou minérale. Toutes ces choses que la nature nous fournit naturellement depuis des milliers d'années.

Qu'advient-il lorsque l'on "tombe" malade ?

On va devoir supporter les interventions chirurgicales ou les chimiothérapies, les hospitalisations et les examens avec leurs cortèges de contraintes et d'effets secondaires néfastes.

Tout ça pour des résultats qui ne correspondent pas à ce à quoi on s'attendait, voire carrément mauvais ou même sans espoir. Les chanceux pourront compter sur une rémission durant quelques temps, sans savoir si le résultat pourra être un jour définitivement bon.

Alors, il faut gérer ce stress au quotidien, tout en continuant de gagner sa vie en travaillant pour pourvoir à ses besoins.

Ne vous basez que sur ce qui est vraiment sûr ! Vivez et mangez sainement. N'allez pas anéantir cette possibilité fantastique d'avoir une bonne santé. Adoptez définitivement une meilleure hygiène vitale et profitez à fond de la Vie.

 

4. Le bon modèle pour une vie saine !

Pour établir le bon modèle d'une vie et une alimentation idéalement saine, il faut partir du bon pied. On doit s'appuyer sur une base solide pour pouvoir profiter au maximum de cette vie saine.

Le début de la journée paraît être la bonne référence de départ. Et pour bien commencer la journée, il faut avoir eu un sommeil réparateur. Un excellent équilibre est important pour conserver (ou retrouver) une bonne santé.

Mais quelles sont les "normes" d'un bon sommeil ? 7 à 8 heures de sommeil  non interrompu sont nécessaires pour un adulte. Bien sûr des réveils sont possibles pour aller uriner, mais sans que cela affecte la qualité du sommeil. Ainsi, on pourra affirmer que cet adulte a bien dormi.

Ensuite, il est nécessaire de faire le plein d'énergie, pour bien débuter la journée. Nous pourrons ainsi avoir une bonne humeur qui dure toute la journée. C'est le petit déjeuner qui nous apportera cette énergie de façon naturelle de façon à tenir jusqu'à midi sans "coup de pompe".

Avec un bon café ou mieux, un thé vert, on pourra prendre des céréales dans un grand bol (complètes, bien sûr), suivi de fruits (en salade, par exemple) et de fromage blanc ou d'un yaourt.

Ceux qui ont un travail très physique dès le matin peuvent ajouter du riz brun (complet) et un peu de viande blanche (dinde ou poulet).

Notez bien qu'il est fondamental d'apporter à notre corps toute l'énergie qui lui sera nécessaire pour réaliser toutes les activités de la journée.

Cependant, le repas du midi doit aussi être substantiel et apporter à l'organisme tous les autres éléments (autres que l'énergie) qui lui permettent de fonctionner dans de bonnes conditions.

Donc, il faut prévoir une bonne quantité de légumes (carottes, navets, choux...) ou de légumineuses (lentilles, haricots, etc.) accompagnés de poisson ou de viande blanche (dinde, poulet, veau...). Les légumes pourront de temps en temps être remplacés par du riz (complet) ou éventuellement des pattes.

Il est important de favoriser la viande blanche car elle contient beaucoup moins de graisse. En outre, si vous voulez combattre les maladies cardiovasculaires, vous devez savoir que la dinde contient un oligoélément essentiel, le sélénium

En outre, pensez pendant la journée à prendre un moment pour vous détendre. Vous devez être capable de vous accorder un moment de plaisir.

En fin de journée, mangez léger (pas de viande et des mets faciles à digérer) et suffisamment tôt pour ne pas vous coucher juste après le repas. Ayez une activité relaxante, ou plus exactement quelque chose qui vous plait, avant de vous coucher. Vous dormirez mieux.

 

5. Nos ancêtres mangeaient-ils mieux que nous ?

Il arrive fréquemment que l'on imagine nos aïeux en train de mordre avec plaisir dans une cuisse d'agneau tenue à pleine main.

C'est sans doute une fausse image. Car même si nos lointains ancêtres se nourrissaient de viande, ce n'était sans doute pas fréquent et il y a peu de chance que ce fut de la viande de mouton.

En effet, les premiers hommes étaient essentiellement végétariens et vivaient surtout de cueillette (fruits sauvages, feuilles tendres, baies, etc.).

À cette heureuse époque, la terre ne recelait pas de pesticide, ni de nitrate, ni rien d'autre qui puisse changer la teneur en oligo-éléments (vitamines, antioxydants, fibres,...) des aliments. A l'époque tous les aliments étaient naturels et sains.

Ces hommes se nourrissaient grâce à la chasse, mais la plupart du temps mangeaient des petits animaux, voire des insectes.

En Amérique du Sud, l'observation du ciel et des saisons a permis au peuple Inca de devenir agricole. En respectant les cycles de la nature, ils ont pu devenir d'excellents agriculteurs et mangeaient ainsi beaucoup de fruits et de légumes.

Actuellement, les scientifiques modernes étudient avec beaucoup d'intérêt ces civilisations reculées et plus particulièrement leurs habitudes alimentaires. Leurs études révèlent que les individus de l'époque Inca ne souffraient pas de maladies coronariennes ou d'une quelconque autre maladie des "temps modernes".

Que s’est-il donc passé ?

Au néolithique (il y a environ 6000 ans), des modifications profondes sont arrivées dans l'alimentation des humains. Ils ont découvert les céréales et petit à petit ont appris à les cultiver. Les céréales ont fini par prendre une place dominante dans leur alimentation. Puis l'élevage des bêtes leur a permis de diversifier leur alimentation en buvant du lait.

Mais, c'est tout récemment, au moment de la "révolution industrielle", et avec la naissance du consumérisme, que tout va basculer. En très peu de temps (une cinquantaine d'années, c'est très court par rapport à l'évolution de l'être humain) on a délaissé la consommation des produits frais pour des produits "industrialisés".

On "corrige" les aliments avec des additifs alimentaires (pesticides de culture, conservateurs, colorants, correcteurs de goût –le tristement célèbre glutamate-, émulsifiants et autres gélifiants).

On consomme de plus en plus de sucre (50 fois plus qu'au début du 20ème siècle !), auquel il faut ajouter les excès de graisse sous toutes ses formes et c'est une éclosion d'obésités, de maladies cardiovasculaires, de diabètes et autres maladies dites "du siècle".

Le retour en arrière est bien sûr impossible, et la seule solution viable est d'agir intelligemment et avec conscience. Nous avons le pouvoir mais surtout le devoir de modifier notre façon de nous alimenter. C'est d'une importance vitale pour notre santé, mais aussi par respect de notre future descendance.

 

6. Des vitamines biologiques plein l'assiette !

Presque tout le monde sait que la carotte renferme des bêta-carotènes qui permettent au corps de métaboliser  de la vitamine A. Mais à quoi sert-elle ?

La vitamine A est nécessaire pour avoir une belle peau, elle favorise la cicatrisation, la régulation de la sueur et le bronzage.

Un manque de vitamine A provoquerait donc une détérioration de la peau qui perdrait sa souplesse et deviendrait rêche.

Sachant cela, n'en profitez pas pour faire une surconsommation de carottes ! D'ailleurs, vous trouverez aussi de la vitamine A dans le jaune d'œuf, le beurre et le lait, et dans certaines graisses de poisson.

Cependant, le lait est relativement indigeste car il doit être bien insalivé et modifié ainsi par les enzymes salivaires pour que sa digestion se fasse correctement (c'est pour cela que les bébés et les jeunes enfants doivent le téter et non le boire au bol).

De toute façon, pour utiliser cette source de calcium, le lait peut être absorbé sous forme de fromage blanc ou de yaourt, car il y est déjà modifié par la présure ou les ferments. En outre, vous pouvez mettre du beurre, qui contient de la vitamine A et du calcium, sur vos tartines au lieu de margarine, qui est faite de graisses hydrogénées..

La vitamine D est synthétisée par la peau grâce aux rayons solaires et les personnes qui habitent des zones peu ensoleillées ont droit à des déprimes saisonnières fréquentes.

Souvent, ils ont besoin d'Un traitement de "luminothérapie" permet en général d'éliminer cette déprime. Ces gens manquent en fait de vitamine D, et subissent donc des troubles nerveux.

De plus, ce bilan peut s'alourdir, car des études récentes font ressortir que le manque de vitamine pourrait favoriser l'apparition d'un certain nombre de cancers.

Dans le cas d'hyperacidité gastrique, les médecins prescrivent aujourd'hui des molécules dites IPP (inhibiteur de la pompe à protons) qui en même temps qu'elles réduisent l'acidité de l'estomac, empêchent le corps de fixer la vitamine D.

Mais, à son tour, cette carence inhibe la fixation du calcium par les cellules. Les malades traités aux IPP se retrouvent prises dans un cercle et peuvent alors développer des maladies osseuses, voire cancéreuses.

Une fois de plus nous avons la preuve qu'il vaut mieux prévenir que guérir. En ayant une alimentation saine, nous pouvons éviter de tomber le cercle vicieux de la prise de médicaments qui entrainent d'autres désordres, qui à leur tour vous obligent à prendre d'autres médicaments, etc. La solution naturelle existe toujours. Manger et vivez sainement, naturellement !

 

7. La nature nous a-t-elle révélé tous ses secrets ?

Il est évident que non ! La nature ne nous a pas révélé tous ses secrets. Quasiment tous les jours nous découvrons une espèce animale ou végétale intéressante. Mais est-il possible de percer tous ses mystères ?

Même les puissants moyens technologiques actuels qui nous permettent d'observer aussi bien l'infiniment petit que l'infiniment grand, ne nous ont pas autorisé à découvrir tous ses secrets.

Nous pouvons quand même étudier avec intérêt ce que la nature étale devant nos yeux.

La nature est généreuse et puissante. Elle nous le prouve par la grande diversité biologique observable en tout point de la terre ou des océans.

Cette simple remarque est digne d'intérêt. Sans regarder plus loin cette grande diversité biologique nous propose une leçon très instructive.

Combien de personnes sont capables d'accepter les différences ? Les tabous, la discrimination, le racisme... Tout sépare les être humains, au lieu de les rapprocher comme le fait la nature dans sa grande diversité biologique.

La locution "diversité biologique" a donné par contraction le terme de "biodiversité".

"Bio" veut dire "vie", or presque tous nos aliments sont "morts". Les additifs  alimentaires (conservateurs, colorants, exhausteurs de goût...) et les transformations génétiques tuent la nourriture. Le fait de vouloir modifier les aliments pour n'importe quelle raison que ce soit (résistance aux insectes, pousse rapide, couleur plus vive...) dévitalise nos aliments.

L'étude de la nature nous montre que sa puissance et son énergie vitales viennent de la diversité, de la grande variété de ses espèces animales ou végétales.

Les légumes et les fruits de saison, frais et biologiques, sont vivants et donc riches en énergie, gorgés d'oligo-éléments (vitamines, fibres, antioxydants,  enzymes...).

Le seul vrai "secret" de la nature est la "vie" (bio). C'est son pouvoir de se régénérer, de se reproduire, de se diversifier. Chaque jour, elle nous donne une nouvelle espèce, végétale ou animale, à étudier. Elle crée sans cesse.

Le massacre des animaux sauvages comme les élevages industriels, la pollution et la déforestation, le massacre irraisonné des insectes, ne peuvent surement pas nous aider à retrouver l'équilibre harmonieux intrinsèque à la Nature.

Il existe pourtant des solutions qui respectent l'équilibre naturel. Par exemple, n'avait-on pas découvert que des coccinelles d'Asie permettaient d'éviter l'emploi de pesticides chimiques contre les pucerons ?

De nombreuses solutions naturelles existent déjà, il nous suffit de les découvrir et surtout de les utiliser. La biodiversité est un extraordinaire silo à solutions. Ce n'est pas l'aspect (couleur, forme...) qui fait un bon fruit ou un bon légume, c'est sa "vitalité", sa richesse en éléments biologiques.

 

8. Aurions-nous un troisième cerveau ?

 Outre les hémisphères droit et gauche qui sont en fait un seul et même cerveau. Des études datant de 1998 redéfinissent des fonctions de nos organes vitaux (qui avaient été en fait découvertes à la fin du 19ème siècle et avancent que l'intestin contiendrait autant de neurones que la moelle épinière, soit plus de cent millions, et secrèterait, comme le cerveau, des neurotransmetteurs (une vingtaine).

Certains spécialistes affirment donc que l'intestin est un véritable deuxième cerveau. N'est-il pas étrange que ce soit précisément le système digestif qui soit doté d'un système neuronal ?

Notamment quand on sait que les intestins jouent un rôle important dans le tri des aliments, qu'ils permettent leur décomposition, leur transformation et leur assimilation...

En outre, l'emplacement de l'intestin dans l'abdomen (ventre) ne laisse personne indifférent. La plupart des personnes savent que sur le plan énergétique le ventre correspond au centre des "émotions". Cela paraît être une bien curieuse coïncidence ?

D'ailleurs, notre ventre ne réagit-il pas de nombreuses émotions ?

Nous savons que ce que nous mangeons à des répercutions sur notre santé, aujourd'hui nous apprenons que nos émotions ont une action similaire. Les scientifiques ont pu vérifier que ces fameuses terminaisons nerveuses, ces "neurones" de l'intestin, communiquent de façon permanente avec le cerveau.

Il existe donc bien un lien biologique entre le corps et l'esprit, les émotions et la spiritualité (via le nerf vague, ou pneumogastrique). Un équilibre entre les deux systèmes (Système Nerveux Central et Système Nerveux Entérique) est donc possible, et souhaitable. Les personnes en bonne santé sont des personnes qui en général ont un bon état d'esprit.

Nous comprenons à présent pourquoi des spécialistes se sont ingéniés à nous enseigner la pensée positive ou la pensée créatrice. Une façon agréable de nourrir notre esprit pour le rendre plus fort, créateur d'événements positifs pour notre vie.

On voit alors qu'il est nécessaire de bien nourrir notre organisme, de lui apporter une bonne alimentation (saine, équilibrée et non toxique) pour nous permettre de conserver une Bonne Santé.

Les deux sont liés. Si vous nourrissez votre esprit de pensées négatives, que vous laissez les émotions négatives vous envahir (la peur, le ressentiment, haine...) vous ne tarderez pas à ressentir des douleurs au ventre ou à l'estomac, vous aurez du mal à respirer.

De même qu'avec l'alimentation, si vous nourrissez votre corps avec des aliments morts, intoxiqués par les pesticides ou les produits chimiques, votre moral va vite baisser, la dépression va vous envahir et votre santé va vite dépérir.

Le corps et l'esprit sont liés (effet psychosomatique agissant dans les deux sens). Ils ont tous les deux besoin de naturel et d'action.

 

9. Tout ce qu'il faut savoir pour être bien dans son assiette !

Manger une nourriture saine ne suffit pas pour bénéficier pleinement de tous les bienfaits qu'elle est censée nous apporter.

Si vous mettez des fruits et des légumes frais et sains dans un récipient sale, moisi et tout abimé, croyez-vous que vous pourrez retirer de ces fruits et légumes tout ce qu'ils peuvent vous donner.

Maintenant, faites le parallèle avec un individu qui mène une vie de "ouf" : il fait la bringue et ne dort pas assez; le lendemain il a besoin de remontant (café, boissons énergisantes et bien sur de l'alcool); ensuite il n'arrive plus à dormir et va se "nourrir" de médicament pour arriver à dormir; et ainsi de suite.

Maintenant, si cette personne voulant améliorer sa santé se décide à manger des fruits et des légumes, tous les jours. Va-t-elle tirer un bon profit de ces apports en énergie saine et naturelle ?

Cette comparaison est un peu "tirée par les cheveux, mais vous comprenez bien que si vous ne fournissez des efforts que dans un seul domaine, le résultat ne sera pas à la hauteur de vos attentes. Vous allez perdre d'un autre côté ce que vous aviez réussi à gagner.

Par exemple, si plein de bonnes intentions,  vous décidez de manger sainement (biologique, non toxique en fait, et équilibré) toute la semaine et qu'à côté de ça vous faites la fête tous les week-ends en buvant beaucoup (bières, apéritifs, vins, etc.) en faisant des orgies caloriques (charcuterie, gâteaux, etc.) vous ne verrez pas vos efforts récompensés.

Le corps garde en mémoire les restrictions de la semaine et va se servir des excès du week-end pour refaire le plein en graisses et en sucre. Tous les efforts de la semaine s'envolent en fumée...

Il est inévitable, si vous voulez obtenir des résultats, de vous orientez vers une bonne alimentation (non toxique, variée, équilibrée), vers de bonnes attitudes (positives, sans excès).

Il faut vous réhabituer à dormir suffisamment, à prendre du repos bien mérité, à boire de la bonne eau (de source ou filtrée), à vous équilibrer, mais aussi à diminuer l'alcool (seulement pour une bonne occasion et un vrai plaisir) et si possible arrêter le tabac.

 

10. L'eau est "Vitale" à notre santé !

Où est donc le bon temps où on allait puisait l'eau au puits ou bien on faisait le plein à la fontaine du village ! À cette époque, l'eau de certains cours d'eau n'était pas encore pollués par les usines et les déchets de toute sorte.

Parfois, après de fortes pluies, on évitait l'eau de la fontaine pendant quelques jours. En remplacement, on buvait la bonne eau du robinet, dont la qualité était alors garantie.

Les temps ont malheureusement changé et aujourd'hui, l'eau des fontaines est presque toujours non potable. Les fontaines coulent toujours, on peut toujours apprécier le bruissement de leur eau, mais on n'a plus le droit de la boire.

Dans les magasins d'alimentation (grandes surfaces ou épiceries) on peut toujours s'acheter des bouteilles d'eau minérale, mais le lien direct avec la nature est totalement rompu.

Et l'eau du robinet n'apporte plus aucune garantie de salubrité car, malgré les filtrations et les traitements qu'on lui inflige, on y retrouve des traces de métaux (aluminium, mercure...), de nombreux résidus de médicaments (dont les hormones des contraceptifs), des traces de radioactivité, et quantité d'autres traces de produits chimiques dangereux.

Parallèlement des études médicales ont démonté la toxicité de l'aluminium (maladie d'Alzheimer). On savait déjà que notre ADN était modifié en présence de radioactivité, mais on a appris récemment que la stérilité croissante des hommes proviendrait des hormones féminines retrouvées dans l'eau de table !

Quand on a sait que notre organisme contient environ 48 litres d'eau (65% de son poids), on peut vraiment être préoccupé par les conséquences sur notre organisme des eaux que nous buvons. Il est de notre devoir de protéger les eaux de source.

On retrouve partout ces nitrates qui sont si nocifs pour notre organisme. L'avenir des générations futures (dont nos enfants) dépend de notre détermination et de notre conduite pour corriger nos erreurs.

Nous pourrons ainsi obtenir une meilleure santé mais pourrons aussi vivre en harmonie avec la nature.

more...
No comment yet.
Rescooped by Guy Delforge from Abeilles, intoxications et informations
Scoop.it!

Abeilles, pollinisation, biodiversité, pesticides

Abeilles, pollinisation, biodiversité, pesticides | Protégez votre santé sans médicament | Scoop.it

 

Le déclin qui menace les populations d’abeilles est un enjeu énorme pour nos sociétés dont l'alimentation dépend pour une bonne part de la pollinisation des plantes à fleurs.

 

La mortalité élevée des abeilles domestiques et des pollinisateurs sauvages est observée depuis plus de 60 ans.

Le phénomène s’est intensifié et généralisé à l'ensemble de la planète.

 

Sa forte augmentation depuis une quinzaine d'années soulève autant d'inquiétudes qui font des abeilles les témoins emblématiques de la qualité des pratiques agricoles actuelles et de leurs conséquences sur le milieu naturel.

 

L’étude des abeilles, principalement de l’abeille domestique (Apis mellifera) et de leurs interactions avec leur environnement, fournit des clés pour enrayer ce déclin aux causes multiples.

 

Sommaire

 

Introduction

À quoi servent les abeilles

Mortalité des colonies d’abeilles : les causes possibles

Trop de pesticides, moins de miel

Maillage d'abeilles

L'appel du pollen

 

 


Via Bee Api?
more...
No comment yet.
Scooped by Guy Delforge
Scoop.it!

L'importance d'une bonne alimentation pour la prévention des cancers

L'importance d'une bonne alimentation pour la prévention des cancers | Protégez votre santé sans médicament | Scoop.it
Le 26 mars à 20 h à la Halle aux grains, sera projeté le film "Rue Mandar" qui s'inscrit dans le cadre de la campagne nationale "Mars Bleu" de la Mutualité Française...
more...
No comment yet.
Rescooped by Guy Delforge from La sélection de BABinfo
Scoop.it!

Slow Food : pour une alimentation bonne, propre et juste

Le Salon du goût/Terra madre 2012 vient de se terminer à Turin, Piémont. Un événement monumental dédié au goût et aux produits de qualité du monde entier.

Via BABinfo
more...
No comment yet.
Scooped by Guy Delforge
Scoop.it!

Le cacao est peut-être le meilleur allié du cerveau | Slate

Le cacao est peut-être le meilleur allié du cerveau | Slate | Protégez votre santé sans médicament | Scoop.it
Le cacao pourrait faire partie des meilleurs stimulants du cerveau, selon Scientific American. Pour avancer cela, le magazine invoque une étude menée par des chercheurs italiens de l’université de L’Aquila et le fabricant de barres chocolatées...
more...
No comment yet.
Rescooped by Guy Delforge from De la Fourche à la Fourchette (Agriculture Agroalimentaire)
Scoop.it!

Les comportements alimentaires, un enjeu de santé publique

Depuis la fin de la Première Guerre mondiale, les circonstances géopolitiques et économiques ont bouleversé les habitudes ancestrales. Nous varions moins notre nourriture, les plats culturels sont négligés au profit d'une alimentation gravement déstructurée. Aujourd'hui en France, 1 personne sur 3 est en surpoids. 20 % des enfants de moins de quinze ans sont en surcharge pondérale. Il faut déplorer près de 360 millions de diabétiques dans le monde et plus de 3 millions en France, c'est une véritable épidémie. D'ici à 2020, les moins de 40 ans vont subir une nette augmentation des risques d'hypertension et d'infarctus. Cela sera socialement et économiquement insupportable.

Nous sommes ce que nous mangeons à la molécule près. Notre identité culturelle culinaire disparaît au profit d'une alimentation déséquilibrée. Nous avons perdu la notion de science des aliments, innée chez nos ancêtres. Nous devons la réapprendre, nous l'approprier comme un nouvel alphabet de santé. Une bonne alimentation se fonde sur un bassin de vie. Ce sont des producteurs, des commerçants, des industriels, des consommateurs qui partagent un même environnement, un même terroir, une mémoire alimentaire identique, construite au fil du temps. Toutes les ethnies trouvaient dans leurs mets les éléments nutritionnels assurant leur survie. Et on les retrouve encore aujourd'hui dans la composition de plats régionaux, préparés avec un savoir-faire respectueux des méthodes traditionnelles : couscous, petit salé aux lentilles, paëlla, poule au pot, ou encore garbure. Tous ces plats, parfois millénaires, possèdent un point commun : ils apportent une variété de nutriments constructeurs et réparateurs de notre organisme. Grâce à eux, les cellules de l'organisme détiennent les éléments de réparation et de renouvellement indispensables.

Nous ne défendons pas un passéisme alimentaire. Il ne s'agit pas de se nourrir ni de vivre comme aux siècles passés. En revanche, il faut susciter auprès de chaque citoyen l'envie de manger des produits régionaux, de saison, dont les méthodes de production préservent l'environnement et répondent aux besoins physiologiques de l'humain.

La déstructuration alimentaire est un danger, il faut la combattre pour que, au moment d'entrer dans la vie sociale, un jeune ait intégré la grammaire de la qualité et de l'équilibre alimentaire pour son bien-être et sa santé. Aujourd'hui, l'amélioration de notre alimentation doit constituer un axe de réflexion majeur pour une politique de santé publique forte et durable. Sa mise en oeuvre engendrera une baisse des dépenses de santé.

Il est nécessaire d'intégrer deux notions complémentaires essentielles pour la cohérence d'une politique de santé publique. Un budget alimentaire de 1,20-1,30 euro, comme le propose des sociétés de restauration collective, est irresponsable et incompatible avec les exigences qualitatives de base. Du fait de ce faible coût, de nombreux repas scolaires ne sont pas aux normes de la nourriture pour chiens et chats en termes de qualité. Par ailleurs, exiger 20 % de produits bio en restauration scolaire démontre le niveau très partiel des réflexions de nos chers amis politiques. Le débat présenté aujourd'hui démontre que nous sommes arrivés à la fin d'un modèle et qu'il faut reconstruire un projet global de qualité alimentaire.


Via Paul-Jean Ricolfi
more...
No comment yet.
Rescooped by Guy Delforge from La santé au naturel
Scoop.it!

Les aliments bénéfiques pour le cerveau

Les aliments bénéfiques pour le cerveau | Protégez votre santé sans médicament | Scoop.it

Certains aliments améliorent les fonctions cérébrales et intellectuelles, dont la mémoire.

 

Si le fait d’avoir une bonne alimentation saine et équilibrée améliore notre condition physique, notre façon de nous nourrir va également influencer nos fonctions cérébrales, plusieurs aliments vont favoriser nos fonctions cognitives. Il faut donc s’assurer d’en consommer suffisamment....


Via Michel Delon
more...
No comment yet.
Scooped by Guy Delforge
Scoop.it!

Régime anticellulite - La base d'une bonne alimentation équilibrée - Vie Plus Saine

Régime anticellulite - La base d'une bonne alimentation équilibrée - Vie Plus Saine | Protégez votre santé sans médicament | Scoop.it
Un régime anticellulite. Parce que la cellulite ne peut pas vraiment être classée comme une seule cause, une alimentation saine et un régime anticellulite (A lire: Régime anticellulite - La base d'une...
more...
No comment yet.