Projet de DA
44 views | +0 today
Follow
Projet de DA
Sujets concernant les fruits et légumes (sécurité alimentaire, marché, tendance...)
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Laetitia TCHANGA from Projets et Contrats de Recherche - Résidus et Contaminants dans les aliments - Sécurité Alimentaire
Scoop.it!

Quels produits alimentaires ont le plus de substances chimiques ? - RegimesMaigrir.com

Quels produits alimentaires ont le plus de substances chimiques ? - RegimesMaigrir.com | Projet de DA | Scoop.it
Quels produits alimentaires ont le plus de substances chimiques ?

Via Klingler Virginie
Laetitia TCHANGA's insight:

A nuancer...

more...
No comment yet.
Rescooped by Laetitia TCHANGA from Économie de proximité
Scoop.it!

Crises de confiance alimentaires: la revanche des «Petits producteurs»

Crises de confiance alimentaires: la revanche des «Petits producteurs» | Projet de DA | Scoop.it

«On voit aujourd’hui des gens qui ne nous prenaient même pas au téléphone nous relancer trois fois par jour». Autrefois snobés par la grande distribution, les «Petits producteurs», qui mettent leur nom et leur photo sur leurs fruits et légumes, sont aujourd’hui très courtisés.

Nicolas Chabannes, le malin co-fondateur avec sa soeur Elisabeth de ce groupement de 450 producteurs, a instantanément senti que l’affaire du cheval dans les lasagnes et autres raviolis industriels allait porter chance à ces cultivateurs et éleveurs qui se singularisent en signant leurs paniers de fraises, d’asperges ou de tomates avec leur photo, nom, prénom, contact et lieu de récolte.


Via Franck Dupessey Pro
more...
No comment yet.
Rescooped by Laetitia TCHANGA from De la Fourche à la Fourchette (Agriculture Agroalimentaire)
Scoop.it!

Les Français et la confiance alimentaire - Ipsos Public Affairs

Les Français et la confiance alimentaire - Ipsos Public Affairs | Projet de DA | Scoop.it

Les crises alimentaires se succèdent et ne sont pas passées inaperçues auprès du grand public, qui a perdu confiance dans la sécurité des aliments depuis déjà un certain nombre d’années. Résultat : près de 8 Français sur 10 disent être inquiets de connaître une nouvelle crise alimentaire.

 

suite http://www.ipsos.fr/ipsos-public-affairs/actualites/2013-11-06-francais-et-confiance-alimentaire

 


Via Paul-Jean Ricolfi
more...
No comment yet.
Rescooped by Laetitia TCHANGA from De la Fourche à la Fourchette (Agriculture Agroalimentaire)
Scoop.it!

Alimentation : la défiance persiste - Est Républicain

Alimentation : la défiance persiste - Est Républicain | Projet de DA | Scoop.it

Plus de 60 % des Français estiment manquer d’informations sur la qualité des produits qu’ils achètent, selon une enquête menée par Ipsos et RESPECT’in sur les Français et la confiance alimentaire, récemment publiée.

La majorité des sondés (59 %) assure aussi s’interroger « souvent » sur les ingrédients que contiennent les produits fabriqués par les industriels de l’agroalimentaire. Un quart s’interroge même « très souvent ».

Quelque 70 % des Français craignent également de ne pas pouvoir se fournir une alimentation saine, « c’est-à-dire sans effets néfastes sur leur santé » dans les prochaines années, et là encore seuls 4 % se disent « pas du tout inquiets ».

Hormis le prix, qui est le premier facteur d’achat, les sondés citent le plus souvent comme principaux critères le goût/plaisir, suivi de l’origine du produit, de son lieu de fabrication et sa composition.

Ils font d’abord confiance aux associations de consommateurs (à 90 %), puis aux agriculteurs (à 80 %) pour les informer sur la qualité des produits. En revanche, trois-quarts des sondés disent ne pas faire confiance aux industriels de l’agroalimentaire pour les informer, ni à la grande distribution (à 73 %), ni aux pouvoirs publics (68 %).

Ce sondage a été réalisé en ligne auprès de 1.005 personnes représentatives de la population du 30 septembre au 7 octobre, par Ipsos et RESPECT’in qui se présente comme la première marque d’agriculture durable à l’initiative des agriculteurs producteurs de céréales.


Via Paul-Jean Ricolfi
more...
No comment yet.
Rescooped by Laetitia TCHANGA from Pesticides et biocides
Scoop.it!

Mises sur le marché des pesticides : les décisions vont être publiées - Actu-environnement.com

Mises sur le marché des pesticides : les décisions vont être publiées - Actu-environnement.com | Projet de DA | Scoop.it
Mises sur le marché des pesticides : les décisions vont être publiées Actu-environnement.com L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a donné une suite favorable à la requête de Générations futures concernant la publication des décisions...

Via FuturVert
more...
No comment yet.
Rescooped by Laetitia TCHANGA from Toxique, soyons vigilant !
Scoop.it!

Le chlordécone, ex-insecticide des bananeraies, serait bien cancérigène

Le chlordécone, ex-insecticide des bananeraies, serait bien cancérigène | Projet de DA | Scoop.it

Après différents rapports qui faisaient part du risque potentiel pour la santé du chlordécone, un insecticide utilisé aux Antilles pendant une vingtaine d’années, une étude de l’Inserm et du CHU de Pointe-à-Pitre établit clairement le lien entre l’exposition à la molécule et le risque de cancer de la prostate.

(...)


Via Vie toxique
more...
No comment yet.
Scooped by Laetitia TCHANGA
Scoop.it!

Fruits et légumes: la vente directe, une solution ? - RTBF Regions

Fruits et légumes: la vente directe, une solution ?  - RTBF Regions | Projet de DA | Scoop.it
Le prix des asperges est en baisse cette année. Une situation pas évidente à gérer pour les producteurs. L'un d'eux, installé à Liberchies, a choisi la vente directe pour s'en sortir. (Fruits et légumes: la vente directe, une solution ?
more...
No comment yet.
Scooped by Laetitia TCHANGA
Scoop.it!

Traçabilité : Un outil pour les consommateurs, un frein pour les ... - www.econostrum.info

Traçabilité : Un outil pour les consommateurs, un frein pour les ... - www.econostrum.info | Projet de DA | Scoop.it
Traçabilité : Un outil pour les consommateurs, un frein pour les ...www.econostrum.infoObligatoire, la traçabilité des fruits et légumes constitue un outil au service de l'information des consommateurs.
more...
No comment yet.
Scooped by Laetitia TCHANGA
Scoop.it!

Marchés de gros des fruits et légumes: Un marché en chambardement en attente de sauvetage

Marchés de gros des fruits et légumes: Un marché en chambardement en attente de sauvetage | Projet de DA | Scoop.it
Les marchés de gros, qui sont environ 50, semblent peiner à jouer pleinement leur rôle, à cause, entre autres, du manque d'organisation, de l'absence de normalisation et de transparence suffisante ...
more...
No comment yet.
Scooped by Laetitia TCHANGA
Scoop.it!

Les Français pas grands consommateurs de légumes et de fruits

Les Français pas grands consommateurs de légumes et de fruits | Projet de DA | Scoop.it
Recommandation sur la consommation quotidienne de cinq portions de fruits ou légumes peu suivie par les Français. Seuls 27% de la population française entre dans la catégorie de gros consommateurs de fruits et de légumes selon l’étude de Credoc.
more...
No comment yet.
Scooped by Laetitia TCHANGA
Scoop.it!

Fruits et légumes : calendrier pratique des fruits et légumes de saison

Fruits et légumes de saison : informations et calendrier pratique pour 95 fruits et légumes. Recevez chaque mois par email le calendrier de la saison.
more...
No comment yet.
Scooped by Laetitia TCHANGA
Scoop.it!

La baisse des prix alimentaires se poursuit

La baisse des prix alimentaires se poursuit | Projet de DA | Scoop.it
La décrue mondiale tient surtout au repli marqué des cours des céréales.
Laetitia TCHANGA's insight:

Tendance des marchés

more...
No comment yet.
Rescooped by Laetitia TCHANGA from Économie de proximité
Scoop.it!

Crise de confiance des consommateurs envers les produits alimentaire, la filière locale mitigée

Crise de confiance des consommateurs envers les produits alimentaire, la filière locale mitigée | Projet de DA | Scoop.it

La grande question, c'est bien entendu la réaction du consommateur. Il est trop tôt pour mesurer un tel impact, de l'avis unanime des professionnels.Le malheur des uns pourraient-ils faire le bonheur des autres ? Cette faille dans l'approvisionnement au long cours, n'est-ce pas tout bon pour les circuits courts ? A Châtillon-sur-Thouet, réponse mitigée à la Caveb, la coopérative de producteurs de viande locaux, 40 ans l'an passé (1). « Mitigé parce que, d'un côté, c'est mauvais pour l'image de toute la filière viande ; d'un autre côté, si cela se traduit par un nouvel intérêt pour les viandes locales tracées, ce serait pour nous une bonne nouvelle », estime franchement Julien Guéneau, directeur de la Caveb.Que le consommateur fasse l'amalgame sur toute une filière est évidemment la crainte locale. Mais pour promouvoir le circuit court, pouvait-on implicitement trouver meilleure affaire ? La volonté politique affichée, à Parthenay notamment, pour le choix de la proximité ; l'entrée des viandes locales dans les cantines scolaires ces dernières années ; le soutien des circuits courts avec le réseau Résalis porté par le conseil général des Deux-Sèvres ou l'enseigne niortaise des Plaisirs fermiers semblent avoir de beaux jours devant eux.


Via Franck Dupessey Pro
more...
No comment yet.
Rescooped by Laetitia TCHANGA from Nature to Share
Scoop.it!

Crises de confiance alimentaires: la revanche des «Petits producteurs»

Crises de confiance alimentaires: la revanche des «Petits producteurs» | Projet de DA | Scoop.it

«On voit aujourd’hui des gens qui ne nous prenaient même pas au téléphone nous relancer trois fois par jour». Autrefois snobés par la grande distribution, les «Petits producteurs», qui mettent leur nom et leur photo sur leurs fruits et légumes, sont aujourd’hui très courtisés.

 

Nicolas Chabannes, le malin co-fondateur avec sa soeur Elisabeth de ce groupement de 450 producteurs, a instantanément senti que l’affaire du cheval dans les lasagnes et autres raviolis industriels allait porter chance à ces cultivateurs et éleveurs qui se singularisent en signant leurs paniers de fraises, d’asperges ou de tomates avec leur photo, nom, prénom, contact et lieu de récolte.

 

Au premier jour de la crise, il contactait l’AFP pour expliquer sa démarche: quelle meilleure traçabilité que de publier la fiche d’identité personnelle de l’agriculteur ? Près de trois semaines plus tard, son pressentiment est déjà confirmé: «la crise du cheval nous a favorisés» confie-t-il.

 

«L’an dernier, on a commercialisé 320 tonnes de fraises de pleine terre, cette année, la demande dépasse déjà les 1.000 tonnes: au 28 février, 2.800 magasins nous avaient sollicités, ce sera impossible de tous les livrer», raconte-t-il.

 

Même en lançant un appel à tous les producteurs de France qui se sont mis à vendre en circuit court pour éviter les intermédiaires : «On se retrouve dévalisé avant même la saison».

 

Lancé il y a quatre ans autour de deux pôles, au pied du Mont Ventoux dans le sud et près de Lorient en Bretagne, «Le Petit Producteur» commercialise aujourd’hui plus de 600 variétés, viande comprise, sur un même principe: agriculture de qualité, pas forcément bio «mais majoritairement», rémunération au «juste prix» du producteur.

 

Ramener le client au rayon fruits et légumes

 

«Il est rémunéré 10 à 20% plus cher en moyenne, mais le distributeur de son côté s’engage à ne pas répercuter la totalité de ce surcoût au consommateur».

 

Assez vite, Nicolas Chabannes et ses paniers et escalopes «tu-veux-ma-photo» ont trouvé preneurs chez les distributeurs haut de gamme, Fauchon, la Grande Epicerie... Puis quelques enseignes très urbaines ont suivi.

 

«Aujourd’hui, toutes les enseignes de la grande distribution nous référencent sauf une». Chez l’une d’elle, il est passé de 42 à 310 magasins.

 

«En moyenne, nos ventes ont augmenté de 50% par an depuis trois ans, en 2012 elles ont bondi de 70%», se félicite ce quadragénaire, petit-fils de cultivateur venu de la comm' et des fraises.

 

Même si elle apparaît soudain hors de toute proportion anticipée, il s’attendait dit-il à cette explosion: «Tout montre que les consommateurs se détournent des rayons fruits et légumes en grande surface, des pêches dures, des fruits verts... En période de crise, les gens ont encore moins envie de manger de la m...».

 

Des assertions confirmées par les chiffres: un acheteur sur deux ne passe plus par le rayon fruits et légumes des grandes surfaces selon la revue professionnelle LSA; et les achats de fruits et légumes en GMS sont passés de 80% il y a 20 ans à 59 % selon la filière, Interfel.

 

Du coup, les distributeurs réagissent pour sauver le navire: «l’un d’eux m’a confié qu’il devait récupérer ces acheteurs pour s’assurer qu’ils continueraient aussi d’acheter aussi les couche-culottes dans ses rayons».

 

La démarche des petits producteurs avec leur trombine sur les escalopes commence même à intéresser à l’étranger: selon Nicolas Chabannes, «le Ministère japonais de l’agriculture est venu nous voir en janvier pour étudier un développement du concept au Japon».

 

Avant eux, «Le Petit Producteur» avait reçu des visiteurs d’Allemagne et de trois pays scandinaves et il réfléchit simultanément à une possible extension du concept à l’ensemble de l’Europe. Voire à avoir son propre stand l’an prochain au Salon de l’Agriculture.

 
Via Damoclès
more...
Andre Favoriti's comment, March 6, 2013 5:05 AM
Manger local et manger saison, c'est nous qui avons raison , supprimons les réseaux de s grandes distributions
Rescooped by Laetitia TCHANGA from Argent et Economie "AutreMent"
Scoop.it!

Les Français en recherche de traçabilité alimentaire

Les Français en recherche de traçabilité alimentaire | Projet de DA | Scoop.it
Selon une enquête menée par Ipsos et RESPECT'in sur la confiance alimentaire, auprès de 1 005 Français représentatifs de la population du 30 septembre au 7 octobre dernier, 62% d'entre eux estiment avoir des carences d'informations sur la qualité...

Via L'Info Autrement
more...
No comment yet.
Scooped by Laetitia TCHANGA
Scoop.it!

Distribution : Pomona va reprendre une partie d'Européenne Food

200 suppressions d'emploi sont programmées dans cette société placée en redressement judiciaire fin septembre.
more...
No comment yet.
Rescooped by Laetitia TCHANGA from Nature to Share
Scoop.it!

Pesticides : les 12 fruits et légumes qui en contiennent le plus !

Pesticides : les 12 fruits et légumes qui en contiennent le plus ! | Projet de DA | Scoop.it

Les pesticides sont utilisés en quantités considérable depuis plus d’un demi siècle par l’agriculture intensive. Ainsi, on retrouve desrésidus de pesticides partout et notamment dans nos aliments : la moitié des fruits et légumesproduits par l’agriculture intensive en contiennent. Mais certains les absorbent plus que d’autres.

 

L’agence américaine « Animal and Plant Health Inspection Service », après avoir analysé les fruits et légumes les plus communs, a identifié ceux qui ont la plus forte teneur en pesticides et en engrais chimiques.

 

Voici donc la « blacklist » des produits les plus exposés aux substances chimiques quand ils sont cultivés de manière industrielle :

 

La pomme : plus de 40 pesticides différents ont été détectés sur les pommes, car ce fruit est sujet aux champignons et aux insectes; les pesticides sont également présents dans le jus de pomme et la compote de pomme. Les pesticides étant déposés presque complètement sur la peau, cela oblige le consommateur à l’enlever. Mais ce faisant, on élimine aussi la partie la plus nutritive. Si vous ne trouvez pas de pommes “biologiques”, nous vous conseillons les pastèques, les bananes et/ou les mandarines.
 Le céleri : il s’agit d’un cas particulier car il n’est pas présent dans les trois grandes catégories: les arbres fruitiers, les petits fruits et les légumes verts. Néanmoins, le Test USDA a trouvé plus de 60 pesticidesdifférents dans ce légume. Comme pour les pommes, nous vous indiquons ces alternatifs: les brocolis, les radis et les oignons.
 La fraise : comme sur le céleri, il y a plus de 60 pesticides différents, mais un peu moins sur celles congelées. Les fruits alternatifs « biologiques » peuvent être les kiwis et les ananas.
 La pêche : il faut les différencier, dans les“fraîches” on a trouvé plus de 60 pesticides; presque la même quantité que dans celles des conditionnements en monodose, par contre, beaucoup moins sur les pêches en conserve. Des fruits alternatifs plus “sûrs” sont la pastèque, les mandarines, les oranges et les pamplemousses.
 Les épinards : détestés par les enfants, les épinards sont en tête de la catégorie “ feuilles vertes”, avec presque 50 pesticides différents. Beaucoup moins, cependant, pour ceux en “boîte”.
 Les abricots : sur les abricots ont été trouvés 33 pesticides. Si vous ne trouvez pas ceux biologiques, vous pouvez choisir les ananas, la papaye ou la mangue.
 Le raisin. Le raisin importé peut avoir plus de 30 pesticides. Le raisin, contient également un nombre plus élevé de pesticides.
 Le Poivron. Les poivrons doux, dans toute leur variété de couleurs, contiennent presque 50 pesticidesdifférents.
 La pomme de terre. La pomme de terre contient plus de 35 pesticides. Les pommes de terre douces offrent une alternative délicieuse avec moins de résidus de pesticides.
 La Myrtille : sur les myrtilles ont été trouvés 50 pesticides : celles congelées sont moins contaminées. Malheureusement, les fruits alternatifs et nutritifs à la place des myrtilles sont les cerises, qui bien que ne faisant pas partie de la liste, sont aussi souvent contaminées. Si utilisées pour le petit déjeuner, une alternative est la banane.
 La laitue : plus de 50 pesticides ont été trouvés sur la laitue. A la place de la laitue biologique, vous pouvez choisir les asperges.
 Le chou : même si le chou est connu comme plante plus résistante aux parasites et aux maladies, dans les dernières années, ont été trouvées des quantités élevées de résidus de pesticides. A sa place, vous pouvez choisir les asperges et les brocolis. Le pissenlit est aussi une alternative nourrissante.
 

Il y a ensuite des produits, qui, bien que ne faisant pas partie de cette liste, contiennent un grand nombre de pesticides : la viande de bœuf, les cuisses de poulet, la graisse de porc, le lait, le café (celui cultivé dans les pays qui autorisent l’utilisation de pesticides),  le vin (pour la présence d’insecticides dans lesraisins, sans surprise, augmente sur le marché la présence de “vin biologique”), le chocolat (comme pour le café si cultivé dans les pays sans législation spécifique).
 

La première précaution est donc de bien laver les fruits et légumes. Mais attention, cela ne suffit pas à faire disparaître toutes les traces de produits chimiques. Idéalement, il faudrait les éplucher mais on perdrait alors les anti-oxydants et les vitamines contenus dans la peau. Pour plus d’efficacité, vous pouvez ajouter du bicarbonate de soude à votre eau de rinçage et nettoyer la peau avec une brosse à légumes écolo.

 

Le mieux reste encore de privilégier leur équivalent bio !

  
Via Damoclès
more...
Rousseau's curator insight, September 19, 2013 1:34 PM

pesticides dans les fruits/légumes: sensibilisation au bio?

Regis Elo's comment, September 20, 2013 5:21 AM
Rousseau, oui en effet,je crois avoir compris cela ....VIGILANCE et CONSOMMATION LOCALE à favoriser prioritairement.La volonté de s'informer pour mieux consommer semble primordiale.
Richard Haddad's curator insight, July 13, 2014 5:43 AM

Voilà  une liste à bien connaître ,et avoir dans sa poche lors des achats au marche ou au supermarché pour ceux qui suivent "regimeefficace.net" ou ceux qui veulent simplement  être en bonne santé Dr Haddad  

Rescooped by Laetitia TCHANGA from taxe carbone:protection environementale
Scoop.it!

La taxe carbone, outil de la fiscalité écologique

Il faut taxer les pollutions !

Via tdl1ecogestion.taxecarbone1
more...
No comment yet.
Scooped by Laetitia TCHANGA
Scoop.it!

Bataille sur les prix des fruits et légumes

Bataille sur les prix des fruits et légumes | Projet de DA | Scoop.it
Auchan et Carrefour se lancent dans une campagne de promotion pour proposer des produits grande consommation moins chers au rayon primeur.
more...
No comment yet.
Scooped by Laetitia TCHANGA
Scoop.it!

Les fruits et légumes se prêtent-ils à la vente en circuit court ? - www.econostrum.info

Les fruits et légumes se prêtent-ils à la vente en circuit court ? - www.econostrum.info | Projet de DA | Scoop.it
Les fruits et légumes se prêtent-ils à la vente en circuit court ?www.econostrum.infoEn quelques années seulement, les circuits de distribution des fruits et légumes ont emprunté des chemins de traverse.
more...
No comment yet.
Scooped by Laetitia TCHANGA
Scoop.it!

Fraîch'attitude - Les fruits et légumes frais au quotidien

Fraîch'attitude - Les fruits et légumes frais au quotidien | Projet de DA | Scoop.it
La fraîch’attitude, 5 fruits et légumes par jour? C’est tout simplement accorder une place importance aux fruits et légumes frais dans notre alimentation. Une façon simple et agréable de profiter de leurs bienfaits tout en se faisant plaisir.
more...
No comment yet.
Rescooped by Laetitia TCHANGA from Fruits, légumes de saison et circuit court
Scoop.it!

Le locavorisme, nouveau rayon vert ? - Télévision - Télérama.fr

Le locavorisme, nouveau rayon vert ? - Télévision - Télérama.fr | Projet de DA | Scoop.it
Le locavorisme, kezaco ? Un doc diffusé sur Ushuaïa TV, “Du mieux dans nos assiettes”, raconte comment cette pratique alimentaire, qui consiste à ne consommer que des produits locaux, gagne du terrain, aux Etats-Unis mais aussi en France.

Via Marché sur l'eau
more...
Locadrive's curator insight, November 25, 2013 7:53 AM

Locavorisme : historique, définition et enjeux économiques et philosophiques.

Scooped by Laetitia TCHANGA
Scoop.it!

La nectarine - MangerBouger

La nectarine - MangerBouger | Projet de DA | Scoop.it
Pays d'origine : Chine
Quand ? Juillet à septembre Variété de pêche à peau lisse, la nectarine a une chair jaune très juteuse et pleine de goût. Idéale l'été quand il fait chaud. Comment les choisir ?
Laetitia TCHANGA's insight:

Mangeons Bougeons

 

more...
No comment yet.