Savez-vous ce qu’est une « prophétie autoréalisatrice » ? En voici un bel exemple donné par Moody’s, la principale agence de notation. Dans une note publiée ce matin (elle est ici en anglais), elle s’inquiète « des coûts de financement élevés et persistants » de la dette française qui, avec la détérioration de la croissance, « pourraient accroître les difficultés budgétaires que le gouvernement français rencontre (…) avec des implications de crédit négatives ». Autrement dit, moins de croissance et un crédit plus cher impliqueront une détérioration budgétaire qui va renchérir le coût du crédit. Et de nouvelles coupes budgétaires, pour résorber ce nouveau déficit, ralentiront la croissance, ce qui va donc détériorer le budget et donc renchérir le coût du crédit. C’est beau comme l’antique, non ?
Allons plus loin : qui a déclenché la panique sur la dette française ? Moody’s justement qui, en octobre dernier a annoncé qu’elle se donnait trois mois pour décider si elle maintenait ou non la « perspective stable » sur le fameux triple A français, la meilleure note possible....

Via Vincent DUBOIS