Chypre élit son président sous l'œil de la zone euro | "Privé de Salaire" | Scoop.it
Le petit pays, confronté à d'importantes difficultés économiques, menace de ruiner les efforts de la zone euro pour sortir de la crise des dettes souveraines.

 

Les électeurs de Chypre sont appelés aux urnes, dimanche 17 février, pour un scrutin présidentiel perçu en Europe comme une étape essentielle dans le sauvetage financier de ce petit pays, qui, malgré sa taille modeste, menace de ruiner les efforts de la zone euro pour sortir de la crise des dettes souveraines.

Les bureaux de vote ont ouvert à 7 h, heure locale, pour le demi-million d'électeurs appelés à désigner le prochain président pour les cinq prochaines années. Un second tour sera organisé le 24 février si aucun candidat n'obtient la majorité absolue.

ANASTASIADES FAVORI DES SONDAGES

Le conservateur Nicos Anastasiades est le grand favori du scrutin. Il est crédité dans les derniers sondages d'un peu plus de 40 % des suffrages, soit une quinzaine de points d'avance sur son plus proche rival, Stavros Malas, soutenu par les communistes. Son autre principal adversaire est l'indépendant George Lillikas.

"La situation à laquelle nous sommes confrontés, c'est deux candidats faibles contre une personnalité potentiellement impopulaire. Anastasiades est un personnage clivant au sein de la classe politique chypriote, respecté mais pas forcément apprécié", juge Hubert Faustmann, pofesseur associé à l'université de Nicosie. "L'économie a dominé les débats et j'ai rarement vu une campagne aussi terne. En quelque sorte, elle n'a pas mobilisé la population, qui pourrait être désabusée", ajoute-t-il....


Via Vincent DUBOIS