"Privé de Salaire"
Follow
Find tag "Bruxelles"
58.4K views | +3 today
"Privé de Salaire"
Le travail obligatoire remplacera-t-il le droit au travail dans la d├ęclaration universelle des droits de l'Homme?
Curated by Corine Barella
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Corine Barella from Union Européenne, une construction dans la tourmente
Scoop.it!

Bruxelles veut savoir ce que les banques ont fait des 1 000 milliards d'euros de la BCE

Bruxelles veut savoir ce que les banques ont fait des 1 000 milliards d'euros de la BCE | "Privé de Salaire" | Scoop.it
Devant les parlementaires européens, le président de la BCE, a reconnu que ces liquidités n'irriguaient pas l'économie réelle aussi rapidement qu'espéré.

 

La Commission européenne entend demander des comptes aux banques sur l'utilisation des 1 000 milliards d'euros que leur a octroyés la Banque centrale européenne (BCE), en décembre 2011 puis février, à travers des prêts inédits à trois ans et à faible taux.

Selon les informations du Monde, Michel Barnier, commissaire au marché intérieur, a demandé au président de l'Autorité bancaire européenne (EBA), Andrea Enria, de s'intéresser à l'usage qu'ont fait les établissements financiers de ces prêts bonifiés. Ils devaient éviter un assèchement du crédit dans la zone euro, en permettant aux banques d'accéder à une liquidité devenue introuvable hors des guichets de la BCE, du fait de la crise de la dette, et inciter aussi le secteur bancaire à continuer à financer les Etats...


Via Vincent DUBOIS
more...
No comment yet.
Rescooped by Corine Barella from Union Européenne, une construction dans la tourmente
Scoop.it!

Moody's veut la peau du triple A français - Coulisses de Bruxelles, UE

Savez-vous ce qu’est une « prophétie autoréalisatrice » ? En voici un bel exemple donné par Moody’s, la principale agence de notation. Dans une note publiée ce matin (elle est ici en anglais), elle s’inquiète « des coûts de financement élevés et persistants » de la dette française qui, avec la détérioration de la croissance, « pourraient accroître les difficultés budgétaires que le gouvernement français rencontre (…) avec des implications de crédit négatives ». Autrement dit, moins de croissance et un crédit plus cher impliqueront une détérioration budgétaire qui va renchérir le coût du crédit. Et de nouvelles coupes budgétaires, pour résorber ce nouveau déficit, ralentiront la croissance, ce qui va donc détériorer le budget et donc renchérir le coût du crédit. C’est beau comme l’antique, non ?
Allons plus loin : qui a déclenché la panique sur la dette française ? Moody’s justement qui, en octobre dernier a annoncé qu’elle se donnait trois mois pour décider si elle maintenait ou non la « perspective stable » sur le fameux triple A français, la meilleure note possible....

Via Vincent DUBOIS
more...
No comment yet.