HONGRIE • La révolution n'est pas pour demain | "Privé de Salaire" | Scoop.it
La capitale hongroise a été le théâtre de grandes manifestations le 15 mars à l'occasion de la fête nationale.

L'éditorialiste de Magyar Nemzet, un journal très proche du pouvoir, ironise au sujet des intellectuels français qui avaient appelé à protester à Budapest contre le gouvernement Orbán.

 

Hier, le printemps est définitivement arrivé dans le bassin des Carpates. A l'occasion de la fête nationale, il y avait pléthore de manifestations festives.

A Budapest, par exemple, sous un soleil radieux, on pouvait manifester avec la Milla [organisation civile pour la liberté de la presse], librement crier contre les nazis chez les antifascistes, écouter les analystes politiques de l'opposition aux tribunes des divers partis, visiter le Parlement, descendre du château et se joindre à la marche de la paix [organisée par la majorité de droite à laquelle se sont joints un millier de Polonais] pour participer à la manifestation du gouvernement place Kossuth. Chacun pouvait choisir à sa guise. Il y avait foule dans la rue, les porteurs de banderoles devaient seulement faire attention à se rendre à la bonne adresse et ne pas se tromper de manifestation...


Via Vincent DUBOIS