Première guerre mondiale et travail des femmes
14.3K views | +1 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Djo
Scoop.it!

La nouvelle place des femmes

La nouvelle place des femmes | Première guerre mondiale et travail des femmes | Scoop.it

"Femme livrant du charbon"

 

La demande des usines de guerre a certes accéléré l'arrivée des femmes sur le marché du travail (qui n'était cependant pas négligeable en 1914), mais ce progrès n'a pas été durable (ces nouveaux emplois ont été réaffectés à la main-d'œuvre masculine dès la fin de la guerre), et elles n'y ont pas obtenu un traitement égalitaire sur le plan salarial. Il y eut des grèves dirigées contre cette discrimination, notamment en France, en 1917, souvent liées ou confondues avec la protestation contre la vie chère. Enfin, les nouveaux emplois féminins de l'industrie furent surtout occupés par des personnes qui exerçaient déjà un métier. En Allemagne et en Grande-Bretagne, beaucoup de femmes quittèrent la domesticité pour l'usine, qui payait mieux. On vit aussi des femmes des classes moyennes, notamment britanniques, pour lesquelles avoir une vie active signifiait jusque-là déchoir de son statut social, occuper des postes de fonctionnaires, d'employées des assurances et des banques.

Mais, pour beaucoup d'autres femmes, la seule tâche de tenir une maison et d'élever des enfants, en l'absence du mari et sans soutien financier, dans le contexte économique de 1914-1918, pouvait se révéler écrasante. Les États furent amenés à reconnaître aux femmes de soldats le droit à une considération et à une aide particulière : elles étaient, en effet, en charge de la jeune génération, qui serait appelée à prendre la relève des poilus. Comme la peur du déclin démographique national redoublait, les femmes furent invitées à considérer leurs grossesses comme un devoir patriotique.

La propagande nataliste fut intense pendant la guerre, combinant l'incitatif et le répressif – les avortements clandestins augmentèrent, spécialement dans l'Allemagne de 1918. La prise en charge se traduisit par le paiement d'allocations aux épouses de soldats restant au foyer.

L'impact de la guerre sur la place des femmes dans la société est donc ambigu : il favorisa plus la reconnaissance de leurs aptitudes que celle de leurs droits. Mais il leur donna la conviction nécessaire pour les revendiquer : le mouvement des suffragettes put ainsi aboutir dans le Royaume-Uni de 1918.

Larousse

more...
No comment yet.
Scooped by Djo
Scoop.it!

Les femmes sur le marché du travail

Les femmes sur le marché du travail | Première guerre mondiale et travail des femmes | Scoop.it

La guerre a modifié la composition de la main-d'œuvre. En raison des nécessités de l'économie de guerre et de la pénurie de travailleurs engendrée par le départ des hommes pour l'armée, les femmes ont été encouragées à « faire leur part » et à entrer sur le marché du travail. Pour la première fois dans l'histoire du Canada, les femmes occupaient massivement des postes traditionnellement détenus par des hommes. Les photographies de la série Constitution des archives de guerre, par exemple, nous montrent des femmes dans une multitude d'occupations - dans les cafétérias comme serveuses, comme femmes de chantier ou bûcheronnes, constructeurs de navires, scientifiques ou travailleuses scientifiques et techniques, et ouvrières dans les fabriques de munitions et les usines d'armement.

more...
No comment yet.
Scooped by Djo
Scoop.it!

Les femmes pendant la première GM

Les femmes pendant la première GM | Première guerre mondiale et travail des femmes | Scoop.it

Elles disposent pendant la première guerre mondiale de 14-18, de l'autorité paternelle. Elles remplacent les hommes aussi bien au niveau du travail que de la famille et deviennent ainsi les chefs de maison, en faisant preuve d’autorité. Les décisions importantes qu'elles seront amenées à prendre leur donneront confiance en elles. Elles se prouveront à elles-même d'abord qu'elles ont des capacités similaires à celles des hommes. Ce rôle qu'elles doivent s'approprier marque le début de nombreuses manifestations qu'elles vont donner pour êtres considérées au même pied d'égalité que les hommes. Les femmes seront pendant cette période appelées les « munitionnettes ». Les hommes partis au front, elles ont donc pris leur vie en main et les ont succédés dans divers domaines : économique, politique, social ainsi que dans la sphère familiale. Elles ont ainsi pris le rôle de chef de famille et ont démontré aux hommes qu’elles pouvaient les remplacer.

more...
No comment yet.
Scooped by Djo
Scoop.it!

Les femmes pendant la Premiére Guerre Mondiale

Les femmes pendant la Premiére Guerre Mondiale | Première guerre mondiale et travail des femmes | Scoop.it

C’est avec la Première Guerre mondiale que les femmes ont découvert le travail des hommes mais cela les a peu aidées dans leur émancipation car le 11 novembre 1918, les femmes sont obligées de redonner leurs places aux hommes.

Après cette guerre, la mobilisation des femmes est très vite oubliée dans la mémoire collective. La fin de la guerre n’est pas synonyme d’obtention de droits nouveaux. La femme reste inférieure en droits à l’homme (elles n’obtiendront le droit de vote qu’en 1944).

Les veuves, qui sont environ 700 000 prennent le rôle de l’homme dans leur famille, tandis que les autres sont revenus aux valeurs traditionnelles et ont repris le travail féminin car l’après guerre remet chaque sexe à sa place.

 

1ère L2 (Lycée Van Dongen)

more...
No comment yet.
Scooped by Djo
Scoop.it!

L’IMPACT DE LA GUERRE SUR LA FEMME

L’IMPACT DE LA GUERRE SUR LA FEMME | Première guerre mondiale et travail des femmes | Scoop.it

 

 Les « munitionnettes » sont les mieux payées des femmes, leurs écarts moyens de salaires d’avec les ouvriers masculins se réduisent : de 50 % en 1913 à 20 % en 1917

 

Stéphanie et Anne-Cécile, terminale ES, 2004

more...
No comment yet.
Scooped by Djo
Scoop.it!

Les femmes et la 1ère guerre mondiale

Les femmes et la 1ère guerre mondiale | Première guerre mondiale et travail des femmes | Scoop.it

Pendant la 1ère guerre mondiale la contribution des femmes à l'effort de guerre a revêtu des formes multiples :
    - courage des femmes d'agriculteurs qui, dans une France encore à dominante rurale et agricole, ont dû assumer à partir de l'été 1914 les durs travaux des champs ;
    - dévouement des infirmières qui ont soigné les soldats blessés dans les hôpitaux de guerre et les maisons de convalescence ;
    - compassion des « marraines de guerre » qui écrivaient et envoyaient des colis aux soldats du front, rendaient visite aux blessés dans les hopitaux ;
    - courage aussi des femmes des villes qui ont dû pallier le manque de main d'oeuvre dans de nombreux secteurs d'activités, distribuant le courrier, conduisant les tramways, travaillant plus de 10 heures par jour dans les usines d'armement.

Par Jocelyne et Jean-Pierre Husson

more...
Scooped by Djo
Scoop.it!

Les femmes en guerre

Les femmes en guerre | Première guerre mondiale et travail des femmes | Scoop.it

Un million de femmes travaillent dans les usines de guerre. Mais, symbole de l’entrée des femmes dans un secteur masculin, le travail à l’usine de guerre est à la fois bien rémunéré, dangereux et très intensif. D’ailleurs, après la guerre, le recul des emplois domestiques s’accélère et l’expansion du travail féminin à l’usine se confirme, du moins dans la grande industrie moderne taylorisée. Les femmes sont souvent cantonnées à des travaux répétitifs et non qualifiés. Mais, méfiance des ouvriers à l’égard des ouvrières : peur de la concurrence.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Djo
Scoop.it!

Les femmes et la seconde guerre mondiale

Les femmes et la seconde guerre mondiale | Première guerre mondiale et travail des femmes | Scoop.it

Les femmes s’engagent massivement dans les usines de munitions, de construction d’avions et de fabrication d’uniformes, où les salaires sont bons et où l’on travaille pour une bonne cause.

 

Laurent Gloaguen

more...
No comment yet.
Scooped by Djo
Scoop.it!

Massification du travail des femmes et salariat

Massification du travail des femmes et salariat | Première guerre mondiale et travail des femmes | Scoop.it

La Première Guerre Mondiale va légitimer le travail des femmes. Le départ des hommes pour le front, l’enlisement du conflit, obligent les Etats à prendre des mesures. Les femmes remplacent les hommes, et obtiennent des droits similaires, avec, en 1915, l’octroi de l’autorité paternelle en l’absence du mari. Les « munitionnettes », ces ouvrières qui travaillent dans les usines d’armement, sont le symbole de ces femmes engagées pour « l’effort de guerre », qui investissent les bastions masculins que sont la sidérurgie ou l’armement. La crainte de la dénatalité pousse les pouvoirs publics à mettre en place des mesures permettant de concilier obligations familiales et professionnelles : c’est dans ce contexte que sont créées les premières crèches d’entreprises, comme la Pouponnière Citroën, ou la Maternité ouvrière de Levallois-Perret. C’est aussi l’occasion de redécouvrir les vertus supposées de la main d’œuvre féminine, jugée plus patiente, plus docile, capable d’inventivité, de prise de décision.

 

Women Equity

more...
No comment yet.
Scooped by Djo
Scoop.it!

Les femmes participent activement à l'effort de guerre

Les femmes participent activement à l'effort de guerre | Première guerre mondiale et travail des femmes | Scoop.it

" L'ouvrière, toujours debout, saisit l'obus, le porte sur l'appareil dont elle soulève la partie supérieure. L'engin en place, elle abaisse cette partie, vérifie les dimensions (c'est le but de l'opération), relève la cloche, prend l'obus et le dépose à gauche. Chaque obus pèse sept kilos. En temps de production normale, 2500 obus passent en 11 heures entre ses mains. Comme elle doit soulever deux fois chaque engin, elle soupèse en un jour 35 000 kg. Au bout de 3/4 d'heure, je me suis avouée vaincue. J'ai vu ma compagne toute frêle toute gentille, dans son grand tablier noir, poursuivre sa besogne. Elle est à la cloche depuis un an. 900 000 obus sont passés entre ses doigts. Elle a donc soulevé un fardeau de 7 millions de kilos. Arrivée fraîche et forte a l'usine, elle a perdu ses belles couleurs et n'est plus qu'une mince fillette épuisée. Je la regarde avec stupeur et ces mots résonnent dans ma tête : 35 000 kg".

 

Travail réalisé par la classe de 1èreES3
du Lycée Ile-De-France de RENNES. Année 2004/2005

more...
No comment yet.