Préhistoire, Antiquité
9 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Mexique Ancien - Ancient Mexico - México Antiguo: Une statue d'un joueur de balle retrouvé à Ometepec, Guerrero

Mexique Ancien - Ancient Mexico - México Antiguo: Une statue d'un joueur de balle retrouvé à Ometepec, Guerrero | Préhistoire, Antiquité | Scoop.it
Pat Lec's insight:

Le site préhispanique de Piedra Labrada est situé sur la Costa Chica de l'état de Guerrero. Apparemment de filiation mixtèque, il est connu depuis 2002 et a déjà révélé la présence de cinq terrains de jeu de balle et de trente-cinq sculptures et stèles datées entre 200 et 900 de notre ère.. Depuis quelques jours on peut lire un bulletin disponible sur le site de l'INAH qui fait état d'une nouvelle découverte par l'équipe dirigée par Juan Pablo Serreno Uribe.

Un registre complet a été dressé il y a un an et demi. Le site occupe une surface de 2 km⊃2;. Les prospections aériennes ont permis de situer une cinquantaine de structures qui n'ont pas dépassé  les 5 m de hauteur.

Il s'agit en l’occurrence d'une statue ou stèle longue d'1,65 m et large de 50 cm. Située sur au nord de la zone, le terrain de jeu de balle présente une longueur de 40 m. C'est là que la sculpture a été exhumée, décapité. Par corrélation, les archéologues de l'INAH estiment qu'elle daterait de 600 après J.-C.

Elle représente un homme aux bras croisés sur la poitrine. Il porte un casque, un joug à hauteur de la ceinture et des pierres rondes type chalchihuite comme pendants d'oreilles. Il est très probable que cette sculpture ait volontairement été brisée dans le cadre du cérémonie de clôture de l'édifice.

Pour en savoir sur cette découverte singulière mais pas inusuelle, consultez le bulletin publié sur le site de l'INAH. Vous pouvez également parcourir un diaporama ici.

more...
No comment yet.
Scooped by Pat Lec
Scoop.it!

Australie : enquête sur de mystérieuses pièces africaines qui peuvent réécrire l'histoire

Australie : enquête sur de mystérieuses pièces africaines qui peuvent réécrire l'histoire | Préhistoire, Antiquité | Scoop.it
Une mission va être menée dans des îles du nord du pays afin de déterminer si des échanges commerciaux entre l'Afrique de l'Est et l'Australie avaient lieu il y a mille ans. 
Pat Lec's insight:

Pour les livres d'histoire, l'Australie telle qu'elle apparaît sur les mappemondes, a été "découverte" (au sens européen du terme) par James Cook en 1770, après quelques reconnaissances, au XVIIe siècle, de marchands hollandais. Pourtant, des pièces demonnaie en cuivre retrouvées il y a plus de soixante-dix ans pourraient démontrer une découverte antérieure, il y a plus de 1000 ans, par des marchands musulmans (d'origine perse ou arabe) du sultanat de Kilwa, une île au large de l'actuelle Tanzanie (en Afrique de l'Est), a rapporté le journal australien Herald Sun, lundi 20 mai, sur son site internet(lien en anglais). 

Ian McIntosh, scientifique australien et professeur d'anthropologie à l'université d'Indiana, aux Etats-Unis, va mener une expédition en Australie en juillet, afin de percer ce mystère. Une mission digne d'un roman d'aventure. 

Une carte marquée d'un X 

Tout démarre en 1944, en pleine seconde guerre mondiale. Un soldat positionné sur les îles Wessel, dans le nord de l'Australie, fait une étonnante découverte pendant une partie de pêche : cinq pièces de cuivre, enfouies dans le sable. Pour ne pas oublier l'endroit de sa découverte, il marque un X sur une carte et laisse les années filer. Quand le soldat confie son trésor à un musée, en 1979, des experts déterminent que les pièces ont environ mille ans et proviennent du sultanat de Kilwa, dont il ne reste que des ruines, au large de la Tanzanie. 

"Kilwa était jadis un port prospère, qui commerçait avec l'Inde entre le XIIIe et le XVIe siècle", poursuit le quotidien. Cette découverte pourrait donc témoigner d'échanges commerciaux avec cette zone australienne proche de l'Indonésie, un archipel qui a entretenu des échanges commerciaux, dès les IX et Xe siècle, avec l'Inde et la côte est de l'Afrique.

Ces pièces fournissent une information précieuse pour les archéologues et les historiens, lesquels savent depuis longtemps que, si l'Anglais Cook a le premier affirmé avoir découvert le continent austral, "terra australis incognita", la zone avait déjà été abordée auparavant par d'autres navigateurs.

more...
No comment yet.