Le flux d'Infogre...
Follow
Find tag "agriculture"
26.8K views | +14 today
Le flux d'Infogreen.lu
IDD... Idées Développement Durable, votre fil d'info
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Frédéric Liégeois from Les colocs du jardin
Scoop.it!

Néonicotinoïdes : Stop à l’intox du lobby européen de l’agriculture intensive !

Néonicotinoïdes : Stop à l’intox du lobby européen de l’agriculture intensive ! | Le flux d'Infogreen.lu | Scoop.it

Les producteurs d’oléagineux européens agitent le spectre d’une supposée chute de la production de colza en 2015 en accusant le moratoire sur les utilisations de 3 insecticides néonicotinoïdes d’en être responsable. Générations futures réagit face à cette manipulation qui vise à semer la panique pour obtenir la levée du moratoire et décortique ce qui est une pure manipulation !!

(...)


Via Pascal Faucompré, Bernadette Cassel
more...
oliviersc's comment, February 23, 10:44 AM
En parler : https://plus.google.com/u/0/114108954249717412482/posts/2Ua6Du6xt9Q
Eben Lenderking's curator insight, March 17, 8:50 AM

Les grands compagnies qui produisent les pesticides feront toute qu'il peuvent pour pouvoir continuer a nous vendre leurs produits--mensonges inclus.


Las grandes empresas que producen los pesticidas hacen todo lo posible para poder seguir vendernos sus productos - mentiras incluidos.

Rescooped by Frédéric Liégeois from Chimie verte et agroécologie
Scoop.it!

iPhone, Google et céréales

iPhone, Google et céréales | Le flux d'Infogreen.lu | Scoop.it
Les médias parlent énormément des entreprises high-tech. Mais saviez-vous que l’on produit aujourd’hui une quantité de céréales sans précédent? Actuellement, le marché agricole est d'une très grande volatilité, ce qui est inquiétant.

Via Isabelle Pélissié
more...
No comment yet.
Rescooped by Frédéric Liégeois from Futur Is Good
Scoop.it!

Ils ont changé de vie, cultivent les légumes et nourrissent leurs voisins

Ils ont changé de vie, cultivent les légumes et nourrissent leurs voisins | Le flux d'Infogreen.lu | Scoop.it

Etre paysan plutôt qu’agronome agro-industriel, c’est le choix qu’ont fait Florent et Sophie : changer de vie et pratiquer une agriculture écologique et proche des autres. Ils témoigneront à la Rencontre de Reporterre, demain jeudi, avec Pierre Rabhi et Charles Piaget.

 

 

Dans la Beauce, cette grande région naturelle du bassin parisien qui s’étend sur l’Eure-et-Loir, le Loir-et-Cher, ainsi qu’une partie du Loiret, de l’Essonne et des Yvelines, l’épi de blé court à perte de vue. Les champs, en rangées monotones, défilent les uns après les autres sur une terre sans arbre. Au cœur de ce traditionnel « grenier de la France », il paraîtrait absurde de se mettre à semer des légumes. Pourtant, c’est bien ce que Sylvie Guillot et Florent Sebban ont décidé de faire ; et depuis 2011 au village de Pussay dans l’Essonne, ils le font !

Avant de penser à devenir maraîcher, Florent n’avait comme vision de l’agriculture que ces immenses productions céréalières destinées à l’exportation, ne laissant à la terre locale et aux habitants que le reste de leurs pesticides. Et pour cause : après des études de commerce et de relations internationales, il travaillait pour des associations de solidarité internationale telles que Coordination Sud ou Eurostep dont la vocation, entre autres, est de limiter les dégâts que les politiques européennes causent dans les pays du Sud. Tout en vivant dans le Thalys entre Paris et Bruxelles, il prêchait le développement d’une agriculture endogène en Afrique, contre une Europe qui investit dans un modèle d’exportation par obsession de l’augmentation du PIB.

 

Sylvie, elle, cultive une passion pour le végétal depuis toujours. Quand elle étudiait à l’École Supérieure d’Agriculture d’Angers pour être ingénieur agricole, au début des années 2000, les cours sur la biodiversité étaient perçus par la majorité des étudiants comme plutôt ridicules. Elle a ensuite travaillé chez Arvalis où elle expérimentait sur des pommes de terre pour les préserver du mildiou, un champignon qui les attaque, « sur beaucoup de pommes de terre, en conventionnel ». Selon elle, la logique de la boîte restait dans le « produire plus et mieux, surtout plus. »

Il y a cinq ans, autour de 27 ans, Sylvie et Florent s’écrient « On change de vie ! ». Ils ressentent la nécessité de vivre en cohérence concrète avec leurs idées, de se recentrer. Pour cela, il faut trouver un endroit, une activité, se relocaliser et, ce qui leur importe avant tout, créer du lien social.

Ils gardent chacun leur emploi, Florent se lance dans une formation à distance de production horticole dont les révisions ont souvent lieu dans les allées du magasin Jardiland, et pendant plus de deux ans ils cherchent des terres pour s’installer en maraîchage. Ils essuient un certain nombre de déceptions, d’autant plus qu’ils ne sont pas fils de paysans mais d’intellectuels.

À la Chambre d’agriculture qui les retire d’un projet à cause de l’arrivée de concurrents plus argentés, ils demandent :
« Vous n’avez donc pas un rôle social ? 
- Mais Monsieur, leur répond-on, c’est la loi de l’offre et de la demande ! »

Tout au long de leur périple, ils sont heureusement soutenus par le pôleAbiosol – réunion de l’association Terre de liens, du réseau des AMAP d’Ile-de-France (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) et du Groupement des agriculteurs bio d’Ile-de-France – qui accompagne les projets et aide à l’installation dans la région.

Enfin, en avril 2011, ils répondent à une annonce de la mairie de Pussay qui cherche des maraîchers pour s’installer sur des terres communales. Le projet d’aménagement du territoire du maire EELV se distingue radicalement de celui de son prédécesseur UMP, qui voulait faire construire des lotissements ou un supermarché sur ces six hectares inoccupés, prêtés aux céréaliers du coin depuis des années, « en attendant ». Cette fois-ci les choses s’organisent très vite, et Sylvie et Florent peuvent semer leurs premières graines au printemps 2012. « On n’a sauté aucune étape administrative, tout s’est fait dans les règles… Donc avec une réelle volonté politique, c’est possible ! » L’opposition est pourtant revenue au combat en alertant la population au nom de la croissance économique de la commune, mais le projet des nouveaux Pussayens a été soutenu par la majorité des familles.

La Ferme Sapousse naît au milieu des champs de blé.

L’installation de Sylvie et Florent a provoqué la création d’une AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) sur la commune-même de Pussay, qui compte 1800 habitants, puis une à Méréville, un village de 3000 habitants situé à moins de dix kilomètres. À Pussay désormais, ils fournissent plus d’une famille sur dix. De cette façon, le jeune couple développe véritablement son projet d’« agriculture citoyenne ». L’AMAP est un système dans lequel des paysans et des citoyens, ensemble, décident de se nourrir autrement et d’expérimenter un modèle agricole soutenable et solidaire.

 

Sylvie et Florent tenaient absolument à travailler sous cette forme-là, qui les met en lien direct avec la population locale. Ils se considèrent, avec les amapiens, former un groupe de co-producteurs – la production nécessitant aussi bien le financement, l’investissement matériel, le travail manuel, l’aide ponctuelle… Et tous les samedis matins pendant la belle saison, ceux qui le souhaitent peuvent venir sur la ferme aux « ateliers récolte », sortir de terre leurs propres légumes. De plus en plus, les adhérents s’investissent et se sentent partie prenante de l’aventure. Ils s’amusent et les liens grandissent. La relation entre villages et terre se tisse à nouveau.

Florent est également administrateur du réseau AMAP Ile-de-France. Il est essentiel pour lui d’appartenir à une organisation collective, qui donne du sens à l’action de chacun. Le modèle qu’ils défendent est pérenne, ses résultats sont immédiats et tangibles. Il peut se reproduire autant que nécessaire, puisqu’il agit au niveau local. C’est un système avec lequel il est possible de transformer la société. Le politique est là, entre les mains.

« Et la vie, ici ?
- On se sent mieux dans son corps », assurent-ils d’un sourire qui respire la fraîcheur du vent.


Via L B-M, futurisgood.org
more...
futurisgood.org's curator insight, June 30, 2014 12:48 PM

Une reconversion réussie en maraichage? C'est possible:

Rescooped by Frédéric Liégeois from Economie Responsable et Consommation Collaborative
Scoop.it!

Vidéo : Trois nouvelles inquiétantes sur les pesticides

Vidéo : Trois nouvelles inquiétantes sur les pesticides | Le flux d'Infogreen.lu | Scoop.it
L'usage de pesticides dans l'agriculture menace la productivité du milieu agricole; il pourrait expliquer l'augmentation de l'autisme, selon une étude... mais le ministre de l'agriculture rassure la FNSEA: il n'est pas prévu d'interdire les épandages de pesticides à moins de 200 mètres des habitations.

Via Aurélien BADET
more...
No comment yet.
Rescooped by Frédéric Liégeois from Chimie verte et agroécologie
Scoop.it!

Ces paysans français soignent leurs champs en musique

Ces paysans français soignent leurs champs en musique | Le flux d'Infogreen.lu | Scoop.it
Ils sont une centaine dans l'Hexagone, vignerons et maraîchers, à diffuser des mélodies particulières plutôt que des produits chimiques près de leurs cultures. Incroyable, ça fonctionne !

Via Isabelle Pélissié
more...
No comment yet.
Rescooped by Frédéric Liégeois from Economie Responsable et Consommation Collaborative
Scoop.it!

L’épandage aérien de pesticides est enfin interdit

L’épandage aérien de pesticides est enfin interdit | Le flux d'Infogreen.lu | Scoop.it

C’est une belle victoire de la société civile : le Conseil d’Etat a suspendu le 6 mai les autorisations d’épandage aérien de pesticides en France. La bataille juridique a été menée par des environnementalistes antillais.

 

 


Via Aurélien BADET
more...
Rescooped by Frédéric Liégeois from Toxique, soyons vigilant !
Scoop.it!

Épandage aérien : ces pesticides venus du ciel

Épandage aérien : ces pesticides venus du ciel | Le flux d'Infogreen.lu | Scoop.it

 

Interdits depuis 2009, les épandages aériens de pesticides se poursuivent en France, grâce à des dérogations préfectorales. Les Antilles, l’Aquitaine et la Champagne sont les principales régions concernées. Défaut d’informations, risque de dispersion, contournement de la réglementation : plusieurs associations et élus montent au créneau. Un dossier révélateur de l’incapacité de la France à prendre le chemin de pratiques agricoles moins gourmandes en chimie.

(...)


Via Bee Api?, Pascal Faucompré
more...
Christian Allié's curator insight, April 26, 2014 3:07 AM

........""""""""""""""""""".......

 

[ ... ]

...... 

Le grand public n’est pas informé

« Un agriculteur ne peut pas mettre des affiches tout le long d’un chemin qui longe son champ », remarque Sophie Primas, sénatrice UMP des Yvelines, et présidente d’une mission d’information sur les pesticides en 2012. « Dans l’idéal, il faudrait bloquer toutes les routes », ironise François Veillerette, qui assure avoir aperçu à plusieurs reprises, « des gens faire du vélo et des parents pousser des landaus à proximité d’épandages aériens ». « Nous avons beaucoup de plaintes de nos riverains sur ces défauts d’information », confirme Sophie Primas.

Autre problème souligné par la mission sénatoriale : le manque de contrôles « des conditions concrètes dans lesquelles sont réalisés les épandages et dont se plaignent de nombreux acteurs de terrain ». L’interdiction d’épandre à moins de 50 mètres des habitations et jardins ou des points d’eau consommable serait ainsi régulièrement violée, ainsi que l’obligation de s’assurer que le vent ne souffle pas trop fort.

« Constater le massacre sous les avions »

C’est sur la base du non-respect de ces règles liées à la vitesse du vent que Générations futures et Allassac ONGF ont attaqué des pomiculteurs de Corrèze en 2010. Relaxés en mars 2011, les trois prévenus ont affirmé que, vu le mouvement des branches et des herbes, ils pensaient que le vent soufflait en deçà des 19 km/h réglementaires. Les parties civiles se sont appuyés sur un relevé de météo France, selon lequel le vent soufflait à plus de 30 km/h le jour de l’épandage. « Ils ont été relaxés au bénéfice du doute, détaille François Veillerette. La station météo qui nous avait fourni les relevés a été jugée trop éloignée des cultures traitées. Cela prouve que les textes de loi ne protègent pas les riverains. »

Les pesticides tombés du ciel posent aussi de sérieux problèmes aux apiculteurs. « Nous ne sommes jamais consultés ni prévenus à temps », regrette Olivier Belval, président l’Unaf. La loi stipule que les syndicats apicoles doivent être avertis au moins 48 heures avant. « C’est beaucoup trop court pour joindre les professionnels concernés et leur donner le temps de déplacer 200 ou 300 ruches, proteste Olivier Belval. Pour peu que l’info soit donnée la veille d’un week-end, les 48 heures sont vite passées ! On se retrouve souvent sous les avions à constater le massacre. »

[ ... ]

..........

Rescooped by Frédéric Liégeois from Agriculture en RDC - République Démocratique du Congo
Scoop.it!

Un nouveau programme d’appui à l’agriculture africaine

Un nouveau programme d’appui à l’agriculture africaine | Le flux d'Infogreen.lu | Scoop.it

La foire Fruit Logistica qui a réuni des dizaines de milliers de professionnels de la filière fruits et légumes du monde les 5,6 et 7 février dernier à Berlin en Allemagne, a servi de contexte au lancement du programme d’appui à la durabilité ("sustainability support program", en anglais) mis en place par l’association internationale Coleacp (Comité de liaison Europe-Afrique-Caraïbes). Il s’agit d’inciter les producteurs et exportateurs agricoles d’Afrique à signer la déclaration Private Public Partnership for People Planet and Profit” (PPP4PPP), qui marque l’adhésion de ceux-ci au nouveau programme.


Via La Voix du Paysan Congolais
more...
No comment yet.
Rescooped by Frédéric Liégeois from Chimie verte et agroécologie
Scoop.it!

Zimbabwe : transformations technologiques dans l'agriculture

Zimbabwe : transformations technologiques dans l'agriculture | Le flux d'Infogreen.lu | Scoop.it
Charles Dhewa a toujours aimé écrire sur l'agriculture. En 2000, il devient éleveur et horticulteur au Zimbabwe. Il s'achète une exploitation à Marondera, petite ville située à environ une heure de la capitale Harare.

Via Luc Opdecamp, Isabelle Pélissié
more...
Luc Opdecamp's curator insight, January 31, 2014 2:22 AM

La téléphonie mobile à portée des agriculteurs africains? L'expérience prometteuse de "eMkambo" au Zimbabwe.

Rescooped by Frédéric Liégeois from Chimie verte et agroécologie
Scoop.it!

Robot farmers are the future of agriculture | The Guardian

Robot farmers are the future of agriculture | The Guardian | Le flux d'Infogreen.lu | Scoop.it

Will robot feet in near-future time walk upon England's mountains green? And will there be drones flying overhead from England's pleasant pastures seen?

A new vision of robots patrolling the meadows and cornfields of the UK may seem dark and satanic to some, but according to farmers and the government it is the future, and will bring efficiencies and benefits, and an end to some of the most back-breaking jobs around the farm.

An increasing number of "farmbots" are being developed that are capable of finicky and complex tasks that have not been possible with the large-scale agricultural machinery of the past.

For instance, a "lettuce bot" is capable of hoeing away ground weeds from around the base of plants. A "wine bot" trundles through vineyards pruning vines. Other bots are under development to remotely check crops for their growth, moisture and signs of disease...


Via John Payne, Pierre-André Marechal, Isabelle Pélissié
more...
Cathryn Wellner's curator insight, January 20, 2014 3:09 PM

I'd have loved some robot help when facing acres of weeding.

Rescooped by Frédéric Liégeois from Chimie verte et agroécologie
Scoop.it!

Les technologies au service de l'agriculture

Les technologies au service de l'agriculture | Le flux d'Infogreen.lu | Scoop.it

Le sujet est relativement nouveau et donc, peu exploré et peu documenté. Il s'agit du rôle que peuvent jouer les technologies de l'information et de la communication en matière de promotion de l'agriculture. Dans les pays en développement, en Afrique précisément, ceci relève d'une gageure dans la mesure où l'usage et l'accessibilité des technologies y sont souvent problématiques.


Via Isabelle Pélissié
more...
No comment yet.
Rescooped by Frédéric Liégeois from Variétés entomologiques
Scoop.it!

Monsanto se lance dans le biocontrôle

Monsanto se lance dans le biocontrôle | Le flux d'Infogreen.lu | Scoop.it

La Presse.ca. « Le géant américain de l'agrochimie Monsanto veut proposer aux agriculteurs des solutions à base de micro-organismes et il s'allie pour cela au Danois Novozymes, numéro un mondial des enzymes alimentaires et industrielles. »

 

[...]

 

« Pour réduire l'utilisation de produits chimiques, les agriculteurs utilisent de plus en plus des méthodes dites de biocontrôle, c'est-à-dire le recours à des insectes pour dévorer d'autres ravageurs ou des micro-organismes capables de protéger les cultures ou même améliorer leur productivité et leur fertilité. »

 

« Ce marché est en pleine expansion, rappellent Monsanto et Novozymes, «avec des taux de croissance à deux chiffres au cours des dernières années». L'industrie des produits biologiques agricoles représente aujourd'hui environ 2,3 milliards de dollars US. »

 

[...]


Via Bernadette Cassel
more...
Frédéric Liégeois's comment, December 12, 2013 12:58 PM
Là, j'ai un peu de mal...
Rescooped by Frédéric Liégeois from Attitude BIO
Scoop.it!

Bio et hyperproductive : la ferme magique d’un agriculteur québécois

Bio et hyperproductive : la ferme magique d’un agriculteur québécois | Le flux d'Infogreen.lu | Scoop.it
Jean-Martin Fortier, producteur canadien, est convaincu que l'on peut produire beaucoup de légumes sains et bios sur une petite surface. La preuve avec la micro-ferme qu'il exploite au Québec.

Via Raphael Souchier, Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
Raphael Souchier's curator insight, December 7, 2013 9:28 AM

Une famille de paysans qui vit très bien de son activité sur moins d'un ha. en nourrissant plus de 200 familles de la région. 5 fois plus productive que la plupart des fermes françaises en AMAP, avec une marge de 45% etdu temps libre pour les enfants. Des leçons à tirer, non?

Thierry Curty's comment, January 13, 2014 4:13 PM
Le problème est toujours le même : on sait que ça existe, on sait que c'est possible, il existe des tas d'exploitations comme ça au Mexique, en Argentine...mais voilà, ça ne peut pas nourrir le monde. Parce que c'est beaucoup de travail et qu'il en faudrait deux cent millions de plus des exploitations comme ça. Des exploitations peu ou pas mécanisables que seuls quelques ravagés de la caboche, qui ont l'amour de leur travail jusqu'à la rage accepteront d'exploiter. Même en imaginant qu'on incite par tous les moyens à multiplier ces initiatives, si on arrivait un jour à produire 5% de l'agriculture mondiale par ce biais, ce serait déjà un véritable miracle. A 5%, je suis déjà largement dans l'utopie, je pense.
Rescooped by Frédéric Liégeois from Economie Responsable et Consommation Collaborative
Scoop.it!

Coffret DVD : "La serre du futur" Un pas vers l'autosuffisance.

Coffret DVD : "La serre du futur" Un pas vers l'autosuffisance. | Le flux d'Infogreen.lu | Scoop.it

Vous vous intéressez à la PERMACULTURE, à la RÉSILIENCE, au JARDINAGE… ?
Vous aimeriez en apprendre plus sur des TECHNOLOGIES SIMPLES, ÉCOLOGIQUES et DURABLES ?
Dans un monde où les pesticides et les OGM sont omniprésents, vous aimeriez CULTIVER votre propre nourriture LOCALE et BIOLOGIQUE, tout en ÉCONOMISANT BEAUCOUP d’argent ?


Vous souhaitez vous sentir plus RÉSILIENT, AUTONOME et en SÉCURITÉ, dans une société fragile et dépendante des énergies fossiles et d’une économie spéculative ?
Vous avez toujours rêvé de vous RECONNECTER à la NATURE et de vous prélasser au soleil… les pieds dans le sable… en plein hiver… et tout ça, chez vous ?  
Il est maintenant plus facile et accessible que jamais d’avoir toute l’information, les outils et le support pour transformer ces rêves en réalité !

 

 


Via Aurélien BADET
more...
No comment yet.
Rescooped by Frédéric Liégeois from Chimie verte et agroécologie
Scoop.it!

Agriculture et changement climatique au Bénin

Agriculture et changement climatique au Bénin | Le flux d'Infogreen.lu | Scoop.it

Les effets du changement climatique (réduction de la production agricole, détérioration de la sécurité alimentaire, incidence accrue des inondations et de la sécheresse, propagation des maladies et augmentation du risque de conflits en raison de la raréfaction des terres et de l’eau) sont d’ores et déjà évidents. Les données issues des stations météorologiques du nord Bénin entre 1960 et 2008 montrent que la hauteur moyenne de pluie a connu une régression de 3,2 mm/an et la température a connu une tendance linéaire d’élévation avec un accroissement de 0,03 °C/an.


Via JJ Grodent, Isabelle Pélissié
more...
No comment yet.