Art and culture
35.3K views | +0 today
Follow
 
Scooped by Juan Carlos Hernandez
onto Art and culture
Scoop.it!

Le samouraï de Jean-Pierre Melville #film (en entier)| ARTE

Le samouraï de Jean-Pierre Melville #film (en entier)| ARTE | Art and culture | Scoop.it
Un tueur à gages tente d'échapper à la fois au 'milieu' et à la police... Un des films les plus exemplaires du cycle policier de Melville qui renouvelle le genre de sa touche dépouillée, désabusée et glaciale.
Juan Carlos Hernandez's insight:

Le samouraï de Jean-Pierre Melville #film (en entier)| ARTE

more...
Víctor Farré's curator insight, October 1, 2013 5:45 AM

Alain Delon, un Samurai en esta peli

Art and culture
photographie,cinéma,poésie,peinture,littérature,art,culture
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

"Ode to my Beloved Anonymous People" by Juan Carlos Hernandez, short movie and photos #nyc #ows

filmed and photographied in New York between September and November 2011 by Juan Carlos Hernandez Included at the beginning of the film, the protesters of Oc...
Juan Carlos Hernandez's insight:

un avis de Christopher Barnett, un poète que j'admire, sur mon travail et particulièrement sur ce clip que j'ai réalisé à New York à l'automne 2011, mêlant photos et vidéos

" the clip has only enhanced my biew of its starkness. it is not voyeuristic, they are not subjects but living human beings with destiny. it follows the injunction of béla tarr to work with a profound hardness but work in dignity, the greater dignity of being, which is not a given for me, & certainly not in art which often ignores breath, connections & utter depravity of a world where we live as living, burning human beings. i am not being clear but i see dignity in the work of weegee, of walker evans & koudelka - i do not see that in arbus or larry clark - no matter their deïfication. they are less than theior phoyographs & their photographs inevitably become less than them, i was engaged long ago with the tulsa series which i saw soon after they were taken, he has gone no further & perhaps he was not meant to. the starkness of your photographs are like tadeusz's poem, stripped to their own survival"

http://www.youtube.com/watch?v=PH5ehwZ9AsE

more...
Juan Carlos Hernandez's comment, April 14, 2013 7:39 AM
thank you !!
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

"Murmullo Gris" ( #poema de #MercedesMayol, fotografias de #JuanCarlosHernandez ) - YouTube #poesia #fotografia

""Murmullo Gris" ( #poema de #MercedesMayol, fotografias de #JuanCarlosHernandez ) - YouTube #poesia #fotografia

Narración y fotografías: Juan Carlos Hernández ( http://juancarloshernandezphotographe... )

Poema y edición de video:
Mercedes Mayol: ( http://mercedesmayol.blogspot.com )

Música interpretada por Astor Piazzolla y Yo Yo Ma

MURMULLO GRIS

Ahogando con mi pena tu reflejo
Atrapado en este espejo de hipócritas vergüenzas...
Recorro con tus ojos el recuerdo
de humedades y pecados que destilan las promesas...
Murmullo gris que acaricia los acordes
de esta ciudad insomne
donde los corazones rotos, laten sin hacer ruido
Otro atardecer de letanías
Esperando esa vejez que nunca llega
Y esa tácita pregunta del por que aún me encuentro vivo
hace eco en las paredes hoy vacías...
Y tu te alejas...
tu rostro es devorado por el temblor inerte de un vientre ya dormido
Y yo te espero...
en medio de una calle de esperanzas extraviadas...
Mirando el horizonte...buscando algún destello
de esa luz que habita en la prisión de la deshonra
Un accidente crucificado en una esquina...
Una aventura que se pierde en la nostalgia
Tu y yo..
Mendigos de amores, de caricias oxidadas...
Compañeros de vida o de una muerte agazapada..
El humo de un cigarro te dibuja...
Como un espectro que se pierde allí en el alba...
Un pudo ser abandonado en un espejo...
Ese pensarte que me obliga a decir nada...
Y yo aun te espero...
En esta soledad absurda
Que hoy empaña con su aliento mi ventana

©Mercedes Mayol
Copyright 15-07-2012

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

#Histoire Il y 80 ans, la Guerre d’ #Espagne: les #Suisse s engagés auprès des Républicains - RTS - 12 mn

#Histoire Il y 80 ans, la Guerre d’ #Espagne: les #Suisse s engagés auprès des Républicains - RTS - 12 mn | Art and culture | Scoop.it

#Histoire Il y 80 ans, la Guerre d’ #Espagne: les #Suisse s engagés auprès des Républicains - RTS - 12 mn

Forum consacre cette semaine une série historique à la Guerre d’Espagne (1936-1939). Particulièrement sanglant, le conflit a marqué aussi le premier affrontement entre démocratie et fascisme. Interview du journaliste et historien Nic Ulmi, auteur avec Peter Huber de l'ouvrage "Les combattants suisses en Espagne républicaine (1936 à 1939)", aux Editions Antipodes.

more...
No comment yet.
Rescooped by Juan Carlos Hernandez from Infos en français
Scoop.it!

itw 23 mn RTS :  #SimonDePury, commissaire-priseur #BlanchimentArgentSale #TaxFraud #ArtContemporain #PortsFrancs

itw 23 mn RTS :  #SimonDePury, commissaire-priseur #BlanchimentArgentSale #TaxFraud #ArtContemporain #PortsFrancs | Art and culture | Scoop.it

itw 23 mn RTS :  #SimonDePury, commissaire-priseur #BlanchimentArgentSale #TaxFraud #ArtContemporain #PortsFrancs

Avec une croissance qui s'est tassée l'année dernière et des marchés chinois et russe qui ont fortement ralenti, le marché de l'art traverse une période d'incertitude. Commissaire-priseur chez de Pury-de Pury, galériste, collectionneur et artiste, Simon de Pury est l'auteur de l'ouvrage "The Auctioneer: Adventures in the Art Trade".

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

série "Black Mirror" s01e02 62 mn - "«15 Million Merits»" #AVoir #méritocratie #sociétéduspectacle #société

série "Black Mirror" s01e02 62 mn - "«15 Million Merits»" #AVoir #méritocratie #sociétéduspectacle #société

Una sátira sobre programas de entretenimiento y nuestra sed insaciable para distraernos en una versión sarcástica de una realidad futura. En esta sociedad, todo el mundo debe montar en bicicletas estáticas, organizados en celdas, con el fin de dar energía a su entorno y generar divisas para ellos llamadas "méritos". Todo el mundo está vestido con ropa deportiva color gris y tiene un "doble", un avatar virtual al cual se le puede personalizar su apariencia, con un coste de méritos. Las actividades cotidianas son constantemente interrumpidas por anuncios que no se pueden omitir o pasar por alto sin sanción económica. Las personas obesas son considerados como ciudadanos de segunda clase, y trabajan ya sea limpiando alrededor de las máquinas (donde reciben maltrato verbal) o siendo humilladas en los concursos.

Bingham "Bing" Madsen (Daniel Kaluuya) es un ciudadano de la instalación que ha heredado más de 15.000.000 de méritos y se puede dar el lujo de saltarse los anuncios. En el baño oye a Abi (Jessica Brown Findlay), cuya voz encuentra preciosa, cantando una canción de la época de antes de la instalación (Anyone who knows what love is (will understand)). Él la anima a entrar en Hot Shots (concurso de talentos al estilo de programas como Britain's Got Talent o Tú sí que vales), que ofrece una oportunidad para que la gente salga del mundo esclavizante que les rodea. Abi, sin embargo, no quiere presentarse al concurso ya que siente que por la vergüenza que va a pasar no merece la pena el precio de entrada, ella cree que son 12 millones de méritos pero realmente son 15 millones. Bing, sin nada más que merezca la pena comprar, compra la entrada y se la regala después de que ella a regañadientes decida competir.

Cuando entra en el concurso, los jueces y el público disfrutan de su canto, pero afirman que no hay sitio para un cantante meramente "superior a la media" y en su lugar le dan la oportunidad de convertirse en una actriz porno en el programa de televisión pornográfico Nenas Wraith o bien volver a las bicicletas. Después de ser incitada por los jueces y por la multitud, y de ser drogada por una sustancia llamada "Confianza" (en un envase de cartón que deben tomar los concursantes antes de salir a escena), Abi acepta a regañadientes y Bing se queda con el corazón roto.

Bing regresa a su celda sin Abi y sin ningún mérito. Cuando un anuncio de Nenas Wraith aparece en la pantalla, no es capaz de quitarlo ya que no tiene méritos suficientes y se ve obligado a ver a Abi realizar un acto sexual. Trata desesperadamente de escapar de su celda, embistiendo la puerta hasta que el cristal se rompe. Esconde un trozo de cristal debajo de la cama y empieza a ganar otros 15.000.000 de méritos para entrar en el concurso. Deja de comprar alimentos (come las sobras que los demás dejan) y pedalea durante meses hasta que consigue lo suficiente para comprar otro billete. Se queda de pie en la sala de espera de Hot Shots todos los días sin ningún tipo de expresión hasta que finalmente lo llaman para concursar.

Mientras se acerca al escenario se le exige que tome una dosis de "Confianza", como Abi hizo, pero entonces presenta la caja de cartón vacía que él conserva desde la actuación de Abi, evitando tomar el medicamento. Cuando está en el escenario comienza a bailar, pero interrumpe su actuación, se coloca el pedazo de vidrio en el cuello y amenaza con matarse en directo en el concurso. Entre lágrimas grita acerca de lo injusto que es el sistema y expresa su enfado por cómo los jueces le quitaron lo único que se encontró en la instalación que parecía real. Los jueces, en lugar de tener en cuenta sus palabras, están impresionados por su "actuación" y le ofrecen su propio programa, donde puede despotricar contra el sistema todo lo que quiera.

En lugar de levantarse contra el sistema, él acepta, y se le ve terminar uno de sus episodios en su ático, poniendo su trozo de cristal en una caja de seda. Bing está mirando a un panel enorme de vidrio en la pared, más allá hay un enorme bosque verde. Queda a la consideración del espectador si está mirando a través de una ventana o de otra pantalla generada por ordenador. ¿Ha pasado simplemente a una celda más grande?

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

#RIP Entretien Avec Michael Cimino Vostfr 1/2 #cinéma #movies

Le réalisateur, notamment, de "Voyage Au Bout De l'Enfer" est mort samedi .

 

#RIP Entretien Avec Michael Cimino Vostfr 1/2 #cinéma #movies

more...
No comment yet.
Rescooped by Juan Carlos Hernandez from Infos en français
Scoop.it!

interview 11 mn - La plongée de #ChristopheBarratier dans l' #affaireKerviel - #cinéma #LOutsider #finance #Kerviel

interview 11 mn - La plongée de #ChristopheBarratier dans l' #affaireKerviel - #cinéma #LOutsider #finance #Kerviel | Art and culture | Scoop.it

interview 11 mn - La plongée de #ChristopheBarratier dans l' #affaireKerviel - #cinéma #LOutsider #finance #Kerviel"

L'Outsider", un thriller financier inspiré de l'affaire Jérôme Kerviel, revient sur ses débuts à la Société Générale jusqu'à l'éclatement de l'affaire. Pour réaliser ce film, Christophe Barratier, connu pour "Les Choristes" ou "La nouvelle guerre des boutons", a passé du temps avec Jérôme Kerviel. Il s'est également immergé dans le monde de la finance et des salles des marchés, un milieu qui lui était totalement inconnu.

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

interview 36 mn  #RenéBurri, profession photo-reporter (2004) - RTS #photographie #journalisme #photo #CheGuevara

interview 36 mn  #RenéBurri, profession photo-reporter (2004) - RTS #photographie #journalisme #photo #CheGuevara

Le grand photographe suisse René Burri nous a quitté le 20 octobre 2014. En avril 2004, il se confiait au micro du journaliste Patrick Fischer et évoquait la photographie et ses rencontres.

Extrait de l'émission "Les Grands Entretiens".
Le site des archives de la Radio Télévision Suisse : http://www.rts.ch/archives

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

Les réalisateurs et producteurs de #Bollywood s'unissent contre la #censure #Inde #Pendjab #héroïne #drogue #cinéma

Les réalisateurs et producteurs de #Bollywood s'unissent contre la #censure #Inde #Pendjab #héroïne #drogue #cinéma | Art and culture | Scoop.it

Les réalisateurs et producteurs de #Bollywood s'unissent contre la #censure #Inde #Pendjab #héroïne #drogue #cinéma

Un débat soulève l'industrie du cinéma indien. A Bollywood, réalisateurs et producteurs se sont unis pour dénoncer la croissance d'une censure morale dans le pays depuis la nomination d'un nouveau directeur à la tête du comité de certification des films. Une affaire vient de cristalliser ces tensions: la censure d'un film sur les ravages de la drogue dans la région du Pendjab.

more...
No comment yet.
Rescooped by Juan Carlos Hernandez from Infos en français
Scoop.it!

Suite propos méprisants c/auteur(s) de #PascalVanderberghe , patron #Payot, je décide de les boycotter #Suisse #livre #culture

Suite propos méprisants c/auteur(s) de #PascalVanderberghe , patron #Payot, je décide de les boycotter #Suisse #livre #culture | Art and culture | Scoop.it

Suite  au propos méprisants contre un écrivain de #PascalVanderberghe, principal actionnaire des librairies #Payot, je décide de les boycotter

#Suisse #livre #culture #littérature

un exemple de ce qu'a pu dire dans ce débat, cet "acteur de la culture "

"Si l'auteur prend une bonne partie de son temps pour écrire son livre, c'est du temps qu'il ne prend pas pour travailler !"

Et, petit retour en arrière, il est piquant d'entendre ce même Vanderberghe s'exprimer sur la "nuisance de la gratuité" en 2012 au Journal du Matin de la #RTS (ici .. dès la minute 9:25 https://www.youtube.com/watch?v=fMN8TgVl-FU )

 

Un vent de révolte souffle dans le milieu des écrivains romands. Ils ont été nombreux ces derniers jours, sur les réseaux sociaux, à s'emporter contre une économie du livre jugée trop peu solidaire. A l'origine de leur courroux, il y a une tribune parue la semaine passée dans Le Temps: "Adresse à la micro-mafia de la chaîne du livre romande". Le débat entre Sébastien Meier, écrivain lausannois auteur de cette tribune et Pascal Vandenberghe, patron des librairies Payot en Suisse.

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

Adresse à la «micromafia» de la chaîne du livre #suisse romande-Tribune de l'auteur #SébastienMeier ds Le Temps #économie

Adresse à la «micromafia» de la chaîne du livre #suisse romande-Tribune de l'auteur #SébastienMeier ds Le Temps #économie | Art and culture | Scoop.it

Adresse à la «micromafia» de la chaîne du livre #suisse romande-Tribune de l'auteur #SébastienMeier ds Le Temps #économie

Le jeune romancier suisse romand Sébastien Meier dénonce les conditions qui sont faites aux auteurs de ce pays quand on en vient à leur existence matérielle

Récemment, nombre de questions concernant les auteurs ont été soulevées: pour qui travaillent-ils, faut-il les rémunérer lors de leur promotion et, surtout, qui devrait débourser? Sans jamais esquisser de réponse crédible, les adeptes de la «réflexion-lancer-le-débat» finissent par se refiler la patate chaude avec une certaine mauvaise foi.

Lire aussi sur le même sujet, la tribune d’Isabelle Falconnier: «Pour qui travaille un auteur en promotion»

Commençons par le début: la chaîne du livre, micromafia huilée composée des libraires, des éditeurs, des directeurs de salons,des fonctionnaires, des diffuseurs, etc., reçoit en général, à la fin du mois, un salaire, certes maigre le plus souvent. Mais tous vivent du livre. Sauf l’auteur qui doit, quant à lui, se contenter de ses droits – 10% du prix du livre, soit 2.50.– environ. On estime que 700 exemplaires vendus font d’un livre littéraire suisse romand un succès. Rémunération, donc: 1750.-.

L’équilibre entre emploi alimentaire et écriture

L’auteur romand va devoir trouver un «vrai métier» – ainsi, il n’est presque jamais en mesure de devenir professionnel. Et pendant qu’un équilibre précaire entre emploi alimentaire et écriture se met en place, 40 à 45% du prix du livre qu’il a commis vont au libraire, 15% au distributeur, 10% lui reviennent on l’a dit, et le reste va à l’éditeur qui assume financièrement tous les risques.

A noter que dans de plus grands marchés – la France, par exemple – les auteurs vivant de leurs droits sont également rares. Ils vivent – chichement, mais on n’en demandera pas plus – grâce aux cachets touchés en cas de lectures, tables rondes, etc.

Le cas du salon de Genève

Les salons se trouvent en fin de chaîne et, de plus en plus, hésitent entre mission commerciale et mission culturelle, entre foire et festival. Le salon de Genève en est un exemple parfait; mêlant stands de vente pure et scènes programmées.

Le salon m’a invité à participer à deux tables rondes. Il n’est jamais question de rémunération et, ma faute, je ne pense pas à l’exiger (oserais-je, risquant une ostracisation?). J’y vais – à mes frais –, me nourris – à mes frais – puis rentre chez moi – à mes frais. Aucune rémunération, ni même de défraiement, ne pointe à l’horizon. Je questionne autour de moi: même constat. Plus tard, dans une tribune ici publiée, la présidente dudit salon suggère que l’auteur en promo demande une augmentation de droits à son éditeur – ce après avoir questionné la «valeur» des auteurs et la «nature» de leur prestation, arguant qu’une table ronde n’exigeant aucune préparation (qu’en sait-elle?), il est légitime qu’elle soit gratuite. On offre déjà une visibilité, estimez-vous heureux; voilà le message.

L’auteur contraint à devenir performer

L’auteur devrait donc se muer en performer et parvenir à chiffrer l’afflux de public qu’il génère pour négocier son salaire. Dans cette logique l’auteur ne vaut rien, sinon quelques billets d’entrée. Pourquoi l’invite-t-on, dans ce cas? Pourquoi le public reste-il parfois 40 minutes à écouter ce qu’il a à dire? Sa parole, sur toutes les scènes qui ont fleuri à Genève, n’est que pure générosité, don de l’artiste à son public (précision: la parole des modérateurs, elle, est payée).

Les maisons d’édition romandes étant financièrement exsangues, je refuse l’argent de mon éditrice. Il incombe aux salons de rémunérer les auteurs invités pour faire vivre leurs scènes. D’ailleurs, n’ont-ils pas la mission de soutenir la littérature régionale? En l’état c’est raté: les auteurs d’ici y vont à perte – les maisons d’édition également. Mais l’auteur ayant beaucoup plus d’ego que de loyer, autant continuer à prétendre que la visibilité qu’on lui offre (quelle charité!) est largement suffisante. N’ayant guère d’alternative, j’ai jusqu’à présent accepté cette forme d’humiliation, offrant bêtement mon temps, sachant pourtant que les économies réalisées sur mon dos serviront à financer la venue d’une star dont le rayonnement – supposé m’être bénéfique – n’aura strictement aucun impact sur ma carrière littéraire.

La farce d’un système indigeste

J’ai été la farce d’un système de starification indigeste, qui joue avec les auteurs comme avec des pions. Le susucre: la «valeur» qui permet d’accéder au graal de la rémunération (valeur? c’est-à-dire? les ventes? la qualité littéraire? le joli minois?). On fait croire à du donnant-donnant: je n’en vois aucun. Gagnant-perdant. Il s’agit d’une position de monopole qui abuse honteusement de son pouvoir. On dit promouvoir l’auteur, mais l’auteur romand est en fait un bouche-trou de programmation, un alibi pour réclamer des subventions publiques. La prétendue visibilité qu’on lui offre devrait être considérée comme un paiement légitime? De qui se moque-t-on? Ce sont les auteurs romands qui financent ce salon, grâce à leur présence bénévole!

Pendant ce temps, en France

A Lyon, j’ai été invité par les Quais du polar. Le festival-salon m’a offert le train, l’hôtel, les repas. J’ai signé plus de 80 livres en trois jours et vendu plus d’une centaine (Genève = dix ventes). Les conférences auxquelles on m’a demandé de participer faisaient salle comble. Je n’ai pas été considéré comme un auteur inconnu (ce que je suis pourtant). On m’a fait débattre avec Marc Elsberg, mastodonte du thriller germanique, j’ai signé aux côtés de James Grady, monstre sacré du polar américain. On a rémunéré chacune de mes interventions. Et le festival défend ceci: chaque auteur est logé à la même enseigne. L’unique différence est le coût du transport. Non-starification. Librairies, éditeurs, festival, auteurs, journalistes, tout le monde collabore. Tout le monde est valorisé, y compris les 70 000 visiteurs qui jouissent durant trois jours de l’entrée gratuite à la manifestation.

Mais cela est une question de philosophie: considérer le travail de chacun demande du temps, et le courage de mettre en place un modèle économique solidaire – donc une réflexion de fond qu’on s’épargne visiblement, préférant un jeu sans inventivité, basé sur la concurrence, le mépris des «petits» auteurs, et une course au gigantisme mercantile.

Dommage.

Sébastien Meier, auteur. Il s’est vu récompenser par le Prix Lilau 2015 de la Ville de Lausanne pour son roman, Les Ombres du métis (Ed. Zoé)

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

#RIP #MuhammadAli vs. George Foreman à Kinshasa, Zaire (Actuelle RDC) - bon montage 25 mn

#RIP #MuhammadAli vs. George Foreman à Kinshasa, Zaire (Actuelle RDC) - bon montage 25 mn

D'un côté, George Foreman, l'incontestable champion du monde, véritable machine à KO. De l'autre, le challenger Mohamed Ali, ancien maître de la catégorie. Un duel nommé The Rumble in the jungle (Le combat dans la jungle) et qui est considéré comme le plus illustre des combats de l'histoire de la boxe.

more...
No comment yet.
Rescooped by Juan Carlos Hernandez from Infos en français
Scoop.it!

#KamelDaoud, le vrai disciple de #BHL - Mondafrique # #GalaxieNéoCons #IndigèneAlibi #Arabophobie #Littérature #Culture

#KamelDaoud, le vrai disciple de #BHL - Mondafrique # #GalaxieNéoCons #IndigèneAlibi #Arabophobie #Littérature #Culture | Art and culture | Scoop.it

#KamelDaoud, le vrai disciple de #BHL - Mondafrique # #GalaxieNéoCons #IndigèneAlibi #Arabophobie #Littérature #Culture

Dans sa préface au livre d'Ahmed Bensaada sur l'écrivain algérien Kamel Daoud, notre chroniqueur Jacques Marie Bourget retrace le parcours étrange de cet intellectuel qui va de l'islamisme engagé aux coteries parisiennes les plus islamophobes

24 mai 2016

L’essai d’Ahmed Bensaada, « Kamel Daoud: Cologne, contre enquête », qui vient d’être publié en Algérie, est simplement remarquable. Il l’est par sa forme, un français clair, une rigueur du raisonnement et sa manière de consigner les preuves de chaque fait avancé. Par le fond, et le texte d’Ahmed Bensaada est une succession de lignes de survie, comme celles qu’on lance pour repêcher les migrants naufragés. Des phrases et des idées aussi nécessaires que l’eau bouillante de Pasteur ou les commentaires d’Aristote par Averroès. Et c’est la qualité de notre auteur, dans la vie physicien et utopiste, de faire valser les concepts avec la rigueur d’un cyclotron.

La haine de soi

Il est le premier à mettre à nu, comme une grenouille autopsiée, la vérité de ces intellectuels maghrébins qui, par un effet de balancier digne du pendule de Foucault, ont décidé de jouer les supplétifs des pires « penseurs » néoconservateurs français. Le noyau le plus agité de ces gens de plumes et d’écrans, aussi permanents que l’horloge parlante, occupe tout l’espace médiatique français… ça ne suffit pas. Dans leur croisade du choc des civilisations, il leur faut du renfort basané. C’est bien connu, le colon a toujours eu besoin de son bon nègre, de son  indigène alibi. Y’a bon Banania.

Dans cette guerre faite aux Arabes et Musulmans, où à la tourelle son char à pédales BHL se rêve en Patton, un nommé Kamel Daoud va être recyclé par les élites de Paris qui en fait une tête de gondole. Voilà un nouveau héros, martyr d’une fatwa en peau de lapin. Après avoir été lui-même un militant barbu du Front Islamique du Salut, c’est-à-dire des frères Musulmans, ces coupeurs de têtes d’algériens au temps des « années  noires » (les tueurs au nom d’Allah étant alors considérés par Paris comme de braves guérilleros), Kamel Daoud saute subitement la source du Zamzam et découvre que Dieu est athée. A Oran, le voilà devenu un journaliste à la plume alerte. Il est donc dit que la France vivra désormais sous les diktats d’Éric Zemmour, l’Algérie sous ceux de Kamel Daoud.

« Kamel Daoud, contre enquète »

 

C’est par la publication de son livre « Meursault contre-enquête » que le journaliste oranais débarque Rive Gauche. Un bouquin dans lequel, se mettant dans la roue de Camus, il ne risque qu’une retombée : ramasser un peu de la gloire du Prix Nobel victime de la route.

La seconde intervention de Daoud, dans le champ du débat français, fait immédiatement suite au Nouvel An. Voilà qu’à Cologne, au cœur des libations, nombre de femmes ont été gravement harcelées, et pire peut être, par des hommes immédiatement qualifiés « d’arabes ». Ça tombe à pic, Angela Merkel ne vient-elle pas d’ouvrir les portes de sa république à des centaines de milliers de ces rastaquouères… Heureusement, cerbère de Cologne et nouveau Spinoza, Daoud nous écrit ce qu’il faut penser de tout cela. Pour faire court, tous les Arabes et musulmans de la planète sont des frustrés, des fourbes sans courage, des êtres sans convictions, corrompus et achetables par le plus offrant. Plus que dans leurs gènes, cela est inscrit dans leur religion commune, l’islam. Je fais remarquer en passant que, dans sa rafle, notre cher Daoud, si scientifique, a oublié de nous préciser ce qu’il pense du plus important état musulman au monde, cette Indonésie qui n’est pas « arabe » ? Autre détail, en passant, et qui nous dit tout du Savonarole d’Oran, face à l’ignominieuse injustice faite aux Palestiniens, Daoud se range du côté des bourreaux. Ecrire cela plutôt que la vérité, dans une France où BHL règne sur les médias, c’est le succès garanti. Dans son combat pour dire le vrai, c’est-à-dire le pire fantasmé par les élites occidentales, par les néo colonialistes de la pensée, Bensaada nous montre que Daoud n’est pas seul, qu’il fait « école », courant. L’auteur nous cite l’exemple de Boualem Sansal, un romancier primé par l’Académie Française qui, sur le chemin des idées courtes, tient lieu de compagnon de route au camarade Daoud.

De bonne foi de nombreux citoyens du monde ont été généreusement alertés par la furia de Cologne. Ignorant quel moteur Daoud cachait sous son capot, ils ont applaudit ses écrits sans langue de bois : « Nous ne sommes pas racistes… mais vraiment ces arabes sont insupportables. Finalement, le choc des civilisations est bien là… ».

Eloge de Kateb Yacine

Très bien mais qui vient nous dire, sauf Ahmed Bensaada dans ce livre, que chaque année la presse allemande met en garde les femmes contre les possibles outrages de cette nuit de Nouvel An, actes inexcusables commis par de grands et gros blonds. Que si l’on excepte la condamnation d’un marocain, les policiers germaniques, qui ne sont pas nuls, n’ont trouvé aucun autre « arabe » à conduire vers le tribunal. Daoud a donc glosé sur un évènement qui reste un mystère, ce qui n’est pas bien pour un journaliste si vétilleux.

A ce point je me souviens de mes rencontres avec Kateb Yacine. Son philosophe référent n’était pas BHL, mais Sartre. Il était fier dans son désespoir, sans haine de soi, ni des autres. Il pensait pouvoir changer (un peu) le monde et son monde. Lui, dont le français était celui d’un génie, s’est mis à écrire en arabe, et même en dialecte pour, avec ses amis du Théâtre de la Mer, aller de bled en bled afin de dire à ces arabes, à ces kabyles musulmans ou chrétiens, que la poésie et le savoir sont l’avenir de l’homme. Kateb est mort dans la misère, un jour Daoud sera à l’Académie. Voilà le livre d’Ahmed Bensaada. Il nous dit que, même pour l’incurable athée que je suis, insulter des peuples au nom de leur religion supposée est un crime.

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

Polémique en #israel après une émission de la radio militaire sur le poète palestinien #MahmoudDarwich

Polémique en #israel après une émission de la radio militaire sur le poète palestinien #MahmoudDarwich | Art and culture | Scoop.it

Ils disent qu'israël est la seule démocratie au Moyen-Orient. Ah bon ..

 

Polémique en #israel après une émission de la radio militaire sur le poète palestinien #MahmoudDarwich

 

"A première vue, il s'agit d'une affaire grave impliquant quelqu'un qui a écrit des textes contre le sionisme, qui sont utilisés jusqu'à présent pour encourager des actions terroristes contre l'Etat d'Israël", affirme Lieberman.

OLJ/AFP
20/07/2016
 

Le ministre israélien de la Défense a convoqué mercredi le directeur de la radio de l'armée pour dénoncer la diffusion d'une émission sur le poète palestinien Mahmoud Darwich, a indiqué un communiqué de son ministère.
Cette émission sur l'un des plus grand poètes du monde arabe, a été diffusée mardi dans le cadre d'un programme de l'université ouverte d'Israël, un établissement de formation à distance.

"A première vue, il s'agit d'une affaire grave impliquant quelqu'un qui a écrit des textes contre le sionisme, qui sont utilisés jusqu'à présent pour encourager des actions terroristes contre l'Etat d'Israël", a affirmé Avigdor Lieberman dans son communiqué. "Il est clair qu'il s'agit d'une erreur que l'on ne peut pas laisser passer", a ajouté le ministre en précisant qu'il avait convoqué le chef de la radio militaire Yoram Dekel pour obtenir des "éclaircissements".
M. Lieberman qui dirige Israel Beitenou, un parti ultra-nationaliste, a été désigné fin mai à la tête du ministère de la Défense.

La direction de la radio militaire s'est défendue dans un communiqué en expliquant que "l'ouverture au monde universitaire et la liberté académique nous font une obligation de permettre l'accès des auditeurs à la richesse des idées".

Mahmoud Darwich est considéré comme le poète national palestinien. Son oeuvre est centrée sur la nostalgie de sa patrie perdue. Il a été membre de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) qu'il a quittée pour marquer son opposition aux accords d'Oslo conclus avec Israël en 1993. Après un long exil, il est revenu vivre à Ramallah en Cisjordanie occupée. Il est décédé en 2008 à Houston aux Etats-Unis des suite d'une intervention chirurgicale.

En l'an 2000, le ministre de l'Education Yossi Sarid, qui dirigeait le parti de gauche laic Meretz avait proposé que certains des poèmes de Mahmoud Darwich soient inclus dans les programmes scolaires israéliens. Mais le Premier ministre de l'époque Ehud Barak avait refusé en expliquant qu'Israël n'était pas prêt à accepter un tel geste.

La radio militaire dépend du ministère israélien de la Défense. Selon les médias, M. Lieberman envisagerait la fermeture de cette station en raison de son orientation jugée trop "gauchiste".

 

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

#livre "Le dernier salaire" de #MargauxGilquin - RTS interview 8mn  #chômage #seniors #PôleEmploi  #France #travail #emploi

#livre "Le dernier salaire" de #MargauxGilquin - RTS interview 8mn  #chômage #seniors #PôleEmploi  #France #travail #emploi | Art and culture | Scoop.it

#livre "Le dernier salaire" de #MargauxGilquin - RTS interview 8mn  #chômage #seniors #PôleEmploi  #France #travail #emploi

Margaux Gilquin était assistante de direction, en région parisienne. A 48 ans, elle s'est faite licencier. Elle raconte dans "Le dernier salaire", les six années de galère qui s'en sont suivies. Elle décrit sa peur de se retrouver en fin de droits ou à la rue. Elle dépeint aussi le monde du travail, cruel et cynique quand on est une quinqua sur le marché de l'emploi.

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

#Histoire #littérature - Il y 80 ans, la Guerre d’ #Espagne: des écrivains dans la guerre - 9 mn - RTS

#Histoire #littérature - Il y 80 ans, la Guerre d’ #Espagne: des écrivains dans la guerre - 9 mn - RTS | Art and culture | Scoop.it

Très fier de mes grands-pères qui ont participé à la République puis à la Guerre Civile (un d'eux a "disparu" à l'après-guerre alors qu'il était maquisard .. "terroriste" selon le régime de Franco, un régime appuyé par les #USA au nom de la "lutte contre le communisme" .

Qu'ils reposent en paix.

"On a perdu la guerre mais on a gagné le sens de la lutte"  comme dit #LydieSalvayre qui livre ici son témoignage nuancé sur cette guerre civile cruelle, meurtrière qui a été l'anti-chambre de la Seconde Guerre Mondiale

 

#Histoire #littérature - Il y 80 ans, la Guerre d’ #Espagne: des écrivains dans la guerre - 9 mn - RTS

Forum consacre cette semaine une série historique à la Guerre d’Espagne (1936-1939). Particulièrement sanglant, le conflit a marqué aussi le premier affrontement entre démocratie et fascisme. Interview de Lydie Salvayre, fille d'un couple d'exilés espagnols en France.

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

serie #BlackMirror . Temporada 1. Capítulo 3. The entire history of you - 48 mn  #surveillance #selfsurveillance 

serie #BlackMirror . Temporada 1. Capítulo 3. The entire history of you - 48 mn  #surveillance #selfsurveillance 

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

série "Black mirror"  Episodio 1 - 45 mn (in english with spanish subtitles) 2011  #genial

série "Black mirror"  Episodio 1 45 mn (in english with spanish subtitles) #genial

El capítulo de apertura de la serie es un thriller político de 44 minutos de duración en el que el primer ministro Michael Callow se enfrenta a un enorme e impactante dilema cuando la ficticia princesa Susannah, miembro muy querido de la familia real, es secuestrada. Para su puesta en libertad, el primer ministro debe tener relaciones sexuales con un cerdo en la televisión nacional.2 Callow se opone rotundamente a la exigencia y hace todo lo posible para atrapar al secuestrador antes de la fecha límite. Callow también exige que este suceso no llegue a la ciudadanía, pero el video del rescate ha sido publicado en YouTube y, a pesar de que sólo ha estado en el servidor durante nueve minutos, ya ha sido visto por muchos británicos. Aunque los medios de comunicación del Reino Unido, inicialmente se comprometen a no divulgar la historia, pronto llega a las cadenas de noticias extranjeras, y antes de que mucha gente se entere del secuestro y de la petición del rescate, se conduce a la opinión pública a favor de que Callow se someta a la petición para la puesta en libertad de la princesa, una actitud alentada por la Familia Real y los ayudantes del primer ministro, aunque su esposa le ruega que no lo haga por el bien de su matrimonio.

Cuando todas las demás alternativas fracasan Callow se ve obligado a realizar el acto indecente frente a una audiencia global en directo. La princesa fue devuelta ilesa antes de la hora límite, lo cual pasó desapercibido ya que todo el mundo estaba distraído por la emisión del acto. Se deduce que los hechos fueron planeados por el ganador del Premio Turner Carlton Bloom, mostrando que los eventos de importancia se habían deslizado por debajo de las narices de los ciudadanos y el gobierno, "en este caso, mirando las pantallas" y no prestando atención al mundo real. Bloom se suicida inmediatamente después.

Un año después de la emisión, la imagen política de Callow se ha mantenido intacta y ha obtenido una mayor aprobación pública debido a su voluntad de sacrificar su dignidad. La princesa Susannah se ha recuperado del secuestro y está esperando un hijo, mientras que el público en general conoce el plan organizado por Bloom, pero no la puesta en libertad anticipada de la princesa, con el fin de conservar el significado de las acciones de Callow. Mientras la reputación de Callow ha aumentado a los ojos de la opinión pública, se da a entender que su matrimonio no ha sobrevivido a la terrible experiencia.

Tema y Crítica

La trama es una sátira política. Principalmente el tema tratado con relevancia es la inmediatez en que hoy en día se obtiene la información, por eso en el episodio se observa cómo la prensa tradicional intenta ser neutral y objetiva pero se acaban imponiendo las opiniones subjetivas de los ciudadanos, a través de las redes sociales. El episodio obtuvo una crítica mediática buena; por ejemplo según el diario Telegragh "Esta es una idea demencialmente brillante. La sátira es tan audaz, que me dejó con la boca abierta y chillando. Por parte de la revista Cinemanía “por fin se habla desde el punto de vista en el que vives(...) Lo mejor de este perfecto mecanismo de relojería dramático es el tratamiento completamente serio y plausible de una premisa de sketch humorístico."

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

This guy made the most insane #UrbanArt in #Tehran. Trust me, it'll blow your mind. #Iran #Art #MedhiGhadyanloo

This guy made the most insane #UrbanArt in #Tehran. Trust me, it'll blow your mind. #Iran #Art #MedhiGhadyanloo | Art and culture | Scoop.it

This guy made the most insane #UrbanArt in #Tehran. Trust me, it'll blow your mind. #Iran #Art #MedhiGhadyanloo

And you can't live with that excitement without getting in touch with the man in charge. He is Mr. Mehdi Ghadyanloo. I chatted with him over Facebook to get

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

#RobertDoisneau - interview 51 mn 1974 - RTBF - Michèle Cédric #photographie #photo #photographe #art #culture

#RobertDoisneau - interview 51 mn 1974 - RTBF - Michèle Cédric #photographie #photo #photographe #art #culture

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

Déclaration (à signer online) des Autrices et Auteurs de #Suisse: Le travail littéraire n’est ni un hobby, ni de la promotion

Déclaration (à signer online) des Autrices et Auteurs de #Suisse: Le travail littéraire n’est ni un hobby, ni de la promotion | Art and culture | Scoop.it
more...
No comment yet.
Rescooped by Juan Carlos Hernandez from Infos en français
Scoop.it!

Marché de l’ #art + que jmais ds le viseur ds anti-fraudeurs #TaxFraud #finance #ArtBasel #Impôts #opacité

Marché de l’ #art + que jmais ds le viseur ds anti-fraudeurs #TaxFraud #finance #ArtBasel #Impôts #opacité | Art and culture | Scoop.it

Marché de l’ #art + que jmais ds le viseur ds anti-fraudeurs #TaxFraud #finance #ArtBasel #Impôts #opacité

Art Basel ouvre ses portes cette semaine. Les plus grands collectionneurs du monde ont rendez-vous avec des galeristes venus du monde entier pour admirer, évaluer mais surtout acheter les oeuvres disponibles sur le marché. Le marché de l'art contemporain est toujours très fort, mais aussi aussi extrêmement opaque.

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

#Histoire interview 8 mn de #DianeDucret s/son #livre à propos des femmes de gangsters aux #US ds les années 30

#Histoire interview 8 mn de #DianeDucret s/son #livre à propos des femmes de gangsters aux #US ds les années 30 | Art and culture | Scoop.it

#Histoire interview 8 mn de #DianeDucret s/son #livre à propos des femmes de gangsters aux #US ds les années 30

Dans son dernier livre "Lady Scarface", Diane Ducret nous emmène dans l’Amérique des gangsters des années 30. Après "Femmes de dictateurs", l'historienne se glisse dans l’intimité des fiancées de la poudre du Chicago d’Al Capone. Celles-ci n'ont rien à envier aux gangsters et vont faire trembler l'Amérique.

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

Audio 11mn : Un auteur lausannois dénonce "la petite #mafia des éditeurs #suisse s romands" #littérature

Audio 11mn : Un auteur lausannois dénonce "la petite #mafia des éditeurs #suisse s romands" #littérature | Art and culture | Scoop.it

oui, depuis toujours, ceux qui exploitent l'art en vivent toujours beaucoup mieux que les artistes ‪#‎parasites‬
Je pisse sur l'arrogance et la suffisance de M. Vandenberghe

 

Audio 11mn : Un auteur lausannois dénonce "la petite #mafia des éditeurs #suisse s romands" #littérature

Un vent de révolte souffle dans le milieu des écrivains romands. Ils ont été nombreux ces derniers jours, sur les réseaux sociaux, à s'emporter contre une économie du livre jugée trop peu solidaire. A l'origine de leur courroux, il y a une tribune parue la semaine passée dans Le Temps: "Adresse à la micro-mafia de la chaîne du livre romande". Le débat entre Sébastien Meier, écrivain lausannois auteur de cette tribune et Pascal Vandenberghe, patron des librairies Payot en Suisse.

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

Un #Suisse chef d’une tribu cannibale - RTS 55 mn #Aventure #Histoire #HenriLouisGrin #Vaud

Un #Suisse chef d’une tribu cannibale - RTS 55 mn #Aventure #Histoire #HenriLouisGrin #Vaud | Art and culture | Scoop.it

Un #Suisse chef d’une tribu cannibale - RTS 55 mn #Aventure #Histoire #HenriLouisGrin #Vaud

Méconnus en Suisse, les récits de voyage d’Henri-Louis Grin, jeune paysan du Nord vaudois, ont eu un écho phénoménal dans le monde à la toute fin du 19e siècle. L’aventurier a même eu droit à sa statue de cire chez Madame Tussauds, quand le tout Londres se précipitait pour lire ou écouter ses conférences sur ses aventures extraordinaires en Australie et dans le monde.

Florence Perret a retrouvé la trace de cet aventurier exubérant à l’imagination débordante. Elle lui consacre un livre passionnant ("La véritable histoire du Vaudois Henri-Louis Grin", éditions C’était hier) et raconte sa folle vie au micro de Martine Galland.

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

Madame Bovary au tribunal / France Inter 55 mn #censure #littérature #GustaveFlaubert #Histoire #Justice #Culture

Madame Bovary au tribunal / France Inter 55 mn #censure #littérature #GustaveFlaubert #Histoire #Justice #Culture | Art and culture | Scoop.it

Madame Bovary au tribunal / France Inter 55 mn #censure #littérature #GustaveFlaubert #Histoire #Justice #Culture

 

Aujourd’hui c’est l’histoire du procès Flaubert que Stéphanie Duncan vous raconte .

L’incroyable procès qu’en 1857 la justice aux ordres de Napoléon III intenta à l’auteur de Madame Bovary, ce roman iconoclaste, toujours moderne… Portrait d’une femme sensuelle, Emma Bovary, rêveuse et mal mariée, adultère, et qui n’éprouve pas l’ombre d’un sentiment de culpabilité.

 Je vous annonce que demain 24 janvier 1857, j’honore de ma présence le banc des escrocs ; 6ème chambre correctionnelle, 10 heures du matin. Les dames sont admises. Une tenue décente et de bon goût est de rigueur. » écrit la veille du procès le jeune écrivain, pourfendeur féroce des médiocrités de la vie bourgeoise. Le ton est railleur,  mais Flaubert n’en mène pas large, poursuivi qu’il est pour outrage à la morale publique et religieuse.

Prison, amende, interdiction de son premier roman... Il risque gros, il le sait.

Les écrivains sont dangereux. De Candide de Voltaire mis à l’index par l’Eglise, à Vie et Destin de Grossman, dont le manuscrit fut détruit par le KGB, le pouvoir politique et religieux a toujours su la force subversive de la littérature.   

 

 

L'invité de Stéphanie Duncan est Pierre-Marc de Biasi, plasticien, écrivain et  chercheur au CNRS.                                                  

 

On ne change pas le sang d'un livre  (Flaubert)

 

more...
No comment yet.