« Fait divers » Sommes-nous tous des lâches ?  Témoignage d'une scène de violence à Lyon. | Scoop Photography | Scoop.it

Un récit choc qui heurtera sans doute votre ame et votre conscience:

 

Métro Bellecour, Lyon le 10 octobre à 21h10

 

"Profondément choquée, j’ai été hier témoin de violence et non assistance à personne en danger. Metro Bellecour. Un peu plus de 21h10. J’attends ma rame pour aller à cordeliers. En face, brutalement un homme se jette sur sa femme et commence à la tabasser. Elle porte un bébé de quelques mois dans les bras. Elle le maintient tant bien que mal, et titube sous les assauts, ne pouvant parer les trois coups de poing qu’elle reçoit au visage. L’enfant manque de tomber mais elle le tient par les bras, vacille et finalement de tombe pas. L’action, d’une rare violence ne dure guère plus de trente secondes. Des gens, et moi-même nous sommes approchés du quai pour signifier à l’homme qu’il avait été vu. Personne ne parle, sous le choc. L’homme croise les bras, debout en toute impunité devant tout le monde, tandis que la femme, replaçant les lunettes qui sont de travers sur son visage, maintient son enfant contre elle, assise sur le banc. Je me retourne, je ne vois pas d’agent de sécurité mais aperçois un type du nettoyage, talkiewalkie en main. Je l’informe de ce qui vient de se passer et lui demande d’alerter la sécurité avec son talkiewalkie. Nous ne pouvons pas franchir le quai. Celui ci me regarde et me lance “oui mais moi je n’ai rien vu”, alors je le somme d’avancer jusqu’au quai en lui signifiant qu’il y a des témoins et qu’ils sont là sur le quai non le loin de nous. A ce moment là, quand je désigne les gens, ceux-ci se retournent me présentant le dos, et s’éparpillent sur le quai. Cette société me choque par sa lâcheté. Le type du nettoyage me dit “vous voyez les gens n’ont pas vu et de toutes façons si la femme ne porte pas plainte on ne peut rien faire”. Je lui dit que que la personne la plus en danger est ce bébé, qui lui ne peut ni se défendre, ni porter plainte. Et qu’il y a non assistance à personne en danger. En colère, je lui demande alors à nouveau de lancer un appel. Il répète “mais on ne peut rien faire, la femme n’a pas porté plainte”. Je lui explique que chacun se doit de porter secours à une personne en danger et elle portera plainte ensuite si elle le désire. Je suis choquée. Je vois la rame en face qui arrive. Le type du nettoyage sans m’adresser un mot, monte dans mon métro, se place à côté de moi et me raccompagne jusqu’à mon arrêt; comme on guide une fauteuse de trouble hors du lieu où elle dérange. Avant cet acte de violence, je ne comprenais pas comment une jeune fille pouvait se faire violer en toute impunité dans les transports en commun. Maintenant je le sais. J’ai conservé le ticket de métro que j’ai pris et tout est identifiable sur les vidéos de surveillance. Je ne sais pas qui peut aider cet enfant…"

 

 

N.B. Face à la lecture de cette scène authentique on se sent peut-etre impuissants, mais surement pas insensibles, peut etre comme vous, je n'étais pas là, je n'ai donc rien vu, rien fait mais suis restée toute ouie face à ce témoignage partagé ce matin par son auteur encore sous le choc.

Dans telle situation, une question se pose à nous tous: "Qu'aurions-nous fait ?"

Comme nul n'est sensé ignorer la Loi, j'ai relu l'article 223-6 du code pénal en méditant dessus.

Maintenant, que peut-on faire pour ces victimes en danger ?

 

Au minimum lecteur, faites circuler 'en votre ame et conscience'.