Philosophie et so...
Follow
Find
709 views | +0 today
Philosophie et société
Réflexions philosophiques (épistémologie, éthique, anthropologie philosophique) et ressources en sciences humaines et sociales. Voir aussi : http://julien.lecomte.over-blog.com
Curated by Julien Lecomte
Your new post is loading...
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Le critère de démarcation poppérien

Le critère de démarcation poppérien | Philosophie et société | Scoop.it

Explication et genèse du critère de démarcation de Karl Popper entre science et pseudo-science.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Table of Contents - Plato.Stanford.Edu

Julien Lecomte's insight:

Encyclopédie philosophique de Stanford

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Some Moral Dilemmas

The following is a list of some moral dilemmas, mostly adapted from Moral Reasoning, by Victor Grassian (Prentice Hall, 1981, 1992), with some additions. The question to consider with all of these is why they are dilemmas. Some, however, may not seem to be dilemmas at all. Also, while it is common in modern ethics to address dilemmas merely in order to propose theories to resolve them, it must be considered that dilemmas may betray a structure to ethics that means they cannot be resolved. Dilemmas are dilemmas because they are, well, dilemmas. We're stuck with them. This provides important data for the nature of ethical value, and especially for the Polynomic Theory of Value. Analysis of the dilemmas can be found at The Generalized Structure of Ethical Dilemmas. The discussion provided here in some cases provides background, comparison, and may get into some of the relevant moral issues. Otherwise, analysis is provided at the linked page.

Julien Lecomte's insight:

Dilemmes moraux

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

BeeKANT: Mourir bêtement - Motocyclisme et existentialisme

BeeKANT: Mourir bêtement - Motocyclisme et existentialisme | Philosophie et société | Scoop.it

Par Marc de Haan.

 

En descendant de la voiture, ma fille a éclaté en sanglots. Choquée par la vue de cet accident, mais plus encore par une phrase que j'avais prononcée en voyant l'ambulance de réanimation partir sirène hurlante :- "Survivre à un pareil accident, il lui faudra de la chance..."

De ces petites phrases définitives et imprudentes qu'un adulte laisse échapper, quand il oublie que sur la banquette arrière les enfants les entendent, et doivent les digérer seuls derrière le mur formé par les dossiers

 

[...]

 

Camus a écrit que le suicide est le seul problème philosophique vraiment sérieux. Il y voyait une réponse à l’absurde par la fuite plutôt que la révolte. Mais en deça de ce qui reste un jugement moral, se détruire, ou risquer de se détruire, exprime le refus du destin, de l’idée même de destin, la preuve par l’absurde [...]

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Stanford Encyclopedia of Philosophy

more...
No comment yet.
Rescooped by Julien Lecomte from Média et société
Scoop.it!

Pour une éthique de la discussion

Durant plusieurs mois, je me suis focalisé sur la rédaction d'articles concernant l'analyse des médias et des attitudes typiques à leur égard. C'est seulement à partir de ce début d'année 2013 que j'ai recommencé petit à petit à aborder des thématiques plus philosophiques, et surtout à discuter et à débattre, sur différents forums.

 

Mon expérience des discussions, argumentations et débats me permet aujourd'hui de relier entre eux plusieurs "fragments" d'écrits en épistémologie (question du savoir, de la connaissance, de la "vérité") et en éthique (question de l'action humaine, de la liberté, du "bien"), et de les illustrer par des cas concrets et des métaphores.

 

Plan de l'article :

 

1. Liens entre savoir et agir : pragmatisme, émancipation et attitudes constructives

 

2. Le savoir implique un positionnement

2.1. Notion de règles du jeu

2.2. Et si on ne respecte pas les règles du jeu ?

2.3. La métaphore du combat de boxe

 

3. Des exemples de "combats hors-jeu"

3.1. Conservateurs et progressistes radicaux

3.2. Comportements pédants et/ou frustrés

 

4. Prolongements

 

 

more...
Julien Lecomte's curator insight, July 3, 2013 4:05 AM

Les considérations relatives aux médias (ainsi qu'à l'éducation à ceux-ci) et à la communication sont à découvrir en filigranes, et principalement dans les prolongements de cet article.

Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Ethics.Sandiego.Edu

Ethics Updates provides updates on current literature, both popular and professional, that relates to ethics.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

CorteX : Esprit critique et sciences - Collectif de Recherche Transdisciplinaire Esprit Critique & Sciences

CorteX : Esprit critique et sciences - Collectif de Recherche Transdisciplinaire Esprit Critique & Sciences | Philosophie et société | Scoop.it

Le CorteX est un collectif d'enseignement et de recherche en esprit critique et sciences. Il est né en 2010 à l'Université de Grenoble à l'initiative de cinq formateurs professionnels et a pour objectif de mettre à disposition les travaux de tous les acteurs - enseignants, chercheurs, étudiants - travaillant sur un sujet développant le critical thinking, l'esprit critique, quelle que soit leur origine disciplinaire.

Julien Lecomte's insight:

D'inspiration zététique - rationaliste, ce site est truffé de ressources intéressantes - et pédagogiques. Il convient selon moi de ne pas nécessairement se positionner en rationaliste / positiviste radical, mais bien d'interroger les croyances et d'être au clair avec ses engagements / postulats / maximes.

Pour moi, il faut être tout aussi dur avec les croyances fallacieuses et pseudovérités qu'avec un rejet radical de ce qu'on ne connait pas. Ce courant étant un pourfendeur du relativisme et de certains dogmatismes, il est d'autant plus intéressant de l'aborder de manière pluraliste, pragmatique (et éventuellement dialectique, cf. http://julien.lecomte.over-blog.com/article-24054250.html)

D'un point de vue personnel, j'apprécie beaucoup le point de vue de R. Monvoisin (l'un des membres de ce collectif, cf. http://esprit.critique.free.fr/These/These_Richard_Monvoisin_150dpi.pdf) selon lequel il convient de se donner les moyens d'apprendre. A la fois, le monde étant riche / complexe, il n'est pas facile d'en avoir une compréhension correcte exhaustive, et à la fois, toute personne qui en fait l'effort peut développer une connaissance fiable d'une partie de la réalité. Cf. ma chronique "Esprit critique et contenus d'enseignement prémâchés" : http://www.scoop.it/t/chroniques-inedites/p/4003446508/esprit-critique-et-contenus-d-enseignement-premaches

Sa thèse est également truffée d'exemples amusants de déconstructions logiques / d'études de cas. Bien qu'assez cynique et malgré tout rationaliste "convaincu", il est enfin au clair avec ses engagements et postulats, desquels il présente les fondements épistémologiques : il s'agit bien de choix primordiaux, que l'on ne peut démontrer mais qui sont utiles au philosophe pragmatique (cf. les citations reprises dans http://julien.lecomte.over-blog.com/article-7025540.html et http://julien.lecomte.over-blog.com/article-objectivite-44762961.html ).

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Outillage critique - Collectif de Recherche Transdisciplinaire Esprit Critique & Sciences

CorteX : Esprit critique et sciences
Julien Lecomte's insight:

Outils pédagogiques (scepticisme méthodologique et rationnalisme).

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Devenir capable, être reconnu, par Paul Ricoeur | Revue du Mauss permanente

Mon titre est double : il désigne d’une part les capacités qu’un agent humain s’attribue,d’autre part le recours à autrui pour donner à cette certitude personnelle un statut social. L’enjeu commun aux deux pôles de cette dualité est l’identité personnelle. Je m’identifie par mes capacités, par ce que je peux faire. L’individu se désigne comme homme capable, non sans ajouter… et souffrant, pour souligner la vulnérabilité de la condition humaine. Les capacités peuvent être observées du dehors, mais elles sont fondamentalement ressenties, vécues, sur le mode de la certitude. Celle-ci n’est pas une croyance, tenue pour un degré inférieur du savoir. C’est une assurance confiante, parente du témoignage. Je parle ici d’attestation : celle-ci est en effet au soi ce qu’est le témoignage porté sur un événement, une rencontre, un accident.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Le débat monisme / pluralisme chahuté | Pierre Cardascia

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Essai épistémologie et éthique

Essai tâchant d'offrir un fil rouge entre considérations épistémologiques et éthiques du blog "Philosophie, médias et société" : http://julien.lecomte.over-blog.com

 

Pour le moment, il s’avère être plutôt un essai d’essai ! C’est un fichier de travail que je tâche d’enrichir et d’alimenter au fur et à mesure, avec des nuances, des complexifications, des remarques… Certaines formulations sont parfois trop génériques, absolues ou mal formulées, et il y subsiste des zones d’ombres par endroits.

 

L’occasion d’une discussion ?

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Quizz Elephant la revue - L'Elephant la revue

Julien Lecomte's insight:

Quizz de culture générale en philosophie, pédagogiquement sympa :-)

more...
Julien Lecomte's comment, June 6, 2013 5:52 AM
Avec plaisir, belle découverte pour moi :-)
L'éléphant- La Revue's comment, June 6, 2013 6:19 AM
Tu peux aussi nous suivre sur notre site internet, notre twitter ou encore sur notre page facebook. Bienvenue parmi nous !
Julien Lecomte's comment, June 6, 2013 10:07 AM
J'ai vu ;-)
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Brown eyes and blue eyes Racism experiment (Children Session) - Jane Elliott

Ms. Jane Elliott's "brown eyes, blue eyes" experiment in 1970 (the third one after her first in 1968).

Julien Lecomte's insight:

Jane Elliott dira plus tard que "ceux qui trouvent cela cruel ne font pas le lien entre cette expérience d'un jour et ce qui est le quotidien des discriminés"...

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Philosophy Experiments

Interactive philosophy tests and activities designed to tell you what you don't want to know about yourself.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Internet Encyclopedia of Philosophy

The Internet Encyclopedia of Philosophy (IEP) (ISSN 2161-0002) was founded in 1995 as a non-profit organization to provide open access to detailed, scholarly information on key topics and philosophers in all areas of philosophy. The Encyclopedia receives no funding, and operates through the volunteer work of the editors, authors, volunteers, and technical advisers. At present the IEP is visited by over 500,000 persons per month. The Encyclopedia is free of charge and available to all users of the Internet world-wide. The staff of 30 editors and approximately 300 authors hold doctorate degrees and are professors at colleges and universities around the world, most notably from English-speaking countries.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

PhilPapers: Online Research in Philosophy

PhilPapers: Online Research in Philosophy | Philosophie et société | Scoop.it

An index of current online research in Philosophy. Also contains bibliographies, discussion forums, and advanced research tools for researchers.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Humilité et finitude

Humilité et finitude | Philosophie et société | Scoop.it

Quand je regarde un insecte, que je sais avec quelle facilité il peut voir son travail réduit à néant ou quand je pense que cet insecte pt mourir sans avoir rien vu venir, je m'interroge sur l'insignifiance, l'absurdité

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Pierre Desproges - L'ennemi est bête : il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui !

Pierre Desproges - L'ennemi est bête : il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui ! | Philosophie et société | Scoop.it

Pierre Desproges ; "L'ennemi est bête : il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui" !

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Patrick Declerck, Les Naufragés : avec les clochards de Paris, Paris, collection « Terre Humaine », Plon, 2001

Patrick Declerck, Les Naufragés : avec les clochards de Paris, Paris, collection « Terre Humaine », Plon, 2001 | Philosophie et société | Scoop.it
Alors que se closent les campagnes électorales de 2002, et que s’élaborent dans les officines ministérielles les réformes qu’appelle le vote du 21 avril, il est urgent de lire l’ouvrage courageux, critique (violent, même) de Patrick Declerck.
Julien Lecomte's insight:

Un livre que j'ai lu en 2007 ou 2008, que je recommande. La partie "psychanalytique" m'a moins intéressé, mais l'observation participante étayée est un acte non seulement très riche en termes de connaissances, mais aussi fort courageux.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Tips and strategies for teaching the nature and process of science

Misconceptions about science


Many students have misconceptions about what science is and how it works. This section explains and corrects some of the most common misconceptions that students are likely have trouble with. If you are interested in common misconceptions about teaching the nature and process of science, visit our page on that topic.

more...
No comment yet.
Rescooped by Julien Lecomte from Chroniques inédites (Philosophie, médias et société)
Scoop.it!

Vie privée, espionnage, Snowden, PRISM, NSA, confidentialité, surveillance, Panoptique, sécurité, 1984, Big Brother et autres joyeusetés

Je m'étonne de lire actuellement autant de réactions suite aux révélations d'Edward Snowden, relatives à la surveillance dont nous ferions tous l'objet (pour ceux qui ne savent pas ce dont il est question, cf. notamment http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/06/09/un-ancien-employe-de-la-nsa-derriere-les-revelations-sur-les-ecoutes-numeriques_3426888_3222.html).

 

Ainsi, on peut lire ce genre d'article : "Prism: pourquoi le public ne se sent pas assez concerné par l'espionnage de nos vies privées (et pourquoi il devrait) [ http://www.huffingtonpost.fr/2013/06/15/prism-pourquoi-pas-concerne-espionnage-vie-privee_n_3440414.html ]" (titre en partie fallacieux étant donné le nombre de partages de celui-ci : il y a en réalité plusieurs publics, et l'un de ces publics rend faux le titre au moins en ce qui le concerne, s'en distingue en le partageant).

 

Il y a au moins deux types de personnes qui s'agitent suite à ces révélations.

 

D'abord, il y a ceux que ça n'avait jamais inquiétés. Ceux pour qui la surveillance, c'était des conneries, des phantasmes de complotistes à deux balles. Ceux qui n'en avaient rien à foutre tant que ça n'était pas susceptible de toucher leurs messages privés sur Facebook. Désormais, ça leur parle les questions de vie privée et de confidentialité ! On les voit maintenant fervents défenseurs des libertés individuelles et de la confidentialité. C'est pas comme si on les avait prévenus !

Parce qu'au fond, Edward Snowden n'apporte rien de véritablement neuf sous le soleil : cela fait des années que certains s'époumonent à dire qu'avec Internet, les gens se fichent eux-mêmes, ils donnent leurs données en pâture à des firmes privées ou à des gouvernements. Combien de fois n'y a-t-il pas eu de levées de boucliers face aux politiques de confidentialité et de récoles de données de Facebook? (Cf. http://europe-v-facebook.org/EN/en.html entre autres).

 

Ensuite, justement, il y a ceux "qui l'avaient dit". Ah, ces visionnaires! Ceux qui ont lu Orwell, ceux qui ont lu Foucault. Ceux qui Savaient, nom d'un chien, que la plèbe sacrifiait ses libertés en s'inscrivant sur Facebook, au nom de la sécurité...

 

Ces attitudes pulsionnelles ne permettent pas à mon sens de penser véritablement les enjeux relatifs à ces faits. Ces faits inéluctables. Ces faits par rapport auxquels il est difficile, voire impossible, de faire marche arrière.

 

"La question de la vie privée est-elle un problème de vieux cons?" se demandait Jean-Marc Manach en 2010 (http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2010/07/02/la-vie-privee-un-probleme-de-vieux-cons-le-livre/). Pour lui, les "vieux" ont leur mot à dire face à ces jeunes qui ne s'en fichent peut-être pas tous tant que le sens commun voudrait le croire.

 

Le problème, c'est que la mécanique est en marche, et depuis longtemps. Cartes bancaires, cartes d'identité à puces, GPS, GSM, croisements d'informations issues des bases de données commerciales et administratives, caméras publiques de surveillance, formulaires remplis çà-et-là de notre plein gré, présence en ligne (et même absents, nous sommes taggés par nos pairs, mis sur le web par nos employeurs...), etc. Big Brother, qu'on le veuille ou non, c'est trop tard : on est tous fichés.

 

La plupart des "penseurs" de la vie privée l'ont bien compris : en général, ils mettent surtout l'accent sur des questions qui se situent davantage à un niveau interpersonnel qu'à un niveau sociétal.

Ainsi en découlent les principes marketing de "réputation" : votre (futur) employeur peut voir ce que vous publiez, vos amis vous jugent en fonction de vos actions sur les réseaux sociaux, etc. Le conseil d'or, en conséquence, est de régler ses paramètres de confidentialité et de "réfléchir avant de publier" (cf. la caricature dénoncée par Michel Guillou face à la campagne "Soyez net sur le net" : http://gingko.neottia.net/post/42653049758/paris-et-ses-ados-les-traits-grossiers-de-la#).

Le genre de choses qu'une ou deux claques sociales permettent d'apprendre et qui semblent de plus en plus admises en termes de règles implicites sur les réseaux.

Une des dérives possibles est de créer une culture du self-branding, du "marketing de soi" , où l'on ne se montre que sous un jour tout à fait hypocrite, travaillé et artificiel, avec également cette question de "la mise en chiffres de soi". Mais ce n'est pas le débat ici.

 

Ces "penseurs" se retrouvent bien démunis quand on leur explique que même leur navigation privée fait l'objet d'une surveillance. A moins d'avoir été parano toute sa vie, de ne fonctionner que par logiciels libres, d'habiter dans une grotte et de n'avoir aucune vie sociale, il est plus que probable que des données aient été collectées sur nous.

 

Maintenant, il demeure stupide de penser qu'Obama "lit nos mails". J'ai la croyance qu'il a autre chose à faire de ses journées. C'est là qu'interviennent les alarmistes : Big Brother, c'était de la gnognotte face à ce qu'on connait aujourd'hui. Sauf que dans 1984, le système est beaucoup plus coercitif. D'ailleurs, on le sait depuis longtemps : aux States, on utilise ses armes en bon père de famille (http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/06/19/la-nsa-et-le-fbi-defendent-prism_3432454_651865.html) : faut pas déconner! La bombe nucléaire, les armes à feu, c'est seulement pour notre sécurité. C'est seulement contre les méchants.

D'un autre coté, n'importe quel système totalitaire qui aurait accès à ces possibilités techniques deviendrait directement extrêmement puissant : si on sait lire vos mails, on sait lire aussi ceux de "votre" armée. Puis on peut vous faire chanter, puis on peut vous retrouver, tout ça. Comme dans les meilleures dystopies !

Ce n'est pas faux.

Ce n'est pas neuf non plus. Un système totalitaire n'a d'ailleurs pas besoin de tout cela pour être extrêmement puissant et coercitif...

 

Le problème, c'est qu'on ne peut pas décemment penser comme dans tel ou tel article (un au hasard : http://www.lepoint.fr/technologie/zimmermann-faire-confiance-a-google-ou-facebook-c-est-etre-a-poil-sur-internet-10-06-2013-1678994_58.php) que demain, face à ces risques, la population entière va se mettre aux logiciels libres et déserter ces saletés de sociétés commerciales, administrations et autres organismes qui ont minutieusement collecté leurs données - souvent offertes sur un plateau d'argent - depuis des années. Quand bien même ce serait le cas, ce nombre écrasant de personnes aurait tout de même été fiché durant des années. Et à chaque génération, il faudrait que les enfants et ados suivent les traces de papa-maman pour éviter de tomber dans le piège du fichage.

 

Est-ce pour autant du fatalisme? Je ne le crois pas : c'est tout-à-fait réaliste. Je préfère de loin cette position à celle qui inculque un self-branding nauséabond, mettant tout à fait de coté les véritables enjeux sociétaux. En réalité, je m'insurge contre les solutions proposées.

Pour moi, être absent du web, se créer un "faux profil" et partager des informations erronées, "réfléchir [à sa réputation] avant de poster" ou encore fuir les "gros acteurs" des réseaux n'a pas beaucoup de sens. Même l'éducation aux médias, lorsqu'elle se limite au niveau interpersonnel, est stérile face à ce problème.

 

Par contre, il est selon moi possible de développer des contre-pouvoirs, entre autres.

Il ne faut pas se leurrer : si un système suffisamment puissant décide de faire un usage de nos données personnelles contre nous, ce n'est probablement pas parce que nous ne sommes pas ou plus sur Facebook que nous aurons la moindre chance d'y échapper. Le fait que certaines personnes n'aient pas appris à gérer leur confidentialité et que ça leur pose des problèmes au niveau personnel peut être soulevé, mais cela ne suffit pas au niveau sociétal.

Par contre, le web offre notamment des possibilités de faire réseau, d'échanger de l'information, etc. Il est possible de contribuer à prévenir ce type d'usage nocif, en faisant circuler l'information, par exemple. Il existe plus que probablement de nombreuses pistes que je n'envisage même pas. Mon propos est simplement de dire que face à un système dont le potentiel de contrôle et de surveillance est gigantesque, si on veut vraiment agir, il convient d'envisager d'autres systèmes parallèles et non de se voiler la face.

more...
Julien Lecomte's curator insight, June 19, 2013 7:16 AM

Voir aussi, fin juillet 2013, les "révélations" au sujet d'un autre outil de surveillance : http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/07/31/l-outil-qui-permet-a-la-nsa-d-examiner-quasiment-tout-ce-que-fait-un-individu-sur-internet_3455916_651865.html

 

Pour l'anecdote au sujet du couple sécurité - liberté / vie privée, en 2010, un sondage révélait que 23% des Allemands seraient prêts à se faire implanter une puce sous la peau "si cela peut aider les secours à les localiser en cas de problème", par exemple : http://trends.levif.be/economie/actualite/high-tech/23-des-allemands-prets-a-se-faire-implanter-une-puce-sous-la-peau/article-1194667881853.htm

 

Voir aussi, en 2014 :

- "Données personnelles : sortir des injonctions contradictoires" : http://vecam.org/article1289.html

- "Tentez d'échapper à la surveillance de la NSA" : http://www.scoop.it/t/media-et-societe/p/4024115221/2014/07/05/tentez-d-echapper-a-la-surveillance-de-la-nsa-le-monde

 

En règle générale, lorsqu'il s'agit de justifier une privation de liberté, c'est la sécurité qui est mise en avant.

samueldesnoulez's comment, November 6, 2013 2:02 AM
Je crois appartenir à une 3ème catégorie : je ne suis pas surpris par les révélations sur la NSA. En 1995, le Courrier International avait sorti un article sur Echelon. Je relaie des infos sur Internet et la question de la vie privée en particulier pour mes stagiaires en initiation informatique. Ils ne vontpas chercher par eux-mêmes ce genre d'info, n'ont pas une vision claire du fonctionnement d'Internet. Je suis d'accord avec toi sur le fait que rien n'empêche vraiment la moisson de données, mais je pense que les utilisateurs doivent être au courant de la complexité de ce réseau et de ses grands acteurs. Oui, Google ou Facebook s'engraissent de notre vie personnelle, tout en nous fournissant des services ultraperformants. En étant sensibilisé, chacun peut ensuite prendre ses responsabilités et utiliser Internet en étant peut-être un peu plus acteur, citoyen, ... militant ?
Julien Lecomte's comment, November 6, 2013 2:22 AM
Je suis d'accord. En fait, je fais partie de ceux qui souhaitent sensibiliser à ces questions, et suis donc peut-être comme toi dans cette troisième catégorie que tu décris. Ce billet un peu acide a surtout pour objectif de faire la distinction entre les enjeux interpersonnels (qui sont parfois un leurre) et les enjeux sociétaux - citoyens, comme tu dis - que la problématique englobe. Je pense que c'est se voiler la face que d'apprendre à bien "se présenter" ("se vendre", justement?) sur Internet. Il y a à mon sens malheureusement trop souvent une récupération de la question de réputation pour faire de l'éducation au branding de soi. En ce sens, je crois que l'on se rejoint : il n'est pas tant question de baisser les bras face à des dérives potentielles (ou avérées) que d'ouvrir les yeux sur les vraies problématiques et leur ampleur. Une éducation citoyenne a pour objectif de prévenir les dérives d'un tel système...
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Lexique, auteurs et concepts

Lexique, auteurs et concepts | Philosophie et société | Scoop.it

Cet article présente des auteurs, courants et concepts abordés dans le blog http://julien.lecomte.over-blog.com , ainsi que des liens pour en savoir plus.

 

Cette liste n'est pas exhaustive, mais il s'agit d'être plus au clair avec mes sources, inspirations et les interprétations que j'en fais / ce que j'en retire exactement, tout en contextualisant davantage certaines de mes considérations.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Les sociologues étaient constructivistes quand les...

Les sociologues étaient constructivistes quand les... | Philosophie et société | Scoop.it

Les sociologues étaient constructivistes quand les acteurs étaient réalistes. Aujourd’hui, acteurs sont constructivistes, les sociologues doivent être réalistes.

- Dominique Cardon

Julien Lecomte's insight:

J’aime beaucoup cette citation. Cette position distanciée du sociologue / philosophe, supposé enrichir et nuancer les discours face au réel…

 

Lire la suite sur tumblr : http://julien-lecomte.tumblr.com/post/52315456781/les-sociologues-etaient-constructivistes-quand-les

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

René Descartes, Discours de la méthode (1637)

Une bibliothèque numérique unique et originale dans le monde francophone en sciences sociales et humaines, développée en collaboration avec l'Université du Québec à Chicoutimi, fondée et dirigée par Jean-Marie Tremblay.

more...
No comment yet.