Morales révolutionnaires, révolutions morales : prophètes et apologistes au temps des révolutions | Philosophie en France | Scoop.it
Journée d'étude
Samedi 28 mai 2011, Paris

Les fondements de la morale (Dieu, famille, propriété, travail) sont redéfinis voire remis en question au XIXe siècle. Il s'agit de réapprécier la moralisation de la société par la « souveraineté de quelques-uns », les « révélateurs » – pour reprendre une notion chère au philosophe saint-simonien et socialiste Pierre Leroux – en période révolutionnaire, en concurrence ou non avec l’État, ainsi que de s'interroger sur la pertinence et la particularité d’une « séquence morale » révolutionnaire. Outre l’accent mis sur les acteurs, les médias, les représentations des morales plus ou moins sécularisées, il s’agirait ainsi d’étudier l’articulation et la porosité entre morale générale et morales particulières lors des grandes césures révolutionnaires du XIXe siècle (1830, 1848, 1870), avec en arrière-plan la Révolution française, tandis que le monde des lettres et des sciences se professionnalisent.