Philologos
6 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Patrick Ghrenassia from Les Livres de Philosophie
Scoop.it!

Jean-Claude Milner : Le sage trompeur. Libres raisonnements sur Spinoza et les Juifs

Jean-Claude Milner : Le sage trompeur. Libres raisonnements sur Spinoza et les Juifs | Philologos | Scoop.it

Spinoza sait qu’une question inquiète l’Europe de son temps : comment les Juifs sont-ils encore possibles ? Publiant, en 1670, le Traité théologico-politique, il met à profit l’occasion pour proposer sa réponse, sous la forme d’un court manifeste, inséré à la fin d’un chapitre.
Les premiers mots situent l’enjeu : « Aujourd’hui les Juifs ».
L’aujourd’hui de Spinoza est devenu un passé. Mais la question demeure. Elle inquiète plus que jamais et bien au-delà de l’Europe. À en croire certains, il y va de la paix et de la guerre pour tous.
Aussi est-il opportun de comprendre ce que dit Spinoza. Car ses propos sont obscurs. À dessein.
Spinoza veut qu’on soit déconcerté, afin qu’on cherche ce qu’il veut vraiment signifier. Il écrit ainsi parce qu’il est persuadé d’avoir à tenir des propos offensants. Offensants pour les Juifs, qu’il connaît bien puisqu’il est né parmi eux, mais surtout offensants pour les honnêtes gens.
Quand la vérité blesse au point qu’elle ne puisse se dire, le seul moyen pour celui qui ne veut pas se taire, c’est de passer par la fausseté. Le manifeste de Spinoza est un tissu de contrevérités. Elles sont destinées à éveiller l’attention. En les relevant et en les rectifiant une à une, le lecteur découvrira ce que doit être, selon Spinoza, la politique à mener à l’égard des Juifs. Il identifiera les événements et les raisons qui éclairent les choix de 1670.
Il mesurera à quel point ces choix anciens déterminent notre présent et notre avenir.
Au cours de mon enquête, j’ai décidé de me taire sur mes propres sentiments. J’admets qu’on puisse être choqué par ce que j’ai mis au jour.

 

Verdier, mars 2013


Via dm
more...
No comment yet.
Rescooped by Patrick Ghrenassia from Les Livres de Philosophie
Scoop.it!

Pablo Lucchelli, Les métaphores de l'amour : Etude lacanienne sur Le Banquet de Platon

Pablo Lucchelli, Les métaphores de l'amour : Etude lacanienne sur Le Banquet de Platon | Philologos | Scoop.it

Dans son séminaire sur le transfert, Lacan prend appui sur Le Banquet de Platon pour faire de Socrate l'antécédent historique du psychanalyste : lorsque Alcibiade lui déclare son amour, Socrate le renvoie à Agathon dans une manoeuvre digne d'un analyste. Cette " interprétation " de Socrate lui dévoile ainsi le véritable objet de son désir, en lui prouvant aussi qu'il faut être trois pour aimer. Ce dialogue de Platon met également en relief ce que Lacan appelle la " métaphore de l'amour ", à savoir le renversement à travers lequel, l'aimé, celui qui se trouve être le centre et l'objet du désir des autres, devient aimant, manifestant ainsi un manque et abandonnant du coup sa position confortable. Mais ce n'est pas tout, car on trouverait chez Lacan une " deuxième métaphore de l'amour " implicite, sous-jacente, qui n'est pas formulée comme telle, où c'est l'aimant qui, tout en manifestant un désir sans limites - puisque c'est un désir qui ne saurait se contenter du pauvre aimé de service -, devient lui-même objet du désir de l'autre, qui à son tour passe au statut d'aimant. C'est ainsi que Socrate, par le pouvoir qu'il a de faire déplacer les discours et de renverser les positions subjectives de ses interlocuteurs, devient l'antécédent nécessaire du psychanalyste. Et pour reprendre Borges, on peut même affirmer que le psychanalyste est devenu le précurseur du Socrate que l'on connaît. (PU de Rennes, Novembre 2012)

 

Préface de Luc Brisson

 

L’amour n’est pas réciproque

Phèdre et la défense des aimésPausanias et l’amour à sens unique

L’harmonie impossible

Eryximaque et l’amour hydrauliqueAristophane ou la lamelle

Socrate et Agathon

Agathon ou AgalmaSocrate : «  Plus il désire, plus il devient lui-même désirable »

Socrate et Alcibiade

Alcibiade et l’aimé devenu aimant

La cure par la parole

Amour et changement de discours
Via dm
more...
No comment yet.
Rescooped by Patrick Ghrenassia from Philologos
Scoop.it!

Pablo Lucchelli, Les métaphores de l'amour : Etude lacanienne sur Le Banquet de Platon

Pablo Lucchelli, Les métaphores de l'amour : Etude lacanienne sur Le Banquet de Platon | Philologos | Scoop.it

Dans son séminaire sur le transfert, Lacan prend appui sur Le Banquet de Platon pour faire de Socrate l'antécédent historique du psychanalyste : lorsque Alcibiade lui déclare son amour, Socrate le renvoie à Agathon dans une manoeuvre digne d'un analyste. Cette " interprétation " de Socrate lui dévoile ainsi le véritable objet de son désir, en lui prouvant aussi qu'il faut être trois pour aimer. Ce dialogue de Platon met également en relief ce que Lacan appelle la " métaphore de l'amour ", à savoir le renversement à travers lequel, l'aimé, celui qui se trouve être le centre et l'objet du désir des autres, devient aimant, manifestant ainsi un manque et abandonnant du coup sa position confortable. Mais ce n'est pas tout, car on trouverait chez Lacan une " deuxième métaphore de l'amour " implicite, sous-jacente, qui n'est pas formulée comme telle, où c'est l'aimant qui, tout en manifestant un désir sans limites - puisque c'est un désir qui ne saurait se contenter du pauvre aimé de service -, devient lui-même objet du désir de l'autre, qui à son tour passe au statut d'aimant. C'est ainsi que Socrate, par le pouvoir qu'il a de faire déplacer les discours et de renverser les positions subjectives de ses interlocuteurs, devient l'antécédent nécessaire du psychanalyste. Et pour reprendre Borges, on peut même affirmer que le psychanalyste est devenu le précurseur du Socrate que l'on connaît. (PU de Rennes, Novembre 2012)

 

Préface de Luc Brisson

 

L’amour n’est pas réciproque

Phèdre et la défense des aimésPausanias et l’amour à sens unique

L’harmonie impossible

Eryximaque et l’amour hydrauliqueAristophane ou la lamelle

Socrate et Agathon

Agathon ou AgalmaSocrate : «  Plus il désire, plus il devient lui-même désirable »

Socrate et Alcibiade

Alcibiade et l’aimé devenu aimant

La cure par la parole

Amour et changement de discours


Via dm, Patrick Ghrenassia
more...
No comment yet.