4- PATIENT EMPOWE...
Follow
Find
33.4K views | +10 today
4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK
Pharmageek considers the Patient as the pharmaceutical industry "missing link"
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek
Scoop.it!

PHARMA.....CONNAIS TU LES E-PATIENTS?

PHARMA.....CONNAIS TU LES E-PATIENTS? | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it

Mi septembre, la nouvelle tombe. "le Mycophénolate Mofétil (Cellcept) est exclu du dispositif "tiers payant contre générique"".
Résultat du travail de "Renaloo", association de patients qui a su mobiliser son réseau et négocier avec l'ANSM et la CNAMTS...
C'est une première....mais ce genre de situation va probablement devenir de plus en plus courante.


A l'occasion de la WebTV que j'ai eu l'honneur d'animer sur BEPATIENT.fr : "Carte blanche" donnée aux "E Patientes" ( http://sco.lt/8VRpi5 ), j'ai pris le temps de compiler un certain nombre d'informations sur ce qu'on appelle les "E Patients" et ce mouvement connu désormais dans la santé comme le "Patient Empowerment".


On sait que la santé est un sujet très présent sur le web.


Avec plus de 30% de la population mondiale connectée (plus de 71% dans les pays développés), le web 2.0 compte maintenant plus de 100 000 000 de sites et plus d'un milliard d'utilisateurs .


La santé 2.0 en chiffres c'est plus parlant. Cela représente :


- 1/3 des recherches faites sur Google
- 20% des discussion dans les réseaux sociaux


Ce qui fait de la santé le second sujet le plus recherché/discuté sur le net.


E PATIENT : UN PHENOMENE AMERICAIN?


On peut penser que ce mouvement des E Patients est un phénomène anglo-saxon pour ne pas dire américain.


Le plus connu d'entre eux, E Patient DAVE (Dave de Bronkart), sexagénaire américain, est devenu le "fer de lance" de ce mouvement.
Diagnostiqué avec un cancer du rein en 2006, les médecins le laissent sans espoir de traitement. Alors Dave s'adresse au web, échange avec d'autres patients et apprend qu'il y a un traitement envisageable mais proposé uniquement par certains médecins.
Rentré en rémission, il décide de s'appuyer sur son expérience pour promouvoir une approche nouvelle de la santé. (une interview intéressante de E Patient Dave http://www.myfoxmaine.com/story/19595242/e-patient-dave-health-activist)


Le Patient EMPOWERMENT est né avec les différente définitions que l'on peut donner aux E Patients (bien résumé et étayé sur wikipedia http://bit.ly/GShDVf ).


Parmi d'autres celle qui fait l'unanimité est la définition élaborée par Tom Ferguson qui identifie les e-patients comme des individus équipés, capables, responsables et impliqués (equipped, enabled, empowered, engaged) dans leur état de santé et dans les décisions qui lui afférent.


L'étude américaine de PEW INTERNET (Social life of health information ( http://bit.ly/SxW4PK ) résume bien l'ampleur de ce phénomène aux Etats Unis.


  • 80% des internautes ont cherché des informations santé sur le web
  • 1/3 s'en sert pour évaluer et choisir leur médecin
  • 60% reconnaissent que cela a affecté leur décision sur comment traiter leur pathologie
  • 50% demandent alors un second avis médical après ces recherches
  • 30% s'en servent pour décider d'aller consulter ou pas
  • 30% l'utilisent pour comparer les options de prescription de traitement


Aux Etats Unis ou les professionnels de santé sont équipés à 80% de smartphones et à 60% d'IPAD, 40% d'entre eux reconnaissent aller consulter de l'information on-line PENDANT la consultation et 50% recommandent à leurs patients des sites à consulter (Manhattan Research)


Le mouvement est encore plus évident à la lecture de l'étude conduite par l'université californienne DAVIS (UC DAVIS Mai 2012 http://bit.ly/SxW4PS ) "The prepared patient" qui met en avant les attentes des E Patients :


  • se tenir informé
  • jouer un rôle actif dans ses soins
  • franchir une étape difficile sur une question de santé


Cela pour autant qu'il soit question de défiance vis à vis des professionnels de santé
Par ailleurs, les patients reconnaissent qu'internet n'est pas la seule source d'information ; les amis, les émissions de télé, les ouvrages/revues/magazines.. sont aussi cités. D'ou l'importance de garder une présence sur les médias "off-line".


Dans cette étude, enfin, il est précisé que :


  • 70% des patients discutent avec leurs médecins de l'information collectée.
  • 40% l'impriment afin d'en parler avec leur médecin
  • 50% déclarent suite à cette recherche avoir au moins une question à poser à leur médecin.


ET EN EUROPE ?


En Europe, les études et la prise de conscience se développent.


Dans son étude "Citizen Health Europe", Manhattan Research dresse en 2010 un état des lieux précis de la situation.


Premier constat, il y aurait 76 millions de E Patients en Europe !!


Parmi les motivations qui induisent à s'adresser au web les 3000 patients interrogés dans les 5 plus gros pays européens, on retrouve :


  • discuter/rechercher les informations obtenues lors de la consultation
  • utiliser internet pour rechercher des symptômes/diagnostic (le fameux phénomène "Dr Google")
  • challenger le diagnostic
  • demander un changement de traitement


L'étude conduite en 2010 par IMR international "Europe Social Media in healthcare" quant à elle précise les motivations des internautes pour discuter de la santé sur les réseaux sociaux.


  • 32% veulent trouver une expérience sur le traitement qu'ils prennent
  • 31% pour trouver de l'expérience sur la maladie qu'ils ont
  • 16% pour partager de l'expérience/maladie
  • 13% pour partager de l'expérience/traitement


EN FRANCE ?


C'est ainsi qu'en France l'étude IPSOS "Public affair 2010" nous révèle que que la santé est la 7ème raison de consulter le web (en France).


Et lorsque l'on regarde les sites consultés/moyens utilisés (Etude GFK 2010 http://bit.ly/PxRc0c ) :


  • 81% passent par les moteurs de recherche
  • 68% par des sites spécialisés type "Doctissimo" ou "AZ Santé"
  • 40% vont sur les forums de discussion
  • 38% sur les encyclopédies libres (Wikipédia, ..)


Par contre :


  • seuls 12% vont sur les sites de labo
  • 11% sur des blogs médecins
  • 10% sur des blogs de patients
  • 10% sur les sites d'associations de patients
  • 8% sur les réseaux sociaux


Quant on sait qu'un site comme Doctissimo génère environ 8 à 10 millions de visiteurs uniques par mois, le Ministère de la santé a décidé face à ce phénomène de conduire une étude avec des sociologues en 2010.


La conclusion est sans appel sur le sujet :


Les auteurs précisent qu'il s'agit là de la "CONSTRUCTION D'UN SAVOIR PROFANE PRATIQUE, COMPLEMENTAIRE DU SAVOIR EXPERT DES MEDECINS".


Le phénomène est tel que le CNOM (Conseil National de l'Ordre des médecins) a réagit en conduisant cette enquête avec IPSOS ( http://bit.ly/PjIRtd ) qui nous donne les chiffres pour la France :


  • 71% des internautes français recherchent des informations santé sur le web
  • 7 internautes sur 10 qui font ces recherches ne font pas la différence entre sites certifiés ou non
  • 62% des français consulteraient le site/blog de leur médecins si celui-ci en avait un
  • 34% des internautes qui cherchent sur le net disent en parler avec leur médecin (le deux tiers des patients ne discutent pas avec leur médecins des informations repérées en ligne)


Cela a d'ailleurs conduit le CNOM a inciter sur son site les médecins à se pencher sur ce phénomène pour :


  • Développer le conseil du médecin dans la recherche d’information santé.
  • Faire d’Internet un outil au service de la relation médecins-patients
  • Créer un label ordinal pour les sites publiés par des médecins.


ET ALORS ?


And so what??
Comment prendre en compte cette évolution parmi les acteurs du système de santé?

Et oui.. pas facile quand notre culture et notre cadre réglementaire ne nous permettent pas d'avoir un échange directe avec les patients.
Pas facile de passer d'une cible de 200 000 médecins (grosso modo) à près de 45 millions d'individus (juste pour la France)
Pas facile de passer d'un mix promo ou la visite médicale est omniprésente (près de 60% du budget) et le digital quasi absent (moins de 1%)


C'est le "business model" en entier qu'il faut repenser et les organisations qui vont avec....


L'orientation client ne doit plus être une intention... mais devenir une réalité du quotidien...avec la difficulté, certes majeure, de définir ce CLIENT.


Prescripteurs? Dispensateurs? Payeur? Patient?...Lequel choisir? Y en a t il qu'un? ou plusieurs? quel poids donner à chacun?


J'entends souvent, et à juste titre, dire par les acteurs (laboratoires, grossistes, pharmaciens,..) que le Patient est "AU COEUR DE NOS DÉMARCHES"...


Pour les marketeurs (futurs "chef de clients"?? :-)), cela doit se traduire par une cartographie du parcours client...peut être effectivement tournée autour de ce parcours.

Prenons le pari qu'à chaque étape du parcours patient (prévention, symptôme diagnostique annonce,analyses, prescription, dispensation, observance, suivi...que sais je?? selon les pathologies) nous repensons nos démarches marketing en mettent au coeur le patient et la notion de service client et de valeur ajoutée...


Et pourquoi ne pas considérer désormais nos clients historiques ou les nouveaux acteurs comme des partenaires ayant eux aussi pour client le Patient?


Peut être faudrait il dans un premier temps accompagner ce changement dans la relation médecin/patient?


Pour conclure je reprendrais un post récent d'Alex Butler, PDG de "The social Moon", gourou du digital pharma et ancien de J&J, qui s'interrogeait sur la pertinence de continuer à utiliser le terme de E-Patient.
En effet, à partir du moment ou tous les patients ou presque, vont sur le net peut être faut il juste les appeler PATIENTS...au même titre qu'on ne précise plus le terme 'numérique" quant on parle d'appareil photo...


Ça y est Pharma... tu en sais un peu plus sur les E Patients.
J'espère que cela t'aura intéressé.



Pour finir, je citerais Len Starnes, autre gourou du digital pharma et ex Bayer...qui écrivait dans une présentation destinée à la pharma:

"Fish where the fishes are"
(Peches là ou sont les poissons)


A bon entendeur

Lionel REICHARDT
Le Pharmageek

more...
Christophe Deshayes's comment, May 6, 2013 12:20 PM
Vos articles sont vraiment captivants !
Je suis très intéressé car je fais aussi un topic "santé et numérique".
A bientôt par lecture !
Michel Mazuez's comment, May 9, 2013 2:53 PM
J'ai passé 1 mois à colliger ces statistiques... Merci de m'avoir confirmé le chiffres... Et maintenant à nous (soignants) de jouer.
Astelos_Sante's curator insight, May 28, 2013 3:17 AM

Premier constat, il y aurait 76 millions de E Patients en Europe !!

Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from Digitized Health
Scoop.it!

Point-of-care apps: How docs can make the most of eight minutes

Point-of-care apps: How docs can make the most of eight minutes | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it
John Cox
Eight minutes. That’s approximately how long new doctors spend face-to-face with patients today.

Via Emmanuel Capitaine
more...
No comment yet.
Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from Tout et Rein by renaloo.com
Scoop.it!

La FNAIR et Renaloo saisissent la HAS pour demander la mise en œuvre de deux importantes recommandations des Etats Généraux du Rein

La FNAIR et Renaloo saisissent la HAS pour demander la mise en œuvre de deux importantes recommandations des Etats Généraux du Rein | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it

Initiés par les patients, qualifiés par Marisol Touraine d’un "des plus beaux exemples de démocratie sanitaire réalisés en France", les Etats Généraux du Rein ont mobilisé tous les acteurs des maladies rénales, autour d’un objectif :présenter aux Pouvoirs Publics un état des lieux et des propositions concrètes destinées à améliorer la prise en charge et la vie des personnes malades. 



Via Renaloo
more...
Renaloo's curator insight, July 24, 5:04 AM

Les EGR ont d’ores et déjà permis d'importantes avancées

Afin d’accélérer ce processus de changement et comme la réglementation le permetla FNAIR et Renaloo ont décidé de saisir conjointement la HAS pour qu’elle inscrive à son programme de travail deux importantes recommandations des EGR :

La réalisation d’un rapport d’experts sur la prise en charge globale, médicale et sociale des personnes vivant avec une maladie rénale chronique, sur le modèle de ceux qui existent pour le VIH/sida et les hépatites.

Un tel rapport constituerait un référentiel pour l’amélioration des pratiques professionnelles et permettrait de limiter l’hétérogénéité des prises en charge tout en garantissant leur qualité et leur sécurité. Sa réalisation devra s’appuyer sur un groupe de travail pluridisciplinaire et intégrant notamment des représentants des personnes malades.

La formalisation du socle d’information destiné à permettre aux personnes malades d’exercer un choix libre et éclairé quant à leur traitement de suppléance (greffe de donneur vivant ou décédé, dialyse autonome ou non, traitement conservateur).

Il s’agit là d’un des engagements pris par la ministre à l’issue des EGR. La délivrance de cette information pourrait être envisagée dans le cadre d’un dispositif d’annonce et de décision médicale partagée et être rendue opposable.

Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from Electronic Health Information Exchange
Scoop.it!

How to Boost Patient Portal Usage | HealthWorks Collective

How to Boost Patient Portal Usage | HealthWorks Collective | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it
Patient portal are excellent opportunities for providers to expand the way they engage with their patients. Here are a some best practices for using portals in your practice.

Via NY HealthScape
more...
ChemaCepeda's curator insight, July 22, 7:37 AM

Una página web o portal institucional orientada a pacientes no solo es un sitio donde ofrecer información de calidad en salud, sino que constituye una buena oportunidad para mejorar la relación y aumentar la confianza que las personas depositan en nuestros servicios. Comunicación, interacción y educación para la salud,... ¿estamos infrautilizando este recurso?

Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from E-patients et e-santé, empowerment et advocacy
Scoop.it!

The patient: A missing partner in the health system: Vincent Dumez at TEDxUdeM - YouTube

(English subtitles available) Vincent Dumez is the director of the Bureau facultaire de l'Expertise Patient Partenaire in the Faculty of Medicine of the Univ...

Via catherine cerisey
more...
No comment yet.
Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from Ma santé et le digital francophone
Scoop.it!

Réseau CHU: Tremblement essentiel : un guide pour mieux vivre son parcours de soins

Réseau CHU: Tremblement essentiel : un guide pour mieux vivre son parcours de soins | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it
Réseau CHU: Tremblement essentiel : un guide pour mieux vivre son parcours de soins http://t.co/jlXNQexIjg

Via Emmanuel Capitaine
more...
No comment yet.
Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from E-patients et e-santé, empowerment et advocacy
Scoop.it!

Internet, tiers nébuleux de la relation patient-médecin - Cairn.info

Internet, tiers nébuleux de la relation patient-médecin - Cairn.info | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it

Via catherine cerisey
more...
No comment yet.
Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from Digitized Health
Scoop.it!

Infographie : Système de santé, ce qu’en pensent les Français / deloitte

Deloitte a publié une infographie intitulée Système de santé, ce qu'en pensent les Français. Cette infographie reprend les résultats d'une étude santé réalisée entre janvier et février 2014 auprès d'un panel représentatif de 2000 personnes afin de mesurer la perception des Français sur leur système de santé.

Via Emmanuel Capitaine
more...
No comment yet.
Scooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek
Scoop.it!

Study: Age, sex, socioeconomic status major factors in eHealth use

Study: Age, sex, socioeconomic status major factors in eHealth use | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it
Socioeconomic statues, age and sex are some of the biggest predictors when it comes to U.S. residents' use of the Internet for healthcare.
more...
No comment yet.
Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from Actualités monde de la santé
Scoop.it!

TALENTS DE PATIENTS : Ouverture d’une plateforme d’expression inédite sur Internet | LEEM - Les entreprises du médicament

TALENTS DE PATIENTS : Ouverture d’une plateforme d’expression inédite sur Internet | LEEM - Les entreprises du médicament | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it
Depuis 2008, le Leem distingue en effet chaque année, au travers du Prix « Paroles de patients », un ouvrage écrit par des malades ou leurs proche...

Via EVELYNE PIERRON
more...
EVELYNE PIERRON's curator insight, July 18, 5:03 AM


A partir du 10 septembre 2014, les patients pourront poster leurs témoignages sur Internet, qu’ils prennent la forme de textes illustrés, poèmes, photos, vidéos, BD, … et participer ainsi à la première édition du prix « Talents de patients », lancé par les Entreprises du Médicament (Leem).

Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from Websalute, e-santé, e-health, #hcsmeuit
Scoop.it!

L'Explosion de l'e- santé : quel est le danger pour l'utilisateur ? #hcsmeufr

L'Explosion de l'e- santé : quel est le danger pour l'utilisateur ? #hcsmeufr | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it

L'Explosion de l'e- santé : quel est le danger pour l'utilisateur ? Journal du Net Les personnes sont de plus en plus soucieuses de leur santé. Gérer ses données médicales en ligne est devenu un phénomène courant, qui touche de plus en plus de monde.


Via Esposito Christelle, LA BLOUSE BLANCHE , Giovanna Marsico
more...
No comment yet.
Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from Ma santé et le digital francophone
Scoop.it!

E-aidants : un réseau social et une application smartphone pour les aidants

E-aidants : un réseau social et une application smartphone pour les aidants #silvereco #aidants

Via Emmanuel Capitaine
more...
No comment yet.
Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from Social Business in Health
Scoop.it!

Survey: 75 percent of patients want digital health services | mobihealthnews

Survey: 75 percent of patients want digital health services | mobihealthnews | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it

According to a survey of thousands of patients in Germany, Singapore, and the United Kingdom, the adoption of digital healthcare services remains low because existing services are either low quality or not meeting patients’ needs. The survey, conducted by consulting firm McKinsey, included responses from at least 1,000 patients in the three countries.

“Many healthcare executives believe that, due to the sensitive nature of medical care, patients don’t want to use digital services except in a few specific situations; decision makers often cite data that point to relatively low usage of digital healthcare services,” McKinsey analysts Stefan Biesdorf and Florian Niedermann wrote in a recent blog post. “In fact, the results of our survey reveal something quite different. The reason patients are slow to adopt digital healthcare is primarily because existing services don’t meet their needs or because they are of poor quality.” 

McKinsey found that more than 75 percent of respondents would like to use some kind of digital health service. Many are interested in “mundane” offerings, the firm wrote.




Via rob halkes
more...
rob halkes's curator insight, July 16, 7:18 AM

Great Survey results, aligning with what experts already thought. Results generated by Germany, Singapore and the UK, but believed to be representative of patients in these advanced markets.


See my conclusions upon reading the report here

Honeywell HomMed's curator insight, July 25, 10:01 AM

With our LifeStream View, care providers can grant access to patient’s health information through the creation of patient portals, which can be configured for: Physicians, Care Providers and Families. Learn more: bit.ly/1lDmuiK

Marisa Maiocchi's curator insight, July 25, 10:32 AM

Los resultados de una encuesta parecen derribar algunos mitos respecto de la "salud móvil" o m-health como "Esta tecnología solo la usan los jóvenes".

Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from Patient
Scoop.it!

Security, privacy, and patient use of social media in hospital settings

Security, privacy, and patient use of social media in hospital settings | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it

As a non-profit organisation, the NHS should follow the same principles behind open-source: sharing knowledge and standardising procedures to help all patients. And in the same way that the software industry benefits from sharing source code with the public – fostering a community of users and developers, recruiting free testers – the NHS and private medical companies could also benefit from sharing their knowledge.


Via Andrew Spong
more...
Andrew Spong's curator insight, July 24, 10:12 AM

Interesting article, but I'm not sure bespoke open source software described is likely to supplant the existing networks that patients participate in, nor does it address other issues the piece raises such as the unauthorised sharing of images taken in a clinical setting.

Sandy Williams Spencer's curator insight, July 24, 9:12 PM

I think this will gradually be much more important than it is even today.

Scooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek
Scoop.it!

Who Uses eHealth

Who Uses eHealth | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it
A study shows that age, sex and socioeconomic status are all factors in eHealth use. By Katie Wike, contributing writer
more...
No comment yet.
Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from le monde de la e-santé
Scoop.it!

Le mercantilisme menace les communautés de patients #hcsmeufr

Le mercantilisme menace les communautés de patients #hcsmeufr | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it

Tribune. Un groupe de responsables d’associations de malades s’inquiète du détournement mercantile de réseaux conçus à l’origine comme des outils de démocratie sanitaire.


Via Guillaume de DURAT, LA BLOUSE BLANCHE , Fabrice Vezin
more...
No comment yet.
Scooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek
Scoop.it!

Patient digitalisé ou manipulé? - Editorial - Focus - InVivo

Patient digitalisé ou manipulé? - Editorial - Focus - InVivo | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it
more...
No comment yet.
Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from Santé et Hôpitaux "AutreMent"
Scoop.it!

La chimiothérapie : la journée la plus insupportable de ma vie

La chimiothérapie : la journée la plus insupportable de ma vie | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it
Je n'ose imaginer ce que certains malades doivent endurer.

Via L'Info Autrement
more...
No comment yet.
Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from Health promotion. Social marketing
Scoop.it!

Are you a victim of patient profiling?

Are you a victim of patient profiling? | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it
Ever felt misjudged by a doctor? Or treated unfairly by a clinic or hospital? You may be a victim of patient profiling.

Via Giuseppe Fattori
more...
No comment yet.
Scooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek
Scoop.it!

Des internautes se mobilisent pour photoshoper la photo d'un bébé qui n'a vécu qu'à l'aide de tubes - Buzzerie.com

Des internautes se mobilisent pour photoshoper la photo d'un bébé qui n'a vécu qu'à l'aide de tubes - Buzzerie.com | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it
L'appel au secours d'un papa en détresse a été entendu. Il demandait à ce qu'on retouche une photo sur laquelle apparaît sa petite fille car il n'en a aucune d'elle sans matériel médical.
more...
No comment yet.
Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from #eHealthPromotion, #web2salute
Scoop.it!

Online Reputation: How Physicians Should Deal With Online Rating Websites

Online Reputation: How Physicians Should Deal With Online Rating Websites | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it

Physicians can ill-afford to ignore what patients are writing about them online. But the simple fact is – constantly monitoring rating and review websites can consume a lot of your already limited time and energy. Some physicians might be panicky that they will confront adverse comments about their practice and hence shun rating websites.

But experts suggest that physicians should be aware of the online ratings and reviews from patients to correct themselves. Continually ignoring rating websites can spell disaster in the long run. The more aware you are of what patients are writing about you, the more able you will be to improve your online reputation.

Surveys reveal that 50 percent of new patients point to online reviews and rating sites, such as Yelp and ZocDoc, as their referral sources. Thus, it is clear that online ratings and reviews are playing a bigger role in your ability to attract new patients.

Again, surveys reveal that 56 percent of patients considered online ratings as important when choosing a new doctor; and nearly 25 percent had actively sought out physician ratings when choosing their primary-care physicians.

Another survey, conducted by healthcare technology company Digital Assent in 2013, found that 72 percent of 341 respondents said that adverse reviews would forbid them from consulting a particular doctor.

Given the growing popularity of online ratings and reviews of physicians, it’s time doctors took a more active role in managing their online reputation. Make sure the first impression you give online is just as excellent as the one you may give in person.

Of course, there is a general complaint from the medical fraternity. They claim that these ratings are subjective and largely based on measures not directly in the doctor’s control! For instance, patients are asked to rate doctors on many nonclinical criteria such as waiting time, behavior of paramedical staff, rapport, and patient satisfaction.

Physicians will have to necessarily pay attention to rating sites as any low rating would mean patients will turn away. Web-based physician-rating sites are rapidly expanding in number and scope.

Web-based physician-rating sites should be seen as part of a paradigm shift in the relationship between physicians and patients. In the present era of consumerism, doctors are removed fro their high pedestal, and power has shifted to the hands of the patients



Via Plus91, Giuseppe Fattori
more...
Janna Lusk's curator insight, July 18, 9:43 PM

Physicians are often wrapped up in the healthcare they provide, and thus, are less likely to know how to handle online ratings. An emotional reaction to public reviews is the kiss of death, but you can't ignore them, either.

 

Physicians, you are small business owners, just like anyone else. Educate yourselves in business, run a tight ship, and make sure every staff member is connected with the patients. Once the reviews are posted, thank each person for their feedback and for giving an honest opinion. That will earn more trust than anything.

Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from education du patient
Scoop.it!

Partager la décision …. Oui mais avec qui?

Partager la décision …. Oui mais avec qui? | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it
J’ai eu l’extrême honneur d’être invitée mercredi dernier à intervenir lors de la deuxième journée du comité éthique de l'institut Gustave Roussy. Ce matin le débat était intitulé : « Décider ensem...

Via catherine cerisey, Marie Françoise de Roulhac
more...
No comment yet.
Scooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek
Scoop.it!

vendredi c'est #pétition #engagement #pénurie du #technétium99, élément essentiel en #médecinenucléaire

vendredi c'est #pétition #engagement  #pénurie du #technétium99, élément essentiel en #médecinenucléaire | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it
Le technétium 99 est une élément radioactif indispensable pour la réalisation des scintigraphies, des examens diagnostiques d'importance majeure en oncologie, cardiologie, neurologie, endocrinologie, urologie, pneumologie… et il risque de manquer drastiquement dans les années à venir.
En 2015, le réacteur Osiris de Saclay, seul producteur de technétium en France, fermera ses porte sous l'avis de l'Agence de Sureté Nucléaire. En attendant la mise en service du réacteur Jules Horowitz prévue pour 2018, la disponibilité de cet élément pourra subir une pénurie importante ...
more...
No comment yet.
Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from Rare Disease Aware-laughingnana CARES
Scoop.it!

Patient-Centered Clinical Trials Explained - Orphan Drugs : Orphan Drugs

Patient-Centered Clinical Trials Explained - Orphan Drugs : Orphan Drugs | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it
A paper by Dr.Daniel Mullins and colleagues has highlighted the growing change in the way clinical trial's are designed to be more patient-centered.

Via marianne vennitti
more...
No comment yet.
Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from Cancers du sein
Scoop.it!

Cancérologue - Cancer - Relation patients/médecins - RoseMagazine.fr

Cancérologue - Cancer - Relation patients/médecins - RoseMagazine.fr | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it
Relation patients/médecins, Cancérologue - Cancer

Via catherine cerisey
more...
No comment yet.
Rescooped by Lionel Reichardt / le Pharmageek from e-Santé Marketing Santé innovant
Scoop.it!

Démocratie sanitaire (3/4). Internet, mon médecin et moi

Démocratie sanitaire (3/4). Internet, mon médecin et moi | 4- PATIENT EMPOWERMENT & E-PATIENT by PHARMAGEEK | Scoop.it

Dans le « colloque singulier » qui unissait le docteur et le malade, un tiers s'est immiscé : le web. Si une démocratie sanitaire effective exige des acteurs informés, les médecins voient parfois d'un mauvais œil les malades arrivant avec un diagnostic glané sur un site. Mais d'autres œuvrent pour l'avènement d'un « e-médecin », prescripteur d'information numérique.

 

Internet est-il le premier médecin de France ? La question, volontiers provocatrice, est loin d'être purement rhétorique : sept Français sur dix consulteraient internet pour y trouver de l'information médicale, selon une étude réalisée par la société Global conseil. L'usage est donc massif. Néanmoins, que le monde médical se rassure, les analyses démontrent également que la première source d'information fiable reste le médecin.

 

« Il faut, et c'est l'un des enjeux d'une relation plus concertée avec le patient, que la personne qui vient consulter ne se sente pas minuscule, assure le docteur Jacques Lucas, vice-président de l'Ordre national des médecins et passionné par la question. Internet peut participer à cela. Le deuxième avantage, c'est qu'internet permet de dépasser cette forme de sidération intellectuelle qui saisit le patient lorsque l'on annonce un diagnostic. Je ne crois pas que le malade va aller sur le web pour simplement vérifier les dires du médecin, mais bien pour assimiler, digérer, à son rythme, les informations qui viennent de lui être livrées. »


Via catherine cerisey, Dominique Godefroy
more...
No comment yet.