E-HEALTH - E-SANTE - PHARMAGEEK
199.4K views | +62 today
Follow

Definition of Health 2.0 and Medicine 2.0: A Systematic Review

From www.jmir.org

Definition of Health 2.0 and Medicine 2.0: A Systematic Review

ABSTRACT

Background: During the last decade, the Internet has become increasingly popular and is now an important part of our daily life. When new “Web 2.0” technologies are used in health care, the terms “Health 2.0" or "Medicine 2.0” may be used.
Objective: The objective was to identify unique definitions of Health 2.0/Medicine 2.0 and recurrent topics within the definitions.
Methods: A systematic literature review of electronic databases (PubMed, Scopus, CINAHL) and gray literature on the Internet using the search engines Google, Bing, and Yahoo was performed to find unique definitions of Health 2.0/Medicine 2.0. We assessed all literature, extracted unique definitions, and selected recurrent topics by using the constant comparison method.
Results: We found a total of 1937 articles, 533 in scientific databases and 1404 in the gray literature. We selected 46 unique definitions for further analysis and identified 7 main topics.
Conclusions: Health 2.0/Medicine 2.0 are still developing areas. Many articles concerning this subject were found, primarily on the Internet. However, there is still no general consensus regarding the definition of Health 2.0/Medicine 2.0. We hope that this study will contribute to building the concept of Health 2.0/Medicine 2.0 and facilitate discussion and further research.

(J Med Internet Res 2010;12(2):e18)


During the last decade, the Internet has become increasingly popular and now forms an important part of our daily life [1]. In the Netherlands, the Internet is even more popular than traditional media like television, radio, and newspapers [2]. Furthermore, the impact of the Internet and other technological developments on health care is expected to increase [3,4]. Patients are using search engines like Google and Bing to find health related information. In Google, five percent of all searches are health related [5]. Patients can express their feelings on weblogs and online forums [3], and patients and professionals can use the Internet to improve communication and the sharing of information on websites such as Curetogether [6] and the Dutch website, Artsennet [7] for medical professionals. The use of Internet or Web technology in health care is called eHealth [1,8].

In 2004 the term “Web 2.0” was introduced. O’Reilly defined Web 2.0 as “a set of economic, social, and technology trends that collectively form the basis for the next generation of the Internet, a more mature, distinctive medium characterized by user participation, openness, and network effects” [9]. Although there are different definitions, most have several aspects in common. Hansen defined Web 2.0 as “a term which refers to improved communication and collaboration between people via social networking” [10]. According to both definitions, the main difference between Web 1.0 (the first generation of the Internet) and Web 2.0 is interaction [11]. Web 1.0 was mostly unidirectional, whereas Web 2.0 allows the user to add information or content to the Web, thus creating interaction. This is why the amount of “user-generated content” has increased enormously [12]. Practical examples of user-generated content are online communities where users can participate and share content. Examples are YouTube, Flickr, Facebook, and microblogging such as Twitter. Twitter, for example, improves communication and the sharing of information among health care professionals [13]....

Santé digitale: médecins et patients acteurs du changement

Quelles que soient leurs formes, les principaux actes de télémédecine (téléconsultation, télé-expertise, télésurveillance) ne sont pas remboursés et les praticiens qui participent aux nombreuses expérimentations en la matière, médecins ou pharmaciens, ne sont pas rémunérés pour le service médical rendu. Si le PLFSS 2014 prévoit le financement d’actes ciblés, ils ne seront pilotés et évalués qu’au décours des trois prochaines années. Nous sommes donc loin d’un modèle économiquement viable et reproductible au niveau national, à la différence de nos voisins européens (Italie, Allemagne ou Espagne) qui ont profité d’une autonomie de gestion et de fonctionnement au niveau régional pour définir des protocoles de prise en charge.

Pour autant, la France fourmille d’initiatives portées par les professionnels, certaines en toute indépendance. Toutes visent un bénéfice immédiat pour les patients montrant que les outils sont bien au service des usages et non l’inverse, comme le rappelle Pierre Traineau, Directeur général du CATEL. Les patients eux-mêmes se mobilisent et tirent profit des nouvelles solutions technologiques mises à leur disposition pour prévenir, suivre ou mieux accompagner leurs symptômes et leurs maladies. Preuve en est la consommation croissante des applications mobiles de Santé et l’explosion du « Quantified self ». Ces deux tendances pourraient inciter les différents acteurs de la chaîne de Santé à basculer définitivement vers une économie de services.

Xavier SEDES's curator insight, November 30, 2013 9:31 AM

Les professionnels s’organisent

 

Le Dr Fabrice Denis installé au Mans est un médecin pionnier. Ancien chercheur de l’INSERM et féru de numérique, il s’est associé à une équipe du CNRS pour concevoir une application inédite, utilisable sur n’importe quel smartphone, ordinateur ou tablette, permettant au patient de rester en contact régulier avec son cancérologue pour prévenir les rechutes de cancer du poumon. Plusieurs paramètres cliniques sont surveillés de façon hebdomadaire parmi lesquels le poids, la fatigue, la perte d’appétit, la douleur, l’essoufflement ou la toux. Des algorithmes d’alerte ont été conçus permettant de repérer de potentiel rechutes, en moyenne 6 semaines plus tôt que les examens d’imagerie programmés, selon une étude réalisée auprès de 43 patients et publiée dans la revue Supportive Care in Cancer (Springer - Septembre 2013). Encourageant, sachant que la survenue d’une perte de poids, d’un essoufflement ou d’une toux n’amène pas forcément les malades à consulter. Le système est simple d’utilisation, ne prend que 5 minutes par semaine au patient et lui permet de rester en liaison étroite avec son médecin. Il devrait être prochainement élargi à d’autres cancers, œsophage, vessie, colon-rectum et ovaire.

A quelques centaines de kilomètres de là dans le Limousin, le Dr Patrick Dary a monté de toutes pièces son projet de télémédecine. Alors qu’il répond aux priorités définies par le gouvernement de lutte contre les déserts médicaux et les AVC, ce cardiologue a eu le plus grand mal à trouver des sources de financement. Sans une bourse de BOEHRINGER, reçue dans le cadre du programme international de prévention des AVC « 1 Mission – 1 Million » et l’aide de la structure mutualiste KLESIA, son projet n’aurait certainement pas vu le jour. Pourtant, les résultats cliniques obtenus sont remarquables. De quoi s’agit-il ? Le Dr DARY suit à distance plusieurs centaines de patients depuis 2011, poursuivant 3 principaux axes de recherche: mise en place d’une télésurveillance pour le suivi de l’hypertension artérielle mal contrôlée, de l’insuffisance cardiaque et de la fibrillation auriculaire (FA). Cette dernière approche est particulièrement novatrice sachant que la FA est une cause majeure de survenue d’AVC. Une personne âgée de 40 ans ou plus sur quatre développe au cours de sa vue une FA avec un risque d’AVC multiplié par 5. Le défi technique pour télé surveiller la FA suppose le port d’un holter par le patient, permettant de détecter les troubles du rythme. Le Dr DARY l’a relevé et les résultats de son étude observationnelle viennent d’être publiés dans la revue European Research in Telemedecine (Elsevier – Octobre 2013) et présentés au dernier congrès de l’ANTEL les 15 et 16 novembre dernier. Elle a été menée sur 200 patients à risque, le suivi était ambulatoire par la pose quotidienne d’un enregistreur sur une durée de 11 jours et 10 h par jour avec détection d’arythmie et transmission automatique d’ECG. Pour 33 % des patients, la télésurveillance a amélioré le diagnostic et le traitement de la FA, permettant d’ajuster et de sécuriser la thérapeutique délivrée. Prochain défi pour le Dr DARY et prochain axe de recherche, le déploiement de ce programme à plusieurs EHPAD et maisons pluridisciplinaires de la région limousine. 

 

OPTISAS, vaste étude de télé suivi du syndrome d’apnées du sommeil portée par les professionnels

 

Autre exemple, à large échelle celui-ci, l’étude OPTISAS a débuté en février 2013 sous l’impulsion de la Fédération Française de Pneumologie et de la Fédération des Spécialités Médicales. Elle durera 1 an (6 mois d’inclusion – 6 mois de suivi), impliquant 200 médecins et 1 800 patients. L’hypothèse du projet est que le télé-suivi pourrait réduire de 5 % le taux de patients abandonnant la PPC au cours de la 1ère année ainsi que les hospitalisations associées. Souvenons-nous que l'inobservance très élevée de la PPC, supérieure à 20 % la 1ère année, a conduit les autorités à modifier les conditions de prise en charge et de remboursement des patients nouvellement diagnostiqués à compter du 1er octobre 2013. L’étude OPTISAS  a été rendue possible grâce à l’existence d’un outil préalablement mis en place par la FFP et comptant 63 000 dossiers patients. 1ère du genre par son ampleur et l’origine de ses promoteurs, cette étude pourrait inciter les autres fédérations de médecins spécialistes à suivre la même voie.

 

Les patients se mobilisent

 

Le marché de la m-Santé explose. On estime que le marché mondial des applications mobiles de santé passera de 1,3 milliards de $ en 2013 à plus de 10 milliards de $ en 2018. Même tendance pour le nombre d’objets connectés et de tablettes numériques. Sur les 100 000 applications disponibles à ce jour, celles dites de « bien-être » sont prépondérantes, notamment les applications visant une perte de poids. Le suivi ou la mesure de ses constantes biologiques (Quantified self) est devenu un créneau commercial juteux. Dans le sillage de WITHINGS, véritable success story à la française qui vend balances et tensiomètres connectés, une multitude d’objets communicants pour mesurer stress ou activité physique envahissent le marché: bracelet AIRO, FuelBand Nike, coach électronique FITBIT, etc.  L’offre fait elle la demande ? Dans le cas présent, on serait plutôt tenté de dire que le besoin à couvrir est énorme. S’il est encore trop tôt pour évaluer le bénéfice sur la santé, le succès est au rendez-vous. Recommandées ou non par les médecins, comme c’est déjà le cas en Angleterre pour certaines applications mobiles, ces nouvelles solutions sont plébiscitées par les utilisateurs. Que l’on soit adepte de la prévention ou malade chronique, le suivi de l’activité physique et des mesures hygiéno-diététiques restent des fondamentaux pour aller mieux. Les acteurs du monde médical, laboratoires, médecins, institutionnels, opérateurs télécom et mutuelles ne s’y trompent pas. NOVARTIS a lancé le programme CARDINAL autour de la nutrition et de l’activité physique. Les médecins du sport utilisent des solutions high-tech comme celles de la société PULS@CARE et sont très actifs sur la toile, tel le Dr Philippe Chaduteau. Appuyée par le gouvernement, la société IDS a lancé l’opération MySanté mobile pour mesurer l’activité physique de 1000 volontaires entre juin et novembre 2013. ORANGE soutient le mHealth Grand Tour qui est à la fois une course cycliste et une étude d’envergure sur l’adaptation à l’effort pour les diabétiques de type I. Du côté des mutuelles, les patients du programme VIGI Santé de Malakoff Médéric suivent un programme individualisé d’accompagnement hygiéno-diététique.

Aux Etats Unis, les patients sont mis devant leur responsabilité. Les assureurs mettent en place des polices plus intéressantes pour les patients suivant de tels programmes... CQFD.

 

Xavier Sédès, xavier@xaviersedes.fr, consultant e-Santé

 

Virtual Dermatology Is Here, But Does It Work? -- InformationWeek

From www.informationweek.com

Iagnosis' new app allows dermatologists to virtually diagnose patients with common skin conditions.
No comment yet.

eHealth/TeleHealth for GPs and Specialists in Australia | eHealth

From www.ehealth.acrrm.org.au

ET Russell's curator insight, May 27, 2013 7:21 AM

Great site for clinicians and general practitioners: Directories, discussion forums, advice and information, education, resources and ACCRM eHealth.

Smartphone images measure up to desktop views in neurology study

From www.physbiztech.com

Researchers at the Mayo Clinic have given a boost to telemedicine proponents with the publication of a new study that highlights smartphones' efficacy and quality in capturing medical images to evaluate stroke patients.  The study, published in the September issue of Stroke is the first to test the effectiveness of smartphone teleradiology applications in a real-world telestroke network, according to Mayo Clinic officials.

No comment yet.