Patrimoine
12 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Orcialis from Investissement dans l'immobilier
Scoop.it!

Les clés du succès de votre investissement locatif

C’est la crise ! Vous trouvez les placements financiers trop risqués, vous preférez investir dans la pierre ? Mais comme s’assurer la...

Via Valority
more...
No comment yet.
Rescooped by Orcialis from Epargne et gestion de patrimoine
Scoop.it!

Le livret A perd en attractivité

Le livret A perd en attractivité | Patrimoine | Scoop.it
Depuis deux mois, les épargnants retirent plus qu'ils ne déposent sur leur Livret A. Un désamour qui s'expliquerait par la baisse de son taux en août.

Via Gestiondepatrimoine.com
more...
Gestiondepatrimoine.com's curator insight, November 22, 2013 2:51 AM

N O N,  le livret A ne perd pas en attractivité. Il n'a jamais été utile, que pour une utilisation inférieure à 1 an.

Plus, c'est une vue de l'esprit, comme le bonheur. !

Scooped by Orcialis
Scoop.it!

Patrimoine : les Français aisés misent sur la bourse et l'assurance ... - cBanque.com

Patrimoine : les Français aisés misent sur la bourse et l'assurance ... - cBanque.com | Patrimoine | Scoop.it
Les Échos
Patrimoine : les Français aisés misent sur la bourse et l'assurance ...
more...
No comment yet.
Scooped by Orcialis
Scoop.it!

L'immobilier, colonne vertébrale de votre patrimoine ...!!!

L'immobilier, colonne vertébrale de votre patrimoine ...!!! | Patrimoine | Scoop.it

Réduire ses impôts, constituer un patrimoine, préparer sa retraite et sa succession, compléter ses revenus, utiliser l'effet de levier du crédit ou tout simplement se loger. Parce qu'il permet de répondre à l'ensemble de ses projets, l'immobilier neuf est un support d'investissement incontournable, toujours très apprécié des Français. 

Plus lisible et pus stable que la Bourse ou les produits financiers qui ont pu pâtir de la crise économique et des réformes fiscales, la pierre conserve intacte sa réputation de valeur refuge. Une réputation d'autant plus légitime que les pouvoirs publics, soucieux de lutter contre la pénurie de logements, encouragent l'investissement privé à long terme dans l'immobilier neuf par le biais de dispositifs fiscaux spécifiques. Le principal d'entre eux est aujourd'hui le dispositif "Duflot". Mis en place début 2013 en lieu et place du "Scellier" dont il a repris les grandes lignes, ce régime fiscal permet de réduire ses impôts à concurrence de 18% du prix de revient du bien et ce pendant 9 ans, dans une limite de 6 000€ par an pour un investissement en métropole. Encouragement également des pouvoirs publics pour l'acquisition d'une résidence principale avec le Prêt à Taux Zéro 2013, qui permet d'emprunter à 0% jusqu'à 33% du prix du logement (dans le respect de plafonds de montants d'opération) ou encore selon les localisations de la TVA réduite à 7% au lieu de 19.6% (sous conditions d'éligibilité) 

Avec VINCI Immobilier, des adresses de qualité pour maintenant et pour longtemps. 

Envisager un investissement à long terme exige bien évidemment de se renseigner sur les spécificités et contraintes de chaque dispositif, ainsi que sur la qualité du bien que l'on projette d'acquérir. Car, même si le législateur a pris soin d'encadrer les conditions d'accès à ces produits, un investissement n'est pas une opération à prendre à la légère. Le plus sûr pour l'investisseur est donc de s'entourer des conseils d'un professionnel et de n'investir que dans des zones où il n'aura aucun mal à trouver un locataire et pourra revendre sans mal son bien au terme de l'opération. Dans ce domaine, la garantie du savoir-faire VINCI Immobilier est un vrai plus : le promoteur ne construit ses logements que dans des matériaux de qualité et dans des emplacements rigoureusement choisis pour la vitalité de leur tissu locatif. VINCI Immobilier offre aujourd'hui des programmes éligibles au dispositif Duflot, sur l'ensemble du territoire et dans les principales agglomérations attractives (Nantes, Bordeaux, Toulouse, Lille, Strasbourg, Nice, Lyon) ainsi qu'en Ile de France et même dans les 13ème et 17ème arrondissements de Paris, à partir de 228 000€. D'autres programmes sont également disponibles en "Censi-Bouvard" principalement dans des Résidences Etudiantes ou des Résidences Séniors. 

Pour vous aider à constituer un patrimoine solide, VINCI_ Immobilier propose du 20 septembre au 20 octobre des remises exceptionnelles pouvant aller jusqu'à 70 000€ (*) sur l'achat d'un logement neuf. Un coup de pouce supplémentaire à l'heure où la faiblesse des taux immobiliers, proches de leurs plus bas niveaux historiques, facilite déjà les opérations immobilières. 

Ces remises exceptionnelles peuvent vous aider à concrétiser vos projets tant pour d'une résidence principale que pour un investissement locatif. 

Avec VINCI Immobilier, tout est réuni pour accéder à un achat de qualité. Alors, préparez-vous à signer! 

* Cet exemple de remise de prix correspond à l'offre valable pour l'acquisition du lot 5p B501 dans la résidence O3 à Paris 13, sous condition de signature d'un contrat préliminaire de réservation entre le 20/09/2013 et le 20/10/2013, réitéré par acte notarié, dans les conditions prévues au contrat de réservation, au plus tard le 31/12/2013, en dehors de toute autre offre promotionnelle en cours ou à venir. 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Orcialis
Scoop.it!

Immobilier coté en Bourse : sur quelles valeurs miser ...???

Immobilier coté en Bourse : sur quelles valeurs miser ...??? | Patrimoine | Scoop.it

Les sociétés foncières cotées acquièrent, bâtissent et gèrent un patrimoine immobilier locatif pour le compte de leurs actionnaires. L'immobilier boursier a connu un profond changement de statut à partir de 2004, avec l'adoption par la majorité des sociétés foncières de la forme juridique de SIIC, pour sociétés d'investissement immobilier cotées. Une SIIC est une société foncière distribuant à ses actionnaires au moins 85% des loyers qu'elle perçoit et au moins 50% des plus-values réalisées sur la vente d'immeubles.  

Nous avons analysé les foncières cotées dont la capitalisation boursière est supérieure à un milliard d'euros, c'est-à-dire celles du compartiment A d'Euronext. L'absence du promoteur Nexity ? Elle s'explique par le fait qu'il n'a pas le statut de SIIC. Mais aussi parce que sa vie boursière est davantage corrélée aux annonces gouvernementales concernant la politique du logement qu'aux critères que nous avons retenus pour noter les SIIC.  

NOS CRITÈRES EN DÉTAIL 

La diversification des activités : certaines SIIC se concentrent sur l'immobilier commercial, comme Klépierre ou Unibail-Rodamco. D'autres, à l'exemple de Gecina ou de Foncière des Régions, sont surtout investies dans l'immobilier de bureaux. Nous avons aussi regardé l'internationalisation des sociétés.  

La valorisation sur flux de trésorerie : les foncières qui utilisent l'effet de levier du crédit pour acquérir des actifs doivent être particulièrement vigilantes à leurs flux de trésorerie. Et les analystes financiers ont pour habitude d'apprécier la valorisation d'une foncière à partir du ratio cours / flux de trésorerie (cash-flow en anglais). Plus le rapport est élevé, mieux l'entreprise est valorisée, et donc moins son potentiel d'appréciation est grand.  

La décote (des actifs plus ou moins sous-évalués) : la décote historique des foncières par rapport à la valeur de leurs actifs a considérablement diminué. Là où un écart de 30 % entre le cours de Bourse et la valeur de l'actif net réévalué (ANR) était habituel, celui-ci a, en moyenne, été divisé par trois.  

Le rendement (un dividende plus ou moins généreux) : pendant de longues années, l'intérêt boursier des sociétés foncières était cantonné à leur rendement confortable. Situé en moyenne autour de 6% pour les neuf titres de notre banc d'essai, le rendement atteint plus de 8%pour Altarea Cogedim et Foncière des Murs, soit un tiers de mieux que la moyenne. A 4,61%, le rendement offert par Klépierre est le plus faible, plus de 20 % en dessous de la moyenne.  



more...
No comment yet.
Scooped by Orcialis
Scoop.it!

En quête d'argent, l'Etat accélère la cession de son patrimoine immobilier ...!!!

En quête d'argent, l'Etat accélère la cession de son patrimoine immobilier ...!!! | Patrimoine | Scoop.it

Pour converger vers l’équilibre budgétaire, l’Etat mise notamment sur la cession accélérée de son patrimoine immobilier. Tout en privilégiant les projets de reprise incluant des logements sociaux.

Pour faire rentrer de l'argent dans ses caisses, l'État s'active sur tous les fronts. Il s'affaire notamment à accélérer la cession de son patrimoine immobilier, estimé à plus de 53 milliards d'euros, selon les Échos. 

Cette année, Bercy espère ainsi récupérer 530 millions d'euros grâce à ces ventes et "maintenir le rythme des cessions à plus de 500 millions d'euros par an pendant les trois prochaines années", expliquait en mai le ministre du Budget Bernard Cazeneuve. 
L'État utilise le produit des cessions en priorité pour se désendetter : de 15% en 2011, la part affectée obligatoirement au désendettement passera à 30% en 2014, indiquent les Échos.

>> Lire aussi : L'Etat veut réformer sa politique immobilière

Soutenir la production de logements sociaux

En plus de renflouer les caisses de l'État, ces cessions de foncier public permettront d'accroître l'offre de logement en France, alors qu'il y manque, selon les experts, entre 800.000 et 1 million d'habitations. Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault souhaite dans ce cadre mettre l'accent sur les logements sociaux. La loi sur la mobilisation du foncier public en faveur du logement, promulguée le 18 janvier 2013, permet ainsi une décote pour les opérations contenant des logements sociaux. Elle a été actionnée lors de deux opérations récentes, dont une dans la Capitale. La caserne militaire de Reuilly dans le douzième arrondissement y a été cédée à la ville de Paris. Cet accord revêt un caractère symbolique puisque le foncier disponible dans la Capitale est quasi-inexistant, et la demande de logement y est très forte.  

Un rabais de 24,5 millions d'euros accordé par l'Etat

Concrètement, l'opération prévoit de réhabiliter la caserne par l'aménagement de 35.000 mètres carrés, soit 400 à 500 logements, dont la moitié seront consacrés au logement social. La livraison des logements est prévue pour le second semestre de l'année 2017. 
Pour s'être engagée à y construire la moitié de logements sociaux, la ville de Paris bénéficie, conformément à la loi du 18 janvier, d'un rabais de 24,5 millions d'euros. Elle paie au final 40 millions d'euros à l'Etat pour acquérir ce bien.

"Construire sur des terrains jusque-là inaccessibles"

Le gouvernement devrait à l'avenir être en mesure de maintenir un rythme important de cessions de foncier public, notamment grâce à France Domaine, le service de la direction générale des finances publiques qui est en charge de la mise en place de la politique immobilière de l'Etat. "Nous allons pouvoir aller bien plus vite, sur des terrains jusque-là inaccessibles", indiquait ainsi la ministre du logement Cécile Duflot, lors de l'annonce de la cession de la caserne militaire parisienne le mois dernier.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Orcialis
Scoop.it!

Immobilier neuf : un logement nommé désir

Immobilier neuf : un logement nommé désir | Patrimoine | Scoop.it
Selon une enquête de l’iFop, une majorité de Français préfère vivre dans un logement neuf plutôt que dans un logement ancien. Le neuf qui a...
more...
No comment yet.
Rescooped by Orcialis from Le bon investissement immobilier
Scoop.it!

Immobilier : la baisse des prix devrait s'accentuer en 2014

Immobilier : la baisse des prix devrait s'accentuer en 2014 | Patrimoine | Scoop.it
Le marché immobilier devrait rester morose selon le Crédit foncier. La banque table pour cette année sur un recul de 9% du nombre de transactions dans l'ancien.

Via Amber Conseils
more...
Amber Conseils's curator insight, October 18, 2013 8:10 PM

Tout le monde y va de sa prévision... Il y en aura bien un qui aura raison!

Rescooped by Orcialis from Epargne et gestion de patrimoine
Scoop.it!

Actualité de la gestion de patrimoine et de l'épargne en France

Actualité de la gestion de patrimoine et de l'épargne en France | Patrimoine | Scoop.it

S'expatrier : pourquoi pas. 

Revenir, est-ce pire ?


Via Gestiondepatrimoine.com
more...
Gestiondepatrimoine.com's curator insight, November 22, 2013 2:55 AM

Après la "Grande Evasion", retour en Fiscalie ?

Scooped by Orcialis
Scoop.it!

La gestion de patrimoine fait son bilan sur le blog | Le Blog Gestion de Patrimoine, Assurance vie et Finance

La gestion de patrimoine fait son bilan sur le blog | Le Blog Gestion de Patrimoine, Assurance vie et Finance | Patrimoine | Scoop.it
La gestion de patrimoine fait son bilan sur le blog | Le Blog Gestion de Patrimoine, Assurance vie et Finance - http://t.co/QUnwZxRjVO
more...
No comment yet.
Scooped by Orcialis
Scoop.it!

immobilier et patrimoine : La diplomatie française passe au régime allégé ...!!!

immobilier et patrimoine : La diplomatie française passe au régime allégé ...!!! | Patrimoine | Scoop.it

La diplomatie française à la dièteDes postes supprimés, des représentations ferméesUn patrimoine immobilier vendu en partie

Réductions d'effectifs, cession d'immeubles prestigieux, fermetures de représentations : la diplomatie française doit renoncer à ses habitudes fastueuses pour participer à l'effort national de réduction des déficits.
Crise oblige, la France, qui dispose du troisième réseau diplomatique du monde derrière les Etats-Unis et la Chine et d'un patrimoine immobilier évalué à plus de cinq milliards d'euros, doit revoir son train de vie à la baisse.
"Il ne faut pas se cacher derrière notre petit doigt. Notre budget, il est soit stagnant, soit en baisse et on a des contraintes d'emploi", explique une source diplomatique.
Sur trois années, la diplomatie française perdra ainsi 600 emplois, passant de 14.800 postes en 2013 à 14.200 fin 2015.
"Aucune ambassade ne va être rayée de la carte", poursuit la source, démentant ainsi des informations parues dans la presse française faisant état de la fermeture de 14 ambassades.
Des représentations diplomatiques n'en vont pas moins être fermées dans quatre pays où la France n'avait pas d'ambassadeur : Sao Tomé et Principe, la Gambie, le Malawi et la Sierra Leone. Un consulat, celui de Calgary, au Canada, fermera lui aussi ses portes.
Dans 13 autres pays, dont cinq en Afrique, le dispositif diplomatique français sera "très allégé", ajoute la source.
Ces décisions interviennent dans le cadre d'un redéploiement et la présence diplomatique sera renforcée dans certaines zones où l'influence de la France est moindre, notamment en Asie et en Amérique latine. Il s'agit de l'un des axes de la diplomatie économique défendue par le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius.
SÉCURISER LES AMBASSADES
Autre piste poursuivie pour faire des économies, la rationalisation. Il n'y aura plus nécessairement, par exemple, autant de résidences que d'ambassades et certains diplomates devront se contenter de logements plus modestes.
Le budget 2014 devrait imposer au ministère français des Affaires étrangères de réaliser 32 millions d'euros d'économie par la vente ou la cession de biens immobiliers. Dix millions seront prélevés de cette somme pour financer un plan de sécurisation des ambassades, notamment en Afrique et au Proche-Orient, d'un coût total de 20 millions d'euros.
La nécessité d'améliorer la sécurité des représentations diplomatiques françaises a été illustrée par l'attentat qui a frappé en avril dernier l'ambassade de France en Libye et se justifie dans un contexte international tendu, en particulier dans le monde arabe, en Afrique du Nord et dans la région du Sahel.
La France, en raison de son histoire, coloniale notamment, possède un peu partout dans le monde des bâtiments et des terrains souvent magnifiques, parfois inestimables.
Même si cela n'est pas toujours simple en raison du caractère aléatoire du marché de l'immobilier, l'option a été prise il y quelques années de se séparer de certains d'entre eux, un effort qui a permis de récolter 330 millions d'euros depuis 2006.
"Ce sont parfois de très beaux endroits qui font partie du patrimoine et c'est un crève-coeur de les vendre", soupire un ancien diplomate.
Avis aux amateurs fortunés : entre autres pépites, la France tente de vendre pour une vingtaine de millions d'euros l'appartement new-yorkais de son ambassadeur à l'Onu, d'une superficie de 600 m2, situé dans un immeuble pour milliardaires où Jackie Kennedy vécut son enfance.
En France aussi, le patrimoine du ministère des Affaires étrangères se resserre. Il ne dispose ainsi plus que de quatre sites à Paris, contre 11 précédemment, et envisage de passer à trois.

more...
No comment yet.
Scooped by Orcialis
Scoop.it!

Propriétaires Bailleurs : l’immobilier locatif, de la valeur refuge à l’investissement offensif de gestion de patrimoine...!!!

Propriétaires Bailleurs : l’immobilier locatif, de la valeur refuge à l’investissement offensif de gestion de patrimoine...!!! | Patrimoine | Scoop.it

Le groupe PAP De Particulier à Particulier dévoile les résultats de sa grande enquête menée tous les deux ans auprès des bailleurs privés français. Ces derniers ont notamment été interrogés sur leur patrimoine immobilier, sur les raisons de leur investissement dans le locatif et sur leurs différents choix en matière de gestion de leur patrimoine.

Le bailleur privé : la retraite en ligne en de mire

Le bailleur privé est plutôt un homme (61% des cas) et généralement en couple (65%). Sans surprise, le bailleur privé est le plus souvent cadre du privé (32.6%) ou retraité (24%). Pour Jean-Michel Guérin, directeur général du groupe PAP de Particulier à Particulier : « En ces temps incertains, les cadres cherchent avant tout à profiter des incitations fiscales pour sécuriser leur retraite, tandis que ceux qui sont déjà retraités s’assurent un complément de revenu grâce à un patrimoine constitué par le passé ».

Une large part de l’activité du marché immobilier est due à ces bailleurs privés, puisqu’ils sont un tiers à avoir acquis un bien locatif au cours des trois dernières années, et 60% au cours des six dernières années. 2010 aura d’ailleurs été l’année la plus propice à l’investissement locatif avec 12.4% des bailleurs privés ayant investi cette année là (contre 10.7% en 2011 et 2012, ou encore 7.2% en 2009).

4 bailleurs privés sur 5 ont acquis leur bien dans le but de le louer

Animés de la volonté d’investir, les bailleurs privés ne sont pas devenus bailleurs par le hasard d’une succession ou d’une mutation : 80% d’entre eux expliquent en effet avoir acquis leur(s) bien(s) dans le but de le(s) louer.Une proportion qui augmente d’ailleurs au fil du temps, puisqu’ils n’étaient que 68% dans ce cas en 2004. Quant aux motivations à l’investissement locatif, elles sont diverses : il s’agit tout d’abord de se constituer un patrimoine (pour 40.5% des répondants), de préparer un complément de revenus (30%) et, en troisième position, de profiter d’une opportunité de défiscalisation (12.5%).

Très souvent, les bailleurs ne se contentent pas d’un bien immobilier (25.5%), mais étendent leur patrimoine à deux (25%), trois, quatre ou cinq (33.5%), voire plus de six biens immobiliers (16%). Concernant la détention de ces biens, les bailleurs ont recours a des montages simples : ils privilégient par exemple toujours la détention en nom propre, qu’ils soient seuls ou en indivision. La part des modes de gestion plus sophistiqués va même en diminuant puisqu’ils ne sont plus que 1.89% à loger leur patrimoine au sein d’une SCI.

On notera d’ailleurs que la proportion des revenus locatifs représente plus de 30% de leurs revenus pour plus d’un quart des bailleurs privés (26.8%). Une proportion qui peut sembler importante mais qui ne tient pas compte de la part consacrée au remboursement du crédit, alors que près de 80% des bailleurs privés ont fait appel à un emprunt pour boucler leur projet. 43% d’entre eux ont même utilisé un crédit pour financer 80% de leur achat, alors qu’en 2006 plus de la moitié des bailleurs finançaient leur acquisition à plus de 50% sur fonds propres.

Comme le note Jean-Michel Guérin : « L’immobilier locatif était il n’y a pas si longtemps un refuge pour les économies déjà réalisées. Aujourd’hui, il est devenu un levier pour conjuguer capacités futures d’épargne, défiscalisation et crédit bon marché. L’immobilier est donc devenu au cours des dernières années un outil offensif de gestion de patrimoine. Oui à l’investissement locatif, mais avec le concours du crédit et à la réduction d’impôt, tel pourrait être le mot d’ordre du futur bailleur !  »

Malgré la crise, l’immobilier apparaît toujours comme un investissement attractif

Il est intéressant de noter que, lorsqu’on leur demande ce qu’ils attendent de l’Etat pour améliorer leur situation, les bailleurs ne donnent pas la priorité à de nouvelles incitations en faveur de l’investissement locatif, puisqu’ils ne sont que 8.5% à les réclamer. Il est vrai que les systèmes de défiscalisation en faveur de l’investissement locatif ont mécaniquement accru les inégalités, permettant aux plus aisés d’augmenter la valeur de leur patrimoine et de leurs revenus futurs.

Finalement, les bailleurs espèrent seulement un allègement des contraintes existantes, notamment en cas de défaillance de la part du locataire (11%), car ils craignent de ne pas pouvoir recouvrer leurs loyers impayés et se retrouver coincés dans cette situation pendant de trop longs délais. Viennent ensuite l’allègement de la fiscalité (10.5%) et une suppression des taxes sociales (CSG, CRDS, etc.) (9.7%).

Quelles que soient les critiques que les bailleurs formulent quant à la situation économique, aux contraintes règlementaires ou au comportement du locataire, ils n’envisagent pas pour autant de se désengager de l’immobilier. Seuls un bailleur sur cinq a vendu ou envisage de vendre à bref délai tout ou partie de son patrimoine. Les raisons qui pourraient les pousser à vendre sont la fiscalité jugée trop lourde (19.6%), la trop faible rentabilité (18.3%), suivi par le besoin d’argent à (17.1%). Et près de deux tiers d’entre eux (64.7%) se disent prêt à placer à nouveau leur capital, s’ils en disposent, dans l’immobilier. Cette confiance dans l’immobilier locatif s’est légèrement dégradée depuis 2010, puisqu’à l’époque ils étaient plus de 72% à vouloir investir dans la pierre. Dans ces temps de morosité macro-économique et d’alourdissement de la fiscalité, ils admettent cependant pour 57% d’entre eux que la rentabilité de l’investissement a augmenté ou est restée stable.

« Dans un contexte global morose, le bailleur n’épargne pas les critiques concernant l’investissement immobilier, mais il avoue qu’il n’a pas trouvé mieux. Si seulement les pouvoirs publics pouvaient assouplir la réglementation et baisser les impôts, notre bailleur privé serait, somme toute, le plus heureux des hommes… » conclut Jean-Michel Guérin, Directeur Général du groupe PAP De Particulier à Particulier.

more...
No comment yet.
Scooped by Orcialis
Scoop.it!

Conseillers en gestion de patrimoine indépendants : quelles garanties offrent-ils  ? - Blogs immobiliers

Conseillers en gestion de patrimoine indépendants : quelles garanties offrent-ils  ? - Immobilier (Conseillers en gestion de patrimoine indépendants : quelles garanties offrent-ils  ?
more...
No comment yet.