Les cantines numériques (ou tiers-lieux) se répandent en Bretagne | osez la médiation | Scoop.it
Nantes, Rennes et Brest ont adopté, à la suite de Paris, le nom de «Cantine numérique» pour des espaces destinés à favoriser les échanges économiques et sociaux. On les appelle, aussi, des tiers-lieux.

 

Changer la manière de travailler, grâce aux tiers-lieux

Un aspect important de la multiplications des tiers-lieux est lié au télétravail.

Ainsi, un ingénieur rennais qui utilise la cantine de la ville indique qu'il travaille à distance pour une entreprise basée à Quimper.

Il y a là les débuts d'une mini-révolution, car, elle accompagne d'autres manières de faire comme ces jeunes Quimpérois qui disent aller travailler trois jours par mois à Paris et y faire le plein d'idées pour leurs clients bretons.

La Bretagne a beaucoup d'atouts pour continuer d'être une terre d'élection de l'économie numérique, en y ajoutant une dimension, bien en phase avec l'esprit général des Bretons, celle de l'échange social, basé sur l'esprit de coopération.

Le terme «cantine numérique» est la propriété de l'association Silicon Sentier qui gère la structure parisienne.

 

Pour traduire le coworking, certains proposent «le collaboratoire».


Via La Cantine Toulouse