Orange bleue
Follow
Find
10.0K views | +0 today
Scooped by PASSELAIGUE
onto Orange bleue
Scoop.it!

Un téléphone utilisé par l'opérateur Orange dans un magasin - 1000 Consultants

Un téléphone utilisé par l'opérateur Orange dans un magasin - 1000 Consultants | Orange bleue | Scoop.it
Un téléphone utilisé par l'opérateur Orange dans un magasin1000 ConsultantsPARIS (AFP) - (AFP) - L'opérateur téléphonique Orange (France Télécom) a choisi les équipementiers en télécommunications français Alcatel-Lucent et ...Réseau 4G: France Télécom...
more...
No comment yet.
Orange bleue
Orange bleue
Curated by PASSELAIGUE
Your new post is loading...
Rescooped by PASSELAIGUE from Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc.
Scoop.it!

Télécoms : le business du fixe rapporte plus que le mobile !

Télécoms : le business du fixe rapporte plus que le mobile ! | Orange bleue | Scoop.it
Le chiffre d’affaires réalisé par les opérateurs français dans les services mobiles est désormais inférieur à celui du fixe provenant, pour l’essentiel, de l’ADSL . Dix ans après le mouvement inverse, ce bouleversement tient à la guerre des prix en vigueur depuis l’arrivée de Free Mobile et non aux usages, toujours en forte hausse. Elle explique le big bang en cours dans les télécoms.

 

Le mobile, ça eut payé... C'est un tournant historique : le chiffre d'affaires généré par les opérateurs français par les services mobiles est désormais inférieur au business réalisé dans les services fixes, essentiellement dans l'ADSL. L'inversion de la courbe est nette sur le graphique publié ce soir par l'Arcep dans son observatoire des marchés des communications électroniques à fin mars. Au premier trimestre 2014, sur le marché de détail, les services mobiles (hors ventes de téléphones) ont pesé 3,41 milliards d'euros, en recul de 13,4% sur un an, contre 3,69 milliards pour les services fixes (-1,9%). Le croisement des deux courbes s'est opéré fin 2013 et s'est amplifié. La téléphonie mobile avait dépassé le fixe (téléphonie et Internet) pour la première fois au premier trimestre 2005. Est-ce la revanche du fixe ?

Explosion des usages, chute de la facture

Ce renversement n'est pas dû aux usages, qui évoluent en sens inverse : le volume de minutes consommées sur mobile continue d'augmenter (+8% à 36 milliards de minutes sur le trimestre) mais recule dans le fixe (-11% à 25 milliards), y compris depuis les Box. Le trafic d'Internet mobile explose (+76% en un an à 56.629 téraoctets), celui des SMS croît toujours (+1,7% à 50,8 milliards). L'Arcep ne publie pas d'indicateur de trafic de données sur le fixe mais relève que « selon des études menées par de grands acteurs internationaux, il serait plus de 100 fois supérieur au trafic de données mesuré sur les réseaux mobiles. »

  

C'est évidemment la baisse des prix (-27% en 2013) qui explique ce recul du chiffre d'affaires dans le mobile. La facture moyenne mensuelle des clients mobiles a encore diminué de 15,5% à 16,10 euros (hors taxe) au premier trimestre, par rapport à la même période l'an passé, contre 24,10 euros fin 2011 avant l'arrivée de Free Mobile. C'est moitié moins que dans le fixe (33,20 euros, en repli de 2,1%), même s'il faut relativiser la comparaison entre un forfait individuel et un abonnement pour tout un foyer. Cette forte contraction des ventes, et partant des marges, s'est aussi traduite dans les valorisations boursières des opérateurs mobiles, laissant la vedette aux champions du fixe.

Le fixe est l'avenir du mobile ?

Faut-il en conclure que le fixe, c'est l'avenir ? Ayant fait fortune dans l'ADSL, Xavier Niel a lancé Free dans le mobile parce qu'il avait besoin d'un relais de croissance et de devenir un opérateur convergent, proposant des services fixes et mobiles. Bien lui en a pris, la capitalisation boursière d'Iliad, la maison-mère de Free, a plus que doublé depuis janvier 2012 et dépasse 12,7 milliards d'euros, plus que le groupe Bouygues dans son ensemble (BTP, immobilier, routes, TF1, etc). Signe des temps, Free est devenu le troisième opérateur français, en nombre cumulés d'abonnés et en chiffre d'affaires, devant Bouygues Telecom.

Martin Bouygues a d'ailleurs fait valoir mardi lors d'une audition à l'Assemblée nationale que le régulateur avait « sous-estimé le fait que le nouvel entrant pouvait utiliser sa puissance et ses fortes marges du fixe pour détruire le marché mobile. » Or Bouygues Telecom « est le seul opérateur non convergent en France » (seulement 2 millions d'abonnés dans le fixe) relevait le PDG d'Orange, Stéphane Richard, en avril. Ce qui, en plus de sa taille plus réduite, le rend plus vulnérable à cette guerre des prix.

Bouygues Telecom réplique en déplaçant les hostilités dans le fixe, dans l'ADSL et la fibre, pour s'attaquer aux marges « supérieures à celle de certains groupes de luxe » de son concurrent : 43,6% de marge d'Ebitda pour Free dans le fixe en 2013, plus du double de celle Bouygues Telecom (mobile et fixe), tombée à 19%. Numericable aussi génère une marge élevée, typique des câblo-opérateurs, de l'ordre de 46% : son actionnaire Patrick Drahi avait d'ailleurs déclaré, en présentant son projet de rachat de SFR au printemps, qu'il s'agissait du « sens de l'histoire », du fait de la convergence, et que « l'avenir du mobile, c'est le fixe ! » L'adage vaudra aussi peut-être pour Bouygues Telecom, s'il finit par se faire racheter par Free, que certains appellent « le prince du dégroupage »...


Via Thomas Kalhauge
more...
No comment yet.
Rescooped by PASSELAIGUE from Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc.
Scoop.it!

Rachat de Bouygues Telecom, Orange n’exclut pas de reprendre les pourparlers

Rachat de Bouygues Telecom, Orange n’exclut pas de reprendre les pourparlers | Orange bleue | Scoop.it
Après avoir jeté l’éponge en estimant que les conditions n’étaient pas réunies pour le rachat de Bouygues Telecom, Orange pourrait revenir dans le jeu, « mais uniquement si on le sollicite».

 

Le dossier Bouygues Telecom n’est peut-être pas définitivement clos du côté d’Orange. Son PDG, Stéphane Richard, a laissé la porte ouverte. « Est-ce qu'on peut revenir dans le jeu ? Oui, bien sûr, mais pas comme architecte, pas comme arrangeur », a-t-il déclaré samedi dernier.

En précisant toutefois les conditions : « D'un point de vue concurrentiel, nous ne prendrons pas le risque de repartir sur ce dossier. Mais si quelqu'un d'autre décide de le faire et nous sollicite pour, peut-être, permettre d'élaborer une offre qui peut satisfaire Bouygues, bien sûr qu'on regardera. »

L'Europe d'abord 

Des propos qui interviennent après le communiqué de presse publié la semaine dernière qui annonçait que les conditions pour le rachat de Bouygues Telecom n’étaient pas réunies. Pour le moment, seul Free Telecom serait encore en lice, mais son offre informelle compris entre 4 et 5 milliards d’euros est nettement inférieure aux 7 à 8 milliards que réclame Bouygues.

Dans le même temps, le responsable s'est dit d'abord intéressé par l'Espagne et par des rapprochements en Europe où des opportunités semblent plus propices à la suite des dernières décisions de la Commission européenne (notamment pour le marché allemand qui repasse à trois)...

« On a des sujets importants en Espagne, peut-être en Belgique, peut-être en Pologne, cela peut-être le cas en Roumanie. (...) Cela fait beaucoup de théâtres d'opérations mais s'il ne fallait en mentionner qu'un seul comme un peu une priorité pour nous, ce serait l'Espagne », a indiqué à Reuters Stéphane Richard. (Eureka Presse)


Via Thomas Kalhauge
more...
No comment yet.
Rescooped by PASSELAIGUE from Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc.
Scoop.it!

La qualité des services mobiles des opérateurs Français en 16 questions - servicesmobiles.fr

La qualité des services mobiles des opérateurs Français en 16 questions - servicesmobiles.fr | Orange bleue | Scoop.it
Depuis 1997, l'ARCEP réalise périodiquement une enquête visant à évaluer la qualité de service des opérateurs mobiles métropolitains. L'ARCEP publie aujourd'hui les résultats de sa 15ème enquête : Orange devant, Bouygues Telecom et SFR au coude à coude avec un léger avantage pour Bouygues Telecom, Free Mobile derrière - ce qui a fait couler beaucoup d'encre... Il y a quelque jours à eu lieu un Tchat entre des mobinautes et l'Arcep sur le sujet : la qualité des services mobiles. Voici un extrait des 125 questions posées très intéressantes pour mieux comprendre les enjeux, les failles et le travail des opérateurs... Question 1: Comment la qualité de service des réseaux mobiles est-elle mesurée Environ 40 techniciens sont envoyés, durant près de 3 mois, sur l'ensemble du territoire métropolitain afin d'effectuer des appels vocaux et des tests data (téléchargements, web...) dans différentes situations (intérieur, extérieur, moyens de transport...). Question 2: Pourquoi, dans le cas de Free, ne pas avoir forcé bloqué l'itinérance, afin de testé la qualité du réseau propre de Free Mobile? Cela aurait été plus pertinent! Car la on pourrait interpréter que le réseau que Free Mobile est en train de construire est plus que passable, alors que c'est...

Via Thomas Kalhauge
more...
No comment yet.
Rescooped by PASSELAIGUE from Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc.
Scoop.it!

Quel avenir pour Bouygues Telecom ?

Quel avenir pour Bouygues Telecom ? | Orange bleue | Scoop.it

TÉLÉPHONIE MOBILE - Délaissé par Orange, l’opérateur a trois options : être racheté par Free, par un géant européen ou bien faire cavalier seul.

L’INFO. Troisième revers pour Bouygues Telecom. Écarté du rachat de SFR au profit de Numericable, incapable de trouver un terrain d’entente en vue d’une acquisition par Free, le troisième opérateur français voit désormais la piste Orange tomber à l’eau. L’opérateur historique a annoncé mercredi qu’il ne souhaitait plus acquérir son concurrent direct. Trois scénarios se dessinent désormais pour l’avenir de la branche téléphonie de l’entreprise de Martin Bouygues : continuer sa route en solo, reprendre les négociations avec Free, son meilleur ennemi, ou encore draguer des géants de la téléphonie mobile en Europe.

Bouygues Telecom va se séparer de 1.516 salariés
© MAXPPP
>> La survie en solo ? C’est la stratégie d’urgence adoptée par le numéro trois de la téléphonie en France, après l’offre de rachat manquée de SFR. Mais Bouygues Telecom va mal, lui qui a affiché 19 millions de pertes au premier trimestre 2014. Pour continuer sa route seul, l’opérateur mise sur une restructuration de taille : Olivier Roussat (ci-contre), PDG de la branche téléphonie mobile, a annoncé que le groupe allait se séparer de 1.516 salariés, ce qui représente 17% de ses effectifs. Pour ne plus perdre d’abonnés, Bouygues Telecom mise en parallèle sur une politique de tarifs particulièrement agressive. “Ce plan de restructuration, c’est le seul scénario crédible à l’heure qu’il est”, affirme Mathieu Drida, PDG du comparateur d’offres MeilleurMobile interrogé par Europe 1. “En réduisant ses coûts de fonctionnement et avec une grille tarifaire particulièrement agressive, l’équation peut fonctionner”, assure l’expert.

>> (Re)Négocier avec Free Mobile ? L’entreprise de Xavier Niel est intéressée par son concurrent direct, c’est un fait avéré. En rachetant le numéro trois et son concurrent direct, le trublion de la téléphonie mobile remporterait son pari, celui de s’affirmer comme un acteur majeur du secteur, moins de trois ans après son entrée en lice comme quatrième opérateur. Mais pour cela, il faudra trouver un accord sur le montant du rachat de Bouygues Telecom, point d'achoppement des deux précédentes négociations entre les deux opérateurs. Xavier Niel aurait proposé entre 4 et 8 milliards d’euros à Martin Bouygues, qui aurait balayé ces offres, jugées insuffisantes. “Bouygues et Iliad pourraient jouer la montre, chacun estimant qu’il a le temps de son côté dans les négociations pour obtenir un meilleur prix”, explique l’analyste Raymond James à Reuters. Un scénario également privilégié par l’État, qui plaide pour un retour à trois opérateurs en vue de mettre un terme à la guerre des prix et son poids sur les revenus et marges des acteurs du secteur.

Comment bien choisir son abonnement à Internet ?
© MAXPPP
>> L’avenir de Bouygues est-il européen ? Cette hypothèse est née ces dernières semaines. La Commission européenne a désormais imposé son calendrier de tarifs maximum pratiqués par les opérateurs. Et d’ici 2016, les offres vont converger pour offrir des tarifs proches dans les pays européens. “Une convergence de la téléphonie mobile qui pourrait pousser un géant européen à se pencher sur le cas Bouygues Telecom”, avance Mathieu Drida, du site MeilleurMobile. Vodafone, ancien actionnaire de SFR ? T-Mobile, qui détient un quart du marché allemand mais proche d’Orange ? Telefonica, le géant espagnol ? “Difficile de se prononcer pour le moment, c’est trop tôt”, préfère tempérer notre expert. “Mais il est clair qu’un gros acheteur européen, anglais ou allemand, pourrait être intéressé par Bouygues Telecom”. Et en faire un géant de la téléphonie à l’échelle européenne ?


Via Thomas Kalhauge
more...
No comment yet.
Scooped by PASSELAIGUE
Scoop.it!

Rapprochement Orange / Bouygues Télécom : Stéphane Richard ... - l'Informaticien

Rapprochement Orange / Bouygues Télécom : Stéphane Richard ... - l'Informaticien | Orange bleue | Scoop.it
l'Informaticien
Rapprochement Orange / Bouygues Télécom : Stéphane Richard ...
more...
No comment yet.
Scooped by PASSELAIGUE
Scoop.it!

Pourquoi Orange enterre France Télécom

Pourquoi Orange enterre France Télécom | Orange bleue | Scoop.it
Lundi, l'opérateur historique abandonne son ancien nom. Le carré orange devient la seule identité de la marque, au nom de la simplification.
more...
No comment yet.
Rescooped by PASSELAIGUE from Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc.
Scoop.it!

Bridage sur itinérance Orange : la responsabilité de Free démontrée

Bridage sur itinérance Orange : la responsabilité de Free démontrée | Orange bleue | Scoop.it

S’il est bien un problème que les utilisateurs de Free Mobile dénoncent unanimement, c’est la qualité de service particulièrement défaillante dès lors qu’on se retrouve sur une antenne Orange, en itinérance.

Ce problème, mal compris du grand public (qui a du mal à saisir pourquoi l’itinérance Orange ne bénéficie pas du même niveau de qualité qu’un client Orange en propre, par exemple) engendre de nombreux quiproquos, au premier rang desquels la croyance populaire selon laquelle Orange serait directement responsable de cette qualité de service médiocre, à l’insu de Free. Or, la réalité est nettement plus compliquée que cela.

Un article détaillé publié sur le blog FrMobile tente d’analyser les problèmes rencontrés par les utilisateurs sur l’itinérance Orange, et d’en tirer les conclusions qui s’imposent. Par le biais de plusieurs tests, son auteur @bpresles (très actif sur Twitter) démontre que :

 seuls certains services sont bridés : YouTube, divers services de streaming, mais aussi tout le web d’une façon globale (à part quelques exceptions comme mobile.free.fr... ou google.com qui est utilisé par les mesures de l’Arcep !). 
 les services de speedtest ne sont pas touchés par ce filtrage. 
 le bridage va jusqu’à limiter la vitesse de téléchargement de certains fichiers selon leur extension (fichiers audio, vidéo et multimédia d’une façon générale). Il est facile de berner le système en renommant un fichier et en le dotant d’une extension inconnue ! 
 l’usage d’un VPN permet de débrider la connexion.

extension .iso (connue) : la vitesse de téléchargement est clairement bridéeextension .rnd (inconnue) : le téléchargement s’effectue à pleine vitesse

L’article démontre également que, même en itinérance, on passera toujours par des routeurs Free Mobile et non Orange (niveau TCP/IP). Tout cela prouve, non seulement que l’itinérance n’est pas saturée (le bridage est bien sélectif), mais également qu’on y est connecté directement au cœur de réseau de Free. À ce niveau, Orange est dans l’impossibilité technique de voir les protocoles utilisés par l’utilisateur, et donc de les filtrer.

En conclusion, seul Free est responsable du bridage mis en place auprès de ses clients en itinérance. Cette pratique, dite QoS (quality of service) n’est pas une première pour Free, qui y a déjà beaucoup eu recours sur ses abonnés Freebox en zone non-dégroupée (au point d’être condamné pour cela). Outre le fait de préserver une interconnexion qui demeure probablement assez restreinte en itinérance, on imagine que c’est une manière de s’assurer que les coûts d’itinérance qu’il devra verser à Orange ne s’envoleront pas trop...

Nous vous invitons à consulter l’article dans son intégralité pour voir la méthodologie utilisée : 
 lire l’article sur FrMobile


Via Thomas Kalhauge
more...
No comment yet.
Rescooped by PASSELAIGUE from Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc.
Scoop.it!

Bouygues : « Si tel ou tel opérateur veut étudier des solutions, pourquoi pas ? »

Bouygues : « Si tel ou tel opérateur veut étudier des solutions, pourquoi pas ? » | Orange bleue | Scoop.it
Le PDG du groupe Bouygues a vivement attaqué le régulateur, l'Arcep, et déclaré qu'il n'y avait « pour le moment rien de concret » en vue d’un rapprochement de sa filiale télécoms avec un autre opérateur, Orange ou Free, lors d’une audition à l’Assemblée nationale ce mardi soir.

 

Très remonté, Martin Bouygues a vivement attaqué le régulateur des télécoms, l'Arcep, lors de son audition par la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale ce mardi soir. Le PDG du groupe Bouygues a plusieurs fois vilipendé « ce système de régulation [qui] n'est plus acceptable en l'état » et critiqué les propos du président de l'Arcep, Jean-Ludovic Silicani, devant la même commission le 18 juin, évoquant des « opérations de concentration qui concerneront forcément l'opérateur le moins important du secteur, Bouygues Telecom. » De quoi faire bondir le patron du groupe de BTP : «quel cynisme de la part du militant du marché à quatre ! De qui se moque-t-on ? »

Interrogé ensuite sur les rumeurs de rapprochement de sa filiale de télécoms avec un autre opérateur, Orange ou Free, il a d'abord affirmé vouloir « préparer Bouygues Telecom à être compétitif dans un monde à quatre opérateurs. » Avant d'ajouter :

« Pour le moment il n'y a rien de concret. Arnaud Montebourg a fait des déclarations en ce sens. Si tel ou tel opérateur veut étudier des solutions, pourquoi pas ? Mais pourquoi Bouygues Telecom serait forcément le dindon de la farce ? Parce que le régulateur l'a décidé ? Pour l'instant, rien ne se fait dans ce domaine » a déclaré Martin Bouygues aux députés.

En finir avec l'itinérance 3G de Free Mobile

Il faisait référence aux déclarations répétées du ministre de l'Economie, du Redressement productif et du Numérique, qui l'avait invité à fusionner sa filiale avec un autre opérateur plutôt que de supprimer des emplois.Bouygues Telecom a en effet annoncé le 11 juin un plan social portant sur 1.516 emplois, en plus des 546 suppressions à l'été 2012. « Dans le groupe Bouygues, nous n'avons pas une tradition sociale dure, agressive. Pour moi, [ces restructurations], c'est horrible, c'est la chose la plus terrible que j'aurais faite dans ma carrière » a-t-il confié.

Martin Bouygues n'a pas répondu directement à la question du président de la commission, le député (PS) de l'Isère François Brottes, qui lui demandait sans ambages « êtes-vous vendeur de Bouygues Telecom ? » Martin Bouygues avait affirmé un peu plus tôt « il faut que les entreprises retrouvent par elles-mêmes un équilibre naturel. » Il a de nouveau demandé la fin de l'itinérance 3G dont Free Mobile bénéficie sur le réseau d'Orange, « qui lui permet d'alléger ses investissements et crée une distorsion de concurrence qui nous est très préjudiciable. »


Via Thomas Kalhauge
more...
No comment yet.
Rescooped by PASSELAIGUE from SaaS Guru Live
Scoop.it!

Orange Business Services intègre Salesforce à Business VPN Galerie, son hub sécurisé de services cloud | Orange Business Services

Orange Business Services intègre Salesforce à Business VPN Galerie, son hub sécurisé de services cloud | Orange Business Services | Orange bleue | Scoop.it
Salesforce intègre l'écosystème de services cloud disponibles sur Business VPN Galerie, le premier hub mondial reliant les clients VPN d'Orange Business Services à des services cloud à travers des passerelles entièrement sécurisées.

Via SaaS Guru
more...
No comment yet.
Rescooped by PASSELAIGUE from Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc.
Scoop.it!

Les solutions de l’ARCEP pour stabiliser le secteur des télécoms

Les solutions de l’ARCEP pour stabiliser le secteur des télécoms | Orange bleue | Scoop.it
C’est un fait, la quatrième licence mobile était là pour secouer le marché. Avant l’arrivée de Free Mobile, Jean-Ludovic Silicani a expliqué mardi, lors de la conférence de presse au siège de l’ARCEP, que le marché "restait inerte, congelé" malgré toutes les sollicitations du gendarme des télécoms, la condamnation pour entente, les obligations liées à la loi Châtel. C’est pour cette raison que le gouvernement précédent avait poussé l’ARCEP à jouer la carte du nouvel acteur. Cette quatrième licence existe depuis les années 2000, mais été restée inutilisée : "il y’a une quatrième licence qui est sur l’étagère, utilisez là" lui avait-on soufflé au gouvernement. Si le résultat est sans appel, faire entrer Free sur le marché du mobile a fait rentrer le loup dans la bergerie. En termes de concurrence et d’animation du marché, les télécoms ont été servies. Il estime néanmoins que la baisse de prix pourrait s’achever et qu’il "y a une probabilité non négligeable que l’indice des prix se stabilise d’ici la fin de l’année." Désormais, la crainte du gouvernement et de l’ARCEP est que le marché soit trop secoué et passé d’un extrême à l’autre, mettant en péril emplois et investissements. Désormais, il s’agit d’arriver à "une consolidation dynamique du marché pour que le partage de la valeur entre les acteurs du secteur et les utilisateurs soit satisfaisant" Pour arriver à cette situation, Jean-Ludovic Silicani préconise 4 actionsLe premier axe doit "permettre aux entreprises d’accélérer leur modernisation" et de les pousser à innover. Le régulateur des télécoms prend ainsi comme exemple le projet commun mené par Thalès, Alcatel-Lucent et Orange sur le dossier de la 5G. Le président de l’ARCEP souhaite ainsi que les opérateurs télécoms "se remettent à innover pour qu’une partie de la valeur ne leur échappe pas".Deuxième "piste" : l’ARCEP souhaite "réorienter dans le choix des opérateurs les deux paramètres que sont le prix et qualité de service". Ainsi, selon Jean-Ludovic Silicani, pour que le marché fonctionne, "il faut que le consommateur soit vertueux, qu’il fasse son travail". Il souhaite ainsi que le consommateur s’engage non plus seulement sur le prix, mais également sur la qualité de service et donc que les opérateurs lui mettent à disposition "suffisamment d’informations".

Pour l’ARCEP il faut rééquilibrer ces deux facteurs, après avoir sensibilisé les acteurs en 2010 sur la qualité de service, il a fallu que Free arrive sur le marché, pour que les autres acteurs acceptent de reprendre le travail sur la qualité de service :

 

"Nous avons fixé des normes d’informations sur la qualité de service des services fixes, il faut désormais qu’on le fasse sur le mobile"La troisième mesure préconisée par l’ARCEP est "d’encourager la mutualisation", le processus est déjà engagé sur le déploiement du fixe et de la fibre optique avec plus de 90 % des investissements engagés. "Sur le mobile, nous avons la première fois en France encouragé la mutualisation dans les zones les moins denses, ce qu’on appelle les zones prioritaires." Pour l’ARCEP, ces mutualisations stimulées par les décisions de l’ARCEP doivent permettre aux opérateurs de réaliser des économies.Enfin, la dernière piste envisagée par l’ARCEP, "si c’est nécessaire", c’est à l’inverse de 5 ans auparavant lorsqu’il fallait stimuler le marché, c’est d’estimer qu’une consolidation et un retour à trois acteurs soit nécessaire. Mais pour cela, il estime qu’il "faut que les acteurs concernés le souhaitent". Il souhaite ainsi respecter la volonté de "Bouygues qui a choisi de chercher à s’en sortir tout seul".Jean-Ludovic rappelle pour finir que son seul objectif dans ces mesures, c’est de "maintenir une animation concurrentielle, tout en atteignant les objectifs fixés par le gouvernement", soit un déploiement massif du très haut débit à l’échelle nationale. 

Via Thomas Kalhauge
more...
No comment yet.
Scooped by PASSELAIGUE
Scoop.it!

Free Mobile utilise encore allègrement le réseau d'Orange - Gizmodo

Free Mobile utilise encore allègrement le réseau d'Orange
Gizmodo
Stéphane Richard évoque d'ailleurs une première phase dès 2015, phase qui ne devrait en rien handicaper Free Mobile puisque l'opérateur indique couvrir 65% de la population française.
more...
No comment yet.
Scooped by PASSELAIGUE
Scoop.it!

Offre d'emploi Chargé d'étude réseau/télécom fibre ou cuivre(f/h) sur Keljob.com

Offre d'emploi Chargé d'étude réseau/télécom fibre ou cuivre(f/h) sur Keljob.com | Orange bleue | Scoop.it
A ce moment précis, vous êtes sur internet grâce aux réseaux télécom. Alors rejoignez les équipes du réseau pour donner accès à nos clients aux services numériques d'Orange !
more...
No comment yet.
Scooped by PASSELAIGUE
Scoop.it!

ORANGE : et DEUTSCHE TELEKOM : rumeurs de fusion - Zonebourse.com

ORANGE : et DEUTSCHE TELEKOM : rumeurs de fusion - Zonebourse.com | Orange bleue | Scoop.it
ORANGE : et DEUTSCHE TELEKOM : rumeurs de fusion Zonebourse.com Hormis une hausse tardive de 1,75% de l'action de l'ex-France Telecom lundi soir, les investisseurs ne semblent pas réagir outre mesure aux bruits d'une possible offre prochaine de...
more...
No comment yet.
Scooped by PASSELAIGUE
Scoop.it!

Stéphane Richard nuance la position d'Orange vis-à-vis de Bouygues

Stéphane Richard nuance la position d'Orange vis-à-vis de Bouygues | Orange bleue | Scoop.it
Orange a-t-il réellement renoncé à ses ambitions de croissance externe sur le marché français ? Le PDG de l'opérateur historique laisse planer le doute... La semaine dernière, Orange se fendait...
more...
No comment yet.
Rescooped by PASSELAIGUE from Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc.
Scoop.it!

L'Arcep répond aux attaques de Martin Bouygues

L'Arcep répond aux attaques de Martin Bouygues | Orange bleue | Scoop.it
Qui régule le régulateur, s'interrogeait le patron de l'opérateur ? Jean-Ludovic Silicani, président de l'Autorité lui fait la leçon.

 

Les relations tendues entre les responsables de Bouygues Telecom et le régulateur sont connues. Elles se sont encore un peu plus crispées il y a quelques jours lors de l'audition de Martin Bouygues par la Commission économique de l'Assemblée nationale.

Le patron du groupe éponyme a multiplié les attaques contre l'Autorité, l'accusant d'être à l'origine du tsunami qui a secoué le secteur, c'est à dire l'arrivée de Free Mobile sur le marché.

Morceaux choisis : "L’Arcep a fait une erreur d’analyse lors de l’attribution de la quatrième licence", "Le bilan aujourd'hui est lourd. Aucun bilan chiffré précis et exhaustif n'existe", "Y a-t-il eu une véritable étude d’impact de menée avant l’arrivée d’un nouvel opérateur mobile ? Je me le demande vu la situation. Pourtant, j’ai eu l’occasion de fréquenter d’autres régulateurs dans d'autres secteurs d’activité. Eux conduisent de vraies études avant de prendre des décisions structurantes".

Et d'enfoncer le clou : "L’Arcep dit qu’elle n’est pas compétente sur les questions d'itinérance. On se moque du monde ! Qui régule le régulateur aujourd’hui ? Il faut que l’Etat assume ses responsabilités".

Des décisions validées par la justice

Habituée à défendre ses choix, notamment pour justifier l'arrivée de Free Mobile, l'Arcep a tenu cette fois à faire la leçon à Martin Bouygues sur la question de son contrôle. Dans un édito, Jean-Ludovic Silicani explique : "Comme on le sait, les autorités de régulation sont indépendantes des acteurs économiques qu'elles régulent et du gouvernement, notamment lorsque celui-ci est actionnaire d'un des opérateurs du marché. Pour autant, elles ne sont pas des électrons libres et font partie intégrante de l'Etat. Ces autorités constituent ce que les juristes appellent l'exécutif non gouvernemental et sont donc soumises au double contrôle du Parlement et du juge".

"C'est ainsi que l'ARCEP est auditionnée une dizaine de fois chaque année par les parlementaires (individuellement ou en commission). Toutes les décisions prises par l'ARCEP, eu égard à l'importance des enjeux en cause, sont déférées, soit devant le Conseil d'Etat, soit devant la Cour d'appel de Paris puis, le cas échéant, devant la Cour de cassation. Depuis cinq ans, toutes les décisions importantes prises par l'ARCEP ont été validées par la justice", poursuit le responsable.

Et de notamment lister les décisions favorables à... Bouygues Telecom : "il en a été ainsi de la décision attribuant la quatrième licence de téléphonie mobile 3G, des décisions attribuant les licences 4G, de la décision autorisant Bouygues Telecom à utiliser la bande 1 800 MHz pour la 4G, de la décision fixant le cadre de la régulation de la radiodiffusion ou encore de la décision donnant raison à Bouygues Telecom contre Orange dans un différend les opposant sur la répartition du coût de déploiement de la fibre optique".

Lobbying contreproductif

"C'est ainsi que, non seulement le régulateur a des missions strictement encadrées par la loi mais il est étroitement contrôlé, dans son action, par le Parlement et la justice".

Quant au manque d'anticipation pointé par Martin Bouygues, l'Arcep s'estime hors de cause : "si une étude d'impact doit être faite, elle est réputée l'avoir été par le Gouvernement, avant qu'il prenne sa décision sur des sujets dont les enjeux économiques sont aussi importants. De même, c'est le Gouvernement qui fixe le prix des licences mobiles".

Conclusion acerbe du patron du gendarme des télécoms : "Comme on le voit, le régulateur est bien " régulé " et, toutes ses décisions étant collégiales et prises, presque toujours, de façon consensuelle, tous les points de vue sont débattus et pris en compte. Pour autant, le régulateur doit décider en toute indépendance et ne doit donc pas être " capturé par un opérateur ", selon l'expression consacrée par les économistes. Parfois, quand un opérateur tente vainement de capturer un régulateur, il s'essaye à le faire indirectement en menant une intense action de lobbying auprès du Gouvernement et du Parlement. L'expérience montre, en tout cas dans le secteur des télécommunications, que les pouvoirs publics ont la lucidité et la sagesse d'être peu sensibles à ces pratiques, qui se révèlent, le plus souvent, contreproductives".


Via Thomas Kalhauge
more...
No comment yet.
Rescooped by PASSELAIGUE from Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc.
Scoop.it!

L’État et Orange veulent former les «mamies du Cantal» aux usages d’Internet

L’État et Orange veulent former les «mamies du Cantal» aux usages d’Internet | Orange bleue | Scoop.it
Pour former ceux qui ne sont pas rompus à l'utilisation d’Internet, une initiative est lancée pour que les entreprises privées mettent bénévolement leurs locaux à la disposition des associations.

 

La  Mamie du Cantal dispose désormais d’un forfait mobile adapté à ses moyens. Mais sait-elle vraiment se servir d'Internet ? « Je pense à elle avec tendresse et je veux qu’elle sache pleinement utiliser Internet pour communiquer avec ses proches », a déclaré Stéphane Richard, PDG d’Orange, lors du lancement de l’opération Portes ouvertes de la solidarité numérique. Le dirigeant fait allusion à ce personnage symbolique inventé par Xavier Nielpour le lancement de Free Mobile.Pour l’aider à surfer, le Think Tank Renaissance Numérique lance une initiative soutenue par le gouvernement et Orange. Le but est d’améliorer l’usage du numérique pour ceux qui en sont encore exclus, soit 10% de la population. « Le numérique est une chance quand on le maitrise, mais il fait encore peur à ceux qui ne savent pas », indique Guillaume Buffet, président de Renaissance Numérique qui rappelle que cette mission est celle du Think Tank depuis sa création. Ce projet s’appuie sur le programme Orange Solidarité Numérique, dont le président, Luc Bretonnes, est également administrateur de Renaissance Numérique. Il est également soutenu par l'Association des maires de France.Le principe est d’inciter les entreprises privées, quelles que soient leur taille et leur activité, à ouvrir leurs locaux aux associations en dehors des heures de travail. Elles proposeront aussi à leurs salariés d’aider bénévolement ceux qui en ont besoins. Un site a aussi été lancé pour permettre aux entreprises de s’inscrire dans ce projet.

Axelle Lemaire veut redéfinir le service public numérique

  agrandir la photoPour Axelle Lemaire, secrétaire d'État au numérique, cette opération est une priorité au même titre que l’aide aux startups ou au développement du très haut débit. « C’est l’une de mes priorités, rappelle Mme Lemaire qui a évoqué ce sujet dès sa nomination. Même si 80% des foyers sont connectés, le risque de fracture est réel. Le plan très haut débit n’est pas suffisant. C’est une réalité dont les geeks s’éloignent parfois. Le développement des infrastructures et de l’écosystème est important, mais l’usage ne l’est pas moins. »Face à la situation qui n’est ni grave ni désespérée, Axelle Lemaire a aussi noté que l’État ne peut pas faire ce travail sans l’aide des entreprises privées et des associations. « Le cliché d’une France individualiste qui attend tout de l’État est faux et ce projet en est l’illustration. »Avoir une connexion et savoir se servir d’Internet n’est pas tout. La Mamie du Cantal peut-elle s’offrir des appareils dont les prix sont proches de sa pension de retraite ? Pour ce problème, Axelle Lemaire nous a dévoilé la préparation d’une mission parlementaire pour réfléchir à la création service public numérique. « Les cabines téléphones ne sont plus adaptées à notre époque. Il faut repenser le service public pour préparer cette transition. »Cette réflexion est d’autant plus urgente qu’en janvier dernier, l’Arcep, régulateur des télécommunications, a suggéré au gouvernement de revoir l’obligation faite à Orange de conserver au moins une cabine téléphonique dans les communes de plus de 1000 habitants. Cette obligation s’appuie sur l’article L35-1 du code des postes et communications électroniques. Par quoi seront-elles remplacées ? Ce sera à la mission parlementaire de le dire à la fin de l’année.
Via Thomas Kalhauge
more...
No comment yet.
Scooped by PASSELAIGUE
Scoop.it!

Orange ne souhaite pas acquérir Bouygues Telecom - Les Échos

Orange ne souhaite pas acquérir Bouygues Telecom - Les Échos | Orange bleue | Scoop.it
Les Échos
Orange ne souhaite pas acquérir Bouygues Telecom
Les Échos
Dans un entretien au site latribune, le PDG d'Orange Stéphane Richard explique que les discussions ont achoppé sur le prix demandé par Bouygues pour sa filiale.
more...
No comment yet.
Scooped by PASSELAIGUE
Scoop.it!

LEAD 3-Orange renonce à racheter Bouygues Tel, la Bourse déçue - Reuters

LEAD 3-Orange renonce à racheter Bouygues Tel, la Bourse déçue
Reuters
Les valeurs télécoms en forte baisse en milieu de journée (Actualisé avec déclarations de Stéphane Richard à La Tribune). par Gwénaëlle Barzic.
more...
No comment yet.
Scooped by PASSELAIGUE
Scoop.it!

Fibre : Sosh (Orange) contre-attaque face à Bouygues Telecom - ZDNet

Fibre : Sosh (Orange) contre-attaque face à Bouygues Telecom - ZDNet | Orange bleue | Scoop.it
Boursier.com
Fibre : Sosh (Orange) contre-attaque face à Bouygues Telecom
ZDNet
Ce lundi, Sosh, la marque low-cost d'Orange annonce que la fibre optique sera proposée quasiment sans surcoût au sein de ses offres quadriplay mobile+fixe.
more...
No comment yet.
Rescooped by PASSELAIGUE from Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc.
Scoop.it!

Orange annonce baisser ses tarifs en roaming en Europe et intégrer les SMS illimités

Orange annonce baisser ses tarifs en roaming en Europe et intégrer les SMS illimités | Orange bleue | Scoop.it
Après Free qui a annoncé une baisse massive de ses tarifs en roaming en Europe et dans le Monde, Orange annonce également baisser ses tarifs en Europe, (...)

Via Thomas Kalhauge
more...
No comment yet.
Rescooped by PASSELAIGUE from Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc.
Scoop.it!

▶ Pascal Latouche (Directeur, OrangeFab) - Open Innovation [HUBDAY Replay] - YouTube

À l'honneur au HUBDAY Future of Products, notre partenaire Orange est intervenu par l'intermédiaire de Pascal Latouche. Directeur de l'Orange Fab France, l'a...

Via Thomas Kalhauge
more...
No comment yet.
Rescooped by PASSELAIGUE from Free Mobile, Orange, SFR et Bouygues Télécom, etc.
Scoop.it!

Orange prépare un cloudgaming multi-écrans

Orange prépare un cloudgaming multi-écrans | Orange bleue | Scoop.it
C’est à l’occasion du Videogame Story qui se déroule à Paris jusqu’au 7 septembre que l"opérateur fait la démonstration de son dernier jouet en matière d’innovation "le cloud gaming multi-écrans". L’objectif, pouvoir commencer une partie sur la télévision via la box, pouvoir la reprendre en mobilité sur son ordinateur et éventuellement la finir via la 4G sur son Smartphone. Tout se réalisera depuis l’application jeux vidéo TV d’Orange. Néanmoins l’opérateur précise que ce service sera proposé exclusivement à ses clients internet équipés d’un décodeur Orange compatible. Au début du mois, SFR a lui aussi lancé une opération au tour du jeux vidéo et des parties qui se jouent sur la TV, les PC/Mac et les terminaux Android.

Via Thomas Kalhauge
more...
No comment yet.
Scooped by PASSELAIGUE
Scoop.it!

#Accélérateur : Orange Fab lance un appel à candidatures pour ... - Maddyness

#Accélérateur : Orange Fab lance un appel à candidatures pour ... - Maddyness | Orange bleue | Scoop.it
Maddyness
#Accélérateur : Orange Fab lance un appel à candidatures pour ...
more...
No comment yet.
Scooped by PASSELAIGUE
Scoop.it!

La tension monte entre Orange et ses concurrents - ZDNet

La tension monte entre Orange et ses concurrents - ZDNet | Orange bleue | Scoop.it
ZDNet
La tension monte entre Orange et ses concurrents
ZDNet
...
more...
No comment yet.
Scooped by PASSELAIGUE
Scoop.it!

Stéphane Richard : quatre ans de plus face au défi OTT - Edition Multimédi@ (Abonnement)

Stéphane Richard : quatre ans de plus face au défi OTT - Edition Multimédi@ (Abonnement) | Orange bleue | Scoop.it
Edition Multimédi@ (Abonnement) Stéphane Richard : quatre ans de plus face au défi OTT Edition Multimédi@ (Abonnement) Le 27 mai, Stéphane Richard a été reconduit pour quatre ans comme PDG du groupe Orange – malgré ses démêlés judiciaires dans...
more...
No comment yet.