LingoLink, un interprète à distance en zone de guerre | 45eNord.ca – Actualités militaires, défense, technologie, armée, marine, aviation | Offshore Developpement | Scoop.it

l y a tout juste un an, Lockheed Martin et le ministère de la Défense américain, annonçaient le déploiement d’un nouveau système de traduction.

Au 21e siècle, à l’heure de l’Internet et de l’information en temps réelle, le plus grand défi reste la traduction d’une langue étrangère dans une autre. Si cela est bien utile pour un centre d’appel de services aux clients, pour des réunions d’affaires entre pays, cela l’est aussi lors d’un conflit militaire. L’intercompréhension est le nerf de la guerre.

Imaginons des soldats américains dans un village afghan. La situation est explosive et personne ne se comprend. Le meilleur moyen pour… désamorcer la situation reste donc la présence d’un traducteur pachtoun-anglais. Sauf qu’il est dangereux pour ce traducteur de se retrouver en première ligne.

Les États-Unis ont donc investi 15 millions $ dans le programme Boundless Operational Language Translation (BOLT) pour la mise au point d’un traducteur universel. Star Trek n’est donc plus tellement de la science-fiction.

Mais en attendant de pouvoir tous parler entre nous, Lockheed Martin a sorti sa propre solution au problème.


Via Charles Tiayon