De l'Arabie saoudite au Liban - LMD 03-2012 | offene Ablage: nothing to hide | oAnth-miscellaneous | Scoop.it

original www-site: http://www.monde-diplomatique.fr/2012/03/LACROIX/47500

 

-----------------

 

Il a longtemps été reproché aux chercheurs travaillant sur le Proche-Orient une posture exagérément empirique les condamnant à ne participer que de manière marginale aux grands débats académiques en sciences sociales. La tendance s’est néanmoins inversée ces dernières années, ce que devrait accélérer le « printemps arabe », en ramenant la région dans le giron de l’histoire universelle. Les ouvrages d’Amélie Le Renard sur l’Arabie saoudite (1) et de Bernard Rougier sur le Liban (2), par la solidité de leur cadre théorique, illustrent à merveille cette évolution. C’est d’autant plus remarquable que ni l’un ni l’autre ne sacrifient pour autant l’apport des enquêtes de terrain menées dans des conditions particulièrement difficiles.

 

Véritable travail d’anthropologie sociale, le livre de Le Renard montre comment s’est construit en Arabie saoudite un « modèle de féminité spécifique », dans un contexte où l’espace des possibles féminins est borné par deux discours a priori contradictoires, et qui pourtant cohabitent plutôt bien l’un avec l’autre : l’un conservateur et de ségrégation qui, s’il se pare des attributs de la « tradition », remonte en fait essentiellement aux années 1960 et 1970, quand le « réveil islamique » se conjugue au boom pétrolier ; l’autre, réformateur, apparu dans les années 1990-2000, qui encourage l’activité professionnelle et la participation à la société.

 

[...]