Numérique & Jeunesse
184 views | +0 today
Follow
Numérique & Jeunesse
L'impact du numérique dans l'apprentissage, les loisirs et la découverte.
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

L’autoédition surfera sur la vague du livre numérique

L’autoédition surfera sur la vague du livre numérique | Numérique & Jeunesse | Scoop.it
Le livre numérique (ebook) représentait 28% des ventes de livres aux USA en novembre 2012. En France nous peinons à atteindre… 1%. Autant dire que la marge de progression est conséquente.
more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Ma petite fabrique à histoires

Ma petite fabrique à histoires | Numérique & Jeunesse | Scoop.it

Ma petite fabrique à histoire est l’adaptation numérique de l’album éponyme paru aux éditions Autrement, pour fabriquer plein d’histoires et jouer avec les mots et les ambiances sonores.

Vous vous rappelez Dans mon rêve, l’appli aux mille récompenses des Éditions e-Toiles ? Dans la chronique qu’on avait consacrée à cette création autant littéraire qu’onirique, on citait déjà Ma petite fabrique à histoires tant cela paraissait évident que ces deux-là avaient des bouts d’ADN en commun. Aujourd’hui, c’est chose faite, et les éditions Autrement et e-Toiles ont mis leurs talents en commun pour se pencher sur l’ouvrage fait de bandelettes de papier de Bruno Gibert et lui offrir une nouvelle vie, toute numérique.

Ici point de lecture à la voix chaude et inspirée (comme dans Dans mon rêve). Pas d’illustrations non plus, ni d’ailleurs d’animations (comme dans Les Histoires farfelues. Et pas de points de vue narratifs comme dans Il était des fois. Non, rien de tout cela, mais une idée très originale et très sympa : la création de motifs sonores illustrant chaque petit bout de texte.

L’enfant va ainsi pouvoir explorer la bagatelle de 194 481 histoires possibles, simplement en secouant la tablette. Il va aussi pouvoir personnaliser chaque histoire, en ajoutant, pour chaque bande, son texte personnel.

more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Lecture numérique, le retour aux livres pour les jeunes ?

Lecture numérique, le retour aux livres pour les jeunes ? | Numérique & Jeunesse | Scoop.it

Pour HarperCollins, les ventes d'ebooks de ce secteur - jeunes adultes - ont représenté 25 % de l'ensemble du catalogue, papier compris. L'an passé à la même époque, l'ebook ne représentait que 6 % des ventes. Susan Katz n'a qu'un commentaire : ça se réchauffe. Pour St Martin's Press, les ventes ont également augmenté, passant de 6 % l'an passé à 20 % cette année.


Évidemment, on mettra en avant que la génération digital natives est plus encline à adopter ce type d'appareil. Et puisque les tarifs ont baissé, les parents sont plus à même d'en offrir à leur progéniture, trop heureux de les voir lire de nouveau. « Si cela suite la même tendance que les livres adultes, c'est le début d'une courbe ascendante », souligner Jon Anderson de Simon & Schuster Children’s Publishing.

Une grande étude de BVA, publiée en juillet 2010 et portant justement sur les digital natives en France, montrait combien cette génération apportait « une mutation profonde de la société ». Ils veulent avoir les informations plus vite, exécutent plusieurs tâches et n'aiment pas être inactifs. Dès lors, les temps morts sont comblés par une hyperactivité numérique.


more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Le futur du livre passe entre autres par le Labo de l'édition

Le futur du livre passe entre autres par le Labo de l'édition | Numérique & Jeunesse | Scoop.it

le Labo de l’édition : situé au coeur du 5ème arrondissement de Paris, à la lisière du quartier latin, ce lieu est un incubateur qui héberge et soutient des start ups liées à l’univers de l’édition.


Comme l’explique Camille Pène, responsable animation et communication du Labo, l’endroit "a été créé pour accompagner le secteur de l’édition dans la transition numérique, pour l’aider à innover. La structure accueille des jeunes entreprises, les héberge avec des bureaux, les soutient et les conseille dans tout ce qui est levée de fonds, structuration et développement.”

Par ailleurs, le Labo de l’édition est aussi un lieu de discussions et d’échanges sur l’avenir du livre. Entre janvier et mars 2013, ses équipes ont organisé, en partenariat avec Silicon Experience, un cycle de discussions autour du thème #printisnotdead (Le papier n’est pas mort). L’événement consistait en une série de cinq conférences. L’Atelier des médias avait d’ailleurs participé à ces rencontres en animant une discussion sur “les pure-players du print”.


more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Où va le marché des applications pour enfants (1/4) ?

Où va le marché des applications pour enfants (1/4) ? | Numérique & Jeunesse | Scoop.it

Le marché des applications est déjà jeune en soi, celui des applications pour enfants l’est encore plus. Du fait de sa non-maturité, il fonctionne par expérimentations : des éditeurs se lancent, publient une application, et observent la réponse du marché afin d’en tirer une stratégie de long-terme. Ces acteurs sont de trois types : mastodontes du divertissement transmédia, américains en majorité (Disney, MTV Network), éditeurs classiques (Bayard Jeunesse, Gallimard, Noisy Crow), et « pure players » 100% digitaux (Europa-Apps, Rovio, Chilingo, Shape Minds).


La palme du nombre de téléchargements revient aux applications classées dans la catégorie « jeux pour enfants » sur l’iTunes Store : près de 50 millions pour le dernier-né de ZeptoLab, Cut the Rope (source : Xyologic, iPhone + iPad) ! De grandes licences comme Tintin ou Bob l’éponge tiennent également le haut du classement.


Ensuite, la section « livres » de l’appstore contient en grande majorité des histoires pour enfants en tout genre : créations originales, déclinaisons numériques de personnages littéraires ou contes du domaine public. Ici, c’est l’univers du livre enrichi, tout est encore à créer, et tout est possible. De la simple animation des images au toucher jusqu’à la pleine implication de l’enfant au sein de la narration, ce genre foisonne d’idées nouvelles qui séduisent les petits comme les grands. L’un des succès récents encensé par les médias et les blogs a été La Sorcière sans Nom ; pourtant, elle n’a été téléchargée « que » 11 000 fois sur les deux mois suivants sa sortie (source : Xyologic, iPhone + iPad).


Enfin, le segment peut-être le plus prisé des parents est celui des applications éducatives, pour apprendre l’alphabet, les nombres, l’heure, l’anglais… Une étude du Joan Ganz Cooney Center est parvenue à la conclusion que des enfants de 5 ans avaient enrichi leur vocabulaire de 27% suite à l’utilisation d’une application éducative sur iPad, et ceux de 3 ans, de 17%.


Jerome Chasques's insight:


Serge Tisseron, psychanalyste réputé pour ses études portant sur les relations jeunes-médias, conseille aux parents de « privilégier les logiciels qui impliquent une narration sur ceux qui ne font que juxtaposer des scènes, et accompagner l’enfant en apportant de l’extérieur aux écrans les repères de temporalité et de causalité qui leur manquent. »

more...
ASF-BREIZH's comment, September 1, 2013 3:49 PM
On adore ...
ASF-BREIZH's comment, September 1, 2013 3:50 PM
La sorcière sans nom ... Très appréciée des petits et des grands. Faire lire et découvrir cette histoire...
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Où va le marché des applications pour enfants (3/4) ? Les modèles économiques

Où va le marché des applications pour enfants (3/4) ? Les modèles économiques | Numérique & Jeunesse | Scoop.it

Le modèle le plus répandu sur le marché des applications pour enfants est tout simplement le payant, avec les avantages et les inconvénients qu’il suppose. Face à des mobinautes et tablonautes encore très réticents à ouvrir le portefeuille pour acquérir une appli dont ils n’ont aucune idée de la qualité, les éditeurs ont trouvé un système astucieux : publier une version « lite, » autrement dit une démo de l’application. Par exemple, pour une application-livre, on aura les quatre ou cinq premières pages ; pour une application de coloriage, cinq ou six dessins. Pour obtenir la totalité des prestations, il est nécessaire de sortir de l’application, et d’acheter la version complète sur l’iTunes Store, donc d’entrer son mot de passe. Une façon de sécuriser la navigation des bambins hors de l’application, et une alternative au freemium, qui lui consiste en ne publier qu’une seule application et débloquer les fonctionnalités en un clic à l’intérieur.

De plus en plus, on voit en outre apparaître des modèles d’achats dits “in-app”. A ne pas confondre avec le freemium, ce système consiste à proposer une application « coquille » gratuite, sorte de bibliothèque qui accueillera des modules qui eux seront payants. Par exemple, c’est le choix de Bayard Presse avec son J’aime Lire Store. L’appli se présente comme iBooks, c’est-à-dire sous forme d’étagères destinées à accueillir les achats. Au sein du « store, » trois tranches d’âge : les 3-5 ans, les 6-7 ans, et les 7-12 ans. Dans la première catégorie, les livres-applications sont vendus 2,39 € ; pour les deux autres, 3,99 €. Ce modèle économique présente l’avantage d’offrir à l’enfant une navigation sécurisée car au sein d’un système clos, et l’inconvénient pour les parents de permettre l’achat en un clic, sans mot de passe. Par ailleurs, une bibliothèque d’applications se doit d’être justifiée par une cohérence dans le panel proposé, et le risque est que les éditeurs s’en emparent pour y commercialiser toutes leurs publications en tentant d’effacer la concurrence des choix possibles. D’après les classements iTunes, ces applications restent les plus rentables pour leurs développeurs.


more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Notre cerveau à l’heure des nouvelles lectures

Notre cerveau à l’heure des nouvelles lectures | Numérique & Jeunesse | Scoop.it

Maryanne Wolf, directrice du Centre de recherche sur la lecture et le langage de l’université Tufts est l’auteur de Proust et le Calmar (en référence à la façon dont ces animaux développent leurs réseaux de neurones, que nous avions déjà évoqué en 2009). Sur la scène des Entretiens du Nouveau Monde industriel au Centre Pompidou, la spécialiste dans le développement de l’enfant est venue évoquer “la modification de notre cerveau-lecteur au 21e siècle” (voir et écouter la vidéo de son intervention)…


more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Pratiques numériques médiatiques des jeunes, enjeux et perspectives

Diaporama présenté le 13-2-13 au CDDP du Val-de-Marne dans le cadre des « Mercredis de Créteil »
more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Il était des fois... des récits numériques interactifs

«Il était des fois» propose des outils qui vont permettre au lecteur de s’approprier une histoire. La distribution des rôles, le choix du personnage central, les différents points de vue, la confrontation des narrations, deviennent ainsi des modules interchangeables. «Il était des fois» offre à l’enfant la possibilité d’être auteur de son histoire, et donne aussi un petit coup de pouce aux parents en manque d’inspiration.


more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Infographie: les enfants et les tablettes

Infographie: les enfants et les tablettes | Numérique & Jeunesse | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Écrans et enfants : quelques éléments de réflexion

Écrans et enfants : quelques éléments de réflexion | Numérique & Jeunesse | Scoop.it

La culture numérique est porteuse de nombreuses potentialités et d’immenses richesses, mais il faut la métisser avec toutes les couches culturelles qui l’ont précédée, et il faut l’apprivoiser, apprendre à la connaître et à en tirer le meilleur. Et personne ne dit que c’est facile.

Ce n’est pas parce qu’on est né « en même temps », dans on-ne-sait quel bain d’écrans, qu’on en maîtrise les subtilités et même les grandes lignes. Tremper dans un océan de livres n’a jamais fait de personne un lecteur, naître au siècle de l’automobile n’a dispensé personne de leçons de conduite.

Il n’y a pas de digital natives. Il n’y a que des enfants (des adolescents, des adultes) en train d’apprendre, de se former, et à qui il faut fournir les outils et les ressources nécessaires.


Si les univers virtuels ont toujours existé, leur omniprésence est aujourd’hui une évidence. On peut le constater, s’en réjouir, s’en offusquer, le regretter. Mais le nier, difficilement. Les enfants, même petits, sont forcément confrontés à cette réalité. C’est donc, selon nous, tout à fait essentiel de les accompagner dans cette découverte, de les aider à en saisir les chances et à en éviter les pièges. Comment ? En étant, nous autres, les adultes, des « alphabétisés du numérique », conscients de l’importance d’une formation continue dans ce domaine (oui, continuer à découvrir, tous les jours), en mesure  de mettre en œuvre une réflexion sur nos propres usages, attentifs à la qualité des contenus, capables de montrer l’exemple au quotidien (difficile de prôner l’abstinence quand on passe soi-même beaucoup de temps à regarder des séries ou sur Facebook par exemple), et d’accompagner nos enfants et ceux dont nous avons la responsabilité.

more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques from LibraryLinks LiensBiblio
Scoop.it!

Etude sur les usages des tablettes en France

Etude sur les usages des tablettes en France | Numérique & Jeunesse | Scoop.it

Du petit au gros utilisateur, des spécificités hommes-femmes en passant par les usages en fonction de l'âge, Prixtel l'opérateur de téléphonie s'est intéressé avec IPSOS aux habitudes d'utilisation des français de leur tablette tactile. Sur un panel âgé entre 16 et 75 ans, 58,2 % des français l'utilisent plusieurs fois par jour. L'opérateur télécom vient décrypter l'usage de l'objet nomade, en passe de devenir l'incontournable des français.


Via CourOnnes, Mediamus, Robin Illsley
more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

L’enfant et les écrans

L’enfant et les écrans | Numérique & Jeunesse | Scoop.it

Le numérique n’a pas vocation à décérébrer la jeune génération. Et les jeux vidéo ne rendent ni idiot ni violent. C’est l’Académie des sciences qui vient de le dire.  La création numérique devrait être au centre de la relation entre les écrans et les enfants.


more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Gallimard jeunesse lance sa 5e application pour la petite enfance

Gallimard jeunesse lance sa 5e application pour la petite enfance | Numérique & Jeunesse | Scoop.it

Après avoir mis en vente sur l’Appstore des applications Les trois petits cochons, Cendrillon (collection “Contes illustrés”), La coccinelle et La forêt (collection “Premières découvertes”), Gallimard jeunesse a lancé Pénélope à la ferme, sa cinquième application pour iPad, iPhone et iPod Touch, qui inaugure la collection numérique Univers Gallimard jeunesse.

Le livre animé d'Anne Gutman (auteure) et Georg Hallensleben (illustrateur), qui met en scène les aventures du célèbre koala bleu Pénélope, est vendu 3,99 € sur l’Appstore. Il est destiné aux enfants à partir de 2 ans.

more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

L'écran et le numérique peuvent élargir l'accès de tous les publics à la lecture

L'écran et le numérique peuvent élargir l'accès de tous les publics à la lecture | Numérique & Jeunesse | Scoop.it

Quelle place occupe le numérique dans la littérature de jeunesse aujourd'hui ?
Il y a beaucoup de livres de jeunesse disponibles en édition numérique mais de manière homothétique : le livre papier est diffusé tel qu'il est, sur écran, sans plus-value. Il est également difficile de les trouver. Il y a différents  formats, ainsi qu'un problème de librairie en ligne qui permettrait de trouver facilement un livre numérique. Par contre il y a encore peu de vrais projets artistiques et littéraires qui utilisent toutes les potentialités du numérique et de l'écran tactile.


Comment voyez-vous l'avenir du numérique pour le jeune public ?

Nous investissons dans la direction de projets de ce type et nous avons mis en place l'année dernière un concours de créateurs et de développeurs pour qu'ils adaptent des albums jeunesse en application ou cinéma d'animation. Notre souhait est qu'on travaille la complémentarité entre le livre papier et le livre numérique. Et rendre prioritaire dans cette complémentarité le contenu, en expérimentant dans des projets enrichissants pour les enfants. Quand on voit la place de l'écran aujourd'hui dans la vie des enfants, on ne peut que souhaiter que la littérature de jeunesse s'investisse dans ce domaine.


more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Infographie : le numérique à l'école

Infographie : le numérique à l'école | Numérique & Jeunesse | Scoop.it

Selon le type d'établissement, on constate que le ratio nombre d'élèves par ordinateur varie considérablement. Les classes sont relativement mal équipées en tableaux numériques interactifs, même si près de 80% des lycées et près de 60% des collèges en disposent d'au moins un.

more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Le livre numérique enrichi : ne pas penser 'livre', mais 'histoires'

Le livre numérique enrichi : ne pas penser 'livre', mais 'histoires' | Numérique & Jeunesse | Scoop.it

Pour parler d'un concept, il faut des mots pour le définir, lui donner des limites : les américains ont choisi le terme d‘enhanced ebooks pour désigner ce que nous appelons "livre enrichi". Deux choses: d'abord, on remarquera que le enhanced se réfère en anglais à l'ebook (la publication numérique donc), alors que  l'enrichi s'accole au livre (de manière indifférente).

 

Chez les anglophones, on augmente donc l'ebook, pas le livre en général. Et c'est une grande différence, surtout dans un pays comme la France où l'on sacralise le livre dans ce qu'il a de plus noble. Le livre, en soi, ne peut fondamentalement être « amélioré », puisque le livre est un concept vague qui englobe la bande-dessinée, le recueil de recettes de cuisine, la grande littérature en passant par toutes sortes de subtilités jusqu'au codex, l'incunable ou le volumen.


Tout cela ne veut (surtout) pas dire que le texte seul est bon à mettre à la poubelle : simplement que les auteurs — les créateurs d'univers — ont gagné plusieurs cordes à leur arc avec les possibilités du numérique et de l'enrichi.


more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Où va le marché des applications pour enfants (2/4) ? Les contenus éditoriaux

Où va le marché des applications pour enfants (2/4) ? Les contenus éditoriaux | Numérique & Jeunesse | Scoop.it

Côté livres, la première source de contenu est le fonds constitué par le domaine public, ce qui n’est pas une surprise. En effet, ces œuvres n’étant plus soumises au droit d’auteur, les éditeurs peuvent les reprendre et les modifier à l’envi, sans pour autant devoir rémunérer leur créateur. Dès lors, beaucoup de ces applications sont gratuites, ce qui explique qu’environ 70% des livres pour enfants gratuits soient des contes traditionnels.

A l’inverse, les cessions de licences donnent lieu à des redevances (royalties) qui ponctionnent assez lourdement les revenus des éditeurs. C’est pourquoi d’une part il existe peu de licences gratuites (13% du top 15 iPad et iPhone), et d’autre part les licences payantes sont des personnages extrêmement connus susceptibles d’engendrer des volumes de ventes suffisant à compenser les coûts, volumes qui sont plus facilement atteints sur un support plus populaire comme l’iPhone (41% du top 15 contre 22% sur iPad).

Sur le segment des jeux pour enfants sur iOS, le duel a lieu entre les licences et les créations originales. Ici, il est très surprenant de constater que le marché ne se comporte pas sur l’iPad comme il le fait sur l’iPhone. En payant, pour la même raison qu’évoquée plus haut, les licences apparaissent en majorité dans le classement iPhone (67%), mais pas sur iPad (47%). En gratuit, ce sont les créations originales qui dominent l’iPhone, et les versions « lite » (démos) des licences l’iPad.

On peut donc émettre l’hypothèse que les licences rencontrent relativement moins de succès en ce qui concerne les jeux pour enfants sur iPad que sur iPhone ; si les versions gratuites sont beaucoup téléchargées, ces tests ne sont pas « transformés » par des passages à l’acte d’achat.

Enfin, pour ce qui est des applications éducatives, iPad et iPhone sont uniformément dominés par des créations originales, que ce soit en gratuit ou en payant : celles-ci représentent 45% du top 15 de la tablette, et 65% de celui du smartphone, où l’on retrouve également quelques créations inspirées du domaine public, encore une fois pour des raisons de popularité, comme par exemple tout ce qui relève des comptines traditionnelles pour enfants. Les licences sont minoritaires, et laissent à penser que ce segment de marché est plus réceptif à des personnages et/ou des méthodes d’enseignement créés et conçus pour lui ; peut-être qu’à terme ce seront ceux-ci qui seront distribués sur d’autres supports sous forme de licences.


more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Où va le marché des applications pour enfants (4/4) ? Vers des supports dédiés ?

Où va le marché des applications pour enfants (4/4) ? Vers des supports dédiés ? | Numérique & Jeunesse | Scoop.it

Nous ouvrons notre réflexion sur une perspective d’avenir alternative à celle des supports « généralistes, » tel l’iPad ou la Google Nexus : et si le marché était voué à se déporter sur des supports entièrement dédiés à l’enfant ? Tout récemment, le distributeur de jouets américain Toys « R » Us a annoncé le lancement de sa propre tablette pour enfants le 21 octobre, Tabeo.


Mais Toys « R » Us n’est pas le premier à investir ce marché porteur : avant même de se lancer, il proposait déjà des tablettes tactiles pour enfants sur les rayons de ses magasins.

Le pionnier en la matière est VTech, avec Storio, la première tablette incassable pour enfants. Conçue pour initier les 4-9 ans à la lecture, à l’écriture et au dessin, elle a néanmoins été décriée pour son design peu élégant et ses performances limitées. Toutefois, son succès a ouvert la voie à toutes sortes de tablettes « kids ».


Jerome Chasques's insight:

« Il semble que Toys « R » cherche à réinventer la façon dont les parents achètent actuellement les médias numériques pour une utilisation sur des tablettes. »  Chris Silva, analyste de l’industrie mobile à Altimeter Group, San Mateo, en Californie

more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Les nouvelles pratiques culturelles des jeunes et les bibliothèques à l’ère du numérique

more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Littérature, jeunesse, et numérique

Littérature, jeunesse, et numérique | Numérique & Jeunesse | Scoop.it

Aujourd’hui, lorsqu’on parle de littérature jeunesse numérique, tout le monde se focalise sur les applications-livres : essentiellement de la lecture plus ludique.


Les plus jeunes qui sont un formidable réservoir de lecteurs, et de lecteurs exigeants (au même titre que leurs aînés) auxquels on a l’ambition de proposer de quoi remplir leurs liseuses ou tablettes pour embarquer dans des heures et des heures de lecture. Du rêve, des émotions, des sentiments, des lectures pour grandir, se construire, aborder les grands thèmes de la société, ou encore des lectures juste pour le plaisir, la littérature jeunesse est un vaste continent ou chacun, petit lecteur débutant ou jeune lecteur plus expérimenté, doit pouvoir voyager à son gré.

D’un côté, les Grands Classiques pour Petits Lecteurs, des textes du patrimoine littéraire, d’une grande qualité, qui sont souvent fondateurs des genres déclinés aujourd’hui. Pour les dénicher, on suit parfois des dédales compliqués, en véritables explorateurs, pour rendre accessible à chacun la découverte (ou la redécouverte) de ces trésors littéraires, dont, pour certains, la lecture est recommandée par l’Éducation Nationale (la lecture à l’école, listes de références). On s’entoure aussi de talents pour proposer de nouvelles traductions, des illustrations, le tout pour satisfaire au mieux les exigences littéraires de notre jeune public.

Mais on ne serait pas éditeurs si on ne favorisait pas également la création littéraire. D’où l’autre versant de la collection jeunesse, qui s’enrichit d’auteurs contemporains qui proposent à nos jeunes lecteurs des romans qui assurément leur feront franchir les portes de l’imaginaire.

more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Informatique : les ventes de tablettes vont exploser en 2013

Informatique : les ventes de tablettes vont exploser en 2013 | Numérique & Jeunesse | Scoop.it

Une nouvelle étude du cabinet spécialisé Gartner, consacrée aux ventes à venir des équipements informatiques, confirme l'engouement pour les tablettes et smartphones, au détriment des PC et des notebooks. Plus la taille est réduite, plus les ventes sont importantes, en hausse jusqu'en 2017, au moins, confirme le blog spécialisé dans les startups internet TechCrunch.

Si le marché des PC, en régression de 7,6 % pour l'année 2013, semble définitivement condamné, il semblerait que les machines ultramobiles (dont l'écran est la plupart du temps détachable) prennent de l'ampleur, permettant à certains constructeurs ou revendeurs de se rabattre sur ce secteur.

more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Interactive Storytelling

Interactive Storytelling | Numérique & Jeunesse | Scoop.it

Storytelling enables users to actively engage stories. “Readers” assume various characters and determine the course of the narrative through a menu of choices. The story is further directed by the interaction between characters, which, through artificial intelligence, are endowed with unique motivations and emotional reactions as you interact with them. 

Jerome Chasques's insight:

Raconter une histoire permet d'oublier la frontière entre l'écrivain et le lecteur, un concept très fort qui émerveille et implique les enfants.

more...
No comment yet.
Scooped by Jerome Chasques
Scoop.it!

Les petits dans la cour d'écrans

Les petits dans la cour d'écrans | Numérique & Jeunesse | Scoop.it

Un rapport intitulé l’Enfant et les écrans vient faire un sort aux idées reçues. Oui, les jeux vidéo « peuvent stimuler de nombreuses compétences ». Oui, les réseaux sociaux « peuvent être un espace d’expérimentation et d’innovation ».
Ce rapport n’est pas l’œuvre d’une bande de hippies geeko-libertaires, mais de l’Académie des sciences qui, sous la plume de Jean-François Bach, Olivier Houdé, Pierre Léna et Serge Tisseron (1), dessine « un chemin de raison », rappelant sans cesse l’évidence, à savoir la nécessité d’un encadrement parental et scolaire dans les activités numériques de ceux que Michel Serres appelle joliment les « petits poucets » et « petites poucettes ».
Mesurée, renseignée, mais aussi enthousiaste vis-à-vis du numérique voire parfois fascinée, cette somme dresse la liste des « meilleurs services que nous puissions rendre à cet enfant du siècle nouveau ».


more...
No comment yet.