Initiatives populaires : civisme ou fardeau ? | Nov@ | Scoop.it

« Ces initiatives populaires ne sont que des calmants qui occultent la réalité. Elles ne pourront pas régler nos problèmes quotidiens », dit Ahmad Ziyad, ingénieur, refusant l’appel lancé par l’un de ses voisins afin de l’accompagner lui, ses enfants et d’autres gens pour nettoyer les rues de leur quartier. Ziyad, à l’instar d’autres citoyens, a remarqué qu’il était devenu de plus en plus fréquent de voir des groupes de jeunes ramasser les ordures et nettoyer les rues.On les voit partout. Ils attirent les regards et sont repérables grâce à leurs t-shirts sur lesquels est imprimé le slogan de leur parti politique ou le nom du mouvement auquel ils appartiennent. Certains portent des gilets de couleur phosphorescente, d’autres arrivent en groupes, sont des employés dans des entreprises et sont transportés par des minibus.

Il s’agit de personnes répondant aux appels lancés par l’Etat et à l’initiative intitulée « Une patrie propre ». Une initiative qui encourage les citoyens à jouer un rôle actif et à participer au nettoyage des rues dans tous les gouvernorats d’Egypte.

En effet, la propreté figure parmi les cinq promesses avancées par le président élu et qui, d’après lui, devraient être réalisées durant les 100 premiers jours de son mandat.

Mais, une fois sa promesse annoncée, le Parti Liberté et justice, bras politique de la confrérie des Frères musulmans, et auquel appartient Morsi, n’a pas tardé à lancer cette initiative pour inciter le peuple à agir. Objectif : mobiliser le peuple pour aider le président à réaliser ses promesses.

(Hanaa Al-Mekkawi/Al-Ahram Hebdo)

Plus : http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2012/8/29/soci2.htm


Via Egypt-actus