Politique, accords militaires, économie et finance mais aussi médecine et communication constituent les axes d’expression des relations néocoloniales entre le Cameroun et la France.