Infos en français
Follow
Find
158.4K views | +61 today
 
Scooped by Juan Carlos Hernandez
onto Infos en français
Scoop.it!

Ai 42 ans,né en #Suisse,parents espagnols, fait armée ici & reçois ce genre de mails..merci #FN #MCG #UDC #racisme

Ai 42 ans,né en #Suisse,parents espagnols, fait armée ici & reçois ce genre de mails..merci #FN #MCG #UDC #racisme | Infos en français | Scoop.it
Juan Carlos Hernandez's insight:

Ai 42 ans,né en #Suisse,parents espagnols, fait armée ici & reçois ce genre de mails..merci #FN #MCG #UDC #racisme

 

Tant de haine, lisez à la fin de mon intro la copie du email reçu ce soir. J'ai bloqué aujourd'hui, après l'en avoir avertie poliment, une femme qui tenait des propos aussi racistes qu'incohérents sur mon mur FB-. Elle me harcèle, depuis, par email (déjà le 4ème), je ne réponds pas et la cerise sur le gâteau est le email qui suit. 
Merde à l'UDC, au FN et autres MCG de créer un climat hostile aux étrangers et à leurs enfants. 
Je précise que je suis né en Suisse, habite en Suisse, ai fait mon armée en Suisse, que j'aime Genève, mon canton. J'ai aussi un passeport espagnol dont je suis fier. Il faut être fier de ses racines et ne franciserai jamais ni mon prénom, ni mon nom pour faire plus couleur locale. 
Au fait, je n'estime pas que la Suisse m'a DONNE le passeport mais .. me l'a vendu. J'ai du l'acheter, en effet, à 16 ans (enfin.. mes parents!) après 2 ans d'enquête digne du film "Les Faiseurs de Suisses". 
J'estime que je n'aurai jamais du ni le demander ni l'acheter. Il me revenait naturellement dans la mesure ou je suis né dans ce pays.
Le racisme devient de plus en plus ouvert et agressif en Suisse, ...notamment.

"je pense que si tu t intéresses a la politique, ceci est nettement plus intéressant que tous tes propos negatifs sur la suisse,
tu n es pas suisse je crois?
et tu gerbes sur un pays qui t a accueilli, donné la nationnalité suisse?
et bien moi je suis suisse à 50 pour cent sinon anglaise
je pense que la suisse a été très très généreuse avec les étrangers
oui
je le pense
et que moi je défend mon pays meme si j y habite plus non plus car justement il n y a pas de place pour moi la et j aime plus y habiter.
et puis merde
je t ai rencontré dans un cadre amr pas pour me faire chier sur fb avec un mec pas musicien qui m emmerde parceque je suis suisse et je défend malgré moi le fait que la suisse c est petit et que comme tout pays on se protège,,,,
mais la suisse est très accueillante
la preuve tu es espagnol
est-ceque moi je viens te faire chier en espagne?
non
alors tais toi"

more...
No comment yet.
Infos en français
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

#Nestlé et ses secrets .. #harcèlement #sécuritéalimentaire #mobbing

#Nestlé et ses secrets .. #harcèlement #sécuritéalimentaire #mobbing | Infos en français | Scoop.it
Juan Carlos Hernandez's insight:

merci de liker cette page pour soutenir Yasmine dans sa lutte contre Nestlé et ... pour nous tous https://www.facebook.com/justiceforyasmine?fref=ts

 

Selon Yasmine Motarjemi, ex vice directrice de la sécurité alimentaire chez Nestlé qui est actuellement en procès contre eux pour harcèlement moral, lorsqu'elle est entrée chez Nestlé, elle pensait que cette entreprise était saine avec quelques fruits pourris mais elle pense désormais que c'est le contraire. Nestlé est une entreprise malsaine avec quelques fruits sains. On ne la laissait pas faire son travail concernant la sécurité alimentaire. Elle désirait faire son travail. Elle a donc été harcelée. Elle se bat pour l'éthique. C'est une héroïne des temps modernes et elle mérite notre large soutien. Nestlé a, pour sa part, porté plainte contre elle pour divulgation de "secret professionnel". Et des sales petits secrets, il y en a beaucoup chez Nestlé. Plus ici .http://www.lacite.info/dans-les-coulisses-dune-plainte-pour-harcelement-contre-nestle/

more...
Mehdi BH's comment, September 12, 2013 5:13 AM
Juan Carlos, le lien est mal construit : Il devrait être comme ceci :http://www.lacite.info/dans-les-coulisses-dune-plainte-pour-harcelement-contre-nestle/
Juan Carlos Hernandez's comment, September 12, 2013 5:18 AM
merci de me l'avoir signalé .. triste néamoins que tu sois le premier à me le signaler car ceci est en ligne depuis de nombreux mois ;-(
Mehdi BH's comment, September 17, 2013 9:25 AM
Effectivement....
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

#Ukraine: Quand à Kherson on évoque #Hitler Le 30/06/2015 [sous-titres fr.] - YouTube #nazisme #Russie

#Ukraine: Quand à Kherson on évoque #Hitler Le 30/06/2015 [sous-titres fr.] - YouTube #nazisme #Russie

joutée le 2 juil. 2015

Ukraine, Kherson. 30 juin 2015, 74 ans après qu'à Lvov, l'Organisation des nationalistes ukrainiens [OUN], sous la direction de Stepan Bandera, eût proclamé la formation de l'État ukrainien en s'alliant à Hitler.

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

Les #médias libres et inventifs tissent des solidarités

Les #médias libres et inventifs tissent des solidarités | Infos en français | Scoop.it

Les #médias libres et inventifs tissent des solidarités


Ces médias ne sont pas possédés par LVMH, Dassault ou Lagardère. Ils s’appellent Lutopik, Side-ways, le Ravi, Reporterre, Silence, Tv Bruits, le Lot en Action, L’Âge de faire. Et tant d’autres que Basta ! vous fait découvrir en republiant certains de leurs reportages. Il y a trois semaines, nous étions rassemblés à Meymac, en Corrèze, pour les Rencontres nationales des médias libres. Où, face à un contexte économique difficile, nous avons tenté de nous organiser et de tisser des solidarités. Nous relayons l’appel final de ces rencontres.

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

Pays riche et vieillissant, adepte de l’austérité, cherche infirmier européen pauvre pour emploi au rabais #santé

Pays riche et vieillissant, adepte de l’austérité, cherche infirmier européen pauvre pour emploi au rabais #santé | Infos en français | Scoop.it


Pays riche et vieillissant, adepte de l’austérité, cherche infirmier européen pauvre pour emploi au rabais #santé

Avec une population vieillissante, l’Allemagne manque cruellement de main d’œuvre, en particulier pour travailler dans le secteur de la santé. Hôpitaux, cliniques, maisons de retraites et structures de soins à domicile recrutent massivement. Heureuse coïncidence : les agences de recrutement disposent d’un vivier d’infirmiers venus de l’est et du sud de l’Europe. Des personnels soignants souvent très qualifiés qui cherchent à échapper à l’austérité ou à la pauvreté. Mais entre des salaires bas, des contrats de travail aux clauses abusives et l’absence de droits sociaux, l’Allemagne n’est pas un eldorado. Loin de là.

« Nous ne pouvons pas vous offrir un pays de cocagne en Allemagne, parce que cela n’existe pas ! ». Cette phrase, aux allures de slogan hostile aux migrants, figure sur un avenant au contrat de travail. Un contrat que s’apprêtent de signer des infirmiers bulgares recrutés par une agence d’intérim allemande. Les futurs soignants sont prévenus : « En Allemagne, tout est tourné vers une société de la performance. Cela signifie que l’on doit fournir chaque jour 100 % de ses capacités », est-il inscrit en gras. Les autres clauses du contrat de travail ne sont guère plus avenantes. L’employé devra payer des sanctions financières de 3000 à 5000 euros s’il divulgue à un tiers ses conditions d’emploi et de formation, ou s’il rompt le contrat avant la première année de l’embauche. Cette « amende » sera immédiatement exigible et encaissée par une firme de recouvrement bulgare.

« Ces clauses sont nulles, elles n’ont pas de valeur légale », souligne pourtant Vladimir Bogoeski, conseiller auprès de la confédération syndicale allemande DGB (Deutscher Gewerkschaftsbund). Dans le cadre du projet e(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

Le gouvernement grec est intransigeant et irresponsable (rien que ça...) - 6 mn #EnfumageMediatique #Grèce

Le gouvernement grec est intransigeant et irresponsable (rien que ça...) - 6 mn #EnfumageMediatique #Grèce


Grèce ou marre de l’enfumage médiatique »

On entend à longueur de journée que le gouvernement grec est intransigeant et irresponsable. Christine Lagarde aimerait « pouvoir discuter avec des adultes »... Petit rappel des faits avec un peu de légèreté

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

#OmarBarghouti : « Face à #israel, la #France est hypocrite » #BDS #Boycottisrael - Le Monde

#OmarBarghouti : « Face à #israel, la #France est hypocrite » #BDS #Boycottisrael - Le Monde | Infos en français | Scoop.it

#OmarBarghouti : « Face à #israel, la #France est hypocrite » #BDS #Boycottisrael - Le Monde


Omar Barghouti, militant palestinien des droits de l’homme et cofondateur du mouvement BDS, prône le boycottage des entreprises opérant dans les colonies. Il répond aux questions de la journaliste israélienne Nirit Ben-Ari.
more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

#GuyMettan : « #Russie : l’attitude des intellectuels français ? Une énorme déception » #France #Atlantisme

#GuyMettan : « #Russie : l’attitude des intellectuels français ? Une énorme déception » #France #Atlantisme | Infos en français | Scoop.it

#GuyMettan : « #Russie : l’attitude des intellectuels français ? Une énorme déception » #France #Atlantisme

 

Homme politique et journaliste suisse – détenteur également de la nationalité russe-, Guy Mettan vient de publier aux éditions des Syrtes Russie-Occident, une guerre de mille ans. Une enquête sur la russophobie occidentale qui trouve sa source, selon l’auteur, dans l’action de Charlemagne et le schisme qui a suivi, deux siècles plus tard. Depuis, rien n’a changé et la Russie est toujours regardée par les Occidentaux d’un œil méfiant et suspectée des pires crimes, même lorsqu’elle est innocente.

Dans quel contexte avez-vous écrit ce livre ?
Je dispose de la double nationalité suisse et russe depuis quelques années, ce qui m’a rendu plus attentif à la manière dont la presse occidentale parlait de ce pays. Et comme mon domaine d’activité est précisément le journalisme, j’ai voulu écrire sur ce sujet. A savoir que mes confrères tordent la réalité russe ou la présentent systématiquement de manière biaisée. Cette façon de procéder n’est pas conforme aux standards journalistiques. Mon livre a vocation à rétablir certaines vérités.

Cette manière de traiter la Russie est-elle équivalente en Suisse et en France ?
En France, c’est pire ! La presse française ne remplit pas sa mission d’information. Elle cite toujours les mêmes sources, ne confronte jamais les opinions et, dans le cas de la Russie, ne donne jamais la parole à ceux qui défendent la position russe. Cela m’avait particulièrement marqué lors des JO de Sotchi. C’était un russian-bashing terrible alors que la Russie, qui avait payé de sa poche tous les investissements nécessaire à l’organisation de ces JO, n’avait rien à se reprocher ! Cela n’a pas empêché les Occidentaux de l’accuser de tous les maux de la terre : soi-disant déplacements de populations, soi-disant répression de militants LGBT. Puis la couverture médiatique occidentale et particulièrement française des récents événements en Ukraine m’ont tellement agacé que cela a fini par me convaincre de la nécessité d’écrire ce livre.

L’objet de votre livre est de dénoncer cette russophobie ?
Je suis parti de la situation actuelle et j’ai pris quatre exemples contemporains où, bien que la Russie ne soit absolument pas en cause, elle a été jugée coupable. D’abord, l’affaire du crash d’Uberlingen en 2002 où un avion russe Tupolev) et un Boeing de la compagnie DHL sont entrés en collision. On a accusé tout de suite le pilote russe d’être responsable de l’accident, arguant qu’il avait trop bu ou qu’il ne parlait pas anglais etc. Des accusations sans aucune analyse ! 48 heures après, l’enquête a démontré qu’il s’agissait d’une erreur des aiguilleurs du ciel suisse de Zurich. Même chose, en 2004, avec la tragédie de Beslan. 1 000 enfants sont alors pris en otage par des Tchétchènes. Qui est accusé ? Les Russes ! Imaginez si l’on avait accusé les Américains d’être responsables du 11 septembre… Autre illustration : la Géorgie en 2008. Toutes les enquêtes, même celles du Conseil de l’Europe, pourtant pas pro-russe, ont montré que ce sont les Géorgiens qui ont attaqué les premiers. Ce qui n’empêche pas les grands journaux nationaux, aujourd’hui encore, sous la plume de journalistes en principe qualifiés, d’expliquer que c’est un coup des Russes ! Un mensonge éhonté, une nouvelle fois.

Comment expliquer cette mise en accusation permanente des Russes ?
Une grande partie du livre est, justement, une enquête historique. Mon objectif était de chercher les causes de la russophobie dans l’histoire. Je suis remonté jusqu’à Charlemagne. C’est la première rivalité géopolitique entre l’Occident et le monde greco-oriental. Ensuite, la rupture s’est poursuivie sur le plan religieux avec le schisme de 1054 et la naissance du Saint Empire Romain Germanique. Après la chute de Constantinople, quand la Russie a repris à son compte l’héritage byzantin, les préjugés anti-grecs se sont transférés sur la Russie. Il faut attendre le XVIIIe siècle, sous Pierre Le Grand, pour entrevoir des moments de russophilie, avec notamment Voltaire ou Diderot… Mais dès la fin du siècle, une nouvelle forme de russophobie se développe en France avec Montesquieu… Elle s’est caractérisée par la rédaction d’un faux testament de Pierre Le Grand, que Napoléon a refait imprimer juste avant la campagne de Russie pour légitimer son intervention militaire. Il y était écrit que les Russes projetaient une invasion et une annexion de l’Europe.

La Russie n’est-elle donc qu’un bouc-émissaire ?
On reproche à la Russie son manque de démocratie… Pourtant, aujourd’hui comme hier, les Anglais ou les Américains ne se sont jamais interdits de s’allier avec les pires despotes de la planète ! Que l’on pense aux sultans de l’empire ottoman ou aux émirs d’Arabie Saoudite de nos jours. Faut-il rappeler qu’il y a eu cent décapitations chez les Saoudites au premier semestre 2015 ? Combien en Russie ? A-t-on entendu Obama s’indigner ? On a ainsi affaire à un double langage des Occidentaux, qui utilisent la démocratie comme un prétexte.

Derrière ce double langage, faut-il y voir une peur du réveil russe ?
Du point de vue géopolitique, les Russes sont les concurrents directs des Anglo-saxons pour la maîtrise du monde. D’où l’interventionnisme des Américains au sein de l’Union européenne pour déstabiliser la Russie. C’est écrit noir sur blanc chez Zbigniew Brzeziński, l’un des plus influents géopoliticiens américain : la Russie est un obstacle pour les ambitions américaines. Dès lors, les événements d’Ukraine apparaissent sous un jour différent ! Les stratèges américains n’ont pas beaucoup de scrupules.

Et en France, pourquoi ce sentiment anti-russe ?
C’est une énorme déception que de voir l’attitude des intellectuels français. De Gaulle avait compris que la force de la France reposait sur le maintien des équilibres entre l’Europe et les États-Unis en s’appuyant, si nécessaire, sur la Russie. En entrant dans l’Otan, elle a abdiqué toute autonomie et indépendance de pensée. Je suis frappé de voir à quel point ce pays, qui est le seul en Europe à pouvoir faire contrepoids à l’Allemagne, n’existe presque plus sur la scène internationale. Elle pourrait pourtant retrouver son influence en tendant intelligemment la main à la Russie.

Par Grégoire Arnould 29 juin 2015

Russie-Occident, une guerre de mille ans, de Guy Mettan, éditions des Syrtes, 472p., 20 euros.

Source: http://www.politiquemagazine.fr/guy-mettan-russie-lattitude-des-intellectuels-francais-une-enorme-deception/

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

#CostaGavras : «#Tsipras fait tout pour tenir ses promesses»

#CostaGavras : «#Tsipras fait tout pour tenir ses promesses» | Infos en français | Scoop.it

#CostaGavras : «#Tsipras fait tout pour tenir ses promesses»


VIDEO - Au micro de Léa Salamé jeudi matin, le cinéaste s'est exprimé sur la crise que traverse son pays d'origine, défendant notamment l'action de son premier ministre.
more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

Schizophrénie d’État : l’Observatoire des multinationales publie le « véritable bilan annuel » d’#EDF

Schizophrénie d’État : l’Observatoire des multinationales publie le « véritable bilan annuel » d’#EDF

Publié le : 2 juillet 2015

Après ceux sur Total et Engie, l’Observatoire des multinationales publie un nouveau contre-rapport annuel sur EDF. Près de 70 ans après sa création, on a bien du mal à reconnaître l’ancien service public national de l’énergie et les valeurs qu’il incarne. Qu’il s’agisse de fiscalité, de droits des travailleurs ou d’environnement, quelle entreprise illustre mieux qu’EDF la schizophrénie de l’État actionnaire ?

* Une entreprise encore formellement publique (dont l’État détient 84% des actions) qui distribue des quantités disproportionnées de dividendes et se trouve accusée régulièrement d’optimisation fiscale. Et qui s’oppose à la volonté expresse du gouvernement de réduire la part du nucléaire en France et de fermer la centrale Fessenheim.

* Un ancien service public de l’énergie qui milite activement pour de nouvelles hausses de tarifs, alors que le prix de l’énergie a explosé depuis dix ans et que 5 millions de Français sont touchés par la précarité énergétique. Et qui cherche à étendre ses activités à l’étranger, où elle se comporte comme une multinationale « comme les autres ».

* Une entreprise récemment choisie par le gouvernement français comme sponsor de la Conférence internationale sur le climat qui se tiendra à Paris en décembre 2015, alors qu’elle continue à investir dans le charbon et d’autres sources fossiles dans le monde. Et qui s’arc-boute sur la défense du nucléaire et la prolongation de la durée de vie de ses centrales vieillissantes, tout en s’opposant aux énergies renouvelables et aux économies d’énergie en France.

Ce sont quelques-unes des contradictions troublantes que l’Observatoire des multinationales m(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

Les Guignols menacés : derrière #Bolloré, l'ombre de #Sarkozy #medias #censure

Les Guignols menacés : derrière #Bolloré, l'ombre de #Sarkozy #medias #censure | Infos en français | Scoop.it


Les Guignols menacés : derrière #Bolloré, l'ombre de #Sarkozy #medias #censure

Les Guignols sont sur la sellette et la direction de Canal+ n'y est pour rien. C'est Vincent Bolloré, propriétaire de la chaîne, qui veut faire la peau aux marionnettes... qui déplaisent tant à son bon ami Nicolas Sarkozy.

Vincent Bolloré a décidé de faire la peau des "Guignols". Aux patrons de Canal+, il a très clairement déclaré :

La question des 'Guignols', vous me la réglez ! Faut s'en débarrasser !"

Sans donner de raison. Et pour cause, aucun motif éditorial ne peut être invoqué. La raison est ailleurs : Vincent Bolloré, patron de Vivendi, agit-il en service commandé (ou de son propre chef) au nom d'une raison bien supérieure qu'il faut chercher du côté de Nicolas Sarkozy ? 

Tous ceux qui approchent le futur candidat à la présidentielle n'en reviennent pas : il est en boucle sur le sujet des "Guignols", ce programme "ringard", cette émission "de merde". Après lui avoir prêté son yacht au lendemain de son élection de 2007, voilà donc son grand ami Vincent Bolloré à la manœuvre pour le débarrasser de ces importuns alors qu'approche la séquence présidentielle.

Le patron, c'est Bolloré

Les 24 heures qui viennent vont être décisives. La question sera forcément abordée lors du comité d'entreprise qui aura lieu demain et se tiendra exactement à la même heure que... La crémation du père des "Guignols", Alain De Greef. Ca ne s'invente pas !

Pour les Guignols, qui ont inventé les sketches de la World Company, la réalité est en train de rejoindre la fiction. Pour exprimer sa réprobation, Pierre Lescure, ancien président de Canal+, a démissionné, hier soir, du conseil d’administration d’Havas, autre entreprise de la sphère Bolloré.

Une première réunion entre Vincent Bolloré et Rodolphe Belmer, directeur général du groupe Canal+, il y a une quinzaine de jours, a tourné court. Peu après, Bolloré a croisé Maxime Saada, directeur général adjoint, dans un couloir : "Au fait, la question des 'Guignols', vous me la réglez ! Faut s’en débarrasser". Face à sa mine interloquée, Vincent Bolloré lui a signifié que le patron, c’est bien lui.

Le dernier weekend a été tendu. Hier, Rodolphe Belmer est remonté à l’attaque avec un argumentaire béton et en mettant sa démission dans la balance. Pour le moment, Bertrand Méheut, président du groupe Canal+, est resté très discret vis-à-vis des équipes mais il aurait, lui aussi, tenté de convaincre Bolloré de renoncer. Il le sait, toucher à ce symbole revient à déchirer le contrat moral et commercial avec les abonnés.

Des signes avant-coureurs

A première vue, rien ne laissait présager que le big boss allait se transformer en Monsieur Guillotin. C'est très sereinement que l'équipe s'est préparée aux vacances. Après avoir mis "en boîte"' tout un été de best-of des "Guignols". Et après avoir bouclé l’achat de la société d’Alain Duverne qui a créé les marionnettes en latex. Canal a ainsi récupéré tous les moules. Trois mois de travaux ont été nécessaires pour agrandir les bâtiments et intégrer cette société. L’ensemble a été inauguré, il y a quelques jours, en présence de la directrice des ressources humaines du groupe Canal.

Rien ne laissait présager. Vraiment ? Interrogé sur "l'esprit Canal" en février, sur France Inter, Vincent Bolloré avait pourtant lâché :

[Il y a] parfois, un peu trop de dérision. Je préfère quand ils sont plus dans la découverte que dans la dérision. Parce que parfois, c'est un peu blessant ou désagréable. Je trouve que se moquer de soi-même, c'est bien. Se moquer des autres, c'est moins bien."

Autre indice : il avait en douce proposé à quelques humoristes de se produire sur la chaîne à 20 heures, heure des "Guignols".

Le trou dans le barrage

Vincent Bolloré a deux énormes problèmes à résoudre : le modèle économique de Canal+ et le cas du "Grand Journal" qui a cessé d’être "the place to be". Régulièrement, "C à vous", piloté par Anne-Sophie Lapix, sur France 5, fait jeu égal avec le talk-show de Canal+. Approchée pour rejoindre "Le Grand Journal", Anne Sophie Lapix l'a exécuté d'une formule cruelle en pointant le peu d'appétence qu'il suscite aujourd'hui :

Canal cherche quelqu’un et ce n’est pas simple (...). Ce serait incohérent pour moi de quitter ‘C à vous’ qui marche bien, qui progresse, pour aller sur une émission qui, pour le coup, est en pleine reconstruction et qui est à un autre moment de son cycle."

Et vlan !

Vincent Bolloré regarde le sujet de très près. Il ne comprend pas que les clefs du "Grand Journal" aient été laissées à la même société de production sans remise en concurrence. Et il voudrait installer à sa tête Maïtera Biraben qui conduit, aujourd’hui, "Le Supplément". A l’inverse, loin d’être un problème, "Les Guignols" ont toujours leur public.

Même si "Les Guignols" étaient finalement sauvés, cet épisode met en lumière des conceptions éditoriales complètement opposées. "C’est le trou dans le barrage. Après, tout le barrage risque de s’écrouler", dit un salarié de Canal. Et côté politique, ses vacances sur le yacht de Bolloré ont collé à l’image de Sarkozy pendant tout son quinquennat. En arrêtant "Les Guignols" l’ami Vincent desservirait Sarkozy de la même manière.

Véronique Groussard


more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

«Le sang des migrants» apparaît dans des fontaines allemandes - YouTube #Berlin #exils


La barque est loin d''être pleine ... soyons généreux, accueillons un maximum de réfugiés. C'est la moindre et faire preuve d' HUMANITE


«Le sang des migrants» apparaît dans des fontaines allemandes - YouTube #Berlin  #exils

De l’eau rouge-sang a été vue dans plusieurs fontaines de Berlin le 1 juillet attirant l’attention des habitants et des touristes. Parmi d'autres, la fontaine Weltkugelbrunnen à Berlin, une des fontaines de la capitale allemande a coulé rouge le 1 juillet. Des activistes inconnus ont en effet teint l'eau aux couleur du sang symbolisant les migrants morts en essayant d'entrer dans l'UE.

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

interview 22 mn #ThierryCoville, chercheur à l’#IRIS, spécialiste de l’#Iran 01.07.2015 - #nucléaire

interview 22 mn #ThierryCoville, chercheur à l’#IRIS, spécialiste de l’#Iran 01.07.2015 - #nucléaire | Infos en français | Scoop.it

interview 22 mn #ThierryCoville, chercheur à l’#IRIS, spécialiste de l’#Iran 01.07.2015 -#nucléaire

Le nucléaire iranien est l'autre grand dossier brûlant du moment aux côtés de la Grèce. Et là aussi, la date butoir du 30 juin fixée pour un accord a été dépassée. Après un marathon diplomatique de plus de 20 mois, les puissances du groupe 5+1 et l'Iran se donnent jusqu'au 7 juillet pour parvenir à un accord global. Y parviendra-t-on? Spécialiste de l'Iran, Thierry Coville est chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) à Paris.

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

Référendum #Grèce:les éditocrates (@jmapathie @quatremer @arleparmentier) #ChiensdeGarde se lâchent sur #Twitter

Référendum #Grèce:les éditocrates (@jmapathie @quatremer @arleparmentier) #ChiensdeGarde se lâchent sur #Twitter | Infos en français | Scoop.it

Référendum #Grèce:les éditocrates (@jmapathie @quatremer @arleparmentier) #ChiensdeGarde se lâchent sur #Twitter

par Julien Salingue

(..)Démonstration avec les tweets de trois d’entre eux (Jean-Michel Aphatie, Arnaud Leparmentier et Jean Quatremer), exemples exemplaires de la tendance de certains « grands » journalistes à abandonner toute volonté d’informer avec rigueur et à oublier tout sens de la mesure lorsque les choses ne se passent pas comme ils l’auraient souhaité...(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

The Most Repressive Points Of #Spain’s New Gag Law (fortunately soon #Podemos, if elected, will cancel this sh... law)

The Most Repressive Points Of #Spain’s New Gag Law (fortunately soon #Podemos, if elected, will cancel this sh... law) | Infos en français | Scoop.it


The Most Repressive Points Of #Spain’s New Gag Law (fortunately soon #Podemos, if elected, will cancel this sh... law)

Its many detractors complain that the new "gag law" harks back to the repressive days of the Franco regime. Here are a list of its most controversial points.

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

Ces pays vendeurs d’#armes qui profitent bien de l’instabilité du monde et du regain des tensions

Ces pays vendeurs d’#armes qui profitent bien de l’instabilité du monde et du regain des tensions | Infos en français | Scoop.it


Ces pays vendeurs d’#armes qui profitent bien de l’instabilité du monde et du regain des tensions

Les exportations d’armes tricolores se portent au mieux. La France est le cinquième pays vendeur d’armes au monde et l’un des principaux fournisseurs des émirats et dictatures du Moyen-Orient. Un état de fait qui suscite à peine le débat, alors que le Parlement est censé contrôler le respect d’un minimum de critères encadrant ces exportations sensibles. Pire, le gouvernement français se féliciterait presque du regain des « tensions internationales », qui dynamise le complexe militaro-industriel. La France n’est pas une exception en Europe où plusieurs fabricants d’armes sont sous le feu des critiques, comme en Allemagne qui, malgré l’austérité, a allègrement vendu ses équipements à la Grèce. Un premier Traité international sur le commerce des armes doit cependant entrer en vigueur sous l’égide de l’Onu. Enquête et cartes interactives.

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

#Venezuela #autogestion1200 salariés, pas de patron et aucune hiérarchie : les secrets de la coopérative# Cecosesola

#Venezuela #autogestion1200 salariés, pas de patron et aucune hiérarchie : les secrets de la coopérative# Cecosesola | Infos en français | Scoop.it

#Venezuela #autogestion1200 salariés, pas de patron et aucune hiérarchie : les secrets de la coopérative# Cecosesola


Des supermarchés, un hôpital, des productions agricoles, des services d’épargne… La coopérative vénézuelienne Cecosesola propose ses services à des dizaines de milliers de personnes et des prix très abordables. L’entreprise fonctionne sans hiérarchie ni patron. Son secret : l’autogestion intégrale et un fonctionnement horizontal permanent. Une initiative présentée dans un webdocumentaire, « Poder sin poder, l’autogestion au quotidien », qui nous emmène à la rencontre de douze projets radicalement démocratiques, en Espagne, en Argentine et au Venezuela.

Cecocesola est un groupement de coopératives qui propose à la communauté de la ville de Barquisimeto – un bon million d’habitants – plusieurs services à des prix très accessibles. Ils disposent de plusieurs supermarchés (ferias), d’un hôpital, d’un funérarium, d’un servi(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

En #Espagne, #austérité et #privatisations détruisent le système de #santé publique et nuisent à la qualité des soins

En #Espagne, #austérité et #privatisations détruisent le système de #santé publique et nuisent à la qualité des soins | Infos en français | Scoop.it


ma mère , paix à son âme, en sait quelque chose ..


En #Espagne, #austérité et #privatisations détruisent le système de #santé publique et nuisent à la qualité des soins

En Espagne, la politique d’austérité s’est traduite par des coupes budgétaires et des suppressions de postes massives dans les hôpitaux et les dispensaires publics. Aux dépens du personnel soignant, maltraité par une organisation du travail dégradé, et des patients, victimes de délais d’attente à rallonge et de négligences médicales en hausse. Le secteur privé profite, lui, d’une hausse des deniers publics, et de la privatisation rampante des hôpitaux. Les fortes mobilisations syndicales et citoyennes, ainsi que la victoire du nouveau parti de gauche Podemos à Madrid, ont pour l’instant mis un coup d’arrêt à cette destruction programmée du système de soins publics et universels. Enquête.

Le spectacle n’est pas très flatteur pour la direction de l’établissement hospitalier. Des lits sont entassés en quinconce dans les couloirs et dans les chambres individuelles. Les issues de secours sont bloquées et le travail du personnel soignant entravé. Avec l’augmentation des maladies hivernales, le service est rapidement saturé. La plupart des patients sont des personnes âgées, demandant une attention particuliers. L’exiguïté interdit toute intimité. Pendant que l’on vide les flacons d’urine de certains, on sert le repas à d’autres. L’odeur ambiante est désagréable. La tension entre le personnel soignant est palpable. Le service des urgences l’Hôpital 12 de Octubre, au sud de Madrid, semble au bord du burn out.

« Je n’en peux plus ! », soupire une infirmière tout en réalisant une prise de sang sur une vieille dame. L’infirmière est aphone, malade elle aussi, mais dans l’impossibilité de prendre un congé. Si elle le fait, sa charge de travail se répercutera immédiatement sur l’une de ses collègues. « Le personnel absent n’est pas remplacé », nous explique sa collègue. « Et puis il y a aussi de nouvelles sanctions économiques. »

« La saturation des urgences est devenue permanente »

En 2012, le gouvernement de Mariano Rajoy (Parti populaire, droite), a modifié le régime des indemnités journalières versées aux fonctionnaires de l’État en cas d’arrêt de travail pour les maladies et les accidents non-professionnels. Une infirmière voit ainsi ses indemnités réduites de 75% à partir du quatrième jour d’absence et jusqu’à 100% à compter du vingt-et-unième. L’infirmière enrouée ne décolère pas : « Comment voulez-vous que je récupère en étant constamment en contact avec des gens malades ? Sans compter que je dois à mon tour faire attention de ne contaminer personne. »

Ces scènes inquiétantes se banalisent. Dans un autre hôpital public de Madrid, le Clínico San Carlos, la saturation des urgences a forcé l’hôpital à annuler des interventions chirurgicales programmées de longue date afin de libérer des lits et du personnel. Quelques mois plus tôt, le personnel des urgences de l’hôpital madrilène La Paz dénonçait les graves carences (..)

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

Une loi pour museler la population en #Espagne - 6 mn - France Culture #dictature #néofranquisme

Une loi pour museler la population en #Espagne - 6 mn   - France Culture #dictature #néofranquisme | Infos en français | Scoop.it

Une loi pour museler la population en #Espagne - 6 mn   - France Culture #dictature #néofranquisme

Une nouvelle loi sécuritaire, qui encadre le droit de manifester, est entrée en vigueur hier en Espagne hier. Elle prévoit notamment des amendes allant jusqu'à 600.000 euros pour certaines manifestations non autorisées. Ses détracteurs y voient une atteinte aux libertés les plus fondamentales.

Dans quel pays imaginez-vous que l’on puisse promulguer une loi pour museler la population ? Certainement pas l’Espagne. Et pourtant. Hier, la loi dite de sécurité citoyenne est entrée en vigueur. Cette loi, qui a pour but de garantir l’ordre vise, notamment, les manifestations et les réunions publiques. Et c'est la raison pour laquelle l’opposition, mais aussi plusieurs associations et même l’ONU dénoncent aujourd'hui une atteinte aux libertés les plus fondamentales. Ils ont même rebaptisé cette loi, "loi bâillon", car disent-ils, désormais les citoyens ne pourront plus exprimer dans la rue des idées allant à l’encontre de celles de la classe politique dominante.

 

De quoi s'agit-il ? Le texte comprend 45 infractions, peut-on lire sur le site de la RTBF. Les manifestations devant le parlement et autres bâtiments officiels sont notamment classées parmi les infractions les plus graves. Ainsi, le fait de protester face au Sénat, devant la Chambre nationale des députés ou tout Parlement régional pourra être puni de 30 000 euros d'amende. Idem si vous refusez de décliner votre identité à un agent des forces de l'ordre. Si vous photographiez un policier en service pendant une manifestation, il vous en coûtera jusqu'à 600 euros Et puis si vous êtes à l’origine de l’organisation d’une activité festive, dans un endroit proscrit par les autorités (par exemple les réseaux de transport), la contravention peut monter jusqu’à 600 000 euros.

 

Pour ses détracteurs, cette loi ne serait en réalité qu’un moyen, à peine déguisé, de juguler toutes les tentatives de protester contre la politique de rigueur, mise en place par le parti conservateur. Et de fait, c'est vrai qu'en se réappropriant l’espace public, les manifestants ont mis à rude épreuve le pouvoir. Avec la crise économique, des mouvements sociaux ont commencé à se consolider, la protestation sociale s’est généralisée. De ces mouvements sont même nées des formations politiques, comme Podemos, qui forment désormais partie de l'échiquier politique espagnol. En clair, le paysage politique est en train de changer, écrit la directrice adjointe du quotidien EL MUNDO. Ou dit autrement, au travers de cette loi, le gouvernement veut taire la contestation et empêcher que d’autres forces politiques émergent. Et pour ce faire, il est indispensable non seulement de limiter le droit de manifester, mais aussi le droit de relayer les informations concernant l'action citoyenne. Les témoins de brutalité policière, par exemple, ne pourront plus en rendre compte. Et pourtant, rappelle la journaliste, nous avons tous en tête les images enregistrées par des citoyens pendant des rassemblements, qui mettaient en lumière les agissements de la police. Or avec cette nouvelle loi ce ne sera plus possible. En clair, pour les détracteurs de la loi, nous ne pourrons plus être nous-mêmes et nous ne pourrons plus désormais penser librement. Car la pensée libre est liée à la possibilité de se réunir pour parler, s’exprimer dans les places, dans les marchés, dans les rues.

 

Le texte est même tellement ambiguë que tout et n’importe quoi peut désormais tomber sur le coup de cette loi. Si vous relayez l’information sur une manifestation ou si vous retweetez simplement une information, vous pouvez être considéré comme l’organisateur de ce rassemblement et donc être fautif. En clair, cette loi vise toutes les nouvelles formes de contestations qui se jouent sur les réseaux sociaux. Et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle, il y a déjà quelques semaines, le collectif "Hologrammes pour la liberté" avait projeté sur la place des Cortes (où se trouve l'Assemblée nationale), des centaines d’images en 3D représentant des manifestants. Une manière de signifier que ce sera désormais la seule façon de manifester en Espagne, sans être inquiété par la police.

 

Et puis ce n'est pas tout, car l’entrée en vigueur de cette loi va également de pair avec une double modification du code pénal, lequel entraîne un glissement de la sphère judiciaire à la sphère administrative. En clair, si lors d’un rassemblement, un manifestant était interpellé et mis en garde à vue, il était jusqu'à présent présenté à un juge. Et dans la plupart des cas, ce dernier considérait que l’action du citoyen relevait de la liberté d’expression. Or avec ce nouveau dispositif, le citoyen est éloigné du pouvoir judiciaire. C’est l’administratif qui prendra désormais le relais. En d'autres termes, une fois que le citoyen aura reçu sa contravention, il lui sera plus difficile de la contester. C’est donc la police qui aura désormais le dernier mot, précise à son tour la responsable des enquêtes chez Amnesty international en Espagne.

 

Interrogé par PUBLICO, un juge ne dit pas autre chose : il estime que cette loi n’a rien à voir avec la sécurité des citoyens. C’est une loi sécuritaire du gouvernement qui fait face à la contestation citoyenne, dit-il, avant d’ajouter : le citoyen est devenu l’ennemi. D'où la conclusion signée cette fois-ci d'un bloggeur hébergé toujours sur le portail de gauche PUBLICO : c'est un triste jour pour la démocratie. Il s'agit d'une régression aussi dure qu'inutile au niveau de la lutte douloureuse que nous avons menée. La démocratie a perdu de sa vigueur. Et nous voilà désormais renvoyés à un passé que nous n'avons pas encore complètement oublié ; à l'époque de la main de fer, de la peur instrumentalisée comme arme politique et de la primauté de l'ordre sur toute divergence.

Par Thomas CLUZEL

Thème(s) : Information| Europe

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

Tanks, tirs et brisures : les victimes juives presque oubliées de la guerre d’#Ukraine - #Donbass

Tanks, tirs et brisures : les victimes juives presque oubliées de la guerre d’#Ukraine - #Donbass | Infos en français | Scoop.it


Tanks, tirs et brisures : les victimes juives presque oubliées de la guerre d’#Ukraine - #Donbass

Un an après que de violents combats ont englouti la région, le Times of Israel rend visite à la communauté juive de Zaporozhye

(...)

Alors que Galina est occupée à servir des mets marinés et à exhiber ses compétences en broderie, Alexander, ancien chauffeur de taxi né en Crimée, parle politique. Il se plaint que l’armée ukrainienne prenne son fils au combat, et défend l’annexion de la Crimée par la Russie.

« C’était autrefois un seul pays », dit-il. Ce serait formidable si l’ère soviétique revenait, se souvient-il. « Mais cela n’arrivera pas. »

Se sent-il russe, ukrainien, juif ? « Je suis un internationaliste », répond-il.(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

Le #FMI "formait" des #journalistes grecs pour présenter le fonds sous "un jour favorable" #Grèce

Le #FMI "formait" des #journalistes grecs pour présenter le fonds sous "un jour favorable" #Grèce | Infos en français | Scoop.it

Le #FMI "formait" des #journalistes grecs pour présenter le fonds sous "un jour favorable" #Grèce


L’ancien représentant de la Grèce au FMI, Panagiotis Roumeliotis, a révélé lors de son audition au comité de la dette, que des journalistes grecs ont assisté à des séminaires financés par le FMI et étaient invités à présenter le FMI sous un jour favorable. Le directeur du département Communication du FMI Gerry Rice l’a démenti dans une lettre.

« Le FMI a formé » des journalistes grecs afin qu’ils puissent « promouvoir les positions du FMI et de la Commission Européenne dans les médias grecs« 

Selon Roumeliotis, les séminaires et cours de formation ont eu lieu à Washington DC, ainsi que diverses sessions qui se sont tenues en Grèce. Il a ainsi expliqué que c’est lors de la rencontre de journalistes à Washington qu’ils lui ont dit qu’ils étaient invités par le FMI pour participer à ces séminaires.

Roumeliotis a cependant refusé de divulguer les noms des journalistes impliqués, mais a indiqué que le comité pouvait demander la liste au Directeur de la Communication de l’organisation, Gerry Rice.

La présidente du Parlement, Zoe Konstantopoulou, a immédiatement adopté cette proposition et a nommé un membre du comité chargé de rédiger les actes de procédure.

Roumeliotis a également révélé que « Christine Lagarde et d’autres hauts fonctionnaires du FMI m’ont contacté avant mon témoignage devant le comité pour me rappeler que les membres du FMI bénéficient de l’immunité pour leurs actes« .

Lors de l’audition de l’ancien représentant de la Grèce au FMI, la présidente du Parlement et du Comité, Zoe Konstantopoulou a également déclaré : « En Grèce, certaines personnes qui travaillent pour les médias de masse dissimulaient le fait que la dette grecque n’était pas viable« , faisant une référence spécifique au journaliste Y. Pretenderis qui l’avait évoqué dans son livre.

Mise à jour (20/06/2015) : les propos de P. Roumeliotis ont été démentis par le directeur du département Communication du FMI Gerry Rice (voir le document PDF ici).

En réponse, le ministre Terens-Nikolaos Quick a indiqué sur twitter que « la réponse comporte des lacunes » et qu’il souhaitait « les noms et les dates ». Il a d’ailleurs indiqué qu’il les « demandera ».

A suivre…

Source: http://www.okeanews.fr/20150619-le-fmi-formait-des-journalistes-grecs-pour-presenter-le-fonds-sous-un-jour-favorable

more...
No comment yet.
Rescooped by Juan Carlos Hernandez from News in english
Scoop.it!

#Liban #LGBT : Détenu et battu pendant 3 semaines pr #homosexualité & 1 test de drogue négatif #Lebanon #HumanRights

#Liban #LGBT : Détenu et battu pendant 3 semaines pr #homosexualité & 1 test de drogue négatif #Lebanon #HumanRights | Infos en français | Scoop.it

#Liban #LGBT : Détenu et battu pendant 3 semaines pr #homosexualité & 1 test de drogue négatif #Lebanon #HumanRights

Droits de l’homme

« Les gendarmes ont sorti mon ami de sa cellule, l'ont menotté aux pieds et aux mains, et ont commencé à lui asséner des coups. Ils l'ont violemment frappé avant d'appeler ses parents pour leur dire que leur fils était gay. »

Il y a quelques jours, le monde célébrait la Journée mondiale contre la torture, alors qu'au Liban, les appels fusaient de partout pour mettre fin à cette pratique qualifiée par l'Onu de « systématique » et d' « inquiétante ». La publication de vidéos montrant la torture de détenus dans la prison de Roumieh avait, pour rappel, mobilisé l'opinion publique, choquée de voir de telles images dont elle aurait pourtant dû se douter. La torture dans les prisons et les postes de police n'est pas en effet chose nouvelle au Liban. C'est d'ailleurs ce que vient rappeler une déplorable affaire survenue il y a trois semaines... Une affaire qui remet sur le tapis le droit des citoyens à une vie privée et à une liberté d'orientation sexuelle, à l'heure où le mariage gay fait la une des journaux après avoir été légalisé aux États-Unis...

Une descente aux enfers
Omar* a 30 ans. Il est ingénieur civil dans un bureau d'études au centre-ville de Beyrouth. Après sa formation à l'Université Saint-Joseph, il décide de s'installer il y a quelques années au Liban, quittant sa petite amie et l'Europe, où ses parents travaillent toujours et où il a vécu la plus grande partie de son enfance et de son adolescence. Pour L'Orient-Le Jour, il a accepté de témoigner au sujet des événements qu'il a vécus durant le mois de juin. Il espère, confie-t-il, « contribuer ne serait-ce qu'à un petit changement au sein de la société à travers ce témoignage ».

L'histoire, comme rapportée par Omar, commence au soir du 9 juin 2015, à 20h30. Omar raccompagne son ami, Samer* (25 ans), jusqu'à sa maison au Liban-Sud, comme il le fait souvent. Cette nuit-là, un barrage de contrôle est inhabituellement érigé à l'entrée du Liban-Sud. Machinalement, Omar remet ses papiers d'identité et ceux de la voiture au militaire, pendant qu'un autre fouille son ami à l'extérieur du véhicule. Quelques minutes plus tard, un soldat lui demande de sortir à son tour du véhicule, lui confisque son téléphone et lui passe les menottes aux mains. Omar aperçoit alors son ami, également menotté, dans la voiture des soldats. Dans son sac à dos d'étudiant, ils ont trouvé un demi-gramme de haschisch, « pour utilisation personnelle » et dont Omar ne connaissait pas l'existence. « Ils nous ont pris à un commissariat du Sud, raconte Omar. Je savais que j'étais dans un pétrin, mais je me disais que le test médical de détection de substances illicites allait s'avérer négatif et que j'allais bientôt sortir. Je n'ai jamais consommé de haschisch ou une autre drogue. »
« Après avoir pris mes coordonnées et effectué un bref interrogatoire avec nous, durant lequel j'ai expliqué au commissaire que je n'avais rien à voir dans toute cette histoire, ils nous ont autorisés à faire un appel téléphonique vers minuit. J'ai appelé mon petit frère pour lui dire de ne pas s'inquiéter. Samer, lui, ne voulait appeler personne. Il avait l'habitude de passer la nuit en dehors de la maison. Nous avons passé la nuit dans une cellule. Ce n'était pas trop désagréable. Le lendemain, à 13 heures, on nous a emmenés à un bureau de lutte antidrogue au Sud, et c'est là qu'a commencé la descente aux enfers. »

Dans ce bureau, les deux jeunes hommes subissent un nouvel interrogatoire très violent. Ils sont traités de tous les mots par l'inspecteur en charge. « On m'a demandé de faire un test d'urine et on m'a dit que s'il était négatif, je pourrais m'en aller, ajoute Omar. Comme je n'avais pas de quoi payer les frais du test, j'ai appelé ma mère en vacances à Beyrouth et lui ai raconté mon aventure. Elle est venue me donner de l'argent et a été contrainte de repartir. Le test d'urine s'est avéré négatif, mais ils ne me l'ont pas dit. Ils ont ensuite fouillé mon téléphone, mes photos, ma boîte e-mail et mes messages. Examinant mes conversations avec Samer, ils se sont attardés sur le fait que je l'appelais "Habibi". J'ai alors nié toutes ces accusations d'homosexualité. Ils ont menacé de faire venir un médecin légiste qui pourrait déterminer si je mentais et m'ont ensuite montré les résultats de mon test d'urine sur lequel s'affichaient deux barres rouges. Il était négatif, mais ils m'ont fait croire que les deux barres signifiaient qu'il était positif. Ils voulaient que j'avoue d'où j'achetais ces substances et avec qui je les consommais. Je n'ai rien dit. Ils ont alors sorti mon ami de sa cellule, l'ont menotté aux pieds et aux mains, et ont commencé à lui asséner des coups de poing, des coups de pied et des coups de bâton. Ils lui ont mis la tête dans de l'eau froide pour qu'il donne des noms de dealers, de toxicomanes. Ils lui ont aussi dit que j'avais avoué qu'on avait eu des relations sexuelles ensemble. Ils lui ont assuré que cela allait rester confidentiel et que cela n'était pas grave du fait que nous n'avions pas été attrapés en flagrant délit dans la rue. Sous la pression, mon petit ami a tout avoué. Ils l'ont violemment frappé et même électrocuté. J'ai également dû subir un traitement similaire pour livrer une liste de noms de la communauté gay et j'ai également été battu par l'inspecteur. Face à notre silence, ils ont appelé nos parents. Ils leur ont dit que nous étions gays alors qu'ils n'en savaient rien. »


(Pour mémoire : Plus d'une femme sur deux arrêtées au Liban est torturée, révèle le CLDH)

 

« Où croyez-vous que nous sommes ? »
Quand la mère de Omar débarque au bureau de lutte antidrogue, elle fait une crise de nerfs et s'évanouit à l'annonce de la nouvelle. Le père de Samer, lui, injurie son fils qu'il ne peut voir derrière les barreaux. Les inspecteurs tentent en effet de dissimuler à son papa son visage défiguré et boursouflé. L'inspecteur conseille alors à la mère de Omar de recourir à un avocat. Lorsqu'elle cherche à savoir si son fils va être battu, l'inspecteur lui répond : « Walaw, madame, sûrement pas. Où croyez-vous que nous sommes? »

Les deux jeunes hommes passent 6 jours au Sud, durant lesquels ils ont, au quotidien, le choix entre la torture (le bâton) et la divulgation de noms de la communauté gay (une feuille et un papier), sous une grosse pancarte accrochée au bureau de l'inspecteur et sur laquelle est écrit en trois langues : « Tout usage de la force est interdit durant les interrogatoires ». Samer est accusé de consommation de substances illicites et d'homosexualité, et Omar d'homosexualité. Ils sont ensuite transférés au poste de police de Hobeiche, à Beyrouth. Là, ils subissent un interrogatoire des plus déroutants. « Ils voulaient savoir dans le détail ce que nous faisions ensemble, qui faisait quoi au lit, dans les moindres détails, confie Omar. Nous sommes restés cinq jours à Hobeiche, dans une cellule de 20 mètres carrés comprenant une vingtaine de personnes. Nous devions dormir et manger assis. Nous attendions d'être transférés devant le juge mais nous n'étions pas optimistes. Nos compagnons de cellule étaient en détention provisoire depuis plus de 50 jours. Nos parents, eux, avaient eu recours à des avocats mais n'osaient pas trop recourir à leur carnet d'adresses pour nous faire sortir. Ils avaient honte en quelque sorte. Toute ma vie s'écroulait devant moi. J'étais tellement gêné que je laissais les choses se faire. Le cinquième jour à Hobeiche, je me suis évanoui. Ma mère est venue me voir avant qu'on nous emmène à Saïda au Palais de justice. »
Et Omar de poursuivre : « Nous sommes restés huit jours enfermés avec 200 prisonniers. Le pire est que les gendarmes avaient dit à haute voix aux détenus que nous étions des homosexuels. Alors qu'ils nous disaient que les interrogatoires étaient confidentiels, tous mes compagnons de cellule savaient tous les détails. Ils auraient pu nous violer, personne n'aurait jamais rien su. Ce n'est qu'après huit jours que j'ai pu voir le juge qui m'a accordé deux minutes. J'ai signé un papier et mon avocat a payé une caution. Au bout de trois semaines, j'ai été remis en liberté, alors que mon copain était toujours en détention. »

Pour ce jeune homme qui a toujours eu une vie sexuelle très hétéro mais qui raconte s'être épanoui depuis qu'il a rencontré Samer, cette histoire ne devrait pas passer sous silence. « Le pire est arrivé, je n'ai plus rien à perdre, affirme l'ingénieur parfaitement francophone. Mon père ne m'adresse plus la parole depuis qu'il a su ce qui est arrivé, et je sais que j'ai été puni sans avoir fait le moindre mal à qui que ce soit. Cela ne m'empêchera pas de vivre ma vie comme bon me semble et je pense que j'ai, dorénavant, en horreur toutes les personnes en uniforme. »

Le ministre Machnouk se saisit de l'affaire
Contacté par L'Orient-Le Jour mardi soir, le conseiller du ministre de l'Intérieur Nouhad Machnouk, Jad Akhaoui, prié de commenter l'affaire, a assuré que les pratiques de torture ne reflètent d'aucune façon la vision et les valeurs défendues par le ministère qui « suivra cette affaire de près pour écouter la version des inspecteurs coupables et les punir le cas échéant ». Des propos repris par une source autorisée au sein des Forces de sécurité intérieure qui a encouragé les victimes à porter plainte contre les membres des FSI qui les ont torturés. « Il est vrai que la loi condamne toujours au Liban les relations contre nature, mais cela ne signifie pas pour autant que la torture est permise contre les homosexuels », a souligné la source en question.
Hier, et suite à des contacts entre L'Orient-Le Jour et le ministre Machnouk, celui-ci, qui a pris l'affaire très à cœur et lui a accordé tout l'intérêt qu'elle mérite, a dépêché une équipe de gendarmes et un médecin légiste auprès de Samer. Au Palais de justice de Saïda, le médecin l'a examiné. S'il n'a pu déceler de grosses traces de coups sur son corps, 20 jours après son passage au bureau de lutte antidrogue, l'enquête se poursuit malgré tout pour faire parler l'inspecteur responsable. Samer, lui, a été libéré une demi-heure plus tard. Affaire à suivre...

*Les noms des personnes présentant leur témoignage ont été changés à leur demande.

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

Dysfonctionnements à La Pâquerette dénoncés avant l'affaire Adeline 02.07.2015 #Genève - RTS 4 mn #Genferei

Dysfonctionnements à La Pâquerette dénoncés avant l'affaire Adeline 02.07.2015 #Genève - RTS 4 mn #Genferei | Infos en français | Scoop.it

Je connaissais Adeline ... ça me remue l'estomac ce constat de chaîne d'irresponsabilités jusqu'au plus haut niveau

Il y a en 2 que je pourrais croiser et traiter de sales porcs irresponsables


Dysfonctionnements à La Pâquerette dénoncés avant l'affaire Adeline 02.07.2015 #Genève - RTS 4 mn #Genferei

"Des documents en mains de la RTS attestent de dysfonctionnements au sein de l'établissement genevois de La Pâquerette avant l'affaire Adeline. Ils permettent de s’interroger sur à la réaction des autorités."


more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

El muro del #Sáhara, una frontera plagada de millones de minas - #Morocco #Maroc #Marruecos #HumanRights 8:10 - RT

El muro del #Sáhara, una frontera plagada de millones de minas - #Morocco #Maroc #Marruecos #HumanRights 8:10 - RT


El Muro del Sahara Occidental, el más grande en su género de todo mundo y uno de los más silenciados, separa desde hace tres décadas a los saharauis, aislando a los desplazados en el desierto

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

L’État profond « français » #guerres #USA #France #Hégémonie #Ingérence #irak #israel #Syrie #UE

L’État profond « français » #guerres #USA #France #Hégémonie #Ingérence #irak #israel #Syrie #UE | Infos en français | Scoop.it
L'article est long mais, documenté, argumenté, sourcé et vaut la peine d'être lu. Il vous prendra moins de temps que le visionnage d'un épisode de "Game Of Thrones" .... Prenez le temps, informez-vous svp ..


L’État profond « français » #guerres #USA #France #Hégémonie #Ingérence #irak #israel #Syrie #UE
Al-Qaïda : terroriste en Occident, alliée au Moyen-Orient

Depuis le 11-Septembre, on observe un basculement de nombreux États occidentaux vers une forme d’ultrasécuritarisme, imposé verticalement au nom de la lutte antiterroriste. Ce phénomène se caractérise notamment par l’adoption de mesures introduisant la notion de « précrime » dans la loi, ce qui est préoccupant. En effet, nous avons récemment pu observer la mise en œuvre de législations et de dispositifs « préventifs » en Grande-Bretagne,[1] en Australie,[2] et en France.[3] Dans ce dernier cas, la nouvelle loi sur le renseignement instaure la détection algorithmique de comportements jugés « suspects » sur le Web, malgré toutes les dérives que ce système pourrait engendrer.[4] Ainsi, à travers la normalisation de la surveillance de masse et le renforcement du contrôle d’Internet, le combat légitime contre le fléau du terrorisme islamiste est perverti. En effet, il permet aux gouvernements des pays en question de renforcer les pouvoirs profonds de l’Exécutif, voire au-delà – au niveau abyssal et mal contrôlé des services de renseignement. Ce processus marginalise le rôle du juge, pérennise des lois d’exception et fragilise notre État de droit. Hélas, la majorité des peuples occidentaux semble accepter que des législations et des dispositifs démocracides soient imposés au nom de la lutte antiterroriste.

Or, du fait du conformisme, de l’incompétence, voire de la complicité[5] de la plupart des médias grand public, une réalité profonde aussi déplaisante qu’irréfutable est dissimulée : depuis 2011, certains États occidentaux – dont le gouvernement français – ont soutenu des réseaux terroristes en Syrie, principalement via la Turquie[6] et les hydrocarbomonarchies du golfe Persique.[7] Datant de 2012, une évaluation secrète du Renseignement militaire du Pentagone confirme[8] ce soutien clandestin de l’Occident et de ses alliés moyen-orientaux en faveur de groupes jihadistes sur le territoire syrien ; dans ce document, cette agence anticipe avec deux ans d’avance la création d’un « État Islamique » à cheval entre l’Irak et la Syrie.[9]

À l’origine de ces révélations, corroborées ensuite par des lanceurs d’alerte de premier plan,[10] le journaliste Nafeez Ahmed expliqua en 2014 que cette stratégie anti-Assad avait été coordonnée par les renseignements militaires des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France et d’Israël.[11] Dans ce cadre, ces agences ont activé au Moyen-Orient un réseau de bases de soutien et d’entraînement des rebelles dits « modérés »,[12] afin de déstabiliser la Syrie en profondeur. Il en a résulté une amplification du chaos dans ce pays. Par exemple, un nombre inconnu de mercenaires entraînés par la CIA en Jordanie ont visiblement rejoint les rangs de Daech.[13] Monsieur Ahmed souligna également que la levée partielle, par l’Union européenne, de l’embargo sur les exportations pétrolières provenant de Syrie avait permis à des milices jihadistes affiliées à al-Qaïda de vendre du pétrole à des pays européens.[14] La politique syrienne de l’Occident a donc renforcé des réseaux extrémistes pourtant décrits comme des ennemis dans les médias dominants. Or, l’instrumentalisation périlleuse de groupes islamistes par les puissances occidentales et leurs alliés n’est pas une nouveauté, le soutien massif de la CIA aux « Arabes afghans » dans les années 1980 en étant l’exemple le plus connu du grand public ; par la suite, ce mode opératoire a de nouveau été appliqué en Bosnie, au Kosovo et en Libye.[15]
Les politiques profondes de l’État français, les hydrocarbomonarchies et le jihad anti-Assad

Après les attentats de Paris au début de l’année 2015, j’avais dénoncé l’implication de l’État français dans le soutien militarisé et clandestin d’une opposition « syrienne » pas aussi « modérée » qu’elle nous avait été décrite par les médias et le gouvernement.[16] L’année précédente, le Président Hollande avait lui-même reconnu cette politique profonde de déstabilisation et d’ingérence en Syrie, consistant à armer secrètement des factions rebelles depuis 2012 ;[17] selon Le Canard Enchaîné, elle n’aurait été interrompue qu’en janvier 2015, les livraisons d’armes des services français aux rebelles « modérés » étant « souvent interceptées, voire revendue[s] au Front Al-Nosra (Al-Qaïda) ou à l’État islamique »[18] – et ce quelles que soient les intentions desdits services et de leurs responsables. Celles-ci ne sont pas (...)


more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

Le gouvernement mondial à venir | LE SAKER FRANCOPHONE #cohérent #plausible

Le gouvernement mondial à venir | LE SAKER FRANCOPHONE #cohérent #plausible | Infos en français | Scoop.it

Le gouvernement mondial à venir | LE SAKER FRANCOPHONE #cohérent #plausible

Par Brandon Smith – Le 24 Juin 2015 – Source : alt-market

Afin de comprendre ce qu’il se passe réellement dans le monde entier en termes d’effondrement de l’économie, nous devons mettre de côté les fausses versions grand public de la réalité. Quand on pense à l’UE et à ses turbulences financières actuelles, il est très important, à certains égards, d’ignorer la Grèce complètement. C’est ça, oubliez tout le drame entourant les supposées obligations de la dette grecque. Vont-ils trouver un moyen de payer les créanciers? Vont-ils faire défaut? Va-t-il y avoir un accord entre la Russie et les BRICS? Y aura-t-il des concessions de dernière minute pour sauver le système? Peu importe. Tout ce cinéma n’est qu’un soap opera, un théâtre Kabuki complexe géré par des financiers internationaux et des élites mondialisées.

Il est très important de rappeler les fondamentaux. La Grèce va faire défaut sur ses dettes. Il n’y a pas moyen d’éviter cela. Peut-être que la Grèce conclura un accord aujourd’hui, peut-être le fera-t-elle demain; mais finalement, la capacité du pays à étirer ses ressources afin de répondre à ses engagements exponentiels aura une fin. C’est inévitable, et ce n’est pas le deal de dernière minute qui va changer la donne sur le fond.

Pourquoi tant d’économistes sont-ils si inquiets au sujet d’un petit pays comme la Grèce? Tout cela est dû à un grand mensonge : un récit malhonnête est perpétué par les élites selon lequel si la Grèce tombe, en faisant défaut ou en quittant l’UE, cela pourrait déclencher un effet domino sur les autres nations venant frapper leur mur de dette et donc lui emboîtant le pas. Le mensonge imbriqué dans ce récit est la revendication que la Grèce va provoquer une contagion à travers l’acte d’un défaut de paiement. Soyons clairs : il n’y a pas de contagion. Plusieurs pays de l’UE ont développé leurs propres problèmes de dette au cours des deux dernières décennies, et pas à cause de la Grèce. Chacun de ces pays, de l’Italie à l’Espagne, au Portugal, etc., doit faire face à son propre désastre autour de sa dette souveraine causée par sa propre irresponsabilité fiscale. La seule raison légitime pour cette contagion est le fait que ces pays ont été contraints à une interdépendance socialisée à travers la structure de l’UE.

Ne jamais oublier ceci : l’UE est en difficulté non pas à cause de la Grèce, mais en raison d’une interdépendance supranationale forcée. L’UE sur le plan juridique ne devrait pas exister, comme aucun système de monnaie unique supranationale centralisée.

Je voudrais également souligner que les institutions mondialistes comme le Fonds monétaire international sont très motivées pour déclencher une catastrophe dans l’UE, malgré l’hypothèse de certaines personnes que l’UE est une sorte de modèle représentatif de la mondialisation. Il n’en est rien. Si tel était le cas, alors le FMI ne serait pas en train de mégoter pour aider la Grèce sur sa dette tout en continuant à aider l’Ukraine, malgré l’incapacité de l’Ukraine à payer.

Pourquoi les mondialistes veulent-ils une rupture partielle de l’UE? Qu’auraient-ils à gagner à un tel événement? C’est facile ; ils gagnent une crise, le chaos et l’occasion de présenter une fausse dialectique.

L’Europe n’est pas du tout représentative de ce que les mondialistes veulent vraiment en termes de structure économique et politique, peu importe que beaucoup de gens le supposent. C’est plutôt une sorte de fac-similé; une demi-mesure. Quand l’Europe touchera le fond de l’abîme financier, le public perplexe commencera à penser que l’enfer lui est tombé dessus, les élites seront là avec une explication immédiate. Ils prétendront que le problème n’était pas l’interdépendance au sein de l’UE. Au lieu de cela, ils affirmeront que l’UE n’a pas été ASSEZ centralisée. Ils prétendront que, pour qu’une économie et une monnaie supranationale soient efficaces, nous devons aussi avoir une gouvernance supranationale. En d’autres termes, le système a échoué car il doit être stabilisé par un gouvernement mondial.

Les socialistes Fabiens diront que ce sont les institutions barbares et dépassées de la souveraineté nationale qui ont provoqué cette crise totale. Ils vont complètement gommer les effets négatifs d’un système économique interdépendant et le fait que le manque de redondance laisse les cultures impuissantes. Nous sommes tous un grand village humain, après tout, alors nous devons accepter l’idée que nous réussissons ou échouons tous ensemble. Les marchés libres et l’innovation individuelle n’ont apparemment rien à voir avec une structure économique prospère. Ce dont nous avons vraiment besoin est un amalgame d’esprit de ruche qui nous transforme tous en pièces facilement remplaçables comme dans une tondeuse à gazon massive et grondante, qui mâche notre patrimoine, l’histoire et les principes, pour le bénéfice d’un Bien arbitraire plus grand et la promesse de villes alchimiques flottant dans le ciel où personne n’aura plus à travailler.

La chute de l’Union européenne est un moyen pour cette fin, pour les mondialistes. Il n’y a presque aucune nation ou institution qu’ils ne sacrifieront pas si ce sacrifice peut être exploité afin de poursuivre leur objectif de domination politique et économique mondiale totale. Ils ne veulent pas seulement un système complètement centralisé; ils veulent aussi nous voir tous les supplier de mettre ce système en place. Ils veulent que la masse pense que l’idée vient d’elle. Ceci est la forme la plus répandue et efficace de l’esclavage, quand les esclaves sont manipulés pour exiger leur propre asservissement. Quand les esclaves sont trompés en croyant qu’ils peuvent être fiers de leur asservissement – un insigne d’honneur au service du collectif, si vous voulez.

La chute des États-Unis ne sera pas différente à cet égard. Nous n’avons pas une structure supranationale comme l’UE. Donc, notre récit de l’effondrement sera légèrement différent, et la leçon d’ingénierie sociale que nous sommes censés apprendre sera soigneusement élaborée.

Vous voyez, les Américains sont censés jouer le rôle des impérialistes gâtés qui obtiennent finalement ce que nous méritons, un coup bas économique. Nous sommes la nouvelle Rome, du pain et des jeux et tout le reste. Et quand les États-Unis vont s’écraser comme l’Europe, les Fabiens seront là encore une fois pour avertir des avidités inhérentes à la souveraineté nationale et aux aspirations destructrices au pouvoir, qui doit être écrasé par un système politique mondial plus impartial. Je ne sais pas vraiment combien de gens là-bas savent cela, mais nous, les Américains, sommes censés jouer les méchants dans le théâtre mondial mis sur pied par les élites. Les Américains sont les méchants, le reste du monde joue le rôle de la victime innocente, et des centres mondialistes comme le FMI et la BRI sont destinés à jouer les héros, venir à la rescousse de l’humanité quand tout semblera perdu.

Notre génération de la dette surpasse de loin celle de l’ensemble des pays de l’UE combinés, un fait que je décris dans la partie 3 de ma série Un dernier regard sur l’économie réelle avant qu’elle n’implose. Contrairement à la Grèce – quoique – les États-Unis ont la possibilité d’imprimer directement de la monnaie à volonté afin de prolonger la punition pour nos dépenses massives basées sur la dette. Cependant, comme nous l’avons vu avec les récentes réactions du marché face à l’idée même d’une hausse des taux d’intérêt par la Réserve fédérale en septembre, un tel événement va déclencher de vastes sorties des marchés boursiers et annoncer la fin de la nouvelle normalité. Encore une fois, pourquoi les banksters feraient-ils cela? Pourquoi ne pas maintenir les taux d’intérêt proches de zéro? Ce n’est pas comme s’il y avait une pression publique pour relever les taux; en fait, c’est tout le contraire. Pourquoi la Fed ignore-t-elle les centaines de signaux montrant que les États-Unis sont en récession et pousse-t-elle en avant la discussion des hausses de taux d’intérêt, malgré ce que l’on pourrait logiquement conclure de ce que serait le meilleur intérêt de la Fed?

La Fed sait que les seules choses qui soutiennent les marchés américains sont l’argent gratuit et la foi aveugle du public dans le fait que les banques et le gouvernement vont agir pour faire cesser toute douleur ou souffrance économique si un tel potentiel de crise devait survenir. Lorsque l’argent gratuit sera parti et que la foi disparaîtra, alors nous aurons une catastrophe épique sur les bras. Les mondialistes au sein de la Fed le savent, et ils veulent que cela arrive – au moins, ils veulent une version contrôlée de cette crise finale. Les élites ont besoin de la chute du système américain actuel exactement parce que cela va faire place à la montée de ce qu’ils appellent souvent le grand reset économique. Ce reset est la prochaine étape dans le plan de centralisation économique mondiale totale.

Il ne s’agit pas de contagion. Il n’y a pas de telle chose. C’est une excuse, un bouc émissaire destiné à détourner l’attention du vrai problème. Cela représente un effort concerté au cours des dernières décennies par les internationalistes pour manœuvrer les cultures occidentales vers une position de vulnérabilité. Quand les gens sont faibles et effrayés, ils deviennent malléables. Les changements sociaux que vous n’auriez jamais crus possibles aujourd’hui deviendront très possibles demain au milieu d’une crise. Je crois que nous voyons maintenant le début de la prochaine grande crise, et les fondamentaux de l’économie soutiennent mon avis. Alors que l’ensemble du système européen pend par le fil de la dette grecque et que le système américain entier est bloqué avec des taux d’intérêt proches de zéro et une foi aveugle dans le marché, quelque chose est sur le point de se briser. Il n’y a pas de retour en arrière possible dans une telle situation. Il y a seulement la voie à suivre; la voie à suivre n’est pas agréable ou confortable, mais elle ne peut pas être ignorée.

Nous ne pouvons pas oublier que la crise est en soi une distraction. Quelle que soit la douleur que nous devrons ressentir demain, ou le lendemain, ou la prochaine décennie, il faudra rappeler qui était à l’origine de tout cela : les banques internationales et leurs homologues politiques mondialistes. Peu importe ce qui arrive, il faudra ne jamais être prêts à accepter un système centralisé. Peu importe la façon raisonnable ou rationnelle que cela pourrait prendre dans la terreur de l’incertitude financière, il ne faut jamais donner ce qu’elle veut à la bête. Il faut refuser de se conformer à la dialectique. C’est la seule chance que nous avons de laisser revenir la vraie prospérité. Une fois que nous aurons traversé la ligne rouge dans le domaine de l’interdépendance dans un monde entièrement institutionnalisé, nous ne connaîtrons jamais plus la prospérité ou de la liberté.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par Diane et jj pour le Saker Francophone

more...
No comment yet.
Scooped by Juan Carlos Hernandez
Scoop.it!

#LucBarthassat propose d'instaurer un péage à la frontière genevoise avec #France et #Vaud - #Genève #BonneIdée 6:39

#LucBarthassat propose d'instaurer un péage à la frontière genevoise avec #France et #Vaud - #Genève #BonneIdée 6:39 | Infos en français | Scoop.it

une bonne idée à mon avis

#LucBarthassat propose d'instaurer un péage à la frontière genevoise avec #France et #Vaud - #Genève #BonneIdée 6:39

Instaurer un péage à la frontière genevoise, c'est l'idée qui a été lancée lundi soir par le conseiller d'Etat Luc Barthassat. Il veut faire payer un droit d'entrée à tous les automobilistes qui pénètrent sur le sol du canton. En clair, les frontaliers français, mais aussi les pendulaires vaudois ou genevois de retour dans leur canton paieraient 1 franc à chaque entrée. Son interview.



more...
No comment yet.