oAnth's day by da...
Follow
Find tag "semantics"
694 views | +0 today
oAnth's day by day interests - via its scoop.it contacts
An aggregator for (oAnth's) daily interests in humanities, arts, science, geography, economics, politics - academia, education - activism, advocacy - itec, free software, open source, open access, open knowledge - languages in use: mostly EN, FR, DE
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by oAnth - "offene Ablage: nothing to hide" from Applied linguistics and knowledge engineering
Scoop.it!

Institut für Softwaretechnik und Theoretische Informatik: 2013_04_22


Via Pascual Pérez-Paredes
more...
Pascual Pérez-Paredes's curator insight, March 3, 2013 5:21 AM
Opinion mining and lexical affect sensing
Rescooped by oAnth - "offene Ablage: nothing to hide" from World Englishes
Scoop.it!

When physicists do linguistics

When physicists do linguistics | oAnth's day by day interests - via its scoop.it contacts | Scoop.it
When physicists look at language, what do they see? For the five experts in physics who authored a recent paper in the journal Scientific Reports, language looks very much like a gas, with words bouncing around like particles.

Via Athanasios Karavasilis
more...
No comment yet.
Rescooped by oAnth - "offene Ablage: nothing to hide" from Création musicale
Scoop.it!

Les Chroniques de Benito Pelegrín : L'ORFEO, favola in musica

Les Chroniques de Benito Pelegrín : L'ORFEO,  favola in musica | oAnth's day by day interests - via its scoop.it contacts | Scoop.it

[...]

 

(L)e Concile de Trente (1545-1563) qui lance la contre-offensive contre le protestantisme, la Contre-Réforme, impose un retour à une musique plus simple, qui donne le primat au texte religieux, au dogme. Cette réforme musicale est confiée à Palestrina.

Les conséquences, au niveau artistique, seront considérables : c’est le retour à la monodie, à un chant simplifié d’une seule voix à la fois, simplement accompagné d’une basse continue qui permet au chanteur d’orner le texte à sa guise. Car à Florence, parallèlement aux impératifs religieux, dans la Camerata, le salon du comte Bardi, artistes et érudits s’employaient à retrouver la tragédie antique dont on savait qu’elle était en partie chantée sans qu’on sache comment.

 

Peri, dans la préface de son Euridice, prônait « une forme intermédiaire » entre la mélodie du « parler ordinaire » et du chant. Ce sera ce fameux « recitar col canto», 'réciter en chantant', ce « favellare in armonia », ce 'parler en musique', souple et serpentine déclamation chantée qui épouse les accents de la parole dont la mélodie ne semble qu'une prolongation, qu'une naturelle accentuation. C’est la musica rappresentativa, ‘la musique théâtrale’, au texte et à l’intrigue compréhensibles, le dramma per musica, le ‘drame en musique’ qu’on n’appellera « opéra », ‘œuvre’ en italien, que bien plus tard. Il appartiendra à Monteverdi de lui donner sa forme la plus parfaite avec cet Orfeo, à la fois manifeste pratique et aboutissement de ces recherches.

 

[...]


Via Emmanuel Auray
more...
No comment yet.