Des milices islamistes apparaissent en Égypte | oAnth's day by day interests - via its scoop.it contacts | Scoop.it

Pour combler le vide sécuritaire, des groupes formés par la Jamaa Islamiya entendent faire régner l'ordre.

Combien sont-ils? Nul ne le sait, mais leur percée est source d'inquiétude enÉgypte . Voilà plusieurs jours que la presse locale évoque l'existence de ces nouveaux miliciens islamistes qui menacent de faire la loi pour répondre au vide sécuritaire provoqué par la récente grève des policiers. Sur une vidéo qui circule sur YouTube, on les voit parader à moto dans les rues d'Assiout, en Haute-Égypte.

L'organisation à l'origine de ces comités populaires religieux n'est autre que la Jamaa Islamiya, un ex-groupe djihadiste converti à la politique depuis la chute deMoubarak  et l'élection d'un islamiste à la présidence. Contacté par Le Figaro, Assem Abdel Maged, membre du bureau politique de la Jamaa Islamiya, déclare sans détours: «Que les fonctionnaires de police qui entendent poursuivre leur grève sachent qu'ils ne retrouveront pas leur poste une fois que nous aurons pris la relève. Une chose est sûre: nous ne laisserons pas la situation sécuritaire se détériorer.» Il fait là référence à cette nouvelle vague de violence suscitée la semaine dernière par le verdict du procès lié à une bousculade meurtrière, l'année dernière, dans le stade de Port-Saïd . Déjà impopulaire sous Moubarak, et aujourd'hui accusés par les opposants de servir de bras armé au président Morsi , les policiers ont fini par déclarer forfait dans la cité portuaire au motif qu'ils étaient injustement instrumentalisés par le pouvoir. Depuis, leur grève s'est étendue à d'autres villes du pays, dont Asiout. «Là-bas, précise Assem Abdel Maged, nous avons commencé à organiser des comités permettant de combler le vide et de maintenir l'ordre.» Quand on l'interroge sur le nombre, la formation et l'armement de ces nouveaux miliciens, il se contente de répondre: «Avec l'aide de Dieu, nous protégerons le peuple.» À Assiout, des témoins racontent avoir déjà vu ces miliciens à l'action à certains carrefours, où ils remplacent les agents de circulation. Également repérés dans d'autres villes, dont Suez et Minya, on ignore à ce jour s'ils ont mené des perquisitions. «Pour résoudre la crise sécuritaire, il faut des actes et pas seulement des mots», prévient cependant Assem Abdel Maged, en s'appuyant sur un obscur article du code pénal, récemment mis en exergue par le procureur général du Caire, et qui permettrait l'arrestation de «voyous» par des civils.

 

(Le Figaro)

 

Plus : http://www.lefigaro.fr/international/2013/03/15/01003-20130315ARTFIG00587-des-milices-islamistes-apparaissent-enegypte.php


Via Egypt-actus