MOVUS Movement f...
Follow
Find
4.8K views | +0 today
 
Rescooped by MOVUS from EcoWatch
onto MOVUS Movement for a Sustainable Uruguay
Scoop.it!

Fracking Flyover Part II—The Destructive Realities of Hydraulic Fracturing

Fracking Flyover Part II—The Destructive Realities of Hydraulic Fracturing | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it
SKYTRUTH — Even developed as responsibly as possible, it is undeniable that unconventional shale gas extraction will change the landscape of West Virginia for decades.

(...) Highlight #3: Infrastructure

While not discussed nearly as much as water contamination, buildout of natural gas infrastructure is a certain impact of unconventional shale gas development. Gas separator units and condensate tanks remain on the wellpad for the productive life of the well, pipeline networks crisscross the fields and forests to connect all of the wells to market, compressor stations will run as long as there is gas moving through the pipelines and large petrochemical facilities set up shop in traditionally rural areas. These facilities have a big footprint on the land, and contribute to air, noise and light pollution in largely rural areas.
Via EcoWatch
MOVUS's insight:

Related /

 

http://ecowatch.org/2012/earthquakes-and-fracking-wells/

more...
No comment yet.
MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay
extractive conflicts and environment / Uruguay, South America
Curated by MOVUS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by MOVUS
Scoop.it!

Uruguay / CAMPAIGN FOR NATIONAL REFERENDUM AGAINST OPEN PIT METAL MINING

Uruguay / CAMPAIGN FOR NATIONAL REFERENDUM AGAINST OPEN PIT METAL MINING | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it

CAMPAIGN FOR NATIONAL REFERENDUM AGAINST OPEN PIT METAL MINING

 

Montevideo, december 8, 2013.

 

The last week was launched in Uruguay a campaign to collect signatures to promote a national referendum to include an amendment in the Constitution of the Republic to ban open pit metal mining throughout the national territory.

 

The National pro-Referendum Movement Uruguay Free from Open Pit Metal Mining (URUGUAYLIBRE)is a non partisan coalition of citizens and social groups from 11 of the 19 municipalities of the country concerned about the introduction of an activity with serious impacts on society and natural ecosystems.

 

Uruguay is located in the Humid Pampa, a privileged ecosystem of fertile soils and abundant surface and underground water resources that sustain grasslands and lands where agriculture and cattle-raising are developed. The national economy is based on these two activities that promote the country’s trade, industry and exports.

 

Over the last decades, this ecosystem has been threatened by large-scale agricultural plantations intended for the international market, which require a massive and ever-growing use of chemical pesticides and fertilisers and cause the degradation of large areas of the territory, increasing erosion and the pollution of water bodies.

 

More recently, a project to exploit the country’s metal ore deposits –mainly iron and gold- through open-pit mining is promoted by the government. Successive geological studies have confirmed that Uruguay is not rich in these minerals, its reserves are scarce and have low concentration levels, exhaustible after a few years of extraction.

 

An international speculative scenario –transient, as are they all, and the cycle of which is already at its declining stage-, raised metal prices above historical values and gave rise to the possibility of a lucrative business for companies whose objective is to rapidly extract the highest possible volume of these minerals and sell them abroad.

 

Open-pit mining of low-concentration metal deposits - particularly, of iron and gold- is the most depleting and polluting activity for soils and water bodies in the planet. Several countries have banned its development. Among these stands Costa Rica, a Centralamerican country with great similarities to Uruguay.

 

This activity jeopardises the integrity of the Uruguayan territory –and, therefore, the productive sectors and cultures that have historically supported the country- due to the downright destruction of the exploitation area and its additional massive impact on a vast portion of soils and water resources. To the above, inordinate privileges and subsidies must be added, which will be ultimately borne by taxpayers.

 

For the Uruguayan Constitution, signatures of ten percent of the electorate (260,000 signatures) are needed to be called a referendum, coinciding with the next national election, in which decide on whether or not the proposed amendment.

 

The proposal to amend the Constitution says:


To the President of the General Assembly of the Legislative Power
Mr. Danilo Astori

I, the undersigned, hereby promote before you the following Amendment to the Constitution, as per the provisions of Section 331, paragraph A of the Constitution of the Republic, which shall be subject to popular decision at the most immediate election.

 

Let the following paragraphs be added to Section No. 47:

 

 

"The integrity of soils and water resources is an essential part of the nation’s heritage and it must be preserved from any and all activities resulting in the final degradation or destruction thereof.

 

Open-pit mining activities intended for the extraction of metal ore are hereby forbidden in the whole national territory.

 

Any and all authorisations, concessions or licenses currently in force which in any way infringe this provision shall be rendered null and void as of the effective date of this reform."

 

uruguay libre

 

(http://uruguayciudadanossinmegamineria.org)

more...
No comment yet.
Scooped by MOVUS
Scoop.it!

Brasil / fracking / MPF ajuíza ação para suspender contratos já assinado dos blocos da Bacia do Recôncavo

Brasil / fracking / MPF ajuíza ação para suspender contratos já assinado dos blocos da Bacia do Recôncavo | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it

Jornal da Energia 12/09/2014


O Ministério Público Federal na Bahia (MPF/BA) ajuizou ação civil pública com pedido liminar para a suspensão dos efeitos decorrentes da 12ª Rodada de Licitações de Blocos Exploratórios, promovida pela Agência Nacional de Petróleo, Gás Natural e Biocombustíveis (ANP), e dos contratos já assinados em relação aos blocos da Bacia do Recôncavo, no que tange à exploração do gás de xisto pela técnica do fraturamento hidráulico. A ação pede, ainda, que não sejam realizados novos procedimentos licitatórios para a exploração de gás de xisto na região, enquanto não houver prévia regulamentação do Conselho Nacional do Meio Ambiente (Conama) e não for realizada a Avaliação Ambiental de Áreas Sedimentares (AAAS).

more...
No comment yet.
Scooped by MOVUS
Scoop.it!

Barrick Gold to face $3 bln class action lawsuit

Barrick Gold to face $3 bln class action lawsuit | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it

Proactive investors 8/09/2014


Barrick Gold (TSE:ABX) has been slapped with a multi-billion dollar class action lawsuit launched by Koskie Minsky LLP, Sutts, Strosberg LLP, Siskinds LLP and Groia & Company Professional Corporation.


The law firms said in a statement on Sept. 6 that that they served a fresh as amended statement of claim in a $3 billion class action against Barrick Gold and others on Sept. 5. 

The claim alleges wrongdoing against Barrick Gold and its senior officers Aaron Regent, Jamie Sokalsky, Ammar Al-Joundi and Peter Kinver.

The detailed claim alleges there were misrepresentations in Barrick's public disclosure relating to the company's development of the Pascua-Lama mine located on the border between Chile and Argentina.

The firms said that Barrick failed to disclose that certain key development activities at the Pascua-Lama mine were not in compliance with environmental conditions imposed by the Chilean government on Barrick's approval to develop the Pascua-Lama project. The purpose of these conditions was to ensure that the development and, later, the mining of the Pascua-Lama project would have the least possible adverse impact on the community and the environment.

"The action raises serious questions about how Barrick Gold conducted its business and affairs and the manner in which it raised capital from public markets," Kirk Baert of Koskie Minsky LLP was quoted in the statement.

more...
No comment yet.
Scooped by MOVUS
Scoop.it!

«Les sociétés de négoce sont une formidable alternative pour le pillage des ressources »

«Les sociétés de négoce sont une formidable alternative pour le pillage des ressources » | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it

El Watan 01/09/2014


Spécialisé dans le négoce des matières premières,  Marc Gueniat décortique dans cet entretien les procédés utilisés par les dignitaires des pays du Sud pour détourner à leur profit les richesses de leurs pays.


Vos enquêtes sur la corruption touchant des entreprises suisses intervenant dans le secteur des matières premières couvrent une sphère très importante avec cette prédilection pour les pays de l’Afrique subsaharienne. Vos rapports traitent du Nigeria, de l’Angola, de la Guinée Conakry, entre autres. Pouvez vous nous parler des conclusions auxquelles vous êtes vous arrivé et ce qui vous a le plus surpris?

L’importance des sociétés suisses dans le secteur des matières premières est frappante. En me documentant sur les parts de marchés, je savais que les sociétés suisses contrôlaient un tiers du commerce mondial du pétrole,  mais lorsqu’on va dans le détail, on se rend compte, comme au Nigeria, premier producteur en Afrique avec 2,5 millions barils/j, que la part de marché qui revient aux suisses est de l’ordre de 40 à 45 %. IL faut souligner que ce pays est  l'un des plus corrompus de la planète et que l’entreprise nationale des hydrocarbures, la Nigerian National Petroleum Corporation, est l’une des plus opaques au monde. On se rend compte combien ces pays et univers sont les zones de conforts des sociétés suisses. Elles fondent des joint-ventures avec des sociétés étatiques, des partenariats qui sont systématiquement établis dans les paradis fiscaux. Et ce qui choque le plus c’est que ces sociétés étatiques détournent une grande quantité d’argent qui appartiennent aux populations.

more...
No comment yet.
Scooped by MOVUS
Scoop.it!

OGM et pesticides: le désastre argentin, la guerre transatlantique

29 août 2014 |  Par Paul Moreira

 

 

Les OGM permettent d'utiliser moins de pesticides et de produits chimiques: c'est l'argumentaire de l'industrie transgénique. Problème: il est faux et l'Argentine, massivement convertie au soja OGM, est en train d'en payer le prix fort sur le plan sanitaire et agricole. Le journaliste Paul Moreira en revient, avec un documentaire diffusé lundi sur Canal+. Enquête et extraits.

Manuel Valls est un chaud partisan des OGM. Dans son programme pour la primaire socialiste en 2011, intitulé« l'abécédaire de l'optimisme », il en vantait les bienfaits. Pour l'environnement notamment. Les OGM, expliquait-il, permettaient d'utiliser chaque fois moins de pesticides et de produits chimiques dangereux (voir sa vidéo en cliquant ici). C'est exactement le message que répand partout l'industrie transgénique. Toujours plus d'OGM, c'est toujours moins de pesticides...


Avec cette promesse, elle a conquis presque toute la planète. Une poignée de pays européens traîne encore les pieds. Mais pour combien de temps ? Depuis le début de la conquête transgénique, le gouvernement américain s'est littéralement mis au service de la firme Monsanto. Et lors des prochaines négociations du traité transatlantique de libre-échange (ou TAFTA), les OGM risquent d'être imposés partout en Europe.


Quinze ans se sont écoulés depuis l'arrivée de l'agriculture transgénique. C'est assez de recul pour pouvoir évaluer la véracité des promesses. Les OGM demandent-ils vraiment toujours moins de produits chimiques ? Si c'est le cas, c'est une aubaine du point de vue de l'écologie et de la santé. Car, on le sait maintenant, les pesticides sont un poison dangereux. Pour se faire une idée, il y a deux méthodes. S'en tenir à la lecture des études menées par les firmes transgéniques qui garantissent l'innocuité de leurs produits et de leur modèle agricole. Ou bien, aller voir sur place... Entre décembre 2013 et juin 2014, j'ai visité la face cachée du modèle transgénique.


Je m'étais déjà intéressé aux OGM, il y a quinze ans, pour l'émission 90 minutes, sur Canal Plus. J'ai même été l'un des derniers journalistes critiques à avoir la chance de pénétrer avec une caméra dans les laboratoires de Monsanto. J'avais eu droit à une visite guidée, surveillée de très près par un homme de la communication. Mon guide, Ted, m'avait expliqué la technologie des plantes modifiées.

 

 

« This is good technology ! Super technology ! » Ted jouait l'enthousiasme. Il était payé pour. Il s'était attardé devant le « pistolet à gènes », la machine « la plus cool » de leur laboratoire. Elle projetait un gène dans une plante avec un petit bruit sec de pistolet à air comprimé. Rigolo, non ?...

Mais devant un plant de soja, Ted avait remarquablement accéléré le débit de son explication, jusqu'à la rendre incompréhensible. Le soja était « résistant à un herbicide »... En vérité, je n'avais pas compris le mécanisme. Faute professionnelle. Je devrais le savoir, quand le discours devient opaque, c'est qu'il dissimule une information importante. L'info, c'était « plante génétiquement modifiée pour résister à un herbicide »... L'agriculteur peut planter sans avoir à labourer et arracher les mauvaises herbes. Pour ça, il lui suffit d'arroser son champ d'herbicide. Le pesticide brûle tout sauf la plante OGM. Je ne voyais pas le problème...


À l'époque, je m'intéressais exclusivement aux questions de brevets. J'étais fasciné par l'idée qu'une firme puisse breveter le vivant comme un logiciel. J'avais négligé les dangers potentiels pour la santé. Ils ne semblaient pas réels. Je me trompais.

Ce qu'il fallait comprendre, c'est que les OGM n'existent pas sans produits chimiques. C'est un couple indissociable. Quand Monsanto vend ses OGM, il vend surtout des millions de litres de Round Up Ready, son herbicide à base de glyphosate. Sans lui, les plantes OGM seraient asphyxiées par les mauvaises herbes. Aujourd'hui, cette technique, le soja résistant à l'herbicide, est au centre d'une future catastrophe. C'est ce que j'ai vu dans les plaines d'Argentine, quinze ans plus tard.


L'Argentine a entamé sa course au transgénique depuis 1996. Elle a multiplié sa surface cultivée par trois en quinze ans. Un triomphe du point de vue financier. Le soja OGM massivement exporté vers l'Europe a permis à l'Argentine de retomber sur ses pieds économiquement. Aujourd'hui, c'est quasiment 100 % du soja produit en Argentine qui est OGM, et qui résiste au glyphosate.

On devrait dire « qui résistait au glyphosate ». Car il ne résiste plus. Hector Rainero est fonctionnaire à l'INTA, l'Institut national de technologie agricole. Cette institution gouvernementale a convaincu les agriculteurs argentins d'adopter les plantes OGM. Aujourd'hui, il reconnaît l'échec : « À force d'être attaquées au glyphosate jusqu'à quatre fois par an, les mauvaises herbes se sont adaptées, elles ont muté, elles sont devenues elles aussi résistantes à l'herbicide. Alors, pour en venir à bout, il faut augmenter les doses, rajouter des produits chimiques, chercher de nouveaux cocktails. Heureusement, les firmes transgéniques nous aident beaucoup... »


Les sols argentins sont imbibés de combinaisons d'agrotoxiques. De l'aveu même du gouvernement, personne n'a étudié l'impact sanitaire de ces combinaisons chimiques, leur synergie, leurs effets combinés. Sur un tracteur d'épandage, j'ai découvert des fûts de Round up mélangés à de l'Atrazine, un agrotoxique interdit en Europe (il change le sexe des grenouilles...) et du 2,4 D, un des composants actifs de l'agent Orange, le célèbre défoliant militaire qui a provoqué des vagues d'enfants déformés au Viêtnam.

Aujourd'hui au Danemark, demain en France ?

Dans la province du Chaco, ces méthodes ont un coût humain. Dans certains villages agricoles, près des champs OGM, le nombre des enfants difformes a été multiplié par trois depuis l'explosion du transgénique. Le gouvernement argentin n'a déclenché aucune étude médicale pour connaître la cause de ces difformités. Il prend les choses avec fatalisme. Viviana Perez qui élève une fille de 12 ans frappée d'une grave affection génétique inconnue dit : « J'ai mille fois eu envie de baisser les bras. Mais, non, jusqu'à ce que Dieu en décide autrement, je dois continuer... »

Alejandro Mentaberry, vice-ministre des sciences argentin et partisan des OGM, ne nie pas l'existence de cette vague d'enfants malades. C'est le prix du miracle argentin : « Malheureusement, il y a toujours des victimes dans ce genre de processus, c'est inévitable... », concède-t-il.

 

 

 

Si, au gouvernement, personne ne connaît l'impact de ces cocktails, il est difficile d'imaginer que chez Monsanto, on ne s'y intéresse pas. Mais Monsanto ne souhaite pas commenter cette défaillance de sa technologie. Ni les conséquences possibles de mélanges avec des produits toujours plus durs. Le groupe Monsanto s'est fermé totalement aux regards extérieurs s'ils sont suspects d'être critiques. Leur politique de communication est stricte. Éviter d'exposer les gens de l'industrie dans les « killing fields », les zones de feu que sont les interviews polémiques. Un document interne leur conseille d'utiliser plutôt des experts, des figures emblématiques, des gens qui sont des histoires à eux tout seuls et qui peuvent répliquer « au feu par le feu » (lire ici ce document sur leur stratégie de communication).

Nous avons rencontré l'un des agents d'influence les plus mis en avant par l'industrie transgénique : Patrick Moore. Officiellement, c'est un écologiste, un ancien de Greenpeace.

 

 https://www.youtube.com/watch?v=8MCtVqmCoI8


Il dit aujourd'hui promouvoir le riz doré OGM afin de combattre les carences en vitamine A dans le tiers-monde. Mais il prend la défense de l'industrie transgénique avec virulence, quel que soit le sujet. L'industrie transgénique tente de nier autant que possible la réalité sanitaire qui frappe l'Argentine. Elle tente d'effacer les zones de soupçon en affirmant que ses produits sont testés. Mais il suffit de suivre la trace du soja OGM, jusqu'en Europe, pour continuer à avoir des doutes.


Au Danemark, les élevages de porcs sont confrontés à la « mort jaune », une épidémie inexpliquée de diarrhée violente tuant jusqu'à 30 % des porcelets. Elle pourrait être liée à une agression contre certaines bactéries du système digestif. Des centaines de bêtes meurent de maladies gastriques aux causes inconnues. Là-bas, les bêtes sont nourries à 100 % aux OGM. Certains fermiers mettent en cause le combo transgénique : soja OGM+herbicide glyphosate. Une poignée d'entre eux, comme Ib Pedersen, a abandonné les OGM et affirme que leurs bêtes se portent mieux. Le gouvernement a demandé à une université d'agronomie d'évaluer l'impact du glyphosate sur les bactéries digestives.

Le problème pourrait dépasser le royaume du Danemark. En France, il faut savoir qu'il y a une chance sur deux pour que la côtelette de porc que nous mangeons vienne d'une bête nourrie au soja transgénique. La moitié des bêtes d'élevage françaises sont nourries aux OGM. Pourquoi alors, aucun éleveur, aucun magasin, aucun importateur de nourriture animale n'accepte d'en dire un mot ? Que craint-on ? Un nouveau scandale alimentaire ? Xavier Beulin, le président de la FNSEA, le reconnaît : « Il y a une omerta en la matière car les éleveurs ont été trop exposés dans des scandales à répétition dont ils n'étaient pas responsables. »

L'enjeu du traité transatlantique

Nous vivons au cœur de la grande guerre du transgénique. Elle est restée invisible mais n'en est pas moins violente. Grâce aux câbles diplomatiques américains dévoilés par Wikileaks en 2012, on sait que le gouvernement américain s'est littéralement mis au service de l'industrie transgénique, a exercé des pressions, amicales ou plus musclées, pour que Monsanto puisse s'imposer partout. Nous avons pu reconstituer certains épisodes de cette offensive du soft power pro-transgénique.


Ainsi, en France, en 2007, l'ambassadeur Craig Stapleton a monté une réunion secrète entre des représentants des firmes transgéniques et un patron de l'agriculture française pour élaborer une stratégie commune. J'ai retrouvé cet agriculteur. Il raconte qu'il fallait faire plier le gouvernement français et réduire l'influence de José Bové dont le nom apparaît des dizaines de fois dans les câbles (ces documents peuvent être lus ici). Il existe au ministère américain des affaires étrangères un homme dont le rôle exclusif est d'assurer la promotion du transgénique. Il s'appelle Jack Bobo. Il l'a expliqué lors d'une conférence dans une université américaine : « Le transgénique est pour nous une affaire de sécurité nationale... » Voir, ci-dessous, sa conférence à Cornell University, en décembre 2013.

Le prochain épisode de la grande guerre du transgénique se jouera très certainement lors des négociations du traité transatlantique de libre-échange. Ce traité commercial vise officiellement à harmoniser les normes sanitaires et réglementaires entre les États-Unis et l'Europe. S'il venait à être imposé selon les termes que souhaitent les Américains, il serait sans doute difficile de refuser les importations d'OGM au nom du principe de précaution. Il serait même probablement impossible de les étiqueter pour en informer le public. L'industrie transgénique considère l'étiquette OGM comme une « atteinte au droit à rester silencieux » et poursuit l'État du Vermont qui a osé l'autoriser dans les supermarchés. L'étiquette OGM était l'une des promesses de campagne de Barack Obama. Elle n'a toujours pas été imposée au niveau fédéral.


Après la signature du traité, s'il est signé, de nouveaux acteurs vont rentrer en jeu : les arbitres. Si une firme estime qu'un État ne respecte pas sa liberté de commerce, elle peut demander réparation devant une cour arbitrale. Il ne s'agit pas de juges mais d'anciens avocats d'affaires ou de lobbyistes, spécialistes du droit commercial. À titre d'exemple, Daniel Price, un ancien lobbyiste de Monsanto, est arbitre. Price intervient notamment dans le cas Philip Morris contre l'État de l'Uruguay. Le gouvernement uruguayen imposant des avertissements santé un peu trop gros sur le paquet de cigarettes, la multinationale du tabac le poursuit.

Corinne Lepage, ex-députée européenne, qui s'est battue contre le projet de traité transatlantique explique :« Si demain Monsanto n'accepte pas que la France étiquette leurs OGM ou les refuse, ils nous poursuivront devant des arbitres et demanderont des centaines de millions de dollars de dommages et intérêts. Pour discrimination commerciale... C'est une guerre qui ne dit pas son nom. » Évidemment, dans ce monde nouveau, l'avis des citoyens français, majoritairement réticents à consommer des OGM, est totalement facultatif...


---------------------

« Bientôt dans vos assiettes ! (de gré ou de force...) », un documentaire de Paul Moreira
Diffusion lundi 1er septembre à 20 h 50, Canal plus.

 

 

Source : www.mediapart.fr

more...
No comment yet.
Rescooped by MOVUS from démocratie énergetique
Scoop.it!

Vous avez dit "nucléaire propre" ? - Réseau Sortir du nucléaire

Vous avez dit "nucléaire propre" ? - Réseau Sortir du nucléaire | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it
Centrales nucléaires : des fuites et rejets en pagaille

À entendre EDF, une centrale nucléaire ne rejetterait que de la vapeur d’eau. Mais la blancheur trompeuse des nuages sortant des tours de refroidissement ne doit pas faire illusion. Cette propreté apparente occulte de nombreuses fuites et rejets, accidentels ou autorisés, de produits chimiques corrosifs ou irritants et d’éléments radioactifs dans 

l’environnement. Un cocktail « sans danger pour l’environnement », vraiment ?


Via Aquitaine decroissance
more...
No comment yet.
Rescooped by MOVUS from Environnement, Pollution et Eco-Logis "AutreMent"
Scoop.it!

La catastrophe de Fukushima bien plus coûteuse que prévu

La catastrophe de Fukushima bien plus coûteuse que prévu | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it
L'accident atomique de Fukushima coûtera au bas mot à peu près le double de ce que le gouvernement japonais avait estimé, a affirmé une étude universitaire consultée mercredi par l'AFP.

Via L'Info Autrement
more...
No comment yet.
Rescooped by MOVUS from Planete DDurable
Scoop.it!

Sao Paulo, la mégapole du Brésil, a soif

Sao Paulo, la mégapole du Brésil, a soif | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it

AFP 21/08/2014


Mégapole et poumon économique du Brésil, Sao Paulo a soif, frappée depuis des mois par une grave sécheresse qui menace l'approvisionnement en eau de millions de personnes.

Les réservoirs du réseau Cantareira, qui alimente 45% de la région métropolitaine de Sao Paulo, une zone où vivent 20 millions de personnes, se trouvent à un minimum historique. Et ce niveau continue à baisser alors que d'autres réseaux montrent des signes de fatigue.


Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
No comment yet.
Rescooped by MOVUS from Toxique, soyons vigilant !
Scoop.it!

Les abeilles meurent bien intoxiquées dans les Pyrénées-Orientales

Les abeilles meurent bien intoxiquées dans les Pyrénées-Orientales | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it

France bleu 6/08/2014


Le CNRS de Lyon a rendu ses conclusions après la mort de millions d'abeilles cet hiver dans les ruches des Pyrénées-Orientales, elles meurent intoxiquées par des produits phytosanitaires, et notamment des produits anti-parasitaires utilisés dans l'élevage. » 



Via Bernadette Cassel, Pascal Faucompré
more...
Rescooped by MOVUS from Chronique des Droits de l'Homme
Scoop.it!

Fonctions urbaines et respiration patrimoniale de la ville - vol. 53 / 3-4 | 2013

Fonctions urbaines et respiration patrimoniale de la ville - vol. 53 / 3-4 | 2013 | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it

>>>> Articles en accès libre et texte intégral


Via Alcofribas
more...
No comment yet.
Scooped by MOVUS
Scoop.it!

Deep Water Fracking Next Frontier for Offshore Drilling

Deep Water Fracking Next Frontier for Offshore Drilling | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it

Bloomberg 7/04/2014


Energy companies are taking their controversial fracking operations from the land to the sea -- to deep waters off the U.S., South American and African coasts.

more...
No comment yet.
Rescooped by MOVUS from démocratie énergetique
Scoop.it!

Fukushima : rejet massif de poussières radioactives en août 2013

Fukushima : rejet massif de poussières radioactives en août 2013 | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it

Le Monde 24/07/2014


D'importantes quantités de poussières radioactives se sont échappées en août 2013 du réacteur 3 lors du déblaiement de ferrailles et détritus accumulés au-dessus, a reconnu Tepco.


Via L'Info Autrement, Aquitaine decroissance
more...
No comment yet.
Rescooped by MOVUS from Planete DDurable
Scoop.it!

Etats-Unis: vers la reprise de l'exploration pétrolière dans l'Atlantique

Etats-Unis: vers la reprise de l'exploration pétrolière dans l'Atlantique | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it

20 minutes.fr 18/07/2014


Washington - Les Etats-Unis ont ouvert la voie vendredi à la reprise de l'exploration pétrolière dans l'océan Atlantique, interdite depuis le début des années 1980 sur fond d'inquiétudes environnementales.



Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
No comment yet.
Scooped by MOVUS
Scoop.it!

South American Silica Corp. Adds a Second Concession Block in Uruguay on Receipt of Favourable Frac Sand Test Results

SYS-CON Media 3/09/2014


A Canadian-based company focused on exploration and development of uranium resources and associated commodities in South America, reports that South American Silica Corp. ("SAS"), in which U3O8 Corp. has a 39% equity interest, has staked concessions covering 1,225 hectares ("Ha") in the Polanco Project in central Uruguay. These concessions add another area with excellent frac sand potential to SAS' property portfolio. The principal target market for frac sands from Uruguay is Argentina's Vaca Muerta Shale Basin, which is ranked as the world's third largest shale-hosted gas reserve, and its fourth largest shale-hosted oil reserve. Frac sand is an essential component in the production of oil and gas from shale.

more...
No comment yet.
Scooped by MOVUS
Scoop.it!

Peru: Monoculture sweeps Amazon Forests

Peru: Monoculture sweeps Amazon Forests | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it

Latinamerica press 9/09/2014


Recent reports reveal that the regional governments of Loreto and Ucayali, in the eastern part of the country, have sold millions of hectares of virgin forests as rural land for African oil palm cultivation.


Ninety percent of the deforestation of Peruvian Amazon forests is due to changing land for agriculture and livestock, ensure experts and environmental groups. Recent reports and journalistic articles revealed that the regional governments of Loreto and Ucayali, in the eastern part of the country, have sold millions of hectares of virgin forests as rural land for African oil palm cultivation.

According to the Peruvian Eco-Development Society (SPDE), “companies with interests and investments in palm oil crops have been acquiring rural land through offers to small farmers to force them to sell their land, through land invasion and through direct negotiation with public employees.”

“The Ministry of Agriculture and Irrigation (MINAGRI) and the regional governments of Loreto and Ucayali continue to promote deforestation to [cultivate] African oil palm by classifying forests as rural lands, by re-classifying forest land for agro-industrial purposes, by authorizing land use changes, and by approving environmental impact studies for agro-industrial projects,” pointed out the SPDE.

more...
No comment yet.
Scooped by MOVUS
Scoop.it!

TRAILER - OTRAS VOCES POR LA TIERRA - english subtitles -

Other voices for the earth/land. Film making community project developed in the rural areas surrounding the towns of Valentines y Cerro Chato (Uruguay), inhabited places under demand for open pit iron mining at large scale (Zamin Ferrous - Aratirí)

more...
No comment yet.
Rescooped by MOVUS from The Great Transition
Scoop.it!

A doomed Earth of science fiction may well become a reality

A doomed Earth of science fiction may well become a reality | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it

The Guardian 01/09/2014


Andrew Simms: Our climate altering activities are hurtling us towards the fictional future of a hot, melting world


27 months and counting

There’s a scene in the newly-restored science fiction classic The Day the Earth Caught Fire (premiered last week in the summer open air cinema at the British Museum) when The Daily Express’s fictional, bull-nosed science reporter, Bill Maguire, barks at a newsroom junior to fetch him information on the melting points of various substances. It’s to illustrate a spread in the paper which is investigating how massive nuclear tests have shifted the planet on its axis, causing chaotic weather and a heat wave to slowly marinate London.


The screening launched the British Films Institute’s Sci-Fi season, whose light-hearted tone was set with kitsch alien facemasks given to the audience. A giant promotional selfie was taken before the film began.

At the end, the friend I’d watched it with, who works for an official environmental body, went very quiet. “Do you know what I’ve been doing in the last few days?” she asked rhetorically. “Looking into the melting points of various substances in the event of worsening heat waves hitting London.” We both went quiet then.


Research into heat thresholds shows what happens when science fiction becomes science fact. At 20C legionalla bacteria start developing in normal drinking water. At 24C London Underground start work to prevent track buckling. Less than a degree more, at 24.7C for a two-day duration, and deaths and hospital admissions rise. An estimated 600 more peopledied in London than usual during the 2003 heat wave.

Even well-insulated houses overheat at 27C. Power cables start getting hit at around 30C and the likelihood of power outages for businesses goes up. At 33C road surfaces begin to soften and melt. For comparison, in the 2003 heat wave, there were air temperatures recorded on the tubes and platforms of 41.5C and 36.2C respectively. The UK’s highest outdoor daytime temperature recorded so far was 38.5C, outside London in Gravesend, Kent.

There’s a key moment in the film when the characters realise something serious is happening because the authorities make plans to cut the mains water supply and set up communal drinking and washing facilities.


A real 2011 report on adapting to climate change by a group within the Committee on Climate Change looked at the impact of different scenarios for global warming on London’s water supply. The gap between water supply and demand in London is growing regardless. The report shows planned options for compulsory meters, a new reservoir at Abingdon, transferring water at Longdon Marsh and other measures. But in the worst case scenario (and actual global greenhouse gas emissions are indeed jumping off the worst case scenarios), taking account of all the suggested measures, a presentation based on the report notes that, a “combination of the three adaptation pathways do not address the extreme deficit” of water supply.

Science fiction’s typical, clever conceit is that it’s not really about fantastical futures at all. Instead, it offers a magnified version of the present that better allows us to see ourselves, and the patterns and implications of our current behaviour and technology.


Via Willy De Backer
more...
Willy De Backer's curator insight, September 1, 2:52 PM

Is Andrew 'Cancel the apocalypse' Simms getting more pessimistic?

Scooped by MOVUS
Scoop.it!

Sweet victory for Mexico beekeepers as Monsanto loses GM permit

Sweet victory for Mexico beekeepers as Monsanto loses GM permit | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it

The Guardian 8/08/2014


Nina Lakhani: Evidence convinced judge of threat posed to honey production in Yucatán – but firm will almost certainly appeal against ruling


A small group of beekeepers in Mexico has inflicted a blow on biotech giant Monsanto, which has halted the company’s ambitions to plant thousands of hectares of soybeans genetically modified to resist the company’s pesticide Roundup.

A district judge in the state of Yucatán last month overturned a permit issued to Monsanto by Mexico’s agriculture ministry, Sagarpa, and environmental protection agency, Semarnat, in June 2012 that allowed commercial planting of Roundup-ready soybeans.

The permit authorised Monsanto to plant its seeds in seven states, over more than 253,000 hectares (625,000 acres), despite protests from thousands of Mayan farmers and beekeepers, Greenpeace, the Mexican National Commission for the Knowledge and Use of Biodiversity, the National Commission of Natural Protected Areas and the National Institute of Ecology. 

In withdrawing the permit, the judge was convinced by the scientific evidence presented about the threats posed by GM soy crops to honey production in the Yucatán peninsula, which includes Campeche, Quintana Roo and Yucatán states. Co-existence between honey production and GM soybeans is not possible, the judge ruled.

Mexico is the world’s six biggest producer and third largest exporter of honey. About 25,000 families on the Yucatán peninsula depend on honey production. This tropical region produces about 40% of the country’s honey, almost all of which is exported to the EU. This is not small change: in 2011, the EU imported $54m (£32m) worth of Mexican honey.

The concerns are multiple. Roundup-ready crops – soybeans, corn, canola, sugar beets, cotton and alfalfa – have been manipulated to be resistant to glyphosate, the active ingredient in Roundup.

Some argue that glyphosate poses a risk to human and animal health, a claim that Monsanto and other agribusinesses reject.

In addition to health risks, environmental damage to soil, water and bee colonies – which are dwindling fast – have been attributed glyphosate use, threatening food and water security across the globe.

more...
No comment yet.
Scooped by MOVUS
Scoop.it!

Uranium Industry Issues in Québec - Public hearings schedule of the question

Newswire 27/08/2014


QUÉBEC CITY, Aug. 27, 2014 /CNW Telbec/ - The inquiry commission of uranium industry issues in Québec, created by the Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), unveils its schedule for the question and information phase, which will start on September 3. This phase will allow the commission and the participants to deepen their knowledge of the issues concerning the uranium industry in Québec, with the help of specialists and resource persons.

more...
No comment yet.
Rescooped by MOVUS from Planete DDurable
Scoop.it!

L’optimisation fiscale, épouvantail pour investisseurs responsables

L’optimisation fiscale, épouvantail pour investisseurs responsables | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it
Les investisseurs responsables commencent à s’interroger sur l’optimisation fiscale effrénée des multinationales. Cette stratégie visant à limiter au maximum le paiement d’impôts dans certains pays a longtemps été considérée comme un facteur d’attraction pour les actionnaires. Mais elle devient progressivement un risque : c’est ce que montrent les sanctions des consommateurs et l’analyse des signataires des Principes pour l’investissement responsable.

Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
No comment yet.
Scooped by MOVUS
Scoop.it!

Italy / Cyanide Beach -

InvestigativeMEDIA's 24-minute video reveals the deceptive business tactics of Augusta Resource Corporation's top business executives when they operated a gold mine in Sardinia, Italy between 2003 and 2007. 

more...
No comment yet.
Rescooped by MOVUS from Environnement, Pollution et Eco-Logis "AutreMent"
Scoop.it!

Fukushima : des sédiments contaminés sur des distances relativement grandes

Fukushima : des sédiments contaminés sur des distances relativement grandes | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it

Actu environnement 11/08/2014


Les équipes du Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (LSCE) et du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) ont publié "les premières mesures précises de l'isotopie du plutonium présent dans les différents sédiments radioactifs charriés par les rivières côtières dans la région de Fukushima", annonce un communiqué du 7 août. L'analyse porte sur les isotopes 239Pu, 240Pu, 241Pu et 242Pu. Ceux-ci étaient présents dans l'ensemble des échantillons, "à l'état de traces".


Via L'Info Autrement
more...
No comment yet.
Rescooped by MOVUS from Planete DDurable
Scoop.it!

Propreté dans les villes : pourquoi nous allons nous mordre les doigts de la disparition grandissante des insectes

Propreté dans les villes : pourquoi nous allons nous mordre les doigts de la disparition grandissante des insectes | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it

Amy Savage, une chercheuse américaine, a examiné le rôle des invertébrés - qui représentent 99 % de la faune - dans l'élimination des déchets en villes en déposant des hot-dogs, des cookies ou encore des chips à Manhattan. Une étude inédite et dont les résultats ne sont pas anodins.



Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
No comment yet.
Scooped by MOVUS
Scoop.it!

L'Allemagne se rapproche d’une interdiction de la fracturation hydraulique

L'Allemagne se rapproche d’une interdiction de la fracturation hydraulique | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it

Euractiv 4/08/2014


L'Allemagne a mis en place un moratoire sur le recours à la fracturation hydraulique pour extraire des énergies fossiles. Cette méthode n'est toutefois pas interdite, mais l'Agence fédérale de l'environnement espère changer rapidement la situation. 


la présidente de l'Agence fédérale de l'environnement (UBA), a présenté son évaluation sur la fracturation hydraulique à Berlin, le 30 juillet.


Ses conclusions étaient sans équivoque. « Tant que les principaux risques liés à cette technologie ne peuvent être ni prédits ni contrôlés, la fracturation en vue d’extraire des gisements de gaz de schiste et de houille devrait être interdite en Allemagne ».

« La fracturation est et demeure une technologie à risque. Pour cette raison, des mesures strictes de protection de l'environnement et de la santé sont nécessaires », a indiqué Maria Krautzberger dans un communiqué.

Le gaz de schiste est considéré par certains comme une solution pour remplacer les énergies fossiles traditionnelles. Les organisations patronales soutiennent de leur côté cette technologie d’extraction, car elle pourrait, selon eux, permettre de réduire la dépendance de l’Europe vis-à-vis du gaz importé par la Russie à l’heure où les tensions sont à leur paroxysme.


Soutenus par une opinion publique attentive au respect de l’environnement, les responsables politiques allemands sont préoccupés par les dégâts environnementaux provoqués par la fracturation hydraulique.


Moratoire jusqu’en 2020

Dans un rapport de synthèse commun, les ministres allemands Sigmar Gabriel (Affaires économiques) et Barbara Hendricks (Environnement) ont convenu d'un moratoire jusqu'à 2022 sur les gisements de gaz de schiste et de houille enfouis jusqu'à 3 000 mètres de profondeur. Les projets de recherche et de développement ne font cependant pas partie de cet accord.

Selon Maria Krautzberger, les lignes directrices présentées par les deux ministres devraient à présent être transposées rapidement dans la législation allemande.

« Jusqu'à présent, nous n'avons pas de dispositifs juridiques clairs concernant la technologie de la fracturation. Cette situation laisse à désirer et les législateurs devraient y remédier au plus vite », a-t-elle ajouté.

« L'interdiction d'exploiter des gisements de schiste et de houille doit être au cœur des amendements modifiant la loi sur l'approvisionnement en eau. En outre, une étude d'évaluation des incidences sur l'environnement et une interdiction de mener ce type d'activités sur les sites de protection des eaux devraient être mise en place pour tout type de fracturation, sans exception », a-t-elle poursuivi.

more...
No comment yet.
Rescooped by MOVUS from Chronique des Droits de l'Homme
Scoop.it!

Des réservoirs d’occasion pour l’eau radioactive à Fukushima

Des réservoirs d’occasion pour l’eau radioactive à Fukushima | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it

Le Vif 23/07/2014


La compagnie Tepco (Tokyo Electric Power), gérante de la centrale accidentée de Fukushima, a reconnu, suite à la parution du quotidien Manichi Shimbun, que plusieurs réservoirs d'eau radioactive utilisés sur le site étaient en réalité des modèles d'occasion ; qui plus est les mêmes que celui qui avait laissé fuir près de 300 mètres cubes de liquide souillé en 2013. 


Via Alcofribas
more...
No comment yet.
Rescooped by MOVUS from Environnement, Pollution et Eco-Logis "AutreMent"
Scoop.it!

Nucleaire / ITER, la machine qui imitera le Soleil, sort de terre

Nucleaire / ITER, la machine qui imitera le Soleil, sort de terre | MOVUS  Movement for a Sustainable Uruguay | Scoop.it
Installé en Provence, le chantier du futur réacteur expérimental thermonucléaire vient d'entrer dans une nouvelle phase.

Via L'Info Autrement
MOVUS's insight:

http://www.iter.org/


more...
No comment yet.