Movie News
Follow
Find
157 views | +0 today
Scooped by Roland Nasky
onto Movie News
Scoop.it!

NYMPHOMANIAC • Sexe, mensonges et promotion • Histoires d'un film coupé en deux

NYMPHOMANIAC • Sexe, mensonges et promotion • Histoires d'un film coupé en deux | Movie News | Scoop.it

• Comme tous les grands provocateurs, Lars von Trier n'aime rien tant que jouer les victimes. Si l'on en croit le carton d'avertissement inséré avant le début du premier volet de la version de quatre heures de Nymph()maniac, le film qui sort cette semaine en salles aurait été « censuré ». On lit en effet : « Le film est une version abrégée, et censurée, de la version originale de Nymph()maniac de Lars von Trier. Il a été réalisé avec sa permission, mais sans autre implication de sa part. »
• Qu'est-ce que c'est que cette histoire, se demande-t-on, avant d'être emporté dans le tourbillon de sa fiction. Le cinéaste danois ne s'étendra pas sur la question. Après le scandale causé par les propos qu'il a tenus sur Hitler et Albert Speer en 2011, lors de la conférence de presse cannoise de Melancholia, il a annoncé qu'il ne parlait plus à la presse.
• Si l'on en croit Louise Vesth, qui a produit le film au sein de Zentropa, la société de Lars von Trier, la phrase d'avertissement traduit la réalité de la production de ce film dont la version longue, d'une durée de cinq heures trente environ et offrant une représentation beaucoup plus explicite de la sexualité, n'est pas encore totalement terminée. Mais avec une touche de malice sans laquelle Lars von Trier ne serait pas qui il est.
• « La division du film en deux parties reflète fidèlement le scénario, explique la productrice. S'il l'a scindé en deux volumes, et en huit chapitres, c'est qu'il s'est beaucoup inspiré de la littérature pour l'écrire. Il savait aussi que, dans certains pays, les distributeurs auraient besoin de deux films distincts, et s'est dit “intégrons cette contrainte au scénario”. A l'origine, il pensait que son film durerait quatre heures environ. Il n'avait pas l'intention de couper les scènes hard. Pour permettre sa diffusion à la télévision, et même en salles, il avait l'intention de trouver un procédé qui cache les images les plus explicites, ou les floute. »
• Lorsqu'il est devenu évident que le film allait largement dépasser la durée prévue, et que les distributeurs et diffuseurs télé associés à la production ont manifesté leur mécontentement, Lars von Trier et ses producteurs ont imaginé faire deux versions différentes, une courte et soft, et une longue et hardcore. Comme ils l'avaient déjà fait pour Antichrist, dont la version soft n'a pratiquement jamais été exploitée.
• Les critères de coupe ont été établis en se calant sur les codes de censure de divers pays, avec l'objectif que le film puisse être diffusé partout en salles et à la télévision. Des projections test ont ensuite été organisées pour les valider. « Pour certains, c'était encore trop osé, mais nous n'avons tenu compte de leur avis que de manière marginale, soutient Louise Vesth. C'était très important pour moi d'aller le plus loin possible, et de pousser un peu plus loin encore. »

Roland Nasky's insight:

• Si l'on en croit le carton d'avertissement inséré avant le début du premier volet de la version de quatre heures de Nymph()maniac, le film qui sort cette semaine en salles aurait été « censuré ». On lit en effet : « Le film est une version abrégée, et censurée, de la version originale de Nymph()maniac de Lars von Trier. Il a été réalisé avec sa permission, mais sans autre implication de sa part. »

more...
No comment yet.
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Roland Nasky
Scoop.it!

THE BROKEN CIRCLE BREAKDOWN • La Belgique en lice pour les OSCARS !

THE BROKEN CIRCLE BREAKDOWN • La Belgique en lice pour les OSCARS ! | Movie News | Scoop.it

• Il l'ont eue! Le film belge "The Broken Circle Breakdown" de Felix van Groeningen a décroché la nomination tant espérée aux Oscars. Le film prend place dans la catégorie Meilleur film en langue étrangère. Il devra affronter quatre autres long-métrages: "The great beauty", "The hunt", "The missing picture" et "Omar". "The Broken Circle Breakdown", connu également sous le nom "Alabma Monroe", raconte la tragique et belle histoire d'amour de Didier et Elise. Une petite fille, Maybelle, naîtra de leur passion. Mais la vie ne leur épargnera aucun drame. Deux ans après "Rundskop" (Tête de Boeuf), qui avait envoyé Matthias Schoenaerts sur le tapis rouge, "The Broken Circle Breakdow" est ainsi le septième film belge à obtenir une nomination dans cette catégorie.
• La Belgique est présente également dans la catégorie Meilleur film d'animation avec Ernest et Célestine, que l'on doit à Benjamin Renner et aux Belges Vincent Patar et Stéphane Aubier.

Roland Nasky's insight:

• La 86e cérémonie des Oscars se déroulera le dimanche 2 mars prochain, à Hollywood. On sait déjà que c'est Ellen Degeneres qui présentera la cérémonie, que John Legend se produira au célèbre Governors Ball et que la Belgique a des chances de décrocher une précieuse statuette dorée avec le film "The Broken Circle Breakdown". Les nominations viennent de tomber.

more...
No comment yet.
Scooped by Roland Nasky
Scoop.it!

NYMPHOMANIAC • Sexe, mensonges et promotion • Histoires d'un film coupé en deux

NYMPHOMANIAC • Sexe, mensonges et promotion • Histoires d'un film coupé en deux | Movie News | Scoop.it

• Comme tous les grands provocateurs, Lars von Trier n'aime rien tant que jouer les victimes. Si l'on en croit le carton d'avertissement inséré avant le début du premier volet de la version de quatre heures de Nymph()maniac, le film qui sort cette semaine en salles aurait été « censuré ». On lit en effet : « Le film est une version abrégée, et censurée, de la version originale de Nymph()maniac de Lars von Trier. Il a été réalisé avec sa permission, mais sans autre implication de sa part. »
• Qu'est-ce que c'est que cette histoire, se demande-t-on, avant d'être emporté dans le tourbillon de sa fiction. Le cinéaste danois ne s'étendra pas sur la question. Après le scandale causé par les propos qu'il a tenus sur Hitler et Albert Speer en 2011, lors de la conférence de presse cannoise de Melancholia, il a annoncé qu'il ne parlait plus à la presse.
• Si l'on en croit Louise Vesth, qui a produit le film au sein de Zentropa, la société de Lars von Trier, la phrase d'avertissement traduit la réalité de la production de ce film dont la version longue, d'une durée de cinq heures trente environ et offrant une représentation beaucoup plus explicite de la sexualité, n'est pas encore totalement terminée. Mais avec une touche de malice sans laquelle Lars von Trier ne serait pas qui il est.
• « La division du film en deux parties reflète fidèlement le scénario, explique la productrice. S'il l'a scindé en deux volumes, et en huit chapitres, c'est qu'il s'est beaucoup inspiré de la littérature pour l'écrire. Il savait aussi que, dans certains pays, les distributeurs auraient besoin de deux films distincts, et s'est dit “intégrons cette contrainte au scénario”. A l'origine, il pensait que son film durerait quatre heures environ. Il n'avait pas l'intention de couper les scènes hard. Pour permettre sa diffusion à la télévision, et même en salles, il avait l'intention de trouver un procédé qui cache les images les plus explicites, ou les floute. »
• Lorsqu'il est devenu évident que le film allait largement dépasser la durée prévue, et que les distributeurs et diffuseurs télé associés à la production ont manifesté leur mécontentement, Lars von Trier et ses producteurs ont imaginé faire deux versions différentes, une courte et soft, et une longue et hardcore. Comme ils l'avaient déjà fait pour Antichrist, dont la version soft n'a pratiquement jamais été exploitée.
• Les critères de coupe ont été établis en se calant sur les codes de censure de divers pays, avec l'objectif que le film puisse être diffusé partout en salles et à la télévision. Des projections test ont ensuite été organisées pour les valider. « Pour certains, c'était encore trop osé, mais nous n'avons tenu compte de leur avis que de manière marginale, soutient Louise Vesth. C'était très important pour moi d'aller le plus loin possible, et de pousser un peu plus loin encore. »

Roland Nasky's insight:

• Si l'on en croit le carton d'avertissement inséré avant le début du premier volet de la version de quatre heures de Nymph()maniac, le film qui sort cette semaine en salles aurait été « censuré ». On lit en effet : « Le film est une version abrégée, et censurée, de la version originale de Nymph()maniac de Lars von Trier. Il a été réalisé avec sa permission, mais sans autre implication de sa part. »

more...
No comment yet.
Scooped by Roland Nasky
Scoop.it!

PORNO + LARS VON TRIER = BUZZ

PORNO + LARS VON TRIER = BUZZ | Movie News | Scoop.it

--- par Nicolas Crousse ---
• Copenhague, 5 décembre. C’est jour de fête, pour le Danish Film Institute, qui accueille la presse internationale en célébrant l’enfant terrible du pays, Lars von Trier. L’homme est absent, mais tout ne tourne qu’autour de lui. Des orateurs se succèdent pour étudier l’œuvre du génie torturé, à la lumière de son dernier film, Nymphomaniac , précédé depuis des mois par un buzz aussi sulfureux que torride.
• Louise Vesth, productrice du film, joue les ingénues : « Quand Lars a parlé d’un film porno, c’était évidemment ironique, dans sa bouche, comme souvent chez lui. » Philip Einstein Lipski, le jeune concepteur de la campagne, se fait beaucoup plus direct quand il s’agit de dévoiler la stratégie commerciale. « Nous avions trois ingrédients forts : la rumeur de scandale, un titre un peu poisseux et le silence médiatique de Lars von Trier… qui m’a laissé beaucoup de liberté. Mon idée était la suivante : la pornographie, c’est de la culture grivoise, et Lars von Trier, c’est de la culture élitiste. La tension entre les deux est devenue notre champ de recherche. »
http://www.nymphomaniacthemovie.com

Roland Nasky's insight:

• Pour parfaire la longévité de la campagne de Nymphomaniac , une cerise sur le gâteau : la version intégrale, vendue comme non censurée, sera présentée en février au Festival de Berlin. Elle fait 5 h 30. Pour 4 (deux fois deux heures) à la version proposée en salles.

more...
No comment yet.
Scooped by Roland Nasky
Scoop.it!

Trailer • 12 YEARS A SLAVE de Steve McQueen (Shame, Hunger) • Un des films les plus attendus de 2014!

• Réalisateur: Steve McQueen
• Acteurs: Chiwetel Ejiofor Michael Fassbender Brad Pitt Paul Dano Paul Giamatti Sarah Paulson Alfre Woodard Quvenzhané Wallis
• Origine: Royaume-Uni
• Genres: Drame Biopic Film historique
• Année de production: 2013
• Date de sortie en Belgique: 22/01/2014
• Durée: 1h50
• 12 YEARS A SLAVE is based on an incredible true story of one man's fight for survival and freedom. In theaters October 18, 2013.
Description
• In the pre-Civil War United States, Solomon Northup (Chiwetel Ejiofor), a free black man from upstate New York, is abducted and sold into slavery. Facing cruelty (personified by a malevolent slave owner, portrayed by Michael Fassbender), as well as unexpected kindnesses, Solomon struggles not only to stay alive, but to retain his dignity. In the twelfth year of his unforgettable odyssey, Solomon’s chance meeting with a Canadian abolitionist (Brad Pitt) will forever alter his life.
• Plus d'infos: https://www.facebook.com/12YearsASlave

Roland Nasky's insight:

• 12 YEARS A SLAVE sortira en Belgique le 22 janvier 2014!

more...
No comment yet.
Scooped by Roland Nasky
Scoop.it!

La révélation de NYMPHOMANIAC, c’est incontestablement STACY MARTIN

La révélation de NYMPHOMANIAC, c’est incontestablement STACY MARTIN | Movie News | Scoop.it

• Pas évident de se lancer dans la cour des grands avec un défi qui était sur papier aussi casse-cou, trouble, voire tout simplement vulgaire. Or, cette Londonienne de 23 ans qui fait ici ses débuts sur grand écran, après avoir été étudiante au London College Communication, puis modèle, donne de l’élégance et de la sensibilité à la nympho qu’elle incarne.
• A Copenhague où nous la rencontrons, elle explique : «  J’ai fait deux auditions à Londres, avant de rencontrer Lars. Je me souviens de l’état de stress intenable dans lequel je me suis présentée à lui. Lui était très calme. Je ne m’étais pas imaginé avoir le rôle. Je m’étais davantage préparée à une sorte d’atelier, de workshop, une chose que j’aurais regretté de ne pas faire. Or, deux semaines plus tard, j’étais à Gand, et nous tournions.  »
• Stacy Martin porte le film sur ses fines épaules. En jouant le rôle de Joe (jeune)… que Charlotte Gainsbourg lui partage. Ce qu’elle savait du rôle ? « Je savais que c’était un film de Lars von Trier appelé Nymphomaniac, que j’aurais un double pour les scènes pornographiques et que je porterais une prothèse de vagin, qui me protégerait de toute sensation physique. Une fois que les problèmes de l’utilisation de la nudité étaient résolus, il n’y avait pour moi plus aucun problème, tant le scénario m’avait déjà conquis. Joe ? Elle n’a jamais honte du sexe. Pour elle, c’est une célébration. Qui peut être merveilleuse. Même si douloureuse aussi, parfois.  »
• Stacy Martin connaissait le cinéma de Lars von Trier avant d’y faire son entrée. «  Des amis m’avaient mis en garde, au sujet de la réputation difficile de Lars. On se trompe. Lars a l’esprit de troupe. Et travaille à peu près avec les mêmes gens depuis Breaking the waves. Il a l’esprit de famille.  » Il a aussi une méthode, proche de l’improvisation. «  Il arrive sur le plateau. Il ne me dit pas quoi faire. Il me dit plutôt ’Commence par là où tu veux’. Il vous laisse beaucoup de liberté. Il filme en digital, et laisse tourner sa caméra constamment. De sorte que les prises peuvent être longues. »
http://www.nymphomaniacthemovie.com

Roland Nasky's insight:

• Avec une grâce naturelle et quelque chose de doux et fluide dans le visage, STACY MARTIN donne au film de LARS VON TRIER une finesse et une élégance inattendues.

more...
No comment yet.
Scooped by Roland Nasky
Scoop.it!

Interview de CHARLOTTE GAINSBOURG • NYMPHOMANIAC • La chair est violente, la chair est triste

Interview de CHARLOTTE GAINSBOURG • NYMPHOMANIAC • La chair est violente, la chair est triste | Movie News | Scoop.it

• Plus que jamais, avec Nymphomaniac , le troisième film qu’elle tourne devant la caméra de Lars von Trier, Charlotte Gainsbourg affirme son talent, sa personnalité, ses audaces, ses singularités, et ce charme fou qui agit comme l’un des plus puissants aphrodisiaques de la cinéphilie d’aujourd’hui. Tout cela sans jamais renier les traces de ses parents.
• Gageons que Serge Gainsbourg aurait aimé le cinéma romantique et sadomasochiste, passionnel et supplicié, « physique et sans issue » de von Trier, lui qui vénérait les peintures d’extase et d’agonie d’Andrea Mantegna. Gageons aussi que Charlotte, mutilée et nue dans son rôle de Joe, aura eu une pensée pour celui de Johnny, campé en 1976 par sa mère Jane Birkin, dans Je t’aime moi non plus , réalisé par Serge.
• Nous l’avons rencontrée à Copenhague, une petite semaine avant la mort accidentelle de sa demi-sœur Kate.
• C’est votre troisième film avec Lars, depuis « Antichrist » et après aussi « Melancholia ». Comment avez-vous vu évoluer votre relation artistique ?
--- Ch. Gainsbourg: Je ne sais pas si on peut parler d’évolution tant les projets sont différents les uns des autres. Lorsque je l’ai rencontré sur « Antichrist », il n’était pas au mieux, très vulnérable, plein d’anxiété. Il allait beaucoup mieux sur « Melancholia ». Sur « Nymphomaniac », dont les scènes pouvaient être si extrêmes, il a compris que j’aurais besoin de son aide. Et il m’a aidée, et tendu la main. Ce n’était pas un film facile à faire. Tout est alors, et plus que jamais ici, une question de confiance. Mais je lui avais fait confiance dès le premier jour sur « Antichrist ». Je n’ai jamais eu le moindre doute sur ses intentions. Je crois qu’avec ce film, il sait vraiment tout de moi. Physiquement, intellectuellement. Alors que je ne peux pas en dire autant de lui. Il reste très mystérieux et imprévisible, pour moi. Ce que j’aime.

Roland Nasky's insight:

• Charlotte Gainsbourg retrouve Lars von Trier pour la troisième fois. Et campe une sombre et solitaire nymphomaniaque. Entretien.

more...
No comment yet.