Le Labo Social
Follow
Find
861 views | +0 today
 
Scooped by Myriam Lafaille
onto Le Labo Social
Scoop.it!

Comment retrouver le sens du collectif au travail

Comment retrouver le sens du collectif au travail | Le Labo Social | Scoop.it
Assez des usines à gaz et du verbiage théorique de la culture managériale. De nouveaux concepts émergent pour faire évoluer les organisations du travail, des ressources humaines aux relations humaines.
Myriam Lafaille's insight:

"du devoir de faire au plaisir de faire", miam, j'adhère !

more...
Claire Boutin's curator insight, October 5, 2013 2:35 AM

Inspirant cet article !

Michel CEZON's curator insight, October 16, 2013 8:46 AM

« Le devoir de faire ne permet plus de manager. Il faut insister sur le plaisir de faire »

Retrouver la motivation au travail par le sens commun et individuel, le bien-être et la raison d'être professionnelle !

Le Labo Social
+ Humains, Libres Ensemble
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Myriam Lafaille from "Innover en formation"
Scoop.it!

La tendance des formations «boot camp» - Métro Montréal

La tendance des formations «boot camp» - Métro Montréal | Le Labo Social | Scoop.it
Les formations classiques ont maintenant de la concurrence. Les «boot camp» gagnent de plus en plus de terrain auprès des gens qui veulent obtenir une certification. «Boot camp»: le nom évoque un camp militaire, de la sueur et de la boue.

Via Denis Cristol
more...
No comment yet.
Rescooped by Myriam Lafaille from La nouvelle réalité du travail
Scoop.it!

Les nouvelles formes d'emploi

La révolution numérique est en train de faire émerger une nouvelle organisation du travail dite "collaborative". Un phénomène mondial qui se développe dans toutes les villes. Près d'une centaine d'espaces de coworking ont été créés à Paris. Des tiers lieux, espaces de rencontres entre personnes et compétences variées, où se regroupent des travailleurs indépendants et autonomes, des entrepreneurs, des étudiants qui forment des communautés.
Un reportage d'Annabelle Grelier complété par vos témoignages et le point de vue de Jeremy Rifkin.


Via Karine SACEPE, Denis Pennel
more...
No comment yet.
Rescooped by Myriam Lafaille from Entreprise 2.0 et Management
Scoop.it!

Qu’est-ce qu’un écosystème entrepreneurial ? — Welcome to TheFamily

Qu’est-ce qu’un écosystème entrepreneurial ? — Welcome to TheFamily | Le Labo Social | Scoop.it
L’économie entrepreneuriale prospère là où il y a du savoir-faire, du capital et de la rébellion.

Via Karine SACEPE
more...
No comment yet.
Rescooped by Myriam Lafaille from Sélections de Rondement Carré sur la créativité, l'innovation, l'accompagnement du projet et du changement
Scoop.it!

Pourquoi tu m’appelles usager alors que j’m’appelle client ?

Pourquoi tu m’appelles usager alors que j’m’appelle client ? | Le Labo Social | Scoop.it
Stéphane Schultz est fondateur de 15marches , une agence de conseil en stratégie et innovation qui accompagne à la fois jeunes pousses et grands groupes. Pour les inspirer, il analyse les secrets des nouveaux géants du numérique qui changent les usages, modèles économiques, stratégies... Cette semaine il se penche sur….

Via Annie Longeot
more...
Annie Longeot's curator insight, July 21, 5:04 AM

Un article bien tourné et intéressant.

Thierry Evangelista's curator insight, July 21, 2:26 PM
Amusant
Rescooped by Myriam Lafaille from #innovation(s) } Food for Thoughts
Scoop.it!

Comment les « digital natives » vont forcer l’entreprise à bouger

Comment les « digital natives » vont forcer l’entreprise à bouger | Le Labo Social | Scoop.it
À la tête du Boson Project, un cabinet de conseil « nouvelle génération », Emmanuelle Duez sonde les salariés et explique aux managers pourquoi les jeunes recrues doivent être écoutées.

Via Edouard Siekierski
more...
M-Christine Lanne's curator insight, July 8, 1:22 AM

Emmanuelle Duez, dont l'entreprise, The Boson project fait partie du réseau Entrepreneurs d'Avenir. Une valeur montante qui va faire parler d'elle durablement ;)

luc taesch's curator insight, July 10, 2:40 AM

Le bottom up en marche ... 

Scooped by Myriam Lafaille
Scoop.it!

Le management n’est pas mort mais le modèle directif oui !

Le management n’est pas mort mais le modèle directif oui ! | Le Labo Social | Scoop.it
#CIFRH2015 – Synthèse de l’atelier «Transformation du métier de manager».
more...
No comment yet.
Rescooped by Myriam Lafaille from La nouvelle réalité du travail
Scoop.it!

«Le chômage de masse n’est pas lié à la rigidité du contrat de travail»

«Le chômage de masse n’est pas lié à la rigidité du contrat de travail» | Le Labo Social | Scoop.it
35 heures, CDI, Smic, assurance chômage…, Pierre Gattaz, le patron du Medef, fustige un code du travail de 3 400 pages qui empêcherait les chefs d’entreprise de recruter et le pays de retrouver la croissance. Le gouvernement, lui-même, donne souvent le sentiment d’être sur une longueur d’onde assez proche. La supposée rigidité du marché du travail n’est pourtant pas la cause du chômage, répondent les économistes David Thesmar, professeur d’économie à HEC, et Eric Heyer, directeur du département analyse et prévision de l’OFCE, qui préconisent d’autres solutions.

Via Denis Pennel
more...
No comment yet.
Rescooped by Myriam Lafaille from Le Zinc de Co
Scoop.it!

Amazon, Uber: le travail en miettes et l’économie du partage des restes

Amazon, Uber: le travail en miettes et l’économie du partage des restes | Le Labo Social | Scoop.it
Attention à ne pas trop s’enflammer pour les nouvelles formes de micro-travail ou de travail semi-amateur qu’essaient de généraliser les entreprises du secteur numérique.

Via Corinne Chauffrut Werner
more...
Bruno Renkin's curator insight, June 26, 5:48 AM

A lire et à méditer...

Rescooped by Myriam Lafaille from The New way of Work
Scoop.it!

The End of Work as We Know It

The End of Work as We Know It | Le Labo Social | Scoop.it
Technology in the form of automation and digital intermediaries like Uber are fundamentally transforming the job market. Rather than try to stop the unstoppable, we should think about how to put this new reality at the service of our values and welfare.

Via John Lasschuit ®™
more...
John Lasschuit ®™'s curator insight, July 2, 3:52 AM

By Jean Pisani-Ferry. Rather than try to stop the unstoppable, we should think about how to put this new reality at the service of our values and welfare. 

Rescooped by Myriam Lafaille from Le Zinc de Co
Scoop.it!

Gates: 'La polémique autour d'Uber n'est que provisoire. La vraie révolution commencera lorsque les chauffeurs seront inutiles'

Gates: 'La polémique autour d'Uber n'est que provisoire. La vraie révolution commencera lorsque les chauffeurs seront inutiles' | Le Labo Social | Scoop.it
La polémique entourant le service de mise en relation avec des voitures de tourisme avec chauffeur Uber n’a qu’un caractère temporaire, et les questions qu’elle soulève ne sont pas fondamentales....

Via Guillaume Maison, Annie Longeot, Corinne Chauffrut Werner
more...
Guillaume Maison's curator insight, July 1, 11:51 PM

Je partage son analyse. Uber est un épiphénomène, important s'il en est mais ponctuellement, par rapport à la véritable mutation du paradigme du transport lorsque l'automatisation de la conduite de véhicules (pas que les voitures mais aussi les camions !) deviendra la norme. Car cette mutation touchera la filière de l'automobile (comprendre des constructeurs et sous-traitants ainsi que les garagistes) mais aussi les assurances, les auto écoles, et l'industrie du logiciel sera également impactée.

Annie Longeot's curator insight, July 2, 2:06 AM

Je partage cette analyse à ce ci près que la création de nombreux jobs (entretien, médiation. plus tous ceux dont nous ignorons encore ce qu'ils seront) devrait accompagner cette transformation.

Rescooped by Myriam Lafaille from Happy at work, you're kidding ?
Scoop.it!

L’entreprise libérée : rendez-vous des bisounours ou vraie vie ? - Le blog de J2-Reliance

L’entreprise libérée : rendez-vous des bisounours ou vraie vie ? - Le blog de J2-Reliance | Le Labo Social | Scoop.it

Dans un récent article sur ce blog, j’évoquais l’entreprise libérée à travers une question : comment utiliser un travail sur l’histoire de l’entreprise pour faire émerger sa vraie culture, gage de réussite de sa “libération”.


Via hvdk
more...
No comment yet.
Rescooped by Myriam Lafaille from Happy at work, you're kidding ?
Scoop.it!

Peut-on, doit-on, être heureux au travail ? Le téléphone sonne / France Inter

Peut-on, doit-on, être heureux au travail ? Le téléphone sonne  / France Inter | Le Labo Social | Scoop.it

Invités :

- Antoine Solom, directeur international Ipsos-Loyalty (vient commenter la 10ème édition du baromètre Edenred-Ipsos 2015 sur le bien-être et la motivation des salariés européens).

- Loup Wolff, sociologue, statisticien (administrateur de l'Insee), chercheur associé au CEE, dirige le Groupe d'Etudes sur le Travail et la Souffrance au Travail.

- Isabelle Rey-Millet, directrice générale Ethikconsulting, membre de la Fabrique Spinoza, organise l’Université du Bonheur au Travail ( en octobre 2015).


Via la Fabrique Spinoza, hvdk
more...
la Fabrique Spinoza's curator insight, June 16, 3:10 AM

Isabelle Rey-Millet, membre de la Fabrique Spinoza et directrice associée d'Ethikonsulting, présente l'Université du Bonheur au Travail sur France Inter.


Lien vers le site de l'Université : www.ubatx.org

Rescooped by Myriam Lafaille from Travailler autrement au 21 ème siècle
Scoop.it!

Le corpoworking, un état d'esprit à insuffler chez les grands groupes

Le corpoworking, un état d'esprit à insuffler chez les grands groupes | Le Labo Social | Scoop.it

Les entreprises en mal d'innovation auraient tout intérêt à se diriger vers le corpoworking, qui, en permettant d'intégrer l'esprit du coworking en leur sein, aurait la capacité de favoriser l'open innovation.


Via Xavier de Mazenod, JP Fourcade
more...
No comment yet.
Rescooped by Myriam Lafaille from Le Zinc de Co
Scoop.it!

La boutique où tout est gratuit

La boutique où tout est gratuit | Le Labo Social | Scoop.it

C'est un magasin d'un nouveau genre. Dans le 12ème arrondissement de Paris, Gare de Reuilly, une boutique où tout est entièrement gratuit vient de voir le jour.


Via Corinne Chauffrut Werner
more...
No comment yet.
Rescooped by Myriam Lafaille from Sélections de Rondement Carré sur la créativité, l'innovation, l'accompagnement du projet et du changement
Scoop.it!

Comment faire d’une théorie inefficace un phénomène de mode en entreprise ? - HBR

Comment faire d’une théorie inefficace un phénomène de mode en entreprise ? - HBR | Le Labo Social | Scoop.it
Nous avons déjà tous assisté à un séminaire, une réunion où nombre de dirigeants employaient le même champ lexical et s’appuyaient sur un même outil, une même logique, émanant généralement d’une firme ou d’un pays affichant une insolente croissance. Et quelques mois plus tard… plus rien. La solution miracle semblait …

Via Annie Longeot
Myriam Lafaille's insight:

C'est vache ;-) mais ça marche...

more...
Annie Longeot's curator insight, August 31, 3:47 AM

Une expérience jubilatoire...

Rescooped by Myriam Lafaille from Happy at work, you're kidding ?
Scoop.it!

Réhabiliter un management responsable - Le Monde

Le Monde Réhabiliter un management responsable Le Monde La solution ne se trouverait donc pas dans l'abolition du management, mais dans sa réhabilitation : les auteurs militent pour le développement d'un management responsable, fondé sur la...

Via hvdk
more...
No comment yet.
Scooped by Myriam Lafaille
Scoop.it!

L’«Ubérisation» et le «Hacking» rendent les DRH startuppers !

L’«Ubérisation» et le «Hacking» rendent les DRH startuppers ! | Le Labo Social | Scoop.it
L’écosystème RH doit être repensé pour répondre aux enjeux d’agilité et d’innovation.
more...
No comment yet.
Rescooped by Myriam Lafaille from La nouvelle réalité du travail
Scoop.it!

Sommes-nous tous du capital humain ?

Sommes-nous tous du capital humain ? | Le Labo Social | Scoop.it

Le capital humain est une notion économique développée notamment par Gary Becker, prix Nobel d’économie en 1992[7]. Ses composantes (connaissances, savoir-faire,…) partagent trois caractéristiques. Premièrement, elles sont coûteuses à acquérir, tant en raison de leur coût financier direct que du temps et des efforts nécessaires à leur obtention. Deuxièmement, elles augmentent le potentiel de revenu de l’individu tout au long de sa vie : de façon similaire à un investissement financier, leurs rendements sont différés dans le futur. Enfin, elles sont intrinsèquement liées à l’individu qui les possède, même si les compétences peuvent être transférées à certaines conditions. Mais, capital ou richesse, cette notion enferme l’homme au travail dans un rapport d’utilitarisme, d’exploitation diraient certains. Maurice Levy et Jean-Pierre Jouyet le remarquaient déjà dans leur rapport sur « L’économie de l’immatériel » : « D’un côté, le développement de l’immatériel, fondé sur le capital humain, plaide pour qu’on puisse à l’instar des autres, inscrire cet actif au bilan des entreprises. De l’autre, ‘activer’ ainsi le capital humain est particulièrement difficile, car le concept de ‘maîtrise’ nécessaire pour identifier un actif, s’applique mal à des salariés qui peuvent, et c’est heureux (et sauf de rares exceptions), quitter leur entreprise et ‘transférer’ leur capital humain chez un autre employeur »[8]. Pour prendre le contre-pied de cette notion de capital humain créé par des économistes et des financiers, le Cercle des DRH européens a forgé le terme de « patrimoine humain », un actif immatériel qui inclut l’héritage propre à chaque entreprise (ses valeurs, son histoire, ses savoirs, etc.). Certes, c’est plus valorisant et surtout, cela renforce la dimension collective. Mais cette fois-ci, c’est l’inerte qui l’emporte : l’homme est vu comme une survivance à préserver, dont la valeur est principalement liée à la transmission. L’homme n’est pas un patrimoine. C’est toute sa différence avec l’esclave. Le capital, comme le patrimoine est transmissible. Ce n’est pas le cas des principaux attributs que l’on prête généralement au capital humain : les compétences et la santé, qui ne sont transmissibles que par un processus long et engageant. L’assimilation à un capital s’oppose à la notion de forces vives, qui caractérise l’humain.


Via Denis Pennel
Myriam Lafaille's insight:

J'aime cette réflexion sur l'humain : capital, patrimoine, force vive ?

more...
Bernard VULLIERME's curator insight, July 8, 12:32 PM

Comment voir l'homme dans l'entreprise : ressource ? capital ? patrimoine ? potentiel ?

Rescooped by Myriam Lafaille from Travailler autrement au 21 ème siècle
Scoop.it!

L’émergence des travailleurs affranchis

L’émergence des travailleurs affranchis | Le Labo Social | Scoop.it
[Rencontres économiques d'Aix] Comme chaque année, le Cercle des Economistes donne la parole aux étudiants. Cette année, le concours portait sur le thème « Imaginez votre travail demain ! ». Voici la copie d’Hugo Froger, Supélec, 24 ans et d’Akshita Madhan, ESCP Europe, 25 ans.

Via Edouard Siekierski, JP Fourcade
more...
No comment yet.
Scooped by Myriam Lafaille
Scoop.it!

Comically Explained: The 6 Kinds Of Corporate Org Charts

Comically Explained: The 6 Kinds Of Corporate Org Charts | Le Labo Social | Scoop.it
Do you work in a hierarchy, an amoeba, or a ball of yarn? The Doghouse Diaries explains.
more...
No comment yet.
Rescooped by Myriam Lafaille from Et si ...
Scoop.it!

Médecin ou banquier, des métiers bientôt "uberisés" ?

Médecin ou banquier, des métiers bientôt "uberisés" ? | Le Labo Social | Scoop.it
Quelles sont les professions susceptibles d'être "uberisées" au cours des prochaines années ? Olivier Ezratty, spécialiste du sujet, revient sur un phénomène amené à encore se développer.

Via Société Française de Prospective
more...
No comment yet.
Rescooped by Myriam Lafaille from Entreprise 2.0 et Management
Scoop.it!

De quoi l’« uberisation » est-elle le nom ?

De quoi l’« uberisation » est-elle le nom ? | Le Labo Social | Scoop.it
Le terme, qui fait référence à l’apparition des véhicules concurrents des taxis, est utilisé à toutes les sauces. Mais que recoupe-t-il ?

Via Karine SACEPE
more...
No comment yet.
Rescooped by Myriam Lafaille from #innovation(s) } Food for Thoughts
Scoop.it!

Bonheur au travail : trois théories divergentes

Bonheur au travail : trois théories divergentes | Le Labo Social | Scoop.it
Trois théories récentes émergent et divergent à propos du bonheur au travail. Résumé librement adapté d’un article du journal MT Management Team.

Via Edouard Siekierski
Myriam Lafaille's insight:

Au choix... 3 chemins vers le bonheur au travail. Vous prendriez lequel ?

more...
Bruno Renkin's curator insight, June 26, 5:39 AM

3 théories qui mettent tous les travailleurs dans le même sac alors que l'on sait grâce aux grands modèles de personnalités (MBTI, Ennéagramme...) que nous sommes tous différents!

Rescooped by Myriam Lafaille from Et si ...
Scoop.it!

Dans 20 ans, la disparition du travail ?

Dans 20 ans, la disparition du travail ? | Le Labo Social | Scoop.it

Le travail va disparaître. Elucubration ? Peut-être… À moins qu’il ne s’agisse d’une réalité que vous n’êtes pas obligé de regarder en face, mais dans laquelle vous vivrez en 2035. Oui, il sera dans ce cas possible de se lever plus tard le matin, voire de rester en pyjama toute la journée comme au lendemain d’un samedi de cuite. Non, ce ne sera pas forcément drôle, car ce phénomène que d’aucuns disent inexorable pourrait bouleverser, au delà de la seule vieille Europe, l’humanité toute entière.

 

Le numérique, la mort de Schumpeter ?

Si cette entrée en matière un peu brutale ne vous a pas fait fuir, contextualisons le propos en nous appuyant, non sur des études, mais sur quelques évidences.

La révolution techno-numérique est en marche, personne ne le nie. Elle a déjà profondément modifié nos vies privées, nos vies professionnelles, et continue de le faire davantage chaque jour.  En outre, elle se distingue des précédentes révolutions industrielles en ce qu’elle est perpétuelle. On ne cesse plus d’inventer. Ce flot d’innovations continu ne peut être absorbé que par une société prométhéenne, à même de se réinventer perpétuellement sous peine d’imploser. On le voit en entreprise où les frontières du temps, de l’espace, de la hiérarchie, des métiers, s’estompent de plus en plus. À titre d’exemple, un DRH lisant un article sur sa fonction découvrira toujours en guise de conclusion la même mise en garde : il doit réinventer entièrement son métier, ou disparaître.

Le DRH ? Au même titre que les managers ou les salariés, une invention satellite d’un concept déjà ancien, l’entreprise. Des mots crées autour de la notion de travail, centrale dans nos démocraties occidentales puisque toutes fonctionnent autour d’une seule et même question depuis deux siècles : la répartition de la richesse créée par le travail. Gauche et droite peuvent s’opposer autant qu’elles veulent sur l’organisation de ce travail et le partage de ces richesses, le débat est désormais obsolète, et pour cause : si le travail disparaît, la richesse aussi.

Certes, mais, opposerez-vous, comment et en vertu de quoi peut-on affirmer que le travail va disparaître ? Car si l’innovation détruit des emplois, elle en crée d’autres qui les remplacent. Force est de constater que Schumpeter, en développant sa théorie de la destruction créatrice, était jusqu’ici plutôt dans le vrai : la disparition de secteurs d’activité s’accompagne conjointement de la création de nouvelles activités économiques. Pourquoi, tout à coup, la mécanique se gripperait-elle ? Tout simplement parce que les nouvelles activités créées génèrent en effet de nouveaux emplois, à forte valeur ajoutée pour la plupart, mais en volume insuffisant pour remplacer les emplois détruits.

 


Via Denis Pennel, Société Française de Prospective
Myriam Lafaille's insight:

enthousiasmant ou effrayant ? Passionnant en tout cas...

more...
No comment yet.