Montres L.Leroy | L.Leroy Watches
1.3K views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

Bringing Old Watch Brands Out of Obscurity - NYTimes.com

Bringing Old Watch Brands Out of Obscurity - NYTimes.com | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it

http://mobile.nytimes.com/2014/11/06/fashion/bringing-old-watch-brands-out-of-obscurity.html?emc=edit_tnt_20141105&nlid=65066475&tntemail0=y&_r=0&referrer

Jean-Christophe Francet's insight:

An excellent article on the New York Times on the return of historical brands. On the cover is featured queen Marie-Antoinette's watch made by Leroy !

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

L.Leroy - Un tournant décisif en 2015 | WorldTempus

L.Leroy - Un tournant décisif en 2015 | WorldTempus | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it

Une visite de la manufacture Leroy ne révèle pas que l’actualité de la marque, mais aussi sa projection vers l’avenir. Voyage en 2015 avec, comme guide, Olivier Müller, CEO.

Jean-Christophe Francet's insight:

Un article résumant très bien l'ensemble du projet Leroy.

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

Orologio L.Leroy Osmior Calendario Perpetuo Retrogrado

Orologio L.Leroy Osmior Calendario Perpetuo Retrogrado | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it
L’orologio L.Leroy Osmior Calendario Perpetuo Retrogrado a carica automatica è un modello di gradevole impatto estetico, dove le alchimie dialettiche custodiscono un apparato tecnico di ottimo livello.
Jean-Christophe Francet's insight:

An article published on the italian blog

http://www.deluxeblog.it/post/133018/orologio-l-leroy-osmior-calendario-perpetuo-retrogrado

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

Pourquoi un horloger quitte la France pour venir en Suisse

La marque plus que bicentenaire française, L.Leroy, a fermé son atelier dans la cité hexagonale de Besançon pour déménager dans la vallée de Joux. Le "Made in France" n'a pas convaincu les clients.

Jean-Christophe Francet's insight:

Un article de Patricia Michaud paru dans le magazine suisse PME d'octobre 2014. (Voir la fin de l'article dans le post suivant sur scoop.it)

more...
Jean-Christophe Francet's comment, October 2, 2014 2:18 AM
Pour lire la fin de l'article, ouvrez la prochaine publication.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

Tourbillon Art Deco L.Leroy -

Tourbillon Art Deco L.Leroy - | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it

Extract from the article "Dark side of the moon" published in BUSINESS PEOPLE (Monthly – Economy September 2014 – ITALY
Circulation: 72.000)

Il Tourbillon Art Deco L.Leroy, sia dal lato quadrante sia dal fondello, ricorda la lavorazione della guglia del Chrysler Building di New York. E racchiude peculiarità più uniche che rare. Si tratta di un tourbillon regolatore scheletrato automatico. Il tourbillon svetta a ore 12. La scheletratura, in questo caso fatta rigorosamente a mano, con seghetto e lima, è ovunque e risulta addirittura sontuosa sulla parte sottostante, che comunque, giova ricordarlo, ha un ruolo strutturale perchè serve a sostenere i componenti del movimento. Altro aspetto non secondario è legato alla carica automatica e al rotore, anch’esso scheletrato (e perfettamente dissimulato nell’ «ambiente circostante» dagli orologiai di Besançon) che, girando, alimenta il movimento (cassa in oro rosa 41 mm, euro 158.900). www.montres-leroy.com

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

LEROY OSMIOR - L'Armonioso - in BUSINESS PEOPLE

LEROY OSMIOR - L'Armonioso - in BUSINESS PEOPLE | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it

Osmior Calendario Perpetuo Retrogrado - Qualified as "L'Armonioso" in a review published in BUSINESS PEOPLE
(Monthly – Economic - Circulation: 72.000)
August 2014 - ITALY

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

Interview - L.Leroy et la renaissance des mécanismes de précision | WorldTempus

Interview - L.Leroy et la renaissance des mécanismes de précision | WorldTempus | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it
Olivier Müller, récemment nommé à la tête de L.Leroy, parle de sa nouvelle mission : redorer le prestigieux blason de la manufacture historique et la repositionner en marque de niche de la haute horlogerie de précision.
Jean-Christophe Francet's insight:

L.Leroy et la renaissance des mécanismes de précision. Entrevue  avec Olivier R. Müller à lire sur Wordltempus.

http://fr.worldtempus.com/article/insider/interview-lleroy-renaissance-mecanismes-precision-1884196

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

Gazzetta Sportiva - IT - 20th July 2014

Gazzetta Sportiva - IT - 20th July 2014 | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

IT - L'OROLOGIO - JUNE 2014.pdf

Jean-Christophe Francet's insight:

Articles (I/IV) published in the italian press. IT - L'OROLOGIO - JUNE 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

MÊME LEROY PART EN SUISSE !

MÊME LEROY PART EN SUISSE ! | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it

Passionné de mécanique et de design, Olivier Müller a fait toute sa carrière dans l’horlogerie, au sein de grandes maisons comme Omega et Chopard mais aussi à la tête de sa propre marque : Villemont. Il vient de reprendre la direction de Leroy et nous confie ses projets, ses ambitions.

 

 

Quelle est la situation de Leroy aujourd’hui ?

Depuis son relancement en 2010, le succès a été mitigé, à part en France. L’histoire de Leroy est intimement liée à celle de la France, la marque y a bénéficié d’une couverture médiatique importante portée par le renouveau de l’horlogerie française.

 

Leroy est-elle une marque française ?

Oui, bien entendu, nous n’allons pas renier notre histoire. En revanche, les produits porteront désormais la mention « Manufacturé en Suisse ». Cette mention sera gravée sur nos prochains calibres. Toutefois, la certification chronomètre continuera de se faire à Besançon et nous allons ouvrir une salle Leroy au Musée du Temps de Besançon. Ce qui reste dans la continuité de la marque, figurez-vous que la Leroy 01 a été conçue au Sentier, dans la Vallée de Joux, par un certain M. Piguet.

 

Quelle a été votre première action ?

Changer le nom de la maison, on garde Leroy mais le L. tombe. Un L comme Louis Leroy alors que c’est Pierre Leroy (1717 – 1785) qui est le père de la chronométrie ! C’est lui qui a été le premier à parler d’isochronisme, il a énormément travaillé sur les problèmes thermiques …

 

Quel a été selon vous le problème de Leroy depuis 2010 ?

Son message était trop confus. Il y a trop de jolies histoires, de clients célèbres, d’inventions. Il est primordial de le clarifier. Leroy est à l’origine de la chronométrie, sa légitimité en la matière est absolue. Ensuite, son réseau de distribution n’était pas adapté à son positionnement. Le collectionneur de pièces dites manufactures et de niche est compliqué. Peu de détaillants le connaissent, l’aiment … et la trésorerie nécessaire pour vendre Leroy est importante. A mon avis, il y a au maximum cinquante détaillants dans le monde qui peuvent nous intéresser. Aujourd’hui, nous sommes en France chez Dubail, en Russie et en Italie. Notre potentiel est énorme !

Quelle est la production de Leroy ?

Environ 150 pièces par an, mon objectif d’ici cinq à sept ans est d’atteindre les 700 pièces avec un prix moyen de 50 000 € TTC.

 

Que portez-vous aujourd’hui ?

Le Chronomètre de Pont en or rose à remontage automatique. Une pièce ancrée dans l’ADN de Leroy dont le boîtier est particulièrement réussi. D’ailleurs, c’est l’unique modèle qui survivra à la refonte de la collection à laquelle vous allez assister à Baselword 2015.

 

Pouvez-vous nous en dire davantage ?

Le quantième perpétuel, le chrono mono-poussoir et le tourbillon que vous connaissez vont sortir de collection, en revanche, comme je vous le disais, le chronomètre de marine va continuer sa vie. Sinon, vous allez découvrir deux nouveaux produits, très beaux, animés de deux nouveaux calibres à remontage manuel. Le premier, très haut de gamme, pointu en chronométrie, riche de l’échappement inventé par Leroy avec un truc en plus, très innovant. Le second, un calibre entrée de gamme, pour nous, pour une pièce plus simple, qui sera vendue entre 30 000 et 35 000 €.

 

 

Illustration: Chronomètre de Pont en or rose à remontage automatique

 

Propos recueillis par Hervé Borne.

Jean-Christophe Francet's insight:

Interview parue dans la rubrique "Confidences" de Montre Magazine (France) - été 2014 - Propos recueillis par Hervé Borne

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

L.Leroy – Osmior Cronografo Monopulsante | Orologio Blog

L.Leroy – Osmior Cronografo Monopulsante | Orologio Blog | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it
La linea Osmior prende il nome da una antica lega metallica composta principalmente da oro e con un colore simile al platino, utilizzata in passato da L. Leroy
Jean-Christophe Francet's insight:

Un article sur le chronographe monopoussoir Osmior paru sur le blog italien Orologioblog.net.

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

L.Leroy in “MONSIEUR – SPECIALE OROLOGI”

L.Leroy in “MONSIEUR – SPECIALE OROLOGI” | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it

Published in “MONSIEUR – SPECIALE OROLOGI” Twice a year – Watches June, 2014 – ITALY Circulation: 18.135


Tourbillon Régulateur Osmior di L.Leroy, con cassa di 41mm in oro bianco. Il moovimento, a carica automatica, è corredato di certificato ufficiale di cronometro rilasciato dall’Osservattorio Nazionale di Besançon (108.400 euro, www.montres-leroy.com)

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

1922, The automatic wristwatch

1922, The automatic wristwatch | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it

A few years previously, the brothers Louis and Léon Leroy had become partners at the helm of the company. Drafted on 3 August 1914, Léon received the Croix de guerre for his courage during the battle of Verdun. Demobbed at the end of the war, he returned to Paris and resumed his role in the watchmaking company, where another sort of challenge lay in store!
On 21 March 1922, a famous English collector, Sir David Lionel Salomons, stepped into the Parisian boutique and ordered a very special wristwatch. Incidentally, David Salomons, an enthusiast for mechanics and the applied sciences, was also a great aficionado of Breguet watches. He owned the Master's great masterpiece, the famous "Marie Antoinette". But back to Léon Leroy. No doubt he spent some time reflecting on the question, as this was no ordinary commission. In fact his client wanted a self-winding wristwatch… and such a timepiece had never been produced! Léon decided to rise to the challenge and produced a small series of four almond-shaped pieces, including two for Sir David Salomons.

Jean-Christophe Francet's insight:

More about Montres L.Leroy : http://montres-leroy.com/en/lleroy/timeline

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

La smartwatch swiss made

La smartwatch swiss made | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it

FESTINA. Le groupe

hispano-suisse enregistre

une croissance supérieure

au secteur grâce à sa

structure industrielle.

Accélération probable

avec la montre connectée

dès 2015.

 

Festina fait partie des rares groupes

horlogers, intégrés et indépendants.

Un conglomérat de marques

et de centres de production,

réunis en holding avec siège mondial

en Espagne et siège Suisse à

Bienne. La production, qui se

monte à près de 4 millions de

montres par an, dont 170.000 réalisées

en label swiss made, est répartie

entre l’Asie et la Suisse. Derrière

le groupe, un unique

propriétaire, Miguel Rodriguez.

En Suisse, la structure a souvent

été présentée comme une alternative

à Swatch Group - Miguel Rodriguez

préfère parler de complémentarité

industrielle - le groupe

étant l’une des deux seules sources

(avec Sellita) d’approvisionnement

en mouvements mécaniques

de volume en dehors d’Eta

(Swatch Group), à travers sa filiale

Soprod. Une unité stratégique,

base de la rentabilité de Festina

en Suisse. De manière plus

discrète, Festina se déploie aussi

dans les mouvements électroniques,

avec déjà des percées dans

la montre connectée. Gérald Roden,

président exécutif de Festina

Suisse en donne le détail.

Vous êtes vice-président

de Swiss Festina Group depuis

18 mois. La structure de management

évolue-t-elle encore?

Pour l’instant, je suis également

CEO ad interim des montres Perrelet,

mais la structure est en train

de changer. A terme, je me

concentrerai sur la vice-présidence

du groupe en Suisse et surtout

sur la partie industrielle de

Soprod et de MHVJ. Les quatre

marques que nous gérons en direct,

Perrelet, Leroy, Candino, Jaguar,

auront leur propre structure

(les autres marques du groupe, dont

Festina sont dirigées depuis le siège

en Espagne, ndlr). C’était déjà le

cas pour Candino et Jaguar. Chez

Leroy aussi, avec l’arrivée d’Olivier

Müller à qui j’ai récemment

confié la responsabilité du site du

Sentier. (L’Agefi du 18 décembre

2013). Pour Perrelet, la procédure

est encore en cours.

Votre arrivée correspond aussi

avec une importante réorganisation

des sites de production,

très éclatés, de Sion, Valais,

à Maîche, en France.

Le processus est-il achevé?

Nous sommes en effet très éclatés

en termes de sites… en un an,

j’ai cumulé plus de 70.000 kilomètres,

rien qu’en Suisse. Nous

avons des sites également à la Vallée

de Joux, à Les Reussilles (Jura

bernois), à Saignelégier (Franches-

Montagnes), à Soleure, où

nous avons des ateliers d’emboitage,

et le siège de Bienne. Une

vraie structure de multinationale,

beaucoup trop compliquée et dont

je suis en train de centraliser à

Bienne tous les services de support

et de contrôle. Chaque site

sera organisé en fonction des métiers.

et aura sa propre activité, répartie

autour de trois pôles

(quartz-électronique, mécanique

entrée de gamme et mécanique

haut de gamme), chapeautée par

deux directions transversales industrielles

et R&D. D’ici la fin de

l’année, je fusionnerai, en accord

avec le Président Miguel Rodriguez,

MHVJ (Manufacture horlogère

Vallée de Joux) avec les

montres Leroy, dont elle deviendra

la manufacture dédiée tout en

maintenant le travail à façon pour

les tiers, mais uniquement dans la

haute horlogerie. L’entrée de

gamme mécanique sera entièrement

regroupée dans le Jura. Sion

devient le centre exclusif pour

tous les développements et la production

des mouvements électroniques.

 

Vous continuez donc à croire

à votre positionnement

dans le quartz swiss made?

Plus que jamais. L’activité à Sion

a connu le réalignement le plus

fort de cette année, avec un positionnement

clair dans le quartz

manufacture: cache bobine, cache

pile, platine métal, électronique

revue, précision accrue, durée de

vie allongée, décor haut de

gamme. Nous présenterons les

premiers modèles à Bâle 2015.

En revanche, vous n’avez encore

rien annoncé dans le domaine

smartwatch. Allez-vous rester

en retrait?

Au contraire, nous sommes très

présents sur la montre connectée,

avec une approche très horlogère.

Cela fait six mois que nous renforçons

nos équipes R&D à Sion,

en intégrant des talents issus du

monde de l’électronique Nous

avons déjà déposé plusieurs brevets

qui devraient nous assurer

une partie de ce business additionnel.

Contrairement aux annonces

alarmistes, les montres connectées

sont une vraie chance pour le

swiss made et pour la croissance

de notre activité.

Vous avez très bien tenu

le secret. Quand verra-t-on

les premiers modèles?

A Bâle 2015. Nous avons développé

un mouvement quartz à aiguilles

capable de communiquer

avec des dispositifs externes en

utilisant la technologie BLE

(Bluetooth Low Energy). Nous

en équiperons plusieurs modèles,

dont certains probablement pour

la marque Festina.Ceci dit, nous

avons déjà collaboré à un produit

présent sur le marché et d’autres

projets sont en cours.

La rumeur indique qu’il s’agit

de la montre Withings Activité?

Est-ce exact?

C’est exact.

Vous vous positionnez

quoi qu’il en soit beaucoup plus

horloger que les propositions

de Samsung, Apple et consorts?

Nous sommes en effet persuadés

que l’industrie de la montre

connectée va se diviser à terme.

D’un côté les groupes d’électronique

grand public qui proposeront

des produits grande consommation

du type «téléphone de poignet

», de l’autre un marché plus

horloger au design plus traditionnel.

La difficulté est de rendre la

technologie pérenne à moyen

terme mais nous croyons beaucoup

à cette nouvelle activité.

 

Quel genre de volume visez-vous

la première année?

Plusieurs dizaines de milliers de

pièces.

 

En exclusivité pour les marques

du groupe?

Si nous recevons des commandes,

le mouvement sera aussi disponible

aux tiers à condition d’être différent

de ce que nous développons

pour d’autres. Notre construction

multimoteurs bi-directionnels

permet toutes les options d’affichage.

Nous avons aussi l’intention

d’intégrer la gestion des plateformes:

(Android, IOS,

Blackberry, etc.). Pour cette activité,

nous évaluons plusieurs partenaires

et sommes prêts à nous

associer. Nous sommes en négociation

avancée avec l’un d’entre

eux.

 

Ces dernières années, le groupe

a pourtant surtout communiqué

sur le développement de son

mouvement mécanique de base,

avec passablement de difficultés.

Où en êtes-vous?

Tout va être regroupé dans le Jura,

sous le nom Soprod. Nous sommes

maintenant totalement fiabilisé

sur notre mouvement A10,

dont nous avons doublé la production

en un an, pour atteindre

120.000 unités cette année. Les

difficultés auxquelles vous faites

allusion proviennent surtout du

fait qu’il ne s’agit pas d’une copie

d’un mouvement ETA

(Swatch Group) et que nous réalisons

tout à 100% en interne, y

compris les assortiments, jusqu’au

ressort spiral.

 

Miguel Rodriguez, propriétaire

et président du groupe Festina,

a toujours parlé d’un seuil

de rentabilité à 150.000 unités.

Vous y êtes donc presque?

Le plus important est que nous

sommes maintenant prêts pour

croître, sur l’ensemble de nos activités,

industrielles et marques,

également l’assemblage (quelque

400.000 montres par an, avec la

capacité de doubler le volume).

La rentabilité générale a aussi été

largement améliorée par la restructuration.

Auparavant, il n’y

avait pas de centralité, ni au niveau

des achats, ni des capacités

de production. Beaucoup de tâches

étaient externalisées et les capacités

internes étaient sous-utilisées.

La situation actuelle est

nettement plus optimale.

De plus nous avons un savoir faire

unique en Suisse, à part Swatch

Group, sur le développement

d’un mouvement original et non

d’une copie. Nous avons du travailler

dur et le résultat est probant!

Nous maîtrisons tous les aspects

de la recherche et de la

production d’un mouvement mécanique

ce qui me rassure désormais

et me rend très optimiste

pour les nouveaux mouvements

que nous lançons!

Nous avons également une activité

de petites complications que

nous sommes désormais les seuls

à proposer en plus de l’activité de

base du mouvement. Nous allons

d’ailleurs travailler très fort dans

cette direction pour proposer des

complications originales et novatrices.

 

Quel volume ciblez-vous

à terme sur la production

de mouvements?

Nous en sommes à 300.000 par

an, quartz et mécanique confondus.

L’objectif est de monter à un

million d’unités, avec une dominante

mécanique.

En maintenant la part

de 10% pour vos marques

internes?

Les marques ne progressant pas

aussi vite, la part va naturellement

s’abaisser.

 

Festina produit quelque

4 millions de montres à l’échelle

du groupe. Combien en Suisse?

Nous réalisons près de 170.000

pièces swiss made par an - 10.000

pour Perrelet et 100.000 pour

Candino (100% labellisée suisse).

Berney-Blondeau (marque distribuée

en ligne, lancée en 2013,

ndlr) représenteront cette année

60.000 pièces.

 

Le nombre de collaborateurs?

Quelque 3000 au niveau du

groupe, près de 400 en Suisse.

 

Vous ne communiquez pas

le chiffre d’affaires, mais qu’en

est-il du rythme de croissance?

Au niveau du groupe, nous avons

la chance de couvrir tous les segments

et nous sommes en progression.

En Suisse, nous enregistrons

une progression à deux

chiffres. Nous enregistrons une

tendance positive sur Perrelet, peu

exposé en Chine, et Candino est

en constante progression depuis

deux à trois ans il est trop tôt pour

évoquer Leroy, en reconstruction

encore sur les 12 à 18 prochains

mois.

 

Marques et production

industrielle sont-elles au même

niveau?

Notre levier principal demeure

l’appareil industriel, Soprod.

 

INTERVIEW:

STÉPHANE GACHET

Jean-Christophe Francet's insight:

Une interview intéressante du vice-président du Swiss Group Festina, Gérald Roden. Interview parue dans l'Agefi du 27 octobre 2014.

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

L.Leroy Osmior Calendario Perpetuo | 0-100 Motori Orologi LifeStyle

L.Leroy Osmior Calendario Perpetuo | 0-100 Motori Orologi LifeStyle | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it
NEOCLASSICISMO OROLOGIAIO. IL L.LEROY CALENDARIO PERPETUO RETROGRADO A CARICA AUTOMATICA FA PARTE DELLA LINEA OSMIOR DELLA MAISON FONDATA A PARIGI NEL 1785
Jean-Christophe Francet's insight:

New article about L.Leroy Osmior Calendario Perpetuo | published on italian site 0-100 Motori Orologi LifeStyle http://www.0-100.it/l-leroy-osmior-calendario-perpetuo/

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

UN RITORNO IMPERIALE

UN RITORNO IMPERIALE | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it

Nata nel 1785 la maison L.Leroy ha fornito orologi a Maria Antonietta, Proust, Napoleone, Chopin, Nobel, Lindbergh, Roosevelt e Matisse. La storia della maison si è spesso intrecciata con quella francese: in quanto orologiaio del re, ha dovuto cambiar nome dopo la Rivoluzione per sfuggire alle vendette nel periodo del Terrore. Nel 1805 diventò fornitrice della famiglia imperiale e, nel 1835, della Marina. Poi il capolavoro : nel 1900, la creazione di un orologio con 25 complicazioni, considerato fino al 1989 il più complicato di sempre. E la storia continua, come dimostra il Cronometro da Ponte della collezione Marine : cassa in oro rosa e movimento automatico certificato cronometro dall’Osservatorio di Besançon. Costa 24.700 euro. montres-leroy.com

 

Jean-Christophe Francet's insight:

An article published in the italian magazine GENTLEMAN
(Montlhly – Lifestyle, August 2014 – Italy)
Circulation: 200.000

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

Al Polso - L.Leroy Marine - Corriere Economia

Al Polso - L.Leroy Marine - Corriere Economia | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it

Capolavoro di precisione con gusto tutto francese


Per lunghi secoli la precisione degli orologi meccanici è stata in secondo piano. La prima dote di un orologio doveva essere l'affidabilità ossia la propensione a funzionare per lungo tempo con la minima manutenzione possibile. I materiali scelti e l'esposizione agli agenti atmosferici rendevano più che incerta la vita degli orologi. La costanza di marcia arriva molto più tardi, quando si scopre che un orologio costantemente preciso è indispensabile per calcolare la longitudine in mare.

Ad aprire le danze fu un inglese, John Harrison, seguito poi da una schiera di "eredi" tecnici. Ma la Francia sviluppò propri cronometri da marina praticamente in contemporanea con l'Inghilterra: grazie a Pierre Leroy anche le navi francesi erano in grado di determinare con precisione la propria posizione. La dinastia del Leroy dominò a lungo la fornitura di cronometri da marina, tanto da diventare fornitore del Re e della marina francese, ma anche della marina italiana, spagnola e persino di quella posizione dominante che verrà scalfita solo quando gli svizzeri riusciranno a produrre orologi di grande qualità, ma economici, annichilendo sia i produttori inglesi che francesi, il cui errore era quello di puntare alla qualità assoluta senza alcuna attenzione per il prezzo.

La marca ha avuto molte vicissitudini, a causa di un intricato albero genealogico, ma è arrivata a noi in piena forma e con collezioni di grande prestigio all'interno delle quali non poteva ovviamente mancare un cronometro da marina, ovviamente in versione da polso. Animato da un movimento di manifattura, a carica automatica, con parti il silicio, il Cronometro da Ponte è un orologio prodotto artigianalmente in un numero di esemplari tanto limitato che in Italia è possibile trovarlo solo in due negozi, a Roma e Milano: vale la pena di andare ad esaminarlo, se non altro per una questione di cultura personale, dal momento che pur rispettando appieno le regole dell'Alta Orologeria svizzera aggiunge alcune peculiarità tecniche ed estetiche di notevole interesse.


MARCA: L. Leroy
MODELLO: Marine Cronometro con movimento meccanico a carica automatica di manifattura con bilanciere ad inerzia variabile, ruota di scappamento ed ancora in silicio. Cassa d'oro bianco non rodiato (43 mm di diametro) impermeabile fino a 10 atmosfere.

PREZZO: 25.700 euro

 

Jean-Christophe Francet's insight:

An article published in "Corriere Economia" 8th September 2014

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

Leroy Osmior Retrograde Perpetual Calendar

Leroy Osmior Retrograde Perpetual Calendar | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it
  30 minutes on the wrist The Leroy Osmior Retrograde Perpetual Calendar A second time visit of a Leroy on Horbiter is dedicated to the Osmior collection. Osmior is the name Montres L.Leroy has given to its complicated timepieces, if you just do not include any of those made in very limited edition or, else, […
Jean-Christophe Francet's insight:

Great article on horbiter.com about the Leroy Osmior Retrograde Perpetual Calendar. http://horbiter.com/en/the-leroy-osmior-retrograde-perpetual-calendar/

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

1927, Comte de Pierredon

1927, Comte de Pierredon | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it

To understand Thierry Michel de Pierredon, mention must first be made of his illustrious ancestor, one Marius Michel, better known as Michel Pacha (1819-1907). Michel, a sailor and businessman, first won the contract to renovate the lighthouses and beacons of the Ottoman Empire, before being appointed general manager of these facilities on behalf of the Ottoman Empire in 1855. A few years later Sultan Abdülhamid II bestowed on him the honorary title of "Pasha". Michel Pacha amassed a colossal fortune by the standards of the day.

Thierry Michel de Pierredon (1883-1955), Comte de Pierredon, was Michel Pacha’s grandson. Besides managing the family fortune, he served as section doctor to the armed forces during the Great War and as Bailiff of the Order of Malta. But of greatest significance to us is his appreciable taste for fine watches and clocks. From his Parisian town house on Rue Copernic, he frequently visited the Leroy boutique at the Madeleine, where his choices betray a great refinement coupled with a marked penchant for complicated timepieces. In 1927 he commissioned a superb gold pocket chronograph with perpetual date, moon phases and minute repeater, which was awarded a first-class chronometer rating certificate by the Observatoire de Besançon. This chronograph now features among the masterpieces on display at the L.Leroy Museum.

Jean-Christophe Francet's insight:

#FamousLeroyOwners Today Thierry Michel de Pierredon

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

L.Leroy Marine Chronomètre: nuove combinazioni di quadrante / cinturino | 0-100 Motori Orologi LifeStyle

L.Leroy Marine Chronomètre: nuove combinazioni di quadrante / cinturino | 0-100 Motori Orologi LifeStyle | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it

MASSIMA PRECISIONE. L.LEROY, STORICO FORNITORE DELLA MARINA FRANCESE, AMPLIA LA LINEA DI CRONOMETRI DA PONTE. LO STILE NAUTICO E IL MOVIMENTO DI GRANDE AFFIDABILITA’, NE FANNO UN SEGNATEMPO DI GRANDE PRESTIGIO.

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

Orologio L.Leroy Marine 2014: cronografo da ponte a carica automatica

Orologio L.Leroy Marine 2014: cronografo da ponte a carica automatica | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it

Scritto da: Rosario Scelsi - venerdì 20 giugno 2014
Un modello distintivo da portare al polso: questo è il cronometro da ponte Marine firmato L.Leroy, che punta a soddisfare un pubblico appassionato e competente.

Un orologio della collezione Marine di L.Leroypuò essere una buona opzione per concedersi un regalo di qualità, nel segno dello stile. La maison cui si deve la nascita di questi segnatempo è stata fornitrice di alcune delle più prestigiose flotte della marina europea, civile e militare, fino alla fine del 1980.

E’ dunque naturale che proponga oggi una linea di orologi contemporanei destinati a perpetuare la tradizione dell’alta cronometria. Per definizione, un cronometro da marina deve offrire informazioni estremamente leggibili e garantire una precisione di funzionamento che sia stabile e perfetta anche in condizioni d’uso difficili e spesso anche per lunghi periodi.

L’indicazione precisa dell’ora, dei minuti e dei secondi, conservata dal punto di partenza rilevato è fondamentale, perché da sola permette a navigatori esperti (con l’aiuto di alcune osservazioni astronomiche) di determinare la posizione longitudinale con una precisione molto elevata. In sintesi, l'affidabilità e la leggibilità delle informazioni sono gli elementi essenziali del cronometro di bordo (un’assoluta sicurezza per la vita dei marinai) che L.Leroy realizza, consapevole che l’errore di un solo secondo nella misurazione, può causare una differenza di posizione di quasi 500 metri.

Caratteristiche tecniche del movimento (Cal. L5511)

- Diametro : 26.20 mm (11.5"')
- Spessore totale: 6.00 mm
- Frequenza : 28.800 a/h (4 Hz)
- 36 Rubini
- Riserva di carica: superiore a 42 ore
- Bilanciere a inerzia variabile con quattro viti di regolazione in oro
- Ruota di scappamento in silicio con taglio StruTech
- Asse della ruota di scappamento mantenuta da una placca con contro perni in acciaio lucidato a specchio effetto color nero
- Decoro dei ponti esclusivo “grainé-champlevé”, anglage fatto a mano, con iscrizioni in rilievo lucidate
- Massa oscillante centrale in oro 22 carati con segmenti guilloché
- Certificato ufficialmente cronometro dall’Osservatorio di Besançon
- Punzone “Testa di Vipera”

Caratteristiche di cassa e quadrante

- Diametro cassa: 43 mm
- Spessore totale : 12.30 mm
- Impermeabilità garantita fino a 100 metri (10atm)

- Vetro zaffiro antigraffio su quadrante e fondello

- Corona di sicurezza avvitata
- Disponibile in oro rosa 4N18 e in oro bianco non rodiato (150PD)
- Quadrante guilloché fatto a mano
- Lancette in acciaio, azzurrate termicamente o dorate
- Cinturino in vero alligatore (parte esterna e fodera interna) cucito a mano
- Fibbia ad ardiglione in oro 18 carati o déployant (in opzione)

Numerazione

- Tutti i cronometri da ponte MARINE sono numerati individualmente (stesso numero sul fianco della cassa e sul quadrante)
- Tutti i cronometri da ponte MARINE vengono consegnati con il certificato ufficiale di controllo cronometrico effettuato dall’Osservatorio Nazionale di Besançon

Jean-Christophe Francet's insight:

Un articolo publicato sul blog italiano http://www.deluxeblog.it/post/126541/orologio-l-leroy-marine-2014-cronografo-da-ponte-a-carica-automatica

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

L’horloger Leroy quitte Besançon pour la Suisse

L’horloger Leroy quitte Besançon pour la Suisse | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it

A peine plus de trois ans après s’être ré-implanté à Besançon, l’horloger Leroy a finalement rejoint le Sentier, en Suisse, où le groupe 

Festina, qui détient la marque, dispose d’une manufacture. Pas de casse sociale – les trois horlogers assemblant les montres Leroy faisant partie de l’atelier indépendant Bruno Laville –, plutôt un flop discret mais bien réel pour la capitale franc-comtoise qui avait érigé ce retour de la prestigieuse marque en symbole du renouveau de l’activité. Besançon et le Plateau horloger, du côté de Morteau, concentrent encore 70% de la filière française, soit 89 établissements qui emploient 2120 salariés selon les derniers chiffres publiés en 2011, par l’agence régionale de développement. La maison Leroy, née en 1785 à Paris, était venue s’installer en 1889 à Besançon, alors capitale de l’horlogerie française. Dès l’origine, ses modèles se distinguent par leurs grandes complications, ces fonctions autres que l’heure (phases de la lune, chronographe, dates, fuseaux horaires, tourbillon…) dont les mécanismes s’ajoutent à celui d’origine et, du coup, compliquent la tâche des horlogers. Emportée par la crise du quartz dans les années 80, la marque avait été rachetée en 2004 par Miguel Rodriguez, le patron de Festina passionné d’horlogerie et qui avait confié sa renaissance à Guillaume Tripet, un designer suisse, avec pour mission de la repositionner à Besançon, où subsiste le savoir-faire. Leroy devait ainsi bénéficier d’horlogers compétents, de l’observatoire de chronométrie – le seul au monde à certifier l’ensemble de la montre – et surfer sur l’image du luxe à la française.

La certification par l’observatoire bisontin est conservée

« Redémarrer à Besançon, c’était une fausse bonne idée », explique aujourd’hui Olivier Muller, le nouveau directeur général de Leroy appelé par le groupe pour hisser la marque dans la niche de l’horlogerie très haut de gamme. Une tâche dont il vient de s’acquitter pour l’horloger genevois Laurent Ferrier. « L’exercice n’était pas assez radical. Utiliser Leroy comme porte-drapeau du renouveau de l’horlogerie française n’était pas suffisant. Cela peut paraître un peu brutal mais l’industrie horlogère française n’a plus aucune image. explique-t-il. Le patron est persuadé qu’il faut structurer un cluster plus important autour de Besançon. «  L’idée serait de s’inspirer de ce qui a été fait en ex-Allemagne de l’Est au début des années 90. Mais il faudrait aussi des conditions-cadres. » ajoute-t-il. La certification par l’observatoire bisontin sera conservée mais la fabrication des précieuses montres –25.000 euros et plus – est désormais assurée par cinq horlogers de la manufacture du Sentier, qui remplacent les trois dédiés à Leroy à Besançon. « Les ventes n’ont pas été à la hauteur. Un produit made in France, dans la haute-horlogerie, ce n’est pas un argument aujourd’hui. Pourtant, il y aurait tout à gagner à développer un label « haute-horlogerie France », estime Olivier Muller.

Jean-Christophe Francet's insight:

Un article de Monique Clemens paru dans les Echos.fr

http://www.lesechos.fr/pme-innovation/actualite-pme/0203582715165-lhorloger-leroy-quitte-besancon-pour-la-suisse-1015409.php#gauche_article

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

MARINE - THE DECK CHRONOMETER

MARINE - THE DECK CHRONOMETER | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it

MARINE - THE DECK CHRONOMETER

Building on its experience as watchmaker to the French Navy ministry as of 1835, L.Leroy has drawn inspiration from the codes of excellence in the field of chronometry (precision timing) in creating its Deck Chronometer. In addition to the hours and minutes, the watch clearly displays a large seconds and a power reserve. Its 18 ct pink gold case is water-resistant to 100 metres. Its self-winding Calibre L511 has a variable-inertia balance equipped with four gold adjusting screws, a 22 ct gold central oscillating weight, as well as hand-chamfered bridges adorned with an exclusive “grainé-champlevé” decor. It also incorporates the most recent watchmaking innovations including an escapement wheel and lever made of silicon.

Available in white gold.

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Christophe Francet
Scoop.it!

Follow L.Leroy on social media channels

Follow L.Leroy on social media channels | Montres L.Leroy | L.Leroy Watches | Scoop.it

Twitter: https://twitter.com/MontresLeroy

LinkedIn http://linkd.in/1kZQO9X

Pinterest http://bit.ly/1nGPlJ5

Facebook http://on.fb.me/SnNJpd

Youtube: http://bit.ly/1gWpNET

more...
No comment yet.