Vaucluse : Le vigneron bio refusait le traitement contre la cicadelle | Mes passions natures | Scoop.it

 

L’administration l’avait verbalisé. Le tribunal l’a dispensé de peine.

 

Au pays des cigales, la cicadelle ne chante pas mais ses larves surnommées « crachats de coucou » sont un vrai poison pour les viticulteurs. Les traitements conventionnels existent mais lorsqu’on est un exploitant bio, engagé dans une démarche de protection naturelle de ses vignes, comment parvenir à traiter ses plantations de façon écologique alors même que la réglementation impose des produits sanitaires ?

 

Antoine Joly, vigneron à Faucon, a bien défendu son cas devant le tribunal correctionnel de Carpentras où il était poursuivi pour avoir refusé d’utiliser des produits phytosanitaires pour éradiquer la cicadelle. Une infraction au Code rural répréhensible de 6 mois d’emprisonnement et de 30000 euros d’amende.

 

[...]

 

Le tribunal l’a reconnu coupable mais l’a dispensé de peine. L’infraction sera néanmoins inscrite à son casier et il devra s’acquitter de 90 pour les frais de procédure. Assis à côté des journalistes, Antoine Joly glisse : « Je ne suis pas le seul à ne pas vouloir traiter, mais je suis le seul à m’être retrouvé ici… ».

 


Via Bernadette Cassel