EntomoScience
Follow
Find tag "IRD"
17.2K views | +25 today
EntomoScience
Toutes les disciplines scientifiques peuvent s'intéresser aux insectes et autres petites bêtes !
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le CNRS et l'IRD ont décidé de dédier aux mangroves l'année 2015

Le CNRS et l'IRD ont décidé de dédier aux mangroves l'année 2015 | EntomoScience | Scoop.it

[Image] « Les crabes, tel cet Uca maracoani (Guyane française), jouent un rôle écologique très important dans les écosystèmes à mangrove, notamment de par leur activité de bioturbation. »via CNRS le journal "Les mangroves à l’honneur en 2015" https://lejournal.cnrs.fr/articles/les-mangroves-a-lhonneur-en-2015


« Les mangroves sont des écosystèmes forestiers couvrant près des trois quarts des côtes tropicales, où leur capacité à s’adapter leur permet de prospérer dans des estrans soumis aux variations des courants marins, des flux sédimentaires et de la salinité. Ils assurent des services écosystémiques irremplaçables, limitant l’érosion côtière, séquestrant le carbone et servant de zone tampon face aux cyclones et aux tsunamis. Riches en jeunes crustacés et en alevins qui finissent par migrer dans les eaux côtières voisines, ils constituent, directement ou indirectement, une ressource importante pour les populations locales. Toutefois, leur surface s’est réduite de 30 % au cours des trois dernières décennies, et elle continue de régresser au rythme inquiétant de 1 à 2 % par an, principalement en raison de l’extension des fermes d’élevage de crevettes; une regression continue parfois aggravée par des catastrophes ponctuelles, comme la marée noire qui ravage actuellement la mangrove des Sundarbans au Bengladesh, la plus grande au monde. »


(via Médiaterre)

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

▶ Savoirs Partagés "Entomologie médicale" avec Didier Fontenille

HBM Distribution. YouTube. « Une émission produite par l'IRD Audiovisuel, Cinaps TV et Brigitte Surugue, animée par Antoine Spire. »

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Hubert le Coléoptère ou la biodiversité en mouvement

Hubert le Coléoptère ou la biodiversité en mouvement | EntomoScience | Scoop.it
Les insectes sont la plus belle illustration que l’on peut avoir de la biodiversité. Ils représentent les ¾ des espèces vivantes décrites à ce jour. Emblématique du monde animal, ils ont su depuis toujours faire face aux évolutions géologiques, confrontés aux aléas climatiques ils sont parvenus à s’accommoder et se développer, mais aujourd’hui, c’est la pression anthropique sur les milieux naturels qui les menace…
Avec Philippe Le Gall, entomologiste à l'IRD, nous tentons de comprendre comment, dans ces montagnes du Nord Ouest du Cameroun, la biodiversité est en mouvement...
Film nominé aux MILS d'or 2012 (concours du documentaire scientifique africain).
Bernadette Cassel's insight:


SUR VARIÉTÉS ENTOMOLOGIQUES :

Hubert le Coléoptère, ou la biodiversité en mouvement : Vidéo en ligne - Canal IRD


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Êtes-vous contrôlé par un parasite ?

Êtes-vous contrôlé par un parasite ? | EntomoScience | Scoop.it

Par Marie-Hélène Jacques. Agence Science-Presse. « Il fait nuit. Les grillons chantent à l’abri dans la végétation. Soudain, l’un d’eux avance d’un pas décidé jusqu’au bord d’une mare et, sans un regard d’adieu pour sa vie terrestre, s’élance dans l’eau. Lui qui ne sait même pas nager ! Ce n’est pas le chagrin qui le pousse à commettre ce geste irréparable, mais un astucieux passager clandestin. »


« En effet, quelques secondes après le grand saut, un ver de plusieurs dizaines de centimètres s’extrait de l’abdomen du grillon. Frédéric Thomas, chercheur au Centre national de recherche scientifique (CNRS-IRD) à Montpellier, explique que ce ver parasite qui doit atteindre l’eau fait face à un obstacle de taille puisqu’il est à l’intérieur d’un insecte essentiellement terrestre. Il a donc orchestré cette scène afin de retrouver le milieu où il doit vivre son stade adulte et se reproduire. Sa progéniture pourra ensuite parasiter de la même façon les larves d’insectes aquatiques (voir l’illustration ci-contre). »


[...]


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Dengue, chikungunya : un vecteur potentiel découvert à Mayotte

Dengue, chikungunya : un vecteur potentiel découvert à Mayotte | EntomoScience | Scoop.it



Des chercheurs de l’IRD et leurs partenaires de l’Agence régionale de santé océan Indien viennent d’identifier une nouvelle espèce de moustique à Mayotte. Celle-ci pourrait être un vecteur de la dengue et du chikungunya jusque-là inconnu. Stegomyia pia, nom que les scientifiques lui ont donné, appartient en effet au groupe d’espèces qui transmettent ces virus. Le célèbre moustique-tigre en fait aussi partie. La découverte de cette nouvelle espèce de moustique mahoraise, potentiellement vectrice, permet de mieux connaître les moustiques susceptibles d’être combattus. Elle devrait conduire à renforcer l’efficacité des programmes de prévention de ces maladies.


Sommaire

Une découverte inattendue

De forts soupçons pèsent sur la nouvelle espèce

Mieux connaître les moustiques transmetteurs


[...]


Références

Le Goff Gilbert, Brengues Cécile, Robert Vincent. Stegomyia mosquitoes in Mayotte, taxonomic study and description of Stegomyia pia n. sp. Parasite , 2013, 20, 31. http://dx.doi.org/10.1051/parasite/2013030


Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS :

Les moustiques Stegomyia à Mayotte, étude taxonomique et description de Stegomyia pia n. sp.


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L’homme et les moustiques, une lutte ancestrale - France Culture

L’homme et les moustiques, une lutte ancestrale - France Culture | EntomoScience | Scoop.it

La Marche des sciences par Aurélie Luneau. France Culture.

« L’inexorable pullulation des moustiques  et la menace qu’ils représentent pour l’homme alimentent souvent l’actualité de notre monde. Paludisme, dengue, fièvre jaune,…. ou encore chikungunya, les maladies générées par ses insectes sont souvent mortelles et sèment l’angoisse. Mais la modernité de nos civilisations, le développement des moyens de transports, l’usage des engrais et pesticides…sont, en grande partie, responsables de cette prolifération tant en ville qu’à la campagne. Depuis l’Antiquité, les hommes ont eu à lutter contre ce danger sans associer le rôle des moustiques dans la dissémination des maladies. Il fallut attendre 1878 pour qu’un médecin britannique, Patrick Manson, fasse le lien entre un insecte et la transmission d’un agent pathogène. » 


« À compter de cette découverte, quels moyens a-t-on mis en place ? Quel travail de prospection et d’expérimentation fut mené par les entomologistes et les médecins ? Alors que des espèces tropicales envahissent désormais les zones tempérées, et que les moustiques sont présents dans tous les environnements, quel système de surveillance a été instauré et quelles stratégies de lutte mises au point par les hommes au fil du temps ? » 


« L’homme et les moustiques, des destinées mêlées ! Une histoire et un bilan que nous dresserons en compagnie de l’entomologiste médical à l’IRD (Institut de recherche pour le développement) Frédéric Darriet, auteur du livre Des moustiques et des hommes. Chronique d’une pullulation annoncée, IRD éditions. »  


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les insectes aussi pratiquent l’automédication

Les insectes aussi pratiquent l’automédication | EntomoScience | Scoop.it
Et si les chimpanzés mais aussi les insectes nous mettaient sur la piste de nouveaux remèdes contre le paludisme ou le cancer ? Des scientifiques mènent l’enquête.


Par Aurélie Sobocinski. CNRS le journal. « Ces animaux qui se soignent tout seuls »


[...]


« Qu’en est-il chez les insectes, dont les pratiques d’automédication constituent pour Thierry Lefevre, chercheur au laboratoire Mivegec [3], à Montpellier, « la découverte des années 2000 dans ce domaine » ? Que des espèces aux capacités cognitives plus limitées que les primates présentent ce type de facultés suggère que de tels comportements pourraient aussi être le résultat d’un processus instinctif dicté par les gènes. Récemment, plusieurs expériences en conditions contrôlées au laboratoire sur des insectes sont venues le confirmer. « On a notamment découvert que les mouches drosophiles savent se débarrasser d’un parasitoïde en consommant de l’alcool, et que les chenilles augmentent l’absorption d’une plante particulièrement riche en alcaloïde seulement lorsqu’elles sont infectées par les larves d’une guêpe parasitoïde », signale le spécialiste, coauteur d’un article sur l’automédication animale, paru en avril 2013 dans Science [4]. »


« Autre exemple : les fourmis et les abeilles, qui incorporent dans leurs nids des bouts de résine de conifères aux vertus antifongiques et bactériennes. Une véritable action de prévention ! D’autres animaux étendent même cette action sanitaire à leur parentèle ou à leur progéniture, comme l’a montré l’observation du papillon monarque, premier cas décrit d’automédication transgénérationnelle : alors qu’elle ne parvenait pas à se soigner, la femelle infectée par un parasite particulièrement néfaste a réussi à prémunir sa descendance en allant pondre ses œufs sur des plantes fatales pour l’intrus. Mais la vraie percée pourrait être à venir : « Si l’on découvrait que les femelles moustiques vectrices du paludisme, dont on sait aujourd’hui qu’elles se nourrissent de nectars de fleurs en sus du sang, sont aussi capables d’automédication, ce serait un énorme bond en avant. Une perspective à long terme pourrait être de favoriser la plantation autour des habitations de plantes ayant un effet antiparasite chez les moustiques », explicite Thierry Lefevre, qui consacre ses recherches à ce sujet au Burkina Faso. »


3. Maladies infectieuses et vecteurs : écologie, génétique, évolution et contrôle (unité CNRS/UM1/UM2/IRD).
4. « Self-Medication : A Learning Process ? Response », Science, 31 mai 2013, 340 (6136) : 1042


[Image] « Chez le papillon monarque, la femelle ne pond pas ses œufs au hasard. Si elle est infectée par un parasite, elle choisira en effet de pondre sur une plante fatale pour l’intrus. »


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Il était une fois... les îles

Il était une fois... les îles | EntomoScience | Scoop.it
En 1954, un jeune entomologiste américain - Edward O. Wilson - arrivait en Nouvelle-Calédonie pour observer et échantillonner la nature si singulière des îles. Il en tira sa théorie de la biogéographie insulaire et inventa, bien des années plus tard, le concept de "biodiversité". Fin 2011, à l'âge de 82 ans, il revient en Nouvelle-Calédonie pour y étudier... une fourmi.
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

En 2013, un papillon mettait en échec les maïs OGM Bt

En 2013, un papillon mettait en échec les maïs OGM Bt | EntomoScience | Scoop.it

Par Sylvestre Huet. Libération. « Un papillon met en échec les maïs OGM Bt »


« En une génération transmettre massivement une mutation qui met un insecte à l'abri d'un insecticide ! C'est ce que des biologistes de l'Institut de recherche pour le développement (IRD) ont observé en Afrique en collaboration avec des scientifiques Sud-Africains et des Etats-Unis. »


[...]


Dominant Inheritance of Field-Evolved Resistance to Bt Corn in Busseola fusca


Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS :

Des chenilles africaines résistent au maïs OGM


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Un parasite manipulateur

Un parasite manipulateur | EntomoScience | Scoop.it
Entretien avec Frédéric Thomas, chercheur de l'UMR CNRS-IRD R165


Dans de nombreuses associations hôtes-parasites, les hôtes infectés présentent des différences de comportement ou de morphologie marquées, comparés aux individus sains.


Ces modifications du phénotype hôte sont souvent adaptatives pour le parasite, car elles augmentent la probabilité que ce dernier soit transmis d’un hôte à un autre, ou que ses stades infestants soient libérés dans un habitat favorable.


Pour cette raison, on parle de manipulation parasitaire. Les nématomorphes, ou gordiens, constituent un groupe de vers parasites d’environ 300 espèces largement réparties sur la planète. Au stade larvaire, les nématomorphes sont des parasites internes d’arthropodes terrestres comme des orthoptères (grillons, sauterelles).


Au stade adulte ils sont en revanche libres et aquatiques dans les ruisseaux et les rivières. Au terme de leur développement, ils atteignent une taille considérable par rapport à leur hôte et doivent alors impérativement rejoindre le milieu aquatique pour la reproduction.

Les chercheurs du groupe OPM ont montré que ces parasites manipulaient le comportement des insectes hôtes (au moins 9 espèces d’orthoptères) obligeant ces derniers à se «suicider» en se jetant à l’eau.


more...
No comment yet.