EntomoScience
Follow
Find tag "CNRS"
13.8K views | +0 today
EntomoScience
Sommaire accessible par le tag "À propos" (cliquer sur le dessin de l'entonnoir dans le coin supérieur droit)
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La lumière du Morpho - CNRS - La video du vendredi - Documentaire scientifique

La lumière du Morpho - CNRS - La video du vendredi - Documentaire scientifique | EntomoScience | Scoop.it
La série de films courts "La boîte noire" présente et décrypte avec humour une recherche scientifique. Dans cet épisode est présenté, le Morpho, magnifique papillon d'Amérique du sud dont les ailes semblent irradier une lumière bleue. Ne pourrait-on pas imiter la structure de ses ailes pour, nous aussi, générer de la lumière ?
Réalisation : JP Courbatze – Production : Le Miroir, Inserm, Inria, Universcience et CNRS Images
Bernadette Cassel's insight:


SUR VARIÉTÉS ENTOMOLOGIQUES


Année internationale de la lumière : La lumière du morpho

                         

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Vulgarisation scientifique de l'Équipe Évolution des sociétés animales de l'IEES-Paris

Vulgarisation scientifique de l'Équipe Évolution des sociétés animales de l'IEES-Paris | EntomoScience | Scoop.it


Molet M (2009) Livret "petite visite chez les fourmis"

pdf


Bernadette Cassel's insight:


IEES : Institut d'Ecologie et des Sciences de l'Environnement


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Êtes-vous contrôlé par un parasite ?

Êtes-vous contrôlé par un parasite ? | EntomoScience | Scoop.it

Par Marie-Hélène Jacques. Agence Science-Presse. « Il fait nuit. Les grillons chantent à l’abri dans la végétation. Soudain, l’un d’eux avance d’un pas décidé jusqu’au bord d’une mare et, sans un regard d’adieu pour sa vie terrestre, s’élance dans l’eau. Lui qui ne sait même pas nager ! Ce n’est pas le chagrin qui le pousse à commettre ce geste irréparable, mais un astucieux passager clandestin. »


« En effet, quelques secondes après le grand saut, un ver de plusieurs dizaines de centimètres s’extrait de l’abdomen du grillon. Frédéric Thomas, chercheur au Centre national de recherche scientifique (CNRS-IRD) à Montpellier, explique que ce ver parasite qui doit atteindre l’eau fait face à un obstacle de taille puisqu’il est à l’intérieur d’un insecte essentiellement terrestre. Il a donc orchestré cette scène afin de retrouver le milieu où il doit vivre son stade adulte et se reproduire. Sa progéniture pourra ensuite parasiter de la même façon les larves d’insectes aquatiques (voir l’illustration ci-contre). »


[...]


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les Fondamentales : "Que reste-il à découvrir ?"

Les Fondamentales : "Que reste-il à découvrir ?" | EntomoScience | Scoop.it

CNRS - Institut écologie et environnement. « En réunissant plus d'une centaine de chercheurs, « Les Fondamentales » s'inscrivent dès leur première édition comme l'un des plus grands forums scientifiques d'Europe. »


[...]


Via Twitter L'écologie au CNRS ‏"Revivez Les Fondamentales #fondmCNRS - (Ré)écouter les interventions en écologie et environnement -> http://bit.ly/1aRzoTz  via #Wikiradio"  


Image/lien : carte interactive « que reste-t-il à découvrir ? »


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Un parasite manipulateur

Un parasite manipulateur | EntomoScience | Scoop.it
Entretien avec Frédéric Thomas, chercheur de l'UMR CNRS-IRD R165


Dans de nombreuses associations hôtes-parasites, les hôtes infectés présentent des différences de comportement ou de morphologie marquées, comparés aux individus sains.


Ces modifications du phénotype hôte sont souvent adaptatives pour le parasite, car elles augmentent la probabilité que ce dernier soit transmis d’un hôte à un autre, ou que ses stades infestants soient libérés dans un habitat favorable.


Pour cette raison, on parle de manipulation parasitaire. Les nématomorphes, ou gordiens, constituent un groupe de vers parasites d’environ 300 espèces largement réparties sur la planète. Au stade larvaire, les nématomorphes sont des parasites internes d’arthropodes terrestres comme des orthoptères (grillons, sauterelles).


Au stade adulte ils sont en revanche libres et aquatiques dans les ruisseaux et les rivières. Au terme de leur développement, ils atteignent une taille considérable par rapport à leur hôte et doivent alors impérativement rejoindre le milieu aquatique pour la reproduction.

Les chercheurs du groupe OPM ont montré que ces parasites manipulaient le comportement des insectes hôtes (au moins 9 espèces d’orthoptères) obligeant ces derniers à se «suicider» en se jetant à l’eau.


more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Médiation scientifique et culturelle
Scoop.it!

À quand un “Journal du CNRS” sous licence libre ?

À quand un “Journal du CNRS” sous licence libre ? | EntomoScience | Scoop.it
La nouvelle version du Journal du CNRS, désormais en ligne, a été saluée lors de son lancement le 3 mars dernier : voilà un webzine de haute volée, avec une approche éditoriale et une conception technique et graphique à la pointe.

Via Goulu, Nath B
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les insectes aussi pratiquent l’automédication

Les insectes aussi pratiquent l’automédication | EntomoScience | Scoop.it
Et si les chimpanzés mais aussi les insectes nous mettaient sur la piste de nouveaux remèdes contre le paludisme ou le cancer ? Des scientifiques mènent l’enquête.


Par Aurélie Sobocinski. CNRS le journal. « Ces animaux qui se soignent tout seuls »


[...]


« Qu’en est-il chez les insectes, dont les pratiques d’automédication constituent pour Thierry Lefevre, chercheur au laboratoire Mivegec [3], à Montpellier, « la découverte des années 2000 dans ce domaine » ? Que des espèces aux capacités cognitives plus limitées que les primates présentent ce type de facultés suggère que de tels comportements pourraient aussi être le résultat d’un processus instinctif dicté par les gènes. Récemment, plusieurs expériences en conditions contrôlées au laboratoire sur des insectes sont venues le confirmer. « On a notamment découvert que les mouches drosophiles savent se débarrasser d’un parasitoïde en consommant de l’alcool, et que les chenilles augmentent l’absorption d’une plante particulièrement riche en alcaloïde seulement lorsqu’elles sont infectées par les larves d’une guêpe parasitoïde », signale le spécialiste, coauteur d’un article sur l’automédication animale, paru en avril 2013 dans Science [4]. »


« Autre exemple : les fourmis et les abeilles, qui incorporent dans leurs nids des bouts de résine de conifères aux vertus antifongiques et bactériennes. Une véritable action de prévention ! D’autres animaux étendent même cette action sanitaire à leur parentèle ou à leur progéniture, comme l’a montré l’observation du papillon monarque, premier cas décrit d’automédication transgénérationnelle : alors qu’elle ne parvenait pas à se soigner, la femelle infectée par un parasite particulièrement néfaste a réussi à prémunir sa descendance en allant pondre ses œufs sur des plantes fatales pour l’intrus. Mais la vraie percée pourrait être à venir : « Si l’on découvrait que les femelles moustiques vectrices du paludisme, dont on sait aujourd’hui qu’elles se nourrissent de nectars de fleurs en sus du sang, sont aussi capables d’automédication, ce serait un énorme bond en avant. Une perspective à long terme pourrait être de favoriser la plantation autour des habitations de plantes ayant un effet antiparasite chez les moustiques », explicite Thierry Lefevre, qui consacre ses recherches à ce sujet au Burkina Faso. »


3. Maladies infectieuses et vecteurs : écologie, génétique, évolution et contrôle (unité CNRS/UM1/UM2/IRD).
4. « Self-Medication : A Learning Process ? Response », Science, 31 mai 2013, 340 (6136) : 1042


[Image] « Chez le papillon monarque, la femelle ne pond pas ses œufs au hasard. Si elle est infectée par un parasite, elle choisira en effet de pondre sur une plante fatale pour l’intrus. »


more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Abeilles, intoxications et informations
Scoop.it!

Insectes et pollinisation

Insectes et pollinisation | EntomoScience | Scoop.it

 

CNRS/sagascience. « Comment ça se passe dans le détail ? »

 

« La reproduction sexuée chez les plantes supérieures nécessite le transport de pollen, provenant de l'organe mâle, l'étamine, vers l'organe femelle, le pistil. Dans la plupart des cas, et bien que la majorité des fleurs soit hermaphrodites, il y a transfert entre organes mâles et femelles d'individus différents. »

 

« Cette reproduction nécessite un vecteur pour transporter le pollen à distance et assurer la pollinisation. C'est le vent qui transporte le pollen pour la plupart des graminées (pollinisation anémophile), mais le vecteur est un insecte (pollinisation entomophile) pour la majorité des autres plantes à fleurs, cultivées ou non. »

« Les insectes pollinisateurs sont tous ceux qui butinent les fleurs au stade adulte : mouches, coléoptères, papillons et surtout abeilles. Ils sont attirés par le parfum ou la couleur des fleurs et sont récompensés de leur visite par le nectar qu'ils consomment et qui leur fournit l'énergie nécessaire pour continuer à butiner de fleur en fleur. Les insectes les plus efficaces pour la pollinisation ont fréquemment le corps hérissé de nombreux poils (appelés soies), ou même présentent des organes spécialisés pour la récolte de pollen, comme des corbeilles situées sur les pattes des abeilles.»


[...]

 

« Les plantes à fleur ont évolué depuis des millions d'années en même temps que les insectes qui les consomment et en même temps que les insectes qui leur permettent de se reproduire. La pérennité de cette cohabitation est sérieusement menacée par le changement global, et c'est tout l'environnement humain qui est concerné. Une politique d'espaces protégés ne servira à rien sans redéfinir nos modèles de développement sur l'ensemble du territoire, dans les milieux agricoles comme au cœur du tissu urbain. »

 

Rédaction :

Pierre Zagatti (Directeur de recherche à l'Inra)


TOUT L'ARTICLE EN CLIQUANT SUR L'IMAGE



Via Bee Api?
more...
Christian Allié's curator insight, December 1, 2013 4:40 AM

............""" ..

...  Les plantes à fleur ont évolué depuis des millions d'années en même temps que les insectes qui les consomment et en même temps que les insectes qui leur permettent de se reproduire. La pérennité de cette cohabitation est sérieusement menacée par le changement global, et c'est tout l'environnement humain qui est concerné. Une politique d'espaces protégés ne servira à rien sans redéfinir nos modèles de développement sur l'ensemble du territoire, dans les milieux agricoles comme au cœur du tissu urbain..

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Grillon des bois, propagation d'ondes dans l'air

Grillon des bois, propagation d'ondes dans l'air | EntomoScience | Scoop.it
Le grillon des bois possède à l'arrière de l'abdomen un grand nombre de poils sensoriels, dont certains sont sensibles aux mouvements de l'air.


Ces poils lui servent à percevoir et à reconnaître l'infime souffle d'air poussé par son prédateur habituel, l'araignée Pardosa Lugubris, qui l'attaque en courant sur la litière. La sensibilité de ces poils serait sans égal dans le monde animal.


A l'Institut de recherche sur la biologie de l'insecte (IRBI), une équipe de chercheurs sous la direction de Jérôme Casas, s'intéresse à cette caractéristique en observant le flux d'air produit par les déplacements de l'araignée dans une chambre éclairée au laser et la réaction particulière des poils du grillon à cette attaque.


[Nemobius sylvestris, Orthoptera, Gryllidae]

Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS :
Le sens du poil

Les relations proies-prédateur


SUR VARIÉTÉS ENTOMOLOGIQUES :
[DVD] Insectes, la physique du petit


more...
Christian Allié's curator insight, November 15, 2013 3:41 AM

Formidable pillosité ..............

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L’évolution : une course aux armements

L’évolution : une course aux armements | EntomoScience | Scoop.it
Découvrez les principes de l'évolution grâce aux films, animations et simulations.


Saviez-vous que certains carabes savent pister les fourmis ou que certains escargots peuvent avoir la même odeur que des pupes de fourmi ? Pour s’abriter et se nourrir, ces carabes et ces escargots de la forêt tropicale malaisienne dépendent totalement des fourmis légionnaires, mais celles-ci déplacent fréquemment leur nid. Ainsi, des dizaines de milliers de fourmis migrent ensemble à la recherche d’un nouveau nid. Mais si l’on s’intéresse de plus près à cette migration, on se rend compte de choses surprenantes.[...]


more...
No comment yet.