Chironomus riparius en écotoxicologie | EntomoScience | Scoop.it

Par JMB. Bioécologie. « Parmi les macro-invertébrés benthiques, Chironomus riparius est une espèce modèle communément utilisée en écotoxicologie pour évaluer la toxicité du sédiment (à gauche, une photo d'adultes). »


[...]


« Son cycle de vie se décompose en quatre stades de développement : l’œuf, la larve, la nymphe et l’imago (Armitage et al., 1995).

Les femelles chironomes pondent une série d’œufs enrobés d’un manteau mucilagineux appelé masse. Une femelle ne pond qu’une masse d’œuf au cours de sa vie (Ducrot V., 2005). Après l’éclosion des œufs, les larves restent dans la masse et consomment le matériel mucilagineux, puis s’enfouissent dans le sédiment. [...] »


« Les nymphes de Chironomidae quittent ensuite le sédiment pour atteindre la surface de l’eau, où le processus d’émergence est rapide (quelques minutes). L’émergence des imagos est bimodale, les mâles se développant plus vite que les femelles (Pascoe D. et al., 1989). Les adultes vivent quelques jours pendant lesquels ils cherchent à se reproduire et se disperser. »