(Media & Trend)
Follow
Find
46.5K views | +7 today
 
Scooped by Virginie Colnel
onto (Media & Trend)
Scoop.it!

Hulu enters the international co-production business, with the BBC's The Thick of It

Hulu enters the international co-production business, with the BBC's The Thick of It | (Media & Trend) | Scoop.it
Hulu will team with the BBC to produce the fourth season of the satirical comedy, which focuses on the inner workings of the British government. The first three seasons of the show will start running on Hulu and Hulu Plus starting July 29.

 

Hulu has entered into its first international co-production, teaming with the BBC to shoot the fourth season of the U.K. comedy The Thick of It.

Under the agreement, on July 29, Hulu will start running the first three already-produced seasons of the satirical comedy, which focuses on the inner workings of the British government. It’ll run on both free-to-view Hulu and subscription-based Hulu Plus.

The fourth season of the show — which was created and written by Armando Iannucci, the mastermind behind HBO’s Julia Louis Dreyfus series Veep — will debut early next year simultaneously on Hulu and Hulu Plus with the U.K. premiere on BBC Four. (The verite-style show will later be broadcast on BBC America.)

“We’re really excited to give U.S. audiences a chance to catch up with all previous episodes, and as series co-producers for season four, we are proud to make full seasons of this distinctive and smart show available exclusively to Hulu viewers,” said Hulu Senior VP of Content Andy Forssell, in a statement.

The series will continue to be produced in-house at the BBC, but now “in association with Hulu,” according to the announcement. Details were not provided as to how Hulu is helping to underwrite the production.

     
more...
No comment yet.
(Media & Trend)
Media, audiovisuel, TV, création, réseaux sociaux, ciné, Actu, chiffres, événements, analyses
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

ITV Invests In Ex-Maker Studios CEO’s Zealot Networks, Now Valued At $100 Million

ITV Invests In Ex-Maker Studios CEO’s Zealot Networks, Now Valued At $100 Million | (Media & Trend) | Scoop.it

U.K.-based ITV see lots of potential in Zealot Networks. The British television network just invested in the media company created by Maker Studios co-founder and ex-CEO Danny Zappin.

 

The partnership will presumably help develop Zealot’s digital studios and streamline the media company’s own investments in the future. Under the deal, ITV will join Zealot’s board of directors. While financial details weren’t disclosed, Zealot previously managed to raise $25 million in an initial funding round. ITV’s investment means Zappin’s media company is now valued at a sizeable $100 million.

“Danny Zappin has been at the forefront of digital media in the U.S. for some time and it’s fantastic to be part of this exciting new venture,” said Kevin Lygo, managing director of ITV Studios, in a release. “A key part of ITV’s strategy is to exploit the increasing global demand for quality content across a range of platforms, which closely aligns with Zealot’s own ambitions to not only distribute content across its own sites, but also to third-party platforms such as YouTube, Vine, and Instagram.”

“ITV’s investment provides a foothold in Europe and lays the groundwork for Zealot’s global expansion,” said Zappin, president and CEO of Zealot Networks. “The ITV relationship also gives us upstream opportunities for IP/content to distribute across traditional and digital media platforms.”

 

Zealot hasn’t officially announced many projects or partnerships other than its recent acquisition of AudioMicro, the parent company of YouTube monetization platform AdRev. However, the ITV investment should allow Zappin’s venture to look into many new opportunities, and the U.K. network’s belief in Zealot’s potential could attract another influx of cash for the digital media company from similar partners.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

‘Criminal Minds’ doing new spinoff

‘Criminal Minds’ doing new spinoff | (Media & Trend) | Scoop.it

CBS is once again looking to spin off one of its major crime drama franchises: EW has learned that Criminal Minds will have a new planted spinoff episode later this season.

 

The as-yet-untitled project focuses on a “division of the FBI that helps American citizens who find themselves in trouble abroad.” We’re told the show is likely to have an entirely different cast than the original series, which is on its 10th year, but sources say that factor has yet to be determined.

 

Adding a more international angle to the series makes sense in light of the recent success NBC has had with global thriller The Blacklist, and Showtime with its acclaimed overseas-set current fourth season of Homeland. 

 

CBS will shoot the spin-off pilot in February and will air the episode in the Criminal Minds slot later this season. Criminal Minds showrunner Erica Messer will write the pilot, with Messer, Mark Gordon, and Nick Pepper serving as executive producers.

 

Unlike the sprawling CSI and NCIS franchises, the FBI-based Minds has proved trickier to expand. In 2011, CBS launched another spinoff attempt, Criminal Minds: Suspect Behavior, which had a single short-lived season.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Un titre et un réalisateur pour le remake français de Broadchurch : Malaterra, comme le nom du village du sud de la France dans lequel l'action devrait se dérouler sous la direction de Jean-Xavier ...

Un titre et un réalisateur pour le remake français de Broadchurch : Malaterra, comme le nom du village du sud de la France dans lequel l'action devrait se dérouler sous la direction de Jean-Xavier ... | (Media & Trend) | Scoop.it

Alors que sa saison 2 arrivera le 5 janvier et que son remake américain, "Gracepoint", vient d'être annulé, la version française de "Broadchurch" a désormais un titre : "Malaterra".

 

Difficile d'échapper à Broadchurch et ses dérivés en ce moment : alors que la saison 2 de la série anglaise débarquera (enfin) le 5 janvier sur ITV, son remake américain Gracepoint vient d'être annulé par FOX, après 10 épisodes qui n'ont guère passionné les foules. Aujourd'hui, c'est au tour de sa version française de faire parler d'elle, avec notamment un titre : Malaterra, comme le nom du village du sud de la France dans lequel l'action devrait se dérouler.

 

Homonyme du long métrage réalisé en 2004, le show se tournera courant 2015 en Corse, comme l'annonce Ecran Total, et ce sous la direction de Jean-Xavier de Lestrade. Révélé par Un coupable idéal, qui lui avait valu l'Oscar du Meilleur Film Documentaire en 2002, le réalisateur a récemment fait sensation avec la mini-série coup de poing 3 X Manon sur Arte.

 

Reste maintenant à trouver ceux qui succèderont à David Tennant et Olivia Colman dans les 8 épisodes de 52 minutes chacun que diffusera France 2. En espérant que la chaîne publique connaisse avec Malaterra un succès similaire à celui de Broadchurch, qui avait rassemblé 6,2 millions de téléspectateurs en moyenne au mois de février.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Piratage : Sony menace Twitter

Piratage : Sony menace Twitter | (Media & Trend) | Scoop.it

Le studio de cinéma et télévision Sony Pictures a menacé lundi de poursuivre le site de microblogging s'il continue à reproduire les documents qui lui ont été volés par des hackers.

 

Le ton monte entre Sony Pictures et Twitter. Le studio de cinéma et télévision victime d'une cyberattaque fin novembre a menacé lundi de poursuivre le réseau social Twitter si ce dernier ne bloque pas les messages reproduisant les documents volés par les "Gardians of Peace" (GOP), le groupe de hackers qui a revendiqué l'attaque.

D'après une lettre de l'avocat de Sony, David Boies, adressée à la directrice juridique de Twitter Jivaya Gadde _ et reproduite dans différents médias (voir ci-dessous) ainsi que sur le site scribd _ Sony affirme que le compte Twitter @bikinirobot reproduit les documents volés par le GOP sur les serveurs du studio.

 

La lettre précise que Sony Pictures Entertainment ne "tolérera pas la reproduction et la dissémination (...) des documents volés" lors de l'attaque informatique du 24 novembre. Ainsi, la site "Daily Beast" a-t-il relaté hier une information piratée, selon laquelle, dans un prochain "James Bond", Daniel Craig serait remplacé par Idris Elba.

"Nous vous demandons de suspendre ce compte dans les plus brefs délais", précise la lettre, sans quoi Sony Pictures Entertainment "tiendra Twitter responsable" des dégâts entraînés par la reproduction d'emails ou autres documents de travail volés à Sony (scripts, documents financiers, contrats, données personnelles d'employés etc) et demandera des dommages et intérêts".

 

 Un collectif pour la diffusion

 

Parallèlement, un collectif regroupant 250 salles de cinéma indépendantes aux Etats-Unis a lancé une pétition sur le site change.org pour demander à Sony de leur permettre de projeter "L'interview qui tue!", la comédie controversée qui narre un complot fictif de la CIA pour assassiner le leader nord-coréen Kim Jong-Un. "Mettez-le sur Netflix, Amazon et YouTube (...) Et montrez leur ce que peut faire Internet dans une société libre", ajoute un autre pétitionnaire .

 

Cette satire a déclenché l'ire de Pyongyang qui aurait commandité l'attaque informatique contre Sony, selon les autorités américaines. Le régime communiste a nié toute implication dans le piratage mais a loué ses auteurs. "Nous, la communauté des salles d'art et d'essai, nous engageons à soutenir Sony et l'exploitation en salles de +L'interview qui tue!+ si Sony décidait de sortir le film en salles", ajoute la pétition. 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Julian McMahon Joins Syfy Miniseries 'Childhood’s End'

Julian McMahon Joins Syfy Miniseries 'Childhood’s End' | (Media & Trend) | Scoop.it

Syfy has brought aboard Julian McMahon for the upcoming six-hour “Childhood’s End” miniseries, which is slated to premiere in 2015.

 

The “Nip/Tuck” actor will star opposite Daisy Betts (“Shutter”), the cabler announced Wednesday.

 

“Childhood’s End,” adapted from Arthur C. Clarke’s 1953 novel, follows the peaceful invasion of Earth by the mysterious Overlords, who begin decades of apparent utopia under indirect alien rule, at the cost of human identity and culture.

 

McMahon stars as Rupert Boyce, an American entrepreneur, and Betts will play Ellie, an arts graduate engaged to Ricky Stormgren (Mike Vogel), the most influential person in the world.

 

McMahon and Betts join previously announced cast members Vogel, Ashley Zukerman, Charles Dance, Osy Ikhile and Yael Stone.

“Childhood’s End” will be adapted by Matthew Graham (BBC’s “Life on Mars”). Akiva Goldsman (“I Am Legend,” “Paranormal Activity”), Mike De Luca (“Captain Philips,” “Moneyball,” “The Social Network”) and Alissa Phillips (“Moneyball,” “Mob City”) are executive producers. Universal Cable Productions will be the studio.

 

Syfy ordered the project, which will be filmed in Australia, back in September 2014.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

The 100 : La nouvelle série pour ados arrive sur Syfy

The 100 : La nouvelle série pour ados arrive sur Syfy | (Media & Trend) | Scoop.it
Le mardi 20 janvier, la chaîne câblée réservée à la science fiction, Syfy, lancera la nouvelle série américaine The 100. Puis, sera au tour de France 4 de diffuser la série.

 

La série The 100  marque le retour de Isaiah Washington, alias le Dr Burke dans Grey's Anatomy. Depuis son éviction de la série médicale à succès, après avoir tenu des propos homophobes, l’acteur peinait à revenir sur le devant de la scène. C’est chose faite avec cette nouvelle série américaine, diffusée depuis le printemps dernier sur CW aux Etats-Unis. A ses côtés se trouvent Henry Ian Cusik, déjà aperçu dansLost, Scandal ou encore Mentalist et Paige Turco, qui a un rôle récurent dans la série Person of Interestet que le public retrouvera prochainement dans le nouveau spin-off de NCIS, NCIS : Nouvelle Orléans.


The 100 se déroule 97 ans après une attaque nucléaire, alors que les survivants vivent dans l'espace. 100 jeunes adolescents sont envoyés sur Terre pour envisager un retour de l'espèce humaine.Aux Etats-Unis, le pilote a réuni 2,7 millions de curieux. Des audiences revues à la baisse depuis puisqu’en moyenne, les aventures terrestres de ces 100 adolescents n'ont fédéré plus que 1,8 million de téléspectateurs par épisode. Une tendance qui se confirme actuellement pour la deuxième saison. 1,6 million de téléspectateurs regardent CW chaque semaine pour suivre la série.

 

Pourtant la promesse d’une bonne série de science fiction y était ! Mais la série réservée à un public jeune ressemble à une production typique de la CW (Vampire Diairies), avec des adolescents chevelus (toujours bien pomponnés) dans des intrigues de science-fiction déjà vues. Mélange entre Lost, Terra Nova et Revolution, la série reprend des rouages déjà trop utilisés de la science-fiction. Dans The 100 la survie de l’espèce humaine dans ce monde post-apocalyptique, n'est possible que par l’application de lois si strictes, qu’elles feraient passer la dictature de Big Brother pour un monde de vertu et de bien-être. Mais tout n'est pas perdu. A la fin de la première saison, l'intrigue reprend de la vigueur.

 

Synopsis : Après une apocalypse nucléaire causée par l'Homme lors d'une troisième Guerre Mondiale, les 318 survivants recensés se réfugient dans des stations spatiales et parviennent à y vivre et à se reproduire, atteignant le nombre de 4 000. Mais 97 ans plus tard, le vaisseau mère, l'Arche, est en piteux état. Une centaine de jeunes délinquants emprisonnés au fil des années pour des crimes ou des trahisons sont choisis comme cobayes par les autorités pour redescendre sur Terre et tester les chances de survie. Dès leur arrivée, ils découvrent un nouveau monde dangereux mais fascinant...

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Série TV : un projet de Fincher et Ellroy sur le Los Angeles des années 1950 pour HBO

Série TV : un projet de Fincher et Ellroy sur le Los Angeles des années 1950 pour HBO | (Media & Trend) | Scoop.it

Le réalisateur de «Gone Girl» et l'auteur de «L.A. Confidential» ont signé avec la chaîne HBO pour développer une série se déroulant dans un univers maintes fois exploré par James Ellroy dans ses romans. 

 

HBO a encore une fois réussi à attirer de grands noms pour l'une de ses séries. Selon le site américain Deadline, l'écrivain James Ellroy et le réalisateur de «Gone Girl», David Fincher, ont officiellement signé avec la chaîne de télévision à l'origine de «Game of Thrones» ou des «Soprano».

 

Baptisée «Shakedown», cette série se déroulera dans le monde des tabloïds, dans le Los Angeles des années 1950. Il faut donc s'attendre à une atmosphère dans la veine de «L.A. Confidential», roman d'Ellroy adapté au cinéma par Curtis Hanson en 1997.

 

«Shakedown» sera en partie inspirée par la vie de Fred Otash, un policierdevenu détective privé. James Ellroy a déjà utilisé ce personnage dans trois de ses romans, deux livres de la trilogie «Underwold USA» et sa nouvelle «Shakedown», publiée en 2012. La série développée par HBO ne devrait pas être une adaptation du texte du maître du polar. Elle devrait se baser sur un scénario écrit par Ellroy lorsqu'il avait tenté de développer cette série pour la chaîne FX.

L'écrivain et le réalisateur refont équipe

«Shakedown» ne sera pas la première collaboration entre David Fincher et James Ellroy, qui auront le titre de producteur exécutif. Il y a une dizaine d'années, ils ont travaillé pour une adaptation en mini-série du «Dahlia noir», sans doute le livre le plus connu d'Ellroy. Le projet a finalement avorté lorsque le livre a été adapté au cinéma en 2006 par Brian de Palma.  

Il semble également que David Fincher soit de plus en plus intéressé par la télévision. Auréolé de nombreux succès au cinéma («Seven», «The Social Network», «Millenium»), le réalisateur est le producteur de «House of Cards» dont la troisième saison est attendue sur Netflix l'année prochaine. Il travaille aussi, toujours pour HBO, sur un remake de la série britannique «Utopia» avec Gillian Flynn, l'auteur de «Gone Girl». «Les gens (re)découvrent la télévision car c'est là où se trouvent tous les personnages les plus intéressants», a déclaré David Fincher en octobre dernier.

De son côté, HBO semble avoir trouvé un digne successeur à «Boardwalk Empire» qui vient de se terminer après cinq saisons. La série produite parMartin Scorsese et Mark Wahlberg se déroulait dans la ville d'Atlantic City au temps de la Probhibition.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

"The Voice" fait vibrer la Chine

"The Voice" fait vibrer la Chine | (Media & Trend) | Scoop.it
« The Voice of China », la déclinaison chinoise de « The Voice », fait un carton. Dans l'étouffante uniformité des programmes sur le régime ou l'armée, l'émission apparait comme une bouffée d'air frais.

 

Même au pays de Mao, le petit écran est saturé de reality shows. L'un d'eux, bien connu en Occident, casse la baraque. Depuis sa première diffusion en juillet 2012 sur la chaîne privée Zhejiang Satellite TV et sur internet, « The Voice of China » attire des dizaines de millions de spectateurs. Cette année, la mise en ligne de la première émission, en générant plus de 100 millions de clics en quinze heures, a même fait mieux que le Super Bowl, le programme pourtant le plus suivi aux Etats-Unis. « A chaque saison de «The Voice of China», pendant les trois ou quatre mois de la diffusion, je me poste devant mon écran chaque vendredi soir pour ne pas manquer un seul épisode, affirme une intellectuelle pékinoise. Et pourtant je n'aime pas la musique pop ! » Pourquoi une telle ferveur ? « C'est toujours aussi rafraîchissant de voir les quatre juges sélectionner les candidats à l'aveugle, le dos tourné à la scène, sans être influencés par leur apparence - et encore moins par leurs connexions et pistons. Pour une fois, on sent que c'est vraiment la qualité qui prime. »


D'habitude, expliquent en effet les fans, dans les shows des chaînes d'Etat - souvent de mauvaises copies d'émissions occidentales à succès -, on devine d'emblée qui sera le champion : le candidat le plus mignon qui, comme par hasard, se trouve être aussi le plus talentueux, le plus méritant et, surtout, le plus politiquement correct. En Chine, tout le monde le sait, le succès est proportionnel aux guanxi (« relations ») et plus précisément aux relations au sein du pouvoir.


Rien de tel sur la scène de « The Voice », premier télé-crochet à respecter scrupuleusement « The Voice of Holland », l'original néerlandais. Tout est conforme au cahier des charges : l'envoi d'agents recruteurs dans les boîtes de nuit, les écoles de musique et les troupes de l'armée ; les éliminatoires en public ; les juges qui s'écharpent pour attirer les plus belles voix ; et les fameux sièges pivotants des juges, importés à grands frais d'Angleterre. Les candidats viennent de l'ensemble du monde chinois. Sino-Américains stylés qui chantent une soul digne de la Louisiane, jolies lianes aussi pros que les divas du K-pop. Et même la petite-fille d'un maréchal de l'armée, compagnon de Mao...

 


La plupart des candidats ne jouent pas la carte paillettes. C'est même parfois la cour des miracles. Une jeune aveugle chanteuse de rue, un garçon à grosses lunettes et coupe au bol, une villageoise aux pieds nus, un nomade mongol s'accompagnant d'une drôle de mandoline, une punkette au crâne à moitié rasé... Des profils et des looks qui suscitent une curiosité passionnée chez les jeunes Chinois, sans doute parmi les plus connectés de la planète. Ils se sont massivement détournés des écrans de télé. Malgré ses 3 000 chaînes locales, la télé chinoise n'est plus regardée que par les plus âgés et les plus pauvres. L'étouffante uniformité des programmes - drames historiques à la gloire de l'armée, documentaires illustrant les réussites du régime, etc. - a eu raison de l'intérêt des autres. Les jeunes, habitués aux séries étrangères qu'ils peuvent visionner sur les équivalents locaux de Netflix, ne supportent plus le conformisme et la médiocrité des chaînes nationales.

 


Avec son cocktail de world music, « The Voice » colle à leur soif de découverte. Certes, ils y retrouvent des ritournelles datant de l'amitié avec l'URSS - comme l'indémodable « Lac Baïkal » -, de grands succès de la pop chinoise, mais aussi du jazz et du blues (quasi inexistants sur les chaînes d'Etat), des tubes de Céline Dion, Adele, Tracy Chapman ou Nina Simone. Une bouffée d'air frais dans un pays où les « stars » du show du Nouvel An sont des colonels de l'armée qui se produisent en uniforme d'apparat...

 

L'autre raison du succès de « The Voice » - un élément passé sous silence dans la presse officielle mais fébrilement commenté sur les forums -, c'est le droit de vote.

 

L'autre raison du succès de « The Voice » - un élément passé sous silence dans la presse officielle mais fébrilement commenté sur les forums -, c'est le droit de vote. Il y a quelques années, quand cette possibilité de soutenir ses candidats préférés a été introduite pour la première fois dans un reality show, l'afflux de dizaines de millions de SMS avait fait sauter tous les standards. Alarmé, le gouvernement a vite mis le holà. Aujourd'hui, la réglementation officielle cantonne les suffrages à la toute dernière émission, celle qui départage les finalistes. Spécialité locale, le choix du public est « orienté » par celui d'un jury composé de 101 personnes dont on ignore le mode de nomination. Bref, un droit de vote encadré.

 


Ces garde-fous font grincer les dents des fans, mais ne les empêchent pas de plébisciter l'émission. « Merci à «The Voice» qui nous offre des moments immortels de musique, s'enflamme un internaute sur le site officiel. Cette année, vous nous avez fait découvrir Perhat, ce pur génie, ce véritable musicien comme la Chine n'en a jamais connu. » La saison 2014 a en effet failli couronner cet ovni, un rocker ouïgour de 32 ans, autodidacte à la voix rugueuse, parlant mal chinois et chantant dans une langue tenue par la plupart des Chinois pour un idiome « barbare ». Perhat a finalement fini deuxième derrière une chanteuse plus classique. Mais l'enthousiasme inouï qu'il a suscité prouve que, loin des conceptions dominantes entachées d'intolérance et de quasi-racisme, la société chinoise sait elle aussi retourner son fauteuil.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

French on-demand site launches with US movies

French operator Numericable-SFR has launched its download-to-own store, VideoStore by Numericable, giving users access to a library of about 120 films at launch.

 

Numericable-SFR has signed deals with five Hollywood studios to secure content for the service.

 

Prices for movies begin at €5.99 (US$4.70). Highlights include Luc Besson’s science fiction movie Lucy, which is available for €13.99.

Unlike the rival service from Orange, which allows users to purchase and stream films via their Livebox devices to the TV, the Numericable-SFR service allows viewers to download movies direct to their box as well as via PC, smartphone or tablet.

 

The operator has signed deals with 20th Century Fox, France Télévisions Distribution, Gaumont International Television, DreamWorks Animation, Disney and Disney Pixar for the service.

The download-to-own service is currently available via Numericable’s La Box Fibre device to about 400,000 subscribers, but the operator plans to make it available to SFR subscribers soon.

Once purchased, movies are stored in the cloud for viewing across multiple devices. Titles can be purchased on tablets or smartphones via Numericable’s own website.

 

Titles available at launch include Planet of the Apes, Rio, Ice Age X-Men, 12 Years a Slave, Jimmy’s Hall, Belle et Sébastien, Avis de Mistral, The Snow Queen and Iron Man 3.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Aussie Netflix rival eyes A$1m share raise

Australian on-demand service Quickflix has asked its customers to acquire shares in the company in order to raise up to A$1 million (US$820,000).

The came after a rights issue brought in just A$650,000 when the company had been hoping to raise closer to A$6 million.

Quick is putting 333,333,334 shares up for sale at just A$0.003 per share. Quickflix shares were yesterday trading lower at A$0.002.

 

The new funds would “support the company’s strategic objectives and be applied to working capital as well as in investment in content and marketing,” Quickflix said in a statement to the Australian Securities Exchange.

 

“There is no guarantee that the company will raise sufficient funds to achieve [its] objectives and there may be restrictions on the company’s financing and operating activities,” Quickflix’s propectus to customers noted.

 

Quickflix has struggled to gain a foothold in the Australian on-demand market despite having first mover advantage – it launched in 2004. With Netflix, Stan and Presto Entertainment all set to launch as SVOD rivals, Quickflix has decided to take action.

 

Quickflix chairman and CEO Stephen Langsford (pictured) said his firm had “established a leading position in streaming entertainment and has access to the largest potential streaming audience in the Australian and New Zealand markets today due to its service being available on the widest range of popular devices”.

 

In September, Langsford wrote a combative open letter to Netflix CEO Reed Hastingsurging him to launch an official Netflix service as many users were using VPN technology to access Netflix’s US offer.

Netflix revealed its service for Australia and New Zealand last month. It launches in March.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Ben Silverman on Working with Netflix, Storytelling for Advertisers, Being on the Road

Ben Silverman on Working with Netflix, Storytelling for Advertisers, Being on the Road | (Media & Trend) | Scoop.it

Days after “Marco Polo,” produced by Electus and The Weinstein Co., bowed in France on Dec. 12, day and date with the U.S, Electus Ben Silverman was at the Cristal Festival, nearly 6,000 feet up in the French Alps IN Courchevel, to deliver a keynote speech, “Creativity and Big Ideas” as part of Cristal’s Brand Entertainment & Content Summit.

 

France’s Cristal Fest was high-level in other ways. AOL’s digital guru David Shing spoke before Silverman (on “There Are Still Only 24 Hours in a Day”); Trigger Street Prods’ “House of Cards”producerDana Brunetti was interviewed afterwards, before receiving an Outstanding Merit Award.

 

Silverman wasn’t in Courchevel for the skiing, such as its respected Grand Couloir black ski run. Via Electus, he is involved in at least three of the most talked-up business lines in entertainment: High-end series – for instance, Netflix’s “Marco Polo,” produced by Electus and The Weinstein Co; re-versioning for the U.S; the convergence of advertising and entertainment.

 

“I’m constantly traveling the world, creating content or finding great ideas,” said Silverman, citing “The Tudors,” which he created, or finding shows, such as Colombia’s “Ugly Betty” and the U.K.’s “The Office,” whose U.S. versions he exec produced, and “Jane the Virgin,” a Venezuelan format which he again sourced, produced by CBS TV Studios for CW.

 

Electus has also sold around the world show such as “Fashion Star,” which airs in Germany and China.


“I’ve always been on the road, not only looking for ideas, but packaging and selling them. One of the areas with huge opportunity is creating content pieces for advertisers and finding ways for them to scale internationally,” Silverman told Variety, having just got into Paris.

 

He went on: “There are two groups: One still very much focused on 30-second spot advertising, another group moving to longer formats, somewhat socially driven, through narrative, episodic story telling. These two worlds are going to eventually collide. [At Courchevel] there were people leaning in more than I’ve ever seen before from both sides, but aware of the other.”

 

That opens up opportunities for storytellers to create relationships with advertisers not only in the U.S. but beyond.

 

“I absolutely have that ambition. I’m looking to create those relationships. There are so many players who are global yet also operate locally. That’s exactly what we do through our distribution business. We take an idea like ‘Fashion Star’ or when I found back in the day ‘Who Wants To be A Millionaire’ and replicate it around the world. It’s like scaling local. But how do you scale bespoke? That’s the hardest thing to do. What’s interesting is that advertising networks are in multiple markets just as our distribution business is in multiple markets.”

 

With “Marco Polo,” “what’s incredible about Netflix is its global ambition. It was the first time I could reference a program of mine that had launched in America and in multiple markets at the same time.” ‘The Tudors’ took almost a full year and a half to air after its U.S. broadcast to air in France.”

 

“It’s similar to what’s happening in the motion picture business where the big studios are starting to do that also, to counter-effect piracy but also because it helps build off the buzz each market has and [due to] the social conversation which happens so much more quickly now.”

 

Electus works with every network, including Canal Plus. It exec produced Morgan Spurlock’s docu pic “Mansome,” with Jason Bateman and Will Arnett, which Netflix distributed, and does have projects in the works with Netflix, such as a “more comedic series.”

Silverman is excited. “In television in general in America, I do think everyone is moving towards smart TV, thoughtful TV. My current Golden Globe nominated ‘Jane the Virgin’ is “a very thoughtful, innovative program that airs on a network that never had a Golden Globe nomination before. Yet they took the risk. The competition is forcing the networks and studios to treat their audiences like they treat themselves and not to pander down to them.”

 

He added: “It does feel like in the motion picture business that hasn’t quite happened because blockbusters are driving the consumption of movies.”

 

Silverman has to go. He got up at 4 am to get in to Paris. Having traveled, the traveler has to travel on.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Studio Babelsberg Braces for $3 Million Annual Loss

Studio Babelsberg Braces for $3 Million Annual Loss | (Media & Trend) | Scoop.it
Germany's Chancellor Angela Merkel recently visited the set of Steven Spielberg's untitled Cold War drama, starring Tom Hanks, at Berlin’s Glienicke Bridge.

 

Despite major projects this year, including Steven Spielberg’s latest Cold War drama and the “Point Break” remake, Germany’s Studio Babelsberg is expecting a €2.5 million ($3 million) loss for 2014.

In an interview with German financial newspaper Handelsblatt published on Friday, Studio Babelsberg president and CEO Charlie Woebcken said he hoped the studio would survive next year.

 

Speaking to Variety on Monday, however, the studio’s vice president and chief operating officer, Christoph Fisser, played down the comments, saying a number of developments since Woebcken’s interview — which actually took place some 10 days prior to its publication — had resulted in an improved climate going into the new year.

 

“We are optimistic and feeling good about next year,” Fisser said.

While the studio is forecasting 2014 revenue of €50 million ($61.1 million), down from €81.9 million ($100.1 million) last year, Fisser said Babelsberg was in negotiations with a number of major Hollywood productions to shoot at the studio next year.

 

Studio Babelsberg co-produced and oversaw production services for a number of high-profile pics this year, including Spielberg’s untitled Cold War drama starring Tom Hanks, Ericson Core’s $100 million “Point Break” remake and Francis Lawrence’s “The Hunger Games: Mockingjay,” but they all shot on location and not at the studio, which generates more revenue for the company.

 

Indeed, the studio has regularly fluctuated between annual losses and profits over the years, depending upon the number of international co-productions it had in any given year. In 2013, for example, the studio posted a profit of €843,000 ($1.03 million) after suffering a hefty loss of €7.2 million ($8.8 million) the year before, which in turn followed a 2011 profit of €356,000 ($435,362). Due to the studio’s somewhat erratic business operations and difficulties in maintaining stable revenue levels, the company is planning to delist from the stock market in 2016.

 

Studio Babelsberg execs have also been lobbying hard against plans by the German government to cut federal film subsidies by €10 million ($12.2 million) next year — a move that could have hit the studio particularly hard. However, the Bundesrat, one of the two houses of Germany’s parliament, voted on Friday to increase the German Federal Film Fund (DFFF) back to its current level of €60 million ($73.4 million) a year as of 2016.

 

In addition, German economic affairs minister Sigmar Gabriel recently assured the country’s film industry that his ministry would free up an additional $12.2 million for film support next year, although whether that goes directly back to the DFFF or to a separate film financing vehicle remains to be seen.

 

The DFFF has been instrumental for Studio Babelsberg in luring major international productions to Germany, including Spielberg’s film, which recently attracted Chancellor Angela Merkel to the pic’s set at Berlin’s famed Glienicke Bridge (which once connected West Berlin with communist East Germany, serving as the ideal place for American and Soviet forces to swap captured spies during the Cold War).

 

This year’s other major productions also benefited from DFFF funding: ”Point Break” received $4.4 million in support and “Mockingjay” secured nearly $5 million. Babelsberg co-produced “Mockingjay” and handled production services in Germany, and also secured DFFF funding for the film. “Mockingjay” shot in and around Berlin this spring after finding perfect sites for the post-apocalyptic setting of Panem, including the city’s historic former Tempelhof Airport as well as picturesque industrial ruins.

 

Nearly 30 international co-productions have benefited from DFFF coin this year, including Eran Creevy’s high-speed actioner “Autobahn,” starring Nicholas Hoult, with €2.58 million ($3.15 million).

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

CW Developing Music Drama Produced by Scooter Braun (Exclusive)

CW Developing Music Drama Produced by Scooter Braun (Exclusive) | (Media & Trend) | Scoop.it
The CW is getting into the music industry.


The network is teaming with uber-producer Scooter Braun and Tony nominee Todd Graff to develop a music drama, The Hollywood Reporter has learned.

 

The untitled entry, which has received a script commitment, is set in the ever-evolving world of music, entertainment and social media. It chronicles the rise of Gary Graham, a brilliant young manager with the talent and ambition to shake up the industry, which is a world gone viral: where stars are minted overnight, relationships are constantly tested and careers can be made or crushed with one perfectly placed phone call. Will he manage to stay true to himself while outmaneuvering the roadblocks put in place by clients, lovers and colleagues? It's a fine line.

The drama will feature original songs and cameos from some of pop culture's biggest names.

 

Graff (Broadway's Baby) will pen the script and executive produce the Warner Bros. Television entry alongside Tony Krantz via his Flame Ventures production banner. Braun, who manages Justin Bieber, Ariana Grande, Psy and Carly Rae Jepsen, among others, will also executive produce via his SB Films unit. Flame's Drew Comins and SB'sDanny Rose are set as co-EPs.

 

Should the CW music drama go to series, it would mark Braun's second TV scripted project alongside CBS' breakout hit Scorpion, which has already been picked up for a full season.

 

For his part, Graff's writing credits include Used People, The Vanishing and Camp, which was nominated in 2003 for the Sundance Film Festival's Grand Jury Prize.

 

Krantz, who worked in the music industry during college, most recently produced NBC'sDracula and counts 24 and Felicity among his TV credits. He's also behind a Phantom of the Opera reboot in the works with Endemol as well as a horror anthology with Jason Blum at NBC, among other projects.

 

The CW's music drama comes as the genre has been gaining steam again. While Fox's Gleewill sign off in the spring after six seasons, the network in January is launching hip-hop family drama Empire, while ABC will bow musical fairy tale Galavant next month before country music drama Nashville returns in March.

 

Krantz is with CAA and Gang Tyre, Graff is with UTA, and Braun is with CAA and Jackoway Tyerman.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Reworld Media veut exporter Gourmand et Marie France

Reworld Media veut exporter Gourmand et Marie France | (Media & Trend) | Scoop.it
Le groupe de Pascal Chevalier, qui a racheté huit magazines à Lagardère, poursuit à marche forcée la diversification de ses marques. Après l'Asie, il mise sur le Brésil.

 

Pascal Chevalier veut aller vite, très vite. Après avoir relancé en ligne Marie France (un magazine racheté au groupe Marie Claire) en France et en Asie, planché sur le potentiel à l'export de Gourmand ou Papilles (rachetés à Axel Springer), le président de Reworld Media teste auprès du marché l'attractivité des huit magazines acquis en avril dernier auprès de Lagardère. Parmi ceux-ci, quelques pépites, comme Auto Moto, leader de son segment, ou Maison & Travaux, champion des magazines grand public consacrés à la rénovation. Et des tas de projets de développements sur tous les supports: sur Internet en particulier, mais aussi en hors médias (salons, conférences, boutiques éphémères…).

 

«Redynamiser de belles marques endormies et activer un maximum de leviers de diversification en un minimum de temps», c'est le credo de la maison. Au siège de Reworld Media, à Boulogne-Billancourt, une quarantaine de journalistes (sur les 70 des équipes transférées après la vente Lagardère) ont rejoint il y a deux mois les troupes de Marie France, Télé Magazine ou Vie pratique. «Nous sommes organisés par marque, avec pour chacune d'entre elles un patron en charge de son déploiement sur tous les supports», explique Gautier Normand, directeur général de Reworld Media. Pour cet ancien consultant spécialiste des médias, passé par NextRadioTV et La Tribune, tout l'art consiste à garantir pour chacun des titres un «discours de marque de qualité»: d'un côté, s'assurer de produire au public de bons contenus et, de l'autre, expliquer aux annonceurs qu'ils taperont à la bonne porte.

  

 

La première acquisition de Reworld Media n'a pas été un magazine mais une société espagnole de bases de données qui disposait de 20 millions de contacts, dont 5 millions en France. «Pour chacun de nos verticaux, il faut avoir le maximum de qualification de l'audience», poursuit Gautier Normand. La stratégie digitale du groupe, qui a permis de relancer le site deMarie France, est la même pour tous les titres. «On active notre base et on qualifie les contacts en fonction de ce qu'ils ouvrent», indique Gautier Normand, qui n'hésite pas à parler de «changement de culture» auprès des annonceurs. Le format vidéo est aussi un format qui sera poussé. Trois personnes ont été recrutées pour s'en assurer.

 

70 millions d'eurosde chiffre d'affaires

 

Hors ligne, Reworld Media pousse aussi ses pions à la vitesse grand V. La société a lancé la première édition du salon Maison & Travaux en juin dernier, élaboré un nouveau concept de boutiques éphémères sous la marque «L'escabeau de Marie France», à Saint-Tropez et en ce moment à Paris, et elle espère nouer des partenariats avec des marques pour proposer des événements ou des émissions à la télévision.

 

Avec les 70 millions d'euros de chiffre d'affaires attendus cette année, Reworld Media est loin des 300 millions visés à la fin 2017. Les trois ans qui viennent vont donc être intenses. En dehors de la France, le groupe mise toujours sur Marie France, dont le site a été lancé il y a un an en anglais en Asie, mais aussi sur Gourmand. «La gastronomie et la cuisine sont des secteurs très porteurs pour les marques françaises», souligne Gautier Normand. En 2015, la marque devrait être lancée au Brésil, en même temps que Marie France.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

George Clooney prépare une série sur le cinéma

George Clooney prépare une série sur le cinéma | (Media & Trend) | Scoop.it

L'acteur américain planche sur une fiction consacrée à l'industrie cinématographique.


La frontière entre cinéma et télévision est de moins en moins étanche. George Clooney en apporte une nouvelle preuve: des années après la série Urgences», l'acteur prépare une fiction sur le monde du cinéma des années 1990, en collaboration avec Bennett Miller (Foxcatcher) et Peter Tolan (Rescue Me).

 

Selon «Vulture», il s'agit d'une série dramatique sombre sur l'industrie du cinéma racontée à travers les yeux de dirigeants de studios. George Clooney se servira naturellement de son expérience tout comme Peter Tolan, qui a fait partie des auteurs de la célèbre sérieThe Larry Sanders Show de la chaîne HBO.

 

Ce n'est pas la première fois que George Clooney planche sur une série consacrée au cinéma. En 2005, le comédien avait créé  Unscripted avec Stephen Soderbergh. L'histoire de trois jeunes acteurs qui essaient de se faire un nom à Hollywood.

 

On ne sait pas encore quelle chaîne va acquérir cette série mais nul doute qu'avec un nom comme celui de George Clooney, les networks intéressés ne manqueront pas.

 
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Avenant au contrat de gestion de la #RTBF: économies et placement de produits

Avenant au contrat de gestion de la #RTBF: économies et placement de produits | (Media & Trend) | Scoop.it

Le premier avenant du quatrième contrat de gestion de la RTBF a été signé ce mardi. Au programme: compensation de la baisse du financement public et mise en conformité avec la législation européenne.

Le contrat de gestion 2013-2017 n’avait pas satisfait le patron de la RTBF, notamment sur le chapitre relatif au financement et la suppression du placement de produits, et il l’avait fait savoir. “Le gouvernement reconnaît notre insuffisance de financement, nous incite à adopter un nouveau plan d’économies et décide dans le même temps, sans concertation et à la dernière minute, de nous interdire un type de revenu publicitaire qui nous rapporte deux millions d’euros par an !” avait souligné Jean-Paul Philippot dans le journal Le Soir en 2013.

 

Finalement,  un avenant a été signé conjointement par Jean-François Raskin président du Conseil d’Administration de la RTBF, Jean-Paul Philipport, son administrateur général, et Jean-Claude Marcourt, Ministre des médias de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le cadre budgétaire reste serré pour toute la Fédération Wallonie Bruxelles, avec pour résultat une diminution de 23 millions d’euros qui devra être réalisée à l’horizon 2017 sur une dotation annuelle de 200 millions. Sur les antennes de la RTBF, Jean-François Raskin, président du Conseil d’Administration, confirme que  « la RTBF est mise un peu beaucoup à la diète, mais cela fait partie des contraintes générales de la Fédération Wallonie-Bruxelles puisque toutes les institutions sont impactées ».

 

Son administrateur général Jean-Paul Philippot rappelle de son côté que « le niveau d’effort et d’économie devra être réalisé progressivement à partir de 2015 avec l’arrêt de certaines émissions, des investissements postposés ou supprimés, et des économies dans les droits sportifs notamment ».

 

Retour du placement de produits


En matière d’emploi, la RTBF a déjà fait des efforts dans le passé, et aucune perte d’emploi n’est donc envisagée. La perte de financement sera finalement compensée par le retour du placement de produits et l’autorisation de publicité pour les médicaments sans prescription.

 

Le placement de produit se fera de manière encadrée, et essentiellement dans les émissions de divertissement, comme Un gars un chef ou The Voice. Un panneau annoncera au préalable le placement de produits et les annonceurs participants.

 

La possibilité pour la RTBF d’interrompre les films avec des coupures publicitaires entre 19h et 22h sera quant à elle prolongée.

 

Restrictions d’information sur le site internet de la RTBF


Le cadre d’activités sur le site web de la RTBF a été défini de manière plus précise et mis en conformité avec la législation européenne. La RTBF devra ainsi mettre l’accent sur des contenus d’information en lien avec des sujets développés ou à développer dans ses programmes TV et radio, produits ou traités dans ses propres rédactions et enrichis d’images et de sons.

 

Soulignons enfin que le contrat prévoit le lancement d’une nouvelle émission culturelle sur l’une des trois chaînes de la RTBF.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Hollywood achève une année laborieuse et décevante

Hollywood achève une année laborieuse et décevante | (Media & Trend) | Scoop.it
L'industrie cinématographique américaine a vu les recettes en salle fléchir de près de 4% cette année, la plus importante baisse en quinze ans. L'éloignement des jeunes et les menaces de nouveaux modes de délinquance ont pesé sur les performances du secteur.

 

"Hollywood ne veut pas produire un deuxième épisode à 2014", c'est sous ce titre que le New York Times a ironiquement fait état d'une année en demi-teinte pour l'industrie américaine du cinéma. D'après une étude du cabinet Rentrak, les ventes de tickets de cinéma ont baissé de 4% en 2014, avec 10,5 milliards de dollars de recettes. Certes, le cabinet précise que des fluctuations de cette ampleur d'une année sur l'autre ne sont pas inédites compte tenu de l'aléa des programmations. Il n'en reste pas moins que c'est la plus forte baisse depuis l'an 2000, après prise en compte de l'inflation.

 

Pas de catastrophe comme Lone Ranger en 2013

 

Mais l'année 2014 n'a pas été totalement mauvaise. Ainsi, Hollywood compte plusieurs gros succès comme Les gardiens de la Galaxie qui reste le plus gros succès de l'année. Le film produit par Marvel (Walt Disney Company) a récolté 332 millions de dollars de recettes aux Etats-Unis (772 millions de dollars dans le monde). Parmi les autres succès de l'année on compte The Lego Movie, Godzilla, Divergent et Les tortues ninja.

  

 

En parallèle, aucun incident industriel majeur n'a été constaté comme en 2013 avec le film de Disney The Lone Ranger. Les spécialistes ont néanmoins dénombré une douzaine de films décevants comme Les pingouins de Madagascar, Planes, Hunger Games (malgré ses 643 millions de dollars de recettes mondiales) ou The amazing Spider-man 2.

 Les jeunes ne sortent plus, les femmes peu concernées

 

La véritable inquiétude des grands studios américains, c'est de voir les jeunes générations s'éloigner des salles obscures. D'après The Nielsen Company, la part des 12-24 ans à avoir été au cinéma au cours des neuf premiers mois de l'année a baissé de 15%. Les études constatent que les jeunes sortent de moins en moins souvent de chez eux retenus par les jeux vidéos, les smartphones, youtube ou encore les site de films à la demande.

De leur côté, les femmes se sont déplacées au cinéma pour des films comme Maléfiqueou Lucy. Mais les studios de cinéma continuent à produire des films d'actions très chargés en testostérones afin de satisfaire une demande internationale importante sur cette thématique.

 Nouvelle délinquance contre Hollywood

 

Au-delà de ces considérations sociologiques, Hollywood est confronté à de nouvelles formes de délinquance très préjudiciables. Ainsi, plusieurs films étaient cette année accessibles dans les réseaux de téléchargement avant même leur sortie officielle en salle comme The expendables 3 et Annie.

 

Plus récemment, les cyberattaques contre Sony ont contraint le conglomérat japonais àsuspendre la diffusion de The interview. Un groupe de hackers a voulu punir le studio pour avoir produit ce film où se fait assassiner Kim Jong Un, le leader nord-coréen. Des groupuscules radicaux ont été jusqu'à menacer d'attentats les salles de cinéma qui s'aventureraient à diffuser le film.

 

Pour Paul Degarabedian, analyste chez Rentrak, cité par le New York Times, cet événement risque d'effrayer les spectateurs ce qui est malvenu pour Hollywood puisqu'il survient à la veille des fêtes de Noël, une période normalement faste pour les cinémas.

  
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

James Bond, un agent secret au service des marques

James Bond, un agent secret au service des marques | (Media & Trend) | Scoop.it
Dans Spectre, 007 va boire de la vodka. Et c'est Belvedere qui a remporté le contrat pour placer sa marque. Des placements de produits bien présents dans les films de James Bond.

 

Entre deux-trois méchants à tuer et le monde à sauver, James Bond a le temps de rouler dans de belles voitures, porter des montres de luxe et boire de l'alcool. Des instants magiques pour les marques. Et pour le prochain film, Spectre, dont le tournage vient de commencer, c'est Belvedere qui va être à l'honneur.

 

La marque de vodka polonaise détrône Heineken. Le brasseur avait déboursé, pour Skyfall, 35 millions de dollars pour que l'agent secret boive la bière. Le budget qu'a dû débourser le polonais pour reprendre la main n'a pas été dévoilé.

 

Belvedere va en profiter pour sortir deux bouteilles collectors spécialement pour l'occasion. L'une des deux représentera le bâtiment du MI6, les services secrets britanniques. "C'est une opportunité exceptionnelle en termes de marketing", reconnaissait Charles Gibb, le président de Belvedere, lors d'une conférence de presse en décembre.

 

Incartade avec Taittinger

 

Evidemment, ce ne sera pas le seul placement de produit du film. Fiat va faire sa grande arrivée. Ce n'est pas la première fois que 007 fait des infidélités à la mythique Aston Martin. Dans trois épisodes, entre 1995 et 1999, Pierce Brosnan avait roulé en BMW. Et l'agent secret a déjà testé des Bentley, Ford, Lotus, Toyota et même une 2CV dans Rien que pour vos yeux.

 

Si l'agent secret n'est pas l'homme le plus fidèle du monde, il reste quand même très attaché aux montres Omega depuis 1995, mais surtout au champagne Dom Pérignon depuis 1955 (Docteur No) et Bollinger depuis 1971 (Les diamants sont éternels). Mais malgré ces grandes histoires d'amour avec ces deux marques de spiritueux, James Bond a commis une petite incartade avec Taittinger en 1963 (Bon baiser de Russie).

 

Depuis 2005, Sony a racheté MGM, coproducteur et distributeur du film. La marque en profite donc pour placer ses produits tels que mobiles, PC portables, appareils photos ou encore téléviseurs. Dans Quantum of Solace, par exemple, James Bond utilisait le Sony Ericsson C902. Autant de placements de produits qui permettent de subventionner une partie du budget. Pour Meurs un autre jour (2002), le montant des contributions a atteint 160 millions de dollars, un record. Pour Casino Royale (2006), il s'élève à 10 millions de dollars.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

La French Tech fourbit ses armes avant le CES de Las Vegas

La French Tech fourbit ses armes avant le CES de Las Vegas | (Media & Trend) | Scoop.it
Début janvier, ce sont 120 entreprises dont 66 startups françaises qui se rendent au salon mondial de l’électronique grand public, rendez-vous incontournable de l’innovation. Deux ministres, Emmanuel Macron et Axelle Lemaire, qui accompagneront cette délégation sur place, ont réuni jeudi soir la fine fleur de la French Tech en amont du voyage.

 

 

Arborant un coq rouge stylisé, logo de la French Tech, à la boutonnière, Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, est venu galvaniser les troupes, à moins de trois semaines du voyage à Las Vegas au Consumer Electronics Show (CES), le grand rendez-vous incontournable de l'innovation, qui se tient du 6 au 9 janvier : la fine fleur des startups françaises était réunie jeudi lors d'une soirée French Tech pré-CES à l'Usine i/o, un « fab lab » géant ouvert en octobre dans le XIIIe arrondissement, à deux pas du futur « plus grand accélérateur du monde » de la Halle Freyssinet. Le ministre était accompagné d'Axelle Lemaire, la secrétaire d'Etat au Numérique, qui a prévenu les startups « vous allez découvrir le Far West ! Nous serons 120 à aller (re)conquérir l'Ouest ! » a-t-elle lancé. Le CES devait accueillir plus de 3.500 exposants et 150.000 participants de 140 pays.

 

 

  

« Nous serons à Las Vegas avec vous, nous serons la première délégation européenne, avec 120 entreprises, loin devant l'Allemagne [39, NDLR], dont on nous parle souvent [et le Royaume-Uni à 33]. Il ne s'agit pas de revenir seulement avec quelques récompenses » a déclaré Emmanuel Macron. « Il faut que ces 120 grandissent année après année et que l'on réussisse à faire le CAC 40 de dans vingt ans. »

 

 « La France a besoin de startups pour retrouver la croissance »

 

 

Le ministre avait déjà évoqué cette idée la semaine dernière à la conférence LeWeb,affirmant que son « obsession était de créer le CAC 40 de dans dix ans. » Emmanuel Macron a poursuivi jeudi soir en précisant « la réussite française ce sont les grands groupes, mais [ces derniers] ressemblent beaucoup à ceux des années 1980. Ils ont changé, grossi, mais ce sont les mêmes noms. Comparez avec le Nasdaq. »

 

 

« L'économie française a besoin de vous, les startups. Si l'on innove pas, on n'arrivera pas à retrouver la croissance. Si la France ne s'adapte pas à ce monde de rupture, d'accélération, on n'y arrivera pas » a déclaré le ministre de l'Economie devant un parterre d'une soixantaine de startuppers.

  Déjà cinq startups françaises primées

 

 

Parmi les 120 entreprises qui seront du voyage, il y aura d'ailleurs quelques grands groupes comme La Poste, L'Oréal, Pernod-Ricard et Valéo. Mais aussi 66 startups, soit une sur 4 dans l'espace dédié Eureka Park : seuls les Etats-Unis en présenteront davantage (152), Israël au troisième rang n'en ayant « que » 13. C'est 73% de plus que l'an dernier (38), se félicite la mission French Tech. On sait d'ores et déjà qu'au moins cinq d'entre elles seront primées à Las Vegas; fin octobre, les organisateurs du CES ont tenu à Paris leur événement « d'échauffement », CES Unveiled, dévoilant les lauréats des Innovation Awards, qui seront formellement remis dimanche 4 janvier :

 

 

- Giroptic a été primé pour sa caméra ultra HD à 360°

- Withings pour sa montre connectée Withings Activité et sa caméra HD avec capteur de a qualité de l'air intégré Withings Home

- Citizen Sciences a reçu un prix pour son « D shirt » connecté

- Lima Technologies a été distingué pour son boîtier de stockage multiplateforme

- Voxtok pour son Audio Capsule, lecteur, serveur et enregistreur de contenus musicaux

 

D'autres startups déjà établies et multiprimées dévoileront leurs nouveautés à Las Vegas, à l'image de Netatmo (station météo et thermostat connectés), le Nest à la française, ou Parrot, de Henri Seydoux, reconnu mondialement pour ses drones civils. Le spécialiste de la hifi haut de gamme Devialet y présentera son dernier OVNI au design surprenant Phantom.

 

 

 « France is innovante ! France is startup-friendly ! »

 

Les ministres seront accompagnés de Pierre Gattaz, le président du Medef, déjà présent l'an dernier au CES avec Fleur Pellerin, à l'époque ministre déléguée à l'Economie numérique, et Muriel Pénicaud, la directrice générale d'Ubifrance et présidente de l'Agence française pour les investissements internationaux (AFII). Le Medef organise sur place une soirée de rencontre entre grands groupes français et startups "Talents sharing" le mercredi 7 janvier et un rendez-vous avec le patron de Cisco, John Chambers le jeudi.

 

Jouant la carte du ludique, la mission French Tech a fait fabriquer des jetons de casino au logo « I love la French Tech », des coqs imprimés en 3D et des brochures expliquant en anglais tous les points forts du pays, chiffres à l'appui : « France is innovante ! France is startup-friendly ! France a tech-savvy nation, World beating digital market » (accueillante avec les startups, une nation de technophiles, un des premiers marchés du numérique).

 

« Allez-y, prenez des risques, nous serons toujours à vos côtés. On ne fera de grandes choses qu'avec le goût du risque. On a besoin du risque, de valoriser et mieux récompenser le risque [...] La France a besoin de retrouver l'esprit de conquête. Entrepreneur c'est un mot français ne l'oubliez pas, on nous l'a volé, on l'avait laissé ! » a fait valoir le ministre de l'Economie et du Numérique, avant de conclure « si on va à Las Vegas, c'est pour gagner tous ensemble. »

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Sarah Jessica Parker de retour à la télévision avec la série Divorce ?

Sarah Jessica Parker de retour à la télévision avec la série Divorce ? | (Media & Trend) | Scoop.it
LE SCAN TÉLÉ - Plus de dix ans après la fin de Sex and the City, l'actrice pourrait être l'héroïne principale et la productrice de la comédie Divorce sur HBO.

 

Joyeux Noël pour les fans de Sarah Jessica Parker. Une dizaine d'années après la fin de la mythique série Sex and the City, l'actrice pourrait faire son grand retour à la télévision dans une comédie pour la chaîne HBO. Une fiction dont elle devrait être aussi productrice.

 

Le titre de cette série ? Divorce, tout simplement.

 

Se déroulant à New York, théâtre de Sex and the City, elle racontera l'histoire d'un très, très long divorce. Celle qui a incarné Carrie Bradshaw avec succès (son rôle lui a valu des Golden Globes en 2000, 2001, 2002 et 2004) y jouera le rôle d'une femme d'âge mûr qui décide de se séparer de son mari sur les conseils de deux amis célibataires.

 

C'est la britannique Sharon Horgan qui va écrire le scénario, épaulé par Paul Simms, qui a déjà aidé Lena Dunham pour sa comédie Girls.

Si le projet aboutit, ce sera le premier engagement important de Sarah Jessica Parker à la télévision depuis Sex and the City. En 2012, elle avait fait une apparition dans la quatrième saison de la série musicale Glee.

 

Au cinéma, elle a produit les deux films inspirés de Sex and the City, sortis en 2008 et en 2010.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Angoulême, la Silicon Valley de l'animation

Angoulême, la Silicon Valley de l'animation | (Media & Trend) | Scoop.it
Dessins animés, films, jeux vidéo... La petite ville de Charente s'impose comme un pôle incontournable pour la création. Reportage.

 

Angoulême serait-elle plus geek que Montréal ? "Il y a deux ans, quand nous cherchions à nous développer, nous avions envisagé plusieurs villes, en particulier Montréal", raconte Philippe Segard, directeur du studio Hari qui réalise le dessin animé "la Chouette & Cie" pour France-3. "Mais nous avons découvert Angoulême et son tissu d'entreprises. Les différentes aides départementales et régionales nous ont permis de rester en France."

 

Dans la petite ville de 40.000 habitants, la bande dessinée est omniprésente, ne serait-ce qu'avec les plaques de rue en forme de bulle. Mais, depuis vingt ans, Angoulême se construit un autre visage, plus animé.

 

Sur le terreau de la BD, le département et la région ont créé un écosystème pour développer économiquement la ville autour de l'animation", explique Frédéric Cros, directeur du Pôle Magelis, institué en 1997 pour inciter à l'implantation d'entreprises.

 

Les dessins animés "Titeuf", "les Mystérieuses Cités d'or", "Snoopy" et "T'choupi" ou encore les films "Kirikou" et "les Triplettes de Belleville" ont été réalisés entièrement ou en partie dans la ville charentaise. Elle compte aujourd'hui une trentaine de studios d'animation et de jeux vidéo, et une centaine de PME travaillant dans l'image, pour un total de 1.300 salariés en équivalent temps plein.

De quoi propulser Angoulême comme deuxième plus important pôle image de France, derrière Paris mais devant Annecy, pourtant capitale du film d'animation.

 

Jusqu'à 150.000 euros de subventions

 

"Il y a une vraie volonté de créer une vallée de l'image", résume Yannick Conseil, responsable du développement économique du Grand Angoulême. "Et les résultats sont concrets, comme le césar décerné à 'Ernest et Célestine', produit en partie ici."

 

Cet été, c'est l'éditeur de BD Dargaud qui y a installé sa filiale Ellipse, pour créer la série télé "Boule et Bill". L'attractivité de la ville tient notamment à ses aides à la production. Un long-métrage réalisé à Angoulême peut être subventionné jusqu'à 150.000 euros. Chaque année, le département dépense au total 1,8 million d'euros d'aides à la production, tandis que la région met sur la table 2 millions d'euros.

Mais les aides ne font pas tout. Quand il a voulu délocaliser son studio parisien, 2 Minutes, Anthony Combeau a été particulièrement attiré par "le vivier de talents aussi bien techniques qu'artistiques". La ville compte en effet 8 écoles, dont les prestigieuses Ecole des Métiers du Cinéma d'Animation (EMCA) et Ecole nationale du Jeu et des Médias interactifs numériques (ENJMIN).

 

Environ 6 élèves sur 10 de ma promo ont trouvé du travail dès la sortie", estime Jérémie, 27 ans, fraîchement diplômé de l'EMCA.

 

L'établissement est classé au troisième rang des meilleures écoles par les professionnels de l'animation, selon le magazine "L'Etudiant".

"Ces écoles sont tellement bonnes que les gens viennent de partout", vante Adrien Farell, président du syndicat 16.000 Images, association qui regroupe 45 entreprises de l'image. "Malgré le marasme, l'animation ne se porte pas trop mal, surtout à Angoulême. Un tiers des séries d'animation qui passent à la télé sont réalisées ici !"


"A Paris, nous n'aurions jamais survécu"

 

Le jeu vidéo s'affiche aussi comme une priorité de la ville. Frédérique Doumic, cofondatrice et directrice du studio Ouat, a déménagé de Paris à Angoulême il y a douze ans. Elle raconte :


En plus des aides à la production, nous avons bénéficié d'aides à l'installation et de loyers modérés. Ça nous a permis de résister face à la concurrence internationale."

 

Un confort partagé par Frédéric Pedro qui y a créé son studio de jeux vidéo, Polm, il y a quatre ans : "Le coût de la vie est bien moins élevé. Si nous nous étions établis à Paris, nous n'aurions jamais survécu aussi longtemps."

 

Après la BD, la diversification d'Angoulême dans l'animation continue avec l'ouverture, l'an prochain, d'un nouvel établissement dédié aux techniques du manga japonais.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Vevo launches on Xbox One

Vevo launches on Xbox One | (Media & Trend) | Scoop.it

Music programmer Vevo is launching more than 100,000 music videos, original series and live concerts on the Xbox One console.

 

An app, Vevo on Xbox One, has joined the console’s line-up. The app will be the first away from Vevo’s mobile and tablet apps and Vevo.com to offer the Vevo news feed.

 

Xbox owners in the US, Canada and Germany can also access Vevo TV, a 24/7 linear channel.

 

Vevo has been on Xbox 360, One’s predecessor, since 2012.

The news came as Vevo revealed its app views were up 136% year-on-year in November – totalling 4.3 billion overall monthly views.

The company has made a major push into original content recently, but last monthlost founding CEO Rio Caraeff, who is exiting after five years.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Netflix coy on Spain launch talk

Netflix has reportedly denied renewed talk it will launch a subscription on-demand service in Spain next year.

 

An executive at tech manufacturer Toshiba this week told a company event Netflix had confirmed it was launching in the territory, news that was widely reported in the local press.

 

However, Netflix’s head of global communications Jonathan Freidland subsequently told tech websiteGizmodo Spain no launch plan had been announced and that the information was “not correct”.

A Netflix spokesman told TBI this morning: “We have not announced any intention to offer our service in Spain and have nothing to say at this time.”

 

Various reports going back as far as August 2011 have linked Netflix to Spanish launches, and local distributors are known to have been in contact with the US streaming giant over rights.

Netflix CEO Reed Hastings (pictured) said in September Netflix would establish itsnew services in France, Germany, Belgium, Austria, Luxembourg and Switzerland before looking at southern Europe, which includes Spain, and further afield.

 

Hastings wants Netflix to be a global service within five years.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Problems Surround Alibaba Pictures As It Reveals $57 Million Loss

Problems Surround Alibaba Pictures As It Reveals $57 Million Loss | (Media & Trend) | Scoop.it
Figures amount to a painful house cleaning exercise and a demonstration of the hazards of doing business in Chinese film.

 

 Alibaba Pictures Group, the film investment and distribution arm of Chinese e-commerce giant Alibaba, has revealed losses of US$57.1 million (HK$443 million).

 

The figures amount to a painful house cleaning exercise and a demonstration of the many hazards of doing business in the Chinese film industry.

 

The losses were incurred in the six months to June and reflect impairments to the value of some of the company’s film and TV properties, as well as a restatement of the value of some derivative financial instruments.

 

Alibaba took control of the Hong Kong-listed company, through a 60% share stake costing US$775 million (HK$6 billion), at the end of June and changed the company’s name from Chinavision to Alibaba Pictures Group. The losses relate to the period before Alibaba’s control, but were only discovered after takeover, in August, prompting an investigation by auditors that only ended recently.

 

Revenues dropped from US$61.2 million (HK$474 million) in the first half of 2013 to just US$14.6 million (HK$113 million). The write-offs amounted to US$48.9 million (HK$379 million) while trading losses of US$8.36 million (HK$64.8 million) added a further burden.

The company revealed the numerous difficulties encountered in the past year as it tried to muscle its way into the forefront of the business.

 

Among the $9.68 million (HK$75 million) of film-specific losses, the company revealed a costly “restriction imposed by the PRC authority on the broadcasting of a film in the PRC;” and a “dispute between a film distributor and a film producer on profit sharing of a film in which the group has invested.” This is understood to be a reference to Chinavision’s stake in Stephen Chow’s Feb 2013 $200 million blockbuster “Journey To The West,” which was distributed by Huayi Brothers Media.

Notes to the accounts reveal that part of Alibaba Pictures Group’s array of deals with prominent regional film makers is also coming undone.

As Chinavision, it paid US$8.14 million (RMB50 million) for Stephen Chow to offer it investment positions in five future movies. But it chose not to go ahead with any of them and so forfeited its deposit.

In March this year, it signed a deal with Taiwan-based producer Angie Chai to deliver a slate of films involving writer-director Giddens Ko. However that is treated as a loss in the June accounts.

More happily, in May this year it also paid RMB50 million to Wong Kar-wai as down payments on five movies for Wong or his associates to deliver. Alibaba Pictures says that it expects one of those to go ahead before June 2015 – Wong recently revealed a project involving a monk travelling to India — and has restated that investment as a current asset.

 

Alibaba Pictures also bought mainland Chinese distribution rights to two Hong Kong movies, actioner “Rise of A Legend” and comedy “Temporary Family.”

 

Shares in the group began trading again Monday, after months of suspension, and in early trade rose 2% to HK$1.64 apiece.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

DirecTV Launches First Over-the-Top Video Service, Yaveo, for U.S. Hispanic Audiences

DirecTV Launches First Over-the-Top Video Service, Yaveo, for U.S. Hispanic Audiences | (Media & Trend) | Scoop.it

DirecTV, seeking a revenue stream beyond pay TV, has launched Yaveo — its first Internet-only subscription video service, aimed at U.S. Hispanic consumers — in conjunction with partners including broadcast giant Univision Communications and Viacom.

 

The Yaveo Spanish-language service is $7.99 per month, with the first month free. The over-the-top service promises access to thousands of hours of movies, TV shows and sports, including Univision telenovela “La Malquerida” (“The Bad Mistress,” pictured above); “All the Pretty Horses” with Matt Damon and Penélope Cruz; Roberto Rodriguez’s 1995 “Desperado,” starring Antonio Banderas; and (oddly) “Paul Blart: Mall Cop,” starring Kevin James.

 

Yaveo will include TV shows and movies from studios and networks including Univision’s suite of networks, beIN Sports en Español, Nick en Español, Canal 22, Pasiones, Canal Once, RCN, Caracol, TMN (The Movie Network), Cine Sony Television, MTV Tr3s, El Garage, ¡Hola!TV and Video Rola.

 

DirecTV’s Yaveo service is not available to users outside the U.S. The OTT package doesn’t require a satellite TV subscription or contract. The service will initially be available on PCs, Macs and Android devices, to be followed by iPhone, iPad, Microsoft’s Xbox 360 and other devices.

 

DirecTV CEO Mike White had previously announced that the satcaster would launch a Hispanic-focused OTT service this year. He said the company was looking at launching additional niche-oriented content packages as well.

 

“Yaveo gets DirecTV into the OTT business, and we’re excited to start with a compelling Spanish-language service targeted to the Hispanic community,” said Paul Guyardo, the company’s chief revenue and marketing officer. “We’ll learn a great deal, use the findings to grow and improve the Yaveo platform and expand our OTT offering over time.”

 

AT&T is in the process of acquiring DirecTV, a deal that is pending regulatory review.

more...
No comment yet.