(Media & Trend)
56.5K views | +11 today
Scooped by Virginie Colnel
onto (Media & Trend)

Hulu enters the international co-production business, with the BBC's The Thick of It

Hulu enters the international co-production business, with the BBC's The Thick of It | (Media & Trend) | Scoop.it
Hulu will team with the BBC to produce the fourth season of the satirical comedy, which focuses on the inner workings of the British government. The first three seasons of the show will start running on Hulu and Hulu Plus starting July 29.


Hulu has entered into its first international co-production, teaming with the BBC to shoot the fourth season of the U.K. comedy The Thick of It.

Under the agreement, on July 29, Hulu will start running the first three already-produced seasons of the satirical comedy, which focuses on the inner workings of the British government. It’ll run on both free-to-view Hulu and subscription-based Hulu Plus.

The fourth season of the show — which was created and written by Armando Iannucci, the mastermind behind HBO’s Julia Louis Dreyfus series Veep — will debut early next year simultaneously on Hulu and Hulu Plus with the U.K. premiere on BBC Four. (The verite-style show will later be broadcast on BBC America.)

“We’re really excited to give U.S. audiences a chance to catch up with all previous episodes, and as series co-producers for season four, we are proud to make full seasons of this distinctive and smart show available exclusively to Hulu viewers,” said Hulu Senior VP of Content Andy Forssell, in a statement.

The series will continue to be produced in-house at the BBC, but now “in association with Hulu,” according to the announcement. Details were not provided as to how Hulu is helping to underwrite the production.

No comment yet.
(Media & Trend)
Media, audiovisuel, TV, création, réseaux sociaux, ciné, Actu, chiffres, événements, analyses
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Virginie Colnel

Twitter veut autoriser les tweets de plus de 140 caractères

Twitter veut autoriser les tweets de plus de 140 caractères | (Media & Trend) | Scoop.it

Le réseau social réfléchit à l'apparition de textes longs au sein d'un tweet, afin d'attirer un nouveau public et de faciliter la communication d'entreprises et de personnalités.


«Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement», écrivait Boileau dans un alexandrin de 44 caractères. Si le poète était encore vivant, il pourrait peut-être publier l'intégralité de ses œuvre sur Twitter. Le réseau social réfléchit à de nouveaux moyens de contourner sa règle canonique des 140 caractères, d'après les informations du site spécialisé Re/code. Cela pourrait prendre la forme d'un outil de publication de textes longs. Le site américain note que Jack Dorsey, fondateur du réseau social et PDG par intérim pressenti pour rester à la tête de Twitter, serait favorable à un tel service.


La règle des 140 caractères a été fixée lors de la création de Twitter en 2006, qui était à ses débuts un service par SMS. Depuis, elle s'est considérablement assouplie. Les liens hypertextes, souvent très longs, sont réduits pour ne prendre qu'une dizaine de caractères. Les «Twitter cards», à l'image du contenu qui apparaît quand un article du Figaro est publié sur Twitter, permettent d'afficher bien plus que 140 caractères. Le service a ouvert ses utilisateurs la possibilité de «citer» des tweets extérieurs à leurs propres messages. Enfin, cet été, Twitter a supprimé la limite des 140 caractères dans les messages privés. D'après Re/Code, d'autres modifications mineures sont dans les cartons du réseau social. Il est déjà en quelque sorte possible de publier des textes longs sur Twitter en téléchargeant une capture d'écran d'un texte.



No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

Nielsen Says Total Audience Measurement Is Coming 'by the End of the Year'

Nielsen Says Total Audience Measurement Is Coming 'by the End of the Year' | (Media & Trend) | Scoop.it

Company creating a common metric for TV and digital



Like winter on Game of Thrones, total audience measurement is coming—and soon. That was Nielsen's mantra during the company's "Measuring the Total Audience" seminar Monday at Advertising Week.


"By the end of this year, we'll have most of these pieces in place," said Steve Hasker, Nielsen's global president, referring to the firm's total audience measurement, which he said will provide a total audience read across all linear and digital platforms daily. The new data, he added, will give advertisers, buyers and networks "the ammunition to move beyond C3 and C7" when it comes to advertising metrics.


Nielsen's total audience measurement is "trying to create a level playing field between television and digital video," with "like-for-like metrics," said Lynda Clarizio, president of U.S. media for Nielsen.  "We want the same numbers to be out there."


Clarizio explained that Nielsen ratings are based on the "average minute audience," while digital video metrics are expressed in terms of views. The apples-to-oranges comparison was illustrated by ESPN's 2014 World Cup ratings. The World Cup averaged 4.6 million viewers on ESPN, ESPN2 and ABC, while the digital stream was "viewed" by 115 million, which seems to be more than 20 times the linear audience. But the average minute audience—i.e. the same metric used on the linear side—was just 307,000.


As part of what Nielsen will call its Total Content Ratings, "we're going to put all those metrics out there" and let networks and advertisers decide which ones are best to use, said Clarizio. "It's not up to us to determine the currency."


But what's been taking Nielsen so long? "It's complex," said Clarizio. "To measure across all these different devices and platforms requires all these different methodologies."


The metrics should also "allow for a calmer marketplace" in the SVOD space, as rights owners are currently flying blind with regards to how popular their shows are on streaming services like Netflix and Amazon, said Hasker.


The Total Content Ratings will also include SVOD offerings like Netflix, even though Netflix has stripped out the Nielsen watermark from its content in a effort to prevent the company from measuring its data. Instead, Nielsen is using a "signature-based methodology," said Clarizio, but hopes that programmers who sell their content to Netflix and other SVOD platforms will "insist that that Nielsen watermark is embedded in the content when it's distributed, because that's the easiest way for us to measure it."


Netflix's secrecy when it comes to ratings metrics "highlights the need for the industry to work together to create this measurement ecosystem," said Clarizio. "We do wish that Netflix were being more cooperative. They have their reasons not to be, but as we come to one content ecosystem, we hope that one day they do cooperate."

Despite Netflix's resistance, Hasker said the idea of new media versus old media isn't an accurate depiction of how the television landscape has evolved in recent years. "You have to adapt very quickly, and the rate of change is unprecedented," he said. "Consumers are in the driver's seat." Those consumers spend an average of 64 hours a week consuming media, he said, including an average of 38 hours devoted to watching video and 14 hours spent listening to audio. "We all have a second job, which is consuming media." 


But of all consumers, millennials remain the most difficult of all audiences for advertisers to reach. "They are less prepared to spend money" and "most resistant to interruption [by] advertising," said Hasker. As a result, "there is going to have to be significant innovation" to get them to pay for what they love, and consume advertising.


Yet while millennials are most resistant to advertisers, they are also, oddly, among the most trusting of advertising, according to the results of Nielsen's bi-annual Global Trust in Advertising report.

Randall Beard, president of Nielsen's Expended Verticals, said trust in advertising has remained steady for several years, with "earned" media (shared by friends) and "owned" media (websites and social media channels) the most trusted by consumers, followed by paid media (advertising). That order held firm in all 60 countries where Nielsen conducted the online survey.


Overall, consumers have more trust in advertising across traditional media like TV (63 percent), newspapers (60 percent) and magazines (58 percent) than across digital media like online video ads (48 percent), search engine ads (47 percent) and social network ads (42 percent). But millennials trust both new and traditional forms of advertising, with the highest levels in nearly all formats. 

A mix of paid, owned and earned advertising "is critically important for brands," said Beard, as well as measuring advertising across the three Rs: reach, resonance and reaction.


But common metrics—like Nielsen's upcoming Total Content Ratings—are essential for comparability, said Beard.

No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

Youtube pourrait proposer une version payante fin octobre aux Etats-Unis

Youtube pourrait proposer une version payante fin octobre aux Etats-Unis | (Media & Trend) | Scoop.it
Le géant de la vidéo réfléchit à faire débourser 10 dollars par mois à ses utilisateurs pour profiter du service sans publicité.


La rumeur courrait depuis plus d’un an  : Youtube serait en train de réfléchir à une version payante. La presse américaine, prompte à relayer les moindres détails et les on-dit sur le géant a cette fois trouvé une preuve solide. Comme le révèle le site spécialisé Re/Code , Youtube préparerait le lancement d’une version payante pour la fin octobre. Plus précisément, cette version devrait coûter 10 dollars par mois à l’utilisateur, en contrepartie d’une suppression de la publicité sur les vidéos et d’un accès gratuit à Youtube Music Key, le streaming musical de Google lancé en novembre 2014.

10 ans après son lancement, Youtube introduirait ainsi pour la première fois un service à deux vitesses. De fait, que les fans se rassurent, Youtube restera gratuit. Cette version payante viendrait s’insérer en parallèle de l’usage commun, où l’entreprise se rémunère sur les publicités et où les créateurs de contenus au nombre de vues. Elle viendrait remplacer l’échec des chaînes payantes lancées par l’entreprise en 2013 .


Uniquement aux Etats-Unis


Selon les informations des Echos, Youtube payant, qui pourrait s’appeler « Youtube Red » , ne devrait concerner que les Etats-Unis pour le moment. Laconique, la réponse officielle de Youtube ne révèle cependant rien des intentions du géant de la vidéo : « Nous allons continuer, conformément à nos intentions, de fournir aux fans toujours davantage de possibilités de profiter des contenus qu’ils aiment ».


Plusieurs questions restent néanmoins en suspens. Selon Re/Code, dont le journaliste a eu accès à un email officiel, Youtube semble obliger les créateurs de contenus américains à accepter les nouvelles conditions d’utilisation de la plateforme. Youtube fixe aux Youtubeurs américains la date du 22 octobre pour accepter les nouvelles conditions. « Si vous n’avez pas accepté à cette date, vos vidéos ne seront plus disponibles au public ou à la monétisation aux Etats-Unis », prévient le géant. « Nous sommes toujours en discussion avec nos partenaires », nous explique Google France.


Un capital séduction incertain


Plus largement, ce modèle séduira-t-il des internautes déjà adeptes de bloqueurs de publicités ? En 2015, entre 8,72 % et 15 % de la population américaine utilisait régulièrement un bloqueur de publicité. Si ce niveau reste faible, il représente tout de même 43 millions d’internautes par mois . Et si Youtube devait étendre sa version payante, il rencontrerait un taux encore plus élevé en Europe, où l’Allemagne, la Hongrie et l’Autriche comptent près d’un internaute sur cinq considéré comme « bloqueur ». En Allemagne, 62 % du temps passé devant des vidéos son ordinateur n’est pas monétisable .


Avec son offre actuelle Youtube Music Key, Youtube parviendra-t-il à être seulement rentable ? De fait, le service de streaming, qui permet d’accéder à des musiques présentes sur Youtube sans pub et de les écouter sans être sur Internet (via téléchargement) coûte en lui-même 10 dollars par mois. Un abonnement dont la majeure partie des bénéfices va aux ayant-droits, comme la plupart des services de streaming au niveau mondial. Youtube devra donc a priori arriver à séduire suffisamment d’internautes pour pouvoir rentabiliser les deux services. Un pari plus que risqué.



No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

France Télévisions veut développer sa production

France Télévisions veut développer sa production | (Media & Trend) | Scoop.it
France Télévisions voudrait augmenter sa production interne. Le groupe a entamé des discussions avec plusieurs producteurs.


A défaut d’avoir « obtenu » le retour de la publicité en soirée, comme le souhaitait Delphine Ernotte, France Télévisions explore plusieurs pistes pour réduire ses coûts et améliorer ses revenus. La nouvelle patronne du groupe audiovisuel ne l’a jamais caché : « Nous ne pouvons dépendre uniquement des décisions de notre actionnaire [les pouvoirs publics, NDLR] et devons trouver en nous les voies d’un retour à l’équilibre financier sans mettre à mal l’équilibre social », avait-elle écrit à ses salariés il y a quelques semaines. L’enjeu est de taille puisque la société s’attend à un déficit autour de 10 millions d’euros cette année, puis 50 millions d’euros en 2016.


Le groupe a donc engagé une réflexion sur les moyens de mieux organiser ses différentes filiales, dont France TV Distribution, qui assure la distribution des programmes, mais aussi la production, à travers MFP. Selon nos informations, le groupe a entamé des discussions avec plusieurs producteurs et syndicats pour que la part dite « dépendante » de sa production — celle qui permet au groupe de produire en interne — soit élargie.


Un plafond aujourd’hui fixé à 5 %


Cette part, plafonnée par la réglementation à 5 % de l’investissement en œuvres audiovisuelles « patrimoniales » (fiction, animation, documentaire, etc.), est très inférieure à celle des chaînes privées (au maximum autour de 25 % de leurs obligations pour les chaînes gratuites). France Télévisions voudrait ainsi réduire l’écart entre les deux. Une position qui avait déjà été défendue par le prédécesseur de Delphine Ernotte, Rémy Pflimlin, en février dernier.


Produire davantage en interne permet de bénéficier de « plus de droits sur une œuvre et donc de davantage de revenus, dit-on chez France Télévisions. La BBC fait 50 % de sa production en interne. Et, dans d’autres pays, des séries comme “Plus belle la vie” auraient été produites en interne. »

Négociations avec les producteurs


France TV a du chemin à parcourir… et de la marge. MFP produira cette année seulement 3 % de la création patrimoniale du groupe, à travers différents programmes comme « Cet été-là » ou « Alex Hugo ». Cette filiale doit engranger un chiffre d’affaires de 42 millions d’euros, dont 28 millions en production, à comparer à un coût de grille d’environ 2 milliards d’euros pour les antennes du groupe.

Si les négociations entre France Télévisions et les producteurs sont fructueuses, des discussions avec le ministère de la Culture pourraient être engagées, pour faire évoluer le dispositif réglementaire. Certains producteurs ne semblent pas fermer la porte, mais restent très vigilants sur ces questions.


Qualification par défaut


« Des chaînes, notamment les privées, classent comme “dépendants” des programmes réalisés en fait par des producteurs indépendants. Simplement, ces programmes ne respectent pas toutes les règles d’indépendance, et sont donc qualifiés par défaut. Ce qui peut nuire aux droits des producteurs », explique un professionnel.

Parallèlement à ces discussions, France TV mais aussi les grandes chaînes vont bientôt s’asseoir autour de la table avec les producteurs. Une réunion à l’initiative des principaux représentants de professionnels de l’audiovisuel doit avoir lieu dans une dizaine de jours pour évoquer les relations entre diffuseurs et producteurs, et les questions de partage de droits, notamment de commercialisation.

No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

Des pistes chocs pour réformer l'audiovisuel public

Des pistes chocs pour réformer l'audiovisuel public | (Media & Trend) | Scoop.it
Un rapport de sénateurs préconise une structure unique pour l’audiovisuel public.


Coup sur coup, le Sénat et de l’Assemblée nationale présentent deux rapports, mardi et mercredi, sur le sujet épineux du financement de l’audiovisuel public. Pour ces documents, un même esprit : dans un paysage en pleine mutation, il faut repenser les modèles. En particulier, il faut garantir des financements dans la durée. L’enjeu est de taille : « Les ressources des sociétés ont tendance à devenir plus fragiles et incertaines, alors que les charges ne cessent de s’alourdir faute de réformes satisfaisantes», explique André Gattolin, sénateur. France Télévisions prévoit un déficit de 50 millions d'euros en 2016 et Radio France de 21 millions cette année. Et les sénateurs sont peu enclins à croire à un retour à l’équilibre en 2017.


Parmi les propositions chocs d’André Gattolin et Jean-Pierre Leleux, au Sénat, la création d’une sorte de BBC à la française, regroupant l’ensemble des médias publics (Radio France, France TV, France Médias Monde, l’INA etc.). Baptisée « France Médias », elle devrait permettre « de favoriser les mutualisations, la polyvalence et les investissements dans le numérique ». Concrètement, il s’agirait par exemple d’envoyer une seule équipe de journalistes sur certains événements au lieu d’un pour chaque chaîne. Cette nouvelle structure n'aurait qu’un grand patron, désigné par son conseil d’administration – et non par le CSA, comme c’est le cas actuellement.


Augmenter la redevance


Autre changement notable dans la gouvernance : l’Etat n’y serait plus que représenté à travers l’Agence des participations. « Il s’agit de couper le lien de dépendance qui fait que les présidents de sociétés se cantonnent souvent à demander des moyens nouveaux et à retarder les réformes », pointent les sénateurs. Un chantier très explosif, vu les difficultés à fusionner par exemple des rédactions de France 2 et France 3. Pour y parvenir, les rapporteurs se donnent du temps : ils imaginent ce nouvel organe en 2020, après la mise en place d’une mission de réflexion.


D’ici là, les sénateurs proposent de travailler en plusieurs étapes : d’abord, augmenter légèrement la redevance (de 2 euros au-delà de l’inflation), avant de la généraliser à tous les foyers, en 2018, sur le modèle allemand. Cela permettrait d’intégrer plus d’un million de foyers pour un produit augmenté de 150 millions d'euros. Pour l’heure, la redevance représente l’essentiel des ressources de l’audiovisuel public (3,7 milliards d’euros).


Pub ou pas pub en soirée ?



Parallèlement, la publicité en soirée sur France Télévisions, un débat agité ces dernières semaines, sera réintroduite. Mais avec une réserve : seulement les messages « compatibles avec la protection de la santé et de l’environnement ».

Du côté de l’Assemblée nationale, le rapport de Jean-Marie Beffara et Eric Woerth, présenté mercredi, est un peu plus mesuré dans plusieurs de ses propositions, selon nos informations. Jean-Marie Beffara est en faveur de l’élargissement de l’assiette de la redevance (pour y inclure tablettes, smartphones, etc.) plutôt que la rendre quasi obligatoire. Il souhaite que la taxe sur les télécoms (dite « taxe Copé ») soit directement affectée à l’audiovisuel public. Il propose en outre de repenser les relations diffuseurs-producteurs, en augmentant par exemple la part dite « dépendante » de France TV (qui permet de produire en interne) autour de 15 %.


Autre mesure : donner une clef de répartition des ressources publiques entre les différentes sociétés sur plusieurs années, pour permettre une vision de long terme. Les propositions des quatre parlementaires pourraient donner lieu à des amendements dans le cadre du projet de loi de finances, discuté en octobre. Le budget du ministère de la Culture est présenté ce mercredi.

No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

Naples ne veut pas voir la suite de « Gomorra »

Naples ne veut pas voir la suite de « Gomorra » | (Media & Trend) | Scoop.it
S’estimant déjà victimes de clichés, plusieurs villages de la banlieue napolitaine refusent de servir de décor à la deuxième saison de la fiction télévisée sur la mafia.


Pour Giuliano, Acerra et Afragola, trois communes de la banlieue de Naples, c’est non. Pour Scampia, l’un des quartiers les plus déshérités de la cité parthénopéenne, c’est encore non. Les maires et responsables administratifs de ces collectivités locales ont fait savoir à la société Cattleya, productrice de la série télévisée « Gomorra », qu’elles ne prêteraient pas leur misère et leur délabrement pour servir de décor à la deuxième saison, actuellement en cours de tournage.

Peur de représailles ? Preuve de collusion avec la Camorra, la Mafia napolitaine, dont la fiction inspirée du livre de l’écrivain journaliste Roberto Saviano décrit la violence, l’amoralité et la cupidité ? Par « devoir moral », par « résilience », expliquent les édiles. Domenico Tuccillo, premier magistrat d’Afragola, a déclaré à la presse : « J’aime la série. Mais je dois veiller à la réputation de ma ville et de ses habitants. Ils se sont donné du mal pour combattre la Mafia, aussi bien dans les associations qu’au sein de l’administration communale. Ils sont déjà suffisamment victimes des clichés diffusés par les médias. »

Des élus locaux remontés


En conséquence, « Gomorra » ne pourra planter ses caméras que dans des lieux privés – et aussi dans l’église de Saint-Michel-Archange gérée par le diocèse. Antonio Pozziello, maire de Giuliano, a confié les raisons de son refus sur son compte Facebook : « La série, écrit-il d’emblée, ne me plaît pas. » Reconnaissant que c’est une « question de goût », il poursuit : « Je pense qu’elle n’éduque pas. Elle ne nous aide pas à combattre le crime organisé. Au contraire ! Giuliano est une ville d’ombres et de lumière, qui souhaite laisser derrière elle l’épisode de sa mise sous tutelle par l’Etat pour infiltration mafieuse. » Bref, mieux vaut oublier.


Raffaele Lettieri, élu d’Acerra, avait sa réponse toute prête, mais la société de production ne lui a demandé aucune autorisation. Ce qui ne l’empêche pas de la faire connaître. Martial, il promet de faire respecter, « devant les tribunaux s’il le faut, l’image de [s]a ville ». « Mon administration, tonne-t-il, n’autorisera aucune prise de vues, évitant ainsi la spectacularisation des stéréotypes négatifs déjà véhiculés par quelqu’un. »


La première saison de "Gomorra" a été tournée à Castel Volturno (à gauche) et la seconde pourrait l'être à Caivano (à droite). Photos Angelo Antolino

Ce « quelqu’un » pourrait bien être Roberto Saviano lui-même. La publication de son livre Gomorra, en 2006 (Gallimard, 2007), et son succès planétaire lui ont valu beaucoup de reconnaissance et autant d’ennemis. Parmi les camorristes dont il a cité le nom, mais aussi les notables qui se sont peut-être reconnus dans la complicité – active ou passive – qui a fait le terreau du développement et de l’enracinement de la Mafia en Campanie. « Certains maires, écrit-il dans un article publié par le quotidien La Repubblica, ont peur de se voir dans le miroir que la fiction leur met sous les yeux. Comme s’il suffisait de les fermer pour régler le problème. Je suis préoccupé par cette idée que parler de la Camorra ferait du mal à l’Italie et que, par conséquent, il vaut mieux se taire. »

Se taire, c’est ce que n’a pas fait la parlementaire Rosy Bindi, présidente de la commission antimafia. Venue le 15 septembre à Naples, après que plusieurs règlements de comptes meurtriers entre jeunes de bandes rivales ont laissé quelques morts sur le carreau, elle a mis les pieds dans le plat en déclarant que « la Camorra est un élément constitutif de cette ville et de cette région ». Peut-être aurait-elle dû être plus prudente...


Chaque Napolitain s’est senti immédiatement visé, et la polémique a submergé le bien-fondé de son propos. On peut bien sûr encore évoquer la Mafia en Italie, et l’action des policiers, des magistrats, des associations prouve que la lutte contre la criminalité organisée est bien engagée, même si l’ennemi se renouvelle sans cesse. Mais il faut bien choisir son endroit. Au nord, on ne veut pas admettre que le N’Drangheta, la puissante organisation de Calabre, recycle des fleuves de cash dans le business de la construction. Pour l’avoir affirmé, Saviano est passé à deux doigts d’un procès. Au sud, où la Mafia a pris racine, on se refuse encore de la voir.

No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

La télévision toujours très regardée, mais son mode de « consommation » se diversifie

La télévision toujours très regardée, mais son mode de « consommation » se diversifie | (Media & Trend) | Scoop.it

Les gens regarderaient-ils moins la télévision ? C’est ce qu’on pourrait croire en lisant –rapidement – les chiffres dévoilés, mardi 29 septembre, par Eurodata TV. Le temps passé devant la télévision recule de 7 minutes au Royaume-Uni et de près du double aux Etats-Unis.


La tendance est encore plus marquée pour les « jeunes adultes ». Les 15-24 ans ont vu leur consommation télévisuelle chuter de près d’une demi-heure aux Etats-Unis et de plus d’un quart d’heure aux Pays-Bas.

L’étrange lucarne n’est pourtant pas près de s’éteindre, c’est même le contraire. D’abord, dans d’autres pays (Allemagne, Pologne, Balkans, Malaisie…), le temps passé devant la télévision progresse. Et là où il baisse, on part souvent de très haut : les Américains et les Néerlandais continuent de rester en moyenne plus de 4 h 30 par jour devant leur téléviseur ! Les Français, eux, y consacraient 3 h 41 en 2014.

 Sport et information


De plus, la consommation délinéarisée de la télévision s’accroît. Grâce au visionnage en différé, les audiences augmentent : jusqu’à 17,2 % au Royaume-Uni. Certaines séries comme Indian Summers outre-Manche et Bagels Bubbels aux Pays-Bas ont vu respectivement leur nombre de téléspectateurs tripler ou doubler grâce au « replay ».

Enfin d’autres « lucarnes » s’allument : tablettes, smartphones, ordinateurs… Elles permettent de démultiplier le nombre de téléspectateurs, même si le phénomène est encore mal appréhendé (une trentaine de pays devrait pouvoir le mesurer dans le courant 2016).


Autre tendance, le « live » garde son attrait pour certains événements sportifs. « Il n’y a pas de télévision sans sport et pas de grands sports sans télévision », résume Frédéric Vaulpré, vice-président d’Eurodata. Il cite l’exemple de la Coupe du monde de football féminin qui a gonflé l’audience de la Fox aux Etats-Unis, permettant d’atteindre un record pour un match de « soccer » avec 22,6 millions de supporteurs pour la finale opposant les Etats-Unis et le Japon.


L’information continue également de faire recette. Le « Six O’Clock News » de BBC One réunit chaque jour près de 30 % des téléspectateurs britanniques, réalisant une part de marché très supérieure à la moyenne de la chaîne. Partout dans le monde les canaux dédiés à l’information sont dopés par l’actualité. CNN vient ainsi de battre son record d’audience (22 millions de téléspectateurs) avec un débat entre les candidats républicains à la primaire.

Autre surprise, les chaînes payantes, qui souffrent de la concurrence de nouveaux acteurs comme Netflix, résistent. Aux Etats-Unis, l’audience de HBO est stable et les épisodes de Game of Thrones ont réuni jusqu’à 10 millions de fans, un record. Plus que jamais, « le contenu est roi », souligne Frédéric Vaulpré. Quel que soit son mode de consommation, la télé a de beaux jours devant elle.

No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

Fear the Walking Dead : la web-série en ligne dès le dimanche 4 octobre

Fear the Walking Dead : la web-série en ligne dès le dimanche 4 octobre | (Media & Trend) | Scoop.it

En parallèle du final de la saison 1 de "Fear the Walking Dead", AMC mettra en ligne le premier des seize épisodes de la web-série sous-titrée "Flight 462", ce dimanche 4 octobre.


A ce rythme-là, vous risquez de ne jamais être en manque de zombies. Alors que la saison 1 de Fear the Walking Dead touche à sa fin, et que la série-mère,The Walking Dead, sera de retour à partir du 11 octobre, AMC va mettre en ligne le premier des seize épisodes de la web-série Flight 462 ce dimanche.


Intégralement situé dans un avion rempli d'infectés au début de l'épidémie, le récit nous présentera des nouveaux personnages, dont l'un sera amené à rejoindre ceux incarnés par Cliff Curtis et Kim Dickens l'été prochain, ce qui nous garantit un peu de suspense dans la mesure où son identité n'a pas encore été dévoilée. Chaque épisode, long d'une minute, sera d'abord mis en ligne sur AMC.com, et la chaîne le diffusera, le soir-même, avec The Walking Dead, et ce pendant toute la saison 6 de cette dernière. Soit jusqu'au printemps 2016.


Il faudra ensuite trouver de quoi étancher votre soif de zombies pendant les quelques mois qui vous sépareront du retour de Fear the Walking Dead. Raison de plus pour savourer le final de sa saison 1, le dimanche 4 octobre, avant d'embrayer sur Flight 462.

No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

Vivendi Acquires 30% of France’s Mars Films as Studiocanal’s President Exits

Vivendi Acquires 30% of France’s Mars Films as Studiocanal’s President Exits | (Media & Trend) | Scoop.it

After purging Canal Plus from its key execs, Vincent Bollore’s Vivendi is shaking up the company’s thriving film banner, Studiocanal. Oliver Courson, the prexy of Studiocanal, is leaving the company and is getting replaced by Didier Lupfer, who was recently tapped president of Canal Plus’ film division.


Vivendi also announced its acquisition of a 30-percent stake in Stephane Celerier’s Mars Films, a Paris-based leading distributor known for handling the biggest American indies and French hits. Celerier joins Studiocanal as vice president of the studio.


Celerier will however remain boss of Mars Films as his contract with Vivendi allows him to keep distributing acquisitions made via Mars. He will also be free to hand out international rights of in-house productions to third-party sales agents. SND, for instance, is handling worldwide sales on his new project “Two is a Family” with Omar Sy.


Over the years, Celerier, who is known for having a great eye for talent and a taste for smart crossover indies, has released a number of critically-acclaimed movies and docs, notably Steve Mcqueen’s Oscar-winning “Twelve Years A Slave,” Oscar-nominated “Foxcatcher,” “Fahrenheit 911” and most recently “Amy.” Celerier has been following a flurry of international auteurs, from Woody Allen to Sam Mendes, Jeff Nichols, Harmony Korine and Sean Penn.


Celerier has also taken risks in co-financing daring, edgy independent pics, such as Korine’s “Spring Breakers.” Although the movie failed to ignite the French box office, it showed Celerier’s drive to support director-driven pics that are not purely commercial vehicles.


Through Mars Films, Celerier started production with the French B.O. success “La Famille Belier” and recently launched “Two is a Family.”


Celerier, whose appointment at Studiocanal has been warmly greeted by the local industry, will be a solid ally to Lupfer, who previously held the position of head of development and production at Ubisoft Motion Pictures where he worked on “Assassin’s Creed.” Lupfer also co-founded One World Films, the outfit behind “Gainsbourg: vie heroique” and “Loin des hommes.”


The decision to have Lupfer take over Studiocanal’s top job fits into Vivendi’s strategy to build more synergies within Canal Plus Group and other Vivendi’s subsidiaries.


Canal Plus is already a major backer of French movies as it invests nearly 800 million Euros per year in Gallic pics and has committed to re-inject 12.5% of annual revenues in Gallic or other-European films and 9% on Gallic films shot in French (an estimated 1.2 billion Euros) over the next five years.


In today’s official statement, Vivendi said Studiocanal would now be aiming to ramp up its investment in movies — Celerier will be in charge of organizing talent workshops to develop original stories.


“We are delighted to partner with Mars Films, which will make a great addition to the Group’s already strong movie operations. Canal Plus is the number one support of the French movie industry, and Studiocanal is a major player in Europe,” said Jean-Christophe Thiery, chairman of Canal Plus Group Management Board. He added, “This operation is part of our plan to aggressively invest in content, particularly movies that are more than ever at the core of our strategy.”


Maxime Saada, CEO of the Canal Plus Group, said “Canal Plus and Studiocanal welcomed the opportunity to combine their already widely recognized know-how in movies with the experience and expertise of Stéphane Célérier.”


“Under his leadership, Mars has become a key distributor of some of the greatest names in cinema, including Woody Allen, as well as critically-acclaimed and popular movies (‘Polisse,’ ‘Des Hommes et des dieux,’ ’12 Years a Slave,’ ‘Potiche,’ to name a few). Mars recently and successfully launched into production with La Famille Bélier. Having him among us will be a real asset.”


Florence Gastaud, the managing director of ARP (authors, directors, producers‘ guild) pointed out Studiocanal, which has up until now been dedicated to financing, multi-territory distribution and international sales, was likely considering integrating in-house production to its model.


Diving into production would allow Studiocanal to apply the original creation policy that has allowed Canal Plus to deliver such hit shows as “The Returned,” “Spiral,” and “Braquo,” among others.


Under Courson’s helm, Studiocanal became a pan-European major with direct distribution operations in France, the U.K., Germany, Australia and New Zealand. The company upped the ante on English-language movies and upscale family entertainment. Courson’s most successful movie credits include “Unknown,” “Tinker Tailor Soldier Spy,””The Imitation Game,” “Shaun The Sheep” and the $55 million “Paddington” which grossed a whooping $260 million worldwide.


This year at Cannes, Studiocanal has Maiwenn’s “Mon Roi” (winner of best actress nod for Emmanuelle Bercot) and Justin Kurzel’s “Macbeth” playing in competition.

No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

Katie O’Connell Exiting Newly Rebranded Gaumont TV; Gene Stein Named President

Katie O’Connell Exiting Newly Rebranded Gaumont TV; Gene Stein Named President | (Media & Trend) | Scoop.it
Gaumont is rebranding all television divisions, now being called Gaumont Television. Gene Stein will serve as president.


Gaumont is consolidating all television divisions, now under the name Gaumont Television. Gene Steinwill serve as president, stepping in, as current CEO Katie O’Connell departs.


The newly rebranded Gaumont Television will house the Los Angeles-based Gaumont International Television, plus the Paris-based Gaumont Television Europe and Gaumont Animation.


Stein hails from Sonar Entertainment where he’s been CEO since May 2014. In the newly created position of president at Gaumont TV, Stein will supervise and run the global company in the U.S., reporting to Gaumont’s vice CEO Christophe Riandee, who commented, “Gene is the perfect person to lead our U.S. operations as we head into the next phase of our global growth.”


Of O’Connell leaving the company, Riandee added, “Katie expressed an interest in closing her chapter at Gaumont and we are grateful for all of the success she brought to this division. We are very proud of ‘Hannibal,’ ‘Hemlock Grove’ and ‘Narcos’ that Katie shepherded from concept to screen.”


At Sonar, Stein was responsible for the overall creative direction and strategic management of the company. He exec produced MTV’s “The Shannara Chronicles”, WeTV’s “South of Hell” and Tom Hardy’s “Taboo” miniseries for BBC and FX, all of which are set to premiere in the next year.


Before Sonar, Stein was president of television at BermanBraun where he developed and produced drama, comedy and unscripted series. He was also an exec producer at ABC Studios for eight years, and worked at CBS for five years where he helped launch “Everybody Loves Raymond,” among other shows.


Also reporting to Riandee at the re-organized Gaumont Television will be Isabelle Degeorges, head of French-language productions; Elizabeth Dreyer, head of European co-productions; Pierre Belaïsch, president of animation; and Erik Pack, president of international distribution.

No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

‘Empire’ Premiere Ratings Grow to 22.5 Million With Streaming

‘Empire’ Premiere Ratings Grow to 22.5 Million With Streaming | (Media & Trend) | Scoop.it
The second-season premiere of Fox's "Empire" packed on two full demo ratings points and moved above the 20-million mark in total viewers, according to Nielsen's "live-plus 3" estimates, which include three days' worth of DVR playback and VOD during the same window.


And according to Fox, the 3-day audience total of “Empire” rises to 22.5 million once streaming viewership on Hulu and Fox.com are included.


In same-day numbers last week, “Empire” opened to near series-highs (6.7/21 in 18-49, 16.18 million viewers overall), coming in just shy of the 18-49 rating it did for its final episode last March (6.9). It rose to an 8.8 in the demo and 20.76 million total viewers in Live+3 — the second best scores in the shows 13 episodes to date.

The 8.7 rating, by far the highest for any entertainment series during premiere week, is a tick below the 8.8 achieved for the show’s first-season finale last March but above the night’s two-hour average (8.4). And the 20.76 million, which is a little over 1 million below last year’s 21.92 million for the finale, makes “Empire” the third most-watched show overall during the opening week of the TV season, behind CBS veterans “The Big Bang Theory” (22.49 million) and “NCIS” (21.47 million).


Fox’s series premiere of “Rosewood” didn’t see a huge bounce in Live+3, but did pack on about 15% to bring its 18-49 rating to 2.8. And in total viewers, it grew nearly 20% to 8.98 million. When streaming viewership is included, “Rosewood” grows to 9.2 million.

Elsewhere, ABC could claim the three top-rated programs in adults 18-49 not named “Empire.” Its “Modern Family” gained 1.7 points to hit a 4.9 (down from last year’s 5.5), while “Black-ish” picked up 1.1 points to a 3.5 — down 22% from last year’s big premiere, which didn’t have to face Fox’s “Empire.”


At NBC, “Mysteries of Laura” rose from a 1.22 to 1.58 in 18-49 and from 7.11 million total viewers to 8.64 million. And “Law & Order: SVU” grew more than 40% in the demo (1.8 to 2.6) and by nearly 30% in total viewers (to 10.53 million).


……………………………………………. L+3 ……. L+SD ……. Lift
1.  Empire (Fox) …………………………. 8.7 ……   6.7 …….. 2.0 (30%)
2.  Modern Family (ABC) ……………….. 4.9 ……   3.2 …….. 1.7 (53%)
3.  Black-ish (ABC) ……………………… 3.5 ……   2.4 …….  1.1 (46%)
4.  The Goldbergs (ABC) ……………….. 3.3 …….  2.4 …….  0.9 (38%)
5.  Survivor (CBS) ………………………. 3.1 …….  2.5 …….  0.6 (24%)

Source: Nielsen

No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

La série Versailles menace, elle aussi, de se délocaliser

La série Versailles menace, elle aussi, de se délocaliser | (Media & Trend) | Scoop.it
Après Luc Besson, le groupe Zodiak monte au créneau contre la réglementation française.


La deuxième saison de la série événement Versailles sera-t-elle contrainte de prendre le Thalys pour s'exiler à Bruxelles? Les producteurs n'ont pas encore leurs billets de train. Ni le feu vert du diffuseur Canal +, qui semble toutefois proche. Mais, comme Luc Besson qui menaçait de délocaliser en Hongrie le tournage de son prochain film, Valérian, ils songent sérieusement à poser leurs caméras hors de nos frontières. «Aujourd'hui, Zodiak et Capa se disent qu'ils pourraient avoir intérêt à sortir de France la production de Versailles pour la localiser à l'étranger», déplore Gaspard de Chavagnac, le président de Zodiak France, l'un des coproducteurs de la série avec Capa Drama, filiale de Newen, et le canadien Incendo.

Le dirigeant a fait ses calculs. «Si on tournait Versaillesen Belgique, les nouvelles incitations fiscales pour attirer les producteurs là-bas nous permettraient de toucher une aide minimum de 7 millions d'euros sur un budget de 30 millions», explique-t-il. Soit plus qu'en France où le crédit d'impôt qui leur a été alloué, pour la première saison, s'élève à 2,5 millions. Si l'on y ajoute un million d'aide provenant du compte de soutien à l'industrie des programmes audiovisuels (Cosip), la somme globale n'excède pas 3,5 millions. Deux fois moins qu'en Belgique…


«Si on tournait “Versailles” en Belgique, les nouvelles incitations fiscales pour attirer les producteurs là-bas nous permettraient de toucher une aide minimum de 7 millions d'euros sur un budget de 30 millions»

Gaspard de Chavagnac, président de Zodiak France

De quoi faire réfléchir plus d'un producteur, alors que les budgets sont de plus en plus difficiles à boucler. Et inciter les pouvoirs publics à revoir leur copie. «Un tournage commeVersailles permet de faire travailler 600 personnes, en plus de générer 5,5 millions de charges patronales et sociales», rappelle Gaspard de Chavagnac. Autant d'emplois en moins et d'argent que n'empocherait pas l'État français…


Un vecteur d'emplois et de richesses


Depuis quelques années, le marché désormais globalisé de la fiction affiche une forte croissance, exacerbant la concurrence entre États européens sur les mécanismes de soutien à la production. Objectif? Attirer sur son territoire un maximum de tournages, vecteur d'emplois et de richesses. À ce petit jeu-là, la France n'est pas la mieux-disante. «Notre pays pourrait subir une perte de compétitivité majeure par rapport aux pays limitrophes», prévient Gaspard de Chavagnac. Sauf à réformer les règles en vigueur, comme le gouvernement s'apprête à le faire pour le cinéma. Un «amendement Besson» a été inclus dans le projet de loi de finances qui sera voté fin octobre. «Le plus gros du chemin a été fait, il faut maintenant aller jusqu'au bout en harmonisant la loi au niveau de la production audiovisuelle», plaide Gaspard de Chavagnac. Avec pour double perspective d'irriguer l'écosystème des tournages en France, en plus d'offrir aux cinéastes et producteurs hexagonaux la possibilité de jouer dans la cour des grands sur le marché international.


C'est le pari que tentent les producteurs de Versailles, série tournée en anglais au casting international qui a vocation à s'exporter partout dans le monde. «Nous avons signé avec une quinzaine de territoires depuis mai, et le marché asiatique n'a pas encore été travaillé. C'est déjà un vrai succès de distribution, au-delà de nos prévisions de départ», se réjouit Gaspard de Chavagnac. Un signal d'autant plus positif qu'en règle générale les acheteurs attendent de savoir si les premières diffusions sont des succès. Sur l'année 2015, Versailles devrait représenter à elle toute seule une part importante de l'export de fiction française, «de l'ordre de 20 à 30 %», prédit le dirigeant de la filiale française de Zodiak, groupe racheté par Banijay. L'an dernier, ce marché pesait 38,9 millions, certes en hausse de 12 % sur un an, mais néanmoins six à sept fois inférieur à celui de l'Angleterre…

Il reste donc du chemin à parcourir pour «faire de la France une championne de la fiction», comme l'ambitionne la ministre de la Culture, Fleur Pellerin. Après l'«amendement Besson», les producteurs espèrent donc un «amendement Versailles» dans le projet de loi de finances. Autrement, Louis XIV prendra le train pour la Belgique, loin de son fastueux château…

No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

Tournages de films : Paris prêt à un gros effort de compétitivité

Tournages de films : Paris prêt à un gros effort de compétitivité | (Media & Trend) | Scoop.it

Le ministère de la Culture va proposer d’étendre le crédit d’impôt cinéma à tous les films en français et à tous les films d’animation. « Valérian » de Luc Besson pourra aussi en bénéficier.


Luc Besson devrait avoir droit au crédit d’impôt cinéma pour « Valérian » comme il le réclamait, et ce bien que son film soit tourné en langue anglaise.

Selon nos informations, Paris veut en effet jouer la carte de la compétitivité de la France en matière de tournages de cinéma. La ministre de la Culture Fleur Pellerin va ainsi présenter mercredi en conseil des ministres un projet d’amendement à la loi de finances étendant considérablement le dispositif fiscal convoité par l’auteur du « Grand Bleu » et de « Lucy ». Ce dernier en bénéficiera. Mais il sera loin d’être le seul.

Ainsi le gouvernement français veut-il étendre à tous les films de langue française le crédit d’impôt cinéma sans plafond de budgets alors qu’il était jusque là réservé aux films de moins de 7 millions d’euros. Il veut aussi généraliser son taux à 30 %, alors que cette proportion était jusqu’à maintenant réservée aux films de moins de 4 millions d’euros, les films entre 4 et 7 millions bénéficiant d’un crédit d’impôt de 20 %. Le plafond de 4 millions d’euros perçu au titre du crédit d’impôt est également levé.


« Timbuktu » et « Valérian »


Par ailleurs, pour que continue à prospérer la filière de films d’animation tricolore (les écoles comme celle des Gobelins sont des pépinières de talents pour des groupes comme Pixar), tous les films français dits « à forts effets visuels », c’est-à-dire utilisant la 3D, la motion capture etc. bénéficieront du crédit d’impôt même s’ils sont tournés en langues étrangères. Et sur ce sujet de la francophonie, sur lequel achoppait le film de Luc Besson, le gouvernement est prêt à proposer une définition très ouverte. Ainsi, pourront bénéficier du crédit d’impôt tous les films français non francophones « si l’emploi d’une langue étrangère est justifiée par le scénario ». Pour bien montrer qu’il ne s’agit pas d’un « amendement Besson », le gouvernement pourrait aussi citer des films comme « Dheepan » ou « Timbuktu ».

L’objectif du gouvernement est clair. Une compétition fiscale s’est ouverte entre les pays pour attirer des tournages aux retombées économiques de plus en plus importantes. Il faut non seulement faire venir les productions étrangères pour renforcer le rayonnement de la France, d’où le crédit d’impôt international. Mais il faut aussi maintenir en France les tournages de films de production française, d’où les mesures annoncées cette semaine, qui devraient prendre effet en janvier.

Aujourd’hui, le crédit d’impôt cinéma est égal à 20 % du montant total des dépenses éligibles (rémunération des artistes, des techniciens, dépenses de studios, de transports etc.) d’une production.

« Il est imputé sur l’impôt sur les sociétés dû pour l’exercice fiscal au cours duquel les dépenses prises en compte sont exposées, peut-on lire sur le site du Centre National du Cinéma (CNC). Pour des dépenses exposées au cours d’un exercice fiscal N, le montant du crédit d’impôt, sous forme de déduction fiscale ou d’excédent se traduisant par une créance sur l’Etat, n’est connu qu’au cours de l’exercice N+1. »


No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

Measurement Firm ComScore to Acquire Rentrak

Measurement Firm ComScore to Acquire Rentrak | (Media & Trend) | Scoop.it
Merger could create more formidable rival to No. 1 player Nielsen


Measurement firm comScore agreed to acquire rival Rentrak, in a bid to take on No. 1 player Nielsen. The industry is racing to come up with better ways to track media consumption across TV and digital platforms.


Audience measurement firm ComScore Inc. agreed to acquire rival Rentrak Corp. in an all-stock deal that aims to reshape the business of sizing up what consumers are watching—and the ads they are seeing—whether on TV, the Web, or mobile devices.


ComScore, known for its Internet-traffic measurement capabilities, and Rentrak, which uses set-top box data to gauge television viewing, together create a more formidable competitor to Nielsen NV, the reigning behemoth in audience measurement in the U.S.

Under the deal’s terms, each share of Rentrak will be converted into the right to receive 1.15 shares of comScore, valuing Rentrak at $732 million, compared with Tuesday market value of $697 million. Rentrak stockholders would receive $47.69 per share, a 9.9% premium, based on Tuesday’s closing prices. ComScore currently has a market capitalization of $1.7 billion.


The merger would bolster the two companies’ competitiveness in the race to figure out how to measure media content and ad campaigns across TV and digital devices.


“We are going to build a cross-platform currency,” said Serge Matta, chief executive of comScore, who will lead the combined company. Bill Livek, Rentrak’s chief executive, will serve as the combined company’s executive vice chairman and president.


While comScore and Rentrak have made great strides in winning over advertisers and media owners with their measurement tools, Nielsen has remained the dominant player. Nielsen is the “gold-standard currency for counting the number of individuals exposed to a piece of content,” said Todd Juenger, a senior analyst at Bernstein, in a report to investors in June.


Still, media companies are increasingly concerned that available TV metrics from Nielsen don’t adequately capture viewing that happens online and on mobile devices. Viacom Inc., owner of MTV and Nickelodeon, has blamed lower ratings at its own channels partly on what it calls Nielsen’s antiquated measurement methods.

Advertising executives rely on independent measurement to help them allocate marketing dollars, including the roughly $70 billion they plow into TV each year.


Nielsen, which has long had a monopoly on the TV-measurement business, has said it is responding to the concerns from media executives. The company in coming months plans to roll out a “total audience” measurement system that it promises will capture viewing of TV content across platforms, as well as all digital content, and help marketers compare digital and TV metrics more easily.

“There are myriad analytics options for the media industry, but Nielsen’s focus is on delivering the actual currency ratings data used for trading billions of dollars in advertising,” a Nielsen spokesman said Tuesday, regarding the comScore-Rentrak merger. “This requires superior quality, industrial-strength delivery, and gold-standard audited processes and methods.”


Nielsen, which also offers other products such as the Catalina Solution that merges shopper loyalty-card data with TV viewership, dwarfs the emerging measurement competitors in size. Nielsen has a market value of $16.7 billion and pulled in $6.3 billion in revenue last year. ComScore’s revenue totaled $329 million while Rentrak had 2014 revenue of about $103 million.


Madison Avenue has long envisioned comScore and Rentrak joining forces. The speculation increased after WPP PLC, the world’s largest advertising company by revenue, took significant minority stakes in comScore and Rentrak in the past year. In August WPP Chief Executive Martin Sorrell said he would “welcome them coming together.”


After the merger, WPP will have a 16% stake in the combined company, with an option to go up to 20%. WPP won’t have a board seat.


ComScore has a panel of roughly two million individuals that it uses to track online behavior while Rentrak, which started out distributing videocassettes, has over the past few years become a player in TV ratings by collecting viewership data from millions of cable set-top boxes.


Earlier this month, comScore introduced Xmedia, a new product that measures content consumption across all digital platforms and TV in a single metric.


Nielsen, for its part, measures media consumption through a panel of more than 25,000 U.S. households.


Nielsen has trumpeted its independence as an advantage over its rivals, who have an advertising giant as a backer.


Mr. Matta said he doesn’t see WPP’s stake in the combined comScore-Rentrak as an “issue.” Since the WPP comScore deal was announced, comScore has seen an uptick in spending from rival advertising holding companies, he said.


Mr. Sorrell has regularly spoken on the drawbacks of the current measurement system for advertisers. “Pricing is affected by the inability of traditional measurement in the U.S. to capture all of the data,” he said on an earnings call in April.


J.P. Morgan Securities LLC served as financial adviser and Wilson Sonsini Goodrich & Rosati acted as legal adviser to comScore. Goldman, Sachs & Co. served as financial adviser to Rentrak, while Perkins Coie LLC acted as legal adviser.

No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

Comcast Announces a Streaming Video Platform of Its Own

Comcast Announces a Streaming Video Platform of Its Own | (Media & Trend) | Scoop.it

Hopes millennials will watch YouTube videos on TV


Hoping that adding video from digital players will help stem the cord-cutting tide, Comcast finally announced this morning its streaming video service, Watchable.


Watchable's beta version, which will be advertiser-supported, launched this morning with content from 30 providers, most of which cater primarily to millennial audiences. Content partners include Mashable, Vice, Machinima, Disney's Maker Studios, Buzzfeed and Vox Media—the latter two have benefited from major investments from Comcast subsidiary NBCUniversal. Comcast says it will add additional partners over time.


"At Mashable, we have always believed in a distributed approach to media, and with its presence across Web, mobile apps and set-top boxes, we think Watchable will be a great new way for the digital generation to engage with our video content across the many platforms they use on a daily basis," said Adam Ostrow, chief strategy officer at Mashable.


As younger viewers increasingly move toward digital platforms like YouTube, Hulu, Netflix and Amazon, Comcast hopes adding that content to its existing service will help it keep subscribers. Watchable will be available as a stand-alone app for iOS users, have a dedicated website and have a tab on Comcast's X1 platform, meaning that for a lot of its digital partners, it will be the first time their content is available through set-top boxes. 


"A new class of online creators and producers is developing innovative content that is attracting big audiences," said Sam Schwartz, chief business development officer at Comcast Cable, in announcing the launch. "We want to continue to connect creators of compelling content with viewers who want to be entertained and have been experimenting with new partnerships to deliver more high-quality videos from the Web, especially to the television."

No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

Streaming : les acteurs du secteur français trouvent un accord

Streaming : les acteurs du secteur français trouvent un accord | (Media & Trend) | Scoop.it
Dans l’accord annoncé mardi, il est fait mention d’une « rémunération minimale » des artistes qui devra être fixée par un futur « accord collectif »,


C’est une « avancée historique pour la filière » et « une très belle journée pour les artistes », a assuré la ministre de la Culture Fleur Pellerin en plein débat à l’Assemblée nationale sur le projet de loi sur la liberté de création ce mardi. La filière musicale française a annoncé avoir conclu un « accord » pour une « juste répartition » des revenus issus du numérique, ce qui devrait mettre fin, ou tout du moins considérablement apaiser un conflit qui dure depuis des années.


L’accord, dont les termes n’ont pas été rendus publics, sera signé vendredi par les plates-formes de streaming (écoute en ligne sans téléchargement), les producteurs de disques (dont le Snep représentant les principales maisons de disques) et plusieurs organisations représentatives des artistes.


L’Adami et la Spedidam ont claqué la porte


Manquent toutefois à l’appel l’Adami et la Spedidam, sociétés de gestion des droits des artistes interprètes et musiciens qui avaient claqué la porte lundi, jugeant le texte trop faible.

Dans ce texte, rédigé sous l’égide du médiateur nommé par le gouvernement Marc Schwartz, les acteurs « s’engagent mutuellement (...) pour un développement équilibré assurant une juste répartition des fruits des nouveaux modes de diffusion de la musique », a souligné le ministère.


« Les producteurs s’engagent à partager avec les artistes tous les revenus reçus des services de musique en ligne » et « à leur garantir (...) une rémunération minimale, en contrepartie de l’exploitation numérique de leurs enregistrements », a-t-il relevé.

La répartition des revenus du numérique est devenue un sujet de dissension avec la montée en puissance du streaming. Dans cette industrie en crise, ce nouveau mode de consommation (via des plate-formes comme Spotify, Deezer, Tidal ou Apple Music ) constitue le principal motif d’espoir pour compenser la baisse continue des ventes de disques depuis bientôt 15 ans.

Une montée en puissance encore insuffisante en France


En France le streaming n’a, certes, pas encore permis de compenser la baisse des revenus globaux du secteur mais le format est sur une forte tendance haussière. Sur les six premiers mois de l’année 2015, les revenus du streaming ont augmenté de 42% , à 58,6 millions d’euros, alors que dans le même temps, ceux tirés des ventes de supports physiques ont chuté de 18%, à 118,3 millions.

Aux Etats-Unis, le streaming représente, à lui seul, 33% du chiffre d’affaires global de l’industrie musicale et depuis 2014, ce format génère plus de revenus que le CD . Au niveau mondial, le numérique a généré en 2014, pour la première fois, autant de revenus que les ventes physiques, selon la Fédération internationale de l’industrie phonographique (Ifpi).


Mais les artistes dénoncent régulièrement la faiblesse de leurs revenus issus de ce nouveau modèle. Dans l’accord annoncé mardi, les modalités de la « rémunération minimale » doivent être fixées par un futur « accord collectif », selon un projet du texte obtenu par l’AFP. Cet accord déclinera sept objectifs, notamment une « plus grande transparence de l’économie de la filière musicale » grâce à la création d’un Observatoire de l’économie de la musique ou la mise en place d’un « code des usages » clarifiant les relations entre producteurs et plates-formes de streaming, d’après ce document.


No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

« La télévision reste reine face aux médias numériques »

« La télévision reste reine face aux médias numériques » | (Media & Trend) | Scoop.it

Selon vous, le vieux média qu’est la télévision est en train de damer le pion à ses nouveaux concurrents du numérique. Expliquez-nous...


Je vous arrête tout de suite : pas seulement la télévision. C’est tout cet engouement à propos des médias numériques qui est fondamentalement bidon. Passons sur le fait que le consommateur bénéficie en réalité très peu de toute cette disponibilité de contenus en ligne, étant donné leur qualité générale lamentable. Je parle en tant que businessman : après quinze ans de prétendue révolution technologique, on s’aperçoit que ce média n’est pas particulièrement efficace et ne génère pas de profits. Pendant ce temps, la télévision vit rien moins qu’un âge d’or. Elle atteint des sommets en matière de narration et de cinématographie et – surprise – les gens sont prêts à payer pour cela. Et pas seulement pour des séries élitistes regardez le succès du sport, qui reste essentiellement un phénomène télévisuel.



Pourquoi ce problème de rentabilité des nouveaux médias ?


La raison d’être d’Internet est d’être gratuit. Le problème avec le gratuit, c’est que rien n’est gratuit. L’activité doit être soutenue par la publicité. Du coup, en tant qu’éditeur, votre unique mission est d’accroître le trafic sur votre site. Mais il y a une telle prolifération d’espaces publicitaires que les prix baissent sans cesse. Ils sont d’autant plus fragiles que les possibilités techniques d’éviter la pub se généralisent avec les « adblockers ». J’irai même plus loin. Les gens de la « tech » n’ont pas compris que la publicité est une forme d’expression en bout de course. Après plus d’un demi-siècle de publicité, la résistance culturelle des consommateurs est de plus en plus grande. Tout de même, le Web permet un ciblage publicitaire précis... C’est l’argument, vieux comme le monde, des gens du marketing direct. Certes, il y a un peu d’argent à faire dans le marketing direct, mais cela ne fait pas rêver. Problème : les marges y sont de plus en plus faibles car il y a de plus en plus de concurrence. Et, là aussi, le consommateur devient plus résistant – après dix sollicitations, vous ne réagissez plus.


Qu’y a-t-il de si efficace dans le modèle économique de la télé?


Elle a su s’adapter et trouver un modèle durable. Autrefois, la télévision était financée entièrement par la pub ; elle ne l’est plus qu’à moins de 50 %. La résistance au prix des consommateurs est très faible, s’ils aiment les contenus. Et, cerise sur le gâteau, la télé en tant qu’agrégateur d’audience vendant de la pub génère beaucoup plus d’argent que le numérique. Car les gens regardent les spots, cela reste une expérience visuelle puissante, beaucoup plus qu’un « pop up » sur votre ordinateur. La pub télé reste le segment qui se facture le plus cher, c’est grâce à elle qu’on peut le mieux construire sa marque. Et les prix résistent à la télévision, même quand les audiences baissent. En plus, il y a des start-up, comme Invidi, qui permettront bientôt de mieux cibler les téléspectateurs au travers de leurs décodeurs : on aura importé les avantages du digital, mais avec un produit que les gens regardent vraiment.


 Que faites-vous de Netflix, de Vine ou des chaînes YouTube, qui génèrent des milliards de clics?


Netflix, c’est de la télévision, peu importe que ce soit sous forme délinéarisée. Ces gens vont voir l’industrie de la télévision, leur disent « Vendez-nous ce que vous faites » et ils sont prêts à payer 3 milliards de dollars par an. Quant à YouTube ou Vine, des milliards de clics ne font pas nécessairement un business. De ce point de vue, YouTube est un échec notable. L’idée était : « On va dépenser moins d’argent dans les programmes, ou même pas du tout puisque c’est généré par les utilisateurs, et on va avoir plus de succès. » Bon… Ce serait super… Si vous aviez dit ça à quelqu’un il y a cinq ans, il vous aurait dit « Oh oui, c’est bien mieux que des programmes chers de Hollywood ». Aujourd’hui, c’est différent. C’est pour ça que Google veut faire de YouTube quelque chose qui ressemble de plus en plus à la télé et de moins en moins à YouTube. Du reste, s’il y a un thème central dans le numérique, c’est  : « Comment devient-on plus comme la télé. »


No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

Canal+ prend 30  % du producteur de « La Famille Bélier »

Canal+ prend 30  % du producteur de « La Famille Bélier » | (Media & Trend) | Scoop.it
Le fondateur de Mars Films revient à Canal+ en tant que numéro deux de StudioCanal. Didier Lupfer en prend la tête.


Canal+ se renforce à nouveau dans la filière audiovisuelle. Après avoir pris, début septembre, 25 % de Banijay-Zodiak, un leader des émissions de flux telles que les jeux TV, la filiale de Vivendi a annoncé hier une prise de participation de 30 % dans Mars Films, la société de production et de distribution de films, fondée notamment par Stéphane Célérier, qui a produit « La Famille Bélier ».


Pour Canal+ et sa maison mère Vivendi, l’un des intérêts de l’opération est de récupérer cet ancien dirigeant parti du groupe à la fin des années 2000. « Le cinéma est un métier de talents », argue-t-on dans le camp Canal.


Son rapatriement intervient en tout cas en même temps qu’une réorganisation managériale dans le but d’accorder davantage les violons entre les chaînes de Canal+ et StudioCanal. Cette filiale de production et de distribution de cinéma et de télévision de Vivendi a généré un revenu de 534 millions l’an dernier ; elle est notamment connue pour son très gros catalogue de films. Didier Lupfer, directeur du cinéma du groupe, sera ainsi nommé également président de StudioCanal. Exit Olivier Courson, qui fait les frais de ces changements de tête. Stéphane Célérier, quant à lui, restera président de Mars Films, dont il garde, avec son associé, les 70 % restants du capital. Mais il deviendra aussi vice-président de StudioCanal. Désormais numéro deux de Didier Lupfer, il présidera un comité mensuel de développement composé de personnalités du cinéma.


Engagement cinéma accru


Vivendi rappelle dans son communiqué qu’il investit près de 800 millions d’euros par an dans le financement et le développement du cinéma français et qu’il veut « accroître son engagement ».

« Le groupe Canal+ financera et mettra en place un projet d’ateliers d’écriture dans le but de faire émerger de nouvelles formes de narration et de nouveaux auteurs, ajoute le groupe. Cette initiative s’ajoute au partenariat de long terme annoncé récemment avec la Cinémathèque de Paris, dont Vivendi est devenu grand mécène avec Canal+. » Chez Canal, on présente Stéphane Célérier comme « ayant très bonne réputation et capable d’attirer des grands noms pour ses projets ». Il est ainsi connu pour avoir distribué les films de Woody Allen en France, ainsi que des films d’auteur, mais aussi des films à succès comme « Polisse », se félicite-t--on dans le camp Canal. Dans la production, « La Famille Bélier » est l’ un de ses tous premiers projets.


No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

Le pure player Business Insider racheté par le groupe Springer

Le pure player Business Insider racheté par le groupe Springer | (Media & Trend) | Scoop.it
Le site d’information économique est valorisé 442 millions de dollars (environ 395 millions d’euros).


Signe de la globalisation croissante des grands groupes de médias, et de la priorité désormais accordée au numérique, l’allemand Axel Springer a annoncé, mardi 29 septembre, racheter le site américain Business Insider, un pure player spécialisé dans l’information économique.


Déjà détenteur d’environ 9 % du site créé en 2007 sous le nom de Silicon Valley Insider, Axel Springer va dépenser 306 millions d’euros pour en prendre 88 % supplémentaires. Les 3 % restants du capital sont détenus par Bezos Expeditions, la société d’investissement du fondateur d’Amazon, Jeff Bezos.


Outre les États-Unis, Business Insider décline son site dans sept autres pays. Une version allemande doit être lancée fin 2015, tout comme une version française début 2016, en partenariat avec le groupe Prisma. L’entreprise compte 325 employés, dont la moitié de journalistes, et revendique 76 millions de visiteurs uniques par mois.


Un ton nouveau, entre Wall Street Journal et Gawker


Le style Business Insider mêle un ton sans complexe, des commentaires bruts et pratique l’agrégation massive de contenus web. « Les scoops ne sont pas la panacée : il faut deux jours d’enquête pour en sortir un, ça ne vaut pas le coup. Si quelqu’un a un scoop, nous le reprenons sur notre site quatre minutes plus tard », s’est ainsi enorgueilli le fondateur Kevin Ryan, un entrepreneur américain, dans un article du New Yorker en 2013. Des propos en partie provocateurs, car le site est aussi réputé pour ses informations exclusives.


Le site se félicite de faire une audience comparable à celle du Wall Street Journal avec beaucoup moins d’employés. Outre ses informations, il le doit en bonne partie à son ton léger, voire provocateur et attrape-clics - qui rappelle le style tabloïd du site Gawker.


Sur sa page d’accueil, on peut lire des titres comme : « Quinze citations de Steve Jobs qui donnent de l’inspiration », « Les dix armes les plus terrifiantes de l’armée russe », « Voici ce que ça fait de devenir super riche d’un coup », « Voilà pourquoi ceux qui pensent que les bloqueurs de publicité sont des extorqueurs se trompent ». Ce dernier billet a pour illustration une photo du Parrain, typique du style d’illustration web et pop culture du site, qui peut citer un dessin animé ou le film « The Big Lebowski ».


Dirigé par un ancien analyste financier

Le site cible notamment les gens qui travaillent dans la finance. Il a pour PDG et rédacteur en chef une personnalité hors-normes et controversée de la Silicon Valley : Henri Blodget.


Henry Blodget, CEO et rédacteur en chef de Business Insider.

Celui-ci a été dans une première vie connu comme analyste financier dans le secteur technologique. Après être devenu une star pour avoir entre autres prévu la forte hausse de la jeune boutique en ligne Amazon, il a, à la fin des années 1990, rejoint la banque d’affaires Merril Lynch.


Il est alors devenu tristement célèbre pour avoir été banni des marchés en raison d’une infraction à l’éthique des analystes : sur certaines actions en bourse, il avait fait des recommandations publiques qui étaient opposées à celles qu’il partageait en interne par email à Merril Lynch. Henry Blodget ainsi que la directrice générale, Julie Hansen, vont rester en place, selon Springer.


Une offre globale pour « les décideurs de demain »


« Cette transaction étend l’audience mondiale d’Axel Springer sur Internet à environ 200 millions de lecteurs », affirme le groupe allemand dans un communiqué. Cela en fera le sixième groupe de presse dans le monde en termes d’audience numérique. Le rachat de Business Insider doit toutefois encore recevoir l’aval des autorités de la concurrence.


Cette acquisition permet au groupe, conformément à sa stratégie depuis quelques années, de continuer à se développer dans le numérique, mais aussi dans les contenus en langue anglaise. Il y a deux mois, le groupe allemand avait échoué à racheter le Financial Times, finalement acquis par le groupe japonais Nikkei.

« Le ton créé par Henry Blodget et son mode de traitement de l’information parlent aux décideurs de demain, estime Mathias Döpfner, le président d’Axel Springer. La combinaison de nos forces respectives est à même de créer de la croissance et d’élargir l’offre de Business Insider à de nouvelles thématiques et de nouveaux territoires. »


No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

La TV veut-elle nous rendre parano ?

La TV veut-elle nous rendre parano ? | (Media & Trend) | Scoop.it
La fiction préempte les thèmes liés à la surveillance et au contrôle à tel point que l'on pourrait se demander si la TV ne cherche pas à nous rendre paranoïaque...


Hier se tenait la conférence Usages et Contenus : les Nouvelles Dynamiques de Médiamétrie, occasion de mettre en avant les tendances qui dessinent le paysage audiovisuel international.

Arrêt sur la tendance surveillance et espionnage dans les contenus TV. 


Retour sur les faits réels : 14 juin 2015, la loi surveillance est adoptée en France. Elle donne le droit aux services de renseignement de mettre sur écoute toute personne dont le comportement est jugé « suspect ». Passée en procédure accélérée avec une couverture médiatique faible, le sujet qui n'a pas provoqué un mouvement de résistance conséquent semble pourtant fasciner les audiences dès lors qu'il pénètre les sphères de la fiction.  


Il y a tout d'abord LA RABIA, série espagnole à la bande annonce violente dans laquelle des personnes contaminées par un virus se retrouvent enlevées, analysées et épiées 24h/24. Vous devrez également compter avec la série Allemande Deutschland 83 qui retrace l'histoire d'un infiltré de l'Allemagne de l'Est, dans l'Allemagne de l'Ouest ou encore l'autorité de The Principal, qui sera là pour surveiller et remettre de l'ordre dans un lycée difficile de la ville de Sydney. En France, nous avons Le Bureau des Légendes de Canal+ dont le tournage de la saison 2 aura lieu cet automne. Dans cette série, vous découvrirez quelques-unes des techniques de la DGSE tout en apprenant à vous déconnecter pour conserver votre vie privée avec l'agent secret incarné par Mathieu Kassovitz. Les exemples sont nombreux et semblent faire le succès des chaînes qui les diffusent puisqu'elles figurent parmi les plus fortes attentes des téléspectateurs à en croire Médiamétrie.  


Alors que le thème de la surveillance réjouit les téléspectateurs et n'intéresse pas les citoyens, le principal espion est peut-être bien votre TV. Comme l'a par exemple démontré NETFLIX la semaine dernière en déclarant pouvoir identifier sur chaque série l'épisode qui vous fait basculer dans le binge watching...  


Une TV qui vous surveille en diffusant du contenu sur la surveillance... la boucle est bouclée. 

No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

Amazon Nabs Jack Ryan Series From Michael Bay, Carlton Cuse

Amazon Nabs Jack Ryan Series From Michael Bay, Carlton Cuse | (Media & Trend) | Scoop.it

Jack Ryan is setting up shop at Amazon.


The streaming service has landed the TV show based on the hard-charging character created by novelist Tom Clancy in the 1980s. “Lost” alum Graham Roland and Carlton Cuse are shepherding the adaptation for Michael Bay’s Platinum Dunes, Paramount TV and Skydance TV.


The series was shopped last week to a handful of outlets, including Fox, NBC, Netflix and A&E. Jack Ryan has been featured in 11 Clancy novels, starting in 1984 with “The Hunt for Red October.”


The character began as an ex-Marine who is drafted into the CIA while working as a investment banker. Through the course of the books Ryan moves into politics and becomes president in the most recent title, “Commander-in-Chief,” published this year.


The character has been featured in five feature films to date, all from Paramount but with four actors tackling the role: Alec Baldwin, Harrison Ford, Ben Affleck and most recently, Chris Pine in 2014’s “Jack Ryan: Shadow Recruit.” Cuse at present is juggling three series, FX’s “The Strain,” A&E’s “ Bates Motel” and USA’s upcoming “Colony.”

No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

Twitter experiments with ‘TV Timelines’

Twitter experiments with ‘TV Timelines’ | (Media & Trend) | Scoop.it

Twitter is launching a bold TV experiment and if it takes, it could change the face of second-screen viewing — at least as far as Twitter is concerned.


It’s only fitting since social media has, for the last five years or so been an agent of change for TV.


We don’t watch TV the way we used to — at least not anything we're watching live. The conversations we used to have in our living rooms about Survivor, The Bachelor, LostThe Academy Awards and potboilers like Scandal, have migrated to social media.


A recent study by Nielsen says that at least 15% of TV viewers enjoy TV more “when social media is involved.” They’re also, Nielsen notes, still watching live TV. Adults (18 and over) watch over five hours of live TV per day. And when we watch live TV we use social media to engage, react and discuss.


On Twitter, we manage these interactions with hashtags. If you wanted to keep track of all the conversation revolving around the Academy Awards ceremony, you used #Oscar2015 in your tweets and watched for tweets containing that hashtag. Savvier Twitter users employ Twitter dashboards to track all the activity revolving around these hashtags. Tools like TweetDeck and Hootsuite and put all related tweets in a single column, while leaving your other columns, Notifications, your general Twitter stream, Discovery, untouched.

Twitter’s traditional homepage has always been little used in this quest to have the ultimate second-screen experience. But this Twitter TV Timelines experiment could change all that — at least for mobile. Sorry, there’s no indication this experiment is running on Twitter for desktop.


Mashable got early access to Twitter’s first foray into Twitter TV conversation management. It’s only accessible, in limited quantities, through Twitter for iPhone’s March 12 update.


The concept is fairly simple. Twitter sees you using a TV show-related hashtag, a character’s name, even a key phrase from one of a handful of designated shows. For this experiment it’sAmerican Idol, Big Bang Theory, @Midnight and The Blacklist. A dialogue box pops up on your iPhone Twitter Timeline (at the top) and invites you to try out Twitter TV Timelines. If you accept, you’ll see a very unusual Twitter interface.


The Twitter TV Timeline experiment invite.


Think of TV Timelines as TweetDeck (which is owned and operated by Twitter) for TV. The interface is separated into three columns or panes that you can swipe through: Highlights, Media and All. This organization is designed to help make it easier for you to track not only all the conversation revolving around, say The Blacklists, but to also cut out all the noise by showing you highlights and key media. That media will include show-related photos, vines and videos.

The obvious benefit here is that you can dive deep into the Twitter conversation for one show and easily ignore everything else — because you’re not seeing anything else. Naturally, tweets built while you're in the TV Timeline automatically include the show hash tag.



The Twitter TV Timeline experiment interface. Note the three panes you can choose from. It's like Twitter just for American Idol.


These shows and networks know about the experiment, but since it’s so early, it’s unlikely you’d see anything special from them beyond posts from the stars who are already live-tweeting their shows and networks posting content relating to the shows — something they’d also do anyway.

For now, our sources tell us there are no ads in the TV Timeline, though you would have to assume that will change if this graduates to a real Twitter feature.


Twitter is not commenting publicly on the experiment, though it’s obvious that serving as a better second-screen partner is a strategic move. After every major live TV event, both Twitter and Facebook tout engagement numbers. On the face of it, Facebook appears to be winning. It has a larger global audience and typically posts significantly larger numbers. On the other hand, we could be comparing apples to oranges. Are Twitter favorites analogous to Facebook likes? Do Twitter retweets equal Facebook shares?


The Twitter TV Timeline experiment media pane. It looks like the media pane for one Twitter account.


Regardless, Twitter clearly wants to make it easier for second-screeners to use Twitter. One wonders if Facebook will respond with its own set of TV second screen viewing tools.


The All pane keep shows you, it seems, all the Tweets related to the show.


In the meantime, the TV Timelines experiment is Twitter's most aggressive attempt to manage conversation topics. Twitter's users are a fairly vocal bunch who will probably either love that they can dive so deeply into a single show's conversation or resent to the level of Twitter's control.

It's worth noting, though, that TV Timelines may actually help stop people from hijacking a show hashtag for their own uses. In fact, I wonder if those errant tweets will even appear in Twitter TV Timelines. I can almost hear frequent TV show live-tweeter William Shatnershouting "hallelujah!" (or "Leave my Twitter stream alone!") from here.

No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

The 5 Biggest Fall TV Trends to Watch

The 5 Biggest Fall TV Trends to Watch | (Media & Trend) | Scoop.it
The failures could be spectacular.


We are nothing if not a nation of laws, and according to the official arbiters of audience measurement at Nielsen, the 201516 television season begins today. Do you feel any different? In this age of bingeing and viewing on demand, the start of a new TV year isn’t quite the Pop-Culture Moment it was even as recently as a decade ago. That’s particularly true for younger viewers, many of whom are much more inclined to browse Netflix than park themselves in front of the tube for a network-dictated evening of Must-See TV. And yet, barring a total year-to-year collapse in the linear model, tens of millions of viewers will still return to the broadcast folks over the next few weeks, successfully wooed by months of marketing to check out the first episodes of The Muppets, Code Black,The Grinder, or one of the couple dozen other new shows. Many millions more are also eagerly awaiting returning hits such as The Big Bang Theory and Scandal. For all the talk of cord-cutting and VOD, the vast majority of viewers still consume shows the same week (if no longer the same night) they air, and Madison Avenue still buys billions of dollars in ad time on those broadcasts. There may be an expiration date on the linear-TV universe as we’ve known it, but the start of a new season remains a pretty big deal. It’s just a different kind of big deal than it used to be. As the 2015–16 campaign begins, here are five things to keep in mind about where things stand in TV’s Old-Yet-New World Order.


Overnight ratings still matter, just not in the same way they once did.

During last month’s TV Critics Association press tour, a parade of network research executives hammered home a consistent message to journalists: Same-day ratings are now all but meaningless, and you really ought to ignore them. So, naturally, those same suits will be up at the crack of dawn Tuesday, and every day for the next few weeks, studying every decimal point in Nielsen’s overnight report. It’s not that our network friends are (complete) hypocrites. Their August sermons against the evils of overnight ratings were rooted in the fact that there really is no longer a straight line between the daily ratings report card and a show’s ultimate worth to a network. CBS’s Leslie Moonves, for example, has said repeatedly that a show such as Elementary, which barely moves the needle in its initial Thursday night telecasts, is actually a hugely profitable asset for the Eye, thanks to its value in the international market and on other non-linear platforms. 

But even as networks are finding new ways to make lemonade out of sour Nielsen fruit, network TV is still a business geared toward creating big, broad hits. Elementary is fine, but Empire — a monster success by any metric — is the goal. These early Nielsen numbers won’t predict the future for every show, but they’ll go a long way toward letting execs know just how much work they’ll have to do to make their investments pay off. Last year, for example, ABC realized it had a hit on its hands when the premiere of How to Get Away With Murder actually drew more viewers than its lead-in, the already-established hit Scandal. Conversely, Fox suits mentally moved Red Band Society to hospice care after the show pretty much flatlined its first week out, despite huge a huge marketing effort and an early premiere designed to let audiences find it before Modern Familyand Criminal Minds returned with new episodes. Both shows didn’t get their official notices of, respectively, renewal and cancellation until many months later; in reality, their fates were pretty much known the day after they launched. So, yes: It’s possible, and even likely, there will be shows that premiere this week to so-so numbers, and yet end up staying on the air for 100 or more episodes. But for most, the ratings performance over the opening few weeks of the season will end up being a strong indicator of whether they return for a second season. Getting a lot of (demographically desirable) viewers to show up to a series the night it airs is still the quickest way to big profits in TV.


Empire is the most important TV show in the universe right now …

Okay, so that’s a bit of a stretch. But Fox’s surprise spring hit promises to dominate the early weeks of the new fall season like no other show on American TV right now. It’s been at least a decade since a new series on any platform has exploded so quickly, and industry insiders — not to mention everyone who works at Fox — are anxiously waiting to see what becomes of the phenomenon in its second season. Creator Lee Daniels told The Hollywood Reporter last week that he was prepared for a ratings dip, a statement that either makes him a master in the art of lowering expectations or a steely-eyed realist who understands the current realities of the TV business. Fact is, sophomore slumps have become far more pronounced in recent years, with out-of-the-gate sensations such as 2 Broke Girls, Sleepy Hollow, New Girl, and The Blacklist all suffering precipitous Nielsen declines in their second seasons. Given the record-breaking pace Empire set in its shortened run earlier this year, it wouldn’t at all be surprising if it cooled down somewhat.

And yet, more than a few industry insiders are predicting Empire could actually get even bigger, at least early on. Much the same way early '00s unscripted hits Survivor and American Idol grew from huge to supernova status between their first and second cycles, some believe Empire could benefit from a bandwagon effect: All the hype surrounding the show last spring may have convinced many viewers to catch up over the summer so that they could be part of the cultural conversation around the show in the fall. What’s more, while Empire did well among viewers of all races during its first season, its ratings with white audiences were relatively small when compared to its Super Bowl–level performance among African-Americans. As one industry wag told us a few months ago, “There’s plenty of upside left for it among white viewers.” If such growth occurs, more Nielsen records could be in the works for Empire. And even if that growth doesn’t materialize, the show promises to reshape the network race far more than it did in season one. Fox will air nearly twice as many episodes of the show this season, boosting the network’s overall average while also having more time to do damage to ABC’s Wednesday comedy block and CBS’s Criminal Minds.

… But watch how TV’s other sophomore shows perform, too: They may matter more than newcomers.

As noted earlier, it’s become more and more common for promising first-year series to take a ratings dive in their second season. In addition, networks are being more patient than ever with many so-so ratings performers, realizing that in this era of Way Too Much TV, audiences often need more time to discover and, hopefully, embrace new shows. This fall will offer plenty of examples from both categories, giving ratings-watchers plenty to scrutinize.

Over at ABC, execs are no doubt most nervous about How to Get Away With Murder, which roared out of the gate last fall and maintained most (but not all) of its momentum over the course of its short first season. Given its cliff-hanger ending, it’ll likely pop again with its premiere this week, but going forward, it could be hurt a bit by a factor out of its control: Lead-in Scandal started showing signs of ratings erosion last spring, ending what had been years of growth. It’s not that Scandalsuddenly fizzled; it’s still a very big hit, particularly once DVR ratings are tallied. But if Scandal’s same-day ratings keep going down, that means a smaller audience to bleed over to Murder. Plus, having solved the central mystery of season one, producers will now be tasked with coming up with an equally compelling story line for season two. There’s no reason to think they’re not up to the task, but: The degree of difficulty — and chances of stumbling— are greater than with a standard-issue procedural.

Not that it’s easy being a meat-and-potatoes drama in 2015. CBS’sScorpion, for example, was a big hit on Mondays last season, and with no big new competition against it in the 9 p.m. time slot, it should once again do fine. But the Eye has seen diminishing results with its procedurals in recent years, with many viewers gravitating toward sexier serialized shows. It’ll be interesting to see if Scorpion, which has more of a comic tone, can convince most of its first-year viewership to return. Likewise, pay close attention to the numbers for the CW’s The Flash and Fox’sGotham, two comic-book hours that had strong freshman seasons. TV’s last two fantasy hits — Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D. and Sleepy Hollow — shed millions of viewers after their first heavily hyped seasons. Was that a function of bad story lines, or a sign that viewers of such shows get bored easily and move on?

As for sophomore shows with room for growth, ABC’s Fresh Off the Boatseems a prime candidate to get a boost this fall. After having to be a self-starter during its short spring run, the critically hailed half-hour will now air behind The Muppets. Even if the latter series ends up struggling a few months from now — reviews have been mixed — early on, Kermit and Piggy should help FOTB get sampled by millions more viewers, who could then turn into regular viewers. (The Goldbergs got a similar lift a year ago, when it moved behind The Middle.) Meanwhile, the CW’s Jane the Virgin didn’t get the Emmy love it deserved, but the buzz on the show may have convinced audiences to catch up over the summer, possibly allowing it to build off its modestly rated first year. And over on cable, where buzz often counts more than ratings, the producers of FX’s Fargo, Showtime’s The Affair, and HBO’s The Leftovers will try to prove their well-regarded first seasons weren’t flukes.


Streaming networks will be a bigger factor than ever before.

Netflix, Hulu, and Amazon may not be concrete factors in the ratings race — Nielsen simply doesn’t measure the audience for streaming shows, none of which have “time slots” — but subscription video on demand (SVOD) outlets are now serious competitors when it comes to vying for the attention of the audience. For one thing, they’re all producing much more original content than even just one year ago, particularly Netflix. The latter network has been pushing new drug-lord drama Narcos hard in the days leading up to the start of the linear-TV fall season, and Sunday’s Emmys, while dominated by HBO, also served as an advertisement for streaming series such as Transparent and Orange Is the New Black. And even more shows are to come. Amazon, which launched Hand of Godearlier this month, will soon drop Red Oaks, The Man in the High Castle, and the second season of Transparent. Hulu, meanwhile, has been heavily marketing new episodes of former Fox comedy The Mindy Project, while also pushing its buzzy new half-hour Difficult People. And not to be outdone, Netflix’s fourth-quarter plans include another Marvel series (Jessica Jones), the likely watercooler comedy Master of None (from Aziz Ansari), the Mr. Show reunion With Bob and David, and at least two theatrical movies (the Oscar contender Beasts of No Nation and the Adam Sandler–led The Ridiculous Six).

While networks still get a surge of viewership right at the start of the new season, it’s becoming increasingly hard to ignore anecdotal evidence that viewers bored by broadcast are deciding instead to either check out online originals — or binge network and cable shows from a few years ago they missed when they aired the first time. (It’s not really too much of a stretch to imagine a viewer checking out the first episode of, say, Fox’s wan Rosewood, rejecting it, and then choosing to binge every season ofBreaking Bad or The Good Wife.) Plus, as audiences grow more accustomed to the non-linear model, they’re getting trained to understand there’s no reason to watch a show on a network’s schedule. Unless something breaks out big, and quickly — such as Empire or How to Get Away With Murder — many potential viewers might check out a new series premiere and then just decide to catch the rest of the run when it ends up on a streaming service a few months later. Or some tech-savvy consumers may also realize that the launch of an ad-free tier of Hulu means a major swath of broadcast network shows will now be available to watch, minus ads, just hours after running on TV.  


This fall’s failures could be spectacular.

Networks take risks every year, both in the kinds of shows they produce and how they schedule them. This season, however, features an unusually large number of gambles that, if they don’t pay off, will end up being particularly painful (and even embarrassing) for the networks. ABC, for example, rushed a new version of The Muppets on the air, going from pilot green-light to premiere in barely six months. Alphabet chief Paul Lee was apparently convinced not only that Americans wanted a new series about their beloved felt friends, but that they wanted it as soon as humanly possible. It’s a given the new Muppets will open big, given their brand recognition and online buzz about the show. But early reviews are decidedly mixed, and once people check out how Kermit et al. have been modernized, it’s hardly a given the show will keep its big premiere audience. If four months from now we’re talking about the underwhelming ratings for The Muppets, ABC will have done damage to a moderately important Disney-owned brand, while Lee will have to explain why he didn’t give producers more time to get the show right. Nobody will notice if Dr. Ken goes kerplat on Fridays, but a Muppetmisfire? That would sting. (Of course, if it’s a hit, ABC will have cemented its status as TV’s dominant broadcast network for comedies.)

Over at NBC, boss Robert Greenblatt placed an enormous bet on Neil Patrick Harris and his stunt/game show Best Time Ever. Other networks were very much interested in the combination of NPH and the show (which is based on the British staple Saturday Night Takeaway), and in order to win the package, Greenblatt agreed to pay at least $3 million per episode, according to two sources familiar with the negotiations. That’s more money than most first-year comedies and many dramas, and much more expensive than the standard hour of unscripted fare. What’s more, NBC’s only real source of revenue for the show is through advertising, which means ratings will have to be pretty big for it to make money in season one. Only one episode has aired so far, and while the ratings weren’t awful, Best Time didn’t particularly soar, either. If the show fails to make it to season two, Greenblatt will take flak internally for spending so much on a form of TV — the variety show — that hasn’t worked in prime time for decades. 

A few other rolls of the dice could also cause significant angst for their respective networks. Fox has spent months touting Ryan Murphy’sScream Queens, betting a PG-13 version of American Horror Story with even more humor can work on a broadcast network. It’s the first big show to be developed completely under the auspices of new Fox chiefs Dana Walden and Gary Newman, and a flop would be massively disappointing. CBS, meanwhile, is trying to break out of the procedural mold with superhero drama Supergirl, and at the same time, it’s trying to get into the sophisticated single-camera comedy business with Life in Pieces andAngel From Hell. There’ll be no shame if these efforts to color outside the lines — and grab younger viewers — go splat. But the network will probably have to endure another round of “CBS Is the Old Folks’ Network” if they do.

Finally, over at Comedy Central, the network’s signature late-night franchise, The Daily Show, is changing hosts just as a presidential election cycle starts to heat up. Ratings will likely (and perhaps unavoidably) take a hit in the post–Jon Stewart era, but the bigger test for new anchor Trevor Noah will be whether he can generate positive buzz and online chatter for the show. If he can’t, Comedy Central’s failure to hold on to logical Stewart successors such as Stephen Colbert, John Oliver, and Samantha Bee will be all the more glaring. 

No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

Televisa USA adapting Spanish drama Gran Hotel

Televisa USA adapting Spanish drama Gran Hotel | (Media & Trend) | Scoop.it

Televisa USA is seeking to harness the production might and connections of its parent group in Latin America as part of a new initiative from Chris Philip, head of production and distribution.

Its version of Gran Hotel will be based in pre-Fidel Castro Havana, Cuba. It will be shot at producer Lantica Media’s Pinewood Studios in the Dominican Republic.


Televisa said it will co-develop and finance multiple projects with Lantica.


Germany’s Beta Film sells Gran Hotel, but the format deal with Televisa was brokered by scripted format sales company Pomodoro Stories.


The Televisa USA series will follow Julio, a young man searching for his missing sister in 1950s Cuba. His journey takes him to the luxurious Gran Hotel, the centre of the action in the drama series.

Philip, the former Engine Entertainment chief (pictured), said: “Setting Gran Hotel in a sexy, sinful atmosphere offers up a rich fusion of glamour and intrigue deeply rooted in an exceptional murder mystery format with a proven global footprint.”


“Since the introduction of the film law and its incentives, the Dominican Republic has seen substantial growth in both film and television production,” said Antonio Gennari, CEO of Lantica. “The country offers mesmerising scenery and world-class production capabilities.”


The original series (pictured) was produced by Spanish prodco Bambu Producciones for free-to-air net Antena 3. Beta has sealed deals for a local version in Italy, for pubcaster Rai, and sold the finished version around the world.


Beta Film’s senior VP, Christian Gockel, said: “Gran Hotel is one of Beta’s biggest sales hits and franchises of recent years. We at Beta Film are proud and thrilled to seeGran Hotel on its way to becoming an evergreen, opening its doors in Cuba’s amazing 1950s.”

No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel

Une nouvelle bulle pour les droits TV ?

Une nouvelle bulle pour les droits TV ? | (Media & Trend) | Scoop.it

Ce qui a fait la force de Canal + serait-il devenu son talon d'Achille ? L'alliance entre le cinéma et le spectacle sportif, proposés sur une même chaîne, était, dans les années 1980, un mariage gagnant. En caricaturant à outrance, Madame était comblée par la diffusion de films de cinéma nombreux et récents tandis que Monsieur trouvait son bonheur en regardant les matchs de foot. Les innovations technologiques et l'élargissement corrélatif de l'offre de "spectacles sur écrans" (télé, ordinateur, tablette, smartphone) ont changé la donne. Le consommateur de "spectacles sur écrans" butine désormais entre la télévision traditionnelle gratuite ou payante, le paiement à la "séance", les téléchargements plus ou moins légaux et lestreaming, cet étrange système de piratage de contenus -un peu légal mais tout de même illégal- entraîné dans le tourbillon d'un duel permanent entre chats (les détenteurs officiels des droits de diffusion) et souris (les sites plus ou moins exotiques qui relaient "à la hussarde" la diffusion des rencontres sportives). Sous réserve que les diffuseurs réussissent à combattre efficacement la menace mortelle que les sites de streaming font peser sur leur activité, on devine aisément que le modèle gagnant des années 2010-2020 est la télévision payante mono-thématique, et principalement sportive (à l’image de BeInSports).


Le spectacle sportif, dernier contenu bankable pour les chaînes de télévision.


En effet, le spectacle sportif demeure le principal "contenu" dont le consommateur semble prêt à acquitter "à l'aveugle" -c'est à dire au préalable et sans garantie de qualité- le "droit de le visionner". A l’inverse, les films de cinéma, même s'ils demeurent consommés avec boulimie par une poignée de cinéphiles, sont des contenus désormais fragiles aux yeux des diffuseurs : les jeunes (gros consommateurs de films) téléchargent beaucoup mais essentiellement de manière illégale, tandis qu’une "sortie au cinéma" reste plus attractive pour ceux dont le pouvoir d'achat leur permettrait de télécharger légalement les films. Il ne reste donc, pour alimenter les télévisions payantes, que le sport et les séries. Or les séries sont-elles aussi victimes de la piraterie moderne qu’est le téléchargement frauduleux. C’est pourquoi les "chaînes" se sont engagées dans une nouvelle surenchère pour acquérir les droits de diffusion des spectacles sportifs (que nous continuerons à dénommer, par commodité, droits TV, même si leur diffusion se fait sur de multiples supports). C’est en tous cas ce que semble confirmer l’étude du cabinet Deloitte "Technology, Media & Telecommunications Predictions 2014". La valeur des droits de retransmission des spectacles sportifs "premium", dans le monde, aurait ainsi augmenté de 14 % entre 2013 et 2014 pour atteindre 24,2 milliards de dollars, alors que la croissance moyenne de ces droits n’était "que de" 5 % l’an entre 2009 et 2013 [Par spectacles sportifs "premium", il faut entendre ligues principales de football (soccer) à travers le monde, 4 ligues majeures nord-américaines (NFL, MLB, NBA, NHL), Formule 1, NASCAR et ligue indienne de Cricket ; ne sont pas incluses dans cette comptabilité les compétitions non annuelles : Coupe du Monde de football, Jeux Olympiques et Euro de football].


En France, 4 titans dans l'arène


En France, la bataille fait également rage. Deux nouveaux acteurs viennent concurrencer Canal + (9,5 millions d’abonnés, chiffre en baisse) et BeInSports (2,5 millions d’abonnés, chiffre en hausse). Il s’agit d’une part d’Altice (Ma Chaîne Sports) qui, en plus d’avoir acquis les droits TV du basket français pour 10 millions d’euros par an (nous le mentionnions dans le précédent post de ce blog), vient d’acquérir les droits de diffusion des compétitions de gymnastique pour les 10 prochaines années. Il s’agit d’autre part de Discovery (Eurosport) à qui le Comité International Olympique (CIO) a attribué les droits de diffusion (TV et autres plateformes) des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2018 à 2024 pour le continent européen (pour un montant estimé à 1,3 milliards d’euros) ; et ce dernier ne cache pas son appétit pour le rugby à XV et pour la Formule 1 !


Des diffuseurs vont boire le bouillon


Cette nouvelle surenchère pour les droits de diffusion des spectacles sportifs est sans doute une bonne nouvelle pour quelques ligues et fédérations. Certains sports, vivotant jusqu’à présent dans une forme de nuit médiatique, pourraient temporairement obtenir une manne financière miraculeuse. Les footballeurs, quant à eux, peuvent encore compter sur une progression de leurs considérables salaires. Mais cette nouvelle explosion des droits de diffusion a toutes les apparences d’une nouvelle bulle. Comme le note le cabinet Deloitte, la hausse des droits de retransmission en 2014 « devrait probablement dépasser les hausses de recettes prévues pour les chaînes de télévision payante ». En d’autres termes, certains diffuseurs vont « boire le bouillon » dans les prochaines années. Il faudra donc du discernement aux diffuseurs pour ne pas acheter "n’importe quoi" à des tarifs prohibitifs. Quelques acquisitions récentes suscitent déjà quelques interrogations...

No comment yet.