(Media & Trend)
68.4K views | +4 today
Follow
 
Scooped by Virginie Colnel
onto (Media & Trend)
Scoop.it!

Trace TV séduit les fonds d'investissement

NextStage, dirigé par Grégoire Sentilhes, participe à une augmentation de capital de 5 millions de la chaîne de télévision R'n'B'.
more...
No comment yet.
(Media & Trend)
Media, audiovisuel, TV, création, réseaux sociaux, ciné, Actu, chiffres, événements, analyses. Retrouvez les news sur la page Up2date Media sur Facebook : https://www.facebook.com/up2datemedia/
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Facebook wants to unveil its big attack on TV next month — here's what we know

Facebook wants to unveil its big attack on TV next month — here's what we know | (Media & Trend) | Scoop.it

Facebook has kicked its push for TV-like shows into high gear and is aiming to premiere its slate of programming in mid-June, multiple people familiar with the plans told Business Insider.


Facebook plans to have about two dozen shows for this initial push and has greenlit multiple shows for production, according to people familiar with the discussions. They said the social network had been looking for shows in two distinct tiers: a marquee tier for a few longer, big-budget shows that would feel at home on TV, and a lower tier for shorter, less expensive shows of about five to 10 minutes that would refresh every 24 hours.


The new video initiative means Facebook would play a much more hands-on role in controlling the content that appears on its social network — and it comes as companies like Amazon, YouTube, and Snap are locked in an arms race to secure premium video programming.


Facebook sees high-quality, scripted video as an important feature to retain users, particularly a younger demographic that is increasingly flocking to rival Snapchat, as well as a means to rake in brand advertising dollars traditionally reserved for traditional TV.


Whether Facebook's users will embrace such programming is unclear. The short video clips that autoplay in Facebook's News Feed have been a success for most publishers, but there's no guarantee that consumers will begin to think of Facebook as a destination for watching longer-form shows.


Facebook declined to comment for this story.


VR dating and A-list celebs


The effort to snag exclusive shows is being led by CollegeHumor cofounder Ricky Van Veen, whom Facebook hired in December to be its global creative strategy chief.


His small team has been meeting with production companies and hearing pitches for episodic shows five to 30 minutes long that would live in a revamped version of Facebook's video tab.


Multiple people mentioned Netflix's "House of Cards" as a representation of the caliber of shows that have been pitched to Facebook for its higher tier, while another cited "Scandal" as an example. As for the lower tier, Facebook is looking for production budgets that fall somewhere between TV and digital shows, similar to the shows on Verizon's go90 service, one person said.


One show Facebook has greenlit is a virtual-reality dating show from Conde Nast Entertainment in which people go on first dates in VR before they meet in real life, according to one person who asked not to be named because the discussions are private. At Conde Nast's NewFront presentation on Tuesday, the company confirmed that it had a new video project with Facebook, but didn't give details.


Facebook has tapped A-list celebrities to star in some of the shows, according to multiple people briefed on the plans. One agency has already attached an A-list Hollywood star to a show, according to a person familiar with the talks.


While Facebook is interested in a range of content, one genre it's intensely targeting is teen-centric shows.


"They are obsessed with Snapchat," one person said. Another said Facebook was targeting younger users "to expand the audience demo."


Snap has been actively pursuing show deals with many of the same companies as Facebook for its app's Discover section.


"They are definitely in a race right now," a third person said.


Another area Facebook is looking closely at is sports, and the company has reportedly talked with MLB.


"Sports is probably something that we'll want to try at some point," Facebook CEO Mark Zuckerberg said on a recent earnings call.


One person said the mid-June launch premiere date could be pushed back. Another said Facebook initially planned to unveil its shows around its developer conference in mid-April but decided to debut in time for the Cannes Lions advertising festival, which starts June 17.


The ad play


The new video strategy pits Facebook directly against YouTube, which on Thursday announced it would fund a slate of original shows starring big names like Ellen DeGeneres, Kevin Hart, and Katy Perry. The new shows will be supported by ads and available for anyone to watch, instead of living in YouTube's $10-a-month subscription service.


"Five years ago, 85% of all original series were ad-supported," Robert Kyncl, YouTube's business chief, said at an event on Thursday of the company's strategy. "This year, that number has fallen to just over two-thirds. And with significantly more content coming to subscription services, that shift is accelerating. So we see these shows as a way for us to partner with [advertisers] to buck this trend."


Facebook's thinking seems in line with YouTube's, as Facebook's primary means of monetizing its original shows will be through ads in the middle of the video, known as mid-roll ads, multiple people said. The social network has been testing the ads for months with a handful of publishers in live and recorded videos but hasn't made the format widely available.


In discussions with partners, Facebook executives have repeatedly said they eventually want to move toward a revenue-sharing model for scripted shows through mid-roll ads. To start, Facebook is purchasing the rights to some shows upfront with plans to recoup its costs through mid-roll ads later.


Living-room screens


A concern among partners is that Facebook executives have yet to explain why people would seek out longer shows in the Facebook app's video tab.


"Facebook hasn't figured it out," one partner said, whole another called it "a needle they have to thread." facebook apple tv appFacebook's Apple TV app.Business Insider


Facebook released a standalone video app for the Apple TV and other set-top boxes in March that could presumably also be used to feature its original shows, the people said.


"The goal is going to be creating some anchor content initially that helps people learn that going to the video tab — that that's a great destination where they can explore and come to Facebook with the intent to watch the videos that they want," Zuckerberg said during Facebook's last earnings call with investors. "And then the long-term goal is actually not to be paying for specific content like that, but doing a revenue share model once the whole economy around video on Facebook is built up."

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Netflix va faire ses premiers pas en Chine

Netflix va faire ses premiers pas en Chine | (Media & Trend) | Scoop.it

Le service américain de vidéo à la demande sur abonnement a signé un accord de licence avec le spécialiste chinois de la vidéo en ligne iQiyi.com pour diffuser ses contenus originaux. 


Malgré une rapide expansion hors des Etats-Unis , il y avait un marché que Netflix convoitait et qu'il n'avait pu conquérir jusqu'à présent : la Chine. La faute au cadre réglementaire très strict en matière de stockage de données et à la censure régulière des contenus étrangers, qui bloque aussi son rival Amazon. 


L'an dernier, le directeur général de Netflix, Reed Hastings, avait déclaré que les perspectives de développement d'un service en diffusion directe en Chine étaient minces et que le groupe n'avait que peu progressé vers l'obtention des autorisations gouvernementales nécessaires. Mais le service de vidéo à la demande sur abonnement a trouvé un moyen de parvenir à ses fins. 


Netflix a annoncé ce mardi avoir signé un accord de licence avec le spécialiste chinois de la vidéo en ligne iQiyi.com qui lui permettra de diffuser ses contenus originaux dans le pays le plus peuplé au monde. La plate-forme n'a pas révélé les détails financiers de cet accord ni indiqué quels contenus seraient disponibles en Chine et à partir de quand exactement. 


500 millions de spectateurs mensuels pour iQiyi 


iQiyi.com, l'un des principaux services de diffusion en ligne chinois avec près de 500 millions de spectateurs mensuels, est adossé au moteur de recherche Baidu. Il a levé récemment 1,5 milliard de dollars pour mettre en place un service d'abonnement similaire à celui de Netflix (le site était au départ financé par la publicité). iQiyi a en face de lui d'autres plates-formes d'envergure comme Tencent Video et Youku Tudou, qui appartient au géant de l'e-commerce Alibaba. 


Netflix avait déjà signé un accord local avec le service Sohu pour la diffusion de sa série phare "House of Cards", devenue un phénomène viral. Mais son accord avec iQiyi devrait lui donner davantage de visibilité sur cet immense marché. Le groupe américain n'abandonne toutefois pas l'espoir de conquérir un jour la Chine avec son propre service, afin de bénéficier de revenus plus conséquents. 


"Nous adorerions établir une relation directe en Chine, la question est de savoir quand et comment, et nous essayons d'y répondre au fil du temps", a affirmé à Hollywood Reporter Robert Roy , vice-président en charge de l'acquisition de contenus.


Netflix veut lever 1 milliard d'euros


En parallèle de l'annonce de l'arrivée prochaine en Chine de ses contenus, Netflix a fait savoir par le biais d'un communiqué ce mardi, qu'il allait lever 1 milliard d'euros sous forme de dette senior pour réaliser des investissements, des acquisitions potentielles et acheter des contenus. 


La plate-forme de Reed Hastings, disponible dans 190 pays, a franchi le cap des 100 millions d'abonnés ce mois-ci . Mais la croissance ralentit. Les 10 prochains millions de nouveaux abonnés seront plus difficiles à recruter que les précédents, reconnaît le groupe. 


more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

How Planned Russian Restrictions Would Endanger Hollywood Indie Movies

How Planned Russian Restrictions Would Endanger Hollywood Indie Movies | (Media & Trend) | Scoop.it

Local distributors fear that a planned hike in exhibition license fees would close the market for U.S. and European indie films.


The Russian government plans to dramatically raise the exhibition license fee for Hollywood and foreign film releases, a policy that could pose an existential threat for local distributors of movies by the likes of Woody Allen and the Coen brothers, industry insiders say.


Under the culture ministry's plan, details of which were unveiled in April, the exhibition license fee for each movie would go up from 3,000 rubles ($53) currently to 5 million rubles ($88,420), making most releases of independent movies a loss-making enterprise. The measure is expected to come into effect later this year, but the exact date has not been set yet.


"Certainly, if the ministry goes ahead with its plans, there will be no more independent distributors in the Russian market," Sergei Spiridonov, general director of Volga, which distributed, among others, Allen's most recent movie Cafe Society, told The Hollywood Reporter. "Some will shut down earlier, some may be able to stick around a bit longer, but the end will be imminent."


According to Spiridonov, that would mean the end of local distribution of independent Hollywood and European movies in the country.


"Our partners in the United States and Europe are worried, and we are already in contact with representatives from MPAA, IFTA, Unifrance," he concluded.


The ministry has looked to dampen industry concerns by promising that movies released on fewer than 120 screens will be exempt from the fee hikes. But industry folks say that doesn't come as any consolation for local indie distributors as most Hollywood and European indie films are released on 200 to 400 screens.


Observers say the government plan could drive the local segment of indie distribution to extinction. If the exhibition license fee goes up dramatically, possible box-office revenue, which is much smaller for indie films than for Hollywood blockbusters, won't cover distributors' costs, which also include the costs of translations via subtitling or dubbing and promotional spending.


The list of last year's top indie films in Russia includes Cafe Society, which grossed $2.2 million, becoming Allen's biggest Russian box-office hit in the country, and Pedro Almodovar's Julieta ($307,000). One of the country's highest-grossing indie releases so far this year is Paul Verhoeven's Elle ($280,000).


"If this plan is adopted without any qualification, it could lead to a decline in the number or even total extinction of foreign indie releases," Alexander Semenov, publisher and editor of local trade journal Kinobusiness Today, told THR.


He added that the ministry's steps are most likely triggered by the poor box-office performance of local films, the lion's share of which fail to break even in theaters. Against that backdrop, the government is looking to put local releases, for which exhibition fees will remain at the current 3,000 rubles ($53), in a privileged position compared with foreign films.


A final decision is scheduled to be made by the culture ministry in the near future, and it doesn't have to be approved by parliament or anyone else. Currently, Russian indie distributors are discussing possible steps to persuade the ministry to make changes to its plan.


Said Semenov: "We hope that the ministry will eventually adopt a balanced regulation differentiating various categories of films."

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

HBO Europe expands originals strategy

HBO Europe expands originals strategy | (Media & Trend) | Scoop.it

HBO Europe has extended its strategy of working up local originals and is developing new drama series from Croatia and Serbia.


At last year’s Sarajevo Film Festival it unveiled plans to make originals out of the Adria region (Slovenia, Croatia, Serbia, Bosnia & Herzegovina, Macedonia and Montenegro), and has now selected its first projects: crime drama Uspjeh out of Croatia and thriller Otok from Serbia.


The European arm of the Time Warner-owned premium cabler has been pushing into original scripted with country-specific productions such as Wataha in Poland and Burning Bush (pictured) in the Czech Republic, as well as shows that have been remade for several markets such as the various versions of In Treatment.


The originals push is now expanding to the Nordics and Spain. The first two Adria originals come after a script competition that attracted 500 entries.


Marjan Alčevski’s Uspjeh is billed as a dark dissection of Croatian society. The multi-stranded character-driven follows a group of disparate people linked by a violent crime.


Serbian writer Ivan Knežević’s Otok is an investigative thriller, that HBO said explores “the challenges faced by a region that stands at the crossroads of modern Europe”.


“The First Draft Contest was launched to discover writers and stories across the Adria region and we’ve been really impressed with the quality of the submissions – so much so that we’ve selected two projects for further development rather than one as we initially planned,” said Steve Matthews, VP and executive producer, drama development, HBO Europe.


“Both Uspjeh and Otok embodied the criteria, with authentic and passionate storytelling at their heart, and we’re looking forward to working closely with talented writers Marjan Alčevski and Ivan Knežević to develop them further,” he added.


“Uspjeh and Otok stood out with the quality of the storytelling and the unique author’s voice in reflecting the region and society as a whole, and so have entirely fulfilled the contest requirements,” said Marin Kariž, country manager of HBO Adria.



--------------------



HBO Europe: Root’s cause


HBO Europe is well established as a producer in central and eastern Europe, and has now restructured to produce programmes from the Nordics and Spain as well. Original content chief Antony Root tells Jesse Whittock about the plan.


While HBO is best known for its agenda-setting US programmes such as Game of Thrones and Westworld, its European production business has been in operation since 2010. Through series such as Wataha and Burning Bush, it is now established as a name in the Polish, Czech, Hungarian and Romanian markets.


Last year, HBO Europe’s executive VP of programming and production, Antony Root, revealed to delegates at Drama Series Days in Berlin that the company would next be targeting originals out of the Nordic region. Danish Film Institute commissioner Hanne Palmquist was duly hired to oversee the push.


That news had followed a restructure that saw HBO’s Nordic chief Hervé Payan taking over as HBO Europe CEO from Linda Jensen, consolidating bases in the Netherlands, Nordics and CEE region under his control. With new management in place, HBO has also launched a subscription VOD service in Spain, and has hired former Canal+ and Movistar channels chief Miguel Salvat to create originals in the southern European territory.


Root has since handed some of his duties in CEE to Jonathan Young, with drama development chief Steve Matthews now working across the three regions under the new structure.


In Spain, the challenges for HBO include attracting subscribers in a territory notorious for its high levels of piracy. Though focused on originals, Root says, “The evidence so far, in terms of subscriptions, is it seems to be quite clear that there is a market for what we’re offering.”


The challenge with original programmes, he says, is gaining traction in a market that is “very well served in drama by its terrestrials” such as RTVE and Antena 3. Spain has also witnessed the arrival of Netflix, which is producing a pair of local shows, and has Movistar+, which is pouring massive investment into its SVOD service and has around 20 shows in various stages of development.


“I have, having worked for HBO for more than five years, huge confidence that when we talk to the top creative people in any market there is an immediate correspondence and engagement,” says Root.


Salvat, who worked with HBO for more than two decades before joining the Time Warner-owned company, has already held meetings with “some of the heaviest-hitting talent in the country”, says Root, noting there will be no immediate announcements on new shows with Palmquist’s Nordic team is next up to reveal its first series.


“If we’re talking methodology, we’re trying to take Miguel’s sixth sense about us and analytical powers of the market, coupled with some of the experiences my team and I can bring,” says Root. “Where we’ve been working in Europe, we have been trying to do a derivative of the American HBO, but with difference.”


“Tens of shows” have been pitched to HBO Nordic, says Root, and in order to debut an SVOD original in the region by 2018 as planned, a show will need to be greenlit by the second half of this year.


Projects that reflect talent’s passion are more likely to be commissioned than cookie cutter shows, as HBO Europe originals must pair well with their US counterparts. An example is Wasteland (above), an eight-part small-town mystery drama from Czech Republic that debuted last year.


“What I’m optimistic about is that a combination of rigour and instinct will give us the kinds of shows that audience know wouldn’t have been on other providers,” says Root. “That has to be my goal.”


Further plans for HBO Europe include plans for original production in the Croatia, Serbia, Bosnia and Herzegovina, Slovenia, Macedonia and Montenegro regions. HBO appealed last year for scripts from local talent, with a submission deadline of last November, and has now put a pair of titles into development. “Working out what is right for that region is complex because it is multi-lingual,” says Root.


Having received more than 500 entries, HBO has selected Marjan Alčevski’s Crotian drama Uspjeh, which is billed as “a multi-stranded character-driven drama about a group of disparate people linked by a violent crime, offering a dark dissection of today’s society”, while Serbian writer Ivan Knežević’s Otok is a “contemporary investigative thriller, exploring the challenges faced by a region that stands at the crossroads of modern Europe”.


“At HBO Europe, we aim to work with local talent and develop quality series that resonate with local audiences,” drama development chief Matthews said in a statement. “The First Draft Contest was launched to discover writers and stories across the Adria region and we’ve been really impressed with the quality of the submissions – so much so that we’ve selected two projects for further development rather than one as we initially planned.


“Both Uspjeh and Otok embodied the criteria, with authentic and passionate storytelling at their heart, and we’re looking forward to working closely with talented writers Marjan Alčevski and Ivan Knežević to develop them further.”

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Vincent Bolloré anticipe un redressement de Canal+

Vincent Bolloré anticipe un redressement de Canal+ | (Media & Trend) | Scoop.it

En 2016, le groupe a coupé dans ses coûts à hauteur de 100 millions d’euros, et compte tripler ce montant à horizon 2018.


Canal+ est sur la voie du redressement. C’est en tout cas la certitude émise par Vincent Bolloré, à l’occasion de l’assemblée générale des actionnaires, mardi 25 avril. L’homme d’affaires breton a indiqué que « les résultats remonteraient sensiblement à partir du troisième trimestre ». Pour mémoire, les chaînes de Canal+ France ont perdu 399 millions d’euros l’an passé, tandis que le parc d’abonnés a affiché fin 2016 un recul de 492 000 personnes sur un an à 5,25 millions d’abonnés. 


Pour redresser la barre, le groupe mise sur deux piliers. D’une part, Canal+ s’est lancé dans un plan conséquent d’économies, révisant depuis un an l’intégralité de ses contrats. En 2016, il a sabré dans ses coûts à hauteur de 100 millions d’euros, et compte tripler ce montant à l’horizon 2018. En parallèle, il compte aussi faire croître sa base abonnés, et a ainsi refondu son offre commerciale en octobre 2016. « Notre perspective est de la doubler », a rappelé Frank Cadoret, son directeur de la distribution. 


Un objectif qui devrait être rapidement atteint. Grâce aux partenariats conclus avec Orange et Free, qui distribuent un « package » comprenant Canal+ Panorama (constitué de certaines chaînes de l’ex-CanalSatellite) et un accès Internet, le groupe a, depuis le début l’année, réussi à porter sa base à 8,2 millions de clients. Ces abonnements, vendus par les opérateurs télécoms seulement 2 euros de plus qu’un abonnement au haut ou au très haut débit classique, rapportent au groupe de télévision entre 4 et 5 euros. 


« Marge pure »


Autrement dit, les opérateurs télécoms financent eux aussi une partie du service Canal+ offert au client final. Canal+, qui commercialisait auparavant CanalSatellite une vingtaine d’euros par mois, assure ne pas tant y perdre que cela. En effet, les opérateurs lui versent de « la marge pure », là où le groupe doit assumer de nombreux coûts (distribution, service client…) lorsqu’il commercialise Canal+ Panorama par ses propres moyens. En outre, Canal+ a gagné « plusieurs dizaines de milliers d’abonnés », grâce à Apple TV. 


Pour autant, Vivendi ne dit pas combien de nouveaux abonnés – hors Orange et Free – il a réussi à conquérir depuis la refonte de son offre en octobre 2016, et la sortie d’un premier tarif à 19,90 euros pour une chaîne premium Canal+. D’une manière générale, Frank Cadoret s’est félicité que « 95 % des clients choisissent de s’engager sur vingt-quatre mois », alors qu’ils n’y sont pas tenus. 


Enfin, à l’image d’Orange ou de SFR, Canal+ ne compte pas payer pour la diffusion du signal de TF1. La chaîne a engagé un véritable bras de fer avec les opérateurs pour obtenir une dîme au titre de sa présence sur les box et les tablettes. « Nous ne souhaitons pas payer des chaînes gratuites, qui comme leur nom l’indique sont gratuites », a dit Vincent Bolloré. TF1 devrait couper le signal sur les tablettes équipées de l’application myCanal dès le 30 avril. L’échéance sur les 2,5 millions de clients satellite intervient plus tard. 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

A quoi ressemblera le futur Netflix de France Télévisions?

A quoi ressemblera le futur Netflix de France Télévisions? | (Media & Trend) | Scoop.it

Le service public lancera en septembre un service de vidéo-à-la-demande illimitée par abonnement. Le point sur ce que l'on sait déjà de cette future offre.


Quel calendrier ?


Début mai 2017, seront refondus les services existants de vidéo-à-la-demande payante à l'unité (Pluzz VAD) et de télévision de rattrapage gratuite (Pluzz), sous un nouveau nom. En septembre 2017, sera lancé le service de vidéo-à-la-demande illimitée sur abonnement (SVoD).


Quel tarif?


Le tarif de SVoD "sera en-dessous du prix de Netflix", soit en-dessous de 7,99 euros par mois, a assuré la PDG de France Télévisions Delphine Ernotte au Figaro.


Quel contenu?


"On y verra du cinéma, des séries, des documentaires et de l'animation. Il sera fait pour toutes les fictions, à partir du moment où elles sont françaises. On pourra retrouver des fictions produites pour TF1 ou d'autres", a indiqué Delphine Ernotte.


Dans Satellifax, Laetitia Recayte, directrice du développement commercial de France Télévisions, a précisé: "Nous allons être assez différenciés par rapport à nos concurrents Netflix et Canalplay, qui vendent le plus gros volume possible. Il y a plus de 17.000 titres chez Netflix, mais ce qui est consommé est beaucoup plus réduit. On a une conviction: ne pas être la plus grosse boutique du village, donc avoir un volume moindre –autour de 6.500 titres à un instant t– mais qui tourne chaque semaine, afin que l'abonné n'ait pas l'impression de voir la même chose que la semaine ou le mois précédent. L'autre différence tient dans la programmation, qui ne se fera pas par un algorithme. Il y aura un vrai lien avec ce qui est programmé sur nos chaînes linéaires, en partant du réalisateur, des comédiens, de l'histoire, etc".


Quel objectifs?


"Nos modélisations prévoient de dégager du résultat à partir de la 4e année, avec un équilibre atteint à 300.000 abonnés", a déclaré à Satellifax Laetitia Recayte.



Quel modèle économique?


Dans le modèle traditionnel (Netflix, CanalPlay...), le service achète les droits aux producteurs, mais France Télévisions a écarté ce modèle: "Nous ne possédons pas les droits des œuvres que nous avons financées, et nous n'avons pas les moyens d'en acheter", a expliqué Delphine Ernotte.


Dans un premier temps, France Télévisions va donc proposer aux producteurs de partager les revenus des abonnements. Dans un second temps, le service public pourra proposer les programmes dont il détient les droits. En effet, aux termes d'un accord passé avec les producteurs fin 2015, il détiendra les droits pour SVoD durant les trois premières années.


Quels partenaires?


"Des discussions sont en cours notamment avec Banijay Zodiak, Cyber group, Lagardère, Makever, Media-participations, Univers Ciné, Newen, Millimages, Xilam et Tétramedia", indiquait France Télévisions en janvier. "Nous avons déjà reçu 5 accords de principe de la part des producteurs, sur la dizaine sollicités", a précisé Delphine Ernotte aux Echos, ajoutant: "Les discussions se poursuivent avec nos homologues belge, suisse et canadien. Il y a une envie commune mais un problème de droits à régler: nous n’avons pas forcément les droits pour les pays étrangers, et eux n’ont pas forcément les droits pour la France".


Laetitia Recayte a précisé: "On a très envie de part et d'autre [d'être partenaires avec l'INA et Radio France]. On discute avec l'INA, qui a son offre SVoD, avec Radio France avec qui il y a beaucoup d'affinités éditoriales".

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Le numéro deux de Radio France part chez Europe 1

Le numéro deux de Radio France part chez Europe 1 | (Media & Trend) | Scoop.it

Frédéric Schlesinger, la bras droit de Mathieu Gallet chez Radio France, en charge des programmes, est sur le départ. Il a accepté de devenir le patron de la radio généraliste du groupe Lagardère. 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Netflix Misses on Subscriber Growth During Quiet First Quarter

Netflix Misses on Subscriber Growth During Quiet First Quarter | (Media & Trend) | Scoop.it

The streamer added 5 million new members during the first quarter, just shy of its previous estimates, as it moved premieres of popular shows including 'House of Cards' to the second quarter.


Netflix added just under 5 million new subscribers during the first quarter but came short of reaching the 100 million member milestone that investors were hoping for, sending its stock down during after hours trading.


The streaming giant disclosed its quarterly earnings on Monday, revealing earnings of 40 cents per share on revenue of $2.64 billion. Wall Street was expecting earnings of 38 cents per share on $2.64 billion in revenue.


Last earnings report, Netflix estimated that it would add 5.2 million subscribers worldwide during the first three months of the year. It fell just short of that number, adding 1.42 million subscribers in the U.S. and 3.53 abroad.


The company attributed the lower subscription additions to a quarter in which it debuted fewer hit shows, including the season five premiere of House of Cards, which moved from the first quarter in previous years to the second quarter this year.


Netflix's growth, especially abroad, largely has been the result of its international push last year, when it launched simultaneously in more than 130 countries. Since then, the company has prioritized local productions in large potential markets including Brazil and several countries in Europe. One example of this strategy is Ultimate Beastmaster, a competition series with localized episodes in the U.S., Japan, South Korea, Brazil, Mexico and Germany.


But investors have been weary of Netflix's sky high growth and continue to search for signs that the company will start to see fewer subscriber gains every month as it runs out of new countries to enter.


Netflix stock closed the day up 3 percent to $147.25. It is trading down more than 3 percent after hours.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Le financement du cinéma bouleversé par les géants du Web

Le financement du cinéma bouleversé par les géants du Web | (Media & Trend) | Scoop.it

Les aspirants à l’Elysée peuvent noter la date du 31 décembre 2019 dans leurs agendas. Ce jour-là, l’accord signé en 2015 entre Canal+ et les organisations interprofessionnelles du monde du cinéma arrivera à échéance. Sa renégociation - la première depuis que le patron de la chaîne est un certain Vincent Bolloré - pourrait bien virer à l’affrontement. Il n’est pas sûr que Canal +, en difficulté commerciale, accepte de reconduire ses engagements actuels. Le premier financeur du cinéma français doit consacrer 12,5 % des revenus de son activité de télévision payante en France à «l’acquisition d’œuvres cinématographiques de long métrage européennes», dont 9,5 % «d’expression originale française».


Cette obligation, qui représente un investissement d’environ 200 millions d’euros par an pour le groupe, est l’une des clés de voûte du système de financement des films dans notre pays. Elle structure en cascade la chronologie de leur diffusion : en DVD ou en VOD quatre mois après la sortie en salles, ils arrivent sur Canal dix mois après, mais seulement au bout de vingt-deux mois sur les chaînes en clair, et de trente-six sur les services de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) comme Netlfix ou Amazon Prime Video… Un schéma historiquement gagnant pour le cinéma et Canal +, tant que ce dernier n’était pas concurrencé de tous côtés par les nouveaux venus et affaibli par le piratage.


L’échéance de 2019 se rapprochant, les producteurs de films, les distributeurs, les exploitants de salles et le Centre national du cinéma (CNC) se demandent s’il n’est pas temps de revoir de fond en comble ce système bâti sur la toute-puissance d’un grand partenaire. En creux se pose la question de plus en plus pressante de l’intégration en son sein des nouveaux acteurs du numérique. Cette question dépasse le simple cadre du cinéma et concerne toute la création audiovisuelle : chez Facebook, YouTube, Amazon et Netflix, les frontières entre le cinéma, la fiction télévisée et le documentaire s’estompent dans le grand bain du «divertissement». C’est en utilisant ce mot que le géant américain de la SVOD (93 millions d’abonnés dans 190 pays) a récemment revendiqué avoir investi 1,75 milliard de dollars (environ 1,6 milliard d’euros) dans des «productions européennes», tous genres confondus, depuis 2012.


La distribution de cet argent reste cependant à son bon vouloir : Netflix n’est pas soumis à la moindre obligation réglementaire de financement des œuvres. La vieille taxe sur les «vidéogrammes» (2 % du chiffre d’affaires) a été étendue aux services de SVOD étrangers en 2013, mais la décision n’a pas encore été validée par Bruxelles. Par ailleurs, la révision de la directive «service de médias audiovisuels» (SMA), qui s’applique à Netflix et ses congénères, est toujours en discussion au niveau européen. Présentée en mai 2016, la proposition de la Commission prévoit l’instauration d’un quota de 20 % d’œuvres européennes dans les catalogues de ces services et la possibilité pour les Etats membres de les taxer pour financer la production même s’ils sont localisés à l’étranger - comme Netflix, dont le siège européen se trouve aux Pays-Bas. Au CNC, on espère que les deux sujets aboutiront d’ici la fin de cette année. Ce qui pourrait être la première étape d’une remise à plat générale, énorme casse-tête à venir pour le futur ministre de la Culture.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

L’essor des productions françaises se confirme

L’essor des productions françaises se confirme | (Media & Trend) | Scoop.it

La fiction a été le genre le plus aidé par le CNC en 2016, avec une progression de 23,7 % du volume horaire soutenu. L’animation bénéficie du crédit d’impôt audiovisuel.


C’est un fait désormais bien établi : la fiction française est en bonne santé. A son tour, le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) vient le confirmer, à travers son Observatoire de la production audiovisuelle pour l’année 2016, présenté lundi 10 avril. 


Pour le genre de la fiction, « le succès est au rendez-vous et s’inscrit dans la durée », rappelle la présidente du CNC, Frédérique Bredin, citant des productions comme Baron Noir, Dix pour cent ou Le Bureau des légendes. En France, en 2016, 82 des 100 meilleures audiences de fiction ont été réalisées par des œuvres françaises. Ces productions parviennent aussi, pour un nombre croissant, à s’exporter. 


Sans surprise, le genre a été en 2016 le plus aidé par le CNC, avec une progression de 23,7 % du volume horaire soutenu (897 heures au total). Cette croissance est surtout portée par le format 52 minutes et les séries, alors que les productions unitaires et les 90 diminuent. Les dépenses sont localisées en France de façon croissante, grâce au crédit d’impôt audiovisuel. Le CNC s’attend à voir la barre des 1000 heures de fiction franchie en 2017, sous l’effet des deux nouveaux feuilletons quotidiens annoncés par TF1 et France Télévisions. 


Une politique plus sélective


Autre genre en développement : l’animation, avec 388 heures aidées (+ 36,1 %). Le CNC y voit l’effet de sa nouvelle politique de soutien au genre, amorcée en 2015, et qui a provoqué une concentration de projets sur 2016, entraînant une progression des aides de 68,8 % en un an. Là aussi, le crédit d’impôt audiovisuel a incité à relocaliser les productions : 81 % des dépenses ont eu lieu en France. 


Le documentaire reste le deuxième genre aidé derrière la fiction, mais le montant des aides a diminué en 2016 (– 8,1 %). C’est l’effet d’une politique plus sélective destinée à réserver les aides aux œuvres présentant un certain niveau de création originale. C’est aussi l’effet de moindres apports des diffuseurs, à l’exception des chaînes publiques. La réorientation des aides a réduit la part des sujets de société (– 194 heures), qui restent toutefois le genre dominant, devant l’histoire (13,4 % des heures produites). En 2017, les documentaires dits « fragiles » pourront être aidés jusqu’à 80 % d’argent public. 


Autre genre en repli, l’adaptation visuelle de spectacle vivant (– 7 %), avec une baisse du nombre d’heures produites notamment par les chaînes locales et les plates-formes en ligne. 


Du côté des nouveaux médias, auxquels un peu moins de 3 millions d’euros ont été accordés, le CNC observe « une forte croissance de la production des séries digitales et des œuvres en réalité virtuelle ».


Le secteur de la production reste dense, avec 743 producteurs aidés en 2016, dont 42,3 % collaborant à la production de moins de deux heures. C’est dans le documentaire qu’ils sont le plus nombreux, avec 418 producteurs aidés. Toutefois, le CNC identifie une tendance à la concentration, attestée par le développement de la production interne des chaînes et le rachat de producteurs (Newen, Banijay-Zodiak) par des diffuseurs (TF1, Vivendi). 


« Soutenir des jeunes créateurs »


Malgré un léger recul du nombre total d’heures aidées en 2016, à 4 864 heures (– 1,6 %), le montant des aides accordées par le CNC a été le plus élevé de son histoire, à 275,4 millions d’euros (+ 14,2 %). Du côté des diffuseurs, les chaînes historiques ont accompagné cet essor, avec une progression de 20,1 % de leurs apports (716,9 millions d’euros). 


Mais les chaînes de la TNT, plus jeunes et bénéficiant d’obligations moins contraignantes, n’ont augmenté leurs apports que de 5,1 % (à 34,1 millions d’euros). Peu élevé, ce montant contraste avec la part d’audience acquise par ces chaînes (29,3 % en 2016 selon Médiamétrie). « Il serait important que ces chaînes financent davantage la création », énonce Mme Bredin, appelant à demi-mot à une évolution législative en ce sens. 


Autre évolution législative, cette fois déjà engagée : la taxe sur les revenus publicitaires des sites mettant à disposition des vidéos gratuites ou payantes sur Internet, dite « taxe YouTube », adoptée par le Parlement en décembre 2016. Celle-ci viendra alimenter un fonds « destiné à soutenir des jeunes créateurs ». Au-delà, la perspective la plus probante pour la production française reste l’exportation, qualifiée par le CNC de « seul financement avec un vrai potentiel de croissance ». 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

« Le Parisien » relance « La Parisienne »

« Le Parisien » relance « La Parisienne » | (Media & Trend) | Scoop.it

Le mensuel féminin met l’accent sur le mobile, les réseaux sociaux et le « native advertising ». Il veut doubler ses revenus à deux millions d’euros. 


« Le Parisien - Aujourd'hui en France », journal frère des « Echos » (ils appartiennent tous les deux à LVMH), relance ce mois-ci son féminin « La Parisienne », distribué un vendredi par mois avec le journal dans toute la France, et choisit pour la version numérique de ce titre de mettre l'accent sur le mobile, les réseau sociaux et le « native advertising ». L'objectif est d'être « la première marque de presse féminine sur mobile d'ici la fin de l'année prochaine », dit Sophie Gourmelen, DG du « Parisien ». Et de rapidement doubler les revenus de la publication, à 2 millions d'euros, et d'être à l'équilibre fin 2018. 


Le titre surfe sur l'image de la Parisienne, « curieuse, généreuse, connectée, audacieuse ». La ligne éditoriale tourne autour de la beauté, des rencontres de talents et des bons plans. En ligne, l'idée est d'adapter les contenus aux moments de la journée. Sur la version papier, « qui reste le flagship », le magazine sera conçu autour d'un thème « selon les moods de l'année » : audace pour avril, séduction pour mai, énergie pour juin... 


Le modèle Refinery29


En ligne, le modèle est proche du jeune média américain Refinery29, explique Corinne Mrejen, présidente de la régie Team Media des Echos et du Parisien. « La Parisienne » veut ainsi aller chercher les lecteurs _principalement des lectrices_ là où ils sont : sa direction s'attend à ce que plus de 50 % de ses contenus soient consultés depuis les réseaux sociaux Facebook, Instagram, etc. et bientôt Twitter. « L'ambition est de rassembler une communauté de 500.000 fans Facebook et 10.000 sur Instagram d'ici la fin de l'année, » précise le groupe dans son communiqué. 


Ensuite, la part belle est faite aux contenus fabriqués avec les marques s'insérant dans le fil des posts journalistiques « tout en étant clairement référencés comme publi-rédactionnels » dit le groupe. La Parisienne sera sur Instant Articles tout comme Le Parisien et elle fournira une partie des 75 vidéos par mois faites par le groupe pour Facebook Live. 


Pas d'application


Le choix a été fait de ne pas ouvrir une application mais un site mobile La Parisienne, lui même déroulant des contenus à la façon des réseaux sociaux. Le but est de faciliter les renvois de ces derniers vers le site ou inversement. 


« Nous visons un tiers de nos revenus en publicité classique, un tiers en native advertising et un tiers en événementiel, » précise Corinne Mrejen. « La Parisienne » va organiser par exemple des lancements de produits en boutiques. 


Pour relancer son mensuel féminin, le groupe a fait appel à un collectif de 12 personnes, dont Lisa Delille, la co-fondatrice de « Paulette », un magazine participatif lancé en 2009, pour la partie éditoriale, et Cécilia Gabizon, « pour l'innovation digitale ». Au total avec la campagne de pub, ce lancement coûtera 5 millions d'euros. 


more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Comment Matthieu Pigasse construit son groupe de médias

Comment Matthieu Pigasse construit son groupe de médias | (Media & Trend) | Scoop.it

LNEI, le holding qui coiffe ses intérêts dans les médias, multiplie les acquisitions et les projets. Ils devraient être réunis dans un même immeuble à l’automne. Le patron de Lazard explique aux « Echos » pourquoi il croit aux contenus, notamment européens. 


On pourrait avoir l'impression que Matthieu Pigasse place son argent de banquier à succès dans des médias prestigieux ou branchés, mais éparpillés. Ce n'est pas comme ça que celui qui est aussi le patron monde des fusions acquisitions et DG France de Lazard veut aujourd'hui présenter les choses. Si on l'en croit, Les Nouvelles Editions Indépendantes (LNEI), son groupe, se construit selon une vraie logique. 


« Nous sommes un groupe reposant sur trois piliers, l'information _ avec Le Monde, L'Obs, le Huffington Post, Télérama etc. _, la production audiovisuelle avec Mediawan qui vient de racheter AB Groupe, et enfin la culture autour des Inrocks et Radio Nova et Cheek, explique-t-il aux « Echos ». Nous pensons que la valeur des contenus, notamment européens et ce même dans l'info, explose grâce au Web, et singulièrement celle des contenus indépendants et culturels dans un monde en perte de repères . Nous voulons devenir un leader européen de contenus premium ». 


Et de souligner que « dans le groupe Le Monde, LNEI est co-gérant de la commandite, et que, dans Mediawan, il exerce un contrôle opérationnel ». Certes à côté d'autres actionnaires puissants et dans un cadre très réglementé lorsqu'il s'agit des titres de presse. Mais LNEI peut orienter le destin de ces actifs et faire jouer les synergies de groupe, estime Matthieu Pigasse. 


Sur chacun de ces piliers, LNEI se montre actif. Dans l'info, le groupe veut continuer à se développer, notamment dans la télévision. « Nous ne savons pas encore quelle forme cela prendra mais il nous faudra sans doute une chaîne, ce serait pertinent pour Le Monde », dit Matthieu Pigasse.


Dans l'audiovisuel, Mediawan veut continuer à faire des acquisitions et « créer un big bang dans la production en Europe » à partir de son acquisition de AB. 


Dans la culture, enfin, LNEI multiplie les acquisitions et les projets. Après avoir repris Nova en 2015 et le site d'actu féminin Cheek Magazine en février, il vient de reprendre Rock en Seine, qui va servir de tête de pont à LNEI Live dans les concerts. Il est aussi rentré au capital de l'enseigne culturelle Rough Trade. Il vient enfin de lancer HomeRun, un label musical. « Nous ferons de l'édition, de la production, mais aussi du management d'artistes, explique Matthieu Pigasse. Nous voulons aussi acheter du catalogue. » Ce label sera dirigé par Jean-Baptiste Allera, un ancien de EMI Music. 


Un nouveau label de musique


Une chaîne de télé Nova est également prévue pour la rentrée, qui pourrait reprendre la matinale d'Edouard Baer sur la radio. « Nous allons lancer Nova TV sur le modèle économique des chaînes AB, avec qui nous travaillons, et ce sera une chaîne musicale et culturelle », dit Matthieu Pigasse. Nova produit déjà, avec une équipe de 5 personnes, des documentaires pour les plus grandes chaînes françaises. 


Le rapprochement avec Vice France, annoncé en mars 2016, prend en revanche plus de temps que prévu. Selon nos informations, les équipes de la filiale française du média américain et celles des titres de LNEI en France n'auraient pas très envie de travailler ensemble. « Nous discutons toujours de notre entrée au capital de Vice France dans la joie et la bonne humeur », dit de son côté Matthieu Pigasse. 


Les acquisitions devraient en tout cas se poursuivre. « LNEI est financée par moi-même et avec le levier de la dette, explique son fondateur. WPP a également souscrit à une obligation convertible en actions (pas avant 5 ans) de plusieurs dizaines de millions. Nous avons encore de la force de frappe, d'autant que LNEI génère du cash. » 


Le pôle culturel de LNEI va normalement être réuni dans un seul bâtiment à la rentrée. LNEI est doté d'une équipe de 8 personnes dans les fonctions centrales, dont une ancienne de Chanel, Camille Hutin, pour le business développement, et un ancien de Grant Thornton à la direction financière, Mathieu Levieille. C'est Bernard Zekri, passé par « Actuel », Canal+ et iTélé, qu'il dirigea jusqu'à 2009, qui pilote l'ensemble en tant que DG. 


L'idée est de réunir des médias prescripteurs à identité forte et de mutualiser certaines tâches dans un contexte économique délicat pour les médias. « Pour nos activités culturelles (le troisième pilier du groupe, NDLR), il nous faut nous développer sur le brand content, la publicité classique et les partenariats ainsi que sur l'événementiel : dans tous ces domaines nous pouvons faire fonctionner des synergies de groupe », dit Matthieu Pigasse. En revanche, il n'est pas encore question de créer une agence média, comme l'a fait Vice pour les médias branchés. « Il faut procéder pas à pas, » souligne Matthieu Pigasse. 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Guillaume Lacroix (Brut) : "Nous lancerons la version américaine de Brut dans deux ou trois semaines"

Guillaume Lacroix (Brut) : "Nous lancerons la version américaine de Brut dans deux ou trois semaines" | (Media & Trend) | Scoop.it

Le média 100% vidéo et 100% millennials va lever plusieurs millions d'euros pour financer ses nouveaux projets, dont Brut Sport et une version américaine.


Guillaume Lacroix, cofondateur de Brut, média en ligne qui mêle vidéos en direct et décryptages sur un ton décalé, était l'invité de #Media. Six mois après le lancement, Brut, présent uniquement sur les réseaux sociaux, séduit tout particulièrement un public jeune, les fameux millennials. 70 % des fans de la page Facebook ont moins de 35 ans.


Les 5 à 7 vidéos postées chaque jour ont permis au média d'atteindre les 43 millions de vues au cours du mois de mars. "Lorsque nous produisons une vidéo, nous voulons que cette dernière crée de l'engagement auprès de la communauté de fans. Brut est d'ailleurs la page avec le plus fort taux d'engagement Facebook toutes catégories confondues en France."


Aujourd'hui Brut est essentiellement présent sur Facebook, explique Guillaume Lacroix, car "c'est là où se trouve l'audience." Mais le média veut pouvoir se développer sur Snapchat et Instagram dans les semaines à venir. "Nous venons de boucler une levée de fonds de plusieurs millions d'euros pour nous y aider", précise-t-il.


Côté modèle économique, le groupe a signé un accord exclusif avec la régie de France Télévision qui relaiera ses vidéos au sein de sa galaxie de sites en y intégrant du pré-roll. Brut va également privilégier la piste du "native advertising". "Nous serons rentables avec trois opérations de ce type par mois. Les premières vont faire leur apparition dans les jours à venir." Alors que Facebook va prochainement introduire des mid-rolls au sein des live en France, Guillaume Lacroix ne ferme pas la porte au format. "Pourquoi pas si l'écriture pub est bonne et que ça colle à l'usage. On essaiera, c'est sûr."


Plusieurs chantiers majeurs


Brut a aujourd'hui plusieurs chantiers majeurs dont la pérennisation de l'offre en France (équipes, nombre de vidéos postées) et le lancement de Brut Sport en français et anglais, avec une ligne éditoriale axée autours des grands événements mondiaux. "L'autre gros sujet, c'est le lancement de Brut aux Etats-Unis." La société, qui espère trouver sa place entre un Nowthis et des médias plus traditionnels, a recruté quelques journalistes anglophones qui seront basés à Paris. Ils se concentreront sur le volet montage de vidéos décalées plutôt que sur le live, marché déjà bien occupé aux US.


"Nous avons déjà amorcé des discussions avec des partenaires." Buzfeed est de ceux là. Toutes les pistes sont en tout cas explorées : partenariat capitalistique, échanges de média avec partage de recettes... "Nous allons commencer à poster du contenu dans deux ou trois semaines", annonce Guillaume Lacroix.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Le gros flop des dernières comédies françaises au cinéma

Le gros flop des dernières comédies françaises au cinéma | (Media & Trend) | Scoop.it
CULTURE - Au box-office, des comédies comme "Gangsterdam", "Boule et Bill 2" ou "Telle mère, telle fille" peinent à dépasser les quelques centaines de milliers d'entrées.
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Netflix Greenlights Second German Series, 'Dogs of Berlin'

Netflix Greenlights Second German Series, 'Dogs of Berlin' | (Media & Trend) | Scoop.it
'Pandorum' director Christian Alvart will be the showrunner on the cop series, which will premiere on the streaming giant in 2018.
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Hulu Adds NBCUniversal Bundle to Live TV Service

Hulu Adds NBCUniversal Bundle to Live TV Service | (Media & Trend) | Scoop.it

Under the deal, Hulu subscribers will have access to live and on-demand streaming from NBC, Telemundo, Bravo, E! and other cable channels.


Hulu has added new channels from NBCUniversal to its live television service as it preps the launch of the skinny bundle.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

M6 lance un studio de production pour les millennials

M6 lance un studio de production pour les millennials | (Media & Trend) | Scoop.it

Golden Network veut créer des vidéos  pour les telcos et les plateformes.


6 continue de pousser ses pions dans le numérique. Le groupe de Nicolas de Tavernost inaugure ce jeudi un studio de production à destination des millennials. Baptisé Golden Network et doté d'un budget de 5 millions d'euros par an, la nouvelle structure aura pour mission de développer des programmes pensés pour plaire à un public jeune, dont l'attention s'éparpille désormais bien au-delà de la télévision. Le sujet attise les convoitises de tous les diffuseurs. Canal + a racheté les chaînes YouTube Studio Bagel, TF1 a investi dans celle de Studio71 et s'est offert le média social MinuteBuzz, France Télévisions parie sur Brut, l'offre d'info créée par Renaud Le Van Kim qui cartonne sur Facebook et Twitter.


«Nous ambitionnons de produire plusieurs séries et fictions unitaires par an»  Adrien Labastire, directeur général de Golden Network


La stratégie visée par M6 est triple. D'une part, le groupe qui a déjà racheté le réseau de chaînes Web Golden Moustache (57 millions de vidéos vues par mois), compte booster ce qui constitue un relais d'audience en lançant de nouveaux canaux numériques à l'instar de Multiprise, une chaîne d'humour décalée. L'idée est d'accélérer la monétisation de ce bassin d'audience complémentaire à celui de la télé, auprès d'annonceurs qui ont fait des millennials une cible prioritaire. «Le brand content, autrement dit la création de contenus financés par les marques, constitue le cœur de notre activité», indique Adrien Labastire, le directeur général de Golden Network. Un partenariat avec StyleHaul, le leader mondial des vidéos mode et beauté sur Internet (qui fait partie comme M6 du groupe RTL), a été noué afin de proposer des dispositifs digitaux premium aux annonceurs.


YouTube Space bis


Second objectif, devenir un studio de production 3.0, «capable de créer rapidement et dans une économie maîtrisée des contenus à destination des chaînes de télévision gratuites et payantes, des plateformes de vidéos ainsi que des opérateurs télécoms», détaille Thomas Valentin, le vice-président du directoire en charge des antennes et des contenus du groupe M6. «Nous ambitionnons de produire plusieurs séries et fictions unitaires par an», poursuit-il. Un documentaire a été vendu à France 4, de même qu'une émission de sketchs à la chaîne Comédie pour le Festival de Cannes. «Nous discutons avec tous les telcos et nous avons rencontré les équipes de Netflix pour des projets de séries», explique Adrien Labastire.


Enfin, investir dans un vivier de jeunes talents permet à M6 d'avoir la main sur les formats de demain tout en minimisant le risque financier, tant les coûts sur le Web sont faibles comparés à ceux de la télévision. Afin d'attirer cette nouvelle génération de créatifs, M6 leur promet des moyens supplémentaires. Installé à Paris dans le IXe arrondissement, sur une surface de 1 200 m2, Golden Network met à la disposition de ces talents des studios de tournages, des salles de réunion, des espaces pour écrire et monter leurs vidéos. «Nous créons l'équivalent d'un YouTube Space», résume Adrien Labastire. Rien n'est trop beau pour plaire aux valeurs montantes des médias.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Virgin Media expands international TV offer

Virgin Media expands international TV offer | (Media & Trend) | Scoop.it

Virgin Media has added three new countries to its Worldbox app, making a host of international TV channels from Poland, France and Russia available for both new and existing customers from today (April 25).


Its new Polish Impreza collection will offer TVP Polonia, TVN International, ITVN Extra and Kino Polska International. Customers will also be able to access Kino Polska Muzyka, TVP Info and TVN24 as basic channels.


Meanwhile, French Bouquet will offer four channels – three (France 2, France 3 and France 5) from the public broadcaster France Télévisions and Cartoon TV French. Russian Premiyera will provide viewers with Planeta HD, Bestseller, RTR Planeta and Moolt, to be followed shortly by another six channels, including THT Comedy and NTV Mir.


The three new packs join the recently launched Spanish and Portuguese packs on the Worldbox.


Commenting on the development, David Bouchier, chief digital entertainment officer at Virgin Media, said: “We’re excited to be expanding yet again our fantastic collection of international TV channels so Virgin TV customers, who may have come from outside the UK, can enjoy their familiar TV from around the world. Our most recent expansion covers a number of European countries. Customers joining Virgin Media will be able to watch five great new international collections on our new V6 box, marrying the latest and smartest technology with the very best TV programmes.”

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

EclairColor, la technologie française qui peut embellir tous les films

EclairColor, la technologie française qui peut embellir tous les films | (Media & Trend) | Scoop.it

Mis au point par les laboratoires Eclair, ce traitement de l'image permet d'augmenter son contraste et d'améliorer ainsi sa qualité. Ses promoteurs rêvent de le populariser, comme jadis le Technicolor. Mais il faut aussi convaincre les exploitants de salles d'investir.


Le nom rappelle à dessein le Technicolor, le procédé utilisé au siècle dernier pour les films en couleur. Cette fois, le procédé s'appelle EclairColor. Comme son glorieux aîné, il porte aussi sur la qualité de l'image, plus précisément des couleurs. Les images sont plus contrastées, plus nettes, plus denses, plus précises et plus lumineuses, expliquent ses promoteurs, qui parlent de "relief sans la 3D".

more...
No comment yet.
Rescooped by Virginie Colnel from Le journal de la DAV
Scoop.it!

55% of Americans watch Netflix, but rival Amazon is closer than you might think

55% of Americans watch Netflix, but rival Amazon is closer than you might think | (Media & Trend) | Scoop.it

55% of Americans now use Netflix to watch shows and movies, a number that has gone up from just 25% in 2011, according to a new survey by RBC. RBC asked over 1,000 Americans whether they had used various video services in the last 12 months. Netflix was the king at 55%, with YouTube (46%) and Amazon (31%) trailing. This continues an upward trend for Netflix that's been going strong since 2011. RBC also found record-high satisfaction numbers among Netflix subscribers.


Via Alexandre Guillo
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

France Télévisions : Delphine Ernotte, une femme surexposée

France Télévisions : Delphine Ernotte, une femme surexposée | (Media & Trend) | Scoop.it

Deux ans après sa nomination controversée à la tête de France Télévisions, elle voit les courbes d’audience fléchir et les polémiques se multiplier à l’approche des scrutins du printemps. Pas de quoi abattre l’ingénieure hyperactive, qui compte bien contrer l’offensive des Netflix et autres. 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Cannes : les salles de cinéma s'inquiètent de la sélection de deux films Netflix

Cannes : les salles de cinéma s'inquiètent de la sélection de deux films Netflix | (Media & Trend) | Scoop.it

La Fédération nationale des cinémas français (FNCF) a contesté vendredi la sélection de deux films distribués par la plateforme Netflix pour la compétition du 70e Festival de Cannes, appelant à ce qu'ils puissent sortir en salles "en respectant le cadre réglementaire en vigueur".


La FNCF regrette dans un communiqué que le Festival de Cannes ait retenu "deux films acquis ou financés par Netflix, sans que le conseil d'administration (du festival), dont elle est membre, n'ait été consulté". Les salles de cinéma "contestent ce choix" fait "sans concertation".


Les cinémas veulent que ces films puissent sortir en salles


"En effet, si des films du Festival de Cannes contrevenaient à la réglementation en vigueur sur la chronologie des médias, par exemple en étant diffusés sur internet simultanément à une sortie en salles, ils seraient passibles de sanctions par le CNC ! Et qu'en sera-t-il demain, si des films du Festival de Cannes ne sortaient pas en salles, remettant ainsi en cause leur nature d'oeuvre cinématographique ?", s'interroge l'organisation.


La Fédération, qui représente les exploitants français de cinéma, "souhaite qu'une clarification rapide soit faite afin que soit confirmé que ces oeuvres pourront sortir dans les salles de cinéma en respectant le cadre réglementaire en vigueur, qui est le fondement de l'exception culturelle".


Une situation inédite, selon Thierry Frémaux


Deux films distribués par Netflix - "Okja" du réalisateur sud-coréen Bong Joon-ho et "The Meyerowitz Stories" de l'Américain Noah Baumbach - font partie de la sélection officielle au Festival de Cannes 2017, annoncée jeudi, une "situation unique et inédite", selon son délégué général Thierry Frémaux.


Les deux films seront diffusés sur Netflix en 2017, pour les abonnés de la plateforme dans les pays où le service est disponible. Une sortie en salles n'est toutefois pas exclue pour le film sud-coréen, a précisé Thierry Frémaux.


Le distributeur et patron du distributeur Le Pacte, Jean Labadie, a fustigé cette décision sur Twitter, accusant le géant américain du streaming par abonnement (SVOD) de vouloir "clairement la mort des salles".


Netflix aimerait à terme proposer ses films en même temps en salles et en ligne, mais s'est heurté à plusieurs reprises aux distributeurs.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Les femmes prennent le pouvoir avec Internet

Les femmes prennent le pouvoir avec Internet | (Media & Trend) | Scoop.it

La femme se libère et prend le pouvoir grâce à Internet et aux réseaux sociaux, mais aussi par sa part d’influence qu’elle a sur les communautés féminines du monde entier.


Internet : la nouvelle libération des femmes


Il a suffi de quelques jours pour que naissent et se propagent de véritables mouvements de contestation horizontaux et participatifs, capables de mobiliser en masse, de lancer l’alerte, d’attirer l’attention des médias, des décideurs et des marques sur des faits précis et d’aboutir à des décisions concrètes contre le sexisme sous toutes ces formes.


Dans une interview récente, la présidente de Change.org Jen Dulski rappelait que d’après les statistiques relevées à partir des pétitions lancées sur la plateforme, “les femmes lancent moins de pétitions mais en gagnent plus que les hommes (…). Elles sont plus efficaces pour trois raisons : elles savent porter des histoires convaincantes, elles savent mobiliser leurs réseaux et elles sont persévérantes”. De quoi faire réfléchir les phallocrates!


Source : http://www.huffingtonpost.fr/benjamin-des-gachons/petitions-feministes-internet_b_6122020.html


Les Iraniennes tombent le voile sur les réseaux sociaux #libertéfurtive


Des Iraniennes ont posté par centaines des photos où on les voit sans leur voile sur une page Facebook dédiée. Pourtant interdite, cette attitude a beaucoup de succès.


Source : http://www.konbini.com/fr/tendances-2/iraniennes-sans-voile-reseaux-sociaux/


Les femmes détiennent un pouvoir sur le Web, il est médiatique et économique


Ce média leur a donné des moyens d’expression libérés des contraintes. Leurs initiatives brisent les clichés.


Ce sont les femmes, davantage que les hommes, qui se rendent plus volontiers sur Facebook et sur Instagram ; et bien sûr Pinterest. Elles constituent 65 % des usagers de Snapchat, et elles tiennent une bonne place sur Twitter (45 %), et le sérieux LinkedIn. Les femmes se sont très tôt emparées du Web et sont très actives sur les réseaux sociaux.


Par Sophie Noël, directrice générale de Heaven, agence-conseil en communication et marketing en ligne. Internet : la nouvelle libération des femmes Il a suffi de quelques jours pour que naissent et se propagent de véritables mouvements de contestation horizontaux et participatifs, capables de mobiliser en masse, de lancer l’alerte, d’attirer l’attention des médias, des décideurs et des marques sur des faits précis et d’aboutir à des décisions concrètes contre le sexisme sous toutes ces formes. Dans une interview récente, la présidente de Change.org Jen Dulski rappelait que d’après les statistiques relevées à partir des pétitions lancées sur la plateforme, “les femmes lancent moins de pétitions mais en gagnent plus que les hommes (…). Elles sont plus efficaces pour trois raisons : elles savent porter des histoires convaincantes, elles savent mobiliser leurs réseaux et elles sont persévérantes”. De quoi faire réfléchir les phallocrates! Source : http://www.huffingtonpost.fr/benjamin-des-gachons/petitions-feministes-internet_b_6122020.html Les Iraniennes tombent le voile sur les réseaux sociaux #libertéfurtive Des Iraniennes ont posté par centaines des photos où on les voit sans leur voile sur une page Facebook dédiée. Pourtant interdite, cette attitude a beaucoup de succès. Source : http://www.konbini.com/fr/tendances-2/iraniennes-sans-voile-reseaux-sociaux/ Les femmes détiennent un pouvoir sur le Web, il est médiatique et économique Ce média leur a donné des moyens d’expression libérés des contraintes. Leurs initiatives brisent les clichés. Ce sont les femmes, davantage que les hommes, qui se rendent plus volontiers sur Facebook et sur Instagram ; et bien sûr Pinterest. Elles constituent 65 % des usagers de Snapchat, et elles tiennent une bonne place sur Twitter (45 %), et le sérieux LinkedIn. Les femmes se sont très tôt emparées du Web et sont très actives sur les réseaux sociaux. Le Web donne aux femmes cette liberté formidable de proposer leurs propres projets, de créer leurs propres opportunités, de s’affranchir des barrières, des clichés sexistes sans conséquences dramatiques en cas d’échec et sans avoir à rester dans le moule qu’on a prévu pour elles… Jamie


Les femmes sont devenues des actrices incontournables de l’écosystème digital. Aux USA, c’est elles qui réalisent 85 % des achats sur la Toile. La recherche d’informations, la consultation d’avis puis l’achat se font de plus en plus depuis un smartphone. Des comportements et un pouvoir d’achat qui forcent les e-commerçants à reconsidérer leur relation client sur Internet.


Certaines ont été des pionnières du Web et ont lancé de belles start-ups. A l’instar d’Anne-Sophie Pastel qui a créé Auféminin.com, et souvenez-vous de Caramail fondé par Orianne Garcia. D’autres dirigent des entreprises de taille mondiale et leaders dans les médias, le marketing et les nouvelles technologies. Marissa Mayer, informaticienne de formation, a été une cheville ouvrière de Google.


Cette liberté d’action et d’expression renouvelle l’image de la femme. Plus actives, plus entreprenantes, plus indépendantes, elles brisent les codes traditionnels véhiculés par les médias, particulièrement la publicité.


Source : https://evolutionettransformation.wordpress.com/2016/12/05/le-web-media-de-liberation-de-la-femme/


« Le numérique est-il un outil d’émancipation pour les femmes ? » « Oui, cent fois oui », répond Natacha Quester-Séméon, 33 ans, une pionnière dans l’usage des nouvelles technologies, fondatrice de Girl Power et d’i-Marginal, une société créatrice de sites Web et de contenus.


« Les femmes parlent plus et plus librement que les hommes, affirme Olivia Andrez, éditrice du site elle.fr, d’autant qu’elles peuvent, si elles le désirent, se cacher sous des pseudos.» « Dans cet univers numérique, résume Isabelle Juppé, le temps des femmes est venu. »


« La condition des femmes est dramatique en Inde : elles connaissent la violence, les mariages arrangés, les infanticides. Internet leur permet d’avoir accès à l’information, de parler, d’échanger, de découvrir qu’elles ne sont plus seules. Et même de se trouver un mari hors de la pression familiale ! Il y a énormément d’initiatives isolées : mon site leur permettra de créer des liens dans cet immense pays. » Lamia Hiridjee, créatrice de Princesse Tam Tam


Surekha Devi a créé en 1996 Bhasha Trust, une ONG qui scolarise et éduque les filles des communautés les plus défavorisées du Gujarat et de l’Imachal Pradesh en s’appuyant sur les nouvelles technologies. Pour cette ancienne professeure de chimie, l’ordinateur et Internet sont les deux outils indispensables à leur désenclavement culturel et à leur émancipation


La parole des femmes se libère sur internet


C’est aussi le lieu d’un bouillonnement intense d’idées, de mots, de paroles, d’échanges… en tout genre. Quels que soient le lieu où elles habitent, leur âge, leur milieu social, leur niveau d’études, leur environnement familial, les femmes se sont emparé de la Toile et communiquent à tout va. En priorité pour s’affranchir des contraintes du temps et de l’espace dans les pays développés. Pour accéder à la connaissance, au désenclavement culturel, s’ouvrir sur le reste du monde dans les pays émergents.


Aujourd’hui, on peut dire que oui, la lutte féministe a changé au fil des années, notamment grâce à l’essor d’Internet et des réseaux sociaux qui ont favorisé le rayonnement d’une idéologie parfois perçue comme fermée et à laquelle on ne s’identifie pas forcément, par le simple fait qu’on n’est au courant que de loin de ce que peut être le féminisme.


Casser les stéréotypes du mouvement féministe grâce aux réseaux sociaux mais aussi ceux de la femme en tant que telle.


Source : https://maze.fr/ecrans/10/2016/demystification-feminisme-grace-web/


En Tunisie par exemple, lors des révolutions arabes de 2011, les femmes se sont massivement mobilisées via les réseaux sociaux pour faire valoir leurs droits, ou pour inscrire dans le texte de la nouvelle Constitution la notion d’égalité entre les sexes. Bien sûr, Internet ne remplace pas les modes d’action « traditionnels », comme les rassemblements ou les pétitions, mais les complète, en facilitant leur organisation et en augmentant leur portée.


Internet accélère et démultiplie les prises de position : outil d’émancipation pour les femmes.


Pour accéder à la connaissance, au désenclavement culturel, s’ouvrir sur le reste du monde dans les pays émergents.


Les Indiennes s’emparent d’Internet pour lutter contre le sexisme


Dans ce pays où la moustache est reine, une lueur d’espoir semble scintiller à la portée de la jeunesse de la classe moyenne : Internet.


Les femmes indiennes partent à la conquête d’Internet pour occuper la place à laquelle elles aspirent dans la société bien que cela reste encore bien difficile.


La formation au numérique serait donc la clé de voute vers la révolution numérique des femmes.


La WWW Fondation promeut l’accès gratuit à Internet pour les femmes en installant des cybercafés dans des pays en développement. Une initiative qui a su porter ses fruits ; bien que 9 % des femmes du tiers monde ne sachent utiliser internet afin de suivre les débats politiques et de société, contre 89 % d’entre elles qui l’utilisent pour rester en contact avec leurs proches.


L’Égypte, l’Indonésie et les Philippines suivent également cette tendance de près, avec 50 % de connexions supplémentaires dans les collèges pour sensibiliser les jeunes filles et leur apporter une formation digitale.


Que peut apporter la révolution numérique aux femmes ?


« Le numérique est un formidable tremplin potentiel pour les femmes. Ces dernières rencontrent souvent un obstacle majeur dans leurs initiatives entrepreneuriales ou leur carrière: le manque de réseaux. Or, la principale vertu du numérique est justement celle d’ouvrir à qui que ce soit la possibilité de prendre la parole, de créer de l’influence, y compris à l’international. Et fonder une entreprise devient plus simple comme plus rapide grâce au numérique. » Delphine Remy-Boutang TheBureau – Source La Tribune.fr


“Le numérique est un monde où les femmes sont acceptées”, selon Caroline Vignollet – et, directrice R&D logiciels telecoms chez Gemalto, est la “Femme du numérique” 2013.


Pour Delphine Remy-Boutang, cofondatrice de la Journée de la femme digitale en France, cela ne fait pas de doute: «Par définition, nous sommes plus créatives: nous créons la vie, affirme la dirigeante de the bureau, agence de conseil stratégique en social media basée à Londres et à Paris. Nous sommes plus intuitives, plus dans l’émotion. Le visuel véhicule nos valeurs.»


La « Toile » reste à tisser pour les femmes. Internet est un facteur d’évolution non négligeable de la condition féminine et de l’économie des pays en voie de développement.


Les femmes ne représentent que 40% des internautes dans les pays en voie de développement, selon une étude américaine faite lors d’une conférence faite par Intel et ONU femmes à Washington. L’étude a été menée auprès de 2.200 femmes en Egypte, en Inde, au Mexique et en Ouganda, et se fonde également sur des données mondiales.


Cette étude publiée appelle à doubler ce nombre en trois ans. (Source AFP)


Lindsey Nefesh-Clarke met la finance participative au service de l’émancipation des femmes.


Un programme d’alphabétisation au Congo pour les victimes de viol de la guerre civile, un réseau de soutien téléphonique contre la violence domestique en Espagne, un programme de formation à l’informatique en Roumanie: autant d’initiatives locales financées par l’association. Les quelque 80 projets financés à ce jour reçoivent entre 10000 à 50000 euros renouvelables et concernent près de 25 pays répartis entre l’Afrique, l’Asie, et même l’Europe et l’Amérique du Nord. «C’est peu, mais cela suffit pour avoir un impact sur le terrain, insiste cette trentenaire passionnée et pragmatique. Les petits ruisseaux font les grandes rivières.” Source : Les Echos


Le projet SmartWoman est une plateforme innovante d’apprentissage mobile créée par l’entreprise sociale Change Corp, et destinée à promouvoir l’émancipation et l’éducation des femmes dans le monde. Avec, à ce jour, trois cents millions de femmes ne possédant pas leur propre téléphone portable, SmartWoman cherche à réduire l’écart numérique entre femmes et hommes, et à assurer aux femmes l’accès aux services que les technologies mobiles peuvent offrir, permettant ainsi l’amélioration de leur qualité de vie.


Source : Women’s worldwideweb


Louise prévoit non seulement d’élargir l’étendu géographique du projet, mais également d’atteindre de nouvelles utilisatrices potentielles; avec deux nouvelles applications Smart Girl et Smart Sister. Les deux applications seront spécialement conçues pour les adolescentes et gratuites d’accès. Smart Girl visera à dispenser une éducation holistique pour de toutes jeunes filles, alors que Smart Sister aspirera à créer un espace de conversation où les adolescentes pourront se confier et demander avis et conseils à leurs pairs.


Le projet SmartWoman démontre que l’autonomisation des femmes est grandement liée à un accès accru à l’information et au numérique.


L’essor d’Internet tend à laisser de côté les femmes, notamment dans les pays en développement (PED), alors que “leur intégration pourrait augmenter le PIB mondial de l’ordre de 13 à 18 milliards de dollars” d’ici trois ans. C’est ce qu’une étude américaine réalisée par Intel, en collaboration avec le département d’Etat américain et l’agence ONU Femmes, a révélé jeudi 10 janvier 2013. Source : Le Monde


“Nous avons sans cesse vu qu’investir pour le progrès des femmes est le moyen le plus direct et le plus efficace d’investir pour les progrès économiques et sociaux à l’échelle mondiale”, résume Mélanne Verveer, ambassadrice itinérante des Etats-Unis chargée des problèmes rencontrés par les femmes dans le monde.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Google bloque les pubs sur les chaînes YouTube ayant moins de 10.000 vues

Google bloque les pubs sur les chaînes YouTube ayant moins de 10.000 vues | (Media & Trend) | Scoop.it

« Ce nouveau seuil va nous aider à vérifier que les revenus n’aillent qu’aux créateurs qui jouent le jeu », a indiqué Ariel Bardin, responsable de la gestion produits chez YouTube. 


Google muscle sa réponse après le « pubgate » qui a frappé sa filiale YouTube. La plate-forme a fait savoir qu'elle allait bloquer les publicités sur les chaînes YouTube qui ont moins de 10.000 vues. En clair, si un créateur de contenus comptabilise 2.000 vues en moyenne sur cinq vidéos hébergées sur sa « channel », il aura la possibilité de monétiser ses vidéos. Mais en-dessous, il n'en aura pas le droit. 


En 2007, la filiale du groupe de Mountain View avait offert la possibilité à tous les Youtubers, quelle que soit leur popularité, de placer de la publicité dans leurs vidéos, avec le lancement du YouTube Partner Program. 


Cette ère est donc terminée. « Ce nouveau seuil va nous aider à vérifier que les revenus n'aillent qu'aux créateurs qui jouent le jeu », a indiqué Ariel Bardin, responsable de la gestion produits chez YouTube dans un post de blog . « Cela permet également de nous assurer que les chaînes se conforment à nos règles éthiques et publicitaires ». 


Premières mesures de Google


Les créateurs souhaitant monétiser leurs contenus auront désormais besoin d'un coup de tampon de YouTube en amont, puisque la plate-forme va soumettre les « channels », qui passent la barre des 10.000 vues cumulées, à des procédures de pré-examen. 


En début de semaine, Google a levé le voile sur un nouveau système , mâtiné d'intelligence artificielle, devant permettre de détecter, de manière plus rapide, les vidéos à caractère polémique et/ou violent mises en ligne sur YouTube. Et par là même de désactiver plus prestement les publicités qui auraient été accolées à ces contenus. 


Toutes ces mesures interviennent alors que Google a subi ces dernières semaines une levée de boucliers de la part du monde de la publicité, après qu'une enquête du « Times » a révélé que des publicités de grands annonceurs étaient accolées à ce type de vidéos. 


Une perte de revenus de 755 millions de dollars 


Derrière, de grands groupes de communication et nombreuses marques avaient retiré leurs publicités aux Etats-Unis et en Angleterre. Ce boycott pourrait coûter 755 millions de dollars en 2017 à YouTube, d'après les estimations du cabinet de conseil Nomura Instinet . 


YouTube n'a pas spécifié le volume de comptes qui allaient être concernés par sa nouvelle mesure en date. Mais selon le cabinet d'analyse Pex cité par le « Wall Street Journal » , 164,5 millions des chaînes YouTube (soit 88% du volume global de ces « channels ») abritent des vidéos totalisant moins de 10.000 vues. 


Mais ces chaînes ne représentent que 5% des 13,2 trillions de vues comptabilisées, au total, sur YouTube, d'après Pex. Un bon coup de ménage pour YouTube, donc, avec un impact sans doute relativement faible sur ses revenus. 




Les YouTubers français montent en puissance 


C'est un cap symbolique atteint par les YouTubeurs tricolores. Ils sont désormais 100 créateurs de contenus, dédiés à la plate-forme de vidéos de Google, à comptabiliser plus d'un million d'abonnés à leurs chaînes. En 2014, YouTube en recensait 14. Dans un communiqué, le groupe précise que « Deux chaînes de marques ont également dépassé le million d'abonnés : Disney et Ubisoft ». 


more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Virtual Reality Projected to Become a $7 Billion Business This Year, Hit $75 Billion by 2021

Virtual Reality Projected to Become a $7 Billion Business This Year, Hit $75 Billion by 2021 | (Media & Trend) | Scoop.it

Enterprise experiences top become major revenue driver for VR, location-based entertainment to grow as well.


Global virtual reality revenues will reach $7.17 billion by the end of this year, according to a new report by Greenlight Insights, which is also predicting that global VR revenues will total close to $75 billion by 2021.


More than 65 percent of all VR revenues will come from headset sales this year, according to Greenlight. Consumer content will make up for around 12 percent, and VR cameras will make up another 11.6 percent. Over the next five years, the revenue split will slowly shift, with enterprise — think VR for construction companies, education etc. — making up for 24.2 percent of all revenue in 2021.


Greenlight also forecast that location-based virtual reality in malls and movie theaters is going to grow into a significant part of the industry. In 2017, location-based VR will bring in $222 million worldwide; by 2021, that amount will have grown to almost $1.2 billion.


These estimates have to be taken with a grain of salt — it’s a nascent industry, after all. Adding to the uncertainty is the fact that many of the major headset manufacturers, including Oculus, HTC and Google, have yet to release any actual sales numbers for their devices.


Data shared by adult VR video company last week suggested that there may be a reason for why some of the manufacturers have yet to release any sales numbers. Samsung’s Gear VR, of which the company has sold more than 5 million units thus far, outperformed Google’s Daydream VR headset by 13X during the first three months of this year, according to Badoink.

more...
No comment yet.