(Media & Trend)
Follow
Find
38.0K views | +44 today
Scooped by Virginie Colnel
onto (Media & Trend)
Scoop.it!

La vie du héros de Bref dans une timeline Facebook

La vie du héros de Bref dans une timeline Facebook | (Media & Trend) | Scoop.it
L'idée est originale et contribue à brouiller les lignes entre la télévision et internet, voire entre la réalité et le fiction.

 

L'agence Darewin a réalisé en partenariat avec Canal Plus et le producteur My Box une nouvelle version de la page Facebook de la série Bref, qui utilise la "timeline" proposée par le réseau social pour raconter la vie du héros de la série TV. 

La vie du personnage est décrite à travers 50 souvenirs qui remontent jusqu'à la naissance du héros. La plupart sont illustrées de photographies qui reprennent le style humoristique de Bref, au risque parfois de n'être comprises que par une frange des spectateurs (Le "Bref, mon nom n'apparaît pas au générique de Club Dorothée" ne sera par exemple compris que par ceux qui se souviennent que l'émission culte des années 1990 se terminait par un générique célébrant l'anniversaire... des membres du Club Dorothée).

L'idée est amusante, et contribuera à fédérer plus encore une communauté de fans qui compte déjà 2,6 millions de membres inscrits sur Facebook. 

more...
No comment yet.
(Media & Trend)
Media, audiovisuel, TV, création, réseaux sociaux, ciné, Actu, chiffres, événements, analyses
Your new post is loading...
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

German TV giant ProSiebenSat.1 buys 20 percent of YouTube network The Collective

German TV giant ProSiebenSat.1 buys 20 percent of YouTube network The Collective | (Media & Trend) | Scoop.it
The Collective, home of the YouTube hit series Video Game High School, has a new co-owner: German media giant ProSiebenSat.1 has acquired 20 percent of the company.

Germany’s ProSiebenSat.1 has acquired a 20 percent stake in the YouTube multi-channel network Collective Digital Studio, also known under the much simpler moniker The Collective. There’s no official word on the exact numbers, but I’ve heard that it’s an eight-figure deal.

The Collective is best known as the production company of Freddy Wong’s YouTube hit series Video Game High School, and has also been working with theAnnoying Orange and Epic Meal Time. Altogether, the Collective is responsible for more than 600 YouTube channels with close to a billion views per month.

 

The deal with the German media giant was handled by Red Arrow Entertainment, a ProSiebenSat.1 subsidiary that functions as an umbrella for 15 international production companies. Oh, and in case you’re wondering: ProSiebenSat.1 has such a complicated name because it is the product of a merger of two large TV networks, ProSieben and Sat.1. And trust me, compared to other German words, it’s not even that long.

 

The announcement comes on the heels of the acquisition of Maker Studios, which got bought by Disney for $500 million earlier this week.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

What to expect from Amazon's TV streaming device

What to expect from Amazon's TV streaming device | (Media & Trend) | Scoop.it
Amazon is set to announce a TV streaming device to compete with Roku, Apple TV and Chromecast Wednesday. Here’s what we already know about the device and Amazon’s plans for it.

 

Amazon is set to announce its Roku and Apple TV competitor at a press event in New York Wednesday. The company has successfully kept a lid on the project, leaving everyone guessing about key details like the actual shape of the physical device — but there have nonetheless been enough hints to give us an idea what Amazon’s new hardware product will do, and how the company might use it to fight for a place in our living rooms.

Amazon sent out a press invite last week, promising to give journalists “an update to our video business.” The invite image featured a couch and a bowl of popcorn, making it all but clear that this was about the TV, and not Amazon’s mobile video apps. All that was really missing was a remote control.

What we know: Android and third-party apps

Here’s what we know so far about the device that Amazon is set to announce:

It’s based on Amazon Common OS, which is the forked version of Android that also powers Amazon’s Kindle Fire tablets, and that will be used for future hardware products.

It will feature Amazon’s Prime Instant video service front and center, but also include a number of third-party apps, including apps for Netflix, Hulu and other big media services. However, there likely won’t be an official YouTube app at launch.

Amazon may have used a shell company called Ailen LLC to get the necessary FCC approvals for the device. That company’s filings for a media streaming device, as well as a Bluetooth remote control, hit the FCC in March. The filings hint at a Roku-like set-top box with dual-band Wi-Fi and a USB port, using the model number CL1130.

However, there have also been reports that Amazon may sell a streaming donglethat more closely resembles Google’s Chromecast than Roku’s set-top box.

Amazon has also been developing a wireless gaming controller that could potentially be used in conjunction with the TV streamer, but it’s also possible that Amazon is developing a separate device that primarily targets gamers with a cloud-based gaming service.

Why Amazon wants to sell its own streaming device

The bigger question may not be how the device looks like, but why Amazon would want to do this at all. There are already plenty of devices competing for shelf space and HDMI ports in the living room, and quite a few of them offer access to Amazon’s content. Prime Instant videos can be viewed on connected TVs and Blu-ray players from companies like Vizio, Sony and Samsung, Roku’s streaming players and all major game consoles. So why would consumers need another box?

The answer is simple: With its own hardware, Amazon would be able to promote its services more aggressively. On a Roku, Amazon Prime Instant is one app among roughly 1,200, but on an Amazon device, the service could be front and center every time consumers turn it on. In addition, Amazon might be able to sell services like billing to TV app operators down the road, allowing them to charge consumers for programming through a credit card that Amazon already has on file.

And finally, one could of course also expect closer ties between Amazom’s e-commerce and the content it shows on screen. Amazon has already rolled out tagging within Prime content on its mobile apps, making it possible to read up on actors as they appear on screen. The same may be possible for products shown in a video, or even advertised in a third-party app.

But for now, a TV device would be all about getting people to watch more Prime Instant, the same way that the Kindle Fire is all about getting people to read and watch more Amazon content.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Comcast customers get much faster Netflix streams, thanks to peering deal

Comcast customers get much faster Netflix streams, thanks to peering deal | (Media & Trend) | Scoop.it
Netflix may have only signed the peering agreement with Comcast because it had to, but the results clearly show a better performance for Comcast subscribers.

 

The peering deal between Netflix and Comcast seems to be paying off for consumers: The average speed of Netflix streams consumed by Comcast subscribers has increased by 65 percent over the last two months, according toNetflix’s most recent ISP Speed Index. In January, Comcast customers accessed Netflix with an average bit rate of 1.51 Mbps. By March, that rate was up to 2.5 Mbps.

The average performance of Netflix streams consumed by Comcast subscribers. Data: Netflix.

This increase led to Comcast climbing the charts in Netflix’s monthly speed index, where the company is now fifth among the country’s big ISPs. Comcast still comes in behind Charter, Suddenlink, Cablevision and Cox, but is faster than Time Warner Cable, Verizon or AT&T.

Netflix entered a paid peering agreement with Comcast in February after previously resisting demands by internet providers to pay for peering. The agreement guarantees Netflix enough peering capacity to prevent slow-downs when its traffic enters Comcast’s network, but it also sets a precedent for content providers paying ISPs for their traffic.

Netflix subsequently called on the FCC to make peering a net neutrality issue and prevent ISPs from charging these kinds of peering fees, but the commissiondeclined to take up the issue. 

 
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

YouTube multichannel networks stake claim to the future of TV

YouTube multichannel networks stake claim to the future of TV | (Media & Trend) | Scoop.it
YouTube and the importance of 'fanbases' as opposed to 'audiences' came to the fore at the MIPTV conference in Cannes. By Stuart Dredge

 

There are new fanbases to be found on YouTube for digital producers and traditional TV firms alike. YouTube loomed larger than ever before at this year's MIPTV programme market and conference, dominated since it was first held in Cannes in 1965 by broadcasters and producers but which now has a heavy input from multichannel networks (MCNs), digital producers and individual YouTubers.

 

Trends included a shift in the language and key metrics of YouTube. Alex Carloss, its global head of entertainment, suggested the online video giant's power is less about audiences and more about fans. "An audience tunes in when they're told to, a fanbase chooses when and what to watch. An audience changes the channel when their show is over. A fanbase shares, it comments, it curates, it creates," he said.

Michael Stevens of science network Vsauce agreed: "You can build a really big audience on YouTube: they show up, they listen. But a fanbase is going to subscribe and watch everything you make in the future, and tell their friends about you."

 

MCNs and YouTubers haven't stopped boasting about their view counts, but there was more emphasis on subscribers, comments and shares, and average viewing time for videos: a focus on how engaged YouTube users are, particularly teens and twentysomethings. TV producers are following the migration of these "millennials" to online video. "Every year it gets harder to launch a successful show that attracts a younger demographic, so we have to find them elsewhere. Looking to digital content is crucial," said Keith Hindle, X Factor co-producer FremantleMedia's digital and branded entertainment boss.

 

This is fuelling new partnerships: Vice Media and Fremantle launched afood-focused online video channel called Munchies at MIPTV, for example, which eschews studio cook-offs and familiar TV chefs. "The reason young people are leaving TV is they don't do things like this: take chances, switch things up, and give the cameras over to 24-year-old kids. TV missed the boat on this kind of content," said Vice CEO Shane Smith.

MCN Maker Studios said at MIPTV that of its 380 million subscribers on YouTube, 80% are aged 13-34, with 40% watching on mobile devices. This demographic is creating equally youthful stars from within. "Fans, hobbyists, creators are the new publishers, and they are the new distribution," said René Rechtman, Maker's international president. That was clear from the series of "Digital Fronts" sessions at MIPTV, designed to highlight popular shows, channels and personalities from the online video world. They included British twins Finn and Jack Harries, who have 3.4 million subscribers to their travelogues channel, and a new series about riding rickshaws across India that attracted sponsorship from Skype and Sony.

Another Brit, gamer Joseph Garrett, has 2.3 million subscribers and 845m total views for his Stampy channel, where he posts daily videos shot within the Minecraft game for a fervent fanbase of children. Garrett is spinning off a second channel with Maker that will focus on education.

The Digital Fronts also showed there is no longer an obvious quality gap between the best drama, comedy and current affairs shows on YouTube, and shows on traditional TV. It seems likely that many more YouTube shows and stars will be making the leap to TV, with a number of shows already being packaged for sale to broadcasters. Vice already makes a news programme for HBO, for example, and wants to take more of its online output to TV. "Our strategy is to run these franchises online, but when we have a linear partner we'll make original content that's exclusive to the linear channel in a window," said chief creative officer Eddy Moretti.

 

MCNs and online media companies were in confident mood in Cannes, to put it mildly. "I'm not going to be the next CNN, I'm not going to be the next ESPN, I'm not going to be the next MTV. I'm going to be 10 times CNN, I'm going to be 10 times ESPN and 10 times MTV, because the number of video views are now in the billions," said Vice's Smith.

Maker's Rechtman added: "Networks like Maker are now becoming more important than the traditional cable players. According to Nielsen if you want to reach the millennials, you have to come to us, or other players like us."

 

There was optimism, too, about the potential of YouTube and rival platforms to generate business and creative opportunities for traditional TV firms. Fremantle's Hindle said that his company's channels had 7bn YouTube views in 2013, generating revenues "on the scale of a major broadcast partner around the world, purely from YouTube". With many of those views coming from clips of TV shows, it's a relatively low-risk business, although Munchies represents a bigger bet. And it's these kinds of risks that producers may be taking more of, as they eye competition from the digital firms.

 

"The production company has to risk, has to invest. The companies that will be most successful in future are the companies that will fail more now," said Marco Bassetti, CEO of Banijay Group. He was backed up byCharlie Muirhead, CEO of online video firm Rightster. "Every time there's a change in an industry, you can either sit on the sidelines and let it happen to you, or get properly engaged, and have a place in that disruption. This is a market going through a lot of disruption, and people need to get involved."

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

"Serial Tourist", nouvelle série en tournage pour France Ô

"Serial Tourist", nouvelle série en tournage pour France Ô | (Media & Trend) | Scoop.it

Durant le printemps, France Ô va tourner « Serial Tourist », une série de huit épisodes de 52 minutes écrite par Thomas Yzebe.

 

Auteur de guides de voyages ! Qui n'a pas rêvé d'être payé pour voyager ? Thomas est un touriste professionnel, un baroudeur à plein temps. Sa mission : trouver pour nous le meilleur lit et la meilleure cuisine sur les cinq continents. Pour France Ô, notre Serial Tourist se lance un nouveau défi : débarquer dans une ville inconnue et dénicher les petits coins de paradis ayant échappé au tourisme labellisé.

 

Pour emprunter ces chemins de traverse, il n'a qu'un seul credo, faire des rencontres tous azimuts et se laisser porter. Et il s'engage à tout raconter, les moments magiques comme les chocs culturels... et climatiques.

 

D'une partie de cricket à Bombay à une bande de crocodiles à Ouagadougou, ses tours et détours livrent des points de vue insolites sur huit villes et cinq continents.


Alors, suivez le guide !

Premières destinations : Bangkok, Ouagadougou, Bombay, Tanger...

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Mad Men : plus mauvais démarrage depuis 2008 pour la saison 7.

Mad Men : plus mauvais démarrage depuis 2008 pour la saison 7. | (Media & Trend) | Scoop.it
Lancée dimanche aux Etats-Unis, la 7e et dernière saison de la série Mad Men a fait son plus mauvais démarrage depuis 2008. Les téléspectateurs se sont-ils lassés? Trop de temps s'est-il écoulé depuis la diffusion de la saison précédente?

La saison 7 de Mad Men était attendue comme le messie par des centaines de milliers de fans. Campagne de promotion à l'appui, ce devait être l'événement fiction de ce début de mois d'avril aux Etats-Unis. Et puis non. Diffusé dimanche en deuxième partie de soirée (22 heures), le premier épisode n'a fédéré que 2,3 millions de téléspectateurs, ramenant la série aux heures sombres du lancement de sa saison 2, début 2008. D'autant plus décevant que la saison 6, magnifique, avait été suivie en moyenne par 3,5 d'individus, fans des aventures de Don Draper (Jon Hamm), patron brillant d'une non moins brillante agence de pub dans les années 1950.

 

Rappelons que la série, selon son créateur scénariste et producteur Matthew Weiner, «a commencé en 1960, quand New-York était le centre non seulement des Etats-Unis mais du monde», et que la septième saison est centrée sur «la montée en puissance de la Californie, devenue le centre culturel du pays à la fin des années 1960 et sur les conséquences de ce que Don Draper a fait pendant les six dernières saisons».

 

Rappelons aussi que Mad Men est une des séries les plus récompensées de ces 7 dernières années et que la production s'est adjoint, pour finir en beauté, le scénariste Robert Towne, récompensé par plusieurs Oscars (dont 1 pourChinatown, de Roman Polanski).

 

Les 14 épisodes, divisés en 2 salves de 7 titres, vont se succéder jusqu'à fin juin 2015. Nul doute que d'ici là, les téléspectateurs auront repris goût à Mad Men, malgré la coupure d'un an, trop longue, entre les deux saisons - les chaînes l'ont compris et tentent toutes d'y remédier - et la montée en puissance de maints autres séries.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Festival de Télévision de Monte-Carlo : la liste des séries nommées pour l'édition 2014

Festival de Télévision de Monte-Carlo : la liste des séries nommées pour l'édition 2014 | (Media & Trend) | Scoop.it
Laurent PUONS, Vice-Président Délégué du Festival de Télévision de Monte-Carlo, vient de dévoiler les nommés la 54ème édition du Festival de Télévision de Monte-Carlo sise à Monaco du 7 au 11 juin 2014

 

Laurent PUONS, Vice-Président Délégué du Festival de Télévision de Monte-Carlo, vient de dévoiler les nommés la 54ème édition du Festival de Télévision de Monte-Carlo sise à Monaco du 7 au 11 juin 2014

Comme vous le savez, le 11 juin prochain aura lieu la Cérémonie des Nymphes d'Or dans le cadre du 54ème Festival de Télévision de Monte-Carlo. La sélection Officielle divisée en quatre catégories: Séries TV (dramatique et comédie), Films de Télévision, Mini-Séries et Actualités (Grand Reportage, Reportage du Journal Télévisé et Programme d'Actualités 24 heures/24) vient d’être dévoilée par Laurent PUONS, Vice-Président Délégué du Festival de Télévision de Monte-Carlo, .

 

Du côté des téléfilms sont nominés :

Le Silence Des Églises avec Robin Renucci et Robinson Stévenin

Sherlock avec Benedict Cumberbatch

Blank avec Klaus Maria Brandauer et Martina Gedeck

Y Gwyll avec Richard Harrington

Pass Gut Auf Ihn Auf avec Julia Koschitz et Barbara Auer

Battlefield Tokyo

 

 Du côté des mini séries :

 
American Horror Story: Coven (meilleure actrices : Jessica Lange et Sarah Paulson)

La Source (meilleurs actrices : Flore Bonaventura et Clotilde Courau / Meilleur acteur : Christophe lambert)

Top of the Lake (meilleure actrice : Elisabeth Moss / Meilleur acteur : Peter Mullan)

The Great Train Robbery ( Meilleur acteur : Luke Evans)

L'Ingegnere (meilleur acteur : Alessio Boni)

Poslední Cyklista (meilleur acteur : Petr Stepán / Meilleur actrice : Agi Gubíková )

 

Meilleur série Comédie :

The Moodys

Les Parents

 Modern Family

Kaboul Kitchen

Mrs Browns’ Boys

Lilyhammer

Vicious

Episodes

 

Meilleur série Drames :

Crossing Lines

Rita

House of cards

Reign

Hostages

Wentworth

Downton Abbey

Bron/ The Bridge

 

 

Rappelons que le 54 éme festival de Télévision de Monte Carlo aura lieu du 7 au 11 juin 2014 à Monaco

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Chefs : une série (2x52) culinaire avec Clovis Cornillac sur France 2

Chefs : une série (2x52) culinaire avec Clovis Cornillac sur France 2 | (Media & Trend) | Scoop.it
Une « sorte de Dr House de la gastronomie française ». C'est ainsi que Clovis Cornillac a décrit son rôle dans « Chefs », la mini-série dédiée à la gastronomie qui sera lancé à la rentrée sur France 2.


Devenue spécialiste de la minisérie, France 2 lance à la rentrée « Chefs ». Une série dédiée à la gastronomie de deux épisodes de 52 minutes portée par Clovis Cornillac. « Avant d'être une fiction, c'est un projet, ce à quoi je suis de plus en plus sensible, peu importe le support, théâtre, cinéma ou télévision. Ici, l'écriture - j'ai lu les deux premiers épisodes, je me suis laissé accrocher - ; le producteur, en qui j'ai une grande confiance ; la chaîne, qui n'a rien cherché à édulcorer ; l'équipe, formidable... Tout y était », a expliqué l’acteur

Thierry Marx et David Toutain , coach de Clovis Cornillac

Clovis Cornillac interprète donc le chef d’un prestigieux établissement « sorte de Dr House de la gastronomie française » prêt à tout sacrifier pour sauver son restaurant. « Son rapport à l'autre et au monde est politiquement totalement incorrect, mais le rend diablement intéressant », a ainsi expliqué l’acteur. Un rôle qu’il a préparé avec deux grands chefs : « Un rôle comme celui-là, ça se peaufine. Rien ne peut être laissé au hasard. J'ai passé des heures dans les cuisines de mon amiThierry Marx et nous avons été aidés par David Toutain, jeune surdoué de la gastronomie française ».

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Israël, nouvel incubateur mondial des formats TV

Israël, nouvel incubateur mondial des formats TV | (Media & Trend) | Scoop.it
Les programmes « made in Tel-Aviv » continuent de séduire les diffuseurs du monde entier. A l’image de TF1 qui a acquis le quizz « Boom » lors du dernier MIP. 

Mis à l’honneur lors de la dernière édition du Marché international des programmes (MIP) qui s’est achevée le 9 avril, les programmes télé venant d’Israël continuent de susciter un fort engouement. Représenté par 18 sociétés de production et quelque 200 professionnels lors du Salon cannois, l’inventivité de ce pays, dont les nouveaux formats TV partent à la conquête du monde, rappelle celle des Pays-Bas du début des années 2000.

 

Le diffuseur national Keshet a ainsi annoncé la vente à TF1 de son nouveau quizz baptisé « Boom » (voir la vidéo et lire ci-dessous). La société israélienne à qui l’on doit la série « Hatufim » (« Prisonniers de guerre ») diffusée l’an passé sur Arte, espère rééditer le succès de son radio crochet participatif « Rising Star », acheté en France par M6 et vendu dans 25 autres pays, dont l’Indonésie.


BOOM, le nouveau jeu acheté par TF1par toutelatele_officielDes couples en vedette

Parmi les autres deals rendus publics, figure le rachat par Endemol des droits du format « Extra Mile », conçu par le studio israélien Glam, qui propose à 10 couples de divorcés de vivre ensemble à l’autre bout du monde dans une villa. FreemantleMedia France et la société parisienne Made in PM ont aussi posé des options sur le show « Runway in my closet » et la série « The Killer inside », deux formats de l’Israélien Armoza, tandis que le concept « Power Couple », un show autour de couples de célébrités créé par le champion israélien des telenovela Dori Media, a trouvé preneur au Portugal.

« Cette édition du MIP a été synonyme de carton plein pour les Israéliens, plus encore que lors du dernier Mipcom, résume Bertrand Villegas, cofondateur de l’agence genevoise The Wit, vigie internationale des contenus audiovisuels. Le spectre s’est élargi au-delà de Keshet et de “Rising Star”. On a pu découvrir d’autres producteurs originaires d’Israël qui profitent de ce buzz sans précédent pour un pays et non une entreprise ou un producteur, comme c’est souvent le cas. » Sur les 24 concepts décortiqués par The Wit, lors de sa présentation des « nouvelles tendances internationales », six étaient made in Israël.

Naturellement tourné vers l’étranger, le marché israélien, dont les créateurs travaillent avec des budgets serrés, se singularise par une quantité considérable de formats innovants. Une créativité qui a poussé plusieurs opérateurs à se positionner sur ce vivier. Le géant néerlandais Endemol a pris cet hiver une participation de 33 % au sein du diffuseur Reshet (l’un des deux grands réseaux du pays), après avoir investi dans la société Kuperman, qui produit la version locale de « Big Brother ». L’allemand ProSieben s’est emparé de la société de production July August, basée à Tel-Aviv. Et l’américain AOL a annoncé le rachat de l’émission de télé-réalité « Connected », créée par Ram Landes (et distribuée par Armoza dans 22 pays) pour en produire la version américaine et la diffuser en ligne, grâce à une infrastructure vidéo développée par son centre de R&D de Tel-Aviv.

Reste à savoir si cette déferlante israélienne pourra s’inscrire dans la durée. « Tout dépendra des audiences des programmes vendus, juge Bertrand Villegas. Acheter des formats conçus pour l’exportation qui jouent sur la provenance d’Israël, cela n’aura qu’un temps. Surtout que la dimension israélienne des projets va se réduire. » Preuve en est la décision de Keshet de produire ses prochaines grosses fictions aux Etats-Unis. Ou celle d’Armoza de coproduire son concours de célébrités « I can do that » (placé dans 14 pays) avec le groupe chinois JSBC.


Trois programmes israéliens qui ont le vent en poupe « Hostages », la série qui surclasse son remake américain Marchant dans les pas de « Hatufim », dont l’adaptation américaine « Homeland » diffusée sur Showtime a fait un tabac outre-Atlantique, la série d’origine israélienne « Hostages » a aussi fait l’objet d’un remake américain. Mais dans le cas de ce thriller, la version israélienne a rencontré un immense succès, alors que l’américaine, commanditée par CBS, n’a pas du tout marché. C’est d’ailleurs la version originale que Canal+ a choisi de diffuser depuis la mi-mars, à l’instar de la BBC… Distribuée par Armoza Formats, « Hostages » avait pourtant tout pour séduire le public américain. L’intrigue ? Une chirurgienne chargée d’opérer le premier ministre israélien (ou le Président américain) est prise en otage avec sa famille. Si elle ne le tue pas pendant l’opération, son mari et ses deux enfants seront exécutés. Le remake a été développé presque en même temps que l’original. Mais aux Etats-Unis, la réécriture du scénario a péché par manque d’originalité.
« Boom », le quizz qui espère marcher dans les pas de « Rising Star » En programmant son nouveau quizz « Boom » quelques jours avant le MIP, le producteur diffuseur israélien Keshet, a voulu mettre la pression sur les acheteurs. Mission accomplie : ce format a été vendu aux Etats-Unis (à Fox) et en Espagne (à Atresmedia) pendant le salon cannois. Avec ce jeu, Keshet compte capitaliser sur son expertise dans le divertissement après avoir fait sensation avec « Rising Star », le premier talent show s’appuyant sur le vote des internautes. Renommé « Superstar » par Globo au Brésil, la première chaîne étrangère à diffuser le concept, ce programme a néanmoins affiché le 6 avril un résultat décevant. Et la plateforme technique permettant aux téléspectateurs de voter en direct sur le mur d’écrans a connu des ratés. « Rising Star » a pourtant été un énorme succès en Israël, générant plus de 10 millions de votes au cours de la première saison, avec une audience moyenne de 33,7 % et une part de marché de 47,4 % sur la saison entière.
« Fundastic », le business show qui met en vedette les entrepreneurs Israël qui se présente comme une « Nation start-up », n’a pas oublié de mettre en vedette ses entrepreneurs au sein des formats télé. Tel est du moins le créneau exploité par le business show « Fundastic », le premier format développé par Endemol Israel depuis la signature du partenariat entre le groupe néerlandais et le diffuseur Reshet. Annoncé début mars, ce show mêle des investisseurs vedettes qui choisissent les meilleures idées, tandis que les téléspectateurs peuvent voter pour leur projet préféré via une application de « crowd funding ». Le concurrent Keshet s’est également mis sur le coup… en lançant début avril « Elevator Pitch », dans lequel l’entrepreneur expose son projet dans un ascenseur, qui s’élève au gré des votes des investisseurs et des internautes. Un premier duel israélo-israélien en perspective sur le marché international. 
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

La smala s’en mêle baisse le rideau (France 2)

La smala s’en mêle baisse le rideau (France 2) | (Media & Trend) | Scoop.it

France 2 a décidé d’arrêter sa mini-série La smala s’en mêle avec Michèle Bernier, juste après avoir tourné le septième épisode.

Depuis avril 2012, Michèle Bernier était à la tête de La smala s’en mêle, une mini-série familiale deFrance 2. Selon Europe 1, la chaîne a décidé de mettre un terme à cette fiction après avoir achevé le tournage de son septième épisode. Celui-ci devrait être diffusé sur France 2 d’ici la fin de l’année. Dans La smala s’en mêle, Michèle Bernier incarnait Isabelle, une mère au foyer abandonnée par son mari qui prend le large du jour au lendemain. Sans diplômes, Isabelle doit alors chercher un emploi et atterrit dans une agence de pompes funèbres pour subvenir aux besoins de ses trois enfants adoptés.

 

Avec La smala s’en mêle, France 2 misait sur un public familial. Dans le premier épisode, Isabelle fondait L’Avenir en rose, une association d’accompagnement au deuil qui recrute d’anciennes prostituées. Parmi elles, Wanda (Julie de Bona), qui devient sa meilleure amie. Le duo Michèle Bernier/Julie de Bona constituait d’ailleurs l’intérêt principal de La smala s’en mêle.

 

En avril 2012, le premier volet de La smala s’en mêle a rassemblé 6 millions de téléspectateurs et 22,3% de part d’audience. Un très beau score pour un téléfilm de France 2 qui avait poussé la chaîne à renouveler l’expérience. Six épisodes ont donc été diffusés en deux ans. Le dernier volet mis à l’antenne le 13 mars dernier n’a pourtant attiré que 2,9 millions de fans (11,6% de PDA).

 

Selon Europe 1, France 2 planche déjà sur d’autres projets avec Michèle Bernier. Dernièrement, la comédienne jouait le rôle d’une infirmière dans le téléfilm Pas d’inquiétude, avec Isabelle Carré etGrégory Fitoussi.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Diffusion de la mini série Rosemary's Baby en mai sur NBC

Diffusion de la mini série Rosemary's Baby en mai sur NBC | (Media & Trend) | Scoop.it
Les téléspectateurs américains de la chaîne NBC découvriront le mois prochain la mini-série Rosemary's Baby

 

Les téléspectateurs américains de la chaîne NBC découvriront le mois prochain la mini-série Rosemary’s Baby, portée par l'actrice Zoe Saldana, officialise le réseau.

 

Rosemary's Baby suit une jeune américaine installée à Paris avec son mari, dans un appartement au passé sordide. Mais les inquiétudes de Rosemary augmenteront au fur et à mesure de sa grossesse suite à une série d'événements suspects. Devient-elle paranoïaque en accusant ses voisins et son mari ou existe-t-il réellement une conspiration?

 

Zoe Saldana tiendra le rôle principal, celui de Rosemary, déjà immortalisé au cinéma par Mia Farrow dans le film de Roman Polanski sorti en 1968. Jason Isaacs, Patrick J. Adams et la Française Carole Bouquet figurent également à la distribution de la mini-série, dirigée la Polonaise Agnieszka Holland (Europa, Europa, Sur écoute, Treme).

 

L'adaptation du roman d'Ira Levin se composera de quatre parties, diffusées en deux temps, les 11 mai, jour de la fête des Mères aux États-Unis, et le 15 mai prochains.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

The Walking dead, le jeu sur mobiles et tablettes qualifié de chef d'oeuvre...

The Walking dead, le jeu sur mobiles et tablettes qualifié de chef d'oeuvre... | (Media & Trend) | Scoop.it
Le jeu Walking Dead arrive enfin sur mobiles et téléphones Androïd. Longtemps réservée aux iPhones et autres consoles de salon, cette version ludique de la célèbre série TV est une pépite à ne manquer sous aucun prétexte !

 

Au lieu d’adapter paresseusement la série en interminable et violent stand de tir à zombies, le studioTelltale à pris le chemin plus difficile : livrer une véritable histoire (celle de Lee, un professeur au passé sombre et de la petite Clémentine, une orpheline), la peupler de personnages forts et denses et immerger les joueurs dans un véritable jeu de rôle.

Chaque décision compte

L’essentiel se déroule donc en dialogues où le joueur doit constamment arbitrer entre vérité et mensonge, dureté ou sensibilité, parfois aussi entre vie et mort. La chose est importante car chaque décision compte et entraîne des modifications de l'histoire : un personnage à qui vous avez menti s’en souviendra et agira en conséquence. La disparition d’un autre, laissé à un destin fatal, modifiera les péripéties suivantes…

Ecriture hors pair

Ce choix d’un jeu de rôle, et une qualité d’écriture hors pair, immerge le joueur dans l’émotion et une compréhension profonde des différents personnages que Lee et Clémentine rencontrent. Il y a, bien sûr, ça ou là, quelques zombies à éviter ou à neutraliser (le jeu reste totalement déconseillé aux – 18 ans) mais la chose est anecdotique par rapport au contenu, très émouvant, parfois poignant, d'une aventure qui s’achèvera en Louisiane, dans la ville de Savannah.

Véritable chef-d’œuvre du genre, le mot n’est pas trop fort, The Walking Dead est jouable en cinq épisodes achetables séparément (4,49 €) ou en « saison entière » (13,99 €) . Osez l’émotion, osez jouer un instant de grâce !

 
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

France 2 : Bientôt une telenovela créée par les producteurs de Plus Belle la Vie en access ?

France 2 : Bientôt une telenovela créée par les producteurs de Plus Belle la Vie en access  ? | (Media & Trend) | Scoop.it
Les producteurs de Plus Belle la Vie serait en train de réfléchir à une nouveau projet de série pour France 2. Ce nouveau feuilleton pourrait être un bon moyen pour la chaîne de retrouver son public en access.

 

Le mardi 15 avril dernier, France 3 diffusait un prime time exceptionnel de sa série à succès Plus Belle la Vie. Celui-ci intitulé Une vie en Nord mettait à l’honneur Ninon Chaumette (Aurélie Vaneck) et Rudy Torres (Ambroise Michel) qui ont quitté le feuilleton il y a quelques mois pour mener à bien d’autres projets. L’idée de cette émission de première partie de soirée était de tester les téléspectateurs en vue de la création d’un spin-off de la série marseillaise dans le nord de la France. Avec une seconde place au classement des audiences et plus de 4,3 millions de personnes devant son programme, on peut parler de réussite pour France 3.

Cela dit, il se pourrait bien que cette idée de spin-off ait été mise en de côté. Hubert Besson, le producteur de Plus Belle la Vie a annoncé ce mercredi 16 avril au matin dans le Grand direct des médias sur Europe 1 qu’il pensait à un nouveau projet pour l’access de France 2 :"Chez nous, producteurs, la réflexion existe. On voit qu'il y a des problèmes dans cette case. Une réponse innovante pourrait être amenée, un feuilleton quotidien ou une telenovela."


 

Ce projet qui devrait s’attaquer à la tranche horaire située entre 18 heures et 19 heures pourrait être à l’antenne au mois de janvier prochain. Une bonne nouvelle pour la chaîne du groupe France Télévisions qui a du mal à faire son trou en access depuis la rentrée 2013. Souvenez-vous, toutes les cartes avaient été remises entre les mains de Sophia Aram et de Jusqu’ici tout va bien pour concurrencerCyril Hanouna sur D8, Antoine De Caunes sur Canal+ et Anne-Sophie Lapix sur France 5. Finalement le programme n’a pas trouvé son public et en janvier, France 2 a appelé Laurent Ruquier à la rescousse. Malheureusement, pour la chaîne, celui qui avait connu un franc succès avec On ne demande qu’à en rire a échoué avec l’Emission pour tous. Du jour au lendemain, la grille des programmes a été modifiée et l’émission de l’animateur qui rejoindra RTL à la rentrée en a été retirée.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

The new British invasion: Why Amazon, Hulu and Netflix love UK TV shows

The new British invasion: Why Amazon, Hulu and Netflix love UK TV shows | (Media & Trend) | Scoop.it
The new content battleground might be on the other side of the Atlantic: U.K. television is increasingly being picked up for exclusive streaming deals — showing just much the media landscape has changed.

 

For decades, American fans of British accents had it rough. Beginning in the 1970s, the primary access they had to television created in the United Kingdom was through PBS, which imported classic series like Fawlty Towers and Doctor Who to fill out the hours of programming not devoted to Sesame Street and pledge drives.

 

Said airings were often months behind the U.K., and even as DVRs and digital streaming came on the scene, U.K. TV still struggled to find its way to America legally. The irony, of course, is that British television has consistently been heralded as some of the best in the world (well, maybe Doctor Who isn’t for everyone, but we can all agree about the original British Office).

 

Now, however, things have changed. streaming services based in the US have embraced television from across the pond, and as a result, British television has never been bigger in the US.

Charlotte Koh, head of content development for Hulu Originals, acknowledged this in an email interview, pointing out that the service has acquired a wide range of programming from around the world over the past few years (including Korean dramas, Japanese anime and the original foreign versions of American series likeHomeland and The Bridge). But, she said, “In particular, British television has become the cornerstone of our international programming.”

 

These shows range from popular favorites like Who and Sherlock (which are also available on Netflix and Amazon Prime) to exclusive runs on award-winning dramas and comedies like Misfits, Moone Boy and Rev.

“Our audience tends to be a more discerning group of viewers who seek out and appreciate the distinctive and unique qualities of British television,” Koh said.

 

It helps that Hulu hasn’t been shy about putting some promotional muscle behind its programming: When The Wrong Mans premiered last November, it not onlygarnered strong reviews but received no shortage of print advertising, includingbillboards all over Los Angeles.

“By supporting our originals with well-targeted advertising and publicity, we’ve seen a meaningful uptick in awareness not only for The Wrong Mans, but for Hulu Originals overall,” Koh said.

 

Meanwhile, Amazon Prime Instant Video’s stable of exclusive international content isn’t as large as Hulu’s, but they’ve been at it for a much shorter period of time: While Hulu was making these deals as far back as 2011, Amazon made Downton Abbey its first exclusive streaming acquisition only a year ago.

 

But according to Amazon’s director of digital video content acquisition, Brad Beale, making that call was a no-brainer for them: “The series was consistently in our top most watched TV shows each week so we already knew customers loved this show,” he said. “It was an easy decision to add it to Prime.”

 

It’s even popular for those who don’t subscribe to Amazon Prime, but do pay for individual episodes or season passes. “Our customers can’t seem to get enough of the show,” Beale said.

 

On top of the many American shows Amazon now streams exclusively, Amazon is also host to the first season of Orphan Black (which is shot in Canada, but airs on BBC America in the States and BBC3 in the U.K.) and Mr. Selfridge (starring Jeremy Piven).

Even Netflix is in on the game. It’s picked up series from the U.K. like the Gillian Anderson-starring The Fall to Ricky Gervais’s Derek exclusively for streaming.

 

Of course, the British TV boom in America might have to do with the fact that it’s not seen as primarily British. “Given the growing popularity of shows such as Moone Boyand The Wrong Mans, viewers are more focused on a show’s originality and adept storytelling and less about its geographical origins,” Koh mentioned.

 

And thus, British TV’s popularity outside of the U.K. speaks less to the popularity of international television on a domestic level, and more to the drum being beaten louder and louder every day: Consumers, increasingly, just don’t care. They don’t care if the show originated on Netflix or NBC, and they don’t care what country it was made in. The one thing that makes them care is if it’s good.

 

British television, right now? Happens to be pretty good. “The U.K. has a vibrant creative community that is recombining and redefining genres to deliver some of the best television currently available anywhere,” Koh said. And that is ultimately what’s bringing viewers in.

The question remains: What happens when all the quality British TV has been snapped up? Perhaps there’s Canada…

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Five things still missing from Amazon’s Fire TV

Five things still missing from Amazon’s Fire TV | (Media & Trend) | Scoop.it
Amazons Fire TV impresses with speed and great gaming — but some other important features are still amiss.

 

I’ve been toying with Amazon’s Fire TV ever since the company released the set-top box last week, and I’ve been impressed by the speed and snappiness of the device, and drawn in by games that I didn’t think would matter much for me. But there are still a few things that are missing to make this a great device. Amazon is working on addressing some of these issues, but it chose not to pursue others – which I think is a mistake.

 

Here’s five things that could be improved about the Fire TV:

A new Netflix app

Netflix launched a whole new user interface last November, featuring bigger preview pictures, new cues to help you decide what to watch next, a better search experience and more.

Netflix launched this new user interface almost half a year ago – but on the new Fire TV, users still get the old UI.

The company actually spent a long time refining this experience with eye-tracking, A/B-tests and more. The new user interface is now available on newer Roku devices, the Xbox 360, the PS3 and PS4  as well as various smart TVs — but not on the Fire TV, which is a shame. I’ve asked Amazon when they intend to switch over to the new UI, but have yet to hear back.

Local file playback

Online video services are great — but every now and then, you end up with a video on your hard drive that you just want to quickly play in your TV, without jumping through tons of hoops. One of the easiest ways to do this on many devices is to simply copy the file to a Flash thumb drive, plug it in and watch away. Not so on the Fire TV. The device does have a USB port, but local file playback currently isn’t supported, and I’ve been told by Amazon folks that it’s instead being used for accessories as well as developer support.

The Fire TV has a USB port – but you will not be able to use it for local file playback. (Image: Amazon)

Customers are instead advised to upload local media to the Amazon Cloud Drive. Of course, there is also Plex, which is great if you have a lot of media to share over your home network. But still, a simple file player app with access to the USB port, or possibly even networked hard drives, would definitely improve the experience, especially for less technical users.

Third-party app installs

Amazon made a big deal out of calling Fire TV open when it launched the device earlier this month in New York. That may be true for developers, but for consumers? Not so much. That’s because Amazon decided to get rid of a key feature when it forked Google’s Android operating system to tweak it for the big screen: Android allows users by default to install third-party apps while the Fire TV does not.

Got an Android app that’s not from Google Play? Just change a security setting and you’re free to do whatever you wish with it. The same is possible on the Kindle Fire, but not on the Fire TV. “We want to make sure that any games or services on Fire TV offer a great customer experience for a TV,” an Amazon spokesperson told me via email, which is why the company doesn’t enable third-party app installs.

Developers have a way to install their own apps on the Fire TV — but there is no similar option for end users.

It’s true that apps that are optimized for mobile devices often don’t look great on the TV screen, but taking away the ability to install any third-party apps also cuts down on lots of potential. No adult entertainment apps, no apps that your buddy just built for a few of his friends and no way to easily preview an app that hasn’t officially been released yet.

Granted, developers to have ways to bypass this restriction, and it’s probably only a matter of time until someone finds an easier way to install apps on a Fire TV — but it would be great if Amazon backed all of this talk about openness up with actions.

Additional Amazon services

One of the most puzzling details of the Fire TV launch was that the device went on sale without key Amazon services. The company previewed an impressive integration of its FreeTime kids entertainment subscription offering — only to announce that it wouldn’t be available until May. Also delayed by a month is the ability to access Amazon’s cloud music locker from the device.

Fire TV will offer the Amazon FreeTime kids offering with parental controls — when it launches next month. (Image: Amazon)

Granted, a few weeks of waiting isn’t all that much. But the delay makes you wonder whether Amazon couldn’t get all of its ducks in a row for the Fire TV launch, or whether it is preparing to launch a bigger content offering in May — perhaps a Spotify-like music subscription service?

Better second-screen support

Fire TV launched with some second-screen features for Kindle Fire owners, who are able to send Amazon Video content from their tablet to the big screen, read IMDB trivia while they watch movies and even mirror the entire screen of an Amazon tablet.

It would be great if this kind of functionality was also available for other mobile devices, but Amazon is still playing catch-up with Chromecast and even Roku in this respect. Fire TV does support DIAL, the multi-screen protocol used by apps such as Netflix and YouTube, but the Fire TV YouTube app is the only one that currently makes use of it, and even that doesn’t always reliably work.

Fire TV has some second-screen integration with the Kindle Fire — but it would be great if it also offered iPhone and Android phone users more features. (Image: Amazon)

Here’s the good news: I’ve been told that more DIAL apps for Fire TV are on the way, and screen mirroring could soon work with other Android devices as well. “We are working on adding Miracast support,” an Amazon spokesperson told me. Once that’s done, you should be able to mirror the screen of your Nexus 7 tablet, or newer Android phone, on the Fire TV as well.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Confusion over dead celebrities on social media, as Twitter suspends James Dean fan account

Confusion over dead celebrities on social media, as Twitter suspends James Dean fan account | (Media & Trend) | Scoop.it
Twitter appears to have backed down in a legal fight over who can use dead celebrity images. The case could have broader ripples for online expression.

 

Twitter’s finished being a rebel, at least when it comes to standing up for a James Dean fan who is being sued by a celebrity licensing company that wants to claim the fan’s @jamesdean account.

Despite Twitter’s earlier claims that the account, which consisted of quotes and photos of the late Hollywood bad boy, did not violate its trademark policy, the company quietly suspended the account sometime in the last few weeks.

 

The dispute came to light in February on reports that Indiana-based CMG Worldwide was suing Twitter to learn the identity of @JamesDean, who had been tweeting tributes like the one below since 2009:

CMG Worldwide filed the lawsuit late last year, claiming that the @jamesdean account infringed on federal trademark laws and Indiana rights of publicity.

 

“We looked at it as a positive sign that as the litigation moves forward, Twitter has suspended the site. No, there isn’t any judgement yet,” Mark Roesler, CEO of CMG, stated via email.

 

Twitter, which has a reputation for defending its users in court, said it does not comment on individual account actions for privacy and security reasons – meaning it’s unclear for now if it has agreed to tell CMG who ran the @jamesdean account.

Should the dead have publicity rights?

The case is important because the outcome could limit how people use historical and fictional characters as part of their social media accounts. It also raises policy questions about the wisdom of extending rights of publicity — which are separate from copyright — to dead people.

In contrast to states like New York, which doesn’t recognize a posthumous right to publicity, CMG’s home state of Indiana awards 100 years of protection. It’s unclear how such laws, which typically are used to protect physical products like masks and other merchandise, apply to Twitter and other online realm — and to what degree CMG can enforce Indiana’s law beyond the border of that state.

Some lawyers are skeptical about the efforts of CMG, which also asserts rights to figures like Jackie Robinson and Bettie Page, and whose website says “then, now and forever” to describe its intellectual property services:

“With posthumous rights, what’s really bizarre is that publicity rights grew out of privacy rights – this notion that someone has a privacy right after you’re dead is odd,” according to intellectual property attorney, Jonathan Band.

 

Others are concerned about the potential harm to free speech of expanding these laws.

 

“The real implication is for artistic expression,” said Ken Paulson of the First Amendment Center at Vanderbilt University, noting that Andy Warhol built his career on celebrity images.

 

Paulson is also skeptical of awarding property rights where none existed before, and where there may be no moral or economic justification for doing so.

 

“The broader question is how does society benefit from ensuring that James Dean’s great-great-grandson earns money from his likeness? Why build a system that would allow that to happen?” he said, noting that the heirs of figures like Daniel Boone or Davey Crockett don’t appear to be short-changed by their likeness being public.

 

Roesler of CMG justified the expanded rights on the grounds that dead celebrities can be akin to commercial brands that are entitled to long-term protection.

 

“With certain personalities, you can develop a brand – Walt Disney, James Dean – that go well beyond their lives,” he said, adding that, in the case of Dean, “We don’t want every use, just the official Twitter handle.”

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Yahoo Rolls the Dice on TV

Yahoo Rolls the Dice on TV | (Media & Trend) | Scoop.it
Winning in the distribution of high-end content is about mining an audience, and you can’t blame technology companies for believing they have relevant skill sets.

 

Yahoo, a company that seems like a permanent adolescent in search of an identity, is about to try a new persona: high-quality television programmer.

 

According to The Wall Street Journal, the company’s chief executive, Marissa Mayer, is “looking for series that are ready to launch and don’t require a lot of development.”

 

Well, aren’t we all?

 

At a time when the culture is addicted to high-end television narratives, Yahoo wants in on the action, partly because while its site may have (flat) traffic — 700 million global visits a month — and (declining) revenue, it has zero cachet and no discernible way forward.

 

For many years, digital media players watched longingly as HBO and then AMC, FX and Showtime managed to rise above the clutter on television, where Americans still spend five hours a day. So last year, when Netflixbroke through with “House of Cards,” it made sense that companies like Amazon, Hulu and Yahoo would want to follow suit.

There are signs that it is working — streaming for Amazon Prime tripled in the last year and the company has introduced its own device, Fire TV, which will fight for shelf space in your home along with Apple TV, Chromecast and Roku. At the same time, Comcast is seeking a merger that will give it the scale to invest in technology, and HBO Go is pushing to follow the consumer onto mobile. “People always want to be what they aren’t,” said Jonah Peretti of BuzzFeed when we discussed the crisscross the other day.

 

The prize is dear. Winning in the distribution of high-end content is about mining an audience, and you can’t blame technology companies for believing they have relevant skill sets.

 

Silicon Valley has capitalized on its ability to create compelling software that animates devices and, very often, the people sitting in front of them. Surely, industry executives believed, they could head down the coast 400 miles and make a different kind of software using stars and sophisticated production values with some success. How hard could it be?

The answer is, very hard indeed.

 

“It is the pure arrogance of the newly rich and the newly powerful to think content is easy,” said John Landgraf, chief executive of FX Networks, which has had success with “Justified” and “The Americans.” “Breaking through in a cluttered marketplace requires expertise in all of the elements of storytelling. There are so many ways it can go wrong.”

It can be done, as HBO has demonstrated. Right now, in spite of all the competitors who are trying to eat its lucrative lunch, the premium cable service is crushing it. “Game of Thrones,” a fantasy-inspired epic, has become an unlikely bona fide hit, with 6.6 million people tuning in for the premiere of its fourth season. “True Detective,” a moody swamp-noir set in Louisiana, became a much-talked about win this winter, and “Silicon Valley” is about to have a moment, nailing the greedy hippie ethos that makes the tech world such a compelling, silly place. Comedies like “Veep” and “Girls” did well enough to earn their spots as well as their renewals.

But in the years leading up to those successes, not even HBO seemed able to be HBO. Using its tried and true formula of funding proven auteurs, the network followed up “The Sopranos” with “Luck,” “John From Cincinnati” and “Treme” — shows that it was equally proud of, but that failed to connect with an audience. A company executive described the period as “those years we don’t talk about.”

 

I have covered television (and film) long enough to know that wandering around Sunset Boulevard with a big bag of money shopping for programming is more likely to result in a mugging than a hit show. It requires connections in the agency world, technical muscle, moody writers, fragile stars — the list goes on. And even if you navigate all those shoals adroitly — spending large amounts of money the whole way — there also has to be some luck, a serendipitous grab of the zeitgeist. It’s a tough racket.

 

Hollywood and Silicon Valley regard each other with mutual suspicion. The entertainment industry is viewed as a metric-free place of profligate whimsy by the engineering culture, and the valley is seen as a place that has no regard for intellectual property and a profound lack of taste.

“Say what you will about Hollywood, the mechanism for finding talent is actually pretty good,” said Mike Judge, a former programmer in Silicon Valley who went on to make “Beavis and Butt-Head,” “Office Space” and, most recently, HBO’s “Silicon Valley.”

 

“People in Silicon Valley are generally smarter than people in Hollywood, but it takes a different kind of intelligence to make television, especially a lot of it, and do it well,” Mr. Judge said. “Telling stories requires lots of skills, not just making people laugh, but also who does the best color correction.”

 

Yahoo is especially unplugged from that world. In her move to differentiate on quality, Ms. Mayer has looked at more than 100 projects and is leaning hard on Kathy Savitt, Yahoo’s chief marketing officer, according to The Journal. But neither has much significant history in the entertainment business, and Mickie Rosen and Erin McPherson, two executives familiar with the media business, recently left the company.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Les telenovelas, miroir de l’Amérique latine

Les telenovelas, miroir de l’Amérique latine | (Media & Trend) | Scoop.it
Phénomène. Terminé les feuilletons sirupeux ! Les séries sud-américaines s’attaquent aux sujets de société.

Quand on pense telenovelas, on imagine : décors kitsch, intrigues à l’eau de rose, doublages calamiteux, personnages caricaturaux. Bref, un Amour, gloire et beauté version Amérique du Sud. Sauf que la réalité est bien plus complexe. Née au Mexique il y a une soixantaine d’années, la telenovela est une véritable religion en Amérique latine. Pas seulement parce qu’elle traite de sujets universels tels que l’amour, la vengeance, la réussite sociale ou le crime. Une des clés du succès de ce type de feuilleton ? Il est le lieu du débat social. « Cette façon d’insérer le réel dans la fiction crée une proximité avec les personnages », explique Erika Thomas, professeure de cinéma à l’Université catholique de Lille et auteur du livre Les Telenovelas entre fiction et réalité.

Identité, violence, homosexualité sont autant de thèmes qui y sont abordés… et qui ont parfois des répercussions dans la société. Ainsi, le programme brésilien Secrets de famille, mettant en scène un personnage atteint de leucémie, a considérablement stimulé le don de moelle osseuse dès la semaine suivant sa diffusion, en 2001. Toutefois, si de nombreux débats sont transposés à l’écran, « la plupart des telenovelas occultent la réalité sociale », tempère Erika Thomas. En gros, lorsqu’on daigne mettre en scène des pauvres, ils évoluent dans des décors de rêve. Ils ne connaissent pas l’injustice sociale, pourtant répandue sur le continent.

Mais les choses sont en train de changer. Enfermé pendant des années dans des studios figurant les salons guindés d’une haute société fantasmée, le genre s’en éloigne de plus en plus. Les telenovelas sortent désormais dans la rue, filment des visages métissés, retracent des destins moins glorieux. Les productions se font le miroir de la société : « Le format s’est incroyablement modernisé. Ce n’est plus du tout la caricature d’il y a dix ans », explique Gilles Camouilly, patron de France Ô, qui diffuse depuis le 24 février le phénomène brésilien Avenida Brasil, qui révolutionne le genre. Au programme : intrigues démultipliées, décors extérieurs et surtout personnages issus des classes moyennes. La série a fait un carton au Brésil. Les chiffres, vertigineux, le prouvent : 38 millions de téléspectateurs en moyenne, 46 millions pour le final soit 84 % des téléspectateurs du pays ! L’actuelle présidente Dilma Rousseff elle-même y est accro. Elle n’a pas hésité à déplacer un meeting pour ne pas en (faire) manquer une miette !

Avec une telle résonance dans l’opinion publique, certains accablent les telenovelas de tous les maux. Après l’assassinat de l’actrice Mónica Spear au Venezuela en janvier dernier, le président Nicolás Maduro les a accusées d’alimenter la haine et la violence dans le pays. Si le public français s’est montré jusqu’ici réfractaire à ces feuilletons, la donne pourrait changer. Les grandes chaînes réfléchissent à adapter certaines séries très populaires en Amérique du Sud. Avec des moyens.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Succès d'audience pour "Plus Belle la vie-Une vie en Nord"

Succès d'audience pour "Plus Belle la vie-Une vie en Nord" | (Media & Trend) | Scoop.it
"Plus belle la vie - Une vie en Nord" a séduit ce mardi soir 4.369.000 téléspectateurs, soit 17,1 % de part de marché. Un beau succès d'audience qui va peut-être ouvrir la voie à une série récurrente dans le Nord Pas-de-Calais. 

 

Grâce à "Plus belle la vie - Une vie en Nord", France 3 se classe en deuxième position des audiences pour la soirée de mardi avec plus de 4,3 millions de télespectateurs et 17,1% de part de marché. Ce spin-off, téléfilm dérivé de la série à succès "Plus belle la vie"  a été tourné en octobre dernier à Mons-en-Pévèle. C'est la première fois que des personnages de cette série diffusée quotidiennement sur France 3 étaient délocalisés.

Rudy (Ambroise Michel) et Ninon (Aurélie Vaneck) avaient quitté le Mistral quelques mois plus tôt. Les téléspectateurs les ont retrouvés à Mons-en-Pévèle, où le père du jeune homme officie en tant que curé. Pour Ninon, qui a suivi à contrecoeur son compagnon dans ce nouvel environnement, le charme a eu du mal à opérer. Rudy en revanche a eu de quoi faire avec un mal mystérieux qui ronge les habitants du village.

Un téléfilm très commenté sur les réseaux sociaux. Et des avis très partagés...

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Taxi Brooklyn: les nouveaux moyens des séries TV françaises

Taxi Brooklyn: les nouveaux moyens des séries TV françaises | (Media & Trend) | Scoop.it

Oubliez Marseille et les cascades de la rue du Panier, les nouvelles aventures inspirées du film Taxi ont lieu à New York. TF1 a mis les petits plats dans les grands pour que le premier épisode de Taxi Brooklyn obtienne le succès escompté.

Production holywoodienne (scénariste et producteur de la série Fast & Furious), casting ambitieux (Chyler Leigh de Grey's Anatomy) et le tout tourné en anglais, of course. C'est Luc Besson qui est aux manettes de cette série aux fonds 100% français, grâce à sa société Europacorp et TF1. Et Taxi Brooklyn, c'est aussi la série la plus chère de la télévision hexagonale.

 

Comptez un peu plus de 2 millions d'euros par épisode, soit deux à trois fois plus qu'une série française classique. Pour les besoins de sa nouvelle franchise, Europacorp fait également défiler la cohorte des réalisateurs estampillés "Besson": Olivier Megaton (Taken 2 et 3, Hitman), Gérard Krawczyk (Taxi 2,3,4), Alain Tasma (XIII)...

 

Du brillant et du cliquant, soit le meilleur des cocktails pour s'assurer une série explosive. Les Etats-Unis semblent déjà avoir été séduits par le style, car NBC a déjà acheté les 12 épisodes de cette série de comédie et d'action.

La chaîne américaine n'en est pas à son coup d'essai avec les fictions françaises. Elle avait déjà acquis Crossing Lines en 2013, la série co-produite par TF1 avec Marc Lavoine, William Fichtner (Prison Break) et Donald Sutherland (Les Douze Salopards, M*A*S*H). Une oeuvre loin d'avoir rempli sa mission aux Etats-Unis, avec à la clé un échec retentissant. Ce qui n'a pas empêché NBC de rééditer l'expérience avec Taxi Brooklyn.

Pour les producteurs et les chaînes françaises, ces séries internationales sont l'assurance d'attirer plus d'acheteurs. Portée par Jean Reno, la série Jo (co-production TF1-Atlantique tournée en anglais) a été vendue à 140 chaînes étrangères avant même son passage sur TF1 en 2013. Avec 2 millions d'euros engagés par épisode (comme Taxi Brooklyn), il fallait rapidement rentabiliser l'investissement. Car qui dit gros budget, implique de trouver des diffuseurs étrangers qui pré-achèteront la série.

"Pour Jo, Atlantique est allé chercher environ 60% de financements internationaux, sans lesquels elle n'aurait pas vu le jour", expliquait aux Echos Stéphane Eveillard, directeur des opérations fiction à TF1, en marge du dernier Mipcom de Cannes (marché international des contenus audiovisuels et numériques). Malgré des audiences décevantes, Jo a rempli sa mission et a ainsi évité l'accident industriel. En prime, TF1 commence à se faire connaître sur le marché international. Comme les Américains HBO, AMC ou Showtime, grands pourvoyeurs de séries.

 


Séduire les diffuseurs étrangers pour produire des gros budgets

Pour ses séries "maison", Canal+ a également choisi d'aller chercher des financement à l'étranger. Mais par le biais d'une autre voie. Quand TF1 tente de vendre ses contenus aux autres diffuseurs, Canal+ s'associe d'abord à d'autres chaînes européennes pour coproduire ses ambitieux projets. C'est le cas de la série Tunnel, développée avec l'Anglais Sky Atlantic, mais aussi Borgia (avec l'Allemand ZDF) ouXIII (avec le Canadien Showcase).

"Des mégamétrages tels que Borgia sont à la fiction ce que les blockbusters sont au cinéma", expliquait en 2011 Rodolphe Belmer, directeur général de Canal +. "Ils en ont l'ampleur par les moyens de production, l'ambition de l'écriture et une réalisation de classe mondiale." Sur un budget de 25 millions de dollars, Canal+ a investi une dizaine de millions pour monter la série, orchestrée par l'Américain Tom Fontana, créateur multi-récompensé.

Une quarantaine de pays ont acheté les droits de la première saison, rendant la série rentable avant même son passage en France. Une troisième saison est actuellement en cours de production, dotée d'un budget de 31 millions.


L'intérêt est double: pouvoir offrir aux téléspectateurs des fictions à gros budget, allant de 20 à 30 millions d'euros (voire plus), sans forcément prendre plus de risques. Sur une série revenant entre 2 et 2,5 millions d'euros par épisode, les coûts sont partagés entre tous les investisseurs. Sur une série 100% française, même deux à trois fois moins chère, la chaîne doit apporter la quasi-totalité du financement. L'effet glamour en moins. Il y a donc un sacré relais de croissance à mutualiser les ressources.

À l'arrivée, que les fonds soient totalement français, comme TF1 et Europacorp, ou européens (Canal+), le but est d'aller se vendre ailleurs dans le monde. "Pour une série française dont le financement est déjà couvert par le diffuseur, si elle est vendue à des chaînes étrangères, c'est du bonus", souligne Stéphane Eveillard de TF1.

Les Revenants, série 100% française primée aux Emmy Awards, illustre bien cette situation. Produite par Haut et Court et Canal+, elle a déjà été achetée dans une quarantaine de pays dont les Etats-Unis, le Canada, l'Australie, l'Allemagne et toute l'Amérique Latine. Elle a d'ores et déjà connu un beau succès au Royaume-Uni, réalisant la meilleure audience pour une série sous-titrée au Royaume-Uni depuis 2006 (1,8 million de téléspectateurs).

Depuis octobre dernier, elle est diffusée sur la chaîne Sundance aux Etats-Unis, une performance pour une série française. Un succès rare, très "french touch", au contraire des projets actuels.

 


La nécessité de respecter des standards internationaux

Pour Taxi Brooklyn, on note que le théâtre de l'histoire s'installe dans une trame très américaine. Assez loin de Jo, dont les enquêtes poussaient Jean Reno à redécouvrir les monuments de Paris. Très loin également de Tunnel, mêlant les polices anglaises et françaises. "Les chaînes internationales sont friandes du look américain", explique Europacorp. D'où la mise en place d'un certain standard dans la production.

Pour la série XIII, coproduite par Canal+ et M6, l'équipe s'était offerte les services de producteurs canadiens et a été tournée en Amérique du Nord. C'est la condition sine qua non pour plaire aux chaînes étrangères. Le public français n'est d'ailleurs pas en reste: hors Etats-Unis, nous sommes le pays qui consomme le plus de séries américaines.

Sur Taxi Brooklyn, il a fallu composer. "Le but, c’était de faire une production française d’une série américaine", explique à Télérama Gary Scott Thompson, son coordinateur artistique (ou "showrunner"). "C’est à dire une série étrangère qui ressemble à une série américaine. Les plus gros succès télé en France sont des séries américaines. Pourquoi continuer d’importer quand on peut faire les séries nous même?". Et il rajoute "c’est plus cher de produire une série que d’en acheter une. Mais si vous la faites vous même, vous en êtes le propriétaire. Et vous pouvez la vendre à travers le monde. Et gagner de l’argent".

Ou en perdre si le succès n'est pas au rendez-vous...

 
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Sheryl Sandberg : « 20 % du temps passé sur Internet est consacré à Facebook en France »

Sheryl Sandberg : « 20 % du temps passé sur Internet est consacré à Facebook en France » | (Media & Trend) | Scoop.it
Sheryl Sandberg est l’une des personnalités les plus reconnues du monde des affaires. Numéro deux de Facebook après être passée par l’administration Clinton et par Google, elle siège aussi au conseil d’administration de Disney et vient de sortir un livre dans lequel elle appelle les femmes à réaliser leurs ambitions. De passage à Paris, elle s’est confiée aux « Echos ». 
Vous êtes venue trois jours en Europe, dont deux en France. Pourquoi était-ce si important pour vous ?

La France est un marché majeur pour nous. Facebook a 1,2 milliard d’utilisateurs actifs dans le monde, dont 62% reviennent sur notre service tous les jours. En France, nous avons 27 millions d’utilisateurs et 69 % reviennent tous les jours. L’implication des Français est donc plus importante que la moyenne : 20 % du temps passé sur Internet est consacré à Facebook en France! Nous avons ici des bureaux, nous y augmentons nos investissements et nous comptons croître encore davantage. Et le marché est très dynamique : tous les voyants sont au vert, que ce soit du côté du public, du marketing ou des développeurs. Il y a ici des exemples frappants de petits commerces qui ont créé leur page Facebook et ont considérablement augmenté leur activité, ou de start-upqui, comme Pretty Simple, ont su croître grâce à Facebook. Cet éditeur de jeux a désormais plus de 100 millions d’utilisateurs, dont plus de 90 % hors de France. Enfin, plus de 10.000 développeurs travaillent avec la plate-forme Facebook en France.

VIDEO - « Facebook permet un marketing personnalisé »


Quel était le programme de votre voyage ?

Je voulais rencontrer les gens qui sont en contact tous les jours avec Facebook ici : les agences média, les annonceurs, les entreprises, les développeurs… Ces deux jours ont donc été consacrés à ces rencontres. Et j’ai aussi tenu une conférence à Sciences-Po autour de mon combat pour une meilleure représentation des femmes à la tête des entreprises. J’ai rencontré les gens qui discutent de ces sujets tous les mois au sein des « lean in circles » que nous avons montés. Il y a aujourd’hui 16.000 groupes de discussion de ce type dans 72 pays.


Quelle image avez-vous de la France ?

Le rêve serait d’être ministre du Tourisme, tout le monde veut venir en France... Je plaisante, bien sûr. La France a une longue histoire, culturelle mais aussi entrepreneuriale. « Entrepreneur » est un mot français. Il y a beaucoup de bons signaux aujourd’hui en France : les taux d’équipement en mobile et en smartphones sont parmi les plus élevés au monde, vous avez un grand nombre de très grandes entreprises mondialement reconnues… Et nous avons de bonnes relations avec l’Etat français : nous nous conformons à la fiscalité en vigueur, nous sommes vigilants sur le respect de la vie privée, nous respectons les règles européennes. Nous tenons à être « bons citoyens ».


Il y a quelques semaines, vous avez rencontré François Hollande à San Francisco. Quelle était la teneur de vos échanges ?

Peu de chefs d’Etat se rendent en Californie. François Hollande était accompagné d’entrepreneurs français, et d’autres, qui ont souhaité rencontrer les entreprises de la Silicon Valley. C’est un très bon signal. Nous avons parlé de business, des investissements de la France en matière de technologie, des révolutions technologiques…


Cela fera bientôt deux ans que Facebook s’est introduit en Bourse. Avec le recul, comment analysez-vous cette opération ?

L’introduction en Bourse s’est réalisée dans un contexte particulier pour nous car nous étions alors en pleine phase de transition. Nous passions d’une entreprise Internet à une entreprise mobile. Nous avons alors pris les bonnes décisions : nous sommes restés concentrés sur nos produits sans attacher trop d’importance au cours de l’action. Moi-même, je ne regarde jamais le cours! Je laisse ça à notre directeur financier. En revanche, j’ai toujours un œil sur nos ventes, souvent plusieurs fois par jour. Il a fallu expliquer au marché que nous étions en phase de transition, mais aujourd’hui c’est derrière nous : le mobile représente désormais plus de la moitié de notre chiffre d’affaires.


Aujourd’hui, le marché de la publicité mobile est encore faible. Pensez-vous pouvoir être le leader de ce marché en croissance ?

Je pense qu’aujourd’hui, nous avons le meilleur produit publicitaire mobile. Nous avons intégré la publicité dans le fil d’actualité sans gêner l’expérience personnelle. L’impact est beaucoup plus fort pour les annonceurs et nous avons des outils de mesure très précis sur le retour sur investissement. Nos concurrents ne sont pas aussi bien positionnés. Et je ne parle là que de Facebook. Instagram sera aussi un acteur puissant sur le marché.


Certains analystes mettent en évidence que, pour une entreprise comptant plus d’un milliard d’utilisateurs, le niveau de monétisation reste relativement bas. Comment améliorer cela ?

Par rapport à notre nombre d’utilisateurs, oui, notre potentiel de croissance est encore très important. Les choses prennent du temps. Regardez : aux Etats-Unis, le temps passé sur Internet vient tout juste de dépasser celui consacré à regarder la télévision et pourtant, les budgets se portent encore majoritairement sur la télévision. Mais la publicité va toujours là où le consommateur se trouve.


Votre récent positionnement sur la publicité vidéo peut-il vraiment accélérer votre croissance ?

Oui, ce sera un levier de croissance intéressant mais nous y allons petit à petit, nous voulons être sûrs que la publicité vidéo ne gêne pas l’expérience de l’utilisateur. Il y a aujourd’hui plus de demande que nous ne pouvons offrir d’espace.


Quels sont les marchés où Facebook peut encore se renforcer ?

Il y en a peu : la Chine, bien sûr, où nous ne sommes pas présents, ou la Russie. Sur certains marchés, l’enjeu est de connecter la population à Internet. C’est pour cela que nous sommes engagés, avec d’autres acteurs du secteur, dans le projet Internet.org. Nous voulons connecter les gens, c’est un investissement de très long terme.


Google vient de racheter le constructeur de drones Titan Aerospace, que vous convoitiez. Pourquoi autant d’intérêt pour ce sujet ?

Je ne commenterai pas cette acquisition mais nous pensons que les drones peuvent être un bon moyen de connecter certaines populations, parmi d’autres solutions. Nous avons d’ailleurs racheté Ascenta, une entreprise basée à Londres et qui développe aussi des drones. Ce n’est donc pas une surprise de voir Google miser sur ce secteur.


Il y a un vif débat en Europe comme aux Etats-Unis sur la protection des données. Quelle est votre position ?

Si on veut que les gens partagent des données via Facebook, il faut qu’ils soient convaincus que ces données privées restent privées, et que nous n’allons pas les vendre. Facebook milite activement pour la protection des données et c’est le cœur de notre activité : on ne transmet pas les données privées à des tiers, chacun choisit avec qui il souhaite les partager. Nos principales innovations portent sur la protection de la vie privée. Nous offrons des outils de contrôle très précis, car sur Facebook l’usage d’une photo, par exemple, peut aller du très privé au tout public : elle peut être partagée, avec une seule personne, avec un groupe, ou avec tout le monde.


L’affaire Snowden a-t-elle terni l’image de Facebook?

Comme celle de toutes les entreprises du Net ! Il faut que les choses soient claires : nous n’avons jamais donné à aucun gouvernement un accès global et direct à nos données. Dans une démarche de transparence, nous avons publié vendredi dernier notre deuxième rapport des demandes gouvernementales par pays. Ce rapport permet de connaître le nombre de requêtes reçues des gouvernements sur nos utilisateurs. Nous avons aussi demandé au gouvernement américain, et Mark Zuckerberg en particulier l’a fait de manière très nette, d’agir davantage pour rassurer le public, en nous permettant notamment de faire plus en termes de transparence. Les autorités doivent être plus précises sur les données qu’elles nous demandent et le faire dans des situations bien déterminées.


Le prix que vous avez payé pour Whatsapp (19 milliards de dollars) a été jugé très élevé. Etait-ce comme certains l’ont dit un geste désespéré pour protéger votre base d’utilisateurs ?

Tout le monde disait déjà que le prix était très élevé pour Instagram quand nous l’avons acheté pour 750 millions de dollars il y a deux ans! En réalité, nos deux services sont extrêmement complémentaires. Il n’y a pas beaucoup de services qui, comme Whatsapp, touchent déjà 500 millions d’utilisateurs. Et nous pensons que cette application est bien partie pour atteindre rapidement le milliard.


Qu’est-ce qui vous a surpris à votre arrivée chez Facebook il y a six ans ?

Google, d’où je venais à l’époque, était déjà une grosse entreprise. Mon équipe là-bas comptait 4.000 personnes alors que chez Facebook, elle était de « seulement » 550 personnes. Les deux groupes ne sont pas du tout conçus sur les mêmes bases : autant Google est tourné vers les algorithmes et la technologie, autant Facebook est centré sur les personnes. Pour le reste, on n’a pas de bureaux chez Facebook, nous travaillons dans des open space. Mon bureau est situé juste à côté de celui de Mark, nous travaillons l’un en face de l’autre et chacun de nous est très accessible, à tout le monde.


Vous êtes très engagée sur la question de l’égalité hommes-femmes. Les inégalités concernent-elles en particulier l’univers de la high tech?

Les entreprises du secteur de la high tech ont en effet un défi particulier à relever car il y a très peu de femmes parmi les diplômés en sciences informatiques : seulement 13 % aux Etats-Unis. Pour ce qui est de Facebook, je suis très fière car plusieurs femmes y occupent des postes très haut placés. La communication mondiale du groupe a été confiée à Debbie Frost, l’activité européenne est dirigée depuis Londres par Nicola Mendelsohn. Et Carolyn Everson s’occupe des ventes mondiales. J’aimerais évidemment voir encore plus de femmes à tous les postes à responsabilité.

VIDEO - « Il y a une dynamique mondiale pour plus d'égalité »


Comment peut-on améliorer les choses ?

C’est avant tout un problème de mentalités : les gens ne s’attendent pas à voir des femmes occuper des postes à responsabilité. Tout le monde dit que, dans le monde, les différences culturelles entre pays sont énormes. Elles le sont, sauf sur cette question de l’égalité hommes-femmes. Dans le monde du travail, les femmes sont par exemple souvent accusées d’être agressives. J’entends cela partout, y compris ici à Paris. Et personne n’accuse les hommes de l’être. Mais le problème ne touche pas que les entreprises : aux Etats-Unis, 75 % des gens travaillant dans les activités à but non lucratif sont des femmes, mais seulement 21 % des organisations de ce secteur sont dirigées par des femmes.


En termes d’acquisitions notamment, Mark Zuckerberg donne l’impression de prendre ses décisions seul...

Pas du tout ! Mark a peut-être l’image de quelqu’un d’introverti, d’individuel, mais c’est complètement faux. Il travaille en petits groupes, toute la journée, il est accessible. Quand il y a des décisions à prendre, notamment sur une acquisition, nous les prenons ensemble au niveau de l’équipe de direction, avec le directeur technique et moi-même, en relation étroite, évidemment, avec le conseil.


Il y a eu ces dernières semaines des rumeurs sur votre départ, notamment après la vente de certaines de vos actions…

Je ne sais pas combien de fois je devrai le répéter, mais je ne pars pas! Les actions qui ont été vendues l’an dernier l’ont été pour des raisons fiscales. J’adore mon job! J’aime aider les entreprises à se développer. Je n’ai pas du tout envie de faire partie du gouvernement, comme cela a pu être écrit.


Pourquoi avoir acheté Oculus ?

Cette acquisition fait partie de notre stratégie de long terme. Nous voulons en faire une vraie plate-forme de communication et créer de nouvelles expériences sociales.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Agnès Saal attendue à la tête de l'INA

Agnès Saal attendue à la tête de l'INA | (Media & Trend) | Scoop.it
L'actuelle directrice générale du Centre Pompidou, devrait succéder à Mathieu Gallet à la présidence de l'Institut national de l'audiovisuel (INA).

 

Les jeux sont faits. Agnès Saal, actuelle directrice générale du Centre Pompidou, devrait succéder à Mathieu Gallet à la présidence de l'Institut national de l'audiovisuel (INA). Ce n'est plus qu'une question de forme. La future présidente doit d'abord être intégrée au conseil d'administration de l'Institut par décret, avant d'être nommée par un autre décret en Conseil des ministres.

 

Sur une vingtaine de candidats, qui devaient se manifester avant le 24 mars, six ou sept ont retenu l'attention de la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti. Parmi les probables recalés: Rachid Arhab, journaliste et ancien membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), Laurent Vallet, DG de l'Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles (IFCIC), Audrey Azoulay, DG du Centre national du cinéma (CNC), Laurence Herszberg, qui dirige le Forum des images, Jean-Baptiste Soufron, secrétaire général du Conseil national du numérique (CNN), ou encore l'ex-coprésident du directoire de Libération, Philippe Nicolas, qui formait un tandem avec Nicolas Demorand.

Riche expérience

Mais Agnès Saal, réputée d'une efficacité redoutable et proche d'Aurélie Filippetti, a la préférence. Elle fut très active dans l'animation des réseaux autour de l'ancienne députée de la Moselle et future ministre avant mai 2012. Son nom avait aussi circulé il y a deux ans pour devenir la directrice de cabinet de la ministre, poste qui a finalement échu à Laurence Engel.

À 56 ans, Agnès Saal a déjà une longue et riche expérience du secteur public de la culture. Elle avait choisi la rue de Valois à sa sortie de l'ENA au début des années 1980. Après son transfert au Conseil d'État en 1990, elle était devenue directrice administrative et financière du CNC, puis a gravité dans les cabinets des ministres successifs de la Culture: conseillère budgétaire puis directrice adjointe de cabinet auprès de Catherine Trautmann entre 1998 et 2000, puis auprès de Catherine Tasca jusqu'en 2001. Agnès Saal était directrice générale de la Bibliothèque nationale de France avant de devenir la numéro deux du Centre Pompidou en 2007.

 

Sa nomination à la tête de l'établissement chargé des archives de l'audiovisuel devrait intervenir d'ici à la fin du mois, au plus tard le 12 mai, date d'entrée en fonction de Mathieu Gallet à Radio France. Parmi les principaux chantiers qui l'attendent: la poursuite de la numérisation des archives, la diversification de l'Institut pour monétiser son savoir-faire dans la formation et la recherche ainsi que la création de nouveaux contenus.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

"Game of Thrones" : vive le piratage !

"Game of Thrones" : vive le piratage ! | (Media & Trend) | Scoop.it
Avec ses records de téléchargements illégaux fièrement assumés, la série de HBO brise un non-dit et contribue à un changement général de discours.

 

Comme presque tous les jours depuis un mois, Game of Thronesest en une de Google News. Et pour la deuxième fois en deux semaines, ses articles célèbrent le "nouvel exploit" de la série fantastique de HBO. Record d'audience ? Mieux, record de piratage ! 1,5 million de personnes ont téléchargé l'épisode 2 de la saison 4, le jour de sa diffusion dimanche dernier, et près de 200 000 personnes ont partagé la même copie du fichier (sans compter le streaming). "Ce sont des chiffres sans précédent. Jamais avant on n'avait vu 193 418 personnes partager le même et unique fichier simultanément", s'enthousiasme le blog TorrentFreak, qui analyse ces données. Game of Thrones a ainsi battu son propre record, établi l'an dernier pour le dernier épisode de la saison 3.

Rien d'étonnant à cela : échaudés par l'expérience des spoilers survenus lors de l'épisode désormais célèbre Les Noces pourpres, les fans se précipitent sur les sites de téléchargement pour visionner le plus rapidement possible la série. Mieux vaut perdre quelques heures de sommeil (les copies pirates commencent généralement à arriver sur la Toile vers minuit, après la diffusion télé à 22 heures) que de risquer d'apprendre l'identité du dernier mort le lendemain matin en lisant les réactions traumatisées des spectateurs sur les réseaux sociaux. Il est en revanche étonnant de constater à quel point, loin d'être un attribut honteux, le titre de "série la plus piratée au monde" en est venu à être présenté comme une dignité suprême. On parle, après tout, de quelque chose d'illégal, censé être combattu par tous, à commencer par les médias...

"Plus d'abonnements"

Mais avec Game of Thrones, le discours officiel sur le piratage semble s'être adouci. Sans doute parce que ceux qui auraient le plus à perdre dans l'affaire ont presque donné leur bénédiction à ces pratiques. Résigné ou visionnaire - selon l'interprétation qu'on en fait -, Jeff Bewkes, le P-DG de Time Warner (propriétaire de la chaîne HBO), déclarait fin 2013 ne plus chercher à stopper le piratage. "Ça fait littéralement vingt, trente ans, qu'on essaye de régler ce problème avec HBO", expliquait-il, comparant les sites de téléchargement aux personnes qui "ont toujours fait courir des câbles à l'arrière de leur appartement pour partager l'accès [à la chaîne câblée] avec leurs voisins." "Ce qu'on constate d'expérience, c'est que tout cela permet une meilleure pénétration du marché, plus d'abonnements et une meilleure santé pour HBO, qui a moins besoin de s'appuyer sur de la publicité payée - on ne paye pas beaucoup pour faire la pub de HBO, on laisse la programmation et les spectateurs parler pour nous", poursuivait-il. Avant de conclure, dans un dernier pied de nez au politiquement correct : "Game of Thrones est la série la plus piratée au monde. Eh bien, vous savez, c'est mieux qu'un Emmy Award !"

 

 

Cela ne signifie pas que HBO favorise le piratage. La chaîne passe son temps à traquer les fichiers illégaux et à les faire effacer, et elle est l'une des seules à encore prendre la peine d'envoyer aux pirates des lettres de reproches via leur fournisseur d'accès à Internet. Mais elle a l'honnêteté de reconnaître ouvertement les "bienfaits" collatéraux du piratage. Car, sans la possibilité de la regarder gratuitement sur Internet, Game of Thrones ne serait jamais devenue ce qu'elle est aujourd'hui (cela vaut évidemment pour bien d'autres, de Mad Men àWalking Dea, en passant par Glee...). En abolissant les frontières, le piratage crée ces fameux "phénomènes planétaires" qu'affectionne la presse.

 

Vieux modèle

Comme l'analysait l'an dernier l'auteur des livres, George R. R. Martin, le piratage est "un compliment dont on se passerait bien, mais un compliment quand même". Il oblige l'industrie télévisuelle à se réadapter en permanence. "Nous sommes en pleine transition vers un nouveau modèle pour la télévision et l'entertainment", souligne l'écrivain. "Et le vieux modèle, où les programmes sont faits en Amérique puis vendus à des chaînes de télé étrangères qui les diffusent la semaine d'après, le mois d'après, ou six mois après, ou six ans après, ou quand elles en ont envie, est en train de s'effondrer. Parce que c'est désormais un marché global. [...] Si l'Australie recevait la série le même jour que l'Amérique, alors peut-être que les Australiens ne téléchargeraient pas des centaines de milliers de copies..." 

Certains semblent avoir tiré les mêmes conclusions. En témoigne le développement des diffusions à J + 1, comme celle d'OCS qui propose Game of Thrones en France 24 heures après les États-Unis. Un premier pas vers une réinvention du modèle économique de l'audiovisuel. "Personne ne sait quelle sera sa forme finale, philosophe George R. R. Martin. Dès qu'on pense percevoir ce qu'est le nouveau modèle, d'autres innovations surviennent et changent toutes les règles du jeu." De quoi désespérer ? Au contraire, "c'est une époque passionnante" ! L'essentiel est que le monde de la culture commence à comprendre ce que HBO a compris : on ne tuera jamais le piratage, mais le piratage ne nous tuera jamais non plus. 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

"Younger" : la nouvelle série de Daren Star ( créateur notamment de "Sex & The City") commandée

"Younger" : la nouvelle série de Daren Star ( créateur notamment de "Sex & The City") commandée | (Media & Trend) | Scoop.it
La chaîne TV Land a commandé "Younger", une série comique de 12 épisodes avec la comédienne Sutton Foster, connue pour la série "Bunheads".

 

 

Younger vient de voir son pilote confirmé pour une série de 12 épisodes. La série raconte comment une mère célibataire quarantenaire décide de mentir sur son âge et se maquille en conséquence, pensant ainsi  retrouver facilement du travail.

 

Diffusée sur TV Land, la série sera menée par la comédienne Sutton Foster (de la série de danse Bunheads), et écrite par Darren Star (Sex & the City). Le casting est renforcé par Debi Mazar (Entourage), Miriam Shor et Hilary Duff.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

«Agents of SHIELD», l'échec télé de Marvel

«Agents of SHIELD», l'échec télé de Marvel | (Media & Trend) | Scoop.it
L'article qui suit contient un lot de spoilers massifs de la série Agents of S.H.I.E.L.D ainsi que du film Captain America: le Soldat de l'hiver.

 

Non content de truster le grand écran avec ses Avengers, Marvel a tenté d'imposer sa marque sur le petit avec la série Agents of SHIELD. Sans grand succès.

 

La rentrée séries américaines de l'automne dernier était marquée par l'arrivée d'un ambitieux projet attendu au tournant par des légions de fans: la série Agents of S.H.I.E.L.D, émanation de l'univers Marvel construit depuis Iron Man (2008) et suite directe du carton mondialAvengers (2012). On nous teasait du guest (effectivement, Samuel L. Jackson est passé faire coucou en Nick Fury le temps d'un épisode), des liens directs avec les films Marvel sortant parallèlement en salles (Thor 2, Captain America: le Soldat de l'hiver) et le retour d'un personnage très apprécié, l'agent Coulson pourtant tué dans Avengers.

  

Autant dire qu'on avait presque confiance, sachant que Joss Whedon, entre deux réalisation d'Avengers (le deuxième débarque l'an prochain), s'attaquait à la mise en scène du pilote. En voici la bande-annonce, entre poursuites tournées à Paris, vannes de geeks et brefs extraits des films Marvel pour titiller le chaland:

Diffusé fin septembre sur la chaîne ABC –le network appartient à Disney, tout comme Marvel– le pilote du show n'a pas vraiment suscité un intérêt démesuré, aussi bien critique que public. Les audiences sont en chutes quasi continues, et même le dernier épisode diffusé cette semaine, pourtant bien meilleur que la moyenne et en lien direct avec le carton Captain America 2, n'a pas suffi à enrayer cette chute.

Si l'amateur de séries ne peut que trouver inégaux les 17 épisodes à ce jour diffusés, oscillant entre le franchement sympathique et le carrément gênant, qu'en pensent les (gros) fans de comics? Relativement néophyte en la matière, j'ai préféré tirer les vers du nez à Sullivan Rouaud, redac-chef du site spécialisé Comicsblog et accessoirement fan des séries de Whedon... du moins jusqu'à Agents of S.H.I.E.L.D.

Avant de parler de la série, comment aviez-vous accueilli leAvengers de Joss Whedon?


C'est un beau pied de nez, peu de gens y croyaient et Marvel Studios, parti d'un prêt bancaire en 2007, finit par créer le plus gros évènement de la jeune histoire des adaptations de comics au cinéma. Je trouve que le film a plusieurs gros défauts, mais porte en lui cette chose assez indescriptible, ce «supplément d'âme» disent certains, qui nous fait tous passer au-dessus de la réal' discutable et des quelques problèmes de rythme.

 

Ce projet de série Agents of Shield, avant même de regarder le pilote, ça vous semblait prometteur?


Comme tous les gens qui s'y sont intéressés de près, j'étais super excité à défaut d'être confiant. L'ombre d'ABC plane souvent de manière beaucoup trop appuyée au-dessus de ses créations, même s'il est impossible d'avoir une confirmation de Kevin Feige (le big boss de Marvel Studios ultra bavard, qui n'évoque que très, très rarement la série) que celle-ci est une commande de Disney.

La série avait plusieurs atouts. D'abord, un cadeau pour les fans, en attente du retour de Phil Coulson, devenu le chouchou du public en l'espace de quelques films et deux courts-métrages. Et puis le S.H.I.E.L.D allait enfin pouvoir être développé convenablement, avec des menaces moins colossales que ses homologues au cinéma mais finalement adaptées à la télé, de la même manière que les Vengeurs ne s'occupent que rarement des petites frappes en comics, trop occupés à se battre contre Thanos ou Loki. Ils laissent ça aux troupes du S.H.I.E.L.D.

Le problème, c'est que la promesse s'est transformée en grosse désillusion, aussi bien à l'écriture qu'à la réalisation, et qu'on se retrouve dans une sorte de Club des Cinq 2.0 pendant 16 épisodes. Même si je dois dire que le dernier a un peu éveillé ma curiosité. 


Quels sont à vos yeux les principaux points noirs de la série?

 

Je pense que la série n'est pas faite pour les connaisseurs de comics. Il y a un manque d'engagement flagrant à tous les niveaux, que ce soit Sam Jackson qui offre des cameos en demi-teinte, pour rester poli, ou encore l'épisode qui fait revenir un personnage de Thor, Lady Syf (Jaimie Alexander), et qui concentre pour moi tous les défauts de la série. Je sais bien que les conditions de production d'un épisode ne sont pas les mêmes qu'au cinéma, mais aucun acteur ne semble y croire, tout paraît cheap, les faux-raccords sont légion et on a réellement l'impression d'assister à une bagarre de cosplayeuses. D'ailleurs, je trouve les rôles féminins globalement moins bien écrits que dans l'ensemble de ce que peut produire l'empire Whedon, du grand-père John à la fratrie Zack/Joss.Jed [plus encore que Joss, c'est d'ailleurs Jed et sa compagne scénariste Maurissa Tancharoen qui gèrent l'écriture de la série, NDLR].

Dans le dernier épisode, la série intègre le bouleversement qui touche le S.H.I.E.L.D dans Captain America 2, (l'infiltration de la structure par les nazillons de Hydra), ce qui était a priori prévu depuis le début par les scénaristes...

Pour une fois, j'ai été surpris. Le twist est malin à défaut d'être bien amené et sur le papier, c'est tout à fait efficace. Saffron Burrows (Victoria Hand) campe un personnage important de l'univers Marvel et les showrunners n'hésitent pas à faire des choix cinglants avec l'ensemble de leur cast. Evidemment, nous n'avons pas eu la chance en France de vivre l'épisode pendant la sortie de Captain America 2, sorti le 4 Avril aux Etats-Unis, mais j'ai retrouvé, dans l'intention, les meilleurs ambitions de Marvel Studios. 

Je vais encore fair ele rabat-joie et pointer du doigt la réalisation et la qualité des dialogues, mais je dois avouer que si je dois retenir un seul épisode depuis le départ, c'est sans aucun doute celui-ci qui m'affecte le plus. Déjà parce qu'il remet en cause l'existence même de la série, qu'il est un ajout malin à Captain America 2 et surtout, qu'il se paye le luxe de donner deux-trois indices pour Avengers: Age Of Ultron, chez les plus méticuleux des spectateurs. Ça peut paraître idiot, mais la simple mention de Captain America dans le film met du baume au cœur et donne vraiment l'impression de voir un univers partagé. C'est triste, parce que c'est un ressort basique à l'extrême et que les deux univers ne sont pas réellement compatibles à cause du ton employé par la série depuis des mois, mais ça donne envie d'y croire. Le problème, c'est que c'est un peu tard. 

 

Ce changement de direction insufflé par l'univers ciné de Marvel pourrait-il suffir à «sauver» la série?


J'ai peur que Whedon nous refasse une Dollhouse avec une fin de saison qui absout tout le reste de ses pêchés. D'autant plus quand tu jongles avec une série que tu as le droit de sacrifier, tu peux te permettre d'être sensationnel, et c'est le cas avec le cliffhanger du dernier épisode.

Le problème, c'est que dans l'ensemble, la série ne fonctionne pas avec l'univers ciné Marvel et que le niveau global est trop faible pour donner envie aux gens de manger 16 x 45 minutes pour quatre épisodes de qualité. Si tant est qu'ils soient bons, d'ailleurs. L'avantage maintenant, c'est que la série se passe temporellement après Captain America 2, et devient notre seul lien vers le film Avengers: Age Of Ultron, puisqueGuardians of the Galaxy se passera dans une galaxie far, far away. 

La série n'est toujours pas renouvelée pour une deuxième saison à ce jour, ça sent la saison unique, non?


Je ne sais pas si c'est réellement spoiler que de dire ça, mais j'imagine bien Marvel Studios se débarrasser de ce boulet directement par le biais du cinéma avec Captain America 2. Et même si ses réalisateurs, les frères Russo, sont plus explicites que Jed Whedon quand ils disent que le S.H.I.E.L.D est détruit, là où la série nous dit qu'il faut «recoller les morceaux», je ne vois pas Marvel tenter l'aventure une seconde fois. Je crois les producteurs assez malins pour le savoir depuis le début, et pour avoir misé sur un cheval qui voyait déjà la ligne d'arrivée tracée depuis le départ.

Verdict le lendemain de la diffusion du season finale, le 13 mai [et non fin avril comme initialement écrit ici, mea culpa] sur les Internets puisque M6, propriétaire des droits pour la France, a totalement loupé le coche niveau diffusion –absent aussi bien de sa grille que de son pass mensuel VOD de séries en direct des Etats-Unis.

more...
No comment yet.