(Media & Trend)
Follow
Find
41.2K views | +3 today
Scooped by Virginie Colnel
onto (Media & Trend)
Scoop.it!

Time Warner profit falls 11% on bad 'Luck' while revenue climbs

Time Warner profit falls 11% on bad 'Luck' while revenue climbs | (Media & Trend) | Scoop.it
The cancellation of HBO's "Luck" and the closing of a TV channel in India put a damper on an otherwise solid first quarter for media giant Time Warner Inc.
more...
No comment yet.
(Media & Trend)
Media, audiovisuel, TV, création, réseaux sociaux, ciné, Actu, chiffres, événements, analyses
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

HBO Pushes Web Expansion as Bewkes Battles Murdoch Bid - Bloomberg

HBO Pushes Web Expansion as Bewkes Battles Murdoch Bid - Bloomberg | (Media & Trend) | Scoop.it
HBO Pushes Web Expansion as Bewkes Battles Murdoch Bid Jeff Bewkes is looking to the Internet to accelerate growth at his prized TV network, HBO, as he seeks to demonstrate to investors that Time Warner Inc. (TWX) is worth more on its own than with Rupert Murdoch. HBO, home to “Game of Thrones” and “Boardwalk Empire,” may expand a $49-a-month trial introduced last year with Comcast Corp., people with knowledge of the plan said last week. The pilot, and a similar one from AT&T Inc., offers Web access paired with HBO and limited basic TV. HBO and its growth prospects are a big part of why New York-based Time Warner rejected a $75 billion buyout offer from Murdoch’s 21st Century Fox Inc. (FOXA), saying it will be better off independent. HBO was already developing ways to reach more consumers. The plan relies on more aggressive marketing, an upgraded HBO Go app and expanded access to the network for broadband-only customers of companies like Comcast who don’t want to buy a full cable-TV package. “We don’t like to leave any cookie unsold at our company,” Bewkes, 62, who is Time Warner’s chairman and CEO, said at an investor conference in May. “So we’ll get there.” In the next year or so, HBO Chief Executive Officer Richard Plepler aims to offer more consumers access to the four-decade-old channel through packages similar to the Internet Plus plan offered by Philadelphia-based, the largest U.S. cable provider, according to the people, who asked not to be named because the plans aren’t yet public. Managing Risk So far the plans are only available to new customers with teaser rates for broadband, basic cable and HBO that later increase. The structure of those deals underscores the broader risk for Time Warner and its pay-TV partners. If they make HBO available more broadly through Internet-only plans, some current pay-TV customers might drop out. “We’re just trying to figure out how to do this in a way that enhances rather than subtracts from our business, that supports the distribution infrastructure that we need, whether it’s the TV one that goes to your house today, or whether it’s the broadband one,” Bewkes said at the May conference. Plepler is trying to convince HBO’s major pay-TV distributors that marketing the premium network in a more affordable way would benefit cable systems as well, said the people, who asked not to be named because they weren’t authorized to speak publicly. Slimmer Plan HBO is typically marketed as part of a pay-TV package that costs $100 a month or more, limiting the potential pool of customers. While it posted its best growth in 17 years in 2013, about 70 million U.S. pay-TV homes don’t subscribe. HBO Go, the online and mobile version, is available in the U.S. only to cable-TV customers who pay for HBO. The $49-a-month Internet Plus trial introduced last year with Comcast is the model for a new service, said the people. The package is aimed at the 10 million U.S. broadband customers, many of them younger, who don’t now buy cable TV. There are about 100 million U.S. households that have television subscriptions. “There’s no secret we’re looking at all these distribution options,” said Quentin Schaffer, a spokesman for HBO, without commenting directly on the expansion effort. Bewkes, whose Time Warner career began at HBO in the 1970s, is resisting an $85-a-share cash and stock offer by Murdoch’s Fox, which also owns cable networks such as FX and Fox News, and produces competing films and TV shows. Time Warner’s board has decided the company can do better staying independent, even if Murdoch were to bid as much as $95 a share, according to people familiar with the thinking. Standout Programs Fox valued HBO at $20 billion in its bid, people familiar with the matter have said. Given its growth prospects, the network could be worth as much as $25.8 billion by 2016, Morgan Stanley analyst Benjamin Swinburne said in a May report, at which point it would account for a quarter of Time Warner’s total asset value. Plepler, an executive made in the Time Warner mold, has often lectured on the importance of HBO’s culture and likes to quote a line, usually attributed to management theorist Peter Drucker, that “culture eats strategy for breakfast.” HBO’s standout original programming makes it a must-buy in many homes. “Game of Thrones” pulled in 19 Emmy Award nominations last month, leading the annual contest for TV’s top honors. “Game of Thrones and HBO’s ‘‘True Detective’’ will compete for best drama against Netflix Inc. (NFLX)’s ‘‘House of Cards.’’ HBO also scored best-comedy nominations for ‘‘Veep’’ and ‘‘Silicon Valley.’’ ‘‘In terms of premium content, they’re on top of the pile,’’ said Arnaud Levy, an investment banker with Media & Entertainment Advisors in Los Angeles. Film Rights While original programs win awards, about 80 percent of all viewing on the network is movies. HBO has film licensing agreements with major studios including Fox, a relationship that Murdoch sees adding to the value of a deal. As HBO looks to expand internationally, the network would have to renegotiate film rights to show movies outside the U.S. Having Fox and HBO under one roof would make that easier. HBO has made some moves to get its shows to new audiences. In April, the network agreed to offer ‘‘The Sopranos’’ and shows like ‘‘The Wire’’ and ‘‘Six Feet Under,’’ through Amazon.com Inc.’s Prime online service. The money from that deal will be invested in new programming and accelerating the next generation of HBO Go, previously the online outlet for those shows through a subscription service. New Programs A new show, ‘‘The Leftovers,’’ has been increasing its audience, making a second season more likely. Plepler said in March he’s working on an upgrade to HBO Go. ‘‘HBO Go is a beautiful product,’’ Plepler said then at an investor conference. ‘‘The metaphor I like to use is, it’s a beautiful BMW 3 Series. We’re building a 750 Series.” Murdoch’s interest in Time Warner has been stoked by a rapidly changing pay-TV landscape, driven by consolidation among phone, cable and satellite operators in deals that total more than $134 billion this year. Comcast’s proposed takeover of Time Warner Cable Inc. (TWC) will give the combined company 30 million U.S. TV subscribers, while AT&T Inc.’s bid for DirecTV will put about 26 million customers under a single roof. As those companies bulk up and gain leverage in negotiating for rights to programming from networks like HBO, content owners like Fox are feeling pressure to grow by acquisition as well. Netflix Comps HBO generated $1.79 billion in operating income last year, with profit surging 16 percent from 2012 and making the network one of Time Warner’s fastest-growing units. Revenue advanced 4 percent to $4.9 billion. HBO and its sister channel Cinemax added 2 million subscribers in the U.S. last year, bringing their domestic total to 43 million, the company has said. The two channels had about 127 million subscribers worldwide at year-end, according to Time Warner filings. Still, HBO is adding customers and revenue more slowly than Los Gatos, California-based Netflix, the pioneer in Web-based film and TV viewing. Netflix reported a 25 percent increase in quarterly revenue last week, with its worldwide subscribers increasing by a third to 50.1 million. The company, which offers older films, reruns and original programming such as “Orange Is the New Black,” has been running close to breakeven as it invests in growth, and has a market value of $25.4 billion. Time Warner has experimented outside the U.S. by offering HBO as a standalone product, and found that it increased cable-TV subscriptions, rather than cannibalizing the main product. HBO is available in more than 60 countries. Nordic Plans A standalone HBO service in Sweden, Norway, Finland and Denmark, which can be bought separately from cable-TV or Internet service, has generated 380,000 subscriptions, according to the people. Subscriptions to HBO through traditional pay TV providers in those countries have also increased, they said. “There’s a big interest in premium channels right now, just look at the attention around NFL Sunday Ticket and original content like you see on Showtime,” said Amy Yong, an analyst with Macquarie Securities USA Inc., in New York. “We are moving to a landscape where cable and pay TV providers are trying to segment the market.”
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

The Upfront Will Be Down More Than 6%

The Upfront Will Be Down More Than 6% | (Media & Trend) | Scoop.it
No, all that money that didn't go to broadcast networks is not showing up on cable.

 

 

New Jersey-based agency MDI says the upfront will be down 6.1 percent this year to $18.1 billion—the first time the market will have dipped since '09-10 when the TV industry pulled back sharply on ad spending, in part due to the longer-term effects of the 2008 financial crisis. 

 

With budgets down across the board, it's hard to know what the endgame for the year's advertising revenue will look like. Upfront commitments, after all, are changeable up to a certain point, and it's not clear whether budgets are indeed down across the board or a difficult year for TV ratings has meant that advertisers are now willing to spend more in scatter.

 

What is clear is that broadcast is likely to be down about 10 percent and cable is down about 2 percent, according to sources familiar with the upfront market, and that several major players—not least of them Fox, which lost its primary executive Kevin Reillypractically as the lights came up after its programming presentation—are taking less for their wares than they have in years past, whether it's in CPM decreases (as with Fox) or in volume drops.

 

We wrote last month that scatter was probably where networks are going to make their stand. Nobody's going to be giving away inventory on their high-end shows once the hits are established, but there are plenty of interesting options out there for video advertisers at the moment.

 

Clients may not flock en masse to digital video this year, but new metrics for TV effectiveness are cropping up every day, and one thing those metrics aren't great at predicting yet is whether or not new shows are going to hit. They're good at established TV and time slot predictions, but if a show hasn't aired yet and it's terrible, all the data in the world isn't going to help. Faced with viewership declines on the most effective (and measurable) medium available, advertisers may be looking for more reliability as the content market diversifies rapidly.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

France Télévisions : des prime times autorisés après 20h35

France Télévisions : des prime times autorisés après 20h35 | (Media & Trend) | Scoop.it
L'obligation des premières parties de soirée à 20h35 sur France Télévisions, jamais vraiment appliquée, de la loi du 5 mars 2009 relative à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision va prendre fin.

«Mettez-vous à l'heure de France Télévisions» promettait à l'époque les spots publicitaires de France Télévisions pour promouvoir des programmes en prime time dès 20h35 au lieu de 20h50 voire 21 heures chez les concurrents. Une mesure qui devait permettrait aux téléspectateurs de pouvoir profiter de leurs programmes plus tôt, comme dans les années 80 où le journal télévisé prenait fin vers 20h30.

 

Mais dans les faits, les dirigeants de France Télévisions n'ont jamais vraiment appliqué cette mesure pourtant inscrite dans leur cahier des charges. Malgré les mises en demeure du CSA, les programmes de première partie de soirée des chaînes du service public ont continué à débuter aux alentours de 20h45. Rémy Pflimlin, le président de France Télévisions, expliquait que le 20h35 était davantage un handicap qu'un avantage pour les téléspectateurs.

 

Ce lundi matin, sur Europe 1, Sylvie-Pierre Brossolette, membre du CSA et présidente du groupe de travail «droit des femmes», a révélé que cette obligation allait prendre fin. «C'est terminé parce que le conseil d'administration a voté la fin de la mention du 20h35 dans le cahier des charges, a-t-elle déclaré dans Le grand direct des médias. Il faut un décret du gouvernement mais cela va être voté. Il n'y aura plus de mention et donc plus d'hypocrisie. La réalité va rejoindre le droit ou le droit, la réalité.»

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Canal+ se déclare serein face à l’arrivée de Netflix

Canal+ se déclare serein face à l’arrivée de Netflix | (Media & Trend) | Scoop.it
Canal+ prépare la riposte à Netflix, en toute discrétion, via CanalPlay, son service de vidéo à la demande par abonnement.

Parmi tous les acteurs de l’audiovisuel français, celui que Netflix pourrait déranger le plus c’est Canal+. Car tous deux opèrent sur un même marché : celui de la télévision payante. Pourtant, « on ne considère pas Netflix comme un concurrent frontal de Canal+ », déclarait récemment dans nos colonnes Rodolphe Belmer , le patron de la chaîne cryptée.

 

D’après lui, ce n’est pas tant Netflix le déflagrateur, c’est plutôt l’évolution des modes de consommation de la télévision. « Ce que l’on doit prendre en compte, c’est l’individualisation de la consommation de contenus que l’on voit très bien sur Internet avec YouTube », explique Manuel Alduy, à la tête de la Canal OTT, structure dédiée aux services distribués par Internet.

 

Un premier mouvement a été réalisé par Canal+ avec le lancement, en 2011, de CanalPlay, un service de vidéo à la demande par abonnement (SVoD), sans engagement de durée. En réalité, c’est à ce niveau-là que Canal+ s’attend à être plutôt concurrencé par Netflix. Pour un prix semblable – allant de 7,99 à 9,99 euros par mois –, ­CanalPlay propose 9.000 programmes avec une offre très large de séries – la plus conséquente en France aujourd’hui en SVoD –, de films et de programmes jeunesse. Elle va bien au-delà de ce que propose Canal+ aujourd’hui.

 

Et elle a été renforcée ces derniers mois. D’abord en élargissant sa distribution : smartphones Android, Apple, Chromecast… ainsi que tous les distributeurs de télé (Orange, Free…) – sauf Numericable. Netflix, lui, n’a toujours pas signé chez ces derniers. Une application CanalPlay Kids, réservée aux enfants, vient tout juste d’être lancée. Pas anodin, quand on sait que l’offre jeunesse de Netflix rencontre le succès.

Un service pas rentable

L’un des points forts de l’américain, c’est son système de recommandation de programmes en fonction de ce qu’aime l’utilisateur. CanalPlay a aussi le sien, mais n’en fait pas un argument de vente. « Une des grandes forces de CanalPlay c’est que l’on range et que l’on met en avant des programmes. On est dans un marché de l’offre pas de la demande », plaide Manuel Alduy. De nouvelles fonctionnalités sont en préparation pour la rentrée. D’ici là, pour mieux se faire connaître, CanalPlay va lancer une campagne de publicité, plus onéreuse que celle de l’an passé. Le service ne possède pour l’heure que 450.000 abonnés. Ce qui ne lui suffit pas pour être rentable.

 

Canal+ s’estime, pour sa part, protégé de Netflix par les séries fortes et les films récents que la chaîne propose. Quand Netflix, lui, fait du déjà-vu, à l’exception de quelques séries tendances. Là où il existe un risque c’est sur le tarif : à 40 euros en moyenne, l’abonnement est très cher face à Netflix, autour de 10 euros. Entre les deux, on va probablement avoir une vraie bataille de communication : chacun va chercher à convaincre que son rapport qualité-prix est le meilleur. Or, Netflix dépense énormément en marketing et communication, beaucoup plus que Canal+, ce qui est un avantage conséquent.

 

A plus long terme, ce qui pourrait menacer Canal+ et plus globalement tout l’audiovisuel français, ce sont ses plus de 50 millions d’abonnés . Un levier qui pourrait lui permettre de passer avant tout le monde pour acheter les séries qu’il veut auprès des studios hollywoodiens.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Aurélie Filippetti: «Le public doit pouvoir accéder plus rapidement aux films»

Aurélie Filippetti: «Le public doit pouvoir accéder plus rapidement aux films» | (Media & Trend) | Scoop.it

La ministre de la Culture assure que les moyens alloués à France Télévisions seront stabilisés  au cours des trois prochaines années.

PUBLICITÉ 

Ministre de la Culture, Aurélie Filippetti va revoir la chronologie des médias à l'occasion de l'arrivée de Netflix en France en septembre. Pour la vidéo à la demande par abonnement, elle propose de rendre les films disponibles 24 mois après leur sortie en salle, contre 36 actuellement. Cette fenêtre serait réservée aux services qui participent au financement des œuvres françaises et européennes.

 

LE FIGARO. - Vous revenez tout juste d'Avignon. Le dialogue est-il rompu avec les intermittents du spectacle?


Aurélie FILIPPETTI. - Non, bien au contraire. Il ne faut pas confondre une toute petite minorité qui s'inscrit dans une démarche de provocation avec la grande majorité des artistes et des techniciens qui souhaite que le système puisse être réellement remis à plat au terme de la concertation engagée à l'initiative du premier ministre. Même s'il y a eu un peu d'agitation à Avignon, je constate que la concertation menée pendant ce temps à Paris a été très constructive. J'y vois le signe que la méthode proposée par le gouvernement est la bonne.

 

Concernant le secteur de l'audiovisuel, comment comptez-vous compenser les 300 millions d'euros de coupe budgétaire qui n'iront plus dans les caisses de France Télévisions principalement?


Les moyens alloués à France Télévisions et à l'audiovisuel public vont être globalement stabilisés pendant les trois prochaines années. Dans un contexte de finances publiques difficile, la subvention de l'État est appelée à diminuer progressivement. Mais elle est compensée par l'évolution naturelle des recettes de la redevance, du fait de son indexation sur l'inflation, et d'une évolution favorable de la démographie, la France comptant chaque année plus de foyers. Grâce à cela, une politique ambitieuse de programmes culturels sur France Télévisions sera réaffirmée.

 

Envisagez-vous de réévaluer de quelques euros la redevance, comme en 2013?


Le maintien des ressources que je viens d'évoquer ne repose que sur l'indexation de la redevance et la démographie.

 

Pourquoi est-ce Arnaud Montebourg qui a sonné la mobilisation face à l'offensive des offres anglo-saxonnes comme Netflix?


C'est une action que nous avons préparée, portée et organisée ensemble. Dès le mois de mars, j'ai reçu les dirigeants de Netflix et par la suite tous les acteurs du dossier avec lui. Arnaud Montebourg et moi-même sommes engagés dans une stratégie de souveraineté culturelle et numérique de la France.

 

En quoi consiste précisément cette stratégie?


L'objectif est de valoriser le «made in France» culturel. Il faut promouvoir et développer l'excellence des acteurs hexagonaux dans le domaine de la vidéo à la demande (VOD et SVOD). Il faut faciliter l'accès des internautes aux offres légales, en travaillant sur leur visibilité et leur disponibilité. Dès la rentrée, je lancerai un appel à propositions pour un dispositif de référencement des sites de vidéos qui contribuent au soutien et à l'exposition de la création française et européenne. Je souhaite également favoriser toutes les coopérations possibles entre les opérateurs français de vidéos à la demande et de télévision. Il y a aussi une très bonne nouvelle: le principe d'un soutien automatique à la VOD et la SVOD, que j'avais souhaité, est accepté par Bruxelles. Le Centre national du cinéma pourra donc le mettre en œuvre.

 

Vous aviez promis une évolution de la chronologie des médias. Avez-vous arbitré ce dossier?


Depuis 2009, les pratiques et l'environnement concurrentiel ont considérablement évolué. Il est temps d'en tenir compte et de donner un nouvel élan à nos industries culturelles, tout en favorisant les offres légales en ligne. Même si la chronologie des médias relève d'un accord interprofessionnel, il est de ma responsabilité de proposer un nouvel équilibre, à partir de l'important travail de concertation que j'avais demandé au CNC. La salle de cinéma doit dans ce nouveau cadre continuer à primer pour les films et je ne retiens pas l'idée d'une diffusion simultanée sur Internet ; mais des dérogations encadrées devraient être prévues, pour des films qui auraient très vite épuisé leur potentiel en salle. L'objectif général est qu'après la salle, le public puisse accéder plus rapidement et légalement aux œuvres. Je propose donc d'avancer de deux mois la disponibilité des films à la télévision et, pour la vidéo à la demande par abonnement, de ramener le délai après la sortie en salle à 24 mois, contre 36 actuellement. Mais uniquement pour les services qui participent au financement et à l'exposition des œuvres françaises et européennes. Il faut également favoriser l'accès des films en VOD sur une plus longue période: pour cela, la fenêtre d'exclusivité des chaînes de télévision au moment où elles programment un film pourrait être resserrée. Et je souhaite enfin que la diffusion des courts-métrages soit libre. Ces assouplissements seront détaillés avec les professionnels sous l'égide du CNC. Je fais confiance à leur sens des responsabilités pour qu'un accord puisse se dégager à la rentrée.

 

Le piratage sur Internet est très développé chez nous. Comment lutter efficacement contre ce phénomène?


La priorité est donnée à la lutte contre le piratage commercial des œuvres culturelles, en complément d'une réponse graduée qui garde sa pertinence. Il est par exemple anormal que des contenus illégaux qui ont été notifiés et retirés puissent réapparaître ou que des décisions de justice de blocages de sites illicites soient contournées. Comme le préconise Mireille Imbert-Quarettadans son rapport sur le piratage, il faut notamment responsabiliser les organismes de paiement et les régies de publicité. Un travail sur des engagements contractuels est en cours. Mais une des clés est aussi la sensibilisation des plus jeunes à ce qu'est un créateur, à la manière dont il vit de son art, au fondement du droit d'auteur. Avec Benoît Hamon, le ministre de l'Éducation, je souhaite que l'on puisse prendre des initiatives en ce sens dès la rentrée de 2014. Et il faut évidemment développer l'offre légale et son référencement.

 

Votre projet de grande loi création est-il abandonné?


Pas du tout. Une loi sur la culture, qui comportera un volet création, et un autre dédié au patrimoine, sera présentée au début de l'année 2015. Cette loi viendra entre autres renforcer les droits et la protection sociale des artistes. Elle intégrera également des dispositions qui permettront de clarifier les protections patrimoniales. Cette loi mais surtout la préservation du budget de la Culture sur les trois prochaines années permettront de déployer mes priorités: les mutations liées au numérique et l'accès de notre jeunesse aux pratiques artistiques et culturelles.

 
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Bilan 2013 de France Télévisions : « Peut mieux faire », selon le CSA

Bilan 2013 de France Télévisions : « Peut mieux faire », selon le CSA | (Media & Trend) | Scoop.it
S'il estime que le groupe a respecté ses obligations, le CSA se montre très critique sur la programmation.

Bravo France Télévisions, vous respectez globalement bien vos obligations, mais il y a tout de même plusieurs points à revoir. C'est, en substance, le message qu'envoie le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) à France Télévisions, dans un rapport publié ce matin sur son bilan 2013. L'institution fait tous les ans ce travail, mais l'exercice prend cette fois-ci une coloration particulière quand on sait que le mandat de l'actuel président du groupe public, Rémy Pflimlin, prend fin le 22 août 2015 et que c'est le CSA qui va nommer le futur patron.

 

Décrivant l'offre de programmes du groupe public, les financements dans la production cinématographique et audiovisuelle, etc., ce document de 152 pages semble, à première vue, très factuel. Mais les vraies conclusions que le CSA en tire sont dans les premières pages présentant son appréciation générale sur France Télé. Or, c'est loin d'être un satisfecit. «  France Télévisions a déjà fait beaucoup d'efforts, mais elle peut et doit encore mieux faire », soutient Sylvie-Pierre Brossolette, conseillère au CSA. Les bons points ? Les obligations du groupe - diffusion entre 20 heures et 21 heures des programmes européens et francophones inédits, d'une émission culturelle quotidienne par jour en prime time - ont, à quelques exceptions près, été respectées. Sylvie-Pierre Brossolette décerne aussi une bonne note aux développements numériques avec, notamment, le lancement de Culturebox.

Inquiétudes généralisées

Mais les critiques fusent sur la programmation. Sur France 2 d'abord, la locomotive du groupe. «  Les difficultés en avant-soirée ont contribué à déstabiliser les audiences du journal de 20 heures », pointe le CSA, qui appelle carrément la chaîne à «  proposer une offre pertinente [et] distincte des chaînes privées ». L'échec de Sophia Aram et Laurent Ruquier ont laissé des traces sur cette tranche horaire, qui représente 34 % des revenus publicitaires de la chaîne. France 3 n'est pas plus épargnée : Sylvie-Pierre Brossolette ne cache pas son «  inquiétude  » sur l'offre régionale. «  Il reste un effort à faire sur la coordination générale et les synergies », relève-t-elle. Le rapport appelle à «  de réels efforts de mutualisation » des programmes régionaux, trop coûteux et qui ne font pas assez d'audience. Le CSA pointe aussi l'identité trouble de France 4. La «  refonte éditoriale » de mars 2014 «  ne semble pas participer à la bonne identification de la chaîne », raille-t-il poliment, s'interrogeant sur le «  dessein dichotomique de cette chaîne, qui est amenée à proposer une offre jeunesse en journée tout en étant appelée à être un incubateur de programmes innovants difficilement délimitables ». Enfin, le CSA, qui a réalisé pour la première fois une vaste étude « clinique » sur l'offre culturelle de France Télé, regrette que les arts et les lettres ne représentent que 8 % de celle-ci et soient très majoritairement disponibles entre minuit et 6 heures du matin.

 

Le groupe tente déjà de rectifier le tir sur l'avant-soirée de France 2 avec en test, cet été, une nouvelle émission « Face à la bande » et des audiences qui remontent grâce à Nagui. Il attend aussi les arbitrages du gouvernement sur la réforme en cours de France 3. A un an de l'arrivée à échéance de son mandat, Rémy Pflimlin doit forcément se poser la question de son renouvellement. Le CSA doit publier, à l'automne, un autre rapport, sur l'ensemble de l'action de ce dernier depuis 2010. Ce bilan 2013 donne un avant-goût de son appréciation, alors que le CSA s'est souvent montré critique sur la gestion du groupe, au point qu'Olivier Schrameck, son président, a demandé, en octobre, à entendre «  toutes les deux semaines un représentant de France Télévisions » ! Pour Rémy Pflimlin, qui ne devrait faire connaître son choix qu'au dernier moment, l'équation est complexe : ne pas se représenter pourrait être interprété comme une façon d'admettre qu'il a échoué.Au-delà des programmes, c'est aussi sur sa capacité à transformer l'entreprise qu'il sera jugé.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

La série suédoise ‘Welcome to Sweden’ s’exporte outre-atlantique

La série suédoise ‘Welcome to Sweden’ s’exporte outre-atlantique | (Media & Trend) | Scoop.it

‘Welcome to Sweden’ – ‘Bienvenue en Suède’ – ou les tribulations d’un Américain, Bruce, parti rejoindre sa fiancée Emma en Suède, son pays d’origine.

 

Sortie en Suède au printemps, cette nouvelle série TV est désormais disponible aux Etats-Unis et au Canada.

 

Un projet très personnel longuement mûri par Greg Poehler, et pour cause, il s’est inspiré de sa propre expérience pour écrire le scénario : depuis 2006, il vit avec sa compagne suédoise en Suède. C’est lui qui tient le rôle de Bruce.

 

Greg Poehler, acteur et auteur de la série ‘Welcome to Sweden’ :

“ Je suis un Américain qui vit en Suède. On va commencer par là ! Et donc, en un sens, il y a beaucoup de similitudes entre mon personnage et moi.Cela fait 8 ans que j’habite en Suède, 8 ans que j’accumule de la matière pour la série. A la base, l’histoire est identique, mais je dirais que ma propre vie, la transition vers ma nouvelle vie en Suède s’est faite en douceur contrairement à mon personnage. “

 

Principaux ressorts comiques de la série : les 1001 chocs culturels de l’expatriation, les heurs et malheureux du ‘couple mixte’ et la première rencontre, forcément rocambolesque, avec ses beaux-parents.


Un peu tiré par les cheveux, tout ça ? À vous de juger.

 

Greg Poehler :
“ Je pense que les difficultés que doit surmonter mon personnage sont identiques à celles de n’importe quel autre immigrant. Peu importe le pays où vous vous installez, si vous décidez de tout recommencer, de vous réinventer et de devenir quelqu’un de nouveau, vous allez traverser toute une série d‘événements, d‘événements de la vie de tous les jours. Repartir à zéro, ça signifie trouver un logement, trouver un emploi, se faire de nouveaux amis, rencontrer sa belle-famille. S’expatrier et devenir un immigrant, c’est souvent une expérience et une existence assez solitaire et … C’est loin d‘être facile ! “

 

Les aventures de Bruce et Emma en Suède sont actuellement diffusées aux Etats-Unis et au Canada. La preuve que les séries européennes s’exportent de mieux en mieux.

 
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Comedy should have the last laugh in television

Comedy should have the last laugh in television | (Media & Trend) | Scoop.it

The subject is comedy. If it is not exactly true THAT it "can't get no respect," to quote the comic, it does get less than it deserves.

It has become commonplace to say that we are living in a New Golden Age ofTelevision, or a Platinum Age of Television, depending on whether your point is that things are as good now as they were back when Lucy RULED the waves or whether your point is that things have never been as good as they are now.

 

On one level, since there has always been great television, this just means that people — critics, and the rest of you — have been given permission, by the self-creating zeitgeist, to take it seriously. And television has CONTINUED to take itself more seriously in turn: to raise the bar, to push the envelope, épater la bourgeoisie. It has become more purposefully daring but also more subtle in its aims and effects.

 

One not unreasonable result of this seriousness is that what looks most serious gets taken most seriously. Just as the Oscars have long overlooked comedy on film, from "The Sopranos" to "Deadwood" to "Mad Men" and "Breaking Bad," the New Golden/Platinum Age has been largely identified with drama. As reckoned by the website Metacritic, aggregating year's-best lists from 61 TV critics, only three comedies, NBC's "Parks and Recreation" and HBO's "Enlightened" and "Veep" — or four, if you include the line-walking "Orange Is the New Black," which Netflix is entering in Emmy COMPETITION as a comedy — made the top 20 for 2013. ("Louie," the comedy series taken most seriously by most critics, would surely have been there had it not taken the year off — though it would have knocked "Veep" off the list in the bargain.)


One not unreasonable result of this seriousness is that what looks most serious gets taken most seriously. Just as the Oscars have long overlooked comedy on film, from "The Sopranos" to "Deadwood" to "Mad Men" and "Breaking Bad," the New Golden/Platinum Age has been largely identified with drama. As reckoned by the website Metacritic, aggregating year's-best lists from 61 TV critics, only three comedies, NBC's "Parks and Recreation" and HBO's "Enlightened" and "Veep" — or four, if you include the line-walking "Orange Is the New Black," which Netflix is entering in Emmy COMPETITION as a comedy — made the top 20 for 2013. ("Louie," the comedy series taken most seriously by most critics, would surely have been there had it not taken the year off — though it would have knocked "Veep" off the list in the bargain.)


The New Golden/Platinum age is often charted from the 1999 birth of "The Sopranos," which, with its paradoxically charismatic central performance by James Gandolfini, LAUNCHED an age of anti-heroes (and, rarely, anti-heroines), in which moral ambiguity, shocking violence and a garnish of (usually female) nudity ruled the day. Some will point out that it was preceded in much of this by "Oz," the Tom Fontana maximum-prison series.

But both were preceded on HBO by the equally groundbreaking "The Larry Sanders Show," which ran from 1992 to 1998 and is the show that, to my mind, really brings in the modern era. Garry Shandling's profane workplace comedy was a naturalistic farce that created a lot of current storytelling modalities, including famous people playing altered versions of themselves, the walk-and-talk now IDENTIFIEDwith Aaron Sorkin, and the use of improvisation.

 

Today, there is no dramatic equivalent to Comedy Central's "Drunk History," fashioned from a three-way collision of reality and artifice and inebriation (actually inebriated narrators recount actual historical events, which are brought to life by lip-syncing actors); or to its "Kroll Show," whose interwoven mock reality series lives in a space defined by chyrons and musical cues; or to the brawny surrealism of Adult Swim's adventure series "Eagleheart" or its white-trash supernatural soap "The Heart, She Holler"; or Scott Aukerman's not entirely mock-talk-show-with-fictional-through-lines "Comedy Bang! Bang!"; or Stephen Colbert's double-gainer IRONY on "The Colbert Report"; or the late "Community," which used parody as a storytelling device, borrowing styles from different precincts of television WEEK to week with only the characters and the setting REMAINING the same; or the Tex Avery whipsaw rhythms of the even later yet still resonating "30 Rock."

Today, there is no dramatic equivalent to Comedy Central's "Drunk History," fashioned from a three-way collision of reality and artifice and inebriation (actually inebriated narrators recount actual historical events, which are brought to LIFE by lip-syncing actors). (Comedy Central) 

We are in the habit of regarding tragedy as more meaningful than comedy because comedy lets us off the hook with a laugh, if not always a happy ending. And yet good comedy addresses, with an unclouded eye, everything that drama addresses as well as a lot of things that drama IGNORES: It finds fathomless interest in the small indignities of life and in the many minor peculiarities of human physiology, psychology, desire and intercourse, even as it puts the most tragic events in proportion — everything from flatulence to fatality is grist for its mill.

 

Contemporary TV DRAMA tends to be exotic; it focuses people whose lives are bigger than ours, who are the victims or perpetrators or solvers of CRIME, who fight wars and suffer ghosts, who live in different times in different clothes and are SUBJECTED TO more than usual amounts of stress. In the current empire of television, where cable is the tail that wags that network dog, sex and violence (and, distressingly often, sexual violence), those sensational standbys, have become increasingly common tools. I would hardly call them subjects — in most cases they are administered like shots of adrenaline and often glamorized. Even in the best, least-gratuitous dramas, the naked people of television tend to be unusually good-looking — and mostly women — which is what makes Lena Dunham's normal-body nudity on "Girls" so potent.

 

Comedy, by comparison, is local and lifelike. It is also inherently philosophical. The much-admired dialectical banter between Matthew McConaughey's Rust Cohle and Woody Harrelson's MARTIN Hart in HBO's "True Detective" is daily business to comedy, from "Mom" to "Broad City," from "Portlandia" to "PARKS and Recreation," where belief systems and world views are constantly knocking against one another.

Comedy also goes to matters of sex and violence, sometimes stupidly, more interested in the shock than the meaning of the shock. But the best work holds them up to the light, turns them around, takes them apart. It is an art of examination, in a way. Is there any drama, excepting maybe "THE GOOD Wife," as consistently smart and unflinching about these things as "Inside Amy Schumer"?

 

Some of this comes down to personal predilection, to be sure. That it feels more crucial to me to keep up with the Indianapolis family comedy "The Middle" than with the fantasy-realm family drama "GAME OF THRONES" is not because I have made a conscious decision about their relative (and anyway incomparable) merits. I get something I need from the comedy that I don't from the drama, though each is in its way a story of power and scheming and a clan set against the WORLD.

It is something more than a matter of taste. Humor is a coping mechanism, obviously, and laughter (says THE READER'S Digest) the best medicine. But it's also a way of being in the world: Comedy is tragedy plus time, in the familiar formulation. We are fools, and we are all going to die; that is funny and/or it's sad. But you might as well laugh.

 

While television drama is all but locked into its hourlong format, with long arcs the custom even for highly episodic shows, comedy may be as SHORT as a single line or as long as a season. It is a darting PT boat to drama's aircraft carrier. (Which is why it works so much better on the Internet.) It may be sketch-based or serial, naturalistic, fantastic, metafictional, scripted, improvised, live-action, animated, the voice of an auteur or the work of an ensemble; it may present real people fictitiously or impossible characters casually; and it may combine any of these elements as it pleases.


 
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Les groupes M6 et TF1 en pointe dans l'investissement «media for equity»

Céder des parts de capital contre des spots publicitaires permet aux start-up d'accroître leur visibilité et aux médias d'écouler leurs espaces publicitaires tout en prenant des parts dans des entreprises innovantes.

 

Céder des parts de capital contre des spots publicitaires? L'idée, qui permet aux start-up d'accroître leur visibilité et aux médias d'écouler leurs espaces publicitaires, fait son chemin. Lentement, c'est vrai. En France, ceux qui tentent le pari se comptent pour l'instant sur les doigts d'une main. Parmi les pionniers: TF1 et M6.

 

Le groupe de Nicolas de Tavernost est le premier à avoir adopté une telle stratégie. À l'automne 2010 déjà, M6 concluait un accord avec le site Monalbumphoto.fr. Résultat: en quatre ans, le chiffre d'affaires du site a été multiplié par sept.

 

«Le média télé est un formidable accélérateur de notoriété, mais il se révèle souvent trop cher d'accès dans le cas de petites start-up», explique Guillaume Charles, le directeur de la stratégie et du développement du groupe M6. Sachant que les jeunes sociétés doivent, a minima, investir «quelques millions d'euros bruts» en spots publicitaires, difficile en effet d'intégrer ce type de mécanique. D'où l'idée d'échanger du capital contre de l'exposition télévisée.

L'avantage est double: le média comme la start-up n'ont pas à débourser d'argent. Et, surtout, ce type de partenariat est bâti sur un modèle vertueux: le diffuseur ayant tout intérêt à maximiser la visibilité de la société dans laquelle il a investi.

 

Preuve en tout cas que M6 trouve cette stratégie de diversification intéressante, elle vient de conclure, en mai dernier, un nouveau partenariat avec FamiHero, un site spécialisé dans les services à la famille (soutien scolaire, garde d'enfants…) financé par Jaïna Capital, le fonds de Marc Simoncini. «Ce type d'investissement est un vecteur d'innovation qui nous permet en outre d'être en lien avec des entrepreneurs, des jeunes managers», assure Guillaume Charles.

 

Aller chercher de la croissance

 

TF1 aussi y croit. Voilà deux mois, le groupe audiovisuel privé s'est lancé dans l'aventure en s'associant, en tant qu'actionnaire minoritaire, avec Sejourning, une plateforme française de partage de location d'appartements entre particuliers. Et il étudie actuellement différents partenariats sur d'autres marchés. TF1 voit dans cette nouvelle stratégie un atout non négligeable. «Cela nous permet de développer notre expertise autour de l'impact de la télévision sur le trafic d'un site de e-commerce, secteur en fort développement, donc stratégique, indique-t-on en interne. Nous avons mis en place un suivi très fin de l'impact de chacun des spots sur le trafic, les ventes, les dépôts d'annonces… qui nous permet d'optimiser au mieux le plan média.»

 

Pour autant, aucun de ces placements ne se fait à l'aveugle. «Il ne s'agit pas de donner de l'espace publicitaire et d'attendre de voir ce qui va se passer», confirme Guillaume Charles. Chaque année, le groupe M6 est sollicité par une bonne vingtaine de sociétés mais ne réalise que très peu de deals. «Notre objectif est d'aller chercher de la croissance. Nous sommes donc très sélectifs sur leur potentiel», insiste Guillaume Charles. Un potentiel qui se concentre essentiellement dans les services à la personne et le commerce. «Le produit doit être forcément grand public pour que l'on en fasse la promotion à la télévision», fait valoir Guillaume Charles.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Canal + se prépare à l'arrivée de Netflix

Canal + se prépare à l'arrivée de Netflix | (Media & Trend) | Scoop.it

Avec 9000 programmes, CanalPlay, son offre de vidéos à la demande, a déjà séduit 450.000 abonnés.

 

Pendant que Netflix occupe le terrain médiatique, en coulisse, Canal + se prépare à l'impact. La filiale de Vivendi a pris le temps de roder sa stratégie pour faire face à l'arrivée mi-septembre de la plateforme américaine de vidéo par abonnement. Face à l'offre de Netflix, composée de quelques inédits et surtout d'un gros catalogue de rediffusions, le groupe dirigé par Bertrand Méheut compte prendre son adversaire en sandwich: une offre premium d'un côté, et une low-cost de l'autre. En clair, il s'agit de scinder les propositions là où Netflix les regroupe.

 

Fin 2011, Canal + a ainsi pris les devants en lançant CanalPlay, son propre service de vidéo à la demande (SVOD). Objectif: protéger le segment de l'offre de vidéos sur Internet à moins de 10 euros. Cette politique a été payante, puisqu'elle permet aujourd'hui à CanalPlay de s'affirmer comme le leader du marché français, avec plus de 450.000 abonnés. Cela suffira-t-il?

  

L'exemple de la Grande-Bretagne est à ce titre éloquent. Si l'on en croit le très récent rapport de l'Observatoire européen de l'audiovisuel sur les services de vidéo à la demande, Netflix a en effet réussi un coup de maître: devenir, dès 2012, le second acteur du marché de la SVOD (42,6 % de part de marché), après seulement une année d'exercice. Lovefilm (groupe Amazon) demeure le leader (55,2 %), mais il est implanté en Angleterre depuis bien plus longtemps. En France, le défi de Canal + est double. D'une part éviter la fuite d'une partie de ses 6 millions d'abonnés en intensifiant son offre d'exclusivités et en offrant toujours plus pour un coût équivalent (39,90 euros). D'où le lancement, fin 2013, de l'application MyCanal, permettant de regarder l'ensemble des chaînes sur tous les supports, smartphones, tablettes, ordinateurs, sans supplément de prix. Et, à l'autre bout de la chaîne, poursuivre l'offensive sur le créneau du low-cost avec CanalPlay, qui cible en priorité les 15-35 ans.

Des saisons passées de séries télévisées à succès

Le potentiel est là: aujourd'hui, à peine un tiers des abonnés de Canal + le sont aussi à CanalPlay. Le service, auquel on peut se désabonner d'un mois sur l'autre, met déjà à disposition de ses souscripteurs près de 9000 programmes, dont, par exemple, l'intégralité des saisons passées de séries télévisées à succès. Un tiers du catalogue est constitué de séries. Un autre, de cinéma. Un troisième enfin, de dessins animés. Le tout pouvant être visionné de manière illimitée pour moins de 10 euros.

 

Très éditorialisé, CanalPlay n'utilise en revanche qu'un système de recommandation basique. Tout l'inverse de Netflix, dont l'algorithme de recommandation est ultraperfectionné. Autre différence avec la plateforme américaine: CanalPlay n'a pas l'intention d'intégrer à court terme des contenus inédits. Compliqué en effet, sauf à venir empiéter sur les plates-bandes du vaisseau amiral Canal +, dont la promesse repose précisément sur les nouveautés.

 

Surtout, la filiale de Vivendi estime qu'inclure des programmes inédits dans une offre de SVOD low-cost n'est en réalité qu'un argument marketing: les coûts élevés de production rendrait le modèle économique difficilement rentable. «Attention à ne pas tuer un marché en commençant par un mensonge», prévient-elle. Manière indirecte de tacler Netflix qui met opportunément en vitrine ses séries originales (House of Cards, Orange Is the New Black…) alors qu'il regorge de rediffusions. Le consommateur aura l'occasion de se faire bientôt sa propre opinion.

 

Une chose est sûre: le battage médiatique autour de Netflix profite aussi à CanalPlay. Le coup de projecteur sur l'arrivée du géant américain aura permis de mettre en valeur un secteur encore mal identifié en France. Autant d'économies réalisées sur les frais de marketing et de publicité…

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

BSkyB sells ITV shares to Virgin Media owner Liberty Global

US cable giant says it has no plans for a takeover of the British broadcaster as it pays £481m for rival’s 6.4% stake. By Mark Sweney

 

Virgin Media owner Liberty Global has acquired BSkyB’s 6.4% stake in ITV for £481m.

 

ITV’s share price rose 7% to 196p in early trading as investors enthusiastically greeted the move as a signal that the UK’s largest free-to-air commercial broadcaster is likely to be snapped up.

 

BSkyB swooped to take a 17.9% stake in ITV for £940m in 2006 as a blocking move to stop the threat of a takeover by NTL, which later merged with Telewest to create Virgin Media.

 

Now John Malone’s cable giant Liberty Global, which snapped up Virgin Media last year for £15bn, has renewed the prospect of a takeover.

 

Liberty Global chief executive Mike Fries said: “This is an opportunistic and attractive investment for us in our largest cable market. ITV is the leading commercial broadcaster in the UK and we’re excited to be shareholders.”

 

The company said that it does not intend to make an offer to buy ITV outright, but it does reserve the right to do so within the next six months.

 

ITV’s recovery has seen its market capitalisation surge to a pricey £8bn, but increased activity by US media giants in the UK has not dampened speculation that ITV is a target.

 

“It is hard to see how this will not be looked at as anything other than Liberty planting a flag in the ground for a potential acquisition at some point (or, at least, looking to block another bidder),” said Ian Whittaker, an analyst at Liberum. “Virgin Media did look to buy ITV nearly a decade ago and presumably the rationale for a deal then (access to content; help to support the Virgin brand and / or grow customers; financial engineering etc) still exists now”.

 

ITV’s potential attractiveness to buyers was underlined on Wednesday when its share price rose 4% on the back of the news that Rupert Murdoch’s 21st Century Fox had made an $80bn offer to buy rival Time Warner.

 

MTV owner Viacom recently bought Channel 5 for £450m.

 

NBC Universal has been relatively regularly speculated as being interested in ITV, while cable giant Discovery has been keen to explore free-to-air TV opportunities.

 

Liberty Global and Discovery, which counts Malone as its most powerful shareholder, recently teamed up to buy Skins and Midsomer Murders maker All3Media for £550m.

 

BSkyB, which will still hold a 0.8% stake in a hedge in ITV that will eventually unwind, said that it intends to use the proceeds of the sale for “general corporate purposes”.

 

However, UBS analyst Tamsin Garrity said that the sale could be linked to the plan to create Sky Europe – which will see BSkyB buy out 21st Century Fox’s Sky Italia and Sky Deutschland stakes – to help strengthen its balance sheet ahead of the deals.

 

In 2010, the court of appeal ordered BSkyB to sell down its ITV stake to 7.5% over competition concerns.

 

BSkyB sold a 10% stake in February that year for £196m, and has sold all but a fraction of the remainder to Liberty Global, meaning it has made a loss of about £280m.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Netflix, Disney Reach Exclusive Streaming Pact for Canada for First-Run Films

Netflix, Disney Reach Exclusive Streaming Pact for Canada for First-Run Films | (Media & Trend) | Scoop.it
Netflix and Walt Disney Studios today announced a new multiyear licensing deal, under which Netflix will be the exclusive Canadian subscription-video service for Disney live-action and animated feature films in the pay-TV window. Financial terms of the agreement were not disclosed. In late 2012, the companies cut a similar deal for the U.S., under which Netflix will obtain exclusive pay-TV window rights for the Mouse House’s films starting in 2016. Netflix’s rights to Disney pics for Canada will commence with 2015 theatrically released feature films, including new titles from Disney Live Action, Walt Disney Animation Studios, Pixar Animation Studios, Marvel Studios, Lucasfilm, Disneynature and DreamWorks Studios. Canadian customers of Netflix will have access to Disney movies approximately eight months after titles leave theaters, which is faster than has traditionally been the case for premium pay-TV window rights. “We are delighted to be the new pay-TV home in Canada for the world’s highest-quality, most imaginative and entertaining films,” said Ted Sarandos, Netflix’s chief content officer. “Canadians of all ages will have an incredible range of great stories and characters to look forward to.” Dan Cohen, EVP of pay television and digital for Disney-ABC Domestic Television, added, “Netflix continues to be a highly valued partner on a global scale and we couldn’t be more pleased to extend our great relationship with this exciting new agreement.” Netflix launched its Canadian streaming service in 2010. The company also has cut pacts for first-run films from Paramount Pictures, DreamWorks Animation and 20th Century Fox in the territory.
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Set-top box revenue grows to record $20 billion

Revenue for television set-top boxes hit an all-time high in 2013 as more consumers adopted Internet-centric boxes.

 

Sales of the devices, which connect television sets with broadcast channels, rose to $20.3 billion in  2013, a 3% increase over the previous year. That growth is expected to continue until at least 2015, according a report from IHS Technology.

 

“Far from being pushed out of the living room by Internet-enabled consumer electronics, [set-top boxes] are being repositioned as the hub of the connected home,” said Daniel Simmons, director for Connected Home research at IHS.

 

The growth is mainly traced to widespread adoption of so-called “multimedia home gateways,” which combine traditional television options with Internet access, Wi-Fi connection and other modern technology. These numbers don't include streaming devices like Apple TV, Roku or Google Chromecast, IHS said.

 

IHS also found that British company Pace shipped the most set-top box units in 2013, while U.S. networking equipment company Cisco lead the market in set-top box revenue

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Fabrice Larue (Newen) : "Chaque épisode de la série Versailles coûtera 2,8 millions d'euros"

Fabrice Larue (Newen) : "Chaque épisode de la série Versailles coûtera 2,8 millions d'euros" | (Media & Trend) | Scoop.it
Il est à la barre de l’un des principaux groupes audiovisuels français, qui rassemble Telfrance, Capa et Be Aware. Fabrice Larue revient pour Télé 2 semaines sur les grands projets de son groupe, dont la série Versailles.

En septembre, le groupe Newen fêtera les 10 ans de Plus belle la vie. Mais au-delà de cette actualité, quels sont les autres projets en cours ? Fabrice Larue nous répond.

 

Sur quelles autres séries votre groupe mise-t-il ?


Nous tournons actuellement à Sète la saison 3 de Candice Renoir. C’est une belle série qui a réalisé en moyenne 20 points d’audience cette année et a même battu TF1 quatre semaines de suite ! Nous tournons également les nouveaux épisodes du Sang de la vigne à Narbonne. C’est une série très populaire, parfaitement portée par Pierre Arditi. Elle connaît un très beau succès à l’étranger et a même été achetée en l’état aux Etats-Unis (MHZ) et au Japon (chaîne AXN Mystery – Sony). Nous avons également débuté le tournage de la série Nina (8X52’) pour France 2. La quatrième saison de Braquo est en cours d’écriture et nous débuterons le 18 août le tournage d’une nouvelle série pour Canal+ : Versailles. Les deux premiers épisodes seront réalisés par Jalil Lespert et la direction artistique sera assurée par Katia Wyszkop (chef décoratrice de Saint-Laurent). Pour cette série, deux showrunners de talent seront à l’œuvre : Simon Mirren (FBI : portés disparus, Esprits criminels) et américain David Wolstencroft (MI-5, The Escape Artist).

 

Versailles est un projet ambitieux. Quel est son budget ?


Versailles est la plus grosse production française jamais réalisée. Les dix épisodes coûtent chacun 2,8 millions d’euros. Cela va nécessiter six mois de production, jusqu’en février 2015. La série sera tournée en anglais et doublée en français. Elle s’intéressera à la construction de Versailles sous Louis XIV. Versailles sera tournée en décors naturels à Marly-le-Roi (Yvelines) et en studio à Bry-sur-Marne. Des plans extérieurs seront également réalisés à Versailles. C’est un projet que nous portons depuis quatre ans. Nous sommes très fiers de produire une série dont le budget est équivalent à celui d’une grande série américaine. Si la première saison marche bien, il n’est pas exclu que nous en produisions d’autres car le règne de Louis XIV est suffisamment long et riche pour imaginer une suite.

 

Dans un contexte économique morose, quel est le facteur clé du succès pour un groupe comme le vôtre ?


L’industrialisation ! Lorsque nous avons décidé il y a six ans d’investir le champ de la production audiovisuelle, nous étions partis du constat que le secteur audiovisuel regorge de petits producteurs très créatifs mais qui n’ont pas industrialisé leurs process. Notre volonté chez Newen est de laisser aux producteurs du groupe leur totale liberté éditoriale mais de mutualiser ce qui peut l’être, à savoir les studios, les achats à l’international, la distribution ou encore la recherche et le développement. Car derrière chaque programme, il y a plusieurs années de travail. C’est ce qui explique des succès comme Braquo, Candice Renoir ou Harry. Ce jeu a été développé il y a trois ans et vendu en Turquie avant d’être installé sur France 3. Ses créateurs ont également développé Run & Buzz. Le programme a été présenté lors du dernier Mip TV devant 80 acheteurs. Il a déjà été optionné par onze sociétés, dont Sony pour les Etats-Unis et Zodiak pour la Russie.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

California Sees $5.49 Billion in Economic Activity from $700 Million in Production Tax Credits

California Sees $5.49 Billion in Economic Activity from $700 Million in Production Tax Credits | (Media & Trend) | Scoop.it

California’s film-TV production tax credit program has yielded $5.49 billion in total  direct  spending from $700 million in credits since 2009, a new report shows.

 

The California Film Commission, which administers the program, also said that the credits have provided $1.72 billion in below-the-line wages.

 

The agency issued the annual progress report Wednesday in an attempt to demonstrate the value of the program — which is narrower and less lucrative than rival states such as Georgia, Louisiana and New York — and comes with the State Senate and Gov. Jerry Brown facing a decision in the next two months on whether to approved a significant expansion of the program.

“Based on average aggregate spending by projects from each fiscal year to date, each $100 million allocated will generate $770 million in direct production spending, including $245 million in payroll for below-the-line workers,” the report said. “For every $100 million in tax credits allocated, productions will hire an estimated 8,700 cast and crew members and utilize 10,000 vendors. Collectively, they will also employ more than 66,000 daily hires as extras.”

The current program supplies $1o0 million in tax credits to productions shot in California. Most of the allocations go to returning TV series such as “Teen Wolf” and “Pretty Little Liars” but only 26 of the 491 applications were selected in a lottery this year.

The report includes an analysis of the fate of projects that had applied for the California tax credit but were denied.

“From 2010 – 2014, these ‘runaway’ projects accounted for nearly $2 billion in production spending outside California — an economic blow to state and local governments, not to mention the state’s below-the-line production workers and businesses that rely on the film/TV production industry,” the report said. “Notably, all these projects were filmed in states or countries where incentives were available.”

 

The report found that for the fiscal year ended June 30, projects that applied for California tax credit but were not selected spent $1.02 billion outside California — or nearly five times the $211 million spent within California.

Most selected projects receive 20% allocations, but TV series that filmed all previous episodes outside California are eligible for a 25% credit. The reports notes that series that have relocated to California and received the credit include “Important Things with Demetri Martin” (from New York), “Torchwood” (from U.K.), “Body of Proof” (from Rhode Island), “Teen Wolf” (from Georgia), “Let’s Stay Together” (from Georgia) and “Being Mary Jane” (also from Georgia).

 

The commission received nine applications from TV series hoping to relocate from other locations such as Georgia, Vancouver, Canada, North Carolina, and Louisiana. But only “Being Mary Jane” was qualified for a $5.2 million allocation on $21.1 million spending and is now planning to move this year from Atlanta to Los Angeles.

“The remaining eight series are on the waitlist and do not plan to relocate without a tax credit,” the report notes. “Moving an established TV series is costly and requires detailed advanced planning to dismantle, transport and rebuild sets, relocate cast members, find comparable locations, etc. all within a tight time-frame. On the plus side for California, when a show relocates here the economic impact can be significant throughout the life of the series.”

 

The report noted that “Teen Wolf” has generated $162 million in spending in California during its three seasons in the Golden State with a total of $70 million in wages and 150 cast and crew jobs each season.

 

Here’s the link to the report : http://film.ca.gov/res/docs/CFC%20-Tax%20Credit%20fiscal%20year%20Report%20July%202014.pdf

 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Netflix voit très gros pour la France

Netflix voit très gros pour la France | (Media & Trend) | Scoop.it
La start-up se lance en France mi-septembre.
Son service en ligne disposera d'une bande passante gigantesque.

Un térabit par seconde au démarrage, rien que ça. Netflix vient de se « brancher » sur le réseau Internet français avec un gigantesque tuyau - «  d'une capacité équivalente à celui d'un fournisseur d'accès de 5 millions d'abonnés », s'estomaque Nicolas Guillaume, expert réseau. Soit beaucoup plus qu'un Dailymotion mais bien moins que YouTube, signe de l'ambition de la start-up américaine, qui devrait se lancer mi-septembre dans l'Hexagone.

Sur le compte Twitter de Dave Temkin, le directeur réseau du service de vidéo à la demande, on trouve depuis vendredi matin une photo de l'opération, où l'on distingue deux techniciens affairés à installer des serveurs gris dans des baies noires. Physiquement, la scène se déroule boulevard Voltaire, dans l'est de Paris. «  C'est logique qu'ils viennent se mettre à cet endroit. Mais un téra, c'est énorme », souffle Didier Renard, le président de Cloudwatt. A titre de comparaison, le trafic internet d'un opérateur comme Numéricable pèserait entre 200 et 300 gigabits par seconde, celui de SFR environ 700 gigas, tandis que celui de M6 approcherait seulement les 50 gigas… «  "C'est le Débarquement !" Annoncer ça, c'est dire qu'ils veulent tout casser… En plus, ils sont à Telehouse2, un endroit où il n'y a plus de place normalement… », glisse un spécialiste du secteur.

  D'énormes besoins en bande passante

« Voltaire », c'est le passage obligé pour toucher les internautes français. C'est là que les opérateurs télécoms hexagonaux se sont connectés entre eux peu après la dérégulation du secteur. Avec, dans leur sillage, les opérateurs étrangers et les gros fournisseurs de contenus comme Google ou Canal+. Aujourd'hui, près de 80 % du trafic Internet français passe par là, selon Telehouse. «  La fibre arrive de partout, de la rue, des égouts, du métro… », raconte Gilles Pecqueron, directeur commercial France de Telehouse, le spécialiste japonais qui gère Voltaire.

Dans le détail, le trublion des médias envisage de se relier à France-IX, le principal point d'interconnexion public français, avec un tuyau de 100 gigabits par seconde, un record. Le reste sera dédié aux arrangements privés : les fournisseurs d'accès Internet qui le souhaitent pourront aussi se connecter directement au réseau de Netflix, pour faire bénéficier à leurs abonnés d'une certaine fluidité. Enfin, la gratuité est toute relative… «  Pour absorber un tel volume, les opérateurs devront augmenter la capacité de plusieurs de leurs équipements », note Franck Simon, directeur général de France-IX.

Avec près d'un milliard d'heures de programmes visionnées par mois, les besoins en bande passante de Netflix sont monstrueux, et lui ont déjà amené de nombreux problèmes aux Etats-Unis. Là-bas, son service occuperait plus d'un tiers de la bande passante en prime time… Ces derniers mois, AT&T et Verizon, qui veulent que Netflix participe aux frais engendrés par l'amélioration de leurs réseaux, ont entamé une guerre de tranchées avec le trublion des médias. En France, c'est encore la veillée d'armes.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Netflix dépasse les 50 millions d'utilisateurs

Netflix dépasse les 50 millions d'utilisateurs | (Media & Trend) | Scoop.it

e géant du streaming de films et de séries télévisées en ligne revendique un chiffre d'affaires trimestriel de 1,34 milliard de dollars (991 millions d'euros), en progression de 25% sur un an, grâce au succès de sa série originale Orange is the New Black.

 

Netflix n'est pas prêt de déserter les écrans des internautes. L'entreprise, qui propose notamment une plateforme pour regarder des séries télévisées et des films en ligne, a présenté lundi ses résultats pour le second trimestre de l'année. Elle y revendique un chiffre d'affaires de 1,34 milliard de dollars (991 millions d'euros), soit une augmentation de plus de 25% par rapport au second trimestre 2013. Ses profits s'élèvent à plus de 71 millions de dollars (52 millions d'euros), en progression de plus de 141% depuis le second trimestre 2013. Netflix affiche par ailleurs un nombre d'utilisateurs dépassant les 50 millions de personnes dans le monde, soit une augmentation de plus de 33% en un an.

Les productions originales valorisées

Ces bons résultats s'expliquent notamment par la mise en ligne de la saison 2 d'Orange is The New Black, une série originale produite par Netflix dont les débuts avaient été acclamés par les internautes. Elle raconte le quotidien de détenues dans une prison pour femmes. Disponible depuis le 6 juin, l'oeuvre est devenue la série télévisée la plus regardée sur la plateforme dès son premier mois de diffusion.

Netflix espère surfer sur le succès d'Orange is the New Blackjusqu'au troisième trimestre, période durant laquelle il prévoit de gagner plus d'1,3 million d'utilisateurs aux États-Unis.L'entreprise américaine a par ailleurs annoncé qu'elle comptait poursuivre ses investissements dans les productions originales et explorer de nouveaux formats. Elle a déjà dévoilé qu'elle lancerait sa première émission de talk-show en 2016.

Expansion à l'international

«Alors que nous gagnons chaque jour de nouveaux membres, nous voulons investir pour améliorer l'expérience de nos utilisateurs et rendre notre service disponible dans le plus de pays possible», expliquent Reed Hastings et David Wells, respectivement PDG et directeur financier de Netflix. Disponible dans plus de 40 pays dans le monde, la plateforme compte au second trimestre plus de 13 millions d'utilisateurs en dehors des États-Unis, soit une progression de 78% en un an. Netflix espère augmenter son audience internationale de plus de 2 millions de personnes d'ici octobre. En septembre, la plateforme se lancera officiellement en France ainsi qu'en Allemagne, en Suisse, en Autriche, en Belgique et au Luxembourg.

 

En France, Netflix devrait proposer un abonnement mensuel compris entre 7,99 euros et 11,99 euros. Il ne devrait néanmoins pas manquer de concurrents, comme le service de vidéo à la demande CanalPlay, lancé par le groupe Canal + en 2011.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Le Chapeau de Mitterrand : nouvelle fiction en tournage pour France 2 avec Frédéric Diefenthal, Frédérique Bel, Roland Giraud et Michel Leeb

Le Chapeau de Mitterrand : nouvelle fiction en tournage pour France 2 avec Frédéric Diefenthal, Frédérique Bel, Roland Giraud et Michel Leeb | (Media & Trend) | Scoop.it
L’acteur tournera en août un téléfilm intitulé Le Chapeau de Mitterrand, avec Frédérique Bel, Roland Giraud et Michel Leeb.

L’été sera studieux pour eux. Frédéric Diefenthal, Frédérique Bel, Roland Giraud et Michel Leeb tourneront au mois d’août un téléfilm de France 2 intitulé Le Chapeau de Mitterrand. Réalisé par Robin Davis, il s’agit de l’adaptation du roman d’Antoine Laurain, publié en 2012 chez Flammarion. Le livre raconte le parcours du couvre-chef du Président oublié dans une brasserie. Le voisin de table du chef de l’Etat s’en empare et le feutre noir de François Mitterrand ne tarde pas à bouleverser la vie de ce petit employé. À son tour, l’homme perd le fameux chapeau, qui poursuit son voyage sur d’autres têtes, dans la société française des années 1980.

 

Frédéric Diefenthal incarnera donc le personnage central de ce téléfilm en préparation pour France 2. Il sera accompagné de Frédérique Bel, Roland Giraud et Michel Leeb. Tous les quatre joueront les différents personnages sur lesquels se pose le chapeau du président. Le tournage débutera en août à Lyon. L’écrivain Antoine Laurain a contribué à l’écriture du scénario adapté de son roman. Son nouvel ouvrage, La Femme au carnet rouge, devrait quant à lui être adapté au cinéma.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Netflix Tops Q2 Subscriber Growth Targets, Forecasts Strong International Expansion

Netflix Tops Q2 Subscriber Growth Targets, Forecasts Strong International Expansion | (Media & Trend) | Scoop.it

Netflix added a total of 1.69 million net streaming subscribers in the second quarter of 2014, packing on 16% more customers for its video-streaming subscription service than expected to stand at 50 million worldwide.

 

The company added a net 570,000 U.S. streaming customers and 1.12 million international subs. Netflix had expected to add a net 520,000 domestic and 940,000 international streaming customers in the period, as announced with its Q1 results.

 

And Netflix forecast stronger growth overseas: The company expects to add 2.36 million international subs and 1.33 million domestically in the third quarter.

 

“Our broad success from Argentina to Finland has convinced us to further invest aggressively in global expansion,” Netflix CEO Reed Hastings and CFO David Wells wrote in their quarterly letter to shareholders.

 

In September, Netflix plans to launch service in six new European countries: Germany, France, Luxembourg, Belgium, Austria and Switzerland. Analysts predict rollouts in the next two years in Spain, Poland, Italy, Portugal, Australia and New Zealand.

Even after the 2014 launches in Europe, Netflix said, it will serve only about one-third (271 million of 728 million, citing figures from SNL Kagan) of current global broadband households, “providing a great opportunity to build on our international success beyond 2014,” the execs said.

 

For the second quarter, Netflix posted revenue of $1.34 billion in revenue, in line with Wall Street forecasts, and net income of $71 million ($1.15 per share), compared with analyst expectations of $1.16 per share, according to a Thomson Reuters poll.

 

The company ended Q2 with 13.8 million international members – up 78% year over year. Netflix reported an international contribution loss of $15.3 million for the period, but the execs said the non-U.S. business “has been rapidly approaching contribution profitability as we see improvements across all existing markets.”

 

In May, Netflix announced that it would increase the price of its most popular plan (with two concurrent HD streams) for new members by $1 per month, to $8.99. The company said it saw “minimal impact on membership growth from this price change.”

On the original content front, Netflix said the June 6 release of “Orange Is the New Black” season two, in its first month, became the most-watched series in every territory.

 

Netflix touted its recent Primetime Emmy nominations haul, garnering 31 nods this year (more than twice the 14 last year, its first year of releasing originals). “OITNB,” submitted as a comedy, received 12 Emmy noms, more than any other series in the category, while nominations for its other high-profile series, “House of Cards,” grew from nine last year to 13 this year.

 

In the shareholder letter, Netflix revealed that this fall it plans to launch physical gift cards in select stores in the U.S., Canada, Mexico and Germany. The company included a mock-up of a Netflix card with $30 in value. “In mature markets, gift cards will extend our brand presence and make it easier to access Netflix,” Hastings and Wells said. “In newer markets, gift cards help build the brand and provide an easier alternative for consumers to join Netflix in markets with developing online payments.”

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Showtime's 'The Affair' looks at infidelity from multiple perspectives

Don't judge a show by its title. "The Affair," which premieres on Showtime on Oct. 19, both is and isn't about infidelity.

 

"We really do think of THE SHOW as a show about marriage, actually, more than a show about an affair," said co-creator Sarah Treem on Friday at the Television Critics Assn. press tour in Beverly Hills. " I think that the term 'affair' will ultimately prove to be somewhat ironic if you keep watching the show.

 

Set in Montauk, N.Y., on the eastern tip of Long Island, the series FOLLOWS THE adulterous relationship between Noah (Dominic West), a writer and father of four, and Alison (Ruth Wilson), a waitress. But it also delves into their complicated marriages to their respective spouses Helen (Maura Tierney) and Cole (Joshua Jackson).

 

In a postmodern wrinkle, the affair is depicted in FLASHBACK from both Alison's and Noah's perspectives, with the gulf between his and her versions of events at times startlingly vast.

 

The idea behind THE SHOW'S "Rashomon"-like structure, Treem explained, was that "storytelling in general is driven by perspective, and there are two sides at least, to every story." This is especially true in romantic relationships, especially affairs, because "you don’t even have access to what your lover is experiencing when you’re not around. There’s this whole otherworld THAT they inhabit that you never get to see."


So which version is "correct"? 

 

Well, neither, said Treem. "My feeling is that both sides are right, that the objective truth, if it EXISTS, is something that the viewer will decide for themselves."

 

As executive producer Jeffrey Reiner pointed out, the subject matter of "The Affair" proved relatable for many of those involved, creatively. "A lot of us didn’t rob banks or we didn’t kill anybody," he said of the show's writing staff. "Everybody knows about marriage."

For Treem, the timing of "The Affair" proved INTERESTING: She got married just a few weeks ago, an event that occasioned a thoughtful note from Showtime Chief Executive David Nevins. 

 

"I understand that you write in order to expunge the demons so you don’t have to act on them," Treem said, paraphrasing Nevins. "And I was like, 'That’s true.' That’s absolutely true of, I THINK, all writers."

 

For West, who most recently starred as RICHARDBurton in "Burton and Taylor," which chronicled the stormyRELATIONSHIP BETWEEN Burton and Elizabeth Taylor, and as a philandering newsman in "The Hour," the role in some ways was not exactly a stretch. 

 

"I’m trying to think if I’ve ever not played an adulterer," he joked. 

"The Affair" wasn't exactly a hard sell for West.

"As I was sitting in London with all my kids throwing things at me as the rain poured down, and they said, 'Would you be interested in doing a show set in Montauk where you have an affair with a girl on the beach?' It’s what first SORT of piqued my interest."

 

Still, he conceded, "It is an interesting one, that, you know, telling your wife, 'I’m off to America to make a show called ‘The Affair.' " 


 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Murdoch: les médias entraînés dans une valse à trois temps

Murdoch: les médias entraînés dans une valse à trois temps | (Media & Trend) | Scoop.it

DÉCRYPTAGE - Rupert Murdoch tente un nouveau coup de force pour écrire une page de l'histoire tourmentée de la stratégie des médias.

 

À l'aube d'une retraite qu'il ne prendra jamais, Rupert Murdoch tente un nouveau coup de force pour écrire une nouvelle page de l'histoire tourmentée de la stratégie des médias. Depuis vingt ans, les patrons de groupes médias tentent de répondre à cette question lancinante. Comment maximiser la valeur de mes contenus? Pour trouver la martingale, ils se sont lancés dans une gigantesque valse à trois temps.

 

Au début des années 2000, tous croyaient dur comme fer à la fameuse «convergence des contenus et des tuyaux». L'idée était simple: sans contenu, les tuyaux (Internet, câble et satellite) n'ont aucune valeur. Mais sans tuyaux, les contenus (audiovisuel, cinéma, musique...) n'arrivent pas à destination des consommateurs. Sur la fameuse autoroute de l'information, les contenus faisaient office de véhicules et les tuyaux de poste de péage. Ce premier pas de danse a conduit l'ex-star de l'Internet AOL à racheter Time Warner, Vivendi à racheter Universal et Rupert Murdoch à acquérir BSkyB et Sky. Autant d'opérations géantes qui se sont soldées par les retentissants fiascos des fusions AOL-Time Warner et Vivendi-Universal.

Des écosystèmes redoutables

Il a fallu dix ans pour séparer les télécoms des contenus. Les danseurs ont alors entamé le deuxième temps de la valse. Vivendi vient de céder SFR pour se recentrer sur les médias et Times Warner a cédé AOL puis Time Warner Cable à Comcast. Ils font ainsi le pari que les médias avaient plus de valeur seuls qu'alliés aux tuyaux.

Mais entre-temps, les géants des technologies Amazon, Apple, Google, Microsoft et Netflix ont siphonné la valeur des contenus et des tuyaux. Ils ont érigé des écosystèmes redoutables basés sur des plateformes logicielles qui servent à la fois de grands magasins de stockage et de distribution de contenus aux consommateurs via les smartphones, les tablettes, les téléviseurs connectés ou les box.

Ils cassent les prix des contenus pour attirer et retenir les consommateurs et utilisent gratuitement les réseaux Internet déployés par les opérateurs télécoms. Mieux, Apple, Google, Amazon et Netflix possèdent désormais les numéros de cartes bleues de leurs clients. Or, celui qui édite la facture du client final est toujours en position de force.

 

Résultat, alors que des dizaines de milliards de dollars de cash s'accumulent dans les comptes d'Apple, de Google ou d'Amazon, les éditeurs médias et les opérateurs télécoms se paupérisent. Aujourd'hui, ces derniers ont décidé de réagir. Comment? En se regroupant par métier. C'est le troisième temps de cette valse infernale. Les fusions se multiplient pour donner naissance à des géants du câble (Comcast et Time Warner Cable), des télécoms comme Verizon avec Vodafone États-Unis, ou des médias. C'est le sens de l'offre du groupe Murdoch 21st Century Fox sur Time Warner.

 

Pour négocier en position de force face aux géants du logiciel, il faut pouvoir dire non. Un géant comme Comcast-Time Warner Cable et ses 30 millions de clients serait en mesure d'obliger Netflix à payer son trafic Internet. Et un géant comme 21st Century Fox-Time Warner serait en position de refuser à Amazon ou Netflix de distribuer ses films et ses séries s'ils n'acceptent pas de payer le prix.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Webedia accélère à l’international en rachetant Moviepilot

Webedia accélère à l’international en rachetant Moviepilot | (Media & Trend) | Scoop.it
Le groupe vise l’équilibre pour ses activités à l’international cette année.

A chaque mois sa nouvelle acquisition. Tel semble être le « mantra » de Webedia, depuis son rachat par Marc Ladreit de Lacharrière, le propriétaire de l’agence de notation Fitch Ratings, et son groupe Fimalac, en mai 2013. L’entreprise, qui affiche une profitabilité à deux chiffres, et possède plusieurs « pure players » dans le secteur du divertissement, vient de rajouter Moviepilot, un portail allemand de cinéma, à son tableau de chasse, pour 13 millions d’euros.

Elle renforce ainsi sa présence en Allemagne, l’un des pays phares de sa stratégie à l’international. Webedia y possède déjà Filmstarts, un équivalent d’AlloCiné, mais Moviepilot a développé une expertise sur Facebook et YouTube qui intéresse particulièrement Webedia. « Etre présent sur les réseaux sociaux permet d’observer le niveau d’engagement des différentes cibles autour d’une bande-annonce et de les communiquer aux distributeurs », explique Guillaume Multrier, directeur général de Webedia. Un service qui représente 40 % des revenus du groupe et que Webedia souhaite développer pour AlloCiné en France, un site que le groupe a racheté il y un an .

  

Depuis, Webedia, qui s’est d’abord fait connaître à travers sa galaxie de sites « Pure » (Purepeople, Puretrend, Puremedias…), a réalisé « entre 10 et 15 acquisitions », de Jeuxvideos.com , la plus importante, pour 90 millions d’euros, à Overblog en passant par le site de cuisine 750g .

Diversification des recettes

C’est désormais à l’international que le groupe, qui emploie 700 personnes, voit ses futurs relais de croissance. Il s’est lancé à la conquête des « pays où il n’y a pas de concurrence des anglo-saxons » : le Brésil, le Moyen-Orient, l’Espagne, l’Allemagne ou encore la Turquie. Pour la première fois cette année, le groupe vise l’équilibre pour ses activités à l’étranger.

La France représente encore 75 % de son chiffre d’affaires, estimé à 78 millions d’euros en 2014, mais dans trois ans, Guillaume Multrier assure que plus de la moitié proviendra des sites à l’international. Leur audience est déjà plus importante qu’en France, avec 25 millions de visiteurs uniques par mois, contre 20 millions en France. « L’objectif du groupe est désormais de se renforcer dans les pays où nous sommes déjà présents, avant d’éventuellement se lancer sur le marché anglo-saxon d’ici trois à cinq ans », explique Guillaume Multrier.

Pour réussir, Webedia mise sur la diversification de ses recettes, aujourd’hui issues à 70 % de la publicité et à 30 % de la création de contenus pour les marques. Le groupe souhaite faire évoluer son modèle, fondé sur la gratuité, vers « un mix payant-gratuit à travers le développement de contenus premium », afin qu’un tiers de ses recettes proviennent des lecteurs. Il a lancé au début de l’année l’Académie du goût , un site qui permet d’accéder à des recettes de grands chefs et des vidéos explicatives pour 5 euros par mois. Il souhaite également développer un service de billetterie.


En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0203648852424-webedia-accelere-a-linternational-en-rachetant-moviepilot-1025655.php?pamkuuksvCxUrIuV.99
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

It's Official: Microsoft to Close Xbox Entertainment Studios

It's Official: Microsoft to Close Xbox Entertainment Studios | (Media & Trend) | Scoop.it

Microsoft is getting out of developing original series for its Xbox gaming platform and will close Xbox Entertainment Studios in the coming months.

 

The tech giant made headlines Thursday with plans to layoff as many as 18,000 employees following its recent $7.2 billion acquisition of Nokia’s phones business.

 

Xbox chief Phil Spencer announced Xbox Entertainment Studios will shutter and that some projects in development and production, including a live action “Halo” series, will still be produced. 


Variety reported early Thursday that a shift in strategy was coming at XES, given the overall corporaterestructuring at Microsoft.

Move comes as newly appointed CEO Satya Nadella is taking a hard look at all of the company’s operations and is questioning the plan to produce a broad slate of original series for Xbox platforms.


Microsoft recruited former CBS exec Nancy Tellem (pictured) in the fall of 2012 to lead the Santa Monica-based Xbox Studios division, which was tasked with developing programming based in part on Microsoft videogame franchises such as “Halo.” Nadella is looking to focus the company’s resources and energies into its core software, Internet and videogame businesses.

 

Tellem, Jordan Levin and some of the Xbox Entertainment Studios team will remain with the company to see the completion of its original programming already in production, Microsoft said. That includes a live action “Halo” series, the first major project spearheaded by the division, that’s in advanced negotiations for a pickup at Showtime in a shared window with Xbox. Project is a co-production with Amblin TV.

 

Others are the live action digital series “Halo: Nightfall,” a prequel story exec produced by Ridley Scott that will introduce a key character in the next “Halo” game, and the docu “Signal to Noise,” about the notorious Atari “E.T” game flop in the early 1980s.

Xbox Studios also produces elaborate companion material for NFL games and other “entertainment experience” apps for Xbox, and that work is expected to continue.

 

Levin, the former CEO of The WB network and Generate, a production studio and talent management company, joined Tellem’s team in February as executive VP to oversee the company’s original projects.

 

In April, Tellem and Levin promoted six greenlit shows and at least 11 more in development at the NewFronts, a gathering of online networks and digital programmers seeking advertising dollars from Madison Avenue. The series were the first of a slate Tellem developed over the past two years to show how the exec planned to help the Xbox One become more of an all encompassing entertainment platform.

 

But that slate is now being considerably trimmed as part of the new mandate from Nadella, a 24-year company vet who was appointed CEO succeeding Steve Ballmer in February.

 

In a blog post on Thursday, Spencer added: “Microsoft is the productivity and platform company for a mobile-first and cloud-first world, and games are the single biggest digital life category in a mobile-first world.  Success in this category, by growing a robust Xbox business, brings additional value to Microsoft. I have stated this before, but for Xbox to be successful, we must remain committed to being a consumer-driven organization with the mission of meeting the high expectations of a passionate fan base, to create the best games and to drive technical innovation.”

Microsoft made a big push to promote its games lineup at this year’s E3 videogame confab in Los Angeles, in May, touting a commitment to focus on games as a way to sell more Xbox One consoles.

 

“I would like to take this opportunity to recognize the accomplishments from the entire team in XES,” Spencer said. “They have built an impressive slate of original programming and pioneered interactive entertainment on Xbox … Change is never easy, but I believe the changes announced today help us better align with our long-term goals.”

more...
No comment yet.
Rescooped by Virginie Colnel from Social TV is everywhere
Scoop.it!

Le cinéma et les applications second écran : focus sur le film App et l’expérience Disney Second Screen

Le cinéma et les applications second écran : focus sur le film App et l’expérience Disney Second Screen | (Media & Trend) | Scoop.it
Entre narrations parallèles, enrichissement de scénario et nouvelles expériences ludiques, le film App et Disney Second Sc (RT @relaisdsciences: [#Transmedia] Le #cinema et les applications second écran : l’expérience #Disney Second...

Via Ludovic Bostral
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Netflix cuts costs by ending Saturday DVD shipments

Netflix has quietly stopped sending Saturday shipments to customers of its DVD subscription service, a move that could save the company 10% annually on shipping costs, one analyst estimates.

 

Last year the U.S. Postal Service considered ending Saturday mail delivery, leading to a report that said the change could make Netflix more profitable. Ultimately, the USPS backed off its plan to end Saturday deliveries, but Netflix has gone through with it. 

The Los Gatos, Calif., company's shipment change was first noticed by a customer who alerted other Netflix subscribers on Movie Fans, an online community of Netflix users.  

 

"I learned of this change while speaking to Netflix Customer Service about a problem with their website. They told me that Saturday deliveries were discontinued," the Netflix customer wrote on his post. 

 

The company did not respond to a request for comment, but it has confirmed the change through one of its online pages, which says the company only ships DVDs Monday through Friday, excluding holidays.  

 

Janney Montgomery Scott analyst Tony Wible had estimated that Netflix shipping costs would be $140 million in 2014 and $117 million next year, with costs coming down as more customers end their subscriptions to Netflix's DVD service. Ending Saturday shipments could save Netflix $14 million in 2014 and $12 million in 2015, Wible said. 

 

"By doing this you end up taking some costs out of the system, which is needed as they get fewer and fewer subscribers on DVD," Wible told The Times. "They probably feel that they are at a point where the people who are [on DVD subscriptions] are just going to continue to leave whether or not they're getting DVDs on Saturday."

However, the move does not mean the end of Netflix's DVD service is imminent. Wible said he expects Netflix will continue its DVD business as long as it remains profitable.

 

"It's generating cash for them, which they're using to buy stuff for the streaming side of the business, and I suspect that they'll continue to do that until they lose enough subscribers that it's at break-even," Wible said. 

 
more...
No comment yet.