(Media & Trend)
Follow
Find
44.3K views | +42 today
 
Scooped by Virginie Colnel
onto (Media & Trend)
Scoop.it!

Time Warner profit falls 11% on bad 'Luck' while revenue climbs

Time Warner profit falls 11% on bad 'Luck' while revenue climbs | (Media & Trend) | Scoop.it
The cancellation of HBO's "Luck" and the closing of a TV channel in India put a damper on an otherwise solid first quarter for media giant Time Warner Inc.
more...
No comment yet.

From around the web

(Media & Trend)
Media, audiovisuel, TV, création, réseaux sociaux, ciné, Actu, chiffres, événements, analyses
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

À l'occasion du 10ème anniversaire de Plus belle la vie, France 3 lance Sur les quais, un spin off de deux épisodes, centré sur le personnage du commissaire Jean-Paul Boher

À l'occasion du 10ème anniversaire de Plus belle la vie, France 3 lance Sur les quais, un spin off de deux épisodes, centré sur le personnage du commissaire Jean-Paul Boher | (Media & Trend) | Scoop.it

À l'occasion du dixième anniversaire de Plus belle la vie, et quelques mois après le succès d'Une vie en Nord, France 3 lanceSur les quais, un spin off de deux épisodes, centré sur le personnage du commissaire Jean-Paul Boher, incarné par Stéphane Hénon.

Stéphane Hénon, parlez-nous un peu de Sur les quais.

Un spin off qui va beaucoup surprendre... Pour plusieurs raisons. La première: il est dérivé de Plus belle la vie, mais n'en reprend pas les codes. À la différence d'Une vie en Nord, où l'on retrouvait de nombreux personnages de la série, Sur les quais se concentre particulièrement sur mon personnage. Et, si l'on assiste à quelques scènes tournées au sein du commissariat du Mistral, l'action se déroule presque intégralement dans l'enceinte du port autonome de Marseille. La seconde: Sur les quais n'offre pas cette note de légèreté et de couleur si propre au feuilleton. C'est une vraie série policière, tournée dans un décor très industriel - je sais, c'est à la mode en ce moment -, assez sombre, avec une enquête bouclée à la fin de chaque épisode.

 

Le programme est-il destiné à devenir une série?

Je l'ignore. Nous avons tourné deux épisodes. D'autres sont prévus. Mais combien exactement et quand? Cela dépendra, comme toujours, des audiences...

 

Vous y partagez l'affiche avec Patrice Juiff, un ancien de Plus belle la vie.

Patrice Juiff a travaillé sur Plus belle la vie en 2008. Il revient dans un tout autre personnage, celui d'Esteban, sorte de syndicaliste en chef des dockers. Un type bourru et un vieil ami de Boher. D'où la création du tandem, Esteban refusant très vite de collaborer avec les autres flics du commissariat. Et sans lui, rien n'est possible...

 

Vous parliez plus haut d'enquêtes bouclées... De quel type?

Dans le premier épisode, nous enquêtons sur une petite fille retrouvée errant dans le port de Marseille. Dans le second, il s'agit de la découverte d'un cadavre. Il y a des scènes assez dures.

 

Boher garde-t-il exactement le même jeu dans les deux séries?

Difficile à dire. Nous parlons du même personnage. Mais de deux programmes très différents dans leur structure et leur traitement. Boher est plutôt grande gueule, il n'y a pas de raison que cela change. Il est possible, en revanche, qu'il apparaisse par moments un peu plus tourmenté.

 

À savoir

Lorsque le comédien Stéphane Hénon a débarqué au Mistral, en 2008, il ne devait y rester que trois petits mois. Et voilà bientôt sept ans qu'il incarne le commissaire Jean-Paul Boher dans Plus belle la vie et maintenant dans Sur les quais.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Netflix and HBO's Recent Moves Set Stage for Quality Film to Rise Again (Guest Column) - Hollywood Reporter

Netflix and HBO's Recent Moves Set Stage for Quality Film to Rise Again (Guest Column) - Hollywood Reporter | (Media & Trend) | Scoop.it
The indie producer-turned-CEO of Fandor argues that the revolution is now being streamed

Finally! The world has changed. Well, it actually changed quite a while ago but we’ve needed further verification before we accepted it with our own eyes, heart or experience. Sure, things shifted in the film business after 2008 but since we were getting our wallets stuffed, we buried our heads in the sand feeling we could ignore the flocks of canaries singing in the gold mine. Not anymore though!

Netflix producing features and crushing theatrical release windows was as inevitable asHBO cutting the chord. The film business should recognize these leaders for something far more impressive than any of their disruptive moves: they have unlocked and profited from the utility that has long lay dormant within cinema. It wasn’t who would become the other; it was would they each take the right lessons from each other’s business, and sure enough they have.

Now the real shakeout begins. We are witnessing the march from once lucrative legacy practices built around titles to a new focus on community. The rewards this time though won’t be just lucre, though; it will also be quality content. Our business has had to be that the audience wins.

 

Today’s necessity of targeting a specific audience is vastly different from yesterday’s habit of trying to sell to everyone. Similarly, correctly predicating your plays around abundance of competition instead of the past’s scarcity of content, leads to vastly different strategies. The abandonment of the middle ground in favor of the global appeal of tentpoles and family fare was but our industry’s first move to adjust to present realities. Netflix and HBO’s recent moves, though, give me hope that quality film will once again rise.

To me, 2000's Crouching Tiger, Hidden Dragon was a sweet sounding wake-up bell: there are fans the world over for ambitious and diverse fare. My first company, Good Machine, made Ang Lee's first eight films, and no one initially believed in his Tiger, missing the message that global audiences Crouching Tiger 2 (which no Good Machinist has anything to do with) should be closer to an air raid siren for the rest of the film biz; there are more efficient ways to do our business than we have been doing. Yet, like any good farce, some of our so-called heroes will inevitably sleep through the entire ruckus. And many will mistake what should be a seductive dream come true as a total nightmare.

 

Hollywood has long coasted comfortably on one of the most arrogant business propositions ever: that we can get people to come to the movies. We ask people to change their behavior and break their routine. In a time of cultural scarcity, commercial inconvenience, and forty-hour workweeks perhaps that was an achievable aim. Now in our era of grand content abundance, with every home wired for every pleasure, when time is our scarcest commodity, why do we persist at such an antiquated and illogical practice? Maybe when it is a once a season event, but not when we can supply quality daily.

 

The missing cog in our entertainment ecosystem is aggregated community, one united by values, interests, and behaviors. Why aren’t we hard at work building them now? Doesn’t it make far greater sense to bring films to where the people are gathered and offer it to them where, when, and how they want it? But has common sense ever been the fuel that makes the magic? Isn’t it about time?

The irony of course is that both HBO and Netflix have used Hollywood’s own product to build community and thus a business with more consistent and predictable returns. On top of that, they each have mined that data to then produce their own content more suited for their members’ demonstrated taste. With such efficient machines there is no reason why they shouldn’t go after each identified revenue stream, whether it is HBO’s move to capture the non-cabled segment, or Netflix’s to capture a global audience’s interest in a title or star. HBO will now be getting more robust data via new digital native subscribers and Netflix will continue to grow its subscriber base due to their exclusive original content available in a first window position.

 

Common sense is reflected in actual data. The facts don’t lie – if you can ever find them, that is. The Internet first promised the availability of everything. That was soon enhanced with the access to everyone. If that wasn’t enough, those behind the curtain whispered of the marvels that the quantification of all that ever was or may be (otherwise known as big data) would soon reveal. To some these seemed like separate pies, but over in the valley to the north this trifecta is recognized as an incredible feast, one that needs not be movable because it blankets the globe. We are now witnessing what happens when these three propositions truly collide and mate.

Think about what a unique product cinema is. It releases a shared emotion response amongst strangers in the dark, legally. It compels us to talk about it afterwards. Films create empathy despite great chasms of difference.  Nothing else comes close to this, but we never have exploited this remarkable utility – but Netflix and HBO have built their business around it. While the traditional business gathers people to engage, to reveal themselves, so that they can upsell 15 cents worth of popcorn for six dollars, these streamers have created communities that pay then $10 - $15 a month whether they do anything or not.

 

It’s not that Netflix (or presumably all the other platforms that will follow it in its wake) has upset the lucrative windowing of content that is so disruptive. It is not that is is taking top titles and talent before Hollywood would that is the game-changer. It is that Netflix has built a better business on the back of entertainment than the rest of the film industry has ever imagined. It has used audiences’ tastes to predict their behaviors with a reasonable certainty and it is making a practice of giving them what they want, how they want, when they want, where they want. Once gathered, Netflix and its online brethren use cinema to help the audience reveal themselves even more. And yes, they are going to just keep getting better and better at it.

If the independent film business was an outsider industry dependent on the insider infrastructure to prosper, it only could because for decades the foreign sales model offered a predictive revenue stream allowing new content to be generated with little risk. Those predictive revenues allowed the independents to seemingly take greater risks on content and not simply chase sequels and established brands.

The independents thus were able to not only dominate the awards season year after year but also launch our director brands that now are one of the core sources of ambitious film. Independents lost this sure thing but the online platforms have built a better mousetrap in its place.  And guess who is delivering the most ambitious content as a result?

 

Our film industry no longer needs to tell everyone what we have in the false belief that since we built it they will come. We can now target specific audiences and go directly to them the world over. Netflix’s original cinema bets are made to appeal to the entire globe but really a globe netted together in an abundance of small clusters. We can now approach niches now on a grand scale, and that is going to fill many a new pocket in the process.

Our world generates far more content than our audiences can consume.  We have digitized our past to such an extent that we could watch nothing but five star films every night of the week without running out of selection until decades after our death. Outsiders have always been able to climb the Hollywood castle walls by delivering to underserved audiences, and these hungry hordes remain the world over.

 

The online cinema biz has learned where everyone is, learned exactly what they like, and got them to deliver a regular supply of cash. Did we really expect them to wait much longer to also make a business of giving the people what they want too? The online cinema biz has given us a business model where ambition and diversity can flourish, freed of the demand to diminish risk and all other costs. They are using diverse and ambitious content to build community and then giving that community what they want – whether they knew it or not.

 

I have only ever wanted to make great films. I realized early on that to do that I needed to be in the international sales business. There was a moment when it felt like having discovered many excellent directors and delivered good work on a consistent basis that was enough. Things change though. In order to make beautiful films, I think now I need to have a community of film lovers and makers united through a glorious collection of streaming cinema. It seems inevitable to me.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

TF1, M6 et Canal+ grands gagnants de la déréglementation à venir

TF1, M6 et Canal+ grands gagnants de la déréglementation à venir | (Media & Trend) | Scoop.it
Une étude réalisée par Natixis et l’Ecole des mines analyse les conséquences des évolutions à venir de la réglementation audiovisuelle.

TF1, M6 et Canal+ ont tout à gagner des changements attendus dans la réglementation audiovisuelle qui leur permettront de plus investir dans la production. C’est la conclusion d’une étude menée conjointement par la banque Natixis et par la chaire médias et marques de l’Ecole des mines.

Jérôme Bodin et Olivier Bomsel, les deux auteurs de l’étude, partent sur deux scénarios : une simple évolution de la réglementation, ou, plus drastiquement, une révolution qui verrait la France s’aligner sur le régime en vigueur en Grande-Bretagne. Dans les deux cas, les grands groupes audiovisuels privés enregistreraient une amélioration significative de leurs résultats. « D’une part, ils permettraient à TF1 et M6 de disposer d’un modèle plus solide, car plus intégré verticalement, moins volatil, car moins dépendant de la publicité et plus diversifié géographiquement compte tenu des ventes de contenus à l’export », notent-ils. Pour Canal+, faute de données précises, les auteurs n’ont pu mesurer précisément l’impact économique.

Un marché audiovisuel ouvert

Les auteurs de l’étude font un constat clair : pensée dans les années 1980 et toilettée dans les années 2000, la réglementation française en matière d’audiovisuel, et notamment les obligations de production des chaînes, qui doivent accorder une large place aux producteurs indépendants, est devenue caduque. L’irruption d’acteurs dérégulés – YouTube hier et Netflix aujourd’hui – a servi de révélateur. « Le cadre réglementaire avait du sens lorsque le marché audiovisuel français était fermé, dans les années 1990-2000, avec des barrières à l’entrée fortes et surtout aucun produit de substitution. L’avènement du numérique et la mondialisation du marché des contenus amènent à reconsidérer les fondamentaux du système », estiment les deux auteurs.

Chiffres à l’appui, ils montrent que la rentabilité des groupes audiovisuels français est en baisse constante depuis le début du millénaire, contrairement à leurs homologues allemands. La raison se trouve dans l’impossibilité qui leur est faite d’investir dans la production, contrairement à ce qui se passe en Grande-Bretagne, en Allemagne ou aux Etats-Unis.

Pas trop tard

De ce fait, les groupes français ont utilisé une large part de leur argent pour investir dans des secteurs en dehors de l’audiovisuel (le commerce en ligne par exemple). Selon l’étude, ils ont donc raté le train de la mondialisation de l’audiovisuel. « La réglementation a empêché les diffuseurs de se développer verticalement et les autorités de régulation ont accru la concurrence horizontalement, ils se sont donc développés sur des activités qui avaient peu de liens avec leur métier de base », note Jérôme Bodin.

Rien n’est trop tard cependant. Le scénario d’une « évolution » de la réglementation est en marche, avec le projet de nouveau décret concernant la production. Ce décret est actuellement examiné par le CSA. Il permettra notamment aux chaînes d’obtenir des parts de coproduction dans les programmes qu’elles financent. Pour Fleur Pellerin , ministre de la Culture et de la Communication, ce décret n’est qu’une première étape. François Hollande a également pris le sujet en main, plaidant, lors de son discours à l’occasion du colloque organisé par le CSA début octobre, pour une « alliance » entre les producteurs, les diffuseurs et les distributeurs.


more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Disney presse Maker Studios d'être rentable

Disney presse Maker Studios d'être rentable | (Media & Trend) | Scoop.it

La plate-forme de vidéos sur YouTube, qui compte 550 millions d'abonnés, développe ses revenus.

 

«Tout le monde court après la génération Y et la génération Y court après nous, parce que nous avons quelque chose qu'ils veulent vraiment: de très bons contenus.» Une phrase aura suffi à Ynon Kreiz, le président de Maker Studios, premier réseau mondial de chaînes YouTube, pour résumer la motivation de Disney. En mars dernier, l'une des plus puissantes marques de divertissement familial au monde acceptait de débourser 950 millions de dollars pour mettre la main sur la plate-forme Maker Studios et ses milliers de stars de la vidéo. Mais sur cette somme faramineuse, 450 millions ne seront versés qu'à condition d'atteindre des objectifs de performance.

 

Avec Maker Studios, Disney peut s'adresser directement à la génération des 15-34 ans, nés avec l'Internet, qui délaissent chaque jour un peu plus les programmes classiques du petit écran au profit des formats courts postés sur YouTube. «Les habitudes de consommation changent rapidement, nous assistons à un déplacement massif de la télévision linéaire vers la vidéo en ligne en général et les formats courts en particulier», a martelé Ynon Kreiz durant le Mipcom, le salon international de la télévision à Cannes. D'après lui, les jeunes regardent la télévision un tiers de moins que les 20-40 ans et moitié moins que les plus de 50 ans. Mieux, les 15-34 ans consomment 50 % de vidéos en plus que le reste des internautes.

Des shows pour la télé

Des vidéos toujours plus courtes. «Leur durée moyenne cette année s'établit à 4 minutes, contre 5 l'an passé, soit une diminution de 25 %», a assuré Ynon Kreiz. La plate-forme, qui excelle dans ce genre, a déjà séduit 550 millions de personnes à travers le monde et totalise 9 milliards de vidéos vues chaque mois sur ses quelque 60.000 chaînes YouTube. Parmi les programmes qui font actuellement le buzz, Epic Rap Battles of History, des saynètes loufoques comparant en rappant deux personnages historiques ou de fiction, à l'instar de Léonard de Vinci et les Tortues Ninja… Chaque jour, 10.000 à 15.000 créateurs cherchent à rejoindre Maker Studios. Mais seulement 100 sont retenus. C'est sur ce vivier de talents que s'appuie Ynon Kreiz pour faire grossir encore davantage sa plate-forme. «Nous sommes en train d'inventer un nouveau média», estime-t-il.

Reste à le rentabiliser. Car si aujourd'hui YouTube est devenu un passage obligé, le modèle économique peine encore à émerger. Sur Maker Studios, le prix des publicités n'est pas forcément plus bas que ceux pratiqués à la télévision. «Ils sont parfois plus élevés, et la croissance est à deux chiffres», a même défendu Ynon Kreiz, qui a profité du Mipcom pour montrer de nouveaux formats publicitaires de 5 à 10 secondes, mettant en scène les talents de Maker Studios.

Mais la plate-forme a aussi clairement pour objectif d'étendre ses activités dans les médias traditionnels. Autrement dit, elle veut pouvoir trouver des sources de revenus supplémentaires. Maker Studios propose désormais des shows pour les télévisions traditionnelles afin de les aider à récupérer l'audience jeune. Autre produit, à destination cette fois des services de vidéos par abonnements, des lots de milliers d'épisodes concoctés par ses youtubers. Pour convaincre, Maker Studios dispose de deux arguments de poids: son audience jeune et sa puissance. Son alliance avec Disney a en effet créé un géant du Web: le nouveau couple est déjà numéro trois de l'audience sur Internet, juste derrière Google et Facebook.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Bruno Patino : « Quand les ressources baissent, ce n’est pas sans conséquence sur les programmes »

Bruno Patino : « Quand les ressources baissent, ce n’est pas sans conséquence sur les programmes » | (Media & Trend) | Scoop.it
Dans un entretien au « Monde », Bruno Patino, directeur général délégué aux programmes, aux antennes et aux développements numériques de France Télévisions, dresse le bilan de la rentrée des chaînes du groupe.

 

Dans un entretien au « Monde », Bruno Patino, directeur général délégué aux programmes, aux antennes et aux développements numériques de France Télévisions, dresse le bilan de la rentrée des chaînes du groupe.


La rentrée 2013 de France Télévisions avait été marquée par l’échec du lancement de « Jusqu’ici tout va bien » sur France 2. Comment s’est-elle passée, cette année ?


C’est globalement une rentrée plutôt réussie. France 2 et France 3 ont confirmé qu’elles étaient redevenues des acteurs majeurs de la fiction française et qu’elles le restaient dans le domaine du documentaire. France 4 confirme son positionnement original, France 5 est clairement identifiée et s’installe en cinquième chaîne avec une audience en constante augmentation. France Ô, avec peu de moyens, doit affronter une situation plus complexe. Elle développe une logique d’ouverture sur les cultures du monde tout en jouant sur ses racines ultra-marines. Elle trace son sillon. Laissons-lui jouer cette carte !

 

Mais concernant l’avant-première partie de soirée, la situation ne s’est pas améliorée. L’émission « Face à la bande » de Jérémy Michalak sur France 2 connaît de sérieuses difficultés d’audience…


Notons que le groupe fait un très bon « access » avec une progression de deux points en un an quand les autres groupes sont en retrait. Les audiences du 19 h-20 h de France 2 sont très bonnes avec une refonte du jeu de Nagui mais demeure une faiblesse endémique depuis dix ans sur la case 18 h-19 h, actuellement occupée par l’émission « Face à la bande ». J’observe que la force relative des jeux sur France 3, et la puissance de « C dans l’air » sur France 5, pour ne pas parler de la concurrence des chaînes privées, laissent peu d’espace à France 2. Enfin, la loi audiovisuelle qui a coupé nos recettes publicitaires met une grande pression sur l’audience et la concentre dans la tranche 17 h-20 h. Cela étant, toute création d’émission est un risque. Il faut laisser à chacune le temps de s’imposer et envisager d’autres solutions quand ça ne marche pas, ce n’est pas un drame, c’est la vie de la télévision.

 

France Télévisions a-t-elle les moyens de financer autant de chaînes ?


Dans un paysage audiovisuel où les audiences se fragmentent, la nécessité d’avoir de plus en plus d’offres éditoriales semble une évidence ! Il faut de multiples propositions pour s’adresser à tout le monde. C’est la mission du service public. Notre bouquet de cinq chaînes nationales a besoin de moyens, même s’ils ne sont pas les mêmes pour chacune d’elles. Ne sacrifions pas France 4 et France Ô dont l’offre éditoriale coule de source. France 4 n’est pas deux chaînes en une. Elle s’adresse aux jeunes qui sont nés en l’an 2000 à travers une offre transgressive et aux plus petits avec du ludo-éducatif. Cette complémentarité n’existe pas ailleurs. France 4 est un espace où l’on peut tester beaucoup de nouveaux formats et de nouvelles façons de faire de la télévision.

 

Pourtant, plusieurs programmes en caméra cachée ont suscité des polémiques…


France 4 prend position et affirme son identité ! « Black Mirror » interroge sur l’impact des réseaux sociaux et « Cam Clash » se penche sur la réalité du quotidien sans voyeurisme. On parie sur l’intelligence de ceux qui nous regardent en reprenant leurs codes.

 

En 2015, la contribution à l’audiovisuel public devrait augmenter de 3 euros par an et pourtant France Télévisions n’en tirera pratiquement aucun bénéfice. Que faudrait-il faire ?


Il est vrai qu’entre l’augmentation de la redevance et la suppression de la dotation budgétaire décidée par le gouvernement, France Télévisions ne verra aucun effet dans ses moyens financiers. Avec Rémy Pflimlin, PDG de France Télévisions, nous plaidons pour la stabilité de la nature des ressources et particulièrement de la redevance. De plus, la limitation de nos recettes publicitaires accroît l’instabilité dans le temps. Se situer à moitié dans un marché est toujours complexe… Les programmes se prévoient sur plusieurs années. Nous avons donc besoin d’un cadre qui soit bien défini comme toutes les autres télévisions. Quand les ressources baissent, ce n’est pas sans conséquence sur les programmes et je souhaite maintenir un équilibre entre les programmes de stock (fictions, documentaires,…) et les programmes de flux. C’est le rythme de la télévision.

 

L’arrivée de Netflix en France vous oblige-t-elle à changer le positionnement de France Télévisions ?


C’est une date symbolique et une nouvelle façon de consommer la télévision. Le développement de la SVOD doit nous faire prendre conscience que se développe de plus en plus une offre de recommandation à côté de l’offre de programmation. Netflix prospère en gérant les données et les algorithmes de ses abonnés. A nous de proposer une offre éditoriale alternative. On y travaille avec Francetv pluzz.

 

Rémy Pflimlin effectue la dernière année de son mandat à la tête de France Télévisions et les candidats sont déjà nombreux pour lui succéder. Les chaînes sont-elles entrées dans une période de transition qui gèle toutes les initiatives ?


Non, toutes les équipes sont au travail. Il n’y a pas de ralentissement dans les projets mis en œuvre. Nous continuons à plancher sur le projet stratégique du groupe qui porte sur plusieurs années sans tenir compte de qui sera à sa direction en août prochain.

 

Etes-vous candidat ?


J’ai déjà répondu à cette question par la négative, je n’ai pas changé d’avis.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Netflix confirms DiCaprio doc deal

Netflix confirms DiCaprio doc deal | (Media & Trend) | Scoop.it

Netflix has confirmed it has picked up exclusive rights to Virunga, the feature doc that follows rangers in the in the titular national park, in the Democratic Republic of Congo as they battle against poachers.

Hollywood star Leonardo DiCaprio has also joined the doc as an exec producer.

 

TBI first reported in July that Netflix had exclusively picked up Virunga and the US-listed streaming service made an official announcement to that effect last Friday (October 17).

The critically-acclaimed project, which is billed as ‘part investigative journalism and part nature documentary’ was shown at this year’s Tribeca Film Festival and will have a limited theatrical release in the US.

 

The film is produced by Violet Films with the Bertha Foundation and Grain Media. London-based Grain has handled international sales but Netfix has exclusive international rights for three years as part of its deal for the show.

 

Orlando von Einsiedel wrote and directed the feature doc. The feature-length project follows a doc series he made about the same national park for the Earthrise strand on Al Jazeera’s English-language channel.

 

DiCaprio’s Appian Way prodco now also has a production credit and the movie star is an exec producer.

 

“Films like Virunga are powerful stories that are a window into the incredible cultural and natural diversity of our world, the forces that are threatening to destroy it, and the people who are fighting to protect it,” DiCaprio said. “Partnering with Netflix on this film is an exciting opportunity to inform and inspire individuals to engage on this topic.”

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

MIPCOM 2014: Best time to invest in India, say Indian media barons

MIPCOM 2014: Best time to invest in India, say Indian media barons | (Media & Trend) | Scoop.it

CANNES: Indian content market is going through an exciting phase, and putting the scenario upfront to the world, through one of the biggest stages at the ongoing MIPCOM 2014 was the India panel which comprised of Colors CEO Raj Nayak, Balaji Telefilms group CEO Sameer Nair, Rajshri Entertainment managing director and CEO Rajjat Barjatya and online video expert and ex-head of YouTube content south/south east Asia Amit Agrawal. The session on ‘New business strategies from India’ was moderated by PwC global leader, entertainment and media Fenez Marcel.
 
Setting the stage for some heated discussion was Nayak when he highlighted one of the biggest issues the country faces: lack of broadband. “Lack of connectivity is an issue. If the experience of watching becomes smooth, it will be a game changer,” he said.
 
Comparing the online market in India with that of the world, Agrawal said that the Indian market has both traditional medium and online play “and both are very strong,” he informed adding that this meant huge opportunity to tap into.  
 
Agrawal went on to say that while India consumes a lot of content online, almost 30-40 per cent of this content is not made in India. “That’s a huge chunk. I am seeing an emergence of micro-communities with technology. This will enable the content producer to tackle the right community. It will happen and very soon, may be in the next 12-18 months,” he stressed.
 
There is too much of fragmentation in the country, currently. Mentioning the Telecom Regulatory Authority of India's regulation about ad-cap for pay TV, Nayak said, “Once this happens, the supply and demand ratio will change. This will also help in the yield going up, because the demand will go up. We have to come at a point where the FTA channels will carry advertising with no limitations, pay channels which will have 10+2 advertising and very premium channels will have no advertising.”
 
Barjatya who wears the hat of both traditional movie maker and digital feels that India is at a cusp of digital revolution. “For me the opportunity is to reach the global audience, especially through mobile. Traditional media rules cannot be applied on mobile,” he said.  
 
The YouTube journey in India started with traditional media content that was distributed to audience which was moving away from traditional media. “But now, over the last one and a half years, I see so many online channels coming up on comedy, food, music, news, tech bloggers have all come up,” informed Agrawal.  
 
With a contradicting viewpoint, Nayak said that YouTube is the biggest competitor to the broadcaster. And that it is due to this, that the broadcaster, since the last month, has taken its hit show Comedy Nights with Kapil off YouTube. “I am a big believer of digital media and I feel it is the future, but I also feel that it will co-exist with television and they will grow parallel.”
 
Viacom itself is looking at a lot of short formats. “But the problem is that unless broadband issue is not addressed, monetisation will remain a huge problem. If you look at the money, YouTube does Rs 500-600 crore business from India, where television is a Rs 7000 crore business, so the numbers are small and that will not grow until and unless the bandwidth issues are addressed,” said Nayak.
 
Nayak believes that no one in India has so far mastered the art of monetising content on the digital media, social media the way it should be, given its increasing reach and targeting abilities.. 
 
"Monetisation will happen with broadband and hopefully this should be resolved with the rollout of 4G,” he added.
 
The panel also put forth its wish list for the new government formed under Prime Minister Narendra Modi. According to Nair regulation for content already exists, which is beneficial to the whole industry. Highlighting PM Narendra Modi’s ‘come make in India’ campaign, he said that the government is giving open invitation for people to come to India. “As for Raj’s point that producers in India are not partnering with broadcasters and thus not sharing risks, we are looking at that very seriously and are encouraging everyone else to do it. If there is a risk-reward mechanism, everyone can benefit,” explained Nair.  

 

As for Nayak, keeping in mind the dynamic & tech-savvy PM the country currently has, who understands the power of the Digital media, connectivity and broadband will get addressed in a much faster footing.  Given that electricity is still erratic in rural India, people will communicate and consume content through mobile phones. “I would ask him to release spectrum because that’s a big issue that’s coming in the way of growing business. Another thing that I would request  is complete implementation of the digitisation, process which is expected to be over by 2016 . He further added that broadcasters are not getting their fair share of subscription revenue and this can only happen once the digitisation process is complete and all stakeholders start seeing the benefits," he said.
 
Barjatya’s wish list consists of wiring up India and encouraging Indian entrepreneurs to have a global outlook rather than be restricted to Indian audiences alone. “We need to appeal to the audience outside of India,” he said.
 
For Agrawal, the government should remove hurdles. “Out of all the YouTube content that we produce, more than 70 per cent of the viewership for programme comes from global audiences. We haven’t done a great job in marketing ourselves and make people aware of the country,” he added.
 
Nayak is hoping for a dynamic change in the media industry, with the new PM.   
 
The discussion also touched upon the consumer behaviour in the country.  “We see a lot of consumption happening on handheld devices. When we began, 10 per cent of our views were from handheld devices, today it is almost 50-50 and that number is higher in India than in the rest of the world. India’s next billion people will access internet on mobile, and will not know about PCs,” opined Barjatya.
 
Agreeing to this, Nayak said that the reason it will happen is because for mobile, one doesn’t need electricity. “We have 160 million homes and 900 million handheld devices right now, which is expected to go up to 1.5 billion handsets. So the explosion is happening. Power will take a lot of time to be addressed, but if you have internet, you can consume content,” he informed.
 
Nair classified the audiences and the programmes being made. He said, “The television industry currently is programming for newer audiences who are more into household dramas. Then there are also those who have already lived through all this and are now looking for more. The audience is evolving. There will be more niche channels.”  
 
All the panelists felt that this is the best time to invest in India. “In India, people are ready to match dollar to dollar. And we are ready to put the money where our mouth is,” announced Nair.  
 
Concluding the session with one advice to entrants in the market, Nair said, “It is important to be patient. We are still at the ground floor, but we can build."

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

The Older You are, the More Traditional Your TV

A third of all Millennials (18- to 34-year-olds) spend a third of their TV time on a second screen and one out of six say they haven’t watched any programming on a TV set in the past month.

 

That’s according to a new report from online tracking company comScore, which found 44% of Millennials watching TV content on computers, nearly 50% watching on tablets, and 31% watching on smartphones. Millennials are much more likely to watch TV from an Internet-connected TV device like Apple TV, Chromecast, a Blu-ray Disc player or gaming console, compared to older generations.

“Given the plethora of options for TV viewing today, consumption habits are not only changing but appear to be changing at an accelerating rate,” the report reads. “Certain segments of the viewing population are leading this shift, with the most notable group being Millennials.

 

“This generation wants to watch what they want, when they want and where they want, and their tech-savviness and willingness to explore their options is driving massive change.”

 

The older you are, the more traditional your viewing habits: only 5% of those 55 and older report watching TV content on a smartphone in the past month, with only 17% and 18% in that age group watching on a computer or tablet, respectively. That compares to 96% watching content on a TV.

 

The benefits of online video are obvious: more than 50% of viewers of all ages pointed to schedule flexibility and convenience as the main reasons for watching TV content online. Skipping commercials (38%), binge-viewing (35%) and fewer ads (33%) also scored high.

Younger generations are more likely to watch TV series online (45%) with 13% doing so exclusively. And time-shifting is a huge factor for Millennials: 46% say they typically watch content after it’s aired, compared to only 30% of those over the age of 55.

 

Age isn’t the only consideration: 45% of those who subscribe to a digital video service time-shift their content, compared to 27% of those who don’t pay for a service like Netflix or Amazon Instant Video. And video service subscribers are also more like to binge-view (87% vs. 69%). Fifteen percent of those who subscribe to a video service binge-view six or more times a month, compared to 6% of non-subscribers. Overall, four in 10 of households have at least one paid video subscription, with Netflix tops at 32%.

 

Millennials are also much more likely to not subscribe to traditional TV: that age group is 77% more likely to have never paid for cable or satellite.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Netflix's strategy: Shows for every age

Netflix's strategy: Shows for every age | (Media & Trend) | Scoop.it
With a dozen original TV shows for children in the works, Netflix wants to be streaming from birth to adulthood

 

Just how important are children to the future of Netflix? The company famously doesn't release ratings, but it's willing to say that many of its shows for kids are TV-sized hits.

More than 70 kids shows have been streamed by some 2 million Netflix subscribers this year, according to the company's chief content officer, Ted Sarandos.

 

Although Sarandos won't name names, he said "more than a dozen" have been viewed by at least 5 million of Netflix's 35 million U.S. subscribers.

 

That underscores just how pivotal children's programming is, not just for Netflix, but for its competitors as well.

 

Netflix (NFLX, Tech30) carries scores of shows that have previously aired on the Disney Channel, Nickelodeon and elsewhere, giving it a foundation to gain and retain subscribers. And just like it launched adult franchises "House of Cards" and "Orange is the New Black," it is creating original franchises for children.

In an interview about his kids' programming strategy, Sarandos acknowledged that it's taking a while -- animation, in particular, has a lengthy production cycle -- but said the company is making great strides to "create new brands for our increasingly global footprint."

Netflix's first original series for children, "Turbo: FAST," premiered last year. There are more than a dozen other originals on the way in the next two years, beginning next month, with "VeggieTales In The House."

 

One series not previously announced by Netflix is "Care Bears and Cousins," a franchise that dates back to the 1980s. The first season is being targeted for early 2016, though a specific release date isn't scheduled yet.

 

"Care Bears" and forthcoming Netflix franchises like "The Magic School Bus 360" and "Popples" are part of a nostalgia trend in television.

 

"A lot of it is just 'trusted brand,'" Sarandos said. Translation: parents are likely to let their children watch a new version of a show that they themselves used to watch.

 

Many of Netflix's forthcoming children's series come from its partnership withDreamWorks for 300-plus hours of programming. Others come from production companies in other countries -- Italy in the case of "Winx Club WOW: World of Winx," Japan in the case of "Kong -- King of the Apes."

 

The rights to rebroadcast some of these shows after their Netflix debuts will be up for sale at MIPCOM, an annual entertainment marketplace that takes place in France this week. Sarandos will be there too, for a keynote interview on Tuesday.

 Vive le streaming! Netflix enters France 

One of his messages: acquired shows from suppliers like Disney (DIS) remain a "very important part" of Netflix's overall programming plan, and many of those shows have millions of cumulative viewers on Netflix. (The subtext: Netflix's licensing fees help keep those shows in production.)

 

"At no point do I think the originals will dominate the acquisitions," he said.

 

But the originals will help bolster Netflix's brand -- and make up for acquired programs that the service might be lacking in the future, as Disney, Nickelodeon and other rivals direct fans of those programs to their own on-demand apps.

 

"I think Netflix is a channel, and it's a different kind of channel for every one of our members," Sarandos said. "To a 12-year-old boy, Netflix means something completely different than it does to a 5-year-old girl or a 40-year-old."

 

That's what distinguishes Netflix from a traditional cable channel like the Disney Channel, which targets a specific demographic.

"When you look at almost any content channel, the audience ages out of them," Sarandos said. "I watched it happen with my own children, who started with PBS and migrated to the Disney Channel and then Nick and then back to the Disney Channel and then ABC Family and then into mainstream television."

 

A streaming service, on the other hand, has different "buckets of programming" for different demographics. Sarandos sounded enthusiastic while talking about the prospects of personalization technology to "recognize changes in viewing patterns."

 

Over time, he said, "the site can, in a very automated way, age with you, based on the things you're watching."

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Social TV : le dispositif transmedia de la série Cut

Social TV : le dispositif transmedia de la série Cut | (Media & Trend) | Scoop.it

la série Cut fait son grand retour sur France Ô. Pour la saison 2, l’agence Bigger Than Fiction a accompagné la chaîne pour mettre en place un dispositif transmedia innovant. Tout a été pensé pour intégrer le téléspectateur au sein de la série, des réseaux sociaux à une application dédiée. Nous sommes allés à la rencontre d’Édouard Gasnier, Head of Social Media de l’agence Bigger Than Fiction. Il présente le dispositif et les particularités du community management de la série.

 

Pouvez-vous présenter votre parcours et votre rôle chez Bigger Than Fiction ?


Après avoir été community manager chez heaven agency, dans le domaine du jeu vidéo, j’ai rejointBigger Than Fiction, société de conseil et d’accompagnement en transmedia et SocialTV, créée parJulien Aubert, en 2011. Nous mettons notre savoir-faire en matière de communication digitale au service des diffuseurs et des producteurs afin d’augmenter l’expérience TV, entre autre sur le second écran.

 

Je suis aujourd’hui associé et à la tête du pôle Community Management de Bigger Than Fiction. Nous avons notamment créé le Moteur de Recherche (MDR) pour Canal+, la GotWar pour Canalsat, ainsi qu’une expérience de social-ciné autour de Sharknado 2 qui a généré 10 Trending Topics sur la même soirée, et des centaines de RT sur des créas Twitter jouant sur les expanded images. Cette année, nous avons aussi travaillé pour France 4 et Eden Production, en animant sur Twitter l’émission Tokyo Reverse. Ce plan séquence de 9h, à rebours, dans Tokyo, a été en Trending Topics pendant 16h, et en tête de ces « #TT » pendant 12 heures !, ce qui en fait l’une des plus belles expériences de SocialTV en France à ce jour.

 

Pour ceux qui ne connaissent pas Cut, pouvez-vous présenter brièvement la série Cut ?


Cut est une série produite par ALP et Terence Films, et qui est diffusée par France Ô, chaîne 19 de la TNT, du lundi au vendredi, à 19h15. La première saison a été diffusée l’an dernier, et la seconde reprend, avec le premier de ces 70 épisodes, ce lundi 6 octobre.

C’est ce qu’on appelle une série de personnages, où l’on suit les aventures de Laura, une jeune mère célibataire forcée par son richissime beau-père de revenir sur l’île de La Réunion. Ce dernier, Charles de Kervelec, veut récupérer la garde de son petit-fils, Jules, par tous les moyens. En cette saison 2, le retour de Stefan, le père de Jules, disparu depuis 17 ans, va brouiller les cartes.

Vous y reconnaîtrez entre autre Ambroise Michel, qui joua Rudy dans Plus Belle La Vie, mais aussi Julie Boulanger (Léa Parker, Sous le Soleil), Emilie Granier (Cœur Océan) ou Joséphine Jobert (Foudre, Sous le Soleil de Saint Tropez).


Vous avez décidé de personnifier les présences sur les réseaux sociaux. On ne devient pas fan de Cut, mais de Jules, le personnage principal. Pourquoi ce choix ?


Ces réseaux sociaux ne sont pas des objets de communication mais le support d’une narration transmedia. La page fan de Jules974 imite le profil d’un jeune de 18 ans, Jules. Depuis le premier épisode de la première saison, il y poste régulièrement ses impressions, ses vidéos, y parle de ses amours, sa famille, ses amis, d’un point de vue de personnage, totalement scénarisé.

Ainsi, toute l’écriture des statuts Facebook est réalisée pendant l’écriture du scénario, et les contenus photos/vidéos sont produits avec la série TV… en laissant de l’espace pour rebondir sur l’actualité. Cette année l’écriture et la réalisation des contenus est gérée par Bertrand Cohen, le producteur, avec un auteur transmedia, Antonin Denis. Notre rôle est d’accompagner l’écriture, nous sommes en quelque sorte des script-doctors transmedia. 

 

Bien entendu, cette écriture est étudiée pour s’enchevêtrer avec la narration TV. Le personnage donne un point de vue nouveau et personnel aux intrigues dont il est l’objet, ce qui renforce l’adhésion du public à notre page. Point fort : il intervient en direct de la série. On peut le voir poster à la télévision des photos ou des vidéos, qui sont soulignées par une notification que le community manager partage en direct.

 

La page de Jules974 a connu un grand succès durant la première saison, en réunissant 50 000 fans, quasi-uniquement de manière organique.

 

Sur quels réseaux sociaux Jules est-il présent ? Comment sont gérés les partages ?


Jules est principalement présent sur Facebook. Il a aussi une chaîne YouTube, qui sert à relayer des contenus vers cet espace Facebook. Sa copine et son meilleur ami ont aussi leurs pages, qui ne servent elles-aussi qu’à alimenter Jules974 : Jules « partage » certains de leurs statuts. Bien évidemment, ils viennent aussi sur la page de Jules réagir à l’actualité qui les concerne.

 

Enfin, cette année et au sein de l’application, nous simulerons sa présence sur Snapchat.

 

Vis-à-vis des interactions avec les internautes, quels sont les principes que vous suivez ?


Cette page étant scénarisée, nous n’intervenons pas auprès de commentaires qui sortent de la fiction. Si un spectateur demande à Jules un horaire de diffusion, il ne répondra pas, ne se sachant pas lui-même à la télévision ! Idem s’il évoque une intrigue qui se passe à l’autre bout de l’île et dont Jules ne peut avoir connaissance, ou si l’on a une demande à faire aux acteurs. Nous répondons donc uniquement aux nombreux fans qui s’adressent bel et bien à Jules.

Il en va de même pour les messages privés, nous ne pouvons pas répondre à tous les messages « dans la fiction », mais nous nous y attachons !

 

Ce qui est amusant avec cette volonté d’incarner un personnage, c’est que nombre de fans perçoivent très bien la démarche, et font de l’auto-modération, en reprochant aux autres de « casser » la scénarisation… Certains de ces « coupables » s’en excusent aussitôt !

La principale nouveauté de cette nouvelle saison est l’application dédiée : pouvez-vous nous la présenter ?

L’application Jules974 va encore renforcer la proximité du public avec ce personnage, et lui permettra d’aller plus loin dans son intimité. En effet, cette année, les téléspectateurs pourront accéder au téléphone de Jules !


Cut, l’appli – Entrez dans le téléphone de Jules

L’application simule l’OS d’un téléphone, au sein duquel les applications Facebook ou Snapchat et relatives à La Réunion côtoient le répertoire, le répondeur ou les SMS de Jules. La connexion avec le premier écran sera encore plus forte : un texto envoyé dans la série va faire vibrer votre téléphone, dans votre poche !

 

Enfin, les télénautes pourront laisser leurs coordonnées téléphoniques à leurs personnages préférés, et peut-être recevoir un appel entre deux épisodes. Une nouveauté qui confirme que cette série est l’œuvre de fiction transmedia la plus innovante de l’hexagone !

 

Elle est disponible gratuitement sur iOS et Android.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

« Le Nouvel Observateur » devient « L’Obs »

« Le Nouvel Observateur » devient « L’Obs » | (Media & Trend) | Scoop.it
A 50 ans, l’hebdomadaire change de nom et de maquette. Mais pas de valeurs, assure-t-il.

Pour ses 50 ans, « Le Nouvel Observateur » se réinvente. Et cela passe d’abord par un changement de nom : exit l’adjectif « nouvel » et le long à plusieurs syllabes, l’hebdomadaire devient « L’Obs », tout court. Une nouvelle identité qui s’accompagne d’une maquette révisée, mais pas question pour autant de faire table rase du passé. Le magazine fondé par Jean Daniel et Claude Perdriel ne change pas « d’histoire, de principes ou de valeurs », assure le directeur de la rédaction, Matthieu Croissandeau, dans une interview sur le site Internet du média .

 

Dans ce nouvel « Obs », en kiosques jeudi prochain, « il y aura davantage d’enquêtes, davantage de reportages, davantage de portraits fouillés, davantage de photos aussi, davantage de débats d’idées », explique Matthieu Croissandeau. « Notre objectif n’est plus de courir après cette actualité ou de la résumer, mais de la créer ».

  Lifestyle en décembre

« TéléObs » fait également peau neuve. Sa nouvelle maquette laissera la part belle à des enquêtes, des récits, des portraits racontant l’actualité du monde de l’audiovisuel « de TF1 à YouTube ». Le site adoptera lui aussi le nom « L’Obs », et veut « devenir le premier portail français de magazines en ligne » en proposant des contenus à plus forte valeur ajoutée. Ces reportages et enquêtes seront disponibles à la fin de l’année dans une zone payante. C’est en décembre également que le groupe lancera un nouveau mensuel « lifestyle », racontant « l’époque en décryptant les tendances et les phénomènes qui composent l’air du temps ».

 

Tous ces changements interviennent quelques mois après l’achat officiel du newsmagazine par le trio « BNP » (Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse), propriétaires du « Monde ». Ils doivent permettre au titre, en pertes, « d’élargir son audience à de nouveaux lecteurs ». Il revendique actuellement une diffusion de 485.000 exemplaires et son site, avec près de 34 millions de visites en septembre (source OJD), se place en troisième position des sites d’informations

 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Netflix s’effondre en Bourse après trois mois décevants

Netflix s’effondre en Bourse après trois mois décevants | (Media & Trend) | Scoop.it
Le service de vidéo à la demande a attiré moins d’abonnés qu’espéré au troisième trimestre.

Netflix a été très lourdement sanctionné jeudi, après la présentation de ses résultats trimestriels : le site de vidéo en ligne, qui est depuis des mois la coqueluche des marchés, a subi un violent retour de flamme avec un effondrement de son titre de près de 25 % dans les échanges électroniques après Bourse, se confirmant jeudi en ouverture de séance. La société affiche pourtant une croissance vigoureuse : ses revenus ont crû d’un tiers sur un an, à 1,2 milliard de dollars. Il a généré 59 millions de profit, soit deux fois plus qu’à la même période en 2013. Il a attiré 3 millions de nouveaux abonnés au troisième trimestre, dont deux tiers à l’international.

 

Mais c’est là que le bât blesse : Netflix en attendait un quart de plus, soit 3,7 millions. Sa récente expansion en Europe - dans six pays dont la France - s’avère a priori décevante : Netflix n’a gagné « que » 2 millions d’abonnés à l’international, soit 15 % de moins qu’escompté. Cette expansion va, en outre, peser lourdement sur ses bénéfices du quatrième trimestre, a prévenu le groupe mercredi soir : son bénéfice par action, la référence pour Wall Street, devrait tomber sur les trois derniers mois de l’année à seulement 44 cents, soit deux fois moins que ce que les analystes attendaient.

Le grand rival HBO

Les investisseurs ont réagi d’autant plus sévèrement que Netflix les avait habitués à dépasser constamment ses prévisions. La hausse des tarifs aux Etats-Unis (+1 dollar chaque mois) a certainement joué. « Nous restons satisfaits de nos changements de tarif », a commenté Netflix, assurant que leur impact était d’ores et déjà pris en compte dans les résultats du quatrième trimestre. Résolument optimiste, Netflix prévoit d’engranger encore 4 millions de nouveaux abonnés avant la fin 2014.

 

Le groupe a également souffert, jeudi, des annonces de son grand concurrent HBO : la chaîne, qui produit certaines des meilleures séries américaines (Les Sopranos, Game of Thrones, etc.) a annoncé qu’elle allait lancer un service de streaming à compter de l’année prochaine, attaquant ainsi Netflix sur son propre terrain, à savoir la télévision sur Internet. D’autres, comme Showtime et Starz, pourraient suivre.

 

Dans une lettre aux actionnaires, le PDG de Netflix Reed Hastings a joué la carte de la sérénité : « Nous avons toujours dit que HBO serait notre principal concurrent à long terme, surtout pour le contenu. Il était inévitable et cohérent que HBO finisse par offrir ses programmes indépendamment du câble ». La bataille pour dominer la télévision sur Internet ne fait que commencer.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Le Monde réitère son intérêt pour LCI

Le Monde réitère son intérêt pour LCI | (Media & Trend) | Scoop.it
Invité de BFM Business, ce vendredi 17 octobre, le président du directoire du "Monde", Louis Dreyfus, a indiqué que les actionnaires du journal ont formellement adressé une lettre à TF1 pour engager des discussions sur le rachat de LCI.

Les actionnaires du Monde passent à l'acte. Invité du12h30 d'Hedwige Chevrillon, ce vendredi 17 octobre, Louis Dreyfus, le président du directoire du journal, a indiqué que "ce matin les actionnaires du journal ont adressé un nouveau courrier à Nonce Paolini (le patron de TF1, ndlr) pour confirmer formellement leur intérêt à ouvrir une vraie discussion et reprendre cette chaîne".

"Tous ceux qui se sont mobilisés depuis deux mois autour de LCI, méritent que cette chaîne continue d'exister et les actionnaires du Monde sont très mobilisés autour de ce projet", a-t-il ajouté.

Maintenant "nous allons attendre les échéances du Conseil d'Etat", a-t-il indiqué rappelant qu'une audience est prévue pour la semaine prochaine.

Mais, au-delà, "je pense que TF1 ouvrira des discussions. On ne peut pas imaginer qu'une belle et grande chaîne comme TF1 laisse partir autant de salariés sans examiner des propositions qui sont des propositions sérieuses".

Le groupe a, en effet, prévu de supprimer 58 CDI sur les 98 que compte LCI.

L'ensemble des salariés repris

Interrogé sur la nature de l'offre, Louis Dreyfus a indiqué que "l'idée est de reprendre la chaîne, de continuer son exploitation, de la laisser sur un modèle payant et de reprendre l'ensemble des salariés".

De plus les actionnaires du Monde comptent "construire en parallèle de la chaîne une activité numérique qui est aujourd'hui balbutiante chez LCI et qui du côté du Monde est un des vrais fers de lance de notre redressement".

En outre Louis Dreyfus a assuré que "LCI resterait une chaîne d'information généraliste". "Nonce Paolini, lui-même, met avant la qualité de décryptage et d'analyse de la chaîne", a-t-il fait valoir.

Le montant de l'offre tenu secret

Le rachat de LCI pourrait permettre au Monde de développer son offre vidéo, un canal qui est devenu très rémunérateur en termes de publicité. La plupart des journaux cherchent ainsi à améliorer leur offre de vidéo en ligne sur leurs sites web. 

Louis Dreyfus est en revanche resté muet sur le montant que les actionnaires sont prêts à mettre pour reprendre LCI. "Nous avons considéré que tous les éléments chiffrés méritaient d'être discutés en priorité avec les dirigeants de TF1".

De son côté, TF1 a jusqu'à présent écarté une vente de LCI. "Nous attendons la décision en référé du Conseil d'Etat sur LCI qui doit intervenir d'ici début novembre. Il est difficile de parler de vente d'ici là. Surtout, notre objectif prioritaire reste d'obtenir un passage sur la TNT gratuite", expliquait-on, il y a quelques jours au sein de la chaîne. 

Outre Le Monde, Le Figaro avait également montré des signes d'intérêt. Le journal proposait non pas un rachat de la chaîne mais un partenariat sur l'achat de vidéos. 

La réponse de TF1

Dans un texte adressé à ses salariés, TF1 considère que les informations apportées par Louis Dreyfus "sont inexactes". La chaîne fait valoir que la lettre qu'elle a reçue ce vendredi de la part des actionnaires du Monde "ne contient aucune offre formelle et aucun engagement de reprise des salariés de LCI et se contente d'inviter TF1 à entrer en pourparlers pour un hypothétique projet de rachat". TF1 pointe "un écran de fumée qui intervient à trois jours de l'audience de référé devant le Conseil d'Etat" et qui "ne doit tromper personne". La chaîne rappelle qu'elle va plaider pour obtenir la suspension de la décision du CSA qui, en juillet dernier, avait refusé le passage de LCI en gratuit.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

France 3 poursuit sa collection des "Meurtres à..." avec "Meurtres à Guérande", actuellement en tournage

France 3 poursuit sa collection des "Meurtres à..." avec "Meurtres à Guérande", actuellement en tournage | (Media & Trend) | Scoop.it

Faubourg Saint-Michel : caméras et projecteurs ont pris la place des voitures entre chapelle et Petit Séminaire. Le tournage de “Meurtres à Guérande”, de la collection de France 3, a commencé ce lundi. A l’affiche, Antoine Duléry et Claire Borotra reprennent les rôles qu’ils tenaient dans “Meurtres au Pays Basque”, également préparé par Merlin Productions.

Le tournage dure deux jours à Guérande ; les caméras s’installeront demain dans les marais salants pour la scène d’ouverture du téléfilm. L’équipe partira tourner ensuite à Nantes, puis dans le marais poitevin. La diffusion de “Meurtres à Guérande” est prévue pour l’année prochaine.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

TV production in L.A. jumps 31% in the third quarter

TV production in L.A. jumps 31% in the third quarter | (Media & Trend) | Scoop.it

 production continued to steal the show in the third quarter, as on location shoots for television shows surged in the Los Angeles area.

Even as local feature film shoots continued to fall, location shoots for television programs generated 5,362 production days in the third quarter, up 31% from the same period a year ago, according to newly  released figures from FilmL.A. Inc.

 

The increase marks the second consecutive period of growth in the television market and underscores L.A.'s growing reliance on the television industry to help offset losses caused by the migration of feature film work to other states and countries that draw big-budget films. Gov. Jerry Brown recently approved a bill that would triple funding for California's film incentive in an effort to keep more work from leaving the state.

 

The growth in television partly reflects an industry-wide increase in TV production that has brought a crop of new dramas to L.A. market, such Steven Spielberg's sci-fi series for CBS, "Extant," starring Halle Bery; as well as the cable dramas "Matador" for El Rey Network and "Chasing Life" for ABC Family.

“While we are still trying to reclaim our share of television production, we’re encouraged
by dramatic television producers’ interest in filming in Los Angeles,” FilmL.A. President Paul Audley said in a statement. “With the new tax credit taking effect next July, we see strong potential for growth in local TV work ahead.”

 

 
New shows streamed over the Internet, such as "Bosch" from Amazon Studios, also have helped to fuel the rise in local TV production. Web-based TV jumped 12% in the third quarter, according to the report.

Industry-wide changes in scheduling of TV shows may also have contributed to the increase in TV production. Because of the increase in cable programs, more production is occurring in the summer months than in prior years. At the same time, broadcast network shows also are extending their production seasons longer to better compete with cable rivals.


"It's a continuation of a pattern that we've been seeing," said Philip Sokoloski, spokesman for FilmL.A., which handles permits for the city and L.A. County. "Networks are adopting a summer schedule that more closely resembles cable networks."

Notwithstanding the spike in TV production, L.A.'s share of TV drama production has declined over the last decade due to rising competition from New York and other cities offering steep tax breaks to producers.

So-called runaway production also has led to a sharp drop in feature film activity in L.A.

Feature film shoots declined 4% in the third quarter compared with the same period a year ago, with 1,881 production days. Several films with low to medium-sized budgets qualified for state tax credits, including "Straight Outta Compton," "Never Leave," "Scouts vs. Zombies," and "The Perfect Guy."

Large-budget features, however, mostly film outside of California. For example, after filming the last two "Star Trek" movies in L.A., Paramount Pictures selected Vancouver, Canada, as the next location for the third film to take advantage of generous incentives offered north of the border.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Chronologie des médias : le cinéma interpelle Fleur Pellerin

Chronologie des médias : le cinéma interpelle Fleur Pellerin | (Media & Trend) | Scoop.it
Les principales organisations du cinéma souhaitent la fin du gel des droits, qui avantage Canal+ pendant sa fenêtre de diffusion.

Appelée chronologie des médias, l’organisation des fenêtres de diffusion des films de cinéma en fonction des supports (salles, vidéo, VOD, télévision...) obéit à un accord interprofessionnel particulièrement long à mener. Un nouveau round de négociations a été lancé depuis la publication du rapport Lescure . A la fin de l’été, le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) a fait des propositions à la suite d’une concertation avec la filière, proposant notamment un raccourcissement de deux mois des principales fenêtres de diffusion.

Mais la situation est bloquée. Le blocage est tel que la plupart des organisations représentatives du cinéma ont écrit une lettre pour interpeller la ministre de la Culture et de la Communication. Les principales associations professionnelles regroupant les producteurs, distributeurs, exploitants, artistes ou encore agents sont réunis au sein de deux bureaux de liaison, le BLIC et le BLOC.

  Offre plus lisible

Ils font deux propositions. La première concerne le gel des droits, c’est-à-dire la disparition des films de l’offre de VOD à l’acte (disponible quatre mois après la sortie en salles) quelques semaines avant l’ouverture de la fenêtre de Canal+ (dix mois après la sortie en salles). Le cinéma prône la fin de ce gel. « Cette évolution rendra l’offre [de VOD, NDLR] plus lisible et contribuera à la croissance de ce secteur tout en démontrant l’existence d’une vraie alternative légale au piratage », écrivent les signataires de la lettre dont « Les Echos » ont eu connaissance. Ils souhaitent également la mise en place de fenêtres glissantes, c’est-à-dire raccourcir les délais si une fenêtre d’exploitation n’est pas utilisée.

Canal+ incontournable

Si intéressantes soient-elles, ces propositions risquent fort de susciter une vive opposition de Canal+. Le groupe présidé par Bertrand Meheut est peu enclin à accepter la fin du gel des droits sur la VOD pendant sa fenêtre de diffusion. Son modèle économique étant basé sur le premium et l’exclusivité, Canal+ entend le préserver au maximum.

Première source de financement pour le cinéma français (160 millions d’euros investis dans 126 films l’année dernière), le groupe de télévision à péage est évidemment très écouté dès qu’il s’agit de renégocier la chronologie des médias, dont le dernier accord date de l’été 2009. « Cette proposition a peu de chance d’aboutir car le cinéma ne propose rien en échange », note sous le couvert de l’anonymat un expert de la question.

Les signatures de la lettre souhaitent que la ministre mette autour d’une table toutes les chaînes de télévision en face de la filière cinéma, et ce afin de « trouver des solutions cohérentes et équilibrées pour l’ensemble des parties prenantes, et qui préserve la vitalité du cinéma français »

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Vivendi négocie le rachat de l'Express

Le groupe français de médias Vivendi négocie le rachat de L'Express, selon un article publié sur le site du Journal du Dimanche, une information démentie par le groupe belge Roularta, propriétaire de l'hebdomadaire.

"L'hebdomadaire L'Express est en vente, et son propriétaire, le groupe belge Roularta, mène des négociations, déjà avancées, avec Vincent Bolloré", indique le JDD. "Il y a toujours des rumeurs, elles remontent à la surface tous les six mois", a rétorqué Rik de Nolf, directeur général de Roularta, interrogé par l'AFP en Belgique.

L'homme d'affaires breton négocie ce rachat pour le compte du groupe Vivendi, dont il est président du conseil de surveillance et premier actionnaire, précise le JDD. Le groupe Vivendi, joint par l'AFP, n'a pas souhaité commenter ces informations.

Vivendi, qui est en train de finaliser la cession de sa filiale de téléphonie mobile SFR à Altice-Numericable, dispose d'importantes liquidités.

L'entreprise qui vise à devenir un groupe industriel intégré, orienté vers les médias et les contenus, mène des discussions avec de nombreux producteurs de contenus, selon une source proche du dossier.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

A Dijon, le cinéma français débat de Netflix… sans Netflix

A Dijon, le cinéma français débat de Netflix… sans Netflix | (Media & Trend) | Scoop.it
Aux Rencontres cinématographiques, la responsable des politiques publiques en Europe a refusé de répondre aux questions.

 

Le débat intitulé « Netflix, et après ? », aurait pu s’appeler « Netflix, cause toujours ! ». Invitée, samedi 18 octobre, aux Rencontres cinématographiques de Dijon, la responsable des politiques publiques en Europe de Netflix, Janneke Slöetjes , a poliment refusé de répondre à toutes les questions que les professionnels du cinéma français lui ont posées. « Hum, je suis désolée, je ne peux pas vous dire… », répétait-elle invariablement. Au point que Florence Gastaud, la secrétaire générale de l’ARP, organisatrice de ces journées (Société d’auteurs, de réalisateurs et de producteurs), a ironisé sur son regret d’avoir embauché des traducteurs pour la bonne compréhension des échanges... Le ton de ce débat surréaliste est donné.

 

Combien d’abonnés Netlfix détient-il en France, un mois et quelques jours après son arrivée sur le marché français, le 15 septembre ? Quel est le contenu de son catalogue, la part des œuvres françaises et européennes ? L’opérateur, installé en Hollande, qui échappe à ce titre à la réglementation française en matière de financement des œuvres, va-t-il entrer dans l’écosystème, via un pourcentage sur son chiffre d’affaires ? L’animateur du débat, Laurent Cotillon, rédacteur en chef du Film français, n’a pas ménagé sa peine. Sans succès. Et la seule femme présente sur l’estrade a fait de la figuration.

Ce sont donc les autres participants, des poids lourds de la profession, qui ont répondu à sa place, se référant à telle déclaration dans les médias du big boss de Netflix, Reed Hastings.

« SI LE SYSTÈME CHANGE, NETFLIX RESPECTERA LES RÈGLES »

Petite revue de presse, donc. Netflix aurait 100 000 abonnés, et Reed Hastings a annoncé qu’il visait l’objectif de 30 % du marché français d’ici cinq ans. Manuel Alduy est venu s’exprimer au nom de Canal Play, l’opérateur svod de Canal +, qui revendique aujourd’hui 500 000 abonnés, et a « musclé son offre » avec l’arrivée de Netflix. Il est aussi le patron de la nouvelle branche Over The Top (OTT) de Canal, l’expression désignant la possibilité de visionner des programmes en ligne sans passer par des fournisseurs d’accès à internet (FAI).

 

Manuel Alduy a insisté sur l’enjeu de la régulation : « L’arrivée de Netflix illustre les limites de la réglementation française. La situation est incompréhensible, injuste et intenable », a-t-il déclaré. La bataille doit être menée à l’échelle européenne : Netflix et les autres opérateurs (Amazon,Google…) doivent être taxés dans les pays où ils émettent et où ils réalisent leurs recettes (principe du pays destinataire). Aujourd’hui, le principe qui prévaut est celui du pays d’origine : il suffit qu’un opérateur s’installe dans un paradis fiscal pour échapper aux contraintes. Le problème, c’est le temps qui passe. « Quand ces opérateurs auront atteint une taille critique sur nos marchés, il sera difficile de leur faire accepter des contraintes », a ajouté Manuel Alduy. « Si le système change, Netflix respectera les règles », a simplement déclaré la représentante de Netflix.

 

Fidèle à sa réputation de prendre le cinéma français à rebrousse-poil, Vincent Grimmond, président de Wild Bunch et représentant de la filiale Filmo TV, « service de svod entièrement dédiée au cinéma », a dédouané le grand méchant loup : « Je cotoie les gens de Netflix depuis sept ans. Ce sont des gens sérieux qui respectent la chronologie des médias et les règles européennes ». Autrement dit, c’est à la France et à ses alliés de faire évoluer les règles pour instaurer une égalité de traitement.

UN UNIVERS OÙ CHACUN S’ÉPIE

Au moins, l’arrivée de Netflix a-t-elle le mérite de rendre plus visible le marché de la svod. « La Svod est en vogue », a dit un participant, qui ne détache plus les lettres - S.V.O.D – mais prononce « S.vod ». Le marché est pourtant modeste – environ 250 millions d’euros si l’on intègre la vod, c’est-à-dire le visionnement d’un film à acte, sans abonnement. Et le décret censé taxer les opérateurs – décret smad de 2010 – est actuellement inopérant pour préfinancer les films. C’est un autre dossier pour la nouvelle ministre de la culture et de la communication, Fleur Pellerin. Marc MissionnIer, producteur (Fidélité Productions) et patron de l’Association des producteurs de cinéma (APC), a rendu public « un petit calcul » réalisé par l’APC : « On est partis sur un scénario optimiste, où la svod aurait à terme 5 millions d’abonnés. En l’état actuel des obligations, la taxation ne génèrerait que 7 millions d’euros de préfinancement pour les œuvres. C’est à comparer avec les 130 millions de préfinancement réalisés par les chaînes de télévision en clair, et les 170 millions venant des chaînes cryptées », a-t-il résumé.

 

Une dernière question : dans cet univers confus, où Netflix tait ses chiffres et chacun s’épie, qui est le plus grand concurrent de l’opérateur américain ? Le piratage, ont répondu à l’unanimité les participants. Une étudiante, qui a pris la parole à la fin du débat, a fait part de sa perplexité : « Qu’est-ce qui pourrait inciter les étudiants à payer un abonnement, vu nos budgets restreints ? ». Juste avant elle, un autre jeune de 23 ans avait exprimé ses doutes, et sa question montrait visiblement qu’il ne connaissait pas le sens du mot « exception culturelle ». Vincent Grimmond a failli tomber de sa chaise. « C’est la preuve qu’on fait très mal notre travail de pédagogie, et qu’il faut tout reprendre à zéro ».

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Anarchy : France 4 et Telfrance lancent une première fiction participative

Anarchy : France 4 et Telfrance lancent une première fiction participative | (Media & Trend) | Scoop.it

Le 30 octobre sur France 4, à partir de 22h50, sera diffusée Anarchy, une série inédite de huit fois 26 minutes produite par Telfrance.

«Anarchy, l’histoire d’une France forcée de sortir de la zone euro. Chaque citoyen est désormais contraint de vivre avec 40 euros par semaine. L’économie chancelle, les institutions et la société vacillent, le chaos menace.»

 

Anarchy est une oeuvre de création collective qui vous propose de vous immerger dans une France chahutée, d’écrire son histoire et de la raconter telle que vous l’imaginez. Les personnages et les histoires sont les vôtres.

 

Anarchy est la première fiction participative transmédia composée d’un site, d’un jeu, d’une application, d’une série, d’un roman et d’une chronique hebdomadaire écrite par Marc Dugain.


Une rédaction d’une quinzaine de journalistes et auteurs vont s’occuper de faire évoluer le monde d’Anarchy en réalisant des articles, un flux d’infos en direct et des JT vidéos sur Internet.

Chaque semaine, les internautes pourront créer de nouveaux personnages et tenter de convaincre la rédaction de les intégrer dans la série. Les scénaristes se chargeront de leur créer une histoire et de nouveaux comédiens viendront les incarner.

Durée : 8 x 26 min
Réalisé par Michel Hassan
Avec : Roger Van Hool (Lustik), Franz Lang (Ricoeur)…
Une coproduction Telfrance série / France 4 / francetv nouvelles écritures
Produite par Hubert Besson et Benjamin Faivre

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

‘Dramatic increase’ in TV multitasking, says TiVo »

‘Dramatic increase’ in TV multitasking, says TiVo » | (Media & Trend) | Scoop.it

The past year has seen a “dramatic increase” in multitasking during TV viewing, with half of TV viewers now doing this according to the research division of DVR maker TiVo.


TiVo Research’s second annual TiVo Multitasking and Social TV Survey found that 51% of respondents claimed to multitask “every time or almost every time” they watch TV, up from 36% last year.

The top activities done while watching TV were found to be browsing the internet at 74%, sending email at 73% or sending text messages at 71%.

 

Some 50% said they never or almost never engage in TV-related multitasking, while just 5% said do TV-related multitasking every time or almost every time they watch TV.

 

However, 61% of respondents report searching the web for information about the programs they watch and 47% have ‘liked’ a show’s official Facebook page – though both usually not at the same time as watching the show.

 

“Even given the proliferation of multitasking, viewers remain primarily focused on the television shows they are watching. To paraphrase the Bard, the program’s the thing!” said TiVo Chief Research Officer, Jonathan Steuer.

 

Viewers this year reported an increase in TV viewing as the primary focus. While multitasking, 47% of respondents’ total TV time was spent with their primary attention on the TV show, compared to 39% last year.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Devices are to blame for TV ratings tumble, Nielsen says

Devices are to blame for TV ratings tumble, Nielsen says | (Media & Trend) | Scoop.it
Are you watching prime-time broadcast TV on your phone? You're behind a drop in ratings for splashy fall premieres, Nielsen says.

 

TV ratings at the biggest networks have been weak this fall, but Nielsen says the problem isn't how much people are watching -- it's where they're tuning in to TV.

 

Friday, Nielsen Global President Steve Hasker said he believed a drop in prime-time broadcast television ratings this fall is the result of people watching content on devices other than televisions.

Nielsen -- the company whose ratings are the standard for gauging the size of TV audiences and thus the advertising revenue a show can command -- has long struggled with how to count viewing that takes place off the television, even as video on mobile devices has proliferated. These difficulties have clogged how much content is available on devices, since networks are reluctant to make their content available live on Internet-connected devices without any promise that viewing on iPads or iPhones will count toward the all-important rankings that set advertising rates.

 

This year, Nielsen began measuring and collecting data about viewing on other devices.

 

At the same time, the ratings during the prime-time evening viewing hours have dropped at the big broadcast networks this fall, when the channels tend to cluster their splashiest show premieres of the year.

 

Hasker said that though Nielsen now measures viewing on many devices, and will measure viewing on new devices as they emerge, what Nielsen measures and what it includes in ratings are different. He added that the company plans to work with the industry to figure out what among its measurements should be counted in the traditional ratings.

 

Overall, Nielsen said it's observing increased total viewing of video, with the vast majority of that video being professionally produced content, like the kind you'd see on a traditional television network.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Cut, saison 2 : une appli qui vous livre tous les secrets de Jules

Cut, saison 2 : une appli qui vous livre tous les secrets de Jules | (Media & Trend) | Scoop.it

Ça y est, depuis le 6 octobre, France Ô a donné le feu vert à la nouvelle saison de son soap quotidien, Cut (70 épisodes de 26 minutes, du lundi au vendredi à partir de 18h45). Retour sur la belle île de la Réunion en compagnie de Laura, Adil et bien sûr, Jules. Dans la continuité de la première saison, vous pourrez désormais entrer dans l'intimité connectée de ce dernier et farfouiller comme bon vous semble dans son smartphone.

 

L'an passé, France Ô lançait la première saison de Cut. Vite accros, les fans étaient invités à suivre, en dehors de l'écran télé, les aventures de Jules, l'un des héros, sur les réseaux sociaux via sa page Facebook et son compte Twitter @Jules_974. 

Pour prolonger l'expérience, la société Bigger than fiction a conçu une appli second écran pas comme les autres ! Imaginez que vous pouviez, à distance, prendre le contrôle du smartphone de Jules. C'est possible avec l'appli gratuite Jules 974, disponible pour IOS (sur l'Appstore) et pour Androïd (sur Google Play). En gros, vous pourrez aller fouiner dans les recoins de son téléphone, découvrir son album photo, ses vidéos, écouter son répondeur, ou la musique qu'il écoute... Une véritable immersion dans la vie du personnage ! Car c'est là tout l'intérêt de ce dispositif transmédia : faire vivre la série et ses héros au-delà des épisodes. 



Et voici un échantillon de ce que vous retrouverez dans cette appli :  

- un accès à son compte Facebook
- la possibilité d'appeler les personnages de la série et, si vous laissez votre numéro de téléphone, de se faire appeler en retour
- vous pourrez consulter les sms que Jules échange avec ses contacts
- ou écouter les messages laissés sur son répondeur
- savoir ce qu'écoute Jules sur sa playlist Deezer
- il est temps pour vous d'apprendre le créole ! Ça tombe bien, il y a aussi une app pour ça ! 
- une carte intéractive de l'île de la Réunion pour retrouver les lieux clés de la série
- une liste des envies shopping de Jules sur Amazon : le dernier album de Tété, le dernier Iphone, un livre sur le surf...
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Finally, Some Actual Netflix Viewer Data

Finally, Some Actual Netflix Viewer Data | (Media & Trend) | Scoop.it

ComScore has been busy: The data measurement company released a report on digital viewership trends gleaned from a survey of 1,159 users, and among the data are some fascinating stats on Netflix, a company whose internal metrics are shrouded in near-total secrecy. Without further ado:

 

If you subscribe to a video service, you're more likely to time-shift. 

Time-shifted viewing is the bane of network programmers' existence since it usually cuts out commercials (in 2007, the cable industry tried to strangle the nascent technology altogether and failed).

 

But the comScore report notes you're much more likely—45 percent of respondents with Netflix and 27 percent of non-Netflixing respondents—to watch your favorite show when you feel like it instead of when it's on TV.

 

You're also more likely to binge-watch, but viewers overwhelmingly prefer to binge on their TV screens than on tablets or smartphones.Of those surveyed, 32 percent subscribed to Netflix.

Among millennials, it was closer to 50 percent. Nineteen percent had Hulu, and 9 percent had Amazon Prime.Forty-four percent of Netflix users watch through a bridge device like Chromecast. 

 

The rest used computers (27 percent) and gaming consoles/connected Blu-ray players (21 percent). Presumably the remaining few used smartphones or tablets.

 

If you have kids, you're more likely to have a Netflix subscription. Netflix reached 25 percent of households with one to two people, and 40 percent of households with more than three.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Dominique Quinio quitte la direction de La Croix

Dominique Quinio quitte la direction de La Croix | (Media & Trend) | Scoop.it
La directrice du journal est remplacée par une direction de trois personnes, nommées en interne.

Les rumeurs concernant son départ à la retraite couraient depuis plusieurs mois, mais la date effective en était repoussée, faute de lui trouver un remplaçant évident. C’est aujourd’hui quasi chose faite, et c’est une solution interne qui a été privilégiée : Dominique Quinio, la directrice du journal La Croix (groupe Bayard), pourra quitter ses fonctions le 1er février, et elle sera remplacée par une direction de trois personnes.

 

Dominique Quinio, 62 ans, avait été nommée directrice du quotidien en avril 2005, en remplacement de Bruno Frappat. Elle a été la première femme à diriger La Croix, quotidien né en 1880. La journaliste était entrée à La Croix en 1975 comme secrétaire de rédaction.

  Un journal qui résiste à la crise

Pour la remplacer, trois personnes : Guillaume Goubert, 57 ans, rédacteur en chef depuis 2001, qui deviendra directeur de La Croix et directeur de la rédaction, Arnaud Broustet, directeur délégué, administrateur général, et Florence Couret, directrice adjointe de la rédaction. « Les journalistes de la rédaction seront consultés le 4 novembre prochain sur les nominations des dirigeants », précise le groupe Bayard dans un communiqué.

 

Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, Guillaume Goubert est entré à La Croix en 1987. Il a été correspondant à Rome entre 1997 et 2001.

 

Quotidien de sensibilité catholique, au lectorat âgé, La Croix fait partie des titres qui résistent le mieux à la crise de la presse, grâce à un fort taux d’abonnements (82%). En 2012 et 2013, à contre-courant de la plupart des autres quotidiens, le journal avait vu ses ventes légèrement augmenter, avec 94.673 exemplaires l’an dernier, selon l’association professionnelle de la presse. Ses ventes numériques, encore marginales, ont augmenté ces dernières années, passant de moins de 1% en 2011 à 5,33% en 2013, soit 5.050 exemplaires.


more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Canal Plus n’exclut pas de vendre sa télé gratuite en Pologne

Canal Plus n’exclut pas de vendre sa télé gratuite en Pologne | (Media & Trend) | Scoop.it
TVN, le TF1 polonais, pourrait intéresser un groupe américain. Canal+ reste cependant dans la télé payante en Pologne avec son bouquet nc +.

Canal+ pourrait sortir de la télévision gratuite en Pologne tout en y conservant ses actifs dans la télé payante à travers son bouquet nc +. Le groupe français a en effet signalé en fin de semaine dernière que lui et son partenaire ITI dans TVN ont « ces derniers mois » été « approchés » par des investisseurs intéressés par cet équivalent de TF1 en Pologne et que les « options stratégiques » allaient être « examinées ».

Il y a moins de trois ans, alors qu’en France la chaîne cryptée venait de prendre pied également dans le gratuit en récupérant des chaînes de Vincent Bolloré – dont D8 –, la filiale de Vivendi s’était renforcée en Pologne tous azimuts. Canal+ avait en effet non seulement fusionné son bouquet payant polonais avec celui de TVN pour consolider une place de numéro deux, mais elle était montée au capital de cette dernière, à hauteur de 51 % en partenariat avec ITI. Elle avait même obtenu une option pour se renforcer au capital de la chaîne, soit en 2015, soit en 2017 : en gros, Canal+ peut, s’il ne vend pas, racheter les 26 % de ITI dans TVN pour compléter ses 25 % dans ce leader polonais.

Pour Jérôme Bodin, analyste chez Natixis, « l’approche de Canal+ est sans doute opportuniste, car il est possible qu’elle ait reçu des offres attractives pour TVN, notamment de la part de groupes américains, lesquels souhaitent aujourd’hui s’intégrer verticalement en Europe et non plus seulement y vendre leurs contenus ». Cette participation vaut environ 300 millions d’euros.

Intérêts de groupes américains

Tandis que les approches pour ces 51 % dans TVN menaçaient de fuiter dans la presse polonaise, Canal+ et ITI ont pris les devants. Ils maintiennent que « dans l’hypothèse où la revue stratégique en cours ne débouchait pas sur une transaction, les accords en place continueraient à s’appliquer ». Cela dit, la chaîne française ne cache pas que l’arrivée de la TNT en Pologne l’inquiète dans un contexte où, par ailleurs, les coûts d’acquisition de droits pour son bouquet « premium » se caractérisent, comme partout, par une forte inflation.

Quel que soit le scénario, insiste Canal+, « le groupe continuera à maintenir une forte présence en Pologne, son deuxième marché le plus important après la France. » Même en cas de cession, TVN restera un partenaire important puisqu’il détient une participation de 32 % dans nc + et lui fournit des chaînes.

En tout cas, les concurrents de Canal+ en France devraient regarder d’un œil avisé l’évolution du groupe dans la télé gratuite en Pologne. TF1 et M6 avaient en effet vivement critiqué le débarquement en force de Canal+ dans la télé gratuite en France avec le rachat des chaînes D8 et D17 à Bolloré en 2011.

more...
No comment yet.