(Media & Trend)
Follow
Find
44.4K views | +24 today
 
Scooped by Virginie Colnel
onto (Media & Trend)
Scoop.it!

Time Warner profit falls 11% on bad 'Luck' while revenue climbs

Time Warner profit falls 11% on bad 'Luck' while revenue climbs | (Media & Trend) | Scoop.it
The cancellation of HBO's "Luck" and the closing of a TV channel in India put a damper on an otherwise solid first quarter for media giant Time Warner Inc.
more...
No comment yet.

From around the web

(Media & Trend)
Media, audiovisuel, TV, création, réseaux sociaux, ciné, Actu, chiffres, événements, analyses
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Americans aged 18-34 have already moved one third of their TV series consumption to smartphones, tablets and PCs

Americans aged 18-34 have already moved one third of their TV series consumption to smartphones, tablets and PCs | (Media & Trend) | Scoop.it
This chart shows which devices Americans in different age groups use to watch TV series.

 

The rise of online video and internet-connected devices has brought along a change in the way people consume TV content. As they are no longer slave to the linearity of traditional TV especially young adults seem to embrace the possibility to watch TV on their own schedule and wherever they want. According to a recent comScore report, Americans aged 18-34 have already moved one third of their TV series consumption to smartphones, tablets and PCs.

People from older age brackets are much less likely to use alternative devices to watch TV content as our chart illustrates. While 44% of 18-34 year-olds have watched TV series on a PC, 28% of 35-54 year-olds and 17% of 55+ year-olds have done so within 30 days preceding the survey. The same holds true for tablets and smartphones, indicating that linear TV usage might well erode further as time goes by.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

NBC, Harry Potter Ride Boost Comcast’s Q3 Profit

NBC, Harry Potter Ride Boost Comcast’s Q3 Profit | (Media & Trend) | Scoop.it

Cable and entertainment giant Comcast saw its third-quarter net income soar nearly 50%, thanks to a favorable tax adjustment and improving performance at its NBCUniversal unit.

 

The Philadelphia company, which is currently seeking approval from federal regulators to buy Time Warner Cable, said profit in the period came to $2.59 billion, or 99 cents a share, compared with $1.73 billion, or 65 cents a share, in the year-earlier period. Excluding a $724 million income-tax adjustment and items related to acquisitions, adjusted profit per share rose 12.3% to 73 cents. The company said revenue increased 4% to $16.79 billion.

 

In a conference call with investors, Comcast executives said improved ratings at NBC and consumer excitement over a new Harry Potter attraction at its Orlando theme park were the highlights of the quarter.

 

The company said video subscribers at its cable operations, which represent the bulk of its business, fell by 81,000, compared with a loss of 127,000 video customers in the previous quarter. Broadband subscribers, however, increased by 315,000, compared with an increase of 297,000 in the previous quarter. Voice customers increased by 68,000, compared with 169,000 in the previous period.

Overall, operating cash flow in the division increased 5.1% to $4.5 billion, compared with $4.2 billion in the third quarter of 2013, partially offset by a 5.3% increase in operating expenses primarily related to higher video programming costs, as well as an increase in advertising, marketing and promotion expenses. The operating cash flow margin for the quarter was 40.4%, compared to 40.5% in 2013.

At NBCUniversal, broadcast television assets appeared to carry the day, with advertising revenue on the rise thanks to improved ratings at the company’s flagship NBC broadcast outlet. Cable networks, meanwhile, saw ad revenue decline as ratings fell.

 

Operating cash flow increased $108 million to $142 million for broadcast, compared with $34 million in the third quarter of 2013, owing to higher revenue and a slight increase in operating costs and expenses. Operating cash flow for cable networks increased 1.8% to $868 million, compared with $853 million in the third quarter of 2013, owing to higher revenue and flat operating costs.

 

The company said it continues to expect its pending Time Warner Cable merger to be complete by “early 2015″ even though regulators recently paused their review of the transaction.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

La télévision publique espagnole accusée de manipulation et de censure

La télévision publique espagnole accusée de manipulation et de censure | (Media & Trend) | Scoop.it
Le Parlement doit désigner, mercredi, le nouveau président de la RTVE. Les salariés dénoncent des pressions partisanes sur les journaux d’informations.

 

Le Parlement espagnol doit approuver, mercredi 22 octobre, avec les seules voix du Parti populaire, la nomination du nouveau président de la Radiotélévision espagnol (RTVE), José Antonio Sanchez. Ce vote survient alors que la polémique grossit sur la couverture de l’actualité par les chaînes publiques, notamment en Catalogne, où est ouverte la question d’un référendum sur l’indépendance.

 

Les salariés du groupe RTVE devaient remettre, mercredi, aux députés un texte, intitulé « Face à une situation limite », qui dénonce « l’utilisation partisane et pro-gouvernementale des services d’informations. »


Signé par près de 1 500 personnes, sur les 4 200 que comptent TVE et RTVE interactif, ce document conclut qu’« après deux ans de mauvaises pratiques professionnelles, les niveaux de manipulation et de censure ont noyé la crédibilité de TVE. »


Alors qu’à Barcelone, plusieurs centaines de milliers de personnes ont défilé le 11 septembre pour demander un référendum sur l’indépendance, la chaîne publique d’information en continue TVE24 n’a diffusé dans un premier temps aucune image.

 

« Ce n’est qu’après 20 heures que TVE24 s’est résolue à diffuser des vidéos de la manifestation, » rappelle au Monde Alejandro Caballero, président du Conseil des informations, organe composé de professionnels de la RTVE, chargé de veiller au respect de la charte déontologique.

 

« Dans la semaine qui a suivi, les journaux du matin de la première chaîne publique, TVE, ont donné la parole durant 34 minutes aux opposants à un référendum d’autodétermination, et seulement trois minutes à ceux qui soutenaient la manifestation, » poursuit le journaliste.


EN RÉFÉRER AUX INSTITUTIONS EUROPÉENNES

 

La couverture partiale de l’actualité catalane n’est, selon les salariés, qu’un des multiples exemples qui illustreraient la « manipulation informative »imposée depuis l’arrivée au pouvoir, en novembre 2011, du gouvernement conservateur de Mariano Rajoy.

La prochaine étape est « d’en référer aux institutions européennes, »souligne M. Caballero. Car la nomination de M. Sanchez n’est pas propre à rassurer les salariés.

 

Cet ancien journaliste, qui a fait essentiellement carrière dans des médias conservateurs proches du PP, comme ABC ou La Razon, dirigeait jusqu’à présent la chaîne régionale Telemadrid où il a mené un plan social et licencié plus de 800 de ses 1 200 salariés.

Auparavant il avait dirigé TVE, entre 2002 et 2004, alors que gouvernait le conservateur José Maria Aznar.

 

« Il représente l’une des étapes les plus noires de la chaîne publique en termes de manipulation et de censure, » souligne Malen Aznarez, présidente de Reporters sans frontières Espagne.

 

C’est sous son mandat que TVE a été condamnée, en 2003, pour« manipulation informative » par la justice pour sa couverture « partielle » d’une grève générale.

 

LOI RÉVISÉE

 

« C’est aussi sous son mandat qu’ont eu lieu des cas d’école en matière de manipulation, ajoute M. Caballero, comme lors de la couverture de la marée noire du Prestige, de la guerre en Irak ou des attentats terroristes du 11 mars 2004, » attribués aux séparatistes de l’ETA malgré la revendication d’un groupe islamiste.

 

Une loi approuvée en 2006 par le gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero, en avait presque fini avec l’utilisation partisane de la télévision publique.

 

Elle exigeait, pour la nomination du président de la RTVE, le vote favorable des deux tiers des députés du parlement, de façon à imposer le choix d’un professionnel qui fasse consensus entre les deux grands partis.

 

Peu après son arrivée au pouvoir, le gouvernement de M. Rajoy a modifié la loi pour permettre l’élection du président de RTVE par majorité absolue simple.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Will Smith bringing ‘Hitch’ comedy series to Fox

Will Smith bringing ‘Hitch’ comedy series to Fox | (Media & Trend) | Scoop.it

The date doctor is coming to television.

 

EW has confirmed that Fox is developing a comedy series based on 2005’s Hitch,starring Will Smith and Kevin James. The half-hour, single-camera series is being described as “a workplace comedy that explores dating and sexual politics.” Will Smith and Jada Smith will executive produce alongside Deborah Kaplan and Harry Elfont, who will write the script, and Overbrook Entertainment’s James Lassiter and Caleeb Pinkett.


Hitch raked in close to $370 million worldwide at the box office. It follows Smith’s Alex “Hitch” Hitchens, a professional dating consultant put to the test when Albert Brennaman (James) wants to land a girl way out of his league.

 

This is just the latest of a long list of upcoming series based on movies, including the just-announced Monster in Law, also on Fox, Marley & Me, Big, and more.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

7 réflexes (encombrants) de sériephile

7 réflexes (encombrants) de sériephile | (Media & Trend) | Scoop.it

A force de regarder des séries, on ne se comporte plus de la même façon face au petit écran. J'ai pour ma part 7 réflexes…

 

Les séries, c'est comme le sport. Plus on s'entraine (plus on en voit, donc), plus on en connait les règles, les codes, les feintes. Et moins on se laisse surprendre. Outre le danger de la lassitude et du cynisme -- deux maux à surveiller de près -- on en vient à anticiper ce que l'on voit, et à voir entre les lignes. C'est amusant, et c'est agaçant. En cherchant bien, j'ai trouvé 7 comportements, réflexes, réactions que j'ai fini par adopter en regardant les séries. Si vous souffrez d'autres TOC de la zapette, contribuez dans les commentaires.

 

1. Le déjà-vu. Cet acteur, là, vous le connaissez. C'est ce mec qui jouait dans. Ah. Le gars qui était aussi dans. Bon, tant pis pour les prochains dialogues, je vais sur Imdb. A force de regarder des séries, on devient experts en seconds rôles. Et ils sont nombreux. Plus nombreux que les premiers rôles, plus ou moins planqués dans les épisodes. Et quand vous en reconnaissez un sans vous souvenir d'où, ça peut vous gâcher votre soirée. Un coup de main : si c'est un méchant, c'est sans doute Zeljko Ivanek.

 

2. Le coupable idéal. Cette déclinaison du « déjà-vu » peut vous couper toute envie de regarder un polar grand public. Cette capacité à reconnaître les seconds rôles peut avoir en effet une conséquence sur votre aptitude à savoir qui est le meurtrier. En général, c'est celui que vous avez déjà vu ailleurs. Un second rôle régulier. Parce qu'il faut un acteur qui soit capable de dire ses répliques correctement, pas un figurant. Du coup, quand vous reconnaissez un comédien parmi les suspects, vous pouvez parier une pièce sur lui.

 

3. La réplique évidente. On en ferait presque un jeu. Dans les séries mal écrites (surtout, mais pas que), les dialogues tombent rarement de nulle part. On peut, en se concentrant un peu, les deviner à l'avance. Du coup, devant une série prévisible, il m'arrive de tenter de répondre avant les personnages. Quand je tombe juste, je m'inquiète pour l'inspiration du scénariste. Ou pour ma santé mentale.

 

4. L'heure de la pub. Autre jeu d'anticipation inquiétant, la prédiction de pauses pubs. Dans les séries américaines des grandes chaînes et du câble basic, on les reconnaît aux écrans noirs, avec fondus, qui ponctuent les épisodes. Ça, c'est facile à voir. Le réflexe, c'est de les sentir à l'avance, dans les secondes qui les précèdent. Si vous y arrivez, c'est que vous avez conscience de la structure scénaristique de ces œuvres, bâties en crescendo jusqu'aux pauses – crescendo dans l'action, le rythme, et la musique, qui aide particulièrement. Donc que vous êtes bon connaisseur de séries.

 

5. L'oreille musicale. C'est une conséquence réjouissante d'une évolution technologique : l'invention de Shazam. Les amateurs de bons sons ne tiennent pas que leur télécommande dans leur main. Ils ont aussi la fameuse appli dans les starting-block, prêt à enrichir leur discothèque. Avant que les smartphones ne nous asservissent, il existait des sites pour retrouver les titres entendus dans les B.O. Il fallait alors un ordinateur. Et c'était moins pratique.

 

6. La géolocalisation. Ce que je m'apprête à écrire vaut (au moins) une révélation sur le père noël – vous voyez laquelle, j'évite les spoilers. Les séries qui se déroulent à Seattle se tournent souvent à Vancouver, celles de Chicago à Toronto, et celles de Miami, de New York (et de partout) à Los Angeles. C'est en général très bien fait. Mais l'oeil expert peut voir les coutures. Ou les imaginer. En gros, s'il pleut et qu'il y a des arbres, c'est Vancouver, et s'il fait beau, c'est Los Angeles. Comble de la déformation sériephile, vous en viendrez même à être convaincu qu'une série vraiment tournée à New York vient de Toronto…

 

7. La voix familière. On termine avec une spécificité de la V.F. Il arrive que l'on tombe sur une série doublée, au détour d'un zapping -- ou par choix, ça arrive. Comme les seconds rôles, les comédiens de doublage français ne sont pas des milliers. Ils jouent donc plusieurs rôles, dans différentes séries. D'où cette étrange impression de mélange des personnages quand vous réalisez, par exemple, que la voix de Dawson est celle de Tintin, qui est aussi celle de Cyrus dans Scandal (c'est celle de Thierry Wermuth, pour info)… Evidemment, c'est pire quand vous n'arrivez pas à vous souvenir d'où vous avez déjà entendu cette voix (c.f "le déjà-vu") …

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Luc Besson’s EuropaCorp Closes $600 Million in Financing

Luc Besson’s EuropaCorp Closes $600 Million in Financing | (Media & Trend) | Scoop.it

Luc Besson’s EuropaCorp has closed financing for $600 million — mostly to finance its slate of English language movies.

 

The deal caps a year that’s seen EuropaCorp generate a solid hit with Scarlett Johansson’s “Lucy” through Universal with $415 million worldwide, along with launching a joint distribution venture for the U.S. with Ryan Kavanaugh’s Relativity Media.

 

“The success of the deal illustrates the increased confidence in EuropaCorp’s credit quality and financial solidity,” EuropaCorp said Wednesday.

 

“The facility will be used mainly to finance EuropaCorp’s slate of English language movies, as well as to fund marketing and distribution costs related to these new productions that will be distributed in the U.S through the joint venture Relativity EuropaCorp Distribution.”

 

The new lines of credit include a $400 million senior line of credit, a $150 million accordion and a $50 million second lien credit facility.

J.P.Morgan acted as the administrative agent and led the lead book runner. SunTrust Bank and OneWest Bank are joint bookrunners and co-lead arrangers. The credit facility also includes two French banks, one of which is Natixis.

EuropaCorp was advised by Jeantet (Arnaud de Senihes) and Hogan Lovells (Sheri Jeffrey). J. P. Morgan was advised by Morgan Lewis (Richard Pettreti).

 

Besson founded Paris-based EuropaCorp in 1999. Its key titles include the “Taken” and “Transporter” franchises.

Variety reported on Sept. 30 that EuropaCorp had hired “Into the Storm” director Steven Quale for its underwater action-thriller “The Lake.”

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Après Satisfaction, The Affair & Mistresses... une nouvelle série sur l'adultère prochainement sur ABC ?

Après Satisfaction, The Affair & Mistresses... une nouvelle série sur l'adultère prochainement sur ABC ? | (Media & Trend) | Scoop.it
ABC préparerait l'adaptation télévisée de The Erotic Silence of the American Wife, une série sur un groupe de femmes qui s'émancipent toutes à travers l'adultère.

 

L'adultère semble être un motif narratif en vogue dans les séries télévisées. Deux séries y ont déjà consacré l'essentiel de leur intrigue au cours des dernières semaines : Satisfaction sur la chaîne USA Network (la série vient d'ailleurs d'êtrerenouvelée par une saison 2) et The Affair, qui a débuté il y a deux semaines sur Showtime, sans parler d'une série un peu plus ancienne comme Mistresses... Elles pourraient être rejointes dans les prochains par au moins une petite nouvelle.

ABC développe en effet un projet d'adaptation du livre The Erotic Silence of the American Wife, écrit par Dalma Heyn et publié en 1992. Ce livre, tout comme la série qui en sera adaptée, suit les aventures sentimentales d'un groupe de femmes que rien ne réunit à part une chose : elles ne s'épanouissent émotionnellement et érotiquement qu'à travers leur relation adultérine. Le livre, sorte d'ancêtre du mom porn tel qu'on le connaît aujourd'hui, avait à l'époque fait évoluer certaines mentalités sur la question de l'adultère.

La série sera scénarisée par Sally Robinson (Steel Magnolias) et produite parTony Krantz (Dracula). Elle devrait bénéficier d'une narration très élaborée autour de plusieurs intrigues enchâssées, chacune s'étendant plus ou moins sur un épisode. Elle pourrait aussi proposer une approche stylistique inspirées de séries du câble.

La série n'a pas encore été annoncée en France.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Le gouvernement s’invite dans la nomination du patron de France Télé

Le gouvernement s’invite dans la nomination du patron de France Télé | (Media & Trend) | Scoop.it
L’ancien directeur financier du groupe (2000-2004) rendra ses conclusions au gouvernement en début d’année prochaine, quand le CSA lancera sa procédure pour désigner le nouveau président.

Le gouvernement veut avoir les idées claires sur l’avenir de France Télévisions. Selon nos informations, il a décidé de confier une mission à Marc Schwartz afin de dessiner la feuille de route du groupe audiovisuel public pour la période 2015-2020.

Le calendrier de cette mission, dont les conclusions sont attendues début 2015, ne doit rien au hasard  : le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) doit choisir l’année prochaine le nouveau président du groupe actuellement présidé par Rémy Pflimlin. La procédure sera formellement lancée au début de l’année prochaine, une fois les deux nouveaux membres du CSA nommés.

Médiateur entre Google et la presse

Déjà, plusieurs personnes se sont positionnées, comme Emmanuel Hoog, le président de l’AFP, ou Marie-Christine Saragosse, PDG de France Médias Monde (France24, Rfi...). De son côté, Rémy Pflimlin n’a pas officiellement fait acte de candidature mais s’est déclaré « intéressé » dans les colonnes du « Figaro ». Il a également plaidé pour une « stabilité managériale » au sein de France Télévisions...

L’arrivée de Marc Schwartz dans le jeu ne va pas manquer de relancer les spéculations quant à son éventuel intérêt pour la fonction. Contacté par « Les Echos », Marc Schwartz n’était pas joignable. Selon certains, en acceptant cette mission, il ne pourra pas faire acte de candidature. « Il va élaborer une doctrine pour l’Etat actionnaire de France Télévisions,ce qui exclut sa candidature car il sera considéré comme étant juge et partie », estime un bon connaisseur de l’audiovisuel public.

Enarque, passé par la Cour des Comptes qu’il vient de retrouver après un passage chez Mazars, Marc Schwartz connaît bien France Télévisions pour en avoir été le directeur financier entre 2000 et 2004, sous la présidence de Marc Tessier. C’est aussi un habitué des missions difficiles puisqu’il a été chargé de la médiation entre Google et la presse en 2012.

Une vision

Cette mission a été annoncée par François Hollande en personne, lors de son intervention au colloque organisé par le CSA début octobre. « Le service public finance 60% de la contribution des chaînes de télévision aux œuvres, 40% pour le cinéma. Cela suppose que l’Etat ait une vision de ce que doit être le service public. C’est le CSA qui, au premier semestre 2015, nommera le futur dirigeant de France télévisions.

Avant, l’Etat aura à exprimer sa vision stratégique, ses objectifs fondamentaux et notamment par rapport à l’arrivée du numérique, avait alors déclaré le Président de la République. Au sein du gouvernement, on se défend de vouloir empiéter sur les compétences du CSA. « L’Etat souhaite avoir cette feuille de route en tant qu’actionnaire et autorité de tutelle » , précise-t-on.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Prisma Media s'impose une cure pour mieux rebondir

Prisma Media s'impose une cure pour mieux rebondir | (Media & Trend) | Scoop.it
L'éditeur de « Geo » ou « Femme actuelle » va réduire ses coûts et se réorganiser pour accélérer dans le digital.

 

L'éditeur de « Geo » ou « Femme actuelle » va réduire ses coûts et se réorganiser pour accélérer dans le digital.

Au siège de Prisma Media, à Gennevilliers, personne n'a vraiment le cœur à parler. Sur fond de baisse des ventes, cela fait des mois que les rumeurs vont bon train sur l'avenir du groupe de presse magazine, éditeur de Geo, Capital ouFemme actuelle. Mais les choses semblent se préciser depuis la semaine dernière. Rolf Heinz, le patron de Prisma Media, a annoncé en comité d'entreprise un plan d'économies de 10 millions d'euros par an entre 2014 et 2019, ce qui passera nécessairement par une cure d'amincissement.

La direction ne fait pas de commentaire mais nie fermement vouloir mettre en place un guichet de départs volontaires, pratique pourtant répandue dans le secteur de la presse. «Le plan d'économies passera par la renégociation des contrats avec les fournisseurs et par une baisse des coûts de structure en réorganisant certains pôles», indique une porte-parole. Au plan social, le groupe devrait continuer à réduire le nombre de CDD et de pigistes, ce qu'il fait déjà depuis plusieurs années. «Rien de massif, l'objectif de 10 millions d'économies est atteignable sans plan», assure la porte-parole, qui ajoute que le groupe prévoit d'investir 4 millions d'euros dans cette transformation, hors acquisitions éventuelles.

50 % dans le digital en 2019

Mais un facteur pourrait modifier la donne: Bertelsmann a pris le contrôle à 100 % du capital de Gruner + Jahr, la maison mère de Prisma Media. Le groupe allemand, numéro un des médias en Europe (RTL ou M6 en France), a une obsession: digitaliser au plus vite ses activités, comme est parvenu à le faire son compatriote Axel Springer (SeLoger ou AuFeminin en France), qui réalise déjà plus de la moitié de son chiffre d'affaires dans le numérique. Aux yeux de Bertelsmann, Prisma a de beaux atouts avec ses marques, mais doit impérativement se reconfigurer pour mieux amortir la chute des ventes de ses magazines papier. Ce qui pourrait passer par la réduction de voilure de certains titres en perte de vitesse, comme VSD ou Prima.

Prisma Media, qui se targue d'avoir une plus grande audience digitale que Lagardère Active (Elle,Paris Match, JDD…), se fixe l'objectif de réaliser plus de 50 % de ses ventes dans le numérique en 2019, contre 25 % actuellement. L'éditeur a déjà amorcé ce virage en «digitalisant» ses marquesFemme actuelleou Télé Loisirset en faisant plusieurs acquisitions (blogs, sites de vidéos pratiques ou encore une prise de participation dans la régie de vidéo en ligne Advideum). Mais il va falloir encore accélérer.

C'est là tout l'enjeu de la réorganisation des pôles de Prisma. Les 27 marques du groupe sont regroupées autour de trois univers: premium (Capital, Management, Geo, Harvard Business Review…), femmes et luxe (Femme actuelle, Prima, Gala) et télévision-entertainment (Télé Loisirs, Télé 2 Semaines…). C'est sur ce dernier pôle que le groupe inaugurera au premier semestre 2015 une «newsroom» où les journalistes testeront une nouvelle organisation de leur travail pour les magazines papier et le Web.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

France 3 poursuit sa collection des "Meurtres à..." avec "Meurtres à Guérande", actuellement en tournage

France 3 poursuit sa collection des "Meurtres à..." avec "Meurtres à Guérande", actuellement en tournage | (Media & Trend) | Scoop.it

Faubourg Saint-Michel : caméras et projecteurs ont pris la place des voitures entre chapelle et Petit Séminaire. Le tournage de “Meurtres à Guérande”, de la collection de France 3, a commencé ce lundi. A l’affiche, Antoine Duléry et Claire Borotra reprennent les rôles qu’ils tenaient dans “Meurtres au Pays Basque”, également préparé par Merlin Productions.

Le tournage dure deux jours à Guérande ; les caméras s’installeront demain dans les marais salants pour la scène d’ouverture du téléfilm. L’équipe partira tourner ensuite à Nantes, puis dans le marais poitevin. La diffusion de “Meurtres à Guérande” est prévue pour l’année prochaine.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

TV production in L.A. jumps 31% in the third quarter

TV production in L.A. jumps 31% in the third quarter | (Media & Trend) | Scoop.it

 production continued to steal the show in the third quarter, as on location shoots for television shows surged in the Los Angeles area.

Even as local feature film shoots continued to fall, location shoots for television programs generated 5,362 production days in the third quarter, up 31% from the same period a year ago, according to newly  released figures from FilmL.A. Inc.

 

The increase marks the second consecutive period of growth in the television market and underscores L.A.'s growing reliance on the television industry to help offset losses caused by the migration of feature film work to other states and countries that draw big-budget films. Gov. Jerry Brown recently approved a bill that would triple funding for California's film incentive in an effort to keep more work from leaving the state.

 

The growth in television partly reflects an industry-wide increase in TV production that has brought a crop of new dramas to L.A. market, such Steven Spielberg's sci-fi series for CBS, "Extant," starring Halle Bery; as well as the cable dramas "Matador" for El Rey Network and "Chasing Life" for ABC Family.

“While we are still trying to reclaim our share of television production, we’re encouraged
by dramatic television producers’ interest in filming in Los Angeles,” FilmL.A. President Paul Audley said in a statement. “With the new tax credit taking effect next July, we see strong potential for growth in local TV work ahead.”

 

 
New shows streamed over the Internet, such as "Bosch" from Amazon Studios, also have helped to fuel the rise in local TV production. Web-based TV jumped 12% in the third quarter, according to the report.

Industry-wide changes in scheduling of TV shows may also have contributed to the increase in TV production. Because of the increase in cable programs, more production is occurring in the summer months than in prior years. At the same time, broadcast network shows also are extending their production seasons longer to better compete with cable rivals.


"It's a continuation of a pattern that we've been seeing," said Philip Sokoloski, spokesman for FilmL.A., which handles permits for the city and L.A. County. "Networks are adopting a summer schedule that more closely resembles cable networks."

Notwithstanding the spike in TV production, L.A.'s share of TV drama production has declined over the last decade due to rising competition from New York and other cities offering steep tax breaks to producers.

So-called runaway production also has led to a sharp drop in feature film activity in L.A.

Feature film shoots declined 4% in the third quarter compared with the same period a year ago, with 1,881 production days. Several films with low to medium-sized budgets qualified for state tax credits, including "Straight Outta Compton," "Never Leave," "Scouts vs. Zombies," and "The Perfect Guy."

Large-budget features, however, mostly film outside of California. For example, after filming the last two "Star Trek" movies in L.A., Paramount Pictures selected Vancouver, Canada, as the next location for the third film to take advantage of generous incentives offered north of the border.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Chronologie des médias : le cinéma interpelle Fleur Pellerin

Chronologie des médias : le cinéma interpelle Fleur Pellerin | (Media & Trend) | Scoop.it
Les principales organisations du cinéma souhaitent la fin du gel des droits, qui avantage Canal+ pendant sa fenêtre de diffusion.

Appelée chronologie des médias, l’organisation des fenêtres de diffusion des films de cinéma en fonction des supports (salles, vidéo, VOD, télévision...) obéit à un accord interprofessionnel particulièrement long à mener. Un nouveau round de négociations a été lancé depuis la publication du rapport Lescure . A la fin de l’été, le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) a fait des propositions à la suite d’une concertation avec la filière, proposant notamment un raccourcissement de deux mois des principales fenêtres de diffusion.

Mais la situation est bloquée. Le blocage est tel que la plupart des organisations représentatives du cinéma ont écrit une lettre pour interpeller la ministre de la Culture et de la Communication. Les principales associations professionnelles regroupant les producteurs, distributeurs, exploitants, artistes ou encore agents sont réunis au sein de deux bureaux de liaison, le BLIC et le BLOC.

  Offre plus lisible

Ils font deux propositions. La première concerne le gel des droits, c’est-à-dire la disparition des films de l’offre de VOD à l’acte (disponible quatre mois après la sortie en salles) quelques semaines avant l’ouverture de la fenêtre de Canal+ (dix mois après la sortie en salles). Le cinéma prône la fin de ce gel. « Cette évolution rendra l’offre [de VOD, NDLR] plus lisible et contribuera à la croissance de ce secteur tout en démontrant l’existence d’une vraie alternative légale au piratage », écrivent les signataires de la lettre dont « Les Echos » ont eu connaissance. Ils souhaitent également la mise en place de fenêtres glissantes, c’est-à-dire raccourcir les délais si une fenêtre d’exploitation n’est pas utilisée.

Canal+ incontournable

Si intéressantes soient-elles, ces propositions risquent fort de susciter une vive opposition de Canal+. Le groupe présidé par Bertrand Meheut est peu enclin à accepter la fin du gel des droits sur la VOD pendant sa fenêtre de diffusion. Son modèle économique étant basé sur le premium et l’exclusivité, Canal+ entend le préserver au maximum.

Première source de financement pour le cinéma français (160 millions d’euros investis dans 126 films l’année dernière), le groupe de télévision à péage est évidemment très écouté dès qu’il s’agit de renégocier la chronologie des médias, dont le dernier accord date de l’été 2009. « Cette proposition a peu de chance d’aboutir car le cinéma ne propose rien en échange », note sous le couvert de l’anonymat un expert de la question.

Les signatures de la lettre souhaitent que la ministre mette autour d’une table toutes les chaînes de télévision en face de la filière cinéma, et ce afin de « trouver des solutions cohérentes et équilibrées pour l’ensemble des parties prenantes, et qui préserve la vitalité du cinéma français »

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Vivendi négocie le rachat de l'Express

Le groupe français de médias Vivendi négocie le rachat de L'Express, selon un article publié sur le site du Journal du Dimanche, une information démentie par le groupe belge Roularta, propriétaire de l'hebdomadaire.

"L'hebdomadaire L'Express est en vente, et son propriétaire, le groupe belge Roularta, mène des négociations, déjà avancées, avec Vincent Bolloré", indique le JDD. "Il y a toujours des rumeurs, elles remontent à la surface tous les six mois", a rétorqué Rik de Nolf, directeur général de Roularta, interrogé par l'AFP en Belgique.

L'homme d'affaires breton négocie ce rachat pour le compte du groupe Vivendi, dont il est président du conseil de surveillance et premier actionnaire, précise le JDD. Le groupe Vivendi, joint par l'AFP, n'a pas souhaité commenter ces informations.

Vivendi, qui est en train de finaliser la cession de sa filiale de téléphonie mobile SFR à Altice-Numericable, dispose d'importantes liquidités.

L'entreprise qui vise à devenir un groupe industriel intégré, orienté vers les médias et les contenus, mène des discussions avec de nombreux producteurs de contenus, selon une source proche du dossier.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Yahoo’s Tumblr Enhances Video Player, But It’s Still No YouTube Killer

Yahoo’s Tumblr Enhances Video Player, But It’s Still No YouTube Killer | (Media & Trend) | Scoop.it

Tumblr, the micro-blogging site Yahoo acquired last year for $1.1 billion, has rolled out new features to make itself a better home for video. But despite speculation that it’s aiming to become a rival to Google’s YouTube, Tumblr still has a long way to go before it can credibly challenge the Internet’s No. 1 video site.

 

On Thursday, Tumblr announced several enhancements to its native video player. Those include: video autoplay on web and mobile (when on Wi-Fi); continuous video-looping a la Vine; a pop-out video player; and a “floating” video window that docks to the right allowing users to keep scrolling through the dashboard while continuing to watch the video.

 

Tumblr’s stepped-up video strategy supposedly encompasses a bid to lure YouTube creators to the platform, per a BusinessInsider.com report earlier this month.

 

But in reality, Tumblr’s expanded video play is more a defensive move to keep pace with more direct competitors like Facebook’s Instagram and Twitter’s Vine (and, it’s worth noting, Tumblr supports video posts from each of those services).

 

A critical point is that neither Tumblr nor the other short-form video destinations has an ad-serving infrastructure like YouTube’s well-developed advertising network for compensating creators for their content. Tumblr doesn’t offer any capability to serve ads in user-generated video content currently. So it’s a stretch to believe YouTube stars will be interested in jumping to Tumblr, especially given that they’ve built up their large audiences on YouTube to begin with.

 

The monetization piece of Tumblr’s video push has to do with branded material posted by marketers: “As one of our seven posts types, advertisers have always had the ability to use video for their sponsored content on Tumblr and we can’t wait to see what they do with this update,” a rep said.

 

While Tumblr claims video posts have been growing twice as fast as photo posts, it declined to disclose actual numbers of views in each category.

 

Wall Street analysts have been critical of Yahoo’s Tumblr deal as failing to produce any significant revenue contribution in the 15 months since the acquisition closed.

Yahoo CEO Marissa Mayer, on the company’s earnings call Tuesday, defended the Tumblr deal by citing its strong user growth, with the number of unique users up 40% from 300 million to 420 million since the acquisition. Yahoo expects Tumblr to top $100 million in advertising revenue in 2015, she said — but, of course, there’s no guarantee that will actually materialize.

 

Tumblr has taken steps to make the platform a more attractive outlet for media companies. Yahoo earlier this year hired former CAA agent Sima Sistani to head up partnerships with media and entertainment companies.

 

To date, Tumblr has executed promotional campaigns with entertainment partners including NBC’s “The Voice,” Lionsgate’s “Hunger Games,”AMC’s “Halt and Catch Fire” and Viacom. According to Mayer, more than 260 of “the world’s top brands” are now posting to Tumblr.

 

But however much traction Tumblr is seeing from promotional campaigns, it’s nowhere near YouTube — projected to gross $5.9 billion in revenue worldwide in 2014, per Jefferies & Co. — and won’t be approaching that anytime soon.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Comcast adds 315,000 Internet customers in third quarte

Comcast adds 315,000 Internet customers in third quarte | (Media & Trend) | Scoop.it

Comcast Corp. delivered strong third-quarter earnings by adding 315,000 high-speed Internet service customers -- surpassing analysts' estimates for subscriber growth during the period.

 

The Philadelphia cable giant also shed fewer cable TV subscribers when compared to recent years. The company lost 81,000 video subscribers during the July through September quarter.

 

Wall Street closely monitors subscriber trends to gauge the overall health of the company -- and the entire pay-TV industry. 

 

Comcast already is the nation's largest cable operator. It is awaiting government approval of its $45-billion acquisition of Time Warner Cable, which would give Comcast nearly 30 million customers, including millions in the nation's largest markets of Los Angeles, New York and Chicago.

 

Comcast Chief Executive Brian Roberts said Thursday that the government's review of Comcast's Time Warner Cable purchase was proceeding.

 

The company anticipates completing that transaction in early 2015.

For the quarter ended Sept. 30, Comcast's net income increased to $2.59 billion, or 99 cents a share, compared to $1.73 billion, or 65 cents, a year earlier. 

 

Adjusted earnings came in at 73 cents a share -- beating analysts' estimates of 71 cents a share.

 

Comcast revenue was up 4% to $16.79 billion.

"Each quarter it seems that they are consistently delivering improvements in areas where they said they would try to improve," Dave Heger, senior equity analyst with Edward Jones & Co., said in an interview.

 

Comcast's NBCUniversal media company posted strong third-quarter results, with continued revenue gains at the NBC broadcast network and its Universal Studios theme park unit.

"They have really turned around NBC, and that's where the upside is in terms of boosting profitability," Heger said. "They are executing on their strategy."

 

NBCUniversal's overall revenue increased 1.2% to $5.92 billion.  Its operating cash flow jumped 13.3% to $1.42 billion.

 

The NBC broadcast division increased revenue nearly 8% to $1.77 billion. The flagship NBC network finished the most recent TV season in first place in the coveted advertising demographic of viewers aged 18 to 49 -- NBC's best result in 10 years.

 

Theme parks also delivered 19% revenue growth, to $786 million.  The company is generating record ticket sales this year, in large part because of the popularity of "The Wizarding World of Harry Potter" attraction in Orlando, Fla.

 

"The investments we have made in the businesses are paying off," Roberts said.

 

Revenue from cable networks, including USA, Bravo and CNBC, was up nearly 1% to $2.26 billion. Advertising revenue fell about 5% because of declining ratings at its general entertainment networks.

 

Los Angeles-based Universal Pictures film studio witnessed a 15% drop in revenue to $1.2 billion because of lower box office results. The studio had tough comparisons because last year it was riding high with the blockbuster animated hit "Despicable Me 2."

 

Comcast's core business continues to be its cable TV, broadband Internet and telephone service packages.

 

Revenue in that realm rose 5.2% to $11 billion. Operating cash flow was up 5% to $4.46 billion.

 

Comcast said the continued rollout of its premium packages of television, telephone and Internet service has helped to reduce subscriber churn. Two thirds of Comcast's customers take two or more of its services.

 

The company is particularly bullish on its latest premium product, the X1 entertainment operating system with cloud-based features.

Roberts said the company, once it completes its Time Warner Cable purchase, wants to introduce that product to its new markets, such as Los Angeles, "as fast as humanly possible."

"It's a game changer," Roberts said.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

TF1 accorde un nouveau délai à LCI avant la décision du Conseil d’Etat : le groupe a suspendu le plan de restructuration prévoyant la suppression de 60 % des postes de la chaîne

TF1 accorde un nouveau délai à LCI avant la décision du Conseil d’Etat : le groupe a suspendu le plan de restructuration prévoyant la suppression de 60 % des postes de la chaîne | (Media & Trend) | Scoop.it
Le groupe a suspendu le plan de restructuration prévoyant la suppression de 60 % des postes de la chaîne.

Encore quelques mois de patience sous haute tension pour les salariés de LCI. Hier, le Conseil d’Etat, saisi en référé par TF1, le propriétaire de la chaîne d’information, a refusé de suspendre la décision du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) interdisant à LCI de passer du payant au gratuit sur la télévision numérique terrestre (TNT).

 

Il n’y pas d’urgence justifiant la suspension de la décision du CSA, a pointé la plus haute juridiction administrative. Mais l’histoire à rebondissements du passage de LCI du payant au gratuit est tout sauf terminée. En plus de cette procédure de référé, TF1 a lancé une procédure pour contester, sur le fond, cette même décision du régulateur de l’audiovisuel. Pour cette procédure, le Conseil d’Etat a décidé d’aller vite alors qu’habituellement, le délai pour une telle décision se situe entre douze et dix-huit mois.

 

Très vite même, puisque le Conseil d’Etat a précisé hier qu’il rendrait sa décision dans les premiers mois de l’année 2015. Cette célérité change provisoirement la donne. A la suite de cette annonce, TF1 a en effet décidé de suspendre le plan social chez LCI, qui prévoit la suppression de 148 postes (soit près de 60 % des effectifs attribués à la chaîne) et la disparition de la chaîne, créée en 1994, sous son format actuel de chaîne d’information en continu. Un ouf temporaire de soulagement pour les salariés, mais la bataille pour la survie de la chaîne est encore loin d’être gagnée.

 

Prolonger les contrats

 

TF1 a annoncé avoir demandé aux distributeurs de la chaîne (CanalSat, Numericable...) de prolonger de six mois les contrats de distribution actuellement en vigueur et qui arrivent à échéance le 31 décembre prochain. TF1 souhaite les repousser jusqu’au 30 juin 2015, le temps que le Conseil d’Etat rende sa décision sur le fond.

A priori, le groupe présidé par Nonce Paolini a bon espoir d’obtenir gain de cause de la part de ces distributeurs, même si les conditions financières ne seront évidemment pas les mêmes puisque le groupe audiovisuel sera en position de faiblesse pour négocier.

 

« [les sociétés qui distribuent LCI] n’ont, pour la quasi-totalité d’entre elles, jamais exclu d’assurer, sous réserve d’en réviser les conditions commerciales et donc le montant versé à la société LCI, la poursuite au-delà de cette date des engagements qui viennent à échéance le 31 décembre 2014 », note le Conseil d’Etat dans son ordonnance. Il fait principalement référence à Canal+, qui est le principal distributeur de LCI, via son bouquet de chaînes thématiques CanalSat et son offre de TNT payante. Actuellement, LCI tire 21 millions d’euros (sur un budget total de 30 millions) de revenus issus des distributeurs.

La décision de TF1 de suspendre le plan de restructuration a été accueillie avec soulagement en interne. Avant la décision du Conseil d’Etat, les syndicats de la chaîne avaient demandé à TF1 de prendre toutes les mesures pour assurer l’existence de la chaîne au-delà de la date fatidique du 31 décembre, ce qu’elle a accepté de faire. Néanmoins, le répit sera de courte durée. TF1 met tous ses espoirs dans la décision de fond du Conseil d’Etat.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

La série française « Falco » vendue dans 15 pays d’Europe de l’est

Le succès la série TV française « Falco » s’étend à l'Europe de l'Est. L’ordinateur AXN Europe Centrale, une division groupe Sony, vient ainsi d’acheter les droits de diffusion pour la téléportation gratuite des premières saisons série française pour 15 pays d’Europe de l’est, comme la Pologne, la Hongrie ou la République tchèque.

 

Pour le groupe AXN, le succès enregistré sur TF1 ou qui s’est vérifié dans d’autres territoires devrait également être au rendez-vous dans la région Europe centrale ou orientale.

 

Rappelons que cette série originalement diffusée pour TF1 est basée sur « Der letzte Bulle » (ou « Le dernier flic » en français), la série policière de SAT.1 la plus populaire.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

‘Bewitched’ Sequel Lands at NBC with Big Commitment

‘Bewitched’ Sequel Lands at NBC with Big Commitment | (Media & Trend) | Scoop.it

NBC has landed the “Bewitched” sequel project shopped by Sony Pictures TV, which controls the rights to the Screen Gems classic.

NBC has given a pilot production commitment to the followup series which revolves around the granddaughter of Darren and Samantha Stevens, the couple at the center of the original series that aired on ABC from 1964-72.

 

The new-model “Bewitched” was penned by Abby Kohn and Marc Silverstein. It’s also shepherded by Doug Wick and Lucy Fisher of Red Wagon Entertainment. Wick and Fisher produced the 2005 “Bewitched” feature, which flopped at the B.O.

NBC’s deal for “Bewitched” following a bidding skirmish with ABC was first reported by Deadline.

 
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Cette nuit en Asie : Alibaba lorgne Hollywood

Cette nuit en Asie : Alibaba lorgne Hollywood | (Media & Trend) | Scoop.it
Une équipe de cadres dirigeants du géant chinois du commerce en ligne devrait se rendre prochainement en Californie pour rencontrer plusieurs grands noms de l’industrie américaine du cinéma.

D’après l’agence Bloomberg, une équipe de cadres dirigeants du géant chinois du commerce en ligne Alibaba va se rendre dans les tout prochains jours en Californie pour rencontrer plusieurs grands noms de l’industrie américaine du cinéma. Lions Gate, Walt Disney, Paramount Pictures, Warner Bros, Sony Corp ou encore Universal vont recevoir cette délégation emmenée par Jack Ma lui-même, le fondateur d’Alibaba . Ce dernier cherche à se diversifier et multiplie les acquisitions dans de nombreux secteurs d’activité. Il s’intéresse désormais au contenu vidéo et espère diffuser en Chine, de façon exclusive, des films ou des séries produites aux Etats-Unis. Il serait même intéressé par une prise de participation dans des studios américains. Il a les moyens de ses ambitions puisqu’il vient de lever 25 milliards de dollars à New York, dans la plus grosse introduction en Bourse de tous les temps.

Cette stratégie n’est pas isolée en Chine, puisque Fosun, leconglomérat connu en France pour son offre sur Club Med, a investi 200 millions de dollars dans Studio 8, en juin dernier, tandis que Wanda, le géant de l’immobilier et de l’hôtellerie, vient d’acquérir des terrains à Bervely Hills pour y ouvrir des bureaux. Il a surtout pris le contrôle d’AMC, deuxième distributeur de cinéma aux Etats-Unis. Une véritable ruée, donc, vers les industries à contenu culturel. Le marché de la vidéo en ligne devrait avoir atteint 17,8 milliards de yuans (plus de 2 milliards d’euros) cette année, selon IResearch, et pourrait doubler en trois ans. Mais cette dynamique doit tenir compte du cadre légal chinois : entre censure et quotas de diffusions de contenus étrangers très limités, les sociétés chinoises n’ont pas les coudées franches.

  Le nombre de millionnaires explose au Japon

D’après le «Hong Kong Economic Journal», les riches hongkongais ont connu une année moins faste que celle de la plupart de leurs homologues asiatiques au cours de la dernière année. Le nombre de millionnaires en dollars américains n’a progressé «que» de 9,4% dans l’ancienne colonie britannique, pour atteindre le chiffre de 124.000. La hausse moyenne, en Asie, a été de 17,3% sur la même période.

C’est au Japon que le boom des millionnaires est le plus visible : ils sont désormais 2,3 millions de personnes, une progression de 22% sur un an. Leur richesse cumulée s’établit à 5.500 milliards de dollars. Ce phénomène trouve d’abord son explication dans les évolutions de la Bourse de Tokyo, qui a connu une très forte hausse, en raison de l’enthousiasme des marchés au début de la politique du Premier ministre, Shinzo Abe. Reposant largement sur une stratégie de dépréciation du yen, ces «Abenomics» devaient, en théorie, permettre de lutter contre la déflation et doper la compétitivité des sociétés nippones. L’envolée de l’indice Nikkei a mécaniquement dopé la valeur comptable des portefeuilles d’actions des ménages japonais.

Léger mieux pour l’industrie chinoise

C’est un tout petit chiffre, mais vu les inquiétudes relatives à l’économie chinoise, il ne passera pas inaperçu. La banque HSBC a publié, ce jeudi matin, ce que les économistes appellent le «flash PMI». Un indice préliminaire des directeurs d’achats dans l’industrie. Pour le mois d’octobre, il s’est situé à 50,4. La valeur définitive de cet indice pour septembre s’était établie à 50,2. Ce très léger rebond de l’activité manufacturière, s’il se confirmait lors de la publication du chiffre définitif, démontrerait la validité des quelques signaux positifs relatifs à la conjoncture chinoise observés ces tout derniers jours.

En début de semaine, notamment, on a appris que la croissance de la production industrielle avait atteint 8% en septembre, contre 6,9% en août. On sait aussi que l’activité de crédit a fortement rebondi en septembre. Des indicateurs préliminaires semblent pointer aussi une reprise des transactions immobilières, dopées par des mesures incitatives prises par les autorités. Le commerce extérieur s’est également mieux tenu les mois dernier.

La Chine vient de publier sa croissance pour le troisième trimestre . Elle s’est établie à 7,3% sur un an, soit le plus mauvais chiffre depuis début 2009. Pékin tente de faire passer le message que la situation reste sous contrôle et que ce coup de frein est délibéré. Mais l’état d’endettement de l’économie, les surcapacités industrielles et le retournement du marché immobilier constituent, malgré tout, de réelles contraintes qui pèsent sur l’activité économique.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Nielsen and Adobe Partner on Cross-Platform Measurement Product - Lost Remote

Nielsen and Adobe Partner on Cross-Platform Measurement Product - Lost Remote | (Media & Trend) | Scoop.it

Nielsen and Adobe Partner on Cross-Platform Measurement Product

 

First it was comScore, and now it’s Nielsen’s turn.

Nielsen and Adobe yesterday announced a partnership to provide a cross-platform measurement solution for online TV, video, and other digital content. The measurement will be presented as “Nielsen’s Digital Content Ratings, Powered by Adobe,” and combines Nielsen’s digital measurement solutions with Adobe Analytics and Adobe Primetime.

 

“Online TV consumption is at an all time high and Adobe and Nielsen are two leaders coming together to standardize audience measurement for digital content,” said Brad Rencher, senior vice president and general manager, digital marketing at Adobe. “Major media companies and broadcasters already depend on Adobe to bring TV across screens and better understand digital viewer engagement. Once complete, our partnership with Nielsen will provide analytics tied with ratings—benefitting advertisers, media companies and consumers alike.”

 

Measuring engagement across screens is nothing short of difficult, but it is actually Adobe more than Nielsen and comScore that is in the best position to capture streaming audiences. Adobe Primetime is the publishing platform of choice for many broadcasters, and these broadcasters likely already use Adobe Analytics and Adobe Marketing Cloud.

 

It will be interesting to see which measurement service – comScore’s Project Blueprint or Nielsen’s Digital Content Ratings, Powered by Adobe – networks turn to.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Twitter lance de nouveaux outils pour développeurs

Twitter lance de nouveaux outils pour développeurs | (Media & Trend) | Scoop.it
La société californienne veut devenir incontournable dans l'écosystème mobile grâce à Fabric.

Le signal est fort. Comme Google avec I/O et Facebook avec son F8, Twitter a organisé ce mercredi, pour la première fois, sa conférence développeurs, Twitter Flight.

 

Un millier de développeurs venus du monde entier étaient attendus a cet événement, à San Francisco, à quelques mètres seulement du siège de la société. Avec un message fort : Twitter compte bien faire fructifier son écosystème et s'appuyer, comme les autres géants Google, Amazon, Apple ou Facebook, sur la créativité des développeurs pour apporter de nouveaux services.

 

Et un credo : le faire avant tout sur mobile.

 

Pour l'occasion, le directeur général de Twitter Dick Costolo a annoncé le lancement de nouveaux outils pour aider les développeurs, sous une nouvelle entité : Fabric.

 

Celle-ci s'appuie notamment sur Crashlytics, une société rachetée par Twitter il y a quelques mois. Avec cette nouvelle stratégie, Twitter semble être reparti d'une feuille blanche. "La priorité n'était pas de savoir si c'était bon pour nous mais de savoir si c'était bon pour vous", a indiqué Dick Costolo en s'adressant aux développeurs. Fabric ne mettra donc pas forcément en avant la plate-forme Twitter mais, d'une manière plus générale, donnera des outils gratuits de développement et d'analyse des applications.

  Des outils gratuits

C'est ainsi que Twitter a inauguré, par exemple, un nouveau système d'identification. Au lieu de s'autentifier par son e-mail, son compte Facebook ou son compte Twitter comme aujourd'hui, il propose un système basé sur le numéro de téléphone, censé être plus simple et plus sécurisé pour l'utilisateur. Fabric proposera également un outil pour détecter les bugs en direct ou encore suivre le nombre d'utilisateurs d'une application, a un moment donné. Le tout gratuitement.

 

Avec MoPub enfin, une régie également rachetée par Twitter, les développeurs pourront gérer leur monétisation. Twitter fait ainsi le pari qu'il pourra installer ces outils chez un maximum de développeurs et in fine, profiter des données ainsi récoltées. Plusieurs partenaires utilisent déjà ces nouveaux outils, comme l'application tendance du moment dans la Silicone Valley, Canonball, mais aussi McDonalds, le Wall Street Journal, Spotify ou Jawbone.

Les relations entre Twitter et son écosystème n’ont pas toujours été aussi idylliques. En août 2012, la société avait restreint les conditions d’utilisation de sa plate-forme pour les développeurs, affectant de nombreuses applications tierces qui développaient des services pour les utilisateurs de Twitter. Les plus touchés avaient notamment été ces applications qui permettaient de tweeter, de visualiser son fil d’activité ou de ranger ce fil selon plusieurs thématiques. Celles-ci faisaient, en effet, de l’ombre à l’audience de Twitter, au moment où le réseau mettait en place son modèle économique et avait besoin de montrer des chiffres au marché. De nombreux développeurs s’étaient alors ému de ces pratiques et s’étaient éloigné de l’écosystème Twitter, lui préférant par exemple Facebook.

Stratégie mobile

Aujourd’hui, la donne est nouvelle. La croissance de sa base d’utilisateurs est repartie à la hausse, après avoir longtemps stagné. Twitter compte désormais 271 millions d’utilisateurs actifs par mois, selon les chiffres fournis lors de la présentation des résultats du deuxième trimestre. Et les résultats publicitaires sont encourageants sur tous les marchés. Twitter a dégagé 277 millions de dollars de recettes publicitaires au deuxième trimestre (+129%), sur un total de 312 millions de chiffre d’affaires. Surtout, une place est à prendre sur le mobile, pour séduire les centaines de millions de personnes qui utilisent désormais prioritairement leur smartphone ou leur tablette pour naviguer sur Internet. Twitter est aujourd’hui, parmi les géants du Net, la société la plus mobile proportionnellement, avec 211 millions d’utilisateurs mobiles sur un total de 271 et 81% de ses recettes publicitaires générées sur mobile. Un chiffre à relativiser au vu de sa part de marché globale sur la publicité mobile: 2,6% cette année dans le monde selon eMarketer, contre 20,4% par exemple pour Facebook. 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

À l'occasion du 10ème anniversaire de Plus belle la vie, France 3 lance Sur les quais, un spin off de deux épisodes, centré sur le personnage du commissaire Jean-Paul Boher

À l'occasion du 10ème anniversaire de Plus belle la vie, France 3 lance Sur les quais, un spin off de deux épisodes, centré sur le personnage du commissaire Jean-Paul Boher | (Media & Trend) | Scoop.it

À l'occasion du dixième anniversaire de Plus belle la vie, et quelques mois après le succès d'Une vie en Nord, France 3 lanceSur les quais, un spin off de deux épisodes, centré sur le personnage du commissaire Jean-Paul Boher, incarné par Stéphane Hénon.

Stéphane Hénon, parlez-nous un peu de Sur les quais.

Un spin off qui va beaucoup surprendre... Pour plusieurs raisons. La première: il est dérivé de Plus belle la vie, mais n'en reprend pas les codes. À la différence d'Une vie en Nord, où l'on retrouvait de nombreux personnages de la série, Sur les quais se concentre particulièrement sur mon personnage. Et, si l'on assiste à quelques scènes tournées au sein du commissariat du Mistral, l'action se déroule presque intégralement dans l'enceinte du port autonome de Marseille. La seconde: Sur les quais n'offre pas cette note de légèreté et de couleur si propre au feuilleton. C'est une vraie série policière, tournée dans un décor très industriel - je sais, c'est à la mode en ce moment -, assez sombre, avec une enquête bouclée à la fin de chaque épisode.

 

Le programme est-il destiné à devenir une série?

Je l'ignore. Nous avons tourné deux épisodes. D'autres sont prévus. Mais combien exactement et quand? Cela dépendra, comme toujours, des audiences...

 

Vous y partagez l'affiche avec Patrice Juiff, un ancien de Plus belle la vie.

Patrice Juiff a travaillé sur Plus belle la vie en 2008. Il revient dans un tout autre personnage, celui d'Esteban, sorte de syndicaliste en chef des dockers. Un type bourru et un vieil ami de Boher. D'où la création du tandem, Esteban refusant très vite de collaborer avec les autres flics du commissariat. Et sans lui, rien n'est possible...

 

Vous parliez plus haut d'enquêtes bouclées... De quel type?

Dans le premier épisode, nous enquêtons sur une petite fille retrouvée errant dans le port de Marseille. Dans le second, il s'agit de la découverte d'un cadavre. Il y a des scènes assez dures.

 

Boher garde-t-il exactement le même jeu dans les deux séries?

Difficile à dire. Nous parlons du même personnage. Mais de deux programmes très différents dans leur structure et leur traitement. Boher est plutôt grande gueule, il n'y a pas de raison que cela change. Il est possible, en revanche, qu'il apparaisse par moments un peu plus tourmenté.

 

À savoir

Lorsque le comédien Stéphane Hénon a débarqué au Mistral, en 2008, il ne devait y rester que trois petits mois. Et voilà bientôt sept ans qu'il incarne le commissaire Jean-Paul Boher dans Plus belle la vie et maintenant dans Sur les quais.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Netflix and HBO's Recent Moves Set Stage for Quality Film to Rise Again (Guest Column) - Hollywood Reporter

Netflix and HBO's Recent Moves Set Stage for Quality Film to Rise Again (Guest Column) - Hollywood Reporter | (Media & Trend) | Scoop.it
The indie producer-turned-CEO of Fandor argues that the revolution is now being streamed

Finally! The world has changed. Well, it actually changed quite a while ago but we’ve needed further verification before we accepted it with our own eyes, heart or experience. Sure, things shifted in the film business after 2008 but since we were getting our wallets stuffed, we buried our heads in the sand feeling we could ignore the flocks of canaries singing in the gold mine. Not anymore though!

Netflix producing features and crushing theatrical release windows was as inevitable asHBO cutting the chord. The film business should recognize these leaders for something far more impressive than any of their disruptive moves: they have unlocked and profited from the utility that has long lay dormant within cinema. It wasn’t who would become the other; it was would they each take the right lessons from each other’s business, and sure enough they have.

Now the real shakeout begins. We are witnessing the march from once lucrative legacy practices built around titles to a new focus on community. The rewards this time though won’t be just lucre, though; it will also be quality content. Our business has had to be that the audience wins.

 

Today’s necessity of targeting a specific audience is vastly different from yesterday’s habit of trying to sell to everyone. Similarly, correctly predicating your plays around abundance of competition instead of the past’s scarcity of content, leads to vastly different strategies. The abandonment of the middle ground in favor of the global appeal of tentpoles and family fare was but our industry’s first move to adjust to present realities. Netflix and HBO’s recent moves, though, give me hope that quality film will once again rise.

To me, 2000's Crouching Tiger, Hidden Dragon was a sweet sounding wake-up bell: there are fans the world over for ambitious and diverse fare. My first company, Good Machine, made Ang Lee's first eight films, and no one initially believed in his Tiger, missing the message that global audiences Crouching Tiger 2 (which no Good Machinist has anything to do with) should be closer to an air raid siren for the rest of the film biz; there are more efficient ways to do our business than we have been doing. Yet, like any good farce, some of our so-called heroes will inevitably sleep through the entire ruckus. And many will mistake what should be a seductive dream come true as a total nightmare.

 

Hollywood has long coasted comfortably on one of the most arrogant business propositions ever: that we can get people to come to the movies. We ask people to change their behavior and break their routine. In a time of cultural scarcity, commercial inconvenience, and forty-hour workweeks perhaps that was an achievable aim. Now in our era of grand content abundance, with every home wired for every pleasure, when time is our scarcest commodity, why do we persist at such an antiquated and illogical practice? Maybe when it is a once a season event, but not when we can supply quality daily.

 

The missing cog in our entertainment ecosystem is aggregated community, one united by values, interests, and behaviors. Why aren’t we hard at work building them now? Doesn’t it make far greater sense to bring films to where the people are gathered and offer it to them where, when, and how they want it? But has common sense ever been the fuel that makes the magic? Isn’t it about time?

The irony of course is that both HBO and Netflix have used Hollywood’s own product to build community and thus a business with more consistent and predictable returns. On top of that, they each have mined that data to then produce their own content more suited for their members’ demonstrated taste. With such efficient machines there is no reason why they shouldn’t go after each identified revenue stream, whether it is HBO’s move to capture the non-cabled segment, or Netflix’s to capture a global audience’s interest in a title or star. HBO will now be getting more robust data via new digital native subscribers and Netflix will continue to grow its subscriber base due to their exclusive original content available in a first window position.

 

Common sense is reflected in actual data. The facts don’t lie – if you can ever find them, that is. The Internet first promised the availability of everything. That was soon enhanced with the access to everyone. If that wasn’t enough, those behind the curtain whispered of the marvels that the quantification of all that ever was or may be (otherwise known as big data) would soon reveal. To some these seemed like separate pies, but over in the valley to the north this trifecta is recognized as an incredible feast, one that needs not be movable because it blankets the globe. We are now witnessing what happens when these three propositions truly collide and mate.

Think about what a unique product cinema is. It releases a shared emotion response amongst strangers in the dark, legally. It compels us to talk about it afterwards. Films create empathy despite great chasms of difference.  Nothing else comes close to this, but we never have exploited this remarkable utility – but Netflix and HBO have built their business around it. While the traditional business gathers people to engage, to reveal themselves, so that they can upsell 15 cents worth of popcorn for six dollars, these streamers have created communities that pay then $10 - $15 a month whether they do anything or not.

 

It’s not that Netflix (or presumably all the other platforms that will follow it in its wake) has upset the lucrative windowing of content that is so disruptive. It is not that is is taking top titles and talent before Hollywood would that is the game-changer. It is that Netflix has built a better business on the back of entertainment than the rest of the film industry has ever imagined. It has used audiences’ tastes to predict their behaviors with a reasonable certainty and it is making a practice of giving them what they want, how they want, when they want, where they want. Once gathered, Netflix and its online brethren use cinema to help the audience reveal themselves even more. And yes, they are going to just keep getting better and better at it.

If the independent film business was an outsider industry dependent on the insider infrastructure to prosper, it only could because for decades the foreign sales model offered a predictive revenue stream allowing new content to be generated with little risk. Those predictive revenues allowed the independents to seemingly take greater risks on content and not simply chase sequels and established brands.

The independents thus were able to not only dominate the awards season year after year but also launch our director brands that now are one of the core sources of ambitious film. Independents lost this sure thing but the online platforms have built a better mousetrap in its place.  And guess who is delivering the most ambitious content as a result?

 

Our film industry no longer needs to tell everyone what we have in the false belief that since we built it they will come. We can now target specific audiences and go directly to them the world over. Netflix’s original cinema bets are made to appeal to the entire globe but really a globe netted together in an abundance of small clusters. We can now approach niches now on a grand scale, and that is going to fill many a new pocket in the process.

Our world generates far more content than our audiences can consume.  We have digitized our past to such an extent that we could watch nothing but five star films every night of the week without running out of selection until decades after our death. Outsiders have always been able to climb the Hollywood castle walls by delivering to underserved audiences, and these hungry hordes remain the world over.

 

The online cinema biz has learned where everyone is, learned exactly what they like, and got them to deliver a regular supply of cash. Did we really expect them to wait much longer to also make a business of giving the people what they want too? The online cinema biz has given us a business model where ambition and diversity can flourish, freed of the demand to diminish risk and all other costs. They are using diverse and ambitious content to build community and then giving that community what they want – whether they knew it or not.

 

I have only ever wanted to make great films. I realized early on that to do that I needed to be in the international sales business. There was a moment when it felt like having discovered many excellent directors and delivered good work on a consistent basis that was enough. Things change though. In order to make beautiful films, I think now I need to have a community of film lovers and makers united through a glorious collection of streaming cinema. It seems inevitable to me.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

TF1, M6 et Canal+ grands gagnants de la déréglementation à venir

TF1, M6 et Canal+ grands gagnants de la déréglementation à venir | (Media & Trend) | Scoop.it
Une étude réalisée par Natixis et l’Ecole des mines analyse les conséquences des évolutions à venir de la réglementation audiovisuelle.

TF1, M6 et Canal+ ont tout à gagner des changements attendus dans la réglementation audiovisuelle qui leur permettront de plus investir dans la production. C’est la conclusion d’une étude menée conjointement par la banque Natixis et par la chaire médias et marques de l’Ecole des mines.

Jérôme Bodin et Olivier Bomsel, les deux auteurs de l’étude, partent sur deux scénarios : une simple évolution de la réglementation, ou, plus drastiquement, une révolution qui verrait la France s’aligner sur le régime en vigueur en Grande-Bretagne. Dans les deux cas, les grands groupes audiovisuels privés enregistreraient une amélioration significative de leurs résultats. « D’une part, ils permettraient à TF1 et M6 de disposer d’un modèle plus solide, car plus intégré verticalement, moins volatil, car moins dépendant de la publicité et plus diversifié géographiquement compte tenu des ventes de contenus à l’export », notent-ils. Pour Canal+, faute de données précises, les auteurs n’ont pu mesurer précisément l’impact économique.

Un marché audiovisuel ouvert

Les auteurs de l’étude font un constat clair : pensée dans les années 1980 et toilettée dans les années 2000, la réglementation française en matière d’audiovisuel, et notamment les obligations de production des chaînes, qui doivent accorder une large place aux producteurs indépendants, est devenue caduque. L’irruption d’acteurs dérégulés – YouTube hier et Netflix aujourd’hui – a servi de révélateur. « Le cadre réglementaire avait du sens lorsque le marché audiovisuel français était fermé, dans les années 1990-2000, avec des barrières à l’entrée fortes et surtout aucun produit de substitution. L’avènement du numérique et la mondialisation du marché des contenus amènent à reconsidérer les fondamentaux du système », estiment les deux auteurs.

Chiffres à l’appui, ils montrent que la rentabilité des groupes audiovisuels français est en baisse constante depuis le début du millénaire, contrairement à leurs homologues allemands. La raison se trouve dans l’impossibilité qui leur est faite d’investir dans la production, contrairement à ce qui se passe en Grande-Bretagne, en Allemagne ou aux Etats-Unis.

Pas trop tard

De ce fait, les groupes français ont utilisé une large part de leur argent pour investir dans des secteurs en dehors de l’audiovisuel (le commerce en ligne par exemple). Selon l’étude, ils ont donc raté le train de la mondialisation de l’audiovisuel. « La réglementation a empêché les diffuseurs de se développer verticalement et les autorités de régulation ont accru la concurrence horizontalement, ils se sont donc développés sur des activités qui avaient peu de liens avec leur métier de base », note Jérôme Bodin.

Rien n’est trop tard cependant. Le scénario d’une « évolution » de la réglementation est en marche, avec le projet de nouveau décret concernant la production. Ce décret est actuellement examiné par le CSA. Il permettra notamment aux chaînes d’obtenir des parts de coproduction dans les programmes qu’elles financent. Pour Fleur Pellerin , ministre de la Culture et de la Communication, ce décret n’est qu’une première étape. François Hollande a également pris le sujet en main, plaidant, lors de son discours à l’occasion du colloque organisé par le CSA début octobre, pour une « alliance » entre les producteurs, les diffuseurs et les distributeurs.


more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Disney presse Maker Studios d'être rentable

Disney presse Maker Studios d'être rentable | (Media & Trend) | Scoop.it

La plate-forme de vidéos sur YouTube, qui compte 550 millions d'abonnés, développe ses revenus.

 

«Tout le monde court après la génération Y et la génération Y court après nous, parce que nous avons quelque chose qu'ils veulent vraiment: de très bons contenus.» Une phrase aura suffi à Ynon Kreiz, le président de Maker Studios, premier réseau mondial de chaînes YouTube, pour résumer la motivation de Disney. En mars dernier, l'une des plus puissantes marques de divertissement familial au monde acceptait de débourser 950 millions de dollars pour mettre la main sur la plate-forme Maker Studios et ses milliers de stars de la vidéo. Mais sur cette somme faramineuse, 450 millions ne seront versés qu'à condition d'atteindre des objectifs de performance.

 

Avec Maker Studios, Disney peut s'adresser directement à la génération des 15-34 ans, nés avec l'Internet, qui délaissent chaque jour un peu plus les programmes classiques du petit écran au profit des formats courts postés sur YouTube. «Les habitudes de consommation changent rapidement, nous assistons à un déplacement massif de la télévision linéaire vers la vidéo en ligne en général et les formats courts en particulier», a martelé Ynon Kreiz durant le Mipcom, le salon international de la télévision à Cannes. D'après lui, les jeunes regardent la télévision un tiers de moins que les 20-40 ans et moitié moins que les plus de 50 ans. Mieux, les 15-34 ans consomment 50 % de vidéos en plus que le reste des internautes.

Des shows pour la télé

Des vidéos toujours plus courtes. «Leur durée moyenne cette année s'établit à 4 minutes, contre 5 l'an passé, soit une diminution de 25 %», a assuré Ynon Kreiz. La plate-forme, qui excelle dans ce genre, a déjà séduit 550 millions de personnes à travers le monde et totalise 9 milliards de vidéos vues chaque mois sur ses quelque 60.000 chaînes YouTube. Parmi les programmes qui font actuellement le buzz, Epic Rap Battles of History, des saynètes loufoques comparant en rappant deux personnages historiques ou de fiction, à l'instar de Léonard de Vinci et les Tortues Ninja… Chaque jour, 10.000 à 15.000 créateurs cherchent à rejoindre Maker Studios. Mais seulement 100 sont retenus. C'est sur ce vivier de talents que s'appuie Ynon Kreiz pour faire grossir encore davantage sa plate-forme. «Nous sommes en train d'inventer un nouveau média», estime-t-il.

Reste à le rentabiliser. Car si aujourd'hui YouTube est devenu un passage obligé, le modèle économique peine encore à émerger. Sur Maker Studios, le prix des publicités n'est pas forcément plus bas que ceux pratiqués à la télévision. «Ils sont parfois plus élevés, et la croissance est à deux chiffres», a même défendu Ynon Kreiz, qui a profité du Mipcom pour montrer de nouveaux formats publicitaires de 5 à 10 secondes, mettant en scène les talents de Maker Studios.

Mais la plate-forme a aussi clairement pour objectif d'étendre ses activités dans les médias traditionnels. Autrement dit, elle veut pouvoir trouver des sources de revenus supplémentaires. Maker Studios propose désormais des shows pour les télévisions traditionnelles afin de les aider à récupérer l'audience jeune. Autre produit, à destination cette fois des services de vidéos par abonnements, des lots de milliers d'épisodes concoctés par ses youtubers. Pour convaincre, Maker Studios dispose de deux arguments de poids: son audience jeune et sa puissance. Son alliance avec Disney a en effet créé un géant du Web: le nouveau couple est déjà numéro trois de l'audience sur Internet, juste derrière Google et Facebook.

more...
No comment yet.