"Small World" et réseaux : "nous sommes rassurés de ne pas être seuls" | Média et société | Scoop.it

"Vous faites la connaissance de quelqu’un dans une fête et vous vous rendez compte que vous connaissez tous deux la même personne. «Comme le monde est petit!» pensez-vous. Vous avez raison.

Lancée en 1929 par l’écrivain hongrois Frigyes Karinthy, l’idée que chaque personne sur Terre est reliée à toutes les autres par un petit nombre de liens s’avère correcte. C’est le phénomène du small world, connu également sous le nom des «six degrés de séparation».

A la fin des années 1970, le célèbre psychologue Stanley Milgram avait voulu en avoir le cœur net. Il demanda à 300 participants d’atteindre une personne par courrier, en envoyant une lettre à l’une de leurs connaissances qui elle-même allait envoyer la lettre à une de leurs relations pour tenter de se rapprocher de la cible. Résultat: la moitié des lettres qui avaient atteint la cible avait transité par moins de six personnes.

En 2001, un chercheur australien reproduit cette expérience. Duncan Watts recrute en ligne plus de 20’000 participants en leur demandant de rejoindre par e-mail une cible inconnue. Avec sept intermédiaires en moyenne, ses résultats sont en ligne avec ceux de Milgram. Mais en fait, l’écrasante majorité des e-mails (plus de 98%) n’aboutit pas, et le chercheur doit utiliser une technique statistique pour tenir compte du désistement élevé des participants [...]"

 

Au-delà des techniques de vulgarisation et d'accroche qui dévaluent un peu l'article, je l'ai trouvé plutôt intéressant.

 

Lire l'article : http://duboissetb.visibli.com/share/J6fXyS