Média et société
9.3K views | +2 today
Follow
Média et société
Médias : sociologie, études, avis philosophiques (usages, pratiques, croyances, enjeux et effets). Pas NTIC/business pseudoscientifique. Mes articles "Médias" : http://www.philomedia.be/category/medias/
Curated by Julien Lecomte
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Une couverture médiatique irresponsable des questions roms entretient des mythes honteux

Une couverture médiatique irresponsable des questions roms entretient des mythes honteux | Média et société | Scoop.it

« Le problème persistant de la présentation négative des minorités dans les médias a brutalement ressurgi avec les affaires concernant des enfants découverts dans des familles roms en Grèce et en Irlande. La plupart des médias, en Europe et dans le reste du monde, ont insisté sur l’origine ethnique des familles auxquelles ces enfants avaient été retirés, ce qui contribue à perpétuer les vieux mythes selon lesquels les Roms auraient l’habitude d’enlever des enfants », a déclaré aujourd’hui Nils Muižnieks, Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, dans une lettre ouverte adressée aux journalistes.

more...
No comment yet.
Rescooped by Julien Lecomte from Philosophie et société
Scoop.it!

Causes toujours 30 (pdf)

Julien Lecomte's insight:

Je me suis entretenu avec Julie VDK de l'asbl GSARA.

 

Thèmes abordés :

- médias publics, médias privés et pub

- stratégies de séduction des médias

- éducation aux médias

- la place de la critique et de l'analyse des médias : dans les médias "traditionnels" (MédiaTIC, MediaLog, Alain Gerlache, Le Petit journal, Vincent Glad...), dans des médias et projets alternatifs (Acrimed, @SI, Gsara, Media Animation...) ainsi que dans des instances (CDJ, CSA, CSEM, AJP...)

- journalisme et opinion

 

La retranscription de cet entretien figure pp. 18-21.

more...
Julien Lecomte's curator insight, September 26, 2013 9:05 AM

Je me suis entretenu avec Julie VDK de l'asbl GSARA.

 

Thèmes abordés :

- médias publics, médias privés et pub

- stratégies de séduction des médias

- éducation aux médias

- la place de la critique et de l'analyse des médias : dans les médias "traditionnels" (MédiaTIC, MediaLog, Alain Gerlache, Le Petit journal, Vincent Glad...), dans des médias et projets alternatifs (Acrimed, @SI, Gsara, Media Animation...) ainsi que dans des instances (CDJ, CSA, CSEM, AJP...)

- journalisme et opinion

 

La retranscription de cet entretien figure pp. 18-21.

Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Julien Lecomte, Médias : influence, pouvoir et fiabilité. A quoi peut-on se fier? - Recension par Michel Clarembeaux

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

"Journalistes, réjouissons-nous, les machines nous piquent notre job !", par Cyrille Frank

"Journalistes, réjouissons-nous, les machines nous piquent notre job !", par Cyrille Frank | Média et société | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Explosion à Schellebelle : du nombre de morts dans les titres de presse

Explosion à Schellebelle : du nombre de morts dans les titres de presse | Média et société | Scoop.it
Julien Lecomte's insight:

Deux choses :

- De la nécessité (?) de préciser le nombre de morts / blessés dans le titre (seule chose qui compte = chiffrer le drame?)

- De la précision ridicule de ces chiffres alors que les informations (officieuses ou officielles) divergent manifestement

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Désinformation, manipulations… le public est-il son propre bourreau ?

Désinformation, manipulations… le public est-il son propre bourreau ? | Média et société | Scoop.it

Par Cyrille Frank, alias @cyceron sur Twitter.

Une note de lecture critique de l'ouvrage "Médias : influence, pouvoir et fiabilité. A quoi peut-on se fier" appliquée aux dérapages récents concernant la tragédie de Boston : http://www.mediaculture.fr/2013/04/22/desinformation-manipulations-le-public-est-il-son-propre-bourreau/

Julien Lecomte's insight:

Deux petites précisions suite à quelques interpellations que j’ai lues par rapport au billet de Cyrille Frank. A mon avis, les auteurs de celles-ci se sont arrêtés au titre de ton article, il est vrai quelque peu provocateur.

 

La première, c’est que je ne crois pas que le fait d’évoquer le rôle de partie prenante aux processus de sélection (agenda setting), mise en forme ou encore (re)diffusion et partage de l’information impliquent que je dénie toute responsabilité de la part des médias d’information / journalistes lorsque des dérives (notamment sur le plan déontologique) sont rencontrées. Je ne pense pas non plus que ce soit ton cas, Cyrille. Je constate par contre en parallèle une coexistence entre des discours très critiques et des comportements de consommation peu critiques. D’où l’idée de ne pas se limiter à une dénonciation parfois orientée des médias et de proposer des pistes de réflexion à l’usage du public : d’un coté, il y a les médias, et de l’autre comment le public réagit en conséquence, et c’est là où l’on a sa part de responsabilité qu’il me semble le plus judicieux d’agir.

 

La seconde, liée, c’est que lorsque je traite du pôle de la “réception” et de co-création de sens, je ne me situe pas au niveau du “factchecking”, mais bien des choix éditoriaux, des idéologies sociales, etc. Personnellement, je n’ai en rien suivi les élucubrations autour des incidents de Boston. Le fait qu’elles aient été massivement suivies et relayées, ça, ça dit socialement quelque chose du public, mais qui ne les rend pas pour autant responsables des imprécisions, erreurs et contrevérités colportées par plusieurs journalistes, dans le contexte médiatique que l’on sait (quant aux autres dérapages éventuels, je ne me positionne pas à leurs propos). Les deux sont bien à distinguer. Dans ce système en général, on n’a d’ailleurs pas que “le” titre de presse qui commet une faute et le(s) public(s), mais bien une foule d’intervenants – y compris le(s) public(s) (agences de presse, groupes média, sources plus ou moins officielles, leaders d’opinions, politiciens, concurrence…).

 

Pour ceux qui souhaiteraient approfondir ces considérations (à nuancer elles aussi : le défi que Cyrille a relevé, c’est de rendre digestible son opinion par rapport à un livre de 250 pages tout en établissant des liens avec l’actu récente. Ici, je ne fais qu’effleurer quelques pistes de complexification par rapport à une interprétation de ces propos), la table des matières de mon ouvrage montre dans quel contexte, dans quel cheminement et dans quelle mesure j’entends les réflexions évoquées ici : http://fr.slideshare.net/JulienRyuk/presentation-mdias-influence-pouvoir-et-fiabilit

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

"Je n’avais pas signé pour ce journalisme web"

Julien Lecomte's insight:

Extraits choisis :

 

« J’ai de l’estime pour le travail des journalistes de Mediapart, mais hormis pour quelques infographies et expériences de data journalisme, font-ils du véritablement du journalisme web ? Ne font-ils pas plutôt du journalisme papier diffusé sur le web ? »

 

« Seulement, laissez-moi vous dire qu’après avoir édité quatre dépêches, rédigé trois articles à partir de liens ( “vigies“, “lu, vu, entendu“, “vus sur le web”) et torché un papier en deux heures, on a pas toujours le sentiment d’apporter une information originale au lecteur. Surtout quand tous les concurrents ont la MÊME info ».

 

« Du point de vue d’un lecteur qui ne saurait pas comment fonctionne un média en ligne, il est possible qu’il ait régulièrement l’impression de lire le même papier s’il se rend sur L’Express.fr, LeMonde.fr, le Nouvelobs.com, le Figaro.fr ou 20minutes.fr (...), pour la simple et bonne raison que beaucoup de sites (Le Point, 20minutes.fr, le Nouvelobs.com) publient les dépêches des principales agences de presse brutes, sans editing et signées par l’AFP ou Reuters ».

 

« À se demander si les journalistes qui sont le plus publiés sur le web ne sont pas au fond les agenciers ».

 

« Google a changé le journalisme sur Internet : les sites fonctionnent en fonction du trafic et savent donc que la plus grande part de leur audience vient du moteur de recherche. L’important est donc de titrer un papier avec les bons mots-clés, de publier des articles qui sont susceptibles d’être référencés par Google, et d’être repéré par l’algorithme qui mettra un article dans la page Google actualités (et le plus haut possible sur la page). Le fonds de commerce des fermes de contenu ? La production de titres avec des contenus pauvres derrière fait baver les rédac’ chef qui ont des contraintes de résultats chiffrés. Paradoxalement, les éditeurs continuent quand même de demander de l’argent à Google alors qu’il font tout pour draguer ses robots qui référencent ces papiers habilement titrés. »

 

La revue de tweets, l’arme du paresseux

 

« La revue de web – comme la revue de presse avant elle – est aujourd’hui le format facile employé par certaines rédactions pour évoquer des sujets qu’elles ne savent pas vraiment comment traiter. Car le bon journaliste web est celui qui sait repérer un bon buzz qui monte. C’est celui qui mettra moins de temps que les autres à publier un papier de 500 signes, en insérant trois tweets et une capture plus vite que ses confrères. Quatre heures plus tard, tout le monde a fait le même papier avec les mêmes tweets, de Melty.fr au Nouvelobs.com. Et les rédactions qui ont assez d’effectifs auront laissé d’autres journalistes travailler sur des angles plus précis.

Slate.fr s’est distingué des autres en prenant le parti dès le début de faire du long avec des angles originaux, différents de ceux de ses concurrents : l’affaire Bettencourt via le faux facebook d’Eric Woerth n’est qu’un exemple parmi d’autres. Pendant les campagnes présidentielles française et américaine, ils multiplient pourtant les lives et les brèves et se rapprochent de ce que fait la concurrence ».

 

« Le web s’escrime donc à essayer de faire de la quantité en essayant de conserver la qualité. Peut-on faire un bon article de 3000 signes en une heure ? Peut-il être bien relu en cinq minutes ? »

 

« Je me demande donc s’il est possible de faire un journalisme qui exploiterait véritablement ce média qu’est l’internet et qui n’en ferait pas qu’un simple canal »

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Presse : des chiffres et des pertes- Ecrans

Presse : des chiffres et des pertes- Ecrans | Média et société | Scoop.it
Plans sociaux, fermetures de journaux… De Lisbonne à Londres, la crise s’accélère, en dépit des investissements sur le numérique.
Julien Lecomte's insight:

Des témoignages sur les conditions des pigistes se multiplient par ailleurs : voir par exemple http://www.acontrario.net/2012/12/18/le-nouvel-obs-ma-tuer-mais-je-respire-encore | http://rtbf89.blogspot.be/2012/12/bouteille-la-mer-dun-pigiste-anonyme-de.html#.UNLnaaxfZ8F

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Arrêt sur images - vite dit

Arrêt sur images - vite dit | Média et société | Scoop.it
Chaque jour arrêt sur images décrypte pour vous l'actualité des médias...

 

Marketing journalistique
Par Daniel Schneidermann.

 

"On peut jouer au naïf, cinq minutes ? Les centaines de journalistes qui se pressent aux conférences de presse présidentielles, que vont-ils exactement y chercher ? Tiens, au hasard, prenons Laurent Joffrin. Le directeur de l'Obs a rencontré Hollande en tête à tête la semaine dernière. Il en a fait la couverture de son hebdo "Hollande off". On suppose donc qu'il a eu tout loisir de lui poser toutes les questions imaginables. On présume sa légendaire curiosité, pour un temps, assouvie. Alors, quel besoin de retourner à l'Elysée, de jouer des coudes au milieu de 400 confrères moins privilégiés, pour poser une question sur l'austérité ?"

 

Lire l'article complet : http://www.arretsurimages.net/vite-dit.php#14712

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Twitter / BlogPhilo: La critique traditionnelle ...

La critique traditionnelle des médias pointe des préférences particratiques. Quid de l'idéologie d'un clash nécessaire entre les idées?

 

Que "les" journalistes et "les" gens aient des opinions est normal, mais même des pseudo-intellectuels ne relèvent que les petites phrases.

 

Si l'on sait aujourd'hui que les diverses joutes et débats ont un résultat difficile à mesurer quant aux votes (quid des millions d'euros dépensés en campagnes d'affichages et en papier?), il me semble également légitime de s'interroger sur cette présentation qui lie intimement la discussion et la guerre... Cette idéologie -parmi d'autres- me parait bien plus pernicieuse que la question réductrice et trompeuse des préférences affichées ou non des journalistes. Elle ne se limite d'ailleurs pas à leurs pratiques, mais aussi aux façons de lire et interpréter de leurs publics.

 

Lire mon article "Lakoff - La discussion, c'est la guerre" : http://www.philomedia.be

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Mémoire "Les journaux télévisés de la mi-journée et de la soirée sur les chaînes de télévision généralistes belges francophones, une édition de trop ?" (Loïc Verheyen)

Mémoire "Les journaux télévisés de la mi-journée et de la soirée sur les chaînes de télévision généralistes belges francophones, une édition de trop ?" (Loïc Verheyen) | Média et société | Scoop.it

Mémoire : "Les journaux télévisés de la mi-journée et de la soirée sur les chaînes de télévision généralistes belges francophones, une édition de trop ?, Etude comparative des éditions quotidiennes des JT de la RTBF et de RTL-TVI"

Loïc VERHEYEN

Mémoire présenté sous la direction de M. Jean-Jacques JESPERS en vue de l'obtention du titre de master en information et communication, à finalité journalisme. Année académique 2010-2011

Ce mémoire a obtenu une "mention spéciale" dans le cadre du Prix du CSA remis en 2012.

 

Lire le mémoire : http://www.csa.be/documents/1761

 

Un résumé ici : http://www.lesoir.be/culture/medias/2012-08-14/le-vrai-jt-celui-de-la-mi-journee-932009.php

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

RTL-TVI et VOO: Les journalistes peuvent-ils tout dire sur leurs annonceurs?

RTL-TVI et VOO: Les journalistes peuvent-ils tout dire sur leurs annonceurs? | Média et société | Scoop.it

Les journalistes peuvent-ils enquêter ou critiquer un de leurs annonceurs comme Tecteo? La question s'est posée chez RTL-TVI, en avril dernier...

 

Lire l'article : http://www.apache.be/2012/07/25/rtl-tvi-et-voo-les-journalistes-peuvent-ils-tout-dire-sur-leurs-annonceurs/

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Trop de liens tuent-ils le lien?

Trop de liens tuent-ils le lien? | Média et société | Scoop.it

«Où est passé le bon vieux temps où la substance de vos tweets était ce que vous disiez, et non ce sur quoi vous pointiez?», interpelle un étudiant américain qui a fondé FastBlink, une société de marketing sur les réseaux sociaux. Pour lui, trop de liens saturent l’espace en ligne, et ce, au détriment des «messages». Un phénomène qu’il qualifie, en anglais, d’«overlinkification».

 

Lire l'article (et découvrir ses liens) : http://blog.slate.fr/labo-journalisme-sciences-po/2012/01/26/trop-de-liens-tuent-ils-le-lien/

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Pourquoi tant de haine?

Pourquoi tant de haine? | Média et société | Scoop.it

Derrière des messages d’insultes qui pullulent en ligne, il y a souvent une initiative journalistique. Une couverture d’hebdomadaire, une nouvelle émission de télévision, un  titre d’article, un sujet d’actualité, un journaliste en particulier ou les médias en général… A peu près tout peut déclencher une poussée de réactions ulcérées sur le réseau. Il y a souvent de quoi, c’est vrai. Mais, parfois, la teneur de ces messages ne fait plus la différence entre ce que l’on pourrait se dire intérieurement et ce que l’on formule au vu et au su de tous. Pourquoi? Est-ce là le signe d’un climat de défiance généralisée?

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

« Tout comme les trains, la presse déraille peut-être moins souvent qu’elle ne roule correctement, mais personne n’en parle » | IRM : Imagerie par Résonance Marketing

« Tout comme les trains, la presse déraille peut-être moins souvent qu’elle ne roule correctement, mais personne n’en parle » | IRM : Imagerie par Résonance Marketing | Média et société | Scoop.it

Publié le 10 septembre 2013 par Julie Vanderkar (Gsara asbl)

Rencontre avec Julien Lecomte, titulaire d’un Master en information et communication, expert auprès du Csem (2012-2013), auteur du livre « Médias : influence, pouvoir et fiabilité » et qui traite notamment d’éducation aux médias.

 

Thèmes abordés :

- Fonctionnement des médias : publicité, économie et impacts sur les contenus et leur fiabilité (exemples : RTBF, RTL-TVI... + phénomènes clash, buzz, etc.)

- Agenda setting (Mc Combs & Shaw)

- Le(s) public(s) sont-ils demandeurs ? Divertissement, socialisation et/ou info

- Analyse critique des médias et médias critiques : Acrimed, Petit Journal, @rrêt sur images, MediaTIC, Medialog...

more...
No comment yet.
Rescooped by Julien Lecomte from Chroniques inédites (Philosophie, médias et société)
Scoop.it!

Le Point se déresponsabilise des conséquences de son sondage et échoue ainsi à relever les enjeux de fond

Le Point se déresponsabilise des conséquences de son sondage et échoue ainsi à relever les enjeux de fond | Média et société | Scoop.it

Le 23 juillet 2013, Le Point publie un sondage pour le moins polémique, sur base des propos de Gilles Bourdouleix : http://www.lepoint.fr/chroniques/hitler-n-en-a-peut-etre-pas-tue-assez-les-propos-de-gilles-bourdouleix-depute-maire-de-cholet-a-propos-des-gens-du-voyage-installes-sur-sa-commune-suscitent-la-polemique-23-07-2013-1707426_2.php

Désormais supprimé, ledit sondage a été maintes fois copié sur Twitter : https://pbs.twimg.com/media/BP2iM-dCcAAeqsI.jpg

 

Suite aux nombreuses railleries et critiques sur les réseaux sociaux, Le Point réagit : « Un journaliste ne s'interdit de poser aucune question, et surtout les plus dérangeantes… » : http://www.lepoint.fr/societe/explications-sur-un-sondage-23-07-2013-1707523_23.php


Voir ici : https://pbs.twimg.com/media/BP22bjACMAEiTEn.png

 

Par cet argument, Le Point se déresponsabilise des conséquences de son sondage et échoue ainsi à relever les enjeux de fond, non seulement sur les questions relatives à la validité de ce sondage, à ses (nombreux) biais manifestes, mais aussi par rapport aux réponses plus ou moins suscitées.

 

Aux environs de 15h45, la rédaction assume davantage et se décide à supprimer le sondage problématique : "Nous comprenons néanmoins que cette question ait pu choquer et nous excusons auprès de nos lecteurs. Pour cette raison, nous avons supprimé le sondage".

 

Coïncidence : le même jour, Le Point publie une interview de J.-M. Le Pen (...) où celui-ci déclare : "Je renvoie bien sûr ces cuistres à l'étude du Larousse". Cette attitude est typiquement ce que je déconstruis dans l'article "Les polémistes sont-ils responsables des interprétations de leurs propos?" : http://julien.lecomte.over-blog.com/article-polemiques-ce-n-est-pas-ce-que-j-ai-voulu-dire-je-persiste-et-signe-99011690.html

 

Ce dernier article offre peut-être un éclairage global sur cette journée au Point. En effet, le problème, c'est qu'il y a tout un public à ces affrontements de surface, un public qui interprète et se positionne. Il se positionne en fonction d'affects, de frustrations et de vécus personnels. Comme dans le cas de l'intervention de Guéant par rapport aux civilisations, le public est ici encore mis devant des choix factices.

Ceux qui prétendent ne pas être responsables des polémiques qui en découlent le sont en réalité d'autant plus dans la mesure où ils adoptent une rhétorique simpliste qui prend le pas sur les questions et enjeux de fond.

Ce public, il est incorrect de ne pas le prendre en compte, de faire comme si seuls les mots et les idées exprimées par les médias ou les politiques comptaient.

Le Point ne peut pas faire comme s'il n'était pas responsable des conséquences de son sondage.

Du moins, il rate le coche d'un double effort, d'analyse et de pédagogie, par rapport à la polémique née de ce dispositif.

 

Au sujet des enjeux de fond (place de la problématique du racisme et autres propos incitants potentiellement à la haine dans les médias, notamment) et de la responsabilité du Point (rôle du journalisme, responsabilité, utilité sociale...), quelques pistes, justement :

- DE HAAN, M. (2013), "Le cordon sanitaire médiatique nous est utile" : http://www.ajp.be/egmi/content/marc-de-haan-atelier3

Marc de Haan ne pense pas que les citoyens belges francophones soient dotés d'un surcroit de moralité par rapport aux autres pays. Or, les partis extrêmistes, radicaux, n'y percent pas comme ailleurs. Une des hypothèses tient dans le "cordon sanitaire" qui n'empêche certes pas de parler de la problématique du racisme, mais bien de tout simplement refuser l'accès à la parole publique à ce genre de discours.

- DESMET, F. (2013), "L'impasse moralisatrice de la lutte contre le racisme" : http://francoisdesmet.wordpress.com/2013/05/07/limpasse-moralisatrice-de-la-lutte-contre-le-racisme/

François Desmet pense quant à lui que cette lutte peut mener à une impasse lorsque celle-ci se résume à une censure arbitraire et parfois peu pertinente, et dans la mesure où c'est du "one-shot", basé sur une logique d'interdictions. Il relève que cette stratégie postule en quelque sorte la malléabilité de l'opinion publique : en gros, si on "censure", c'est parce qu'on a peur que la populace soit influencée et que des dérives en découlent effectivement (hypothèse qui semble malheureusement se vérifier en partie, au vu du nombre de partages liés à des images et propos ambigus ou explicitement haineux).

J'ajouterais que le format médiatique n'est pas toujours propice à la complexité et donc à offrir une place confortable à une déconstruction adéquate des propos simplistes, ce qui donne un "avantage" aux propos de ce type.

Pour F. Desmet, un des problèmes est que la censure confine les auteurs des propos censurés dans leur rôle de victime (et la rhétorique qui l'accompagne) et éventuellement dans leur frustration. "[E]lles [les stratégies d'interdictions et de censure] tendent même, par un effet pervers et inattendu, à cliver et radicaliser des positions qui l’invoquent rapidement de part et d’autre ; elles tendent également à crisper une partie importante de la population qui estime « qu’on ne peut plus rien dire », et qui ignore généralement à quel point sa jurisprudence est limitée et encadrée".

Cela ne règle pas la question des éventuelles "prédispositions" des récepteurs.

Selon lui, un des enjeux se situe justement dans un travail de socialisation de fond, par l'éducation notamment. Ces questions sont complexes et méritent d'être abordées, mais pas n'importe comment, n'importe où.

- LIBOIS, B. (2012), "Médias, éthique et régulation" : http://julien.lecomte.over-blog.com/article-medias-ethique-et-regulation-entretien-avec-boris-libois-108986487.html

A la question de savoir si le journaliste peut tout dire, sous prétexte d'informer et de rendre compte de manière "neutre" de l'opinion publique, il faut remettre ce sacro-saint "droit d'informer" (voire ce "devoir" d'informer, comme s'en revendiquent certains missionnaires) dans le contexte de l'utilité sociale du journalisme, de sa fonction dans un Etat démocratique, dans une société harmonieuse. Or, tel qu'il est présenté ici, ce sondage loupe complètement le coche de l'émancipation sociale...

 

Cette problématique est d'autant plus marquée dans la mesure où l'accès à l'espace public peut désormais se faire via les réseaux sociaux, les commentaires sur les sites de presse, etc. On l'a vu avec le cas Trullemans ou encore en 2012 avec des milliers de partages d'une image ouvertement hostile aux étrangers (cf. mon article http://julien.lecomte.over-blog.com/article-retro-2012-des-chiffres-qui-donnent-envie-de-passer-en-2013-113863953.html ) : quels dispositifs mettre en place pour éviter les dérives menant à la haine, à des comportements ou des mesures antidémocratiques?

Julien Lecomte's insight:

Suite à la polémique résultant du sondage du Point publié mi-juillet, le débat sur la censure des propos racistes est encore une fois relancé. Là où je trouve que Le Point a échoué à reprendre la balle au bond et à s'exprimer de manière constructive à ce sujet, je vous propose plusieurs pistes pour alimenter le débat : "Faut-il censurer les propos racistes ?" | http://www.philomedia.be

more...
Julien Lecomte's curator insight, October 2, 2013 7:43 AM

Suite à la polémique résultant du sondage du Point publié mi-juillet, le débat sur la censure des propos racistes est encore une fois relancé. Là où je trouve que Le Point a échoué à reprendre la balle au bond et à s'exprimer de manière constructive à ce sujet, je vous propose plusieurs pistes pour alimenter le débat : "Faut-il censurer les propos racistes ?" | http://www.philomedia.be

Rescooped by Julien Lecomte from Focus sur le Journalisme
Scoop.it!

Journalisme : classement liberté de la presse 2013 par RSF

Journalisme : classement liberté de la presse 2013 par RSF | Média et société | Scoop.it
À l'occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, RSF (Reporters Sans Frontières) publie son rapport pour le classement 2013.

Via TVDH
more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

La diversite au sein de la profession de journaliste

Présentation des résultats de l'enquête menée par l'AJP, en collaboration avec le Centre d’études de l’opinion de l’ULg (CLEO), à propos de la diver
more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Amandine Degand | Université catholique de Louvain - Academia.edu

Amandine Degand | Université catholique de Louvain - Academia.edu | Média et société | Scoop.it

Ressources et publications de Amandine Degand (PhD, UCL) : journalisme, ethnographie, journalisme web...

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Liberté et indépendance des journalistes

Présentation du 10/12/2012 - après-midi d'étude dans le cadre du projet MEDIADEM - par Martine Simonis (AGJPB) | http://www.mediadem.eliamep.gr

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Quelques dérives du journalisme

Je centralise ici quelques liens "amusants", découverts récemment (même si certains de ceux-ci ne sont pas forcément récents) par rapport à des cas concrets de "dérives" journalistiques.

 

- "Les journalistes ne sont pas gentils", par François De Smet, en rapport avec la déontologie journalistique et la fonction du journalisme : http://francoisdesmet.wordpress.com/2012/11/20/les-journalistes-ne-sont-pas-gentils/ (sur ces sujets, cf. l'avis de Boris Libois, sur mon site http://www.philomedia.be )

 

- "A quelques exemples prêtes", un article du Point, pointant les coquilles et usages maladroits de la langue française dans la presse audiovisuelle : http://www.lepoint.fr/societe/a-quelques-exemples-pretes-quand-les-medias-font-des-fautes-de-francais-15-11-2012-1529298_23.php (relai d'un point de vue franco-français formulé par le CSA qui ne manque pas de s'offusquer contre les anglicismes)

 

- "Jean-Pierre Pernaut journaliste avant-gardiste", par Jean-Marc Manach, sur Owni, racontant les tentatives de "trafiquer" un article Wikipédia selon des propos partisans : http://owni.fr/2012/11/19/jean-pierre-pernaut-tf1-wikipedia/

 

- "Rumeur et désinformation : cas pratiques - 147 ados japonais se suicident pour cause de report de sortie d'un jeu vidéo", par Christophe Asselin, exposant des faits qui remontent à 2004 concernant une information (fausse et loufoque) relayée par Libération et France2 : http://c.asselin.free.fr/french/Rumeur_cas_pratiques.htm

 

- "Critique des médias sur le web", une rubrique tout entière du site Acrimed qui dresse régulièrement un inventaire des posts critiquant des dysfonctionnements sur le web : http://www.acrimed.org/rubrique452.html

 

Julien Lecomte's insight:

Ces articles renvoient au fonctionnement journalistique, sans pour autant être des avatars de ces pratiques, bien entendu. Ce sont des dérives, mais elles reflètent aussi des manières de faire (fait de se citer mutuellement, "formatage / lissage / apprêt" des données, manque de sens dans l'exercice du journalisme, précipitation dans la transmission et la mise en forme des informations...) qui peuvent conduire à ces manquements. Cf. http://www.philomedia.be et mon livre "Médias : influence, pouvoir et fiabilité" pour nuancer ces propos et découvrir des moyens pour évaluer la fiabilité des médias.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Journalistes, arrêtez d’innover

Journalistes, arrêtez d’innover | Média et société | Scoop.it

Le journalisme est en mutation, on ne cesse de le répéter. Les usages de nos audiences évoluent au rythme, effréné, des progrès technologiques. Dans un monde où plusieurs milliards de photos sont postées sur Facebook chaque mois, où YouTube ouvre ses propres chaînes de télévision, les médias traditionnels ont en effet fort à faire s’ils veulent garder un rôle dans cet univers de l’information en constante expansion.

 

Lire l'article : http://blog.slate.fr/labo-journalisme-sciences-po/2012/11/12/journalistes-arretez-dinnover/

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Les journalistes sont-ils des salauds?

Les journalistes sont-ils des salauds? | Média et société | Scoop.it
Cible privilégiée de l'extrême-droite depuis des années, la presse cristallise désormais le ressentiment d'une bonne part de la classe politique. Et pas forcément pour de mauvaises raisons. Tentatives d'explication.

 

Lire l'article : http://www.lexpress.fr/actualite/media-people/media/les-journalistes-sont-ils-des-salauds_1148357.html

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Mémoire "Usages journalistiques des réseaux sociaux : le débat déontologique entre pays anglo-saxons et pays francophones" (Alice Siniscalchi, prix du CSA 2012)

Mémoire "Usages journalistiques des réseaux sociaux : le débat déontologique entre pays anglo-saxons et pays francophones" (Alice Siniscalchi, prix du CSA 2012) | Média et société | Scoop.it

Le Prix du mémoire a été décerné cette année à Alice Siniscalchi pour son travail de fin d’étude intitulé "Journalisme et réseaux sociaux : limiter les dérives, multiplier les usages" et réalisé dans le cadre d'un master en Information et Communication de l’Ecole de Journalisme de l’UCL, sous la direction de Benoît Grevisse. Le jury du CSA a récompensé ce mémoire qui observe de manière pertinente la déontologie et les pratiques journalistiques sous la question très actuelle des réseaux sociaux.

 

Lire le mémoire : http://www.csa.be/documents/1711

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

La reconfiguration des pratiques journalistiques (pdf)

La reconfiguration des pratiques journalistiques par Amandine Degand (ARC - ORM - UCL)
Promoteurs : Benoît Grevisse, Gérard Derèze

 

Voir le PDF : http://www.uclouvain.be/cps/ucl/doc/ucl/documents/Lareconfigurationdespratiquesjournalistiques.pdf

more...
No comment yet.