Internet, quand le murmure de la réception devient audible | Les Internets | Média et société | Scoop.it

"Dans le tome 1 de l’Invention du quotidien, publié en 1980, Michel de Certeau avait l’intuition de l’existence d’un murmure de la consommation, qu’il ne pouvait que conceptualiser en l’absence d’une médiatisation de cette activité. Il mettait face à face «une production rationalisée, expansionniste autant que centralisée, bruyante et spectaculaire», celle des industries culturelles pour reprendre le terme de notre colloque, et une«autre production, qualifiée de “consommation”: celle ci est rusée, elle est dispersée, mais elle s’insinue partout, silencieuse et quasi invisible, puisqu’elle ne signale pas avec des produits propres mais en manières d’employer les produits imposés par un ordre économique dominant»1

Internet change la donne puisqu’elle offre à l’activité de consommation une visibilité, des «produits propres» comme dit Michel de Certeau que sont aussi bien les commentaires sur Facebook, les pouces baissés sur YouTube ou les live-tweets sur Twitter. J’ai souhaité m’intéresser à cette apparition d’une réception du public médiatisée grâce à Internet et plus particulièrement aux frictions qui apparaissent entre les industries culturelles et le public, au travers des critiques négatives des contenus."

 

Lire l'article : http://culturevisuelle.org/lesinternets/archives/1238