Média et société
Follow
Find tag "Belgique"
8.4K views | +0 today
Média et société
Médias : sociologie, études, avis philosophiques (usages, pratiques, croyances, enjeux et effets). Pas NTIC/business pseudoscientifique. Mes articles "Médias" : http://www.philomedia.be/category/medias/
Curated by Julien Lecomte
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

CSEM - Conseil Supérieur de l'Education aux Médias | Le site de l'éducation aux médias en Fédération Wallonie-Bruxelles

CSEM - Conseil Supérieur de l'Education aux Médias | Le site de l'éducation aux médias en Fédération Wallonie-Bruxelles | Média et société | Scoop.it

Le site de l'éducation aux médias en Fédération Wallonie-Bruxelles est ligne : http://www.educationauxmedias.eu

Julien Lecomte's insight:

Voir notamment le très riche onglet "outils" du site :

- Brochures : http://www.educationauxmedias.eu/outils/brochures/csem

- Dossier éduquer aux médias en réseaux :

http://www.educationauxmedias.eu/outils/introduction_transversale

- ...

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Mémoire "Les journaux télévisés de la mi-journée et de la soirée sur les chaînes de télévision généralistes belges francophones, une édition de trop ?" (Loïc Verheyen)

Mémoire "Les journaux télévisés de la mi-journée et de la soirée sur les chaînes de télévision généralistes belges francophones, une édition de trop ?" (Loïc Verheyen) | Média et société | Scoop.it

Mémoire : "Les journaux télévisés de la mi-journée et de la soirée sur les chaînes de télévision généralistes belges francophones, une édition de trop ?, Etude comparative des éditions quotidiennes des JT de la RTBF et de RTL-TVI"

Loïc VERHEYEN

Mémoire présenté sous la direction de M. Jean-Jacques JESPERS en vue de l'obtention du titre de master en information et communication, à finalité journalisme. Année académique 2010-2011

Ce mémoire a obtenu une "mention spéciale" dans le cadre du Prix du CSA remis en 2012.

 

Lire le mémoire : http://www.csa.be/documents/1761

 

Un résumé ici : http://www.lesoir.be/culture/medias/2012-08-14/le-vrai-jt-celui-de-la-mi-journee-932009.php

more...
No comment yet.
Rescooped by Julien Lecomte from Chroniques inédites (Philosophie, médias et société)
Scoop.it!

Centaines de chaines TV, titres de presse multiples (mais uniformisés), radios et sites web : y a-t-il trop de médias d'info ?

En quelques années, on a pu assister à pas mal de changements dans le paysage médiatique belge francophone. Le dernier fait marquant en date est sans doute le rachat des journaux l'Avenir par Tecteo.

 

A cette occasion, @SzocEd écrit sur Twitter un vibrant hommage à Joe Dassin : "On lira Où tu voudras Quand tu voudras Et l'on s'aimera encore Lorsque l'Avenir sera mort".

 

Derrière ce tweet humoristique se cache une question de fond : et si, demain, tel ou tel titre de presse disparaissait ? Et si, comme en Grèce ou en Espagne, certaines de nos chaines de télévision étaient appelées à disparaitre ? Ces médias ont-ils toujours une utilité ?

 

En effet, en Belgique francophone, on a connu une forte démultiplication des médias.

 

En télévision, par exemple. Coté service public, on pouvait autrefois regarder la RTBF et la chaine locale de sa région. De longue date, la Belgique a également pu capter les chaines de télévision françaises, TF1, FR2, FR3... La RTBF décline aujourd'hui ses programmes sur trois chaines (et plus si affinités...). Il est désormais très simple de regarder par ailleurs les télés locales des autres régions. Coté privé, on a vu la naissance de deux chaines chez RTL (Club et Plug), ainsi que AB3 et AB4. Désormais, il faut ajouter à cela (en vrac) i>tele, BFMTV, StarTV, Gulli, Direct8, les chaines dites autrefois "musicales", Eurosport, les nombreuses chaines thématiques (sports, sexe, dessins animés, nature, sciences, etc.) et j'en passe. Ce, rien qu'au niveau des chaines francophones.

En radio, la saturation du réseau FM a conduit le CSA à établir un plan de fréquences afin de limiter les interférences, ce qui a notamment conduit à la "mort" de Mint - qui, au passage, offrait un programme visant le même public cible que PureFM, mais était plus appréciée...

 

En presse écrite, là encore, la francophonie belge a connu une assez bonne diversité, avec les éditions de l'Avenir, le groupe Rossel (Le Soir + Sud Presse), IPM (La Libre + La DH). Pour en savoir plus : http://www.csa.be/pluralisme/groupes
Sans compter les magazines comme Cine-tele revue ou tele moustique, sachant qu'ils cartonnent toujours en tête des classements des canards écrits. Nous ne nous attardons pas sur des cas plus spécifiques comme Marianne Belgique et les nombreux autres petits ou grands "nouveaux acteurs" du paysage, mais il est intéressant d'en souligner la présence.
La réflexion implique surtout ici un autre grand acteur : Internet. Avec Internet, on a notamment vu l'émergence des sites d'information écrite des grandes chaines de télévision que sont la RTBF et RTL-TVI, mais aussi de nouveaux acteurs comme 7sur7, sans compter les nouveaux canaux de diffusion et de partage de l'info en temps réel.

De manière générale, Internet a offert l'accès à de nombreux médias plus ou moins classiques ou alternatifs, tous supports confondus (presse écrite, radio/podcast, photos et images, vidéos...).

 

Cette diversité quantitative est-elle cependant synonyme de diversité qualitative ? Par exemple, la RTBF offre-t-elle aujourd'hui sur ses trois chaines publiques un service fondamentalement différent de ses concurrents privés (voire au niveau de ses partenaires locaux) ? Dans la mesure où il y a une grande uniformisation de l'information, perdrait-on en diversité si un titre de presse - voire un groupe de presse entier - disparaissait ? N'y a-t-il pas trop de journalistes ?

 

La réponse n'est certainement pas simple, et je propose notamment de lire mon entretien avec Marc de Haan, directeur de Telebruxelles, pour se faire une idée des enjeux d'un journalisme émancipateur (sur http://www.philomedia.be)

 

Cependant, pour chaque média (entendu comme chaine de tv / de radio, titre de presse), il importe de se poser la question de savoir où se situe la plus-value que celui-ci apporte au public. Ce média a-t-il une valeur, non seulement monétaire (parce que c'est un paramètre qui explique la démultiplication des titres), mais aussi sociétale ?
En d'autres termes, pour chaque média, on pourrait se demander si, au-delà de la dimension économique, il fait vraiment la différence. Cette différence peut être de l'ordre de l'information et de sa qualité (son exactitude, sa diversité, etc.), mais aussi du divertissement, de la socialisation... Il ne s'agit pas de poser un jugement moral trop souvent rencontré dans le domaine de la critique des médias (cf. http://www.scoop.it/t/chroniques-inedites/p/4003445565/critique-des-medias-critique-logique-ou-critique-sociale ), mais bien simplement de réfléchir à l'intérêt, à l'utilité, de tel ou tel média dans le contexte d'offre gigantesque dans lequel celui-ci est supposé évoluer.


A mon sens et à l'heure de la "consommation à la demande", cette réflexion importe également (voire surtout?) en tant que programmateur de chaine de télévision ou rédacteur en chef.

more...
Béatrice D.'s curator insight, September 13, 2013 2:17 PM

Centaines de chaines TV, titres de presse multiples (mais uniformisés), radios et sites web : la Belgique a du mal à trouver médias à son pied.