Dans de précédents articles, nous avons fait état de dérives typiques des "apprentis sorciers" de l'éducation aux médias. Dans ce numéro 4, nous évoquons les enjeux de cette discipline et les implications didactiques issues de notre constat de l'existence de pédagogies et partis pris peu propices à la réflexion critique.

 

"La définition des compétences et leur opérationnalisation est une condition sine qua non de l’évaluation de la littératie médiatique. L’élaboration d’outils d’évaluation est un moyen de fixer des objectifs pour les éducateurs aux médias, comblant le vide entre les buts asymptotiques (« être un citoyen et un usager des médias actif ») [extrêmement généraux et abstraits] et les savoir-faire pratiques (« savoir comment cadrer un gros plan ») [déconnectés des enjeux]"

FASTREZ, P., La compétence médiatique : du concept à la mesure, le 17/05/2010 : http://fr.slideshare.net/pfastrez/la-comptence-mdiatique-du-concept-la-mesure

 

Dit autrement, la définition de compétences en fonction d’enjeux est nécessaire pour éduquer aux médias de manière correcte. En effet, le cas échéant, les éducateurs courent le risque de poursuivre des objectifs trop larges et abstraits ou au contraire de se limiter à des applications pratico-pratiques difficiles à généraliser.

 

La question de l'évaluation est primordiale par ailleurs : comment déterminer si une pédagogie est efficace si il est impossible de mesurer des performances (ici, critiques) relatives aux compétences à développer? Pour dire si un outil didactique fonctionne, il est nécessaire de prévoir une manière de jauger les aptitudes avant et après son usage auprès des apprenants. L'évaluation est un enjeu très présent concernant les dispositifs d'éducation aux médias, dans la mesure où c'est une lacune de très nombreuses initiatives pédagogiques.

 

Pour les enjeux et implications de l'éducation aux médias : http://julien.lecomte.over-blog.com/article-les-apprentis-sorciers-de-l-education-aux-medias-4-106714668.html