Bilan sur la  Monétisation des services de télévision connectée aux Etats-Unis | Média des Médias: Radio, TV, Presse & Digital. Actualités Pluri médias. | Scoop.it

30% des foyers américains (contre 24% en 2010) possèdent un téléviseur connecté à Internet, que ce soit grâce à une télévision connectée, une console de jeux vidéo ou un lecteur Blu-ray.

 

La console de jeu vidéo est l’appareil permettant de connecter un téléviseur à Internet le plus répandu aux Etats-Unis. Les postes de télévision ou smart TV viennent en deuxième position. En troisième position viennent les lecteurs Blu-ray. un peu plus de 5 millions.

 

Les boîtiers de type Apple TV et Google TV se développent aux Etats-Unis, mais leur taux de pénétration du marché reste inférieur à celui des autres modes de distribution.

 

Les opérateurs de la télévision connectée sont actuellement en phase d’expérimentation s’agissant du modèle économique. La grande majorité d’entre eux perçoivent des revenus liés à la publicité, avec le développement des publicités ciblées, et ont adopté un système de partage des revenus avec les propriétaires de contenu lorsqu’un programme est loué ou acheté sur leur plate-forme.

 

Rares sont ceux qui tentent la formule de l’abonnement. Microsoft propose depuis quelques temps un service d’abonnement sur la Xbox 360 qui donne accès à un certain nombre de services payants sur Internet. Apple avait tenté de mettre en place des abonnements afin de proposer à ses utilisateurs un bouquet de chaînes de télévision accessibles sur tous ses appareils, dont l’Apple TV, pour 30$ par mois, les groupes de médias américains, dont NBC Universal, Viacom et Discovery, n’avaient pas suivi.

 

Pour le moment, il n’existe pas, aux Etats-Unis:

- De réglementation spécifique en matière de protection des mineurs sur les télévisions connectées.

- De dispositions spécifiques relatives aux services de télévision connectée en matière de respect de la propriété intellectuelle

- Rien en matière de responsabilité vis-à-vis du contenu diffusé ou de neutralité du réseau