Mass Culture | Cu...
Follow
Find
1.3K views | +0 today
Mass Culture | Culture de masse
There is more to mass culture than meet the eyes! | La culture de masse a plus à offrir qu'on ne le croit!
Curated by ArianeBeldi
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by ArianeBeldi from Transmedia: Storytelling for the Digital Age
Scoop.it!

Infographic: Which Movie Studio Owns the Various Film Franchises?

Infographic: Which Movie Studio Owns the Various Film Franchises? | Mass Culture | Culture de masse | Scoop.it

Ethan Anderton: "Now that Disney has added Lucasfilm and the Star Wars universe to their arsenal of established intellectual property (in addition to Pixar, Marvel and Pirates of the Caribbean), now might be a good time to review which well-known film franchises belong to what studio" ...


Via The Digital Rocking Chair
more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

theses.fr – Julien Lalu, Histoire politique et sociale du jeu vidéo en France de 1972 à 2012. Naissance d'une culture vidéoludique

De l'élaboration de la société Atari en 1972 jusqu'aux fonds alloués pour le ministère français de la culture pour la création d'une exposition en mars 2012, le jeu vidéo a connu de profondes mutations technologiques, industrielles, sociales et...
more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

OMNSH | Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines

OMNSH | Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines | Mass Culture | Culture de masse | Scoop.it
Nous sommes un collectif de chercheurs en sciences humaines et sociales, et nous étudions les technologies numériques
more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

neuvième art 2.0

neuvième art 2.0 | Mass Culture | Culture de masse | Scoop.it
La revue en ligne de référence sur la bande dessinée française et internationale. Interviews d’auteurs, analyse de planches, dossiers thématiques, (...)
ArianeBeldi's insight:

La revue en-ligne sur le neuvième art, dirigé par Thierry Groenstein, un fin connaisseur de ce domaine depuis près de 30 ans!

more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

50 ans d'histoire des séries d’animation japonaises : 1963 - Articles - Manganimation.net, Manga Anime, news & reviews

Site sur les manga et l'animation japonaise, par des fans, pour les fans
ArianeBeldi's insight:

Si le Manga Network avait décidé de célébrer 60 ans de productions, il y a déjà 5 ans (1948-2008), d'autres font démarrer la grande histoire de l'industrie du divertissement audiovisuel japonais en 1963 et célèbrent ses 50 ans! Le blog Manganimation.net propose ici un gros dossier historique sur l'évolution de ce secteur au Japon avec moultes illustrations. Il retrace notamment la chronologie des productions les plus marquantes ainsi que des artistes et studios qui ont créé les milliers de séries diffusées entre 1963 et 2013. Le style n'est pas très académique, mais ce n'est pas plus mal!

more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

Scholars Exchanging and Researching on International Entertainment Series

Scholars Exchanging and Researching on International Entertainment Series | Mass Culture | Culture de masse | Scoop.it
ArianeBeldi's insight:

Eh bien, eh bien! Qui voilà lorsque l'on cherche "séries" dans Google....mais seulement en seconde page de résultats? Un site recensant le travail d'une petite équipe de chercheurs réunis dans un groupe du CNRS, étudiant les séries TV et leur réception!

more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

Addiction: les séries télé et le "binge-viewing"

Addiction: les séries télé et le "binge-viewing" | Mass Culture | Culture de masse | Scoop.it
SÉRIES TÉLÉS - Avec la multiplication des services de diffusion de vidéos numériques sur demande, nos habitudes de consommation se modifient à leur tour.
ArianeBeldi's insight:

Cet article sur ce qu'on appelle le "binge viewing", soit le fait de passer des heures à regarder à la suite les épisodes d'une série, afin de couvrir une saison entière, voir l'intégralité du récit en une seule fois, montre l'impact qu'ont eu les éditions DVD des séries TV sur les pratiques des téléspectateurs et leurs modalités de réception d'une fiction sérialisée. Il apparaît aussi que ces développements techno-commerciaux semblent confirmer la thèse de la "dé-médiation" telle qu'elle est proposée par Jean-Louis Missika dans son ouvrage "La fin de la télévision" (2006), soit la dissociation entre la matrice médiatique d'origine d'un type de contenu et les modalités actuelles de sa production. Ainsi, les séries, qui ont constitué un de programmes-type de la télévision (et un moyen marketing de fidéliser les téléspectateurs à une chaîne), arrivent de plus en plus souvent chez leurs destinataires par d'autres canaux que la télévision, en tant que système médiatique. Quand des gens ne prennent connaisses des séries plus que par Internet ou DVD, on peut considérer qu'il y a une dé-médiation presque totale de celles-ci. Il ne manque bientôt plus qu'elles ne soient plus commandées/produites par des chaînes de télévision, mais par d'autres acteurs industriels, comme les opérateurs de télécommunication.

more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

OMIC - L'Observatoire des Mutations des Industries Culturelles

OMIC - L'Observatoire des Mutations des Industries Culturelles | Mass Culture | Culture de masse | Scoop.it
Stratégies financières industrielles, politiques culturelles, art culture numérique, valorisation produits biens culturels, Usages culturels pratiques culturelles, Mutations industries culturelles
more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

La mise en tourisme de la pop culture japonaise : la légitimité culturelle par le croisement des regards exotiques

La mise en tourisme de la pop culture japonaise : la légitimité culturelle par le croisement des regards exotiques | Mass Culture | Culture de masse | Scoop.it
La pop culture japonaise (principalement le manga et l’animation), connaît en France un succès durable depuis plus de trente ans, et attire un public croissant, composé en partie de passionnés très investis.
more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

theses.fr – Blanche Delaborde, Image, son, écrit : Les onomatopées et les impressifs japonais (giongo et gitaigo) dans les mangas depuis l'après-guerre

more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

theses.fr – Olivier Malosse, Garo eiga les relations entre cinema et manga ind2pendants dans le japon des annees 60 a nos jours

more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

theses.fr – Eva Robillard-krivda, La representation de l'enfance dans l'art contemporain japonais.

more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

theses.fr – Gaël Kervizic, Nationalisme et révisionnisme dans les manga : l'exemple de kobayashi yoshinori et de yamano sharin.

more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

Is exposure to media violence a public-health risk? : The Lancet

Is exposure to media violence a public-health risk?. By - The Lancet
more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

Flow

Flow | Mass Culture | Culture de masse | Scoop.it

Flow is an online journal of television and media studies launched in October 2004. In our nine-year history, we have published over 1200 columns by over 600 authors from around the U.S. and the world. Flow’s mission is to provide a critical forum where scholars, teachers, students, and the general public can read about and discuss the changing landscape of contemporary media at the speed that media moves.

 

Flow is a project of the Department of Radio-Television-Film at the University of Texas at Austin. Flow is coordinated and edited by graduate students in the Department of Radio-Television-Film and is published bi-weekly.

more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

.: LaSpirale.org :.

.: LaSpirale.org :. | Mass Culture | Culture de masse | Scoop.it
Cyberculture, pop culture, contre-culture et subcultures du 3eme Millenaire... La Spirale - Un eZine pour les Mutants Digitaux !
ArianeBeldi's insight:

L'ezine des mutants digitaux! Un titre intrigant, non?

more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

Le piratage a forcé l'animation japonaise à se réinventer en France

Le piratage a forcé l'animation japonaise à se réinventer en France | Mass Culture | Culture de masse | Scoop.it
Le téléchargement gratuit de séries et de films d'animation japonais par les Français amène les éditeurs à adapter leur distribution.
ArianeBeldi's insight:
Je ne peux évidemment pas faire l'impasse sur ce très intéressant article du Monde concernant l'adaptation des éditeurs francophones d'animation japonaise aux pratiques culturelles de leurs publics. En effet, il montre que les publics d'animes ont en commun avec ceux des séries en général le refus de certains aspects de la logique télévisuelle et de l'attente entre épisodes qui s'accomode assez mal des contraintes liées à la circulation mondiale de ces contenus. A certains égards, les séries sont en train de tuer la télévision qui leur a donné naissance et les chaînes se transformeront probablement de plus en plus en serveur de stockage de contenus vidéo à visionner à la demande. En effet, il apparaît de plus en plus que les publics ne sont pas vraiment attachés aux diffuseurs, mais aux séries qui étaient pourtant supposées leur assurer la loyauté des audience au travers de rendez-vous récurrents. Si ces programmes sont disponibles sur d'autres plateformes, plus ou moins gratuites, plus rapidement, les gens préférent alors se tourner vers celles-ci. Pour retrouver leur public d'"antant", il se peut que les chaînes doivent remettre franchement le direct au goût du jour. Il me semble en effet que c'est le dispositif le plus adapté à l'exigence d'immédiateté qui traverse une bonne partie des activités quotidiennes des gens, y compris dans le domaine du divertissement audiovisuel. De plus, je crois qu'avec une offre de vidéo à la demande toujours plus étoffée et adaptée aux pratiques des divers publics, l'achat de séries sur des supports matériels va continuer à décroître, mais il ne disparaîtra pas, comme le prédisent certains. En effet, le DVD est certe jeune (et le blu-ray encore plus), mais il s'inscrit dans des pratiques déjà anciennes, notamment la constitution de vidéothèques personnelles (depuis les années 80) et la cinéphilie (depuis au moins 50 ans). Or, celles-ci ont généré des publics, certes quantitativement minoritaires, mais pas insignifiants en terme de pouvoir d'achat et d'influence culturelle. J'irais même jusqu'à dire qu'ils ont une certaine importance si on les replace dans la photographie plus générale de l'évolution actuelle des audiences vers une fragmentation toujours plus fine au point que l'on peut dire que l'on a plutôt une myriade de publics de niche, là où l'on avait essentiellement un "grand public" de masse et quelques publics élitistes hyper-minorisés. Ces personnes continueront de vouloir "posséder" leur contenu sous une forme tangible, rendant possible leur collection aux côtés d'autres marchandises culturelles, comme les livres ou les CD de musique. La logique d'accès proposée par la plupart des modèles commerciaux de vidéo à la demande (ou de musique ou de livre ou d'articles à la demande) ne saurait les satisfaire, dans la mesure où même s'ils peuvent se constituer des "listes" de titres dans des bibliothèques virtuelles, celles-ci restent sous le contrôle des détenteurs des droits sur ces contenus, qu'ils peuvent donc retirer des "rayons" quand ils le veulent. C'est d'ailleurs en cela que l'on parle plutôt de listes que de réelles collections. La possibilité malgré tout de télécharger définitivement des séries et des films sur un disque dur, proposée par certains prestataires, ne saurait non plus contenter une bonne part de ce public qui ne collectionne pas uniquement un "contenu", mais des "œuvres", et qui apprécient le fait que les éditions DVD, grâce aux avantages du disque optique, puissent proposer non seulement une expérience sensorielle de bonne qualité, mais aussi des contenus additionnels ainsi qu'un choix de langues. Ce qui n'est généralement pas le cas des "contenus" proposés en téléchargement permanent. De fait, les différences de pratiques sont à mettre en relation avec la manière dont les divers publics conçoivent ces contenus audiovisuelles, notamment les séries TV. Il m'est ainsi apparu, dans le cadre de ma thèse, que les plus enclins au téléchargement ou à l'achat d'éditions peu coûteuses d'animes étaient ceux qui restaient le plus dans la logique culturelle de la série TV, soit un contenu éphémère, destiné uniquement à un divertissement passager et perdu dans un flot d'images toutes aussi peu valorisées. Ces gens ne voient pas pourquoi ils dépenseraient une somme conséquente pour accéder aux épisodes de ces récits en séries. Même lorsqu'ils se disent "fans" de celles-ci. Pour eux, cela reste simplement un bon divertissement. Ils sont probablment les principaux preneurs de l'offre de vidéo à la demande et risquent même de rester dans une optique de gratuité, dans la mesure où ils ont toujours perçu les séries TV comme des contenus sans grande valeur monétaire, puisqu'ils n'avaient jamais besoin de débourser quoi que ce soit pour les regarder. Plus précisémment, ils payaient une redevance ou même un forfait renouvelable (pour les chaînes privées) qui comprenait l'ensemble des contenus. Et l'on sait que c'est avant tout la publicité qui paie le gros de la facture de production. Ce sont certainement ceux qui ont le plus recours aux services légaux d'accès gratuit aux animes, sans transformer ces expériences en achat. Ceux qui veulent un service de qualité, notamment une garantie de régularité dans la diffusion des épisodes, mais qui refusent payer le prix d'une collection, auront très certainement recours aux abonnements payants de vidéo à la demande, afin de pouvoir suivre leurs animes préférés, un peu comme à la TV, mais selon leurs horaires. Mais, ils restent dans la logique de la temporalité contrôlée par le diffuseur. Mais, leur pratique change aussi significativement le statut de la télévision à la fois en tant que média et comme dispositif technique, puisqu'ils font en partie fusionner le Web, l'ordinateur et le poste de télévision. En effet, les services de vidéo à la demande sont généralement disponibles sur tous les écrans et passent par Internet. Et ceux qui considèrent que certaines séries peuvent constituer des œuvres à part entière, bien que des œuvres potentiellement très longues et donc coûteuses à obtenir, continueront de les acheter en DVD, voir en blu-ray, afin de pouvoir en collectionner les épisodes. Certains poussent d'ailleurs la chose jusqu'à n'acheter que des éditions "spéciales" ou "collector", généralement 20-30% plus chères que les éditions "simples" afin de pouvoir conserver ces œuvres dans de beaux objets rendant justice à leur qualité et d'avoir accès à des contenus additionnels permettant d'étendre l'expérience de ces univers narratifs dans d'autres domaines. Il me semble donc que nous nous dirigeons plus vers une multiplication des produits audiovisuels et des dispositifs d'accès et d'affichage que vers une convergence sur un seul type de plateforme. Cela rendra bien entendu la tâche plus compliquée aux entreprises d'édition qui tentent de comprendre les pratiques de leurs publics et de s'y adapter. D'autant plus difficile que certains changements dans les usages peuvent être assez rapides.
more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

Accueil | Série Series, les rencontres de Fontainebleau

Accueil | Série Series, les rencontres de Fontainebleau | Mass Culture | Culture de masse | Scoop.it
ArianeBeldi's insight:

De toutes évidences, les séries ne sont plus du tout considérées comme un type de programme commercial et mineur. Elles gagnent leur titre de noblesse au-travers de l'intérêt qu'elles suscitent non seulement chez les critiques autorisés, mais aussi chez les universitaires et quand elles se voient consacrées des festivals et autres événements de type congrès. Reste à voir si elles gagneront finalement le coeur des adeptes de la vieille école (les séries, c'est nuls, mal faits et totalement inintéressant)!

more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

Arrêtez de regarder les séries télé à la chaîne! | Slate

Arrêtez de regarder les séries télé à la chaîne! | Slate | Mass Culture | Culture de masse | Scoop.it
Loin d'être le meilleur moyen de rattraper son retard sur une œuvre qui compte déjà plusieurs saisons ou de s'immerger dans un univers, cela détruit ce qui fait l'intérêt même d'une série.
ArianeBeldi's insight:

L'article date un peu, mais je le reprends quand même parce qu'il est sur la même longueur d'onde que ma thèse. J'ai en effet travaillé sur la manière dont l'édition DVD d'une série TV peut la transformer en oeuvre audiovisuelle à part entière, en la détachant totalement de sa matrice médiatique originelle, la télévision et sa logique de rendez-vous collectif ainsi que de programmation commerciale. Et il apparaît qu'une petite partie de mon corpus tend vraiment vers cette forme de réception des séries, tandis que le reste considère le DVD comme une simple prolongation de l'expérience TV, permettant essentiellement de s'affranchir de la grille horaire et d'avoir une expérience individuelle à sa convenance plutôt que collective. Pour le premiers, la série éditée en DVD devient un ensemble cohérent qui forme un tout indissociable, tandis que pour les seconds, elle demeure un récit épisodique qui s'écoule selon un certain rythme à respecter. Cette fracture semble aussi apparaître dans cet article entre l'auteur qui veut respecter le format de ce type de narration (la segmentation en épisode et en saisons) et les personnes qu'il critique ainsi que certains commentateurs qui ne voient pas pourquoi ils devraient absolument respecter cette segmentation temporelle.

more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

Rencontre avec Victor Kislyi, CEO de Wargaming.net pour World of Tanks

CEO de Wargaming.net, Victor Kislyi explique le succès de World of Tanks et des MMO Free to Play dans le marché des jeux en ligne dans une interview d'IG
more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

theses.fr – Lingzi Ding, Le genre variety à la télévision japonaise et la société japonaise contemporaine. approches historique, communicationnelle, culturelle

La thèse que j'envisage porte sur les programmes de variétés japonais appelés variety (/baraetei/). ces programmes sont un mélange d'expressions culturellement reconnaissables, tant sur le plan comportemental que verbal.
more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

theses.fr – Clothilde Sabre, Le neojaponisme ou la passion pour la culture pop japonaise comme forme de construction identitaire dans le cadre de la mondialisation.

Cette recherche ethnologique se base sur l'hypothèse suivante : le contexte de la mondialisation engendre des formes inédites de constructions identitaires basées sur des représentations interculturelles.
more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

theses.fr – Olivier Vanhee, Les manieres de lire un manga : une enquete sociologique sur la reception des bandes dessinees japonaises et sur ses variations selon les contraintes, les contextes et l...

more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

theses.fr – Julie Azuma, Influence des mangas, vidéos, des dessins animes japonais sur la vie sexuelle des consommateurs maniaques (otaku) : comparaison entre le japon et la france.

Des études s'intéressant à la sexualité de la jeune génération japonaise ont révélé que le phénomène '' sans rapports sexuels '' s'est retrouvé chez de nombreuses personnes.
more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

theses.fr – Julien Morello, La peur dans la bande dessinee japonaise d'auteur : artistes, editeurs et lecteurs.

more...
No comment yet.
Scooped by ArianeBeldi
Scoop.it!

theses.fr – Emilie Lechenaut, Manga et animation japonaise : Interculturalité, questions d’identité et modèles d’autorité

Le terme manga a été utilisé pour la première fois en 1814, par le peintre Hokusaï Katsuhika pour désigner ses travaux. Littéralement, ce terme signifie « esquisse rapide » ou encore « image dérisoire ».
more...
No comment yet.