Immobilier : un commencement de doute | Marché Immobilier | Scoop.it
Au sommet, les prix parisiens semblent marquer le pas. Incertitudes économiques et matraquage fiscal bousculent les investisseurs malgré des taux bas et des besoins importants.

...dans sa note de conjoncture de juin, le réseau d’agences Laforêt nous prédisait « un marché raisonné » pour 2011. Les notaires confirment une très légère baisse des prix en province au deuxième trimestre. L’Insee relève une progression de 1 % sur la période pour l’ensemble du pays dans l’ancien et même une légère baisse pour les maisons.Paris n’est donc pas la France. Encore que… Les notaires parisiens, au vu des compromis de vente qui se traduiront par des actes authentiques d’ici à la fin de l’année, annoncent que même la capitale pourrait s’assagir : les prix auraient baissé de 1,2 % en juillet...

Le marché est sur une ligne de crête et les vendeurs viennent de s’attirer les foudres de Bercy. Après le “coup de rabot” sur le Scellier pour l’an prochain, les investisseurs locatifs doivent encaisser la réforme des plus-values immobilières, qui, contrairement à ce que l’on voudrait parfois nous faire croire, ne concerne pas seulement les résidences de quelques cadres aisés dans le Lubéron. C’est tout l’investissement locatif qui est concerné par le doublement de la durée au-delà de laquelle l’exonération de la plus-value est totale. Ce sont aussi les terrains constructibles, matière première de l’industrie du logement...

Heureusement, souligne Olivier Bokobza, directeur général de BNP Paribas Immobilier résidentiel, ce qui protège l’immobilier, c’est le niveau des taux d’intérêt. Et, contrairement aux craintes exprimées çà et là, les banques françaises ne vont pas se retirer du marché du crédit immobilier. C’est leur premier métier pour les particuliers et leur meilleur outil de conquête et de fidélisation de la clientèle. Crédit bon marché et demande de logements supérieure à l’offre, quand les effets du Scellier se seront estompés l’an prochain, font que le coup de blues attendu pour la fin de l’année sur les prix pourrait bien n’être qu’éphémère. David Victoroff...


Via Jean-François Jagle