Maraîchage: quoi ...
Follow
Find
9.4K views | +14 today
Maraîchage: quoi de neuf?
Les nouvelles concernant le maraîchage
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

01/07/2015 Le groupe Mandar lance son Académie du fruit et légume à Rungis

Le 29 juillet prochain, la campagne de l'ail français sera lancée à Rungis (cf. fld hebdo du 24 juin) dans la toute nouvelle Académie du fruit et légume, conçue et réalisée par le groupe Mandar, sur le marché de Rungis. Ce nouveau lieu, installé dans ses locaux, se donne comme objectif de promouvoir la connaissance et le savoir-faire liés aux fruits et légumes français, au travers de formations et d'événementiels. « L'idée de créer un rendez-vous académique, un lieu où l'information et les usages soient partagés en ce qui concerne les fruits et légumes avait été déjà évoquée dès le regroupement des activités de Mandar sur sa nouvelle plate-forme en 2004 », explique Serge Faruch, responsable marketing. L'évolution de l'entreprise, avec entre autres la reprise de Jardins du Midi et le développement de nouvelles gammes de produits, avait mis le projet au second plan. En 2013, il a refait surface. « Le groupe voulait disposer d'un espace pour créer un lien d'échanges avec les chefs étoilés mais aussi avec la grande distribution », précise Serge Faruch. L'Académie du fruit et légume est installée au cœur de la plate-forme de Mandar.

L'Académie du fruit et légume est installée au cœur de la plate-forme de Mandar et se compose de deux salles.

Elle se compose d'une première salle équipée d'une cuisine avec îlot central de démonstration entièrement équipée. Là, une quinzaine de stagiaires peuvent être accueillis avec deux formateurs. L'espace est complété par une “Table du chef”, un comptoir avec des tabourets hauts, pour la présentation des plats... Cette salle de démonstration dispose aussi d'un équipement vidéo complet. Une seconde pièce de 50 m2 , qui fait office de salle de réunion, est dédiée aux aspects pédagogiques. L'Académie du fruit et légume va dispenser des formations intra-entreprises pour les forces de vente (assortiment, référencement...) et pour les professionnels de la restauration (corbeilles, fraîche découpe...). « L'Académie n'a pas vocation à se substituer aux autres formations dans la filière, précise Serge Faruch, mais à valoriser les fruits et légumes et préserver les traditions des métiers de bouche. »

Philippe Gautier
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

La tomate « Cœur de bœuf », nouvelle filière qualité lancée par Carrefour

C’est parti ! Les premières tomates «cœur de bœuf » issues de la filière qualité de Carrefour sont depuis ce mardi 30 juin 2015 disponibles dans 1200 hypermarchés et supermarchés Carrefour Market.

Annoncée par le distributeur en mai 2015 à l’occasion du salon de l’agriculture d’Aquitaine, cette nouvelle filière est développée en partenariat avec la coopérative Rougeline, implantée à Marmande dans le Lot-et-Garonne.  Au total, cinq producteurs  de Rougeline devraient cette année produire près de 250 tonnes de tomates sous abri sans avoir recours aux pesticides, herbicides et fongicides.

Outre ce cahier des charges, la contractualisation entre l’enseigne Carrefour et Rougeline pour une période de trois ans porte sur les volumes et les prix aux producteurs fixés pour l’ensemble de la saison (de juillet à septembre)

Chaque année, l’enseigne Carrefour vend 70 000 tonnes de tomates. « Il s’agit d’un des fruits les plus vendus et qui fait, avec 20 à 25 références  par magasin, l ‘objet d’une très large gamme », explique Matthieu Lovery, directeur offre et sourcing fruits et légumes de l’enseigne.

LA QUÊTE DE GOÛT MAIS PAS SEULEMENT

La tomate cœur de bœuf filière qualité est conditionnée en barquette de trois fruits pour un grammage de 600 grammes au minimum au prix de vente conseillé de 2,50 à 2,95€.

Lancées au début des années 90, les filières qualité de Carrefour, dans lesquelles près de 20 000 producteurs sont engagés, contribuent désormais à  20% des volumes des produits frais. L’enseigne a développé au total 90 filières qualité, dont une quinzaine dans les fruits et légumes.  Avec la tomate cœur de bœuf, le brocolis breton cultivé sans herbicide figure parmi les dernières filières développées.

« Au-delà du produit et de la quête du goût, les consommateurs manifestent un intérêt de plus en plus fort pour l’agro-écologie. Nous devons être en mesure de répondre à leurs attentes par le développement de ces filières », insiste Matthieu Lovery.

En 2014, les produits issus des filières qualité Carrefour ont vu leurs volumes progresser de 20%
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Les Français développeront la filière maraîchère fruits & légumes en Algérie

Les Français développeront la filière maraîchère fruits & légumes en Algérie
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Les Usages Orphelins au Parlement Européen - ForumPhyto

Les Usages Orphelins au Parlement Européen - ForumPhyto | Maraîchage: quoi de neuf? | Scoop.it
19 organisations professionnelles européennes, regroupées dans l’AFCRT[1], et Anthea McIntyre, Parlementaire Européenne du Royaume-Uni, ont organisé une réunion au Parlement Européen. Ils appellent « l’UE à une politique cohérente pour protéger les plantes, y compris pour les usages mineurs (orphelins) »

Voir la présentation (in English) faite lors de cette réunion, incluant :
– Le point de vue des producteurs agricoles, par Luc Peeters, Copa-Cogeca. Il a insisté sur la nécessité d’harmoniser activement et rapidement la réglementation phytosanitaire européenne
– Le besoin de « facteurs de transformation » (Limites de résidus dans les produits transformés), par Nathalie Lecoq, Fediol
– Le point de vue du commerce, par Katharina Keimelmayr, Coceral, et Egle Eimontaite, Freshfel. Elles ont souligné à quel point la grande confusion concernant la réglementation phytosanitaire européenne, en particulier en matière de résidus, est source de défiance des GMS et de blocages commerciaux.
– Le point de vue des producteurs de produits de protection des plantes, par Jean-Charles Bocquet, Ecpa. Il a montré en quoi la lourdeur et la lenteur administrative d’une part, et les incertitudes réglementaires d’autre part, entravent le travail de recherche et d’innovation des firmes phytosanitaires.
La réunion s’est ensuite poursuivie par un échange de vues avec Wolfgang Reinert, chargé du dossier phytosanitaire à la DG Santé (Commission Européenne) et une discussion générale

Un appel pour une politique européenne cohérente

Lors de la réunion, l’AFCRT a diffusé l’appel rédigé quelques mois plus tôt et dont nous avons déjà rendu compte ici sur ForumPhyto.
Voir l’appel (in English, en français, en español)
Dans cet appel, l’AFCRT fait plusieurs recommandations à l’Union Européenne, dont celles de :
– garantir avec les États membres que l’un des principaux objectifs du Règlement CE/1107/2009, à savoir l’harmonisation de l’autorisation d’utilisation, soit mis en œuvre, sans restrictions additionnelles excessives nationales
– élaborer des lignes directrices visant à favoriser l’harmonisation et la reconnaissance mutuelle.
– fournir des critères et lignes directrices appropriés pour les « produits à faible risque ».
– fournir des lignes directrices pour garantir que l’« évaluation comparative » des produits soit réalisée de manière harmonisée et pratique, sans distorsion de la concurrence et des échanges.
– exhorter les États membres à être particulièrement attentifs aux utilisations mineures et à prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir les « cultures orphelines ».

Par un Communiqué de Presse (in English), l’AFCRT a résumé tous les points évoqués lors de la réunion au Parlement Européen. Nigel Thorgrimsson, vice-président, y résume le point de vue de l’AFCRT : « Il y a un besoin urgent de solutions pour assurer la compétitivité de l’ensemble de la chaîne agro-alimentaire et la fourniture de produits de haute qualité pour les consommateurs européens. Pour s’assurer de la disponibilité de solutions convenables de protection des plantes, un cadre réglementaire européen qui permette l’innovation est indispensable »

Notre conclusion

Le règlement 1107/2009, en vigueur depuis 2011, porte la promesse au niveau européen d’une harmonisation des homologations et d’une facilitation des autorisations pour les usages orphelins. Dans les faits, les lenteurs bureaucratiques, la volonté des Etats Membres de délivrer eux-mêmes les autorisations et la pression environnementaliste anti-pesticides par principe, entravent sa mise en œuvre concrète. Ceci entraîne des impasses règlementaires, en particulier pour les cultures de spécialité, dont les fruits et légumes, des distorsions de concurrence graves entre Etats Membres, et des effets contreproductifs sur l’environnement (par exemple mauvaise gestion des résistances) et la santé des consommateurs (fruits et légumes moins diversifiés et plus chers).
Les 19 organisations de l’AFCRT restent plus que jamais mobilisées pour que l’harmonisation, la simplification et la raison l’emportent dans le respect de la sécurité des aliments et de l’environnement. Un tel évènement a permis de redynamiser le dialogue avec les parlementaires européens et la Commission sur ce sujet.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Arrivée d’un animateur terrain à la SIPMM oignon

En 2015, la Section Interprofessionnelle de Première Mise en Marché (SIPMM) Oignon accueille un animateur terrain, pour renforcer son action.
Il aura pour mission d’être une véritable interface à l’écoute des professionnels de la filière oignon, l’interlocuteur privilégié sur le terrain tant en termes de besoins émis par les adhérents, qu’en termes d’informations sur les actions déployées par la SIPMM. Ceci pour répondre aux missions de la Sipmm : pour une meilleure connaissance du marché et pour la promotion du produit. Ce rôle sera confié à Rémi Javernaud (Hexavalor) qui intervient par ailleurs sur d’autres missions de la filière.
L’action collective menée par la SIPMM a permis d’obtenir des avancées concrètes depuis sa création en 2011. En effet, « la concertation et les échanges entre les métiers de la filière de la production à l’expédition ont permis d’améliorer la visibilité des volumes disponibles, des calibres et de la qualité des produits » constate Thierry Martin, vice-président SIPMM Oignon. Aujourd’hui, la filière est écoutée et reconnue par les autres pays européens producteurs d’oignon. Ainsi, la SIPMM est un interlocuteur de poids grâce au discours concerté et commun des acteurs de la filière, qui sont force de proposition. Sur le champ de la promotion du produit, la toute première campagne de communication conduite par la SIPMM, l’opération « Les Semaines Aux P’tits Oignons », a connu un grand succès pour sa première édition en octobre 2014 et sera reconduite du 12 octobre au 15 novembre 2015.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Concurrence espagnole déloyale pour les primeurs

À la demande de la Coordination Rurale, l’Union nationale des syndicats de détaillants en fruits, légumes et primeurs (UNFD) est intervenue, mercredi 17 juin à Tarbes lors d’un point presse, sur un phénomène présent depuis 2-3 ans et qui semble prendre de l’ampleur: la recrudescence de vendeurs espagnols "douteux" écoulant leurs fruits et légumes à des prix excessivement bas en Midi-Pyrénées, explique Mihaela Streanga, juriste à l’UNFD, qui complète:
 

"La région Midi-Pyrénées a été la première touchée, lié à sa proximité avec l’Espagne, mais certains de nos adhérents nous ont rapporté que le phénomène touche désormais la Dordogne. Partout en France, les ventes illicites de fruits et légumes au bord des routes ou sur les marchés sont un vrai problème. Elles créent une concurrence déloyale pour nos primeurs français, qui remplissent leurs obligations professionnelles, notamment les cotisations sociales."

Pêches : 0,50 à 1,50 euro/kg

En Midi-Pyrénées, après les ventes de pêches-nectarines en été et d’agrumes en hiver, les vendeurs "douteux" venant d’Espagne diversifient de plus en plus leur offre de fruits et légumes, notamment tomates ou concombre, et toujours à des prix excessivement bas, souligne Mihaela Streanga:
 

"Le kilo de pêche-nectarine peut être vendu entre 0,50 et 1,50 euro! À ces prix, nous pouvons nous demander si ces vendeurs s’acquittent des impôts en France, et de leurs différentes charges. Qu’en est-il du respect des normes d’affichage, de l’hygiène et de la traçabilité des produits?"

Renforcer les contrôles

L’UNFD demande des contrôles approfondis sur le statut des vendeurs, l’origine de la marchandise, le paiement des charges fiscales et sociales. Elle demande également une révision des règlements de marché pour encadrer le nombre de vendeurs de fruits et légumes, qu’ils soient commerçants, producteurs ou itinérants et pour professionnaliser le secteur. L’UNFD demande également une réelle prise de position des pouvoirs publics pour protéger les entreprises et les emplois en France.
 
Déjà l’an dernier, l’UNFD et la Coordination Rurale avaient sollicité par courrier les élus de la région Midi-Pyrénées ainsi que des élus nationaux face au problème. Cette année encore des courriers vont être envoyés, afin d’informer les politiques, en les cosignant CR/UNFD explique Mihaela Streanga. Les autres syndicats agricoles ne se sont pour l’heure pas rapprochés de l’UNFD et aucune réponse n’a été formulée par les élus suite à la conférence de presse du 17 juin 2015.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Légumes d'industrie : la France perd en compétitivité

La consommation française de légumes en conserve et surgelés a reculé de 2 % en volume en 2014 par rapport à l'année précédente. Les industriels tentent de se tourner vers l'exportation, sans grand succès.
 
Sur dix ans, la consommation globale a diminué de 7 %. Concernant les surfaces, elles sont stables par rapport à l'année précédente, avec 69.500 ha, mais en baisse de 4 % par rapport à l'année 2005. « Cela reste la surface la plus faible depuis une trentaine d'années », a précisé mardi Luc Desbuquois, président de Cenaldi, l'association d'organisations de producteurs de légumes de plein champ à destination industrielle. Les taux d'abandon de l'activité sont en effet élevés pour les haricots verts, les pois et les mélanges de pois et carottes qui représentent 80 % des volumes de la filière (sans compter le maïs).
 
Les volumes de légumes en conserve exportés sont stables mais les importations ont progressé de 4 %. Le solde des échanges s'est dégradé en volume et en valeur. Pour les surgelés, le constat est le même. Les importations sont supérieures aux exportations. Ainsi, la France perd en compétitivité. La filière réclame une homogénéisation de la réglementation européenne. « La mise en place d'un vernis de substitution au bisphénol A, interdit seulement en France, a engendré un surcoût des emballages de 5 % », témoigne Philippe le Masle, président de la Fédération française des industries d'aliments conservés.
 
 
« On ne fait pas le poids face à la distribution »
 
Les négociations avec l'aval de la filière sont aussi délicates. « Quatre géants de la grande distribution se partagent l'essentiel du marché ; on ne peut pas faire le poids ». La filière fait aussi face à une méfiance de plus en plus grande des consommateurs envers les transformations industrielles des fruits et légumes.
 
Sébastien Couderc, conseiller du ministre de l'Agriculture en charge des filières végétales et des biocarburants, a répondu aux revendications de la filière. Il a reconnu la problématique de la distorsion de concurrence mais a insisté sur la nécessité de satisfaire les préoccupations de la société. « Il faut transformer ces désavantages en atouts pour se différencier et valoriser les productions », a-t-il affirmé.
 
Claire Faure
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Reconduction de la campagne de sensibilisation en 4e gamme / LES PRODUITS - LINEAIRES, le magazine de la distribution alimentaire

Le syndicat des fabricants de 4e gamme renouvelle pour la deuxième édition son opération « Au frais je reste belle plus longtemps » afin de sensibiliser les consommateurs au respect de la chaîne du froid pour la conservation de la salade en sachet.


« Une heure de frais perdue, c'est un jour de conservation en moins ». Le message est clair et facilement mémorisable.

Orchestrée par le Syndicat des fabricants de produits végétaux frais prêt à l’emploi (SFPAE), auquel adhèrent les trois principales marques de 4e gamme (Florette, Bonduelle et Les Crudettes), l'opération d'information des consommateurs est reconduite à partir de juin et pour tout l'été. 100.000 sacs isothermes seront gratuitement mis à disposition des clients de 2000 points de vente.

L'objectif de cette campagne est l'information des clients pour augmenter leur satisfaction et inciter au réachat. Malgré leurs efforts sur le plan du processus industriel ou de la sélection variétale, les fournisseurs constatent que la dégradation de leur produit est le résultat d'un mauvais traitement par le consommateur. Pour éviter toute déception chez le client final, les industriels souhaitent le sensibiliser aux bonnes pratiques de conservation.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Agenda technique chargé cet été dans le Sud-Est !

Agenda technique chargé cet été dans le Sud-Est ! | Maraîchage: quoi de neuf? | Scoop.it
L'Arboriculture Fruitière et Culture Légumière couvriront certains événements, mais pas tous. Alors à vos agendas pour ne pas manquer les journées techniques et portes ouvertes qui vous intéresse dans le secteur Sud-Est. Les liens vers les programmes vous permettent également de vérifier s'il y a des dates limites d'inscription.

Les temps forts en arboriculture

Jeudi 25 juin à 14h: réunion cerise organisée par le domaine expérimental La Tapy au CTIFL de Balandran. Au menu, présentation variétale, porte-greffe, mode de conduite, mouche de la cerise et Drosophila suzukii, visite d'essai. Lien vers le programme.
Mardi 21 juillet à 14h: réunion technique abricot - pêche - nectarine précoce et de saison, organisée à la station de la Serfel. Lien vers le programme.
Jeudi 27 août, 9h-12h: matinée technique d'information pomme au CEHM de Marsillargues. Visite commentée des essais: des variétés à l’éclaircissage, des porte-greffe à la conduite, des systèmes de vergers en PFI à l’agriculture biologique. Une première information sur les prévisions de récolte européennes sera également faite. Plus d'info: cehm@cehm.net, 04 67 71 55 00
Mardi 8 septembre à 14h: synthèse variétale abricot et bilan phytosanitaire, organisée avec la Serfel au CTIFL de Balandran. Lien vers le programme.
Jeudi 10 septembre à 14h: synthèse variétale pêche, point Écophyto, qualité organoleptique et bilan phytosanitaire, organisée avec la Serfel au CTIFL de Balandran. Lien vers le programme.
Les temps forts en maraîchage

Mardi 30 juin 2015, à partir de 17h: portes ouvertes d'été en maraîchage sur la station du Grab. Cultures sous abris: bandes fleuries entre les tunnels, collections variétales en poivron carré et patate douce, essai palissage en poivron, effet de différents engrais verts d’hiver avant une culture de melon sous abris. Cultures de plein champ: test de différents produits contre pucerons sur melon, collections variétales en petite courge et en tomate traditionnelle. Lien vers le programme.
Jeudi 2 juillet: portes ouvertes "Légumes hors-sol et en sol" au CTIFL de Balandran. Tomate hors sol, melon, fraise, légumes sous abris et courgette plein champ. Inscription avant le 26 juin, plus d'info: Pascal@ctifl.fr, 04 66 01 10 54
Mardi 7 juillet, 9h-12h: matinée d'information technique melon au CEHM de Marsillargues. Premiers résultats d'essais variétaux 2015, visite aux champs, présentation des fruits. Lien vers le programme.
Mardi 7 juillet à 14h: journée porte ouverte sur le thème "Fertilité des sols: du choix des outils au meilleur profil" à la station Serail dans le Rhône. Au menu: étude de profils de sols par C. Barnéoud, ateliers thématiques, présentation des essais en cours, échange entre professionnels. Pour obtenir le programme: station.serail@wanadoo.fr, 04 78 87 97 59
Jeudi 8 octobre: Journée nationale Salade au CTIFL de Balandran. Plus d'info: Pascal@ctifl.fr, 04 66 01 10 54
Vie de filière F&L

Du 30 juin au 2 juillet: la finale du concours Ecotrophelia au Palais des papes d'Avignon, récompensera les meilleures innovations alimentaires imaginées par les étudiants des établissements d’enseignement supérieur français. Parmi les sept prix en lice, Interfel décernera celui de l'Innovation Fruits & Légumes. Plus d'info: le communiqué / Les projets retenus pour la finale.
Du 23 au 24 septembre: cinquième édition du salon Tech&Bio à Valence, dans la Drôme. Au menu: conférences, événements internationaux, démonstrations en plein champ, techniques, visites d'exploitations. Info pratique et programme sur www.tech-n-bio.com.
Jeudi 10 décembre, 9h15-17h30: journée biocontrôle en fruits et légumes au CTIFL de Balandran, co-organisée avec le Gis PicLég et le Gis Fruits. Lien vers le programme.
Côté Festival d'Avignon:
Samedi 4 juillet à 11h30 : Le Civam Paca propose des tarifs réduits de 8€ (au lieu de 17€) pour la représentation théâtrale de "Femme de Fermes", prix Coup de cœur du Club de la presse à Avignon en 2012. La pièce aura lieu au théâtre de l'Alizé dans le cadre du Festival d'Avignon. Info pratique: Réserver avant le 26 juin en envoyant un e-mail à resacivam.fdf.4juillet2015@gmail.com. Préciser votre (vos) nom(s), le nombre de places souhaitées, et un numéro de portable où vous joindre. Bande annonce de la pièce.
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from Actualités agricoles en Midi-Pyrénées
Scoop.it!

Ail rose : nouvelles contraintes

Ail rose : nouvelles contraintes | Maraîchage: quoi de neuf? | Scoop.it
«Zone vulnérable et ail rose», tel était le thème développé lors de la dernière assemblée générale de l'Ail rose par Cécile Fraysse, intervenante de la chambre d'agriculture. Il s'agissait d'informer de la nouvelle réglementation sur les ...

Via veille_crmp
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Les surfaces reculent mais les rendements augmentent

En France les surfaces dédiés aux melons pour la campagne 2015 couvrent  13 100 hectares, soit - 3 % par rapport aux superficies de la campagne 2014.
 
D'après les données d'Agreste (Ministère de l'Agriculture) les cultures sous serres représentent 700 hectares, les cultures sous abris bas 6 000 hectares et les cultures en plein air 6 300 hectares.  Les surfaces de production sont réduites de 450 hectares par rapport à l'année précédente et de 1 300 hectares par rapport à la moyenne 2010-14.
 
La production 2015  est estimée à 242 600 tonnes, soit un repli de - 1 % sur 1 an et de -9 % par rapport à la moyenne 2010-14. Le pic de production est prévu au-delà du 14 juillet.
 
source : agreste agriculture gov fr
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Le biocontrôle en fruits et légumes (journée CTIFL à Balandran) - ForumPhyto

Le biocontrôle en fruits et légumes (journée CTIFL à Balandran) - ForumPhyto | Maraîchage: quoi de neuf? | Scoop.it
Le 10 décembre 2015, le CTIFL[1] organise à la station de Balandran une journée sur le biocontrôle : réglementation, marché du biocontrôle, place du biocontrôle en fruits et légumes…

Présence de stands de firmes proposant du biocontrôle.

Voir le programme provisoire.

[1] Centre Technique Interprofessionnel Fruits et Légumes
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from Protection phytosanitaire des fruits et légumes
Scoop.it!

Pour sourire (jaune) : Ségolène Royal et BFM-TV : un cocktail d’incompétences !?

Pour sourire (jaune) : Ségolène Royal et BFM-TV : un cocktail d’incompétences !? | Maraîchage: quoi de neuf? | Scoop.it

"

Quand BFM-TV fait un « Grand-Angle » sur le Roundup, on a intérêt à ne pas tout croire.
Le 16 juin 2015, Ségolène Royal fait une opération de com dans une jardinerie : elle retire elle-même tout ce qui est « désherbant radical » des rayons, parce que « C’est très mauvais ».

Elle vante ensuite les produits « naturels », oubliant d’ailleurs de préciser qu’il n’y a pas aujourd’hui de désherbant « naturel ».
Et, montrant des emballages de bouillie bordelaise, elle déclare: « C’est remis au goût du jour.C’est biologique et nos parents, grands-parents et arrière grands-parents utilisaient déjà la bouillie bordelaise ». Oubliant de préciser que la bouillie bordelaise doit être utilisée avec parcimonie du fait de son accumulation dans les sols et de sa toxicité pour les organismes du sol.

Ensuite BFM-TV interviewe François Veillerette, militant écologiste (au moins il est présenté objectivement), et Gilles-Eric Séralini, « professeur de biologie moléculaire », dont on oublie de dire que, lui aussi, il est d’abord militant écologiste et complètement discrédité en tant que scientifique au niveau mondial.

Petit intermède avec l’interview de Yann Fichet, porte-parole du Groupe de travail glyphosate (industriels mettant en marché le glyphosate)

Mais, par les images, BFM-TV rajoute encore une couche d’incompétence. Les deux illustrations vidéos sur l’utilisation agricole du Roundup sont :
– Un atomiseur pulvérisant un produit (probablement fongicide) sur le feuillage d’arbres fruitiers. Il faut croire que l’arboriculteur voulait faire mourir ses arbres…
– Un incorporateur de lisier dans le sol (un bon moyen d’utiliser le lisier en réduisant les odeurs). BFM confond pesticides et fertilisation organique…
C’est un peu comme si, pour illustrer l’exploration de Mars, on montrait le Salon de l’Automobile."


Via ForumPhyto
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Comment se passer du Ctifl ?

Alors que rien ne semble encore tranché quant à l’avenir du Ctifl et de la R&D au service de la filière fruits et légumes française, le Ctifl a présenté courant juin son bilan 2014.
La densité du document et la somme de travail qu’il recèle constituent une occasion idéale de rappeler, d’informer sur l’importance du travail réalisé par l’institut technique avec ses 278 salariés, ses 4 stations et ses 2 antennes. L’action du Ctifl se décompose en 5 grands axes. Dans le premier « Expérimenter, coordonner, innover », l’Institut vise à améliorer les techniques et développer l’innovation en assurant les transferts de technologie vers les professionnels, tant au niveau de la production, que de la station ou du point de vente. Avec le deuxième pôle « Former, conseiller, accompagner », le Ctifl soutient l’efficience des entreprises par une offre de formation et de services adaptés à leurs besoins. Avec le troisième « Analyser, informer, diffuser », il analyse les filières et les marchés, informe les professionnels et réalise des publications techniques, économiques et réglementaires. Avec le quatrième, « Rencontrer, échanger, partager », il mène des actions de partenariat avec la recherche, l’enseignement, les familles professionnelles et l’interprofession, en France et à l’étranger. Enfin le Ctifl demeure l’opérateur de la certification des plants fruitiers, alors même que la certification française est reconnue mondialement. Si les charges de personnel représentent les deux tiers de ses dépenses, le Ctifl a poursuivi en 2014 une politique d’investissements active, adaptée aux réponses aux questions techniques soulevées par les professionnels, totalement interrompue en 2015. Car 2014 est surtout marquée par la décision brutale et sans concertation des Pouvoirs Publics de modifier le financement du Ctifl, jusque là fondé pour 70 % sur une taxe fiscale affectée (TFA). « Sa suppression au 1er juillet 2015 et son remplacement par une Cotisation Volontaire Obligatoire étendue à la demande d’Interfel constitue une vraie rupture », analyse Henri Pluvinage, président du Ctifl. Mais la mise en place d’un nouveau dispositif de financement équilibré, solide et durable pose une somme de problèmes très difficiles à résoudre pour les responsables des différentes familles professionnelles concernées. Lancées dans la précipitation, les négociations se poursuivent depuis plusieurs mois sans résultat patent, alors que la TFA n’est plus levée depuis le 1er juillet 2015. Malgré la contraction du budget du Ctifl de 15 % (les investissements ont été réduits de 90 % !), et les promesses de soutien du Ministre de l’Agriculture, on entre dans l’ère de tous les dangers et une solution doit absolument être trouvée d’ici fin septembre, faute de quoi les conséquences seraient dramatiques. Le budget annuel du Ctifl, de l’ordre de 20 millions d’euros, dont 18 pour la taxe fiscale affectée, est à poser face aux enjeux de la filière F&L française : en 2014, les ménages ont acheté pour quelque 16,8 milliards de F&L frais (pour 70 % en GMS), les producteurs français ont commercialisé quelque 5,6 Mds € de fruits et légumes. Le coût du Ctifl est d’autant moins choquant que l’on sait les bienfaits des fruits et légumes pour la santé (dont la consommation est vivement recommandée par les Pouvoirs publics), les demandes de la société pour une production toujours plus propre et respectueuse de l’environnement, qu’une partie de ce secteur est en déshérence et a plus que jamais besoin de retrouver de la compétitivité. Si une plus grande articulation avec Interfel pourrait être bénéfique, à condition de veiller au bon équilibre entre les deux instances, on peut légitimement s’interroger s’il était de la bonne gouvernance que de déstabiliser au moins momentanément un outil comme le Ctifl au nom d’une certaine orthodoxie budgétaire des finances publiques de la France. JH
 
Tags: Bilan 2014 Ctifl, CVO, Henri Pluvinage, interfel, TVA
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

L'embargo russe prolongé d'un an !

L'embargo russe prolongé d'un an ! | Maraîchage: quoi de neuf? | Scoop.it
Ce mercredi 24 juin, Vladimir Poutine a prolongé l'embargo russe d'un an. Une décision qui va continuer à pénaliser les exportations de produits agricoles européens. Photo : leestat/Fotolia
Ce lundi 22 juin, "les ministres européens des Affaires étrangères ont entériné la prolongation de six mois, jusqu’à la fin janvier 2016, des sanctions économiques et financières imposées à la Russie en raison de son implication dans la crise en Ukraine", relate le journal Les Échos. L'Union européenne entend maintenir les sanctions en vigueur tant que l’accord de paix de Minsk, signé en février 2015, qui prévoit un cessez-le-feu et un retrait des armes des deux côtés, ne sera pas intégralement appliqué.

En réponse, ce mercredi 24 juin, Vladimir Poutine, le président de la Russie a prolongé d’un an l’embargo visant les produits alimentaires occidentaux. L’embargo russe visant les importations de produits agricoles européens expirait normalement début août.

Un conflit politique qui pénalise les producteurs européens

Pour rappel, en juillet 2014, L’Union européenne, avait dénoncé  le rôle déstabilisateur de Moscou, avec l’annexion de la Crimée. De plus, les européens accusent les autorités russes d’apporter un soutien aux séparatistes de l’est ukrainien. L'Union européenne avaient ainsi lancé de lourdes sanctions économiques contre la Russie.
En riposte, Moscou avait introduit, en août 2014, un embargo sur la plupart des produits alimentaires en provenance des pays qui appliquent des sanctions à son encontre. Cette embargo affecte particulièrement les agriculteurs de l'UE.

Lire aussi nos précédents articles sur l'embargo russe.
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from Actualités agricoles en Midi-Pyrénées
Scoop.it!

Ail blanc de Lomagne : la récolte s'annonce bonne

Ail blanc de Lomagne : la récolte s'annonce bonne | Maraîchage: quoi de neuf? | Scoop.it
Le week-end dernier, la ville de Beaumont-de-Lomagne a vécu une belle Fête de la musique, mais dans les champs alentour, se jouait une toute autre musique. En effet, l'heure de la récolte avait enfin sonné pour les producteurs d'ail blanc que les ...

Via veille_crmp
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Didier Perréol nouveau président de l’Agence Bio

À 57 ans, Didier Perréol a été élu à la présidence du conseil d’administration de l’Agence BIO.
Il prend la succession d’Etienne Gangneron, représente le Synabio (Syndicat National des transformateurs de produits naturels et de culture biologique) et exercera ses fonctions aux côtés des Vice‐présidents Etienne Gangneron (APCA), Gérard Michaut (Coop de France) et François Thiéry (FNAB).
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Les élections du CA d'Interfel sont reportées

Les élections du CA d'Interfel sont reportées | Maraîchage: quoi de neuf? | Scoop.it
Nouveau rebondissement – certes prévisible - dans l’affaire du financement du Ctifl : les élections des membres du Conseil d’administration d’Interfel, qui devaient avoir lieu le 23 juin, ont été reportées jusqu’à ce que soient renouvelés les administrateurs du centre technique, et, au plus tard, jusqu’au 23 octobre. Les familles de l’aval n’ont, en effet, toujours pas nommé leurs représentants au sein du CA du Ctifl….Tant que l’aval bloquera la recherche, l’amont bloquera la promotion. Le bras de fer semble se poursuivre.

Il faut néanmoins raison garder et comprendre que ce report – par ailleurs voté à l’unanimité - est aussi l’occasion d’envisager la tenue conjointe des CA électifs des deux structures. En termes de gouvernance, l’opération permettrait d’inciter à un vote global dégagé de tout calcul politique.

Malgré tout, le G4 attend encore la position des familles du commerce sur la proposition qui leur a été faite, il y a quelques semaines, de mettre en place un dispositif de collecte de la CVO assis sur le produit au moment de sa vente aux consommateurs. Rappelons que la filière a obtenu de la part du gouvernement une garantie de fonds jusqu’à fin septembre. Mais il faudra bien mettre en œuvre le nouveau dispositif au dernier trimestre 2015.

Ci-dessous : les ressources et les charges du CTIFL en 2014 - Source : CTIFL
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

L’Office européen des brevets ouvre la voie au brevetage des plantes conventionnelles en Europe, Fruits et Légumes - Pleinchamp

L’Office européen des brevets ouvre la voie au brevetage des plantes conventionnelles en Europe
L’Office européen des brevets a tranché le 25 mars en faveur de brevets contestés portant sur des brocolis et des tomates, brevets incluant un procédé de sélection mais aussi les plantes elles-mêmes. Ces brevets faisaient depuis des années l’objet de recours fondés sur le principe que les organismes issus d’un processus biologique naturel ne devaient pas être brevetables

Commentaire

Les plantes (et les animaux) issues de procédés de sélection « conventionnels », au contraire des plantes OGM, échappent en principe au domaine du brevetable. Une variété de semence est ainsi couverte par le système des « certificats d’obtention végétale », qui demande aux utilisateurs de payer des redevances, mais qui laisse libre l’usage génétique de cette variété pour poursuivre la sélection et en mettre au point de nouvelles.

C’est pourquoi la récente décision de l’Office des brevets est de nature à ouvrir une brèche dans la muraille très disputée de la brevetabilité du vivant. L’enjeu est l’exclusion du marché de tous les acteurs n’ayant pas la puissance nécessaire pour déposer des brevets, et de rendre payant l’accès à des traits génétiques parfaitement naturels. La jurisprudence ainsi établie validerait de nombreux brevets déjà déposés, face à de nombreux recours aussi bien de la part d’ONG que de semenciers concurrents. La Fédération européenne des semences a ainsi exprimé ses regrets face à cette décision.

Celle-ci repose sur une interprétation étroitement technique du droit. Les parties prenantes opposées demandent une intervention d’ordre politique sur ce sujet. En même temps, 11 sociétés semencières (dont certaines ayant manifesté leur opposition à la brevetabilité) ont créé fin 2014 une plateforme dite ILP (International Licensing Paltform) qui compte parmi ses membres des majors comme Limagrain, Syngenta et Bayer. Elle concerne le domaine des légumes et est destinée à faciliter entre ses membres l’utilisation des variétés brevetées par ces derniers. Une façon de jouer sur tous les tableaux.

Source : la note de conjoncture Agriculture et Agroalimentaire : n° 09 - Juin 2015

Crédit-Agricole sa - Service Agriculture et Agroalimentaire
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from Agriculture en Dordogne
Scoop.it!

Innov'action: Un outil de pilotage de l'irrigation en fraise hors sol pour économiser l'eau

Innov'action: Un outil de pilotage de l'irrigation en fraise hors sol pour économiser l'eau | Maraîchage: quoi de neuf? | Scoop.it
La Chambre d'agriculture de la Dordogne vient de présenter chez Thierry Bauchiero un système de pilotage d'irrigation qu'elle teste chez quelques fraisiculteurs.

Via Chambre d'agriculture de Dordogne
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Des salades repas au rayon fruits et légumes / LES PRODUITS - LINEAIRES, le magazine de la distribution alimentaire

Des salades repas au rayon fruits et légumes [A. Beautru]
21 Mai 2015
Les Crudettes propose depuis la mi-mai quatre nouvelles recettes de salades repas pour le rayon fruits et légumes. Une alternative à l'offre en traiteur ou en snacking, sans protéine animale.


Acteur numéro trois des légumes prêts à l'emploi, Les Crudettes est également fournisseur de salades repas pour le rayon traiteur qu'elle vend sous sa marque ou sous MDD. Pourtant, cette année, la signature de la Laiterie de Saint-Denis-de-l'Hotel revient à ses origines : la salade végétale.

Constituées d'au minimum 80 % de végétaux (salades, crudités, légumes préparés), les recettes de 250 g comportent parfois du fromage, d'autres fois des céréales, ou encore des oeufs. La salade composée est accompagnée de mini gressins, d'une sauce et d'une fourchette. Elle sera proposée en 4e gamme, avec les crudités, sauces et herbes fraîches.
more...
No comment yet.
Rescooped by Ingénieurs Fruits et Légumes from Chimie verte et agroécologie
Scoop.it!

Document INRA : Les grandes lignes d’Écophyto 2

Document INRA : Les grandes lignes d’Écophyto 2 | Maraîchage: quoi de neuf? | Scoop.it
Les grandes lignes d’Ecophyto 2

Sept principes :

Maintenir le cap d’une réduction de l’usage des produits phytosanitaires de 50% selon une trajectoire en deux temps (25 % en 2020 puis 50 % en 2025)
Une vigie des impacts à 360°
Une inscription au cœur du projet agro-écologique
L’entreprise au centre du dispositif
Jouer collectif
Territorialiser
Une culture positive

Voir le document

Ecophyto : les nouvelles orientations du plan

 

L’Inra engagé dans le nouveau plan Ecophyto. INRA, 12.06.2015


Via Bernadette Cassel, agrodoc_ouest, Isabelle Pélissié
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Superficies et production en baisse

La production française de courgettes est estimée en baisse pour cette saison 2015.
 
Agreste (Ministère de l'Agriculture) dans son récent rapport annonce une surface totale de 2 600 hectares (soit - 5 %) et prévoit une production de 121 000 tonnes (soit -4%) pour 2015.
 
La baisse des superficies provient en grande partie d'une réduction des cultures sous serres. En début de saison la production était donc moindre mais les cultures de plein air vont assurer la majorité des livraisons. Le pic de production, comme en 2014, devrait être atteint en juillet.
 
soruce : agreste agriculture gouv fr  
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

79 milliards d’euros pour l’innovation végétale

Après Paris, Santarem (Portugal), Marseille et Buenos Aires, le Plant InterCluster Meeting s’est déroulé à Angers pour sa cinquième édition, les 9 et 10 juin dernier. Créé en 2011. Ce rendez-vous international des clusters du végétal a vocation à développer des partenariats internationaux tant sur le plan économique que scientifique.
 
Pour la deuxième année consécutive, le Plant InterCluster s’est ouvert à la participation des entreprises pour aboutir à des projets collaboratifs européens et internationaux. Les pôles de compétitivité français dans le domaine du végétal, Végépolys, Qualiméditerranée, Qualitropic et Terralia ont ainsi réuni pour cette année 80 participants de 8 nationalités différentes. La plupart étaient des entreprises dans le domaine du biocontrôle et de la haute technologie, sans oublier la participation de la station d’expérimentation de La Morinière, ainsi que le CTIFL.
 

79 milliards d'euros

Ce nouveau programme de financement de la recherche et de l’innovation "Horizon 2020" mis en place par l’Union européenne et lancé en 2014, viendra soutenir, à hauteur de 79 milliards d'euros, les travaux des scientifiques et des industriels de l’UE. L’édition 2015 s’est articulée autour de trois thématiques: l’interclustering pour échanger sur les pratiques des clusters et optimiser l’intégration des PME dans les projets, les nouveaux intrants pour la protection des plantes et l’agriculture de précision.
 
C’est sur ces deux derniers sujets que le PIC a souhaité faire émerger des idées et des projets collaboratifs entre les acteurs. Les entreprises participantes ont eu l’opportunité de renforcer leur positionnement à l’international, avec la possibilité de fortifier ou de construire des partenariats mondiaux et des échanges commerciaux dans les domaines de l’innovation végétale.
more...
No comment yet.
Scooped by Ingénieurs Fruits et Légumes
Scoop.it!

Bonduelle dévoile des résultats encourageants sur la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires

Simple coincidence? Un jour après le rapport accablant de Greenpeace sur la présence de résidus de pesticides sur les pommes, le groupe Bonduelle publie ce mercredi 17 juin les résultats de six années d’expérience pilote axée sur la culture de légume de plein champs privilégiant une utilisation réduite des produits phytosanitaires. Les résultats sont encourageants.

Produire les mêmes quantités de légumes avec la même qualité et au même prix, tout en réduisant l’utilisation nécessaire des produits phytosanitaires au traitement des plantes, tel est l’objectif que poursuit le groupe Bonduelle. Depuis 2009, le groupe nordiste, en association avec de organisations de producteurs picardes et différents partenaires, a impliqué huit fermes pilote dans un programme de production intégré.

UN INDICE DE FRÉQUENCE DE TRAITEMENT EN BAISSE

Entre 2007 et 2013, ces fermes pilote ont réussi a diminué de 17%  leur indice de fréquence de traitement (IFT). A l’origine de cette évolution positive, « une pratique alternée de désherbage mécanique et chimique, combiné à une gestion stratégique de l’exploitation des sols », indique le groupe Bonduelle dans un communiqué. Ce programme pilote doit à présent trouver son prolongement dans le cadre d’un groupement d’intérêt économique et environnemental (GIEE)  approuvé par le Ministère de l’agriculture et se traduire par la poursuite de travaux  et d’amélioration des outils.
more...
No comment yet.