Marketing et management  public
Créativité et innovation dans les services publics
Marketing et management public
Créativité et innovation dans les services publics
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Grd Lyon-millenaire3
Scoop.it!

Le design de la voirie et de l’espace public pour tous les modes - citésterritoiresgouvernance

Le design de la voirie et de l’espace public pour tous les modes - citésterritoiresgouvernance | Marketing et management  public | Scoop.it
Lorsqu'on observe les clichés photographiques ou les premiers films pris dans les grandes villes européennes à la Belle Epoque, on constate (...)
more...
No comment yet.
Rescooped by Grd Lyon-millenaire3 from Planete DDurable
Scoop.it!

Lancement d'une enquête publique sur la norme de management durable des villes

Jusqu'au 25 mai 2015, l'Association française de normalisation (Afnor) soumet à consultation du public un projet de norme internationale ISO 37101 sur le management du développement durable des villes et des territoires.Plus précisément, le document ...

Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
No comment yet.
Rescooped by Grd Lyon-millenaire3 from Planete DDurable
Scoop.it!

Pékin ferme ses centrales à charbon, pour retrouver un air respirable en... 2030

Pékin ferme ses centrales à charbon, pour retrouver un air respirable en... 2030 | Marketing et management  public | Scoop.it
Face à l’extrême pollution de son air, la ville de Pékin a décidé de fermer la dernière de ses centrales à charbon. Les autorités ont annoncé qu’il faudrait au moins quinze ans pour que la capitale chinoise retrouve un air respirable.

Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
No comment yet.
Rescooped by Grd Lyon-millenaire3 from Planete DDurable
Scoop.it!

La méthode des Atlas de paysages 2015 est sortie - Ministère du Développement durable

La méthode des Atlas de paysages 2015 est sortie - Ministère du Développement durable | Marketing et management  public | Scoop.it
La méthode des Atlas de paysages vient d'être actualisée. Elle est disponible en téléchargement pour tous les acteurs des territoires. Avec 65 atlas publiés, près de 90 % du territoire français est (...)

Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
No comment yet.
Scooped by Grd Lyon-millenaire3
Scoop.it!

A la recherche du bien commun territoria

A la recherche du bien commun territoria | Marketing et management  public | Scoop.it
Revue spécialisée depuis 1932 dans l'essentiel de l'actualité qui bouscule et structure la Ville. La revue Urbanisme est un témoin exceptionnel de l'histoire de nos villes et des pratiques de l'urbanisme tout au long du XX° siècle.
more...
No comment yet.
Rescooped by Grd Lyon-millenaire3 from Urbanisme
Scoop.it!

L’évaluation par indicateurs : un outil nécessaire d’aménagement urbain durable ?

L’évaluation par indicateurs : un outil nécessaire d’aménagement urbain durable ? | Marketing et management  public | Scoop.it
In projects of urban sustainability, the uses of assessment by indicators are growing. Since 2007, Paris city council established a dashboard of indicators based on a guidebook for sustainable town planning so called “Un aménagement durable pour Paris”. This dashboard allows assessing urban planning projects, in order to increase the efficiency in terms of sustainability of urban operations. The aim is to progress towards sustainability thanks to this experiment. Based on the Parisian experience, the article enhances the necessity of a debate on the relevance of the assessment by indicators in sustainability. The answer proposed here is to fix the conditions of a specific culture of sustainability assessment and highlights some questions about links between scales, times and stakeholders.

Via Lockall
more...
No comment yet.
Rescooped by Grd Lyon-millenaire3 from URBANmedias
Scoop.it!

A la RECHERCHE du Bien Commun TERRITORIAL - Common Good

A la RECHERCHE du Bien Commun TERRITORIAL - Common Good | Marketing et management  public | Scoop.it
“Common Good Forum est heureux de pouvoir échanger avec des Urbanistes sur Bien commun & Territoire !Une belle compilation de points de vue académique...”
Via association concert urbain
more...
Scooped by Grd Lyon-millenaire3
Scoop.it!

Nathalie Loiseau : “L’idée que le management se pratique du haut vers le bas est bouleversée”

Nathalie Loiseau : “L’idée que le management se pratique du haut vers le bas est bouleversée” | Marketing et management  public | Scoop.it
La culture numérique bouscule le fonctionnement des administrations et les habitudes de travail des hauts fonctionnaires. Est-elle compatible avec la culture administrative française ?
S’il est légitime de se poser la question, il faut aussi observer les avancées rapides de ces dernières années en matière, par exemple, d’e-administration ou d’ouverture des données publiques. Nous partions peut-être de loin, mais nous sommes aujourd’hui plus en avance que certains pays étrangers. Par ailleurs, l’impact des transformations qu’implique le numérique est très fort pour l’État, mais aussi pour le secteur privé, qui a rencontré des réussites comme des échecs… Je pense que c’est avant tout une histoire de générations. Les écoles de formation – initiale et continue – ont une responsabilité majeure à assumer pour que les fonctionnaires puissent prendre toute la mesure de la transformation numérique de l’État.

Mais notre organisation administrative top down (du haut vers le bas) peut-elle s’adapter au fonctionnement plus transversal qu’impose le numérique ?
Il n’y a pas une culture de l’administration qui serait la même partout, en administration centrale ou en services déconcentrés, chez les opérateurs, dans tous les ministères… On ne peut pas généraliser. Les cultures sont variables selon la mission assumée par l’administration, selon qu’elle est ou non en contact direct avec la population. Prenez par exemple la préfecture de police qui, par définition, est dans le régalien le plus profond, avec une forte responsabilité juridique des agents dans chacun de leurs actes. C’est pourtant une administration qui a mené à grands pas sa révolution numérique ! Il n’y a aucune fatalité à ce qu’une organisation verticale soit rétive au numérique.

Comment appréhendez-vous les évolutions numériques au sein de l’ENA ?
Nous travaillons actuellement à la réforme de la scolarité de l’ENA, comme nous l’a demandé le Premier ministre. Le numérique prend toute sa part dans cette réforme, c’est même l’un de nos fils directeurs. Nous l’abordons sous plusieurs aspects. Nous formons à la conduite de projets en matière de systèmes d’information de l’État. Voilà un sujet pour lequel l’administration a connu des succès et des échecs. Nous travaillons sur des retours d’expériences en regardant ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas marché. Nous souhaitons par ailleurs développer la recherche sur ce thème en comparant la conduite des projets dans les secteurs public et privé. Il est très éclairant de confronter les retours d’expériences des deux côtés.

Cela rejoint-il la politique d’ouverture de l’école sur d’autres pratiques ?
Il ne s’agit pas d’ouvrir pour ouvrir, mais d’apprendre en regardant ce qui se passe ailleurs que dans le secteur public. Nous ne voulons pas laisser à penser que certains élèves deviendront directeurs de systèmes d’information et que les autres ne seront pas concernés. Ce type de raisonnement est terminé ! Il faut aujourd’hui que le maître d’ouvrage comprenne au moins autant de choses que le maître d’œuvre. Pendant longtemps, ces sujets ont été cantonnés à une affaire de techniciens œuvrant de leur côté. C’est la raison pour laquelle cela n’a pas marché neuf fois sur dix…

Formez-vous vos élèves à de nouvelles organisations de travail ?
Notre deuxième axe de travail impliquant le numérique concerne en effet les méthodes de travail dans l’administration. L’idée que le management se passe du haut vers le bas est complètement bouleversée aujourd’hui. Un manager est désormais quelqu’un qui est au centre d’une organisation davantage en plateau. Le numérique accélère cette dimension et cela se prépare. Il permet également de s’adresser différemment aux citoyens et, en sens inverse, aux citoyens de s’adresser à l’administration en formulant des demandes ou en définissant des besoins. Nous ne sommes donc pas seulement dans un dialogue facilité, mais aussi dans la coproduction de service public.

Quels sont les autres axes de formation au numérique proposés par l’ENA ?
Nous faisons travailler nos élèves sur le développement de la nouvelle économie. Qu’est-ce qu’un écosystème favorable ? Certains acteurs publics ou privés nous invitent à copier le modèle de la Silicon Valley [le pôle des industries de pointe et des nouvelles technologies aux États-Unis, ndlr], d’autres soulignent les avancées nationales et locales menées en France. Nous confrontons les points de vue en réfléchissant à ce qu’est la régulation numérique. L’interrogation est forte sur ce domaine. C’est la raison pour laquelle nous avons développé un enseignement dédié. Enfin, le dernier axe relève de la sensibilisation. Nos élèves ont devant eux une carrière relativement longue de décideur public. Cela nous donne la responsabilité de les former aux enjeux du présent comme du futur. Il est indispensable de connaître les évolutions technologiques et scientifiques à venir pour éviter que l’action publique de demain soit à la traîne.

Ces quatre axes d’enseignement numérique sont-ils récents à l’ENA ?
Certains éléments sont déjà dans les programmes des promotions en cours de scolarité. Nous avons développé une démarche qui rejoint celle de la modernisation de l’action publique : nous procédons à des expérimentations très régulièrement plutôt que d’instaurer une réforme massive de temps en temps et nous ajustons nos formations en ouvrant l’école aux acteurs du numérique. J’assume parfaitement le fait que nos formations s’adaptent en permanence aux évolutions de l’action publique. Par ailleurs, les événements dramatiques récents obligent l’action publique à œuvrer contre les dérives radicales et numériques. Nous en tenons compte, nous aussi.

Dans une lettre de mission sur la gestion des cadres de la fonction publique adressée à la direction générale de l’administration de la fonction publique (DGAFP), Manuel Valls et la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, soulignent la nécessité de promouvoir chez les dirigeants publics des pratiques managériales “indispensables à la conduite du changement”. Ils évoquent dans ce cadre la réforme de l’ENA, “qui doit être exemplaire”…
Nous sommes avant tout une école de management public ! Cette lettre de mission entre complètement en résonance avec le dialogue constant que nous avons avec les services du Premier ministre et avec la DGAFP, avec lesquels nous travaillons sur la réforme de la scolarité de l’ENA. Elle est le prolongement de notre réflexion et de notre travail. Jusqu’à maintenant, nous proposions un enseignement tourné, pour résumer, pour un tiers vers le management, pour un autre tiers vers les territoires et pour un dernier tiers vers l’Europe. Aujourd’hui, tout devient question de management. C’est vraiment l’épine dorsale de l’enseignement de l’école.

L’ENA ne va donc pas procéder à une révolution de son enseignement ?
Nous appréhendons cette évolution vers davantage de management depuis déjà quelques années. Envoyer des élèves en stage, c’est leur permettre d’observer et de s’exercer au management sur le terrain. Nous multiplions les retours d’expériences, nous les faisons progresser… Nous sommes dans notre rôle.

Certains hauts fonctionnaires un peu rétifs aux évolutions numériques estiment que le numérique “n’est pas de leur niveau”, que cette question doit être réservée à des techniciens. Il faut visiblement aussi changer les mentalités…
Des réflexions de ce type expliquent en partie les plus cuisants échecs de l’administration… Mais encore une fois, il ne faut pas généraliser.

Le fait d’avoir exercé une activité professionnelle liée au numérique est-il un élément valorisant lors de l’oral du concours ?
Le parcours des candidats est souvent déterminant, notamment pour les élèves qui passent le troisième concours, surtout s’il y a une réelle motivation pour le service public. Nous utilisons ensuite l’expérience des élèves dans la scolarité en tirant bénéfice de leur parcours antérieur. Sont-ils familiers de l’environnement numérique ? Forcément oui, sinon, c’est problématique. À nous ensuite d’insister avec eux sur ce que signifie la dimension “transformante” du numérique dans l’administration. Mais on sait bien qu’il existe une fracture numérique dans notre pays et il est possible de réussir le concours de l’ENA sans forcément avoir été sollicité sur ce plan-là auparavant. Par ailleurs, la réforme du concours va accentuer le fait que le grand oral est d’abord un entretien de parcours et de motivation. Ce sera donc un exercice de valorisation des acquis de l’expérience.

Comment utilisez-vous les outils numériques dans vos modes d’enseignement ?
Nous avons récemment renouvelé notre matériel. Nous disposons de plates-formes partagées avec les élèves et nous réfléchissons à une partie de notre enseignement qui pourrait être mise en ligne pour les élèves. Nous regardons aussi ce qui pourrait être fait à destination des élèves préparant le concours, ce qui serait une manière de lutter contre les inégalités entre la province et Paris, qui ont accès à tous les praticiens.

L’ENA pourrait-elle lancer des mooc, ces cours en ligne ouverts à tous ?
Faire un mooc pour montrer qu’on est à la page n’est pas une finalité en soit. Le numérique doit être un outil favorisant une meilleure égalité entre les candidats de Paris et de régions.

La composition du jury a-t-elle évolué ?
La composition du jury est diverse par nature. Ce sont des praticiens et des universitaires qui apportent un regard très large sur l’action publique avec une forte dimension de ressources humaines. Concernant les professeurs, nous faisons intervenir des hauts fonctionnaires ayant mené des projets numériques, pour la formation initiale comme pour la formation continue.

Lire notre dossier sur la transition numérique de l'action publique
- Numérique : la lente mutation génétique de l'administration
- La gouvernance du numérique, un casse-tête pour les pouvoirs publics
- Les hauts fonctionnaires ont toujours du mal avec le numérique
- Henri Verdier : "Il faut diffuser dans l'administration dans l'Etat les méthodes des data-sciences"
- Nicolas Chapuis : "2015 est l'année de la transition numérique de l'Etat"
more...
No comment yet.
Rescooped by Grd Lyon-millenaire3 from Energies Renouvelables
Scoop.it!

Un quart d'énergies renouvelables pour Paris dans cinq ans ? • Néoplanète

Un quart d'énergies renouvelables pour Paris dans cinq ans ? • Néoplanète | Marketing et management  public | Scoop.it
Les villes qui abritent plus de la moitié de la population de la planète, ont un rôle capital pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). Anne Ged, directrice de l’Agence parisienne du climat (APC), souhaite que les initiatives allant « dans le bon sens » se développent toute l’année 2015 et ne s’arrête pas le 1er janvier 2016. Dans ce cadre, elle nous explique les ambitions parisiennes pour réduire l’impact de la capitale française sur le climat. D’autant plus que Paris accueillera la 21ème Conférence des Parties (COP21) en décembre prochain ! 

Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
Etienne Ghewy's curator insight, April 1, 4:27 AM

Difficile en zone urbaine de viser un niveau TEPOS, mais il est toujours possible de s'en rapprocher

Rescooped by Grd Lyon-millenaire3 from Vivre en ville
Scoop.it!

Copenhague, «la ville la plus vivable au monde»

Copenhague, «la ville la plus vivable au monde» | Marketing et management  public | Scoop.it
“ Copenhague n’est pas seulement réputée pour ses architectes, designers et chefs étoilés. Désignée comme «ville la plus vivable au monde» par le magazine «Monocle», elle entend aussi se montrer exemplaire en termes de durabilité.”
Via Declic
more...
No comment yet.
Rescooped by Grd Lyon-millenaire3 from Ville numérique - ville du futur
Scoop.it!

31 villes s'associent pour une initiative de ville intelligente normalisée - Les-SmartGrids.fr

31 villes s'associent pour une initiative de ville intelligente normalisée - Les-SmartGrids.fr | Marketing et management  public | Scoop.it

La coalition réunit vingt-cinq villes venant de six pays de l'Union européenne (Belgique, Danemark, Finlande, Italie, Portugal et Espagne) et six villes brésiliennes. Le groupe de travail découlant de cette entente, baptisé Open & Agile Smart Cities (OASC), soutiendra les municipalités et les startups désireuses de créer des services de ville intelligentes dans chacun de le domaine de leur choix.


Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter, algrappe, Les INTERCOnnectés
more...
Les INTERCOnnectés's curator insight, March 20, 6:27 AM

Trente-et-une villes européennes et brésiliennes se sont réunies lors du CeBIT 2015 et ont convenu d'une collaboration visant à mettre en marche une initiative commune afin de normaliser leurs services de ville intelligente.

Rescooped by Grd Lyon-millenaire3 from actions de concertation citoyenne
Scoop.it!

Le « design THINKING », un outil d'innovation à adopter d'urgence

Le « design THINKING », un outil d'innovation à adopter d'urgence | Marketing et management  public | Scoop.it

Le « design thinking », en effet, propose une approche très « humaine » et participative de l'innovation. Tout part de l'observation des comportements : des capteurs pour comprendre les publics auxquels on s'intéresse et déterminer leurs usages de demain. Il s'agit non d'une approche intellectualisée, mais véritablement « empathique ». Elle a aussi le grand avantage d'apprendre à se poser les bonnes questions, ou plutôt à accepter de redéfinir son objectif. Quel est vraiment le problème ? C'est l'interrogation clef de la méthode.


Via Bernard BRUNET, association concert urbain
more...
No comment yet.
Scooped by Grd Lyon-millenaire3
Scoop.it!

Europe: les villes préférées de nos poumons - Journal de l'environnement

Europe: les villes préférées de nos poumons - Journal de l'environnement | Marketing et management  public | Scoop.it

 

Les 400.000 Zurichois ont de la chance. Non seulement la ville la plus chère du monde a pensé à leurs poumons mais elle est surtout passée à l’acte pour réduire la pollution des véhicules et promouvoir les transports doux. Résultat: les concentrations de particules fines et de dioxyde d’azote sont loin d’atteindre les plafonds définis par Bruxelles. Ces limites sont pourtant régulièrement dépassées dans la majorité des métropoles de l’UE, comme l’ont confirmé les pics de pollution du mois de mars à Paris ou à Londres...

more...
No comment yet.
Rescooped by Grd Lyon-millenaire3 from Le futur tous azimuts
Scoop.it!

Equitée, un outil d'analyse et prospective territoriales

Equitée, un outil d'analyse et prospective territoriales | Marketing et management  public | Scoop.it

Equitée est un outil d’analyse et de prospective territoriales co-développé par Burgeap et Business Geografic pour accompagner les collectivités locales, les agences d’urbanisme, les aménageurs territoriaux et les services de l’Etat dans l’élaboration de leurs plans d’aménagement territorial.


Via cB, Société Française de Prospective
more...
cB's curator insight, April 10, 1:48 AM

Burgeap est une société d’ingénierie spécialisée, entre autres, dans les domaines Environnement et Energie-Climat. Business Geografic est un éditeur SIG web et géo-décisionnel

Scooped by Grd Lyon-millenaire3
Scoop.it!

France Stratégie propose une réforme en profondeur du management public

France Stratégie propose une réforme en profondeur du management public | Marketing et management  public | Scoop.it
Clarifier les missions des équipes et revoir le mode de recrutement du management. France Stratégie formule, dans son rapport “Quelle action publique pour demain ?” dévoilé ce lundi 13 avril à l’occasion d’un colloque sur ce thème (et consultable en cliquant ici), toute une série de propositions, parfois dans l’air du temps, certaines en partie déjà expérimentées.

Au chapitre des missions, la structure pensante de Matignon préconise de doter les administrations et les services d’un “mission statement [exposé des missions, ndlr] explicite” avec aussi une systématisation de la prospective de l’action publique par grands secteurs. France Stratégie souhaite aussi que soit établie une délimitation fonctionnelle des responsabilités de l’État et des différents niveaux d’administration territoriale, en distinguant d’une part compétences exclusives et compétences partagées, et d’autre part compétences propres et compétences déléguées.

Dans le partage des compétences, le rapport recommande aussi de réexaminer “les bénéfices du maintien des responsabilités de l’administration territoriale de l’État au regard de délégations aux collectivités ou à des agences”, en excluant les domaines régaliens et les missions explicitement définies.

Un système des dépouilles qui ne dit pas son nom

Sur un plan plus organisationnel, le rapport dresse un constat sévère sur la structuration actuelle du pouvoir politico-administratif. “La France pratique un système des dépouilles qui ne dit pas son nom”, assène le rapport. “Cette hybridation entre nominations politiques et nominations professionnelles s’est accentuée avec le rythme rapide des alternances politiques de ces dernières décennies. Le paradoxe est qu’elle ne nous fait bénéficier ni de l’ouverture aux compétences externes à l’État que permet un système des dépouilles, ni de la garantie de neutralité et de promotion sur base de critères exclusivement professionnels qu’offre une fonction publique indépendante”.

Pour y remédier, France Stratégie propose de généraliser le recours à des comités de sélection pour les nominations aux emplois supérieurs. Matignon avait expérimenté en septembre dernier un dispositif semblable pour le recrutement de trois secrétaires généraux de ministère (cliquez-ici pour lire notre article de l'époque).

Management participatif

Afin de doper la mobilité interfonctions publiques, la création d’un centre de la fonction publique est proposée. Favoriser et sécuriser les mobilités entre fonctions publiques et les passages entre le public et les autres sphères de la vie économique et sociale figure aussi au chapitre des recommandations. France Stratégie réaffirme par ailleurs son souhait de voir le recrutement de l’encadrement supérieur diversifié. La limitation “stricte” de la durée des disponibilités pour les hauts fonctionnaires en poste dans le privé est évoquée.

Les autorités administratives indépendantes devraient voir leur mandat et les modalités de “redevabilité” revus de telle sorte que le Parlement puisse contrôler le bon exercice de leurs missions. Au chapitre du management, le rapport propose de généraliser le management participatif et collaboratif, en s’appuyant sur le numérique comme outil de transformation.
more...
No comment yet.
Scooped by Grd Lyon-millenaire3
Scoop.it!

Comment mesurer la performance publique ?

Comment mesurer la performance publique ? | Marketing et management  public | Scoop.it
Qu’est-ce que la performance de telle ou telle action publique ? Qu’est-ce qu’une école, une police ou un hôpital performants ? Qu’attend-on d’eux en termes de résultats ? La mesure de l’action publique et, en particulier, de sa performance engage un système de valeurs, des choix forts de société : qu’est-il important de mesurer ? La Lolf [loi organique relative aux lois de finances, ndlr] aurait pu être l’occasion de grands débats démocratiques suivis d’un certain accord sur des choix de société. Mais c’est une solution technocratique qui l’a emporté : les indicateurs choisis sont le fruit de discussions essentiellement entre les directions ministérielles en charge d’un secteur d’action publique et la direction du budget. Ces discussions, en outre, n’ont souvent pas porté sur l’idée de performance, mais directement sur les indicateurs, chacun en proposant certains, souvent refusés par l’autre. La Lolf a été une occasion démocratique manquée et les indicateurs présentés aujourd’hui au Parlement ne font pas grand sens pour les parlementaires, ni probablement pour les directions ministérielles.

Si l’on essaie de mettre à jour le système de valeurs porté par les indicateurs pour l’enseignement supérieur et la recherche, émerge alors une conception de la performance largement économicisée (en termes de recettes, d’efficience, de compétitivité et d’insertion sur le marché) mettant également l’accent, surtout pour la recherche, sur la visibilité et la constitution de réseaux.

Les dimensions civiques sont en revanche très peu marquées ; les objectifs de démocratisation et de participation étudiante sont absents du programme “Enseignement supérieur et recherche universitaire” et ont été “relégués” au programme constitué des aides aux étudiants et dont l’opérateur principal est le Cnous ; ce qui revient à dire que les objectifs civiques ne font pas partie du cœur de métier des universités.

Le lien entre financement et performance n’était pas inscrit dans la Lolf. C’est la RGPP [Révision générale des politiques publiques, ndlr] qui établit ce lien, en particulier pour certains établissements publics tels que les musées ou les universités, avec pour ces dernières un nouveau système d’allocation des moyens. Ainsi, on récompense la performance et on punit financièrement la non-performance. Or la performance peut être en lien, non exclusif, avec de bonnes conditions de travail, un personnel suffisant et/ou un public étudiant de “bon niveau”, et la non-performance avec des conditions difficiles que la punition ne viendra qu’aggraver.

Les indicateurs choisis intègrent peu ou pas les conditions de production des activités d’enseignement et de recherche ; il paraît donc probable que l’argent public aille aux établissements déjà les mieux dotés, qui sont souvent aussi les “mieux fréquentés”. Un autre type de lien entre performance et financement était possible : mieux doter les entités publiques les moins performantes si tant est que cette moindre performance soit liée à un public plus difficile et/ou à un manque de moyens.

On voit finalement combien ces questions autour des indicateurs de performance, questions qui semblent souvent très techniques, sont porteuses d’enjeux et de choix politiques.
more...
No comment yet.
Scooped by Grd Lyon-millenaire3
Scoop.it!

L’innovation, ce n’est pas que de la technique !

L’innovation, ce n’est pas que de la technique ! | Marketing et management  public | Scoop.it
Des services “innovation” font leur apparition dans les collectivités, selon une configuration variable, à l’image d’un terme à la définition fluctuante. Toutefois, celles et ceux qui la ...
more...
No comment yet.
Rescooped by Grd Lyon-millenaire3 from Ville numérique - ville du futur
Scoop.it!

Bordeaux ville la plus intelligente

Bordeaux ville la plus intelligente | Marketing et management  public | Scoop.it
“ L’introduction de la matinée du 1er Forum Smart City (ville intelligente) de Bordeaux, organisé par La Tribune et La Tribune - Objectif Aquitaine, en partenariat avec Bordeaux Métropole et la Ville de Bordeaux, dans les locaux de la Chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux (CCIB) a permis de faire un premier tour d’horizon.”
Via Les INTERCOnnectés
more...
Les INTERCOnnectés's curator insight, April 7, 4:54 AM

De plus en plus de territoires développent une vision sociale de la ville intelligente. L'objectif finale réside dans l'amélioration des services qu'on apporte aux habitants grâce à la technologie et l'avenir.

De sorte que l'innovation sociale était un sujet majeur de cet événement bordelais car il permettrait d'éviter l'échec du concept de ville intelligente.

Rescooped by Grd Lyon-millenaire3 from Le futur tous azimuts
Scoop.it!

La prospective territoriale. Pour quoi faire ? Comment faire ?

Confrontés au même contexte extérieur (mondialisation de l’économie, essor des nouvelles technologies...), des territoires s’affirment comme des pôles majeurs de développement tandis que d’autres déclinent. L’analyse comparée de leurs performances et attractivité révèle que les territoires sont bien plus maîtres de leur destin que, souvent, leurs responsables ne l’imaginent : les facteurs endogènes jouent un rôle stratégique essentiel, à commencer par l’aptitude des acteurs locaux à se mobiliser autour de projets partagés.


Via Société Française de Prospective
more...
No comment yet.
Scooped by Grd Lyon-millenaire3
Scoop.it!

Vaulx-en-Velin s’engage dans un Plan Climat Energie Territorial ! « Plan Climat Grand Lyon

Vaulx-en-Velin s’engage dans un Plan Climat Energie Territorial ! « Plan Climat Grand Lyon | Marketing et management  public | Scoop.it
>> Action 4.6 du Plan d’Actions Partenarial Une nouvelle commune de la Métropole de Lyon s’engage donc dans un Plan Climat Energie Territ
more...
No comment yet.
Scooped by Grd Lyon-millenaire3
Scoop.it!

Et si on imaginait la métropole ensemble ? - Millenaire3

Et si on imaginait la métropole ensemble ? - Millenaire3 | Marketing et management  public | Scoop.it

Du 31 mars au 17 avril, candidatez pour devenir membre du conseil de développement

Qui sont les meilleurs experts de la ville ? Ceux qui la composent et la vivent au quotidien : étudiants, mères au foyer, jeunes travailleurs, associatifs, des entreprises, des fonctionnaires… Réunir des citoyens engagés et des acteurs de la vie économique et sociale de la Métropole de Lyon pour participer à l’action publique et imaginer la ville de demain : c’est le principe du conseil de développement.

more...
No comment yet.
Rescooped by Grd Lyon-millenaire3 from Nos industries ont du talent
Scoop.it!

« YouFactory » : la première usine partagée de l'agglomération lyonnaise vient de voir le jour

« YouFactory » : la première usine partagée de l'agglomération lyonnaise vient de voir le jour | Marketing et management  public | Scoop.it
“ S'inspirant du FabLab de Barcelone ou de l'Usine 10 à Paris, Isabelle Laurent vient d'ouvrir une usine partagée au sein du Pôle Pixel à Villeurbanne, à destination unique des professionnels,...”
Via Institut Confluences
more...
No comment yet.
Rescooped by Grd Lyon-millenaire3 from smart grid, smart city
Scoop.it!

Smart grids : le rôle structurant des politiques publiques [4/7] - GreenUnivers

Smart grids : le rôle structurant des politiques publiques [4/7] - GreenUnivers | Marketing et management  public | Scoop.it
“En France, la révolution numérique est en marche et l’énergie n’y échappe pas. A la clé, du smart dans les réseaux, la maison et la gestion de l’énergie.”
Via Urbalyon
more...
No comment yet.